Critique de Star Wars Rebels : Les Prémices d'une Rébellion

Article publié par Kir Kanos (lu 7 969 fois)

Suite à la diffusion de l’épisode pilote de la nouvelle série Star Wars Rebels, en fin de semaine dernière, l’équipe souhaitait faire un retour sur celui-ci. Nous vous remercions d’ailleurs pour votre présence sur le site à l’occasion de la diffusion et votre soutient.

Autre point avant d’entrer dans le vif du sujet, nous ne parlerons pas des différences entre le Nouveau Canon (dit N.C.) et l’UE Legends. Ici n’est pas le propos et je rassure l’ensemble de nos lecteurs en vous disant que l’équipe accepte tant bien que mal le N.C. Ainsi cette news a pour objectif de revenir sur les points positifs et négatifs qui ont pu apparaitre dans l’épisode. Cette critique, puisque s’en est une, se veut donc la plus objective possible, car ce n’est pas parce qu’il y a d'écrit Star Wars qu’il est forcément nécessaire de tout laisser passer. En tant que fans nous sommes bien sûr attentifs à tout ce qui a attrait à notre saga préférée mais nous devons aussi être capables d’avoir un esprit critique sur les bons points comme sur les mauvais.

Après avoir clarifié les choses, passons à la critique de l’épisode. Ainsi donc vendredi 03 octobre 2014 marquait le grand retour de Star Wars sur les écrans. L’épisode, intitulé Les Prémices d’une Rébellion (Spark of Rebellion en VO), nous a permis de faire connaissance, pendant 44 minutes, avec l’équipage du Ghost et l’agent impérial Kallus, mais aussi avec le style Rebels.

Evacuons d’entrée la question visuelle. Celle-ci ne fait pas l’unanimité et reste un des points les plus subjectifs de la série, donc on accroche ou pas. En effet autant certains plans peuvent être vraiment beaux, autant par moment le tout est assez grossier, vide et moche. Ainsi les paysages de Lothal (l’une des planètes de l’épisode) sont vraiment chouettes avec un vrai travail sur la luminosité des plans, mention spéciale à ses plaines ou encore au plan avec le Star Destroyer au-dessus de la ville de nuit. D’une façon générale, la luminosité de l’épisode est bien plus proche de la photographie de la Trilogie Originale que de la Prélogie, ce qui n’est pas sans déplaire à l’équipe.

Mais à l’inverse des paysages et des plans larges, les plans serrés apparaissent vide et peu détaillés. Ainsi les rues de Lothal, les couloirs du Star Destroyer font vraiment vide. Que dire également de la modélisation des personnages, ressemblant pour certains à des « playmobils gominés » et dans l’ensemble peu détaillés. Cela est particulièrement flagrant avec les wookies complètement ratés. L’animation n’est pas non plus au top et en étant vraiment pointilleux, on remarque de légers manques dans la décomposition des mouvements, rendant certaines actions des personnages peu naturelles.

Ainsi Rebels souffle le feu et la glace au niveau visuel et si la direction artistique de la série se veut l’héritière du travail de Ralph McQuarrie, que l’on retrouve dans les plans larges, on ne peut pas dire que l’ensemble est au niveau des dessins du maître disparu en 2012.

Passons maintenant au cœur de l’épisode, son histoire et les moments forts de l’épisode. Pour ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de voir l’épisode (ni l’extrait des premières minutes), tout commence sur la planète Lothal. On y fait la connaissance d’Ezra, adolescent laissé à lui-même, dont le passe-temps préféré est de voler les forces impériales pour revendre la marchandise au marché noir. Au cours d’une de ces escapades, Ezra tombe sur Kanan et sa bande entrain de voler un chargement impérial important. Cette partie de l’épisode ayant déjà fait l’objet d’une analyse on n’y reviendra pas. Sachez simplement qu’Ezra est récupéré par l’équipage du Ghost et la simple mission de rapine va rapidement tourner à un ensemble de missions de sauvetage. C’est l’occasion pour la série d’introduire certains des personnages secondaires importants tels que l’agent impérial Kallus et l’ambigu Vizago.

Le scénario de l’épisode est donc assez rocambolesque, l’équipage du Ghost allant d’une mission de sauvetage en mission de sauvetage toutes moins préparées les unes que les autres. Et c’est là, l’un des gros soucis de l’épisode.

En effet, au vu du déroulement de l’action, on se demande comment l’équipage du Ghost a réussi à survivre aussi longtemps, car tous les plans mis en place consiste à simplement foncer dans le tas. Bon, ils sont bien aidés par des impériaux peu débrouillards et incompétents, à l’exception de l’agent impérial Kallus (la véritable bonne surprise de l’épisode mais nous y reviendrons), mais cela ne justifie pas tout. Et si on peut accepter que l’apparition d’Ezra dans la mission sur Lothal ait perturbé leur plan, il est difficile de se dire que des « professionnels » ne vérifient pas leur source et tombent dans des pièges aussi grossiers. Que dire aussi de l’infiltration du Star Destroyer complètement abusée (entre peinture explosive, bouclier laissant passer un vaisseau ou encore geôliers ne fouillant pas leur prisonnier), mais aussi du raid sur Kessel aberrant d’un point de vue tactique.

En effet comment justifier le fait que les Rebels ouvrent le feu depuis le Ghost sur des impériaux quand ceux si sont à proximité des wookies à sauver, idem pour l’attaque au sol. Une chance pour eux qu’il n’y ait pas eu de dommages collatéraux, pour une mission de sauvetage ça aurait fait mauvais genre.

Enfin bref, le scénario reste assez classique dans son déroulement,  mais reste efficace pour une introduction même s’il met (trop) rapidement en place les éléments cruciaux de la série, notamment au niveau des personnages.

D’ailleurs parlons-en des personnages. Coté héros, l’épisode fait la part belle à Ezra, Kanan et Zeb alors que Sabine, Hera et Chooper sont sous exploités. Ezra étant le personnage principal de la série, il est normal que l’histoire tourne autour de lui. Néanmoins l’épisode semble en montrer trop à son sujet. On le savait sensible à la Force mais on aurait apprécié voir son secret se révéler petit à petit au fil de la saison et non directement. Alors oui, Kanan ne se rend pas compte tout de suite de ce qu’est Ezra, et ce dernier passe par plusieurs phases dans l’épisode (rencontre avec Kanan, découverte du sabre laser, de l’Holocron, bond de la Force, apprenti de Kanan). Des phases qui auraient pu être diluée dans la saison. Idem pour Kanan qui révèle son statut de Jedi au cours d’une mission des plus banales. Dommage.

Coté empire, l’épisode introduit très tôt l’agent impérial Kallus. Celui-ci se révèle rapidement comme quelqu’un d’impitoyable (surtout avec ses troupes) dans sa traque des Rebels. Il apparait aussi beaucoup plus débrouillard et dangereux que le reste des forces impériales. On attend de voir l’Inquisiteur en action. Ce dernier ne fait d’ailleurs son apparition qu’à la toute fin de l’épisode pour un cliffhanger assez classique.

Alors au final que dire de cet épisode, si ce n’est qu’il n’a pas forcément convaincu l’ensemble de l’équipe tant d’un point de vu technique que scénaristique avec une histoire un brin trop classique, trop téléphonée et certaines scènes d’action un peut trop exagérées.

Cependant, l’épisode réservait une bonne surprise avec le traitement de l’agent Kallus, plus intéressant que les bandes annonces ne le laissaient paraitre. On attend confirmation de ce fait dans les autres épisodes, qui auront aussi fort à faire pour redresser la barre et accroitre la qualité de la série.




Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !



Espace publicitaire

Note de l'article
1 membre a noté l'article "Critique de Star Wars Rebels : Les Prémices d'une Rébellion" 5 sur 5

Noter cet article.

Articles similaires