Test de Star Wars The Old Republic - Rise of the Hutt Cartel

Article publié par Luuke (lu 43 943 fois)

L’extension numérique Rise of the Hutt Cartel pour Star Wars The Old Republic est sortie il y a quelques semaines. Vaut-elle le coup ? Est-ce que le contenu est satisfaisant et de qualité ? Luuke va tenter de répondre à ces questions en livrant son impression générale sur l’extension.


  Remettons tout d’abord l’extension dans son contexte *! Alerte Spoiler !*. Après 13 ans de trêve, la Guerre Froide entre République et Empire a pris fin pour laisser la place à la Seconde Grande Guerre Galactique, mettant à genou chacune des factions. La République à un nouveau Chancelier et a subi de lourde perte dans son état-major mais garde une longueur d’avance sur l’Empire Sith qui doit faire face à la disparition de l’Empereur, la morts de certains de ses meilleurs généraux et amiraux, mais aussi les trahisons de Dark Malgus d’un côté, et des Maîtres de l’Effroi de l’autre. Ces derniers représentent une menace majeure pour les deux factions, malgré leurs défaites sur Denova et Asation. Pire encore, une troisième faction majeure (manipulé par les Maîtres d’Effroi) tente de s’imposer sur l’échiquier galactique : le Cartel Hutt. Malgré la perte de son leader, Karagga, le Cartel est loin d’être hors course … *! Fin Spoiler !*

  Ainsi le Cartel Hutt à pour nouvel objectif la planète Makeb. Pour être exact, une ressource de la planète : l’Isotope 5, qui permettrait d’alimenter une armée de super-droïdes de combat dans le but de conquérir la galaxie. Je n’irais pas plus loin dans la description du scénario, mais la République et l’Empire ne vont pas rester les bras croisés alors qu’une nouvelle ressource de guerre est à portée de main. En lui-même le scénario principal est bien ficelé, sans être non plus exaltant. On remarquera un gros effort de mise en scène dans les cinématiques de quêtes, notamment quand on joue en groupe. On peut trouver dommage l’absence de quêtes de classes, remplacées par les quêtes de faction, mais étant donné où le scénario du jeu à amener les personnages par le passé, on voit mal comment l’équipe scénaristique auraient pu continuer sur un axe individuel pour chaque classe. Par contre, les histoires se renvoient l’une à l’autre et ceci sans toutefois la rendre incompréhensible en ne jouant qu’une faction. Seul point négatif, l’impact scénaristique de l’extension semble être minime et on a l’impression que rien n’a vraiment bougé en dehors de Makeb.

  La progression du niveau 50 au niveau 55 est agréable dans l’ensemble, bien qu’on puisse regretter un manque d’originalité dans les quêtes. Une fois dépassé les premières mesas, la difficulté des combats demande d’être attentif à ce que l’on fait sous peine de mourir sous les coups de certains ennemies coriaces. Et attentif, il vous faudra l’être constamment, car vous découvrirez que le décor magnifique et dépaysant de Makeb est aussi un piège mortel si on ne regarde pas où on met les pieds.

  La progression comporte malgré tout ce qui constitue le principal point négatif du tableau : le contenu des quêtes principales et secondaires n’est pas assez important à lui seul pour permettre d’atteindre le niveau 55 et les joueurs se retrouvent souvent au niveau 54 (voir 53) à la fin de l’histoire. Certes, il reste encore aux joueurs d’autres activités comme de très nombreuses quêtes journalières ainsi que des activités tertiaires avec les nouvelles fonctionnalités que sont le droïde chercheur et les Macrojumelles mais cela reste insatisfaisant comparé à la concurrence.

  Comme je l’évoquais à l’instant, le jeu présente de nouveaux éléments de gameplay. Le droïde chercheur permet d’effectuer des fouilles sur Makeb et dans certaines zones d’autres planètes afin de remplir des quêtes liées à une réputation et de gagner des récompenses inédites. Ce système, qui n’est pas sans rappeler l’archéologie de World of Warcraft (bien que moins précis), va de pair avec les Macrojumelles. Ces derniers servent à repérer les meilleurs endroits pour utiliser le droïde sonde, mais aussi à remplir des quêtes plus ou moins scénarisés concernant un réseau d’espionnage indépendant. Les succès font aussi leur apparition, permettant de garder trace de ses accomplissements (liés à l’Héritage), mais aussi d’obtenir de nouveaux titres et même parfois quelques Pièces du Cartel. On déplorera l’absence d’évolution de l’arbre de talents malgré les modifications et nouveaux pouvoirs des classes.

  Une fois le niveau 55 atteint, outre les très nombreuses quêtes journalières, les joueurs devront se contenter d’un contenu inédit très limité à en JcE à Haut Niveau, sous la forme d’une nouvelle Opération sur le thème du Cartel Hutt et des Maître de l’Effroi : Repaire d’Infâmes Malandrins. Il faudra sinon se contenter de quatre Zone Litigieuses (Athiss, Station Martel, Cademimu et Pillards Mandaloriens) et d’une Opération (Cauchemar Venu d’Ailleurs) mises à niveau.

  Pour ce qui est du JcJ, aucune nouveauté n’a fait son apparition. Bien que les cinq Zones de Guerre restent distrayantes, il est dommage que les développeurs n’aient pas exploité le concept de verticalité des mesas de Makeb pour nous offrir quelque chose d’original. On notera que les joueurs disposent maintenant d’un buff Coup de Pouce, augmentant leurs statistiques (principalement l’expertise) afin de diminuer la différence d’équipement mais sans toutefois les placer à égalité avec une personne en équipement JcJ complet.

  En conclusion, cette extension, où devrais-je dire ce DLC (appelons un nexu, un nexu) me laisse sur ma faim. Bien que Makeb soit très agréable à parcourir et que le scénario soit intéressant à jouer, le manque de contenu pose problème. Une progression complète jusqu’au niveau 55 et, soyons fou, une ou deux Zones Litigieuses inédites auraient compétemment changé la donne. M’est d’avis qu’il aurait mieux fallu une véritable extension (avec bien sûr un prix correspondant), comprenant au moins trois planètes. Espérons qu’à court terme la mise à jour 2.1 saura combler certaines attentes (et pas seulement cosmétiques …) et qu’à plus long terme Bioware se montre plus ambitieux dans la réalisation d’extensions.




Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !