Test de Star Wars: The Old Republic - Shadow of Revan

Article publié par Luuke (lu 32 871 fois)

Shadow of Revan, la seconde extension numérique payante de Star Wars The Old Republic vient tout juste de sortir. J’ai profité de la sortie en accès anticipé pour me plonger dans ce nouveau contenu scénaristique et vous délivrer mes impressions. L’extension est-elle à la hauteur ? Je vais tenter de répondre à cette question et bien d’autres encore.

Bioware a su faire monter l’attente chez les joueurs après la fin de la menace des Seigneurs de l’Effroi. Grâce à trois mises à jour narratives, les développeurs nous ont lancé dans une nouvelle aventure ambitieuse qui allait servir d’introduction à Shadow of Revan : les trois chapitres d’Alliances Forgées. Si le détour sur Makeb manquait cruellement d’intérêt à l’échelle de l’histoire du conflit galactique de SWTOR, Alliances Forgées nous a lancé sur une voie épique, avec des personnages marquants, rassemblés par les circonstances. Notre parcours sur Tython, Korriban, Manann et Rakata Prime s’inscrivait à la fois dans le conflit Empire-République, tout en tirant clairement ses origines dans le jeu de rôle Knights of the Old Republic. Dès le départ, l’extension avait déjà plusieurs points forts pour elle. Faut-il encore que le résultat final soit à la hauteur du prologue.
Bonne nouvelle pour ceux d’entre vous qui sortent d’hibernation carbonique, ce prologue est maintenant complétement réalisable en solo et Bioware a tout prévu pour que vous ne manquiez pas de découvrir ces aventures.

Un petit résumé s’impose quand même ! Attention SPOILERS ! Le culte de L’Ordre de Revan s’est étendu dans la galaxie, infiltrant les deux factions et les minant de l’intérieur. La raison principale de l’activité bourdonnante de cette secte et que Revan est bel et bien de retour, et qu’il veut mettre à bas l’Empire ET la République. Le premier parce qu’il abrite l’Empereur, qui menace toutes vies dans la galaxie, et le second parce qu’il s’est révélé trop faible. Au début de Shadow of Revan, la menace n’est pas encore reconnue par les deux factions et le joueur se retrouve plus ou moins dans la clandestinité. Fin des SPOILERS !

Avant de plonger enfin dans Shadow of Revan, il faudra d’abord vous familiariser avec le nouveau système de compétences : les Disciplines, remplaçant les arbres de talents. Si l’on pouvait craindre une ultra-simplification de cet élément primordial du gameplay (comme on a pu le voir sur World of Warcraft), il n’en est rien. En fait, SWTOR échappe enfin à ce cliché des arbres de talents dont sont atteints de nombreux MMO, pour enfin s’offrir un système qui lui est propre. S’il peut paraitre déroutant au premier abord pour les vétérans, il est clairement conçu pour faciliter l’acquisition de nouvelles compétences et la familiarisation aux rôles (tank-soins-dégâts) pour les nouveaux joueurs. La distribution de compétences spécialisées actives et passives se fait naturellement au fil des niveaux, mais on peut regretter que Bioware n’ait pas intégré l’acquisition de toutes les compétences de cette façon, ce qui oblige encore à aller voir un maître de classe.
Les joueurs gardent la possibilité de choisir des compétences passives mineures tous les 8 niveaux dès le niveau 11, grâce à l’acquisition de Points d’Utilité. Ces points sont à dépenser au sein de trois paliers, qui se débloquent après avoir dépensé un certain nombre de points. Ces compétences sont issues de l’ensemble des trois arbres de talents, ce qui permet d’accéder à des bonus inaccessibles alors. Elles permettent aussi de déterminer un style en choisissant des compétences orientées Joueur contre Joueur ou Joueur contre Environnement.
Malheureusement, il s’agit là du seul changement majeur de gameplay. Shadow of Revan n’offrant absolument rien de nouveau de ce côté-là, contrairement à Rise of the Hutt Cartel.

Mais trêve de bavardage ennuyeux sur le gameplay et lançons-nous enfin dans l’aventure, qui commence sur la planète Rishi. Force est de constater que l’équipe en charge des environnements à fait un impressionnant travail, riche en détails et visuellement très inspiré. La Crique des Pillards, la « ville » dans laquelle on débarque sur Rishi, fourmille de détails et propose une version Star Wars de Tortuga (Pirates des Caraïbes). Les autres parties de l’extension ne sont pas en reste non plus. Les environnements sauvages de Rishi sont somptueux, donnant dans le genre jungle/côte sud-est asiatique, avec de nombreux cours d’eaux et un relief escarpé.
Yavin IV reste égale à ce qu’on lui connait et est de fait moins originale, même si la qualité du travail des artistes est au rendez-vous. Ses jungles et ses ruines rappellent les tons de Dromund Kaas, toutefois en étant un peu plus clair.

Toujours au sujet de l’environnement, je trouve dommage le manque de nouvelles créatures, dont on a vite fait le tour. La faune galactique manque de diversité, et revoir toujours les mêmes animaux, ou juste de nouvelles skins (même modèle 3D et animations) lasse.

Une autre équipe qui mérite des louanges est celle des animateurs, dont les cinématiques sont particulièrement vivantes et pleines d’actions. Malheureusement ces dernières sont rares. La faute à l’absence complète de dialogues cinématiques pour les quêtes secondaires, qui se contentent d’une simple ligne de dialogue pendant qu’une fenêtre nous explique ce que l’on doit faire. Un gros pas en arrière dans l’approche narrative générale de SWTOR, pourtant son plus gros point fort.

Et puisqu’on parle des quêtes secondaires, je regrette le manque d’originalité dans les objectifs, sauf pour une. Cette dernière exploitant le gameplay des jumelles pour nous donner l’impression de contrôler une tourelle anti-aérien. A contrario, deux quêtes utilisant le gameplay du système de fouille se sont révélées une prise de tête complète.

Concernant la progression, Shadow of Revan tombe dans le même travers que son prédécesseur : les niveaux ne sont pas ajustés au contenu et on se retrouve à avoir fini le combat final au début du niveau 59, ce qui est aberrant. Evidement le constat est pire si le joueur n’est pas abonné et ne dispose pas de bonus d’expérience.

Question quantité, l’extension se complète entre 10 et 15 heures, ce qui est plutôt moyen. Les planètes sont plutôt petites et me font l’effet d’être ensemble plus petite que Makeb ou toute autre planète majeure du jeu. Bien sûr, je ne m’attendais pas à avoir deux planètes majeures, mais là c’est vraiment en dessous de mes attentes. Pour vous faire une idée, il n’y a que trois centres de quêtes en tout.

Toutefois, le flambeau est clairement donné à l’histoire principale, cette fois-ci complétement commune à l’Empire et la République, à la différence de quelques lignes de dialogues ici et là. Le scénario en lui-même est plutôt intéressant à suivre et commence d’ailleurs sur une note originale, où l’on peut se faire passer pour un pirate. Je n’en dirais pas plus pour ne rien gâcher, cependant je trouve que le scénario va trop vite à son terme. Le joueur vole de succès en succès sans obstacle et c’est bien dommage. Il manque à mon avis un moment « Empire Contre-Attaque », qui aurait pu voir les Révanites gagner du terrain. Il en ressort que l’on a l’impression d’avoir effectué une promenade de santé et le statut de menace des Révanites en pâtie grandement.

Quant aux quêtes de classes, elles sont forts sympathiques et toutes bien ancrées dans l’esprit de la classe, offrant parfois une conclusion intéressante à une histoire (comme avec le soldat) ou ouvrant de nouvelles possibilités (comme avec l’agent). Malheureusement, vingt minutes suffisent à leur complétion.

Contrairement à Rise of the Hutt Cartel, l’extension comprend de nouvelles Zones Litigieuses. Ces dernières, Chasse Sanglante et Bataille de Rishi, suive le modèle scénaristiques introduit avec Alliances Forgées, en fournissant du contenu de groupe lié directement à l’histoire principale, et non plus en parallèle, comme c’était le cas dans les premières Zones Litigieuses de SWTOR. Autre innovation par rapport à avant, elles sont réalisables seuls, mais sont obligatoires à la poursuite de l’aventure. Aussi, je vous déconseille de foncer sur la recherche de groupes dès qu’elles se retrouvent disponibles, c’est-à-dire au niveau 56. Petit bémol au mode solo : le droïde qui nous accompagne n’a pas une IA très élaboré et peut parfois se faire jeter dans le vide par un boss, menant à une débâcle quand ce dernier tourne son attention sur le joueur.

Le contenu de haut niveau est lui aussi bien plus à la hauteur, avec pas moins de deux nouvelles Opérations, deux Worldboss, deux réputations planétaires à farmer via les quêtes journalières et une poignée de Zones Litigieuses en mode difficile. Les Ravageurs, la première Opération, n’a rien de palpitant au sein de la trame, mais saura certainement satisfaire les joueurs, tandis que le Temple du Sacrifice offre une conclusion méritée à l’extension, avec comme boss final Revan.

Mais que les joueurs solos ne s’inquiètent pas, la conclusion de Shadow of Revan dispose aussi d’un mode solo, sans toutefois reprendre le contenu de l’Opération. C’est un combat équipe qui s’ouvre alors à ces joueurs, avec une conclusion qui viendra clore le clapé des détracteurs de Revan en tant qu’antagoniste majeur de l’extension (et non, ce n’est pas ce que vous pensez non plus), tout en ouvrant le chemin à la suite des aventures du joueur lors des prochaines mises à jour de contenu. Mais je n’en dis pas plus pour l’instant…

Avant, de conclure, un petit coup de gueule au sujet de l’accès anticipé. Deux choses m’ont particulièrement porté sur les nerfs. D’une, quelques bugs majeurs, notamment lors du combat final, me font l’impression d’avoir payé pour une bêta-test à la sauvette, tandis que l’expérience de jeu s’en est retrouvée diminuée. Devoir changer d’instance pour compléter une quête ou devoir s’y reprendre à dix fois parce que Revan a une phase de combat complétement bugée, c’est plus que limite.
Ensuite, quand on vient nous dire sur le forum officiel que les coûts de compétences vont être retirés, c’est cool. Le faire au beau milieu de l’accès anticipé (vendredi dernier), alors que des centaines de joueurs ont déjà dépensé ensemble plusieurs millions de crédits en compétences, c’est du foutage de gueule pur et simple.

En conclusion, cette extension me laisse avec un constat mitigé. Si l’histoire principale, la réalisation artistique et le contenu haut niveau sont à la hauteur, l’extension souffre malgré tout de nombreuses tares qui font que Shadow of Revan reste une production moyenne et qui laisse sur sa faim.




Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !