Benjamin Carré


Benjamin Carré est un artiste français polivalent dans le domaine du dessin. Il est connu dans l'univers de Star Wars pour ses fan arts et plusieurs couvertures de comics KOTOR.

  I Biographie

  Benjamin Carré est un artiste français né le 22 mai 1973. Depuis tout petit, il décide de faire du dessin son métier ; et pour cela, après un Bac sciences économiques, il entre à l'ESAG sur Paris.
Il débute sa carrière en 1997, en travaillant pour des jeux de rôles tels que Néphilim et Rétrofuture, en free-lance. C'est en 1999 qu'il rejoint Darkworks où il travaille notamment sur les jeux vidéos Alone in the dark : the new nightmare et Cold Fear.

  La carrière de Benjamin Carré ne s'arrête pas là, et une partie de son travaille se passe dans le domaine de l'illustration. Il illustrera plusieurs couvertures de romans, comme par exemple les Chrono-minets ou Les âmes dévorées. Il est également l'illustrateur de la BD Smoke City scénarisée par Mathieu Mariolle. Mais ce n'est pas tout, puisque que son métier le conduit à toucher à beaucoup de choses, ce qu'il fait d'ailleurs avec plaisir.

  Par ailleurs, le monde de Star Wars influence beaucoup le travail de Benjamin Carré. Il est notamment connu des fans pour ces nombreux fan arts d'un grand réalisme. Il a également la chance de travailler sur les couvertures des comics KOTOR pour Dark Horse, lui permettant de mettre officiellement son nom dans l'univers Star Wars. Le 1er mai 2010, lors d'une convention, il se fait introniser comme membre honoraire par la 501eme légion française, prouvant la gratitude et la reconnaissance des fans pour son travail.

Benjamin Carré

Illustration de deux couvertures : Chrono-minets et Les âmes dévorées.
Montage SWH.


II Interview

L'interview a été réalisée le dimanche 2 mai 2010, lors de "Génération Star Wars et Sciences Fiction".

Star Wars HoloNet : Tout d'abord, merci de répondre à nos questions.
Benjamin Carré : De rien

SWH : Pourrais-tu te présenter rapidement ?
: Je m'appelle Benjamin, et j'adore le dessin. Je dessine, je fais pas mal de choses par le dessin, je fais plein de métiers, je fais des couvertures de romans, des couvertures de comics, je fais de la bande dessinée, et du designs pour des jeux vidéo  (note : Alone in the Dark IV, Cold Fear) et des films, du jeux de rôle, quelques jaquettes de CD, des affiches de concerts, tous les domaines possibles.

SWH : Par rapport au dessin, vu qu'il s'agit de ton métier, quel est ton parcours ?
: Alors, mon parcours, c'est atelier pâte à modeler à l'age de 4 ans. Comme tout le monde, j'ai commencé à dessiner à la maternelle et puis un jour mes parents m'ont dit "Ah ouais, il est beau ton dessin !" et je les ai pris au sérieux. Mais bon, tous les parents disent à tous les enfants "Il est beau, ton dessin !", mais c'est pas pareil, je l'ai entendu autrement et j'ai décidé que ce serait mon métier, et depuis tout petit. Sauf que, quand après tu es ado, le je-veux-devenir-dessinateur, c'est un peu le doux rêve. Donc, j'ai passé un BAC science éco histoire d'assurer déjà le plan B au cas où (rire) et après le BAC science éco, je suis entré dans une école d'art graphique qui s'appelle Penninghen à l'ESAG sur Paris. Et ce qui est bien dans cette école, c'est que c'est pas qu'une école d'illustration, c'est une école vraiment complète, où j'ai appris la photo, l'illustration, le dessin académique et je crois que je me ressert de tout ce que j'ai appris dans mes illustrations. J'aime remettre tout ce que j'ai appris à l'école.

SWH : Tu ne te contentes pas d'un simple dessin comme ça.
: Non. Je fais des collages photo ; des fois sur des couvertures de bouquins, je fais les titres... Je m'amuse, quoi.

SWH : Vu que tu touches à tout dans ton métier, que préfères-tu ?
: C'est éviter la routine. C'est justement pouvoir toucher à tout. Il se trouve que je fais de la bande dessinée, mais, si je veux en faire sérieusement, il faudrait que je fasse que ça à plein temps, et ça je ne peux pas. Je ne peux pas te dire qu'à partir de maintenant je suis dessinateur de BD : il faut que le prochain travail soit la distraction de celui que je suis en train de faire, que, quand j'arrête sur un boulot, l'autre m'aère la tête parce qu'il est vraiment différent.

Benjamin Carré

Cold Fear par Benjamin Carré.
Montage SWH.



SWH : Comment as tu été amené à travailler sur Star Wars ?
: Du fan art. J'ai fait du fan art au début, mais j'étais conscient, ça va être super prétentieux ce que je vais dire, qu'en tant qu'illustrateur professionnel mes fans arts seraient un peu remarqués parce que ça sortirait des autres fans arts qui ont été faits dans les marges des cahiers d'Histoire Géo. (petit rire) Donc voilà, ce n'était pas innocent non plus ; je faisait du fan art en me disant «  ce serait bien de me faire repérer dans l'univers Star Wars", parce que je suis un gros fan de cet univers. Et puis ça a été le cas ; j'ai présenté mon book à Dark Horse, je n'ai présenté que mes fan art Star Wars, ça a marché.

SWH : Donc, tu es un fan de Star Wars. Tu te situes comment par rapport à Star Wars ? Fan total ?
: Je suis un geek, je collectionne des figurines, je collectionne des statues, des lego, donc j'ai ce côté là !
Je maitrise bien l'univers Star Wars : quand il y a des discussions de haut vol, je suis de la partie tant que c'est sur les films. En ce qui concerne l'univers étendu, je suis un peu perdu parce qu'il est vraiment vaste, mais bon il y a pas mal de chose de l'univers étendu que je connais bien mais pas tout. Après, je suis suffisamment fan pour me casser la tête plusieurs heures sur un fan art. J'ai une femme qui n'aime pas du tout Star Wars. C'est bien parce qu'elle me permet de garder les pieds sur terre aussi, et j'aime garder les pieds sur terre.

SWH : Notre Terre à nous ?
: Ou une autre ! (rire)

SWH : Tu maitrises KOTOR, les Chevaliers de l'Ancienne République ?
: J'ai joué aux 2 jeux mais j'ai pas trop lu les BD, je me suis contenté de faire les couvertures.

SWH : Pas trop plongé là où tu travailles ?
: Disons que pour être honnête je suis tellement content de faire du Star Wars que je prends ce qu'on me donne. Mais je préférerais infiniment qu'on me donne les couvertures qui se passent dans la vieille trilogie que dans soit la nouvelle trilogie soit une autre série. Enfin, KOTOR, je trouve ça classe ! Les jeux, il y avait vraiment quelque chose qui s'en dégageait, c'est vraiment un bon produit, donc pour ça je suis content d'être sur KOTOR. Mais il se trouve que par manque de temps aussi, je n'ai pas lu les BD KOTOR. Et puis quand je faisais les couvertures, elles n'existaient pas encore les BD que j'illustre moi-même, on ne me les donnait pas.

Benjamin Carré

Couvertures des comics Kotor 42 et 45.
Montage SWH.


SWH : Et dans ton métier tu as des attentes ou des rêves ?
: Non

SWH : Peut être continuer justement dans cette voie ?
: Oui mais en même temps il y a ce côté "ça y est je l'ai fait" ; du Star Wars officiel, j'en ai fais. Si je n'en fais plus demain, ce n'est pas grave je continuerai à faire du fan art et je serai toujours aussi content. Non, le but c'est que j'ai la chance de faire un métier passion. Effectivement, le but c'est de continuer à m'amuser en travaillant. Je suis pas du genre quand on me dit "Salut ça va ?" à répondre "Non c'est Lundi  ou Vendredi". Moi je suis content d'aller bosser.

SWH : Que privilégies-tu dans tes dessins ? L'aspect décor à l'extérieur, l'expression des personnages, ... ?
: J'ai aussi une déformation professionnelle : j'ai énormément travaillé comme concept designer dans le jeu vidéo et je ne faisais que les décors. Donc, le décor est instinctivement ce que je vais soigner alors qu'avant, comme tous les dessinateurs, je préférais les personnages. Tous les dessinateurs sont d'accord entre eux : ils veulent dessiner un personnage. Quand on dessine, c'est ce qui vient instinctivement. Et par déformation professionnelle et par toutes ces années passées dans le jeu vidéo, je me suis spécialisé dans le décor. Mais ce n'est ni les personnages ni les décors que je privilégie, c'est l'idée. J'essaye pas de me contenter de reproduire une scène du film. Quand je fait un fan art, par exemple, je vais pas faire le duel Vador/Luke, je vois pas l'intérêt car ça a déjà été vu dans le film et cela n'est pas du tout humble de ma part. J'essaye d'apporter quelque chose de plus. C'est super prétentieux, je m'en rend compte, de le dire comme ça. J'essaye de faire des scènes comme ça voilà : Yan Solo carbonite livré à Jabba. C'est une scène qu'on a pas vue dans les films, on sait qu'elle a eu lieu, on l'a presque tous dans notre inconscient collectif, mais on l'a pas vue, et c'est le terrain que j'aime pour faire mes illustrations.

SWH : Sinon j'ai vu que tu as fait Smoke City. Comment t'est venue cette idée ?
: A la base, c'est une rencontre avec Mathieu Mariolle le scénariste. Je venais de faire une BD sur une histoire de Vampire (note : Vampire chez Carabas) et puis il est venu vers moi, il m'a dit "J'aime ce que tu fais, on va faire une BD ensemble si ça te dit". J'ai dit "non, je viens d'en faire du vampire, ça m'intéresse pas". Lui, normal, m'attaquait sur le terrain sur lequel il m'avait connu et il pensait que c'était mon trip. J'aime pas les vampires en fait (rire). Et de toutes façons, j'aime pas tout les tueurs en séries : ils me glacent le sang.

SWH : Même Dark Vador ? Si on peut le considérer comme un tueur en série ?
: Quand il tue des enfants je le déteste !

SWH : Les Jedi non ?
: Les Jedi, si ce sont des tueurs, aussi ! Mais ce ne sont pas des tueurs en séries, ni des psychopathes ! Arrête ! Les Jedi, ce sont des moines et pourquoi des moines ? D'après ce que j'en ai compris, c'est ce qu'on entend dans Spider Man : "Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités" et pour pas péter un câble, se sentir le roi du monde, t'es obligé d'avoir une discipline de fer pour l'assumer, enfin c'est comme ça que je vois les Jedi. Et les Sith au contraire c'est les mecs qui se lâchent en disant "non non je suis le plus fort et j'en profite, je me taille la part du lion".

SWH : Tu es plutôt Sith, Jedi, ou autre ?
: Autre. Et notamment, en ce moment, dans toutes les productions Star Wars, je trouve qu'on voit un petit peu trop de sabre laser. Ce n'est pas que je ne les aime pas, disons même que les Clone Wars j'adore : c'est assumé, ça se passe pendant la guerre des Jedi, donc voilà. Mais ce qui me plaisait dans la première Trilogie, quand quelqu'un dégainait un sabre laser, tout le monde faisait dans son froc parce que, tout à coup, les Jedi, c'est rare. Et ce que sont devenus maintenant les Jedi, c'est  le commun des guerriers, les supers pouvoirs qu'ils ont... Ce ne sont plus des super-héros et on s'identifie aux super-héros. Moi j'aimais bien, et ça leur fait perdre l'aura exceptionnelle qu'ils pouvaient avoir. Et donc, j'aime les petits gens de Tatooine, les piliers de bar de la cantina et les musiciens de la cour de Jabba, et c'est ce que j'aime dans Star Wars.

SWH : Le côté Western en même temps.
: J'adore Tatooine pour ça ! Parce que c'est la partie western, Yan Solo y est pensé comme un cowboy et les chasseurs de primes aussi. J'adore ce côté western. Mais j'aime beaucoup les Jedi mais je les aime quand ils gardent leur côté exceptionnel ; quand ils deviennent monnaie courante, c'est un autre Star Wars que j'aime un petit peu moins.

Benjamin Carré

Girls Power !
Montage SWH.


SWH : Par exemple l'attaque sur Géonosis.
: Mais elle est très belle, l'attaque de Géonosis. De toutes façons, la guerre des clones est une guerre de Jedi, elle est assumée comme ça, et je l'apprécie. Mais après, j'aime me dire que dans Star Wars il y a aussi des chiottes et les gars ils ont un quotidien et que 1000% des gens c'est pas des Jedi c'est des gens qui vivent leurs vies. C'est les dealers, c'est les machins, et je dis dealer parce que je pense à l'Episode II, les bâtons de la mort (rire). Et ces gens-là me plaisent bien parce que ça montre qu'il y a de l'humain, même dans les aliens il y a de l'humain aussi, et qu'il y a des surhumain qui sont là. J'aime quand on s'intéresse pas forcement que à eux.

SWH : Tu es plus ancienne trilogie.
: Plus ancienne Trilogie et plus pègre en faite. La scène de Jabba c'est celle que je préfère.

SWH : Comme tu as pu déjà toi-même remarquer, ton travail est apprécié par les gens, les fans de Star Wars notamment. C'est pour ça que tu es là, et nous sommes là pour ça. Ça fait quoi ? Comment le vis-tu ?
: Bien. (rire). C'est un peu le but quand même. Quoi qu'il arrive quand on fait un dessin, on ne le fait pas que pour soit. Sauf quand on fait des recherches graphiques, mais à la base c'est pour être montré. Et quand on fais quelque chose qu'on va montrer on essaye de plaire. De toute façon le dessin c'est un mode de communication et quand on communique avec des gens c'est leur plaire. Ça passe pour le dessin pour moi.

SWH : Et tu expliques comment que tu arrives bien à communiquer comme ça, et à plaire autant ?
: Je sais pas. Je crois que c'est que je m'amuse en le faisant et que ça se voit. Tu me feras pas dire "ouais je suis le meilleur" ; et non j'ai pas la grosse tête vraiment, je suis content, super content que ça plaise mais en même temps je le fais pour ça. J''essaye de le faire bien.

SWH : Tu le fait et si ça plait au gens tant mieux ?
: Non, je m'amuse et je veux que ça plaise (rire) et si ça plait pas j'essaye d'analyser pourquoi ça n'a pas plut et je fais ce qui faut sur le prochain pour que ça plaise.

Benjamin Carré

Blade Runner vu par Benjamin Carré.
Montage SWH.


SWH : Et en plus tu as été repéré par Dark Horse, ça fait quoi d'être un "frenchie" aux USA ?
: Non, je reste en banlieue parisienne, et grâce à internet. Non, c'est super cool, ça fait partie des rêves d'enfant, je n'osais même pas en rêver quand j'étais petit. Et en même temps c'est super naturel, je suis dessinateur j'adore Star Wars, c'est naturel de tenter d'aller vers du Star Wars et faire du Star Wars parce que c'est ce qui peut m'arriver de mieux. Donc j'ai tenté ma chance, ça a marché tant mieux.

SWH : Et si ça n'avait pas marché ?
: J'aurais continué mes fan arts. Ça n'aurait pas été un problème. C'était inespéré quand même. J'y allait pas en vainqueur du tout, j'y allais parce que j'aurais regretté de pas l'avoir fait si je l'avais jamais fait.

SWH : Tu as d'autres projets Star Wars ?
: Non, enfin j'ai tellement de travaille, je suis tellement débordé que je peux pas me permettre de penser au long terme.

SWH : Et si on t'en propose ?
: Oui ça fait partie des clients privilégié. Quand Dark Horse me contacte, m'envoie un mail en disant "tu as du temps en ce moment ?", je dis oui et c'est un gros mensonge. Je suis débordé, mais bien sûr, j'ai du temps ! (rire)

SWH : Même s'ils te proposent autre chose que du Star Wars, c'est pareil pas de soucis ?
: Ça dépend ce qui me propose. Une fois j'ai refusé du Star Wars parce que j'étais vraiment trop débordé. C'était un KOTOR. Quand j'ai commencé les KOTOR je sais pas si t'as remarqué j'ai fait le 42, 43, genre 45, 46 et pas le 44; je sais pas il y en a un que j'ai sauté (note: il s'agit du 46). Parce que celui-là se présentait d'un coup dans le planning, j'étais trop débordé je pouvais pas. Mais ça me faisait mal au cœur. Je préfère refuser que de faire une merde et me griller. Vaut mieux savoir lever le pied quand il faut. Le dessin est vue par tout le monde, par les éditeurs en premier, c'est important de le soigner car c'est ton image, c'est ton casting et je peux pas me couper la jambe.

SWH : As tu des projet autre que Star Wars, tu as l'air occupé ?
: Oui,je suis occupé ! Je viens de finir une BD, là je viens de finir un autre livre entièrement illustré sur les légende du roi Arthur avec plein d'illustration à l'intérieur pour jeune public, et je vais attaquer un livre entièrement illustré sur Peter Pan. Mais c'est pas des projet à moi c'est des projets que me propose les éditeurs. Et je les acceptes parce que c'est des beau projet; Peter Pan, Arthur tout ça. Mais des projets à moi pour l'instant vraiment perso, non pas dans l'immédiat.

SWH : Quand tu auras du temps ?
: Non mais je me laisse le temps de souffler sur Smoke City qui était un projet perso, je viens de le finir c'était éprouvant. Et je prends des vacances à ce niveau-là et ça va finir par me manquer et je repartirai dessus plus tard.

SWH : Tu as quelque chose d'autre à rajouter ?
: Non, merci...

SWH : Une dernière question : donc, hier soir (samedi 1er mai 2010), il y a eu l'intronisation de la 501eme, tu es devenu membre honoraire, ça fait quoi, tu le ressens comment ?
: Ça m'a énormément touché. Je sais pas comment dire, c'est comme Dark Horse c'était inespéré. Je ne l'imaginait même pas; j'ai même l'impression qu'il y a une erreur de casting. Quand je vois les autres membres honoraire de la 501eme maintenant j'ai l'impression que je fais tache dedans et me dit tiens moi aussi.(rire). Voilà, c'est l'effet que ça me fait.

Benjamin Carré

Intronisation de Benjamin Carré à la 501ème.


SWH : Merci pour l'interview.
: Merci à vous.



III Galerie d'image

Voici un aperçu de son travail à travers une petite galerie de ses œuvres.

Benjamin Carré

Benjamin Carré

Benjamin Carré

Benjamin Carré


De nombreuses autres illustrations sont visibles sur son site : http://www.blancfonce.com/


Note de l'auteur : Un grand remerciement à Benjamin Carré pour sa grande gentillesse, et pour avoir pris de son temps afin de nous accorder une interview.

Tout l'équipe de SWH lui souhaite une bonne continuation.



Actualités en relation

Solo : De nombreux plans inédits à découvrir dans une nouvelle vidéo officielle!

Avengers : Infinity War enfin sorti, voilà que Disney se trouve libre de redonner un coup de fouet à la campagne promotionnelle de Solo : A Star Wars Story ! Après la diffusion, hier, d'un nouveau spot TV pour le film, c'est...


Informations encyclopédiques
Benjamin Carré
Nom
Benjamin Carré
Nationalité
FR
Date Naissance
22/05/1973
Métier(s)
Illustrateur, designer

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
24/05/2010

Date de modification
06/02/2015

Nombre de lectures
11 251


Note de la fiche
1 membre a noté la fiche "Benjamin Carré" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • Site officiel de l'artiste

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.