Thierry Mornet


Thierry Mornet est le chargé de la collection comics chez Delcourt et le rédacteur en chef de plusieurs magazines de l'éditeur.

  

I. Biographie [haut]



  Peu nombreux sont les Français à porter les couleurs de Star Wars à l'étranger ou tout simplement dans leur travail. Thierry Mornet est de ces personnes, bercé et berçant avec cette Saga mythique. En effet, depuis environ 6 ans, il est le chargé de la partie comics américains des éditions Guy Delcourt. Parmi ces séries se trouve la collection Star Wars composée des BD, des magazines La Saga en BD et le futur Star Wars The Clone Wars.

  Lorsqu'il était jeune, Thierry Mornet commença à se passionner pour la BD, et les collectionna. Sa carrière professionnelle suivit cette voie en passant tout d'abord par divers postes, tel le service public ou la publicité. Il finit par travailler dans la BD il y a une douzaine d'années et depuis il fait découvrir consciencieusement en France les comics américains, d'abord chez Semic puis à présent aux éditions Delcourt.

Thierry Mornet


II. Interview [haut]



  Thierry Mornet nous a gentiment accordé une interview qui fut réalisée par l'équipe HoloNet en collaboration avec ses membres.

Star Wars Holonet : Bonjour et tout d'abord merci de nous accorder cette interview.
Thierry Mornet : Tout le plaisir est pour moi. C'est une excellente occasion d'aller au devant des fans...

SWH : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur vous, afin de vous présenter ?
T.M : Je suis Thierry Mornet, et j'ai la chance de m'occuper du catalogue Comics des Éditions Delcourt depuis près de 6 ans. Je suis chargé de sélectionner et d'adapter des licences de BD américaines, aussi bien en albums qu'en magazines. Et je m'amuse énormément en faisant cela.

SWH : Pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel, ainsi que ce qui vous a conduit à prendre en charge la collection Star Wars chez Delcourt ?
T.M : J'ai suivi un parcours atypique qui ne me prédestinait sans doute pas vraiment à l'origine à travailler dans l'édition de bande dessinée, même si j'en suis passionné depuis plusieurs décennies. J'ai été biberonné à Strange, Titans (qui publiait la série Star Wars de Marvel !)  et Nova, publiés par les Éditions LUG. Professionnellement, j'ai eu la chance de travailler dans divers secteurs d'activités avant (Service public, publicité, distribution micro-informatique…) et il y a une douzaine d'années on m'a proposé un job dans l'édition BD. J'ai eu de la chance, car j'en rêvais.
En parallèle, j'ai collaboré avec divers fanzines (notamment L'Inédit et Scarce) tout en travaillant quelques mois à la fin des années 90 avec Panini, sur la ligne Marvel France, lorsqu'ils ont récupéré la licence. Je fournissais des textes pour quelques-unes de leurs revues (Marvel Le Magazine, Hulk, etc.), et aussi avec les Éditions Bethy, qui rééditaient des séries Marvel en albums.
J'ai ensuite occupé pendant 6 ans le poste de Rédacteur en Chef chez Semic, et lorsque j'ai quitté Semic, j'ai rejoint l'équipe de Guy Delcourt qui m'a proposé de m'occuper de son catalogue Comics, regroupé au sein du label Contrebande, et qui comportait notamment déjà quelques albums Star Wars.

SWH : Comment est venue votre vocation sur les comics ?
T.M : Je ne sais pas vraiment si l'on peut parler de "vocation". Il serait plus juste de parler de passion pour la BD en général. En ce qui concerne la BD américaine, les comics, je les ai découverts par la VF, avec Strange et les publications Lug, Sagédition, Arédit, Artima, etc. En fait, je claquais tout mon argent de poche en prenant tout ce qui me tombait sous les yeux ! J'avais une dizaine d'années quand j'ai commencé… Et je n'ai jamais arrêté depuis.
En réalité, il y a eu plusieurs phases. Après la V.F., j'ai commencé à lire un peu de V.O. grâce à des copains qui voyageaient aux USA ou en Angleterre et qui m'ont ramené mes tous premiers comics. J'ai aussi commencé à en trouver dans quelques librairies spécialisées à Paris (Temps Futurs, Déesse, Actualités, etc.). Au milieu des années 80, je suis allé vivre un an en Angleterre, et là je rognais sur mon budget PUB et nourriture pour acheter ma dose de comics, chaque semaine. J'avais chopé le virus. C'était l'époque de l'explosion des éditeurs indépendants, celle notamment où Dark Horse a été créé, et a récupéré la licence Star Wars.

SWH : L'univers Star Wars est donc au centre de votre travail. Comment avez vous découvert cet l'univers ?
T.M : En 1977, j'étais en âge d'aller voir le film au cinéma. J'avais entendu parler de ce film dans des revues de cinéma et j'attendais avec impatience la date de sortie. Lorsque j'ai vu que LUG publiait la BD du film, quelques jours avant la sortie, je me suis rué dessus. J'ai donc lu l'adaptation en BD avant même d'aller voir le film en salle. J'ai toujours cet album d'ailleurs, avec une couverture de Jean-Yves Mitton et les 6 épisodes qui constituaient l'adaptation du film. Et là, j'ai pris une claque.
Pour l'anecdote, cela a été un vrai plaisir, plus de 30 ans plus tard, de m'occuper de la réédition récemment de ces épisodes dans le cadre de la collection Star Wars Collector que nous réalisons pour Atlas.
L'univers, les personnages, la notion - un peu nébuleuse d'ailleurs - de Force, etc, tout me plaisait. Et j'ai pris une deuxième grosse claque en découvrant les premières images et la dimension sonore du film. Il s'appelait La Guerre des Étoiles à l'époque. On ne parlait alors pas d'Épisode IV, de trilogie et encore moins de “prélogie“. C'était énorme !!

SWH : Vous êtes plutôt films ou Univers Étendu ? Trilogie ou Prélogie ?
T.M : Plutôt trilogie originale, sans aucun doute pour d'évidentes raisons sentimentales, de nostalgie pure. Ensuite, je pense que j'ai recherché à prolonger les sensations, justement à travers l'Univers Étendu, mais quasi-exclusivement en BD, car c'était une passion qui permettait de me relier avec Star Wars.

SWH : Quel est votre (vos) personnage(s) préféré(s) ?
T.M : Merci de m'offrir la possibilité dans la question d'en choisir plusieurs, car l'univers Star Wars est tellement large et riche, qu'il est quasiment impossible d'en sélectionner un seul. Je dois avouer que je suis fan de tous les extra-terrestres aux formes improbables qui apparaissent parfois le temps d'un plan dans les films. Si je dois citer quelques personnages, j'ai été fan de Han Solo, of course. De Boba Fett aussi. Sans doute moins maintenant, car ils ont été un peu galvaudés.
Je crois que ce sont les personnages de méchants qui m'attirent. Dark Maul notamment est une réussite. Il est terrifiant !
Plus récemment, dans le cadre de l'UE en BD, j'adore Quinlan Vos, le Jedi créé par John Ostrander & Jan Duursema. Il n'est pas clair… et c'est ce qui le rend intéressant !

SWH : Si vous deviez choisir une série de Comics Star Wars que vous appréciez plus que les autres, ce serait laquelle ?
T.M : J'ai vraiment adoré la série CLONE WARS, la première, celle qui était publiée dans le titre Star Wars Republic aux USA. Celle où apparaît Quinlan Vos d'ailleurs. Je crois qu'il s'agit d'un des meilleurs exemples de création réalisés dans le cadre d'une licence, avec des auteurs de premier plan, investis dans leur job. Ostander & Duursema ont d'ailleurs récidivé sur Legacy.
Plus récemment, je trouve Star Wars Legacy particulièrement réussi, notamment par le fait que la série ouvre des portes et étend réellement l'univers de la saga. J'aime aussi beaucoup Star Wars Dark Times : les épisodes dessinés par Doug Wheatley sont à tomber par terre, et la période est aussi très intéressante à suivre.

SWH : Quel aspect de l'Univers Star Wars préférez-vous ?
T.M : La richesse de la géo-politique, mais aussi le fait qu'il s'agit de la vision au départ d'un type, George Lucas, qui finalement lui échappe un peu, mais qui continue à se développer. Star Wars est devenu une véritable auberge espagnole, où une multitude de créateurs apportent leurs idées, leur talent, leurs propres visions… Et tout cela reste - bon an mal an - cohérent.

SWH : Pensez-vous que la licence Star Wars pourra faire de nouvelles séries aussi populaires que Knights of the Old Republic et Legacy ou qu'elles resteront un phénomène ?
TM : Je pense qu'il y a eu des séries de comics phénomènes avant (notamment CLONE WARS que nous évoquions plus haut), et qu'il y en aura après aussi. Je me souviens, lorsque Dark Horse a annoncé l'arrêt de Star Wars Republic / Clone Wars au profit de Legacy, que de nombreux fans avaient peur de ne pas retrouver la qualité qu'ils avaient auparavant. Résultat, Legacy, mais aussi KoTOR se sont imposées de très belle manière.
Je pense que si on laisse des auteurs de BD de talent travailler sur de nouvelles séries, nous aurons droit à d'autres séries phénomènes. Je suis confiant.

SWH : Vous qui avez suivi, presque depuis les origines, les évolutions de la saga, diriez-vous que celle-ci est actuellement dans une période de déclin, où le marché l'emporte sur la création et le génie ?
TM : Je pense qu'en matière de création, et à plus forte raison lorsque l'on touche un phénomène de société tel que Star Wars, qu'il est logique de connaître des pics de succès et des moments moins passionnants aux yeux de certains fans. En revanche, le phénomène est tellement installé, et il reste encore tellement de périodes au sein de la saga à débroussailler que l'on sera sans doute encore surpris dans quelques temps. Nous ne sommes pas dans une période de déclin, bien au contraire. Nous sommes plutôt dans une période de redéploiement. Star Wars est un univers en perpétuelle expansion.

SWH : Vous qui êtes chargé de la collection Star Wars, êtes-vous collectionneur de produits de la saga (Comics, romans, maquettes etc...) ?
TM : Je n'ai malheureusement pas le temps, ni les moyens financiers (sans parler de la place pour stocker) de craquer pour tous les domaines qui gravitent autour des films et de la BD. Je suis très attiré par les statues (Attakus fait un travail remarquable !), mais je me contente de suivre de près l'actu Ciné/TV et comics bien entendu.

SWH : Abordons, si vous le voulez bien, les secrets de votre profession :
Comment faites-vous pour retrouver de vieux comics ?

TM : Je ne sais pas s'il existe réellement des “secrets“. En l'occurrence, si l'on parle des récits peu ou pas connus que nous avons dénichés pour les publier dans les pages du magazine Star Wars La Saga en BD, je revendique une certaine propension à fouiner sur Internet, dans mes vieux bacs à comics etc… En ce qui concerne les récits publiés en Angleterre par exemple, je me suis souvenu de l'époque où je vivais là-bas, et du fait que Marvel UK réalisait - pas seulement sur Star Wars d'ailleurs - des récits inédits, en complément de ceux réalisés par la maison-mère aux USA. Une piste en entraine une autre et on finit par retrouver la trace de matériel. Même si tout le matériel en question n'a pas encore été exhumé, Dark Horse a facilité l'accès aux récits anciens en les rééditant, au fil des années. Et je pense qu'il reste encore de belles choses à venir, qui feront les beaux jours du magazine Star Wars La Saga en BD notamment, pour le plus grand plaisir des fans je l'espère.
C'est étonnant de recevoir des commentaires de nos interlocuteurs de Dark Horse, qui ont bien sûr connaissance de la richesse du patrimoine BD en ce qui concerne Star Wars, et qui nous disent parfois être surpris par des demandes pour d'obscurs récits dont ils n'ont jamais entendu parler. Cela prouve que nous creusons dans la bonne direction.

SWH : Quelles sont les séries SW qui marchent le mieux ?
TM : Dans l'état actuel des choses, Star Wars Legacy et Chevaliers de l'Ancienne République fonctionnent bien. Nous avons également vu un réel regain d'intérêt pour la première série CLONE WARS, qui le mérite bien.

SWH : Est-ce que les BD Purge vont être rassemblées en un seul volume ?
TM : Non, cela n'est pas à l'ordre du jour pour deux raisons : le début de cette série (qui n'en est pas vraiment une, car elle est constituée avant tout d'une succession de one-shots) a été publié aussi bien dans les pages du magazine Star Wars La Saga en BD et dans l'album CLONE WARS tome 10. Par ailleurs, ces récits complets "PURGE" que Dark Horse continue à proposer, s'inscrivent à mon sens parfaitement bien dans les pages du magazine. Et je tiens à cet aspect inédit des récits proposés dans le magazine. Je ne tiens pas à ce que Star Wars La Saga en BD soit un simple support de prépublication, sans quoi il perdrait de son intérêt pour les lecteurs. C'est aussi pour cela que nous multiplions les initiatives côté rédactionnel, avec des interviews d'auteurs, des sketchbooks, des dossiers d'illustrations ou bien encore une série d'articles consacrés à la célébration du 30e Anniversaire de la sortie d'ESB.

SWH : Quels sont les projets de la collection pour 2011/2012 ? Les comics Old Republic, des nouveaux Infinities ? De nouvelles séries encore inédites en France ? Des anciennes publications Dark Horse France (Splinter of the Mind's Eye) ?
TM : Nous sommes en train de faire approuver notre programme 2011 en ce moment même par Lucasfilm. Ce que je peux vous dire à ce jour, c'est que nous venons de renouveler notre contrat pour le magazine Star Wars La Saga en BD, et que l'année 2011 permettra d'accueillir quelques récits tels que Splinter of the Mind's Eye justement (La Pierre de Kaiburr en VF), mais aussi Rivers of Chaos et divers one-shots, dont certains ne sont pas encore annoncés par Dark Horse.
En ce qui concerne les albums, il y aura effectivement deux albums Star Wars The Old Republic, la fin de Legacy et sous réserve d'approbation par Lucasfilm le début de la série Knight Errant notamment. On en reparle dans quelques semaines, si vous voulez.

SWH : Attendez-vous avec impatience Knight Errant, la nouvelle série de John Jackson Miller (auteur de KOTOR) ? Est-ce que Delcourt va travailler en binôme avec Fleuve Noir pour sortir la BD et le roman ?
TM : Oui, bien entendu ! Tout d'abord, la présence de John Jackson Miller aux commandes est un gage de respect et de qualité de l'univers Star Wars. Son travail sur KoTOR a été remarquable ! Ensuite, voir un personnage féminin au centre de l'intrigue est une bonne idée, qui va apporter un souffle nouveau, dans un univers sommes toute très masculin.
Quant à la deuxième question, sans parler de "binôme" nous avons d'ores et déjà des contacts avec Fleuve Noir afin de collaborer ne serait-ce que sur de la visibilité croisée sur nos projets respectifs. Cela semble logique  et cela ne peut que favoriser la fluidité entre nos deux domaines respectifs d'activité… ce dont les fans ne peuvent que se réjouir.

SWH : La Légende des Jedi était une série très attendue. Avez-vous décidé de la (re)publier pour répondre aux attentes des fans ou parce que vous appréciez la série ? La série s'est-elle bien vendue ?
TM : J'avais en tête la publication de cette série depuis plusieurs années (sans doute le "complétiste" qui sommeille en moi), mais le calendrier de publication était déjà bien encombré. Lorsque nous avons eu une "fenêtre de tir" cette série s'est imposée, et je tenais à la publier de la plus belle des manières d'une part et dans son intégralité d'autre part. En effet, il n'est pas évident, face à des séries plus récentes d'imposer des récits réalisés il y a plus de 10 ans, en partie publiés en France (en l'occurrence par DH France/Cryo). Nous y étions déjà parvenus avec L'Empire des Ténèbres, avec la reformulation du Cycle de Thrawn ou encore avec Nouvelle République. Nous avons décidé de publier La Légende des Jedi - qui constitue "la préhistoire de l'Univers Star Wars" (du moins en BD) selon un rythme soutenu - tout en regroupant certains récits, de manière à réaliser une série en 6 albums, cohérente et sympa à (re)lire. Et puis, l'un des dessinateurs, Chris Gossett, est un ami, alors cela m'a permis de lier l'utile à l'agréable.
Dans le même registre, c'est la même démarche qui prévaut à la publication de la série X-Wing Rogue Squadron, qui fut elle aussi publiée partiellement par DH France/Cryo. Cette série comportera en tout 11 albums, et nous irons jusqu'au bout, même si nous sommes conscients que X-Wing, comme La Légende des Jedi d'ailleurs, rencontre un succès commercial moindre que Legacy ou Chevaliers de l'Ancienne République par exemple. En revanche, nous devons aux fans de compléter ces séries qui valent vraiment d'être lues.

SWH : Il y a-t-il une part de la collection Delcourt sur laquelle vous vous êtes particulièrement investi ?
TM : Le fait d'être en charge d'une collection, lorsqu'une série débute, permet d'y imprimer sa marque, de la "modeler" en terme de packaging. À ce titre - et sans pour autant tomber dans l'auto-satisfaction béate - le travail réalisé sur Chevaliers de l'Ancienne République et Legacy fonctionne plutôt bien, je pense.
En revanche, l'approche que nous avons eue de la trilogie Vector me semble plus logique que la publication US. Publier ce récit en trois tomes au lieu de deux, et en dehors des autres séries m'est apparu vraiment comme une évidence.
Je suis également très heureux de l'édition "Intégrale" de l'adaptation des 6 épisodes en un seul volume, que nous avions sorti pour célébrer les 30 ans de l'Episode IV.
Dans le même registre, et pour faire exception à ce que je disais sur Star Wars La Saga en BD qui ne se veut pas un support de pré-publication, nous préparons la réédition des récits courts signés notamment Alan Moore en un album à paraître l'année prochaine. En l'occurrence, le contenu et la personnalité des auteurs me semble justifier le passage en album.

SWH : Un dernier mot pour la fin ?
TM : Deux mots en fait. Le premier est tout simple : Merci à vous tout d'abord pour l'intérêt porté à notre travail. Et surtout un énorme merci aux lecteurs, qui soutiennent notre travail en continuant à lire - et visiblement à apprécier - ce que nous faisons sur Star Wars en bande dessinée. Sans vous, nous ne sommes rien, et nous ne pourrions rien faire.
Le deuxième est en l'occurrence un hommage que je souhaiterais rendre à un énorme artiste qui a fait beaucoup pour Star Wars. Il s'agit d'Al Williamson, qui est décédé aujourd'hui (le 12 juin 2010).
On doit à Al Williamson des épisodes mémorables de Flash Gordon, Rip Kirby et Secret Agent X-9. Son adaptation du film Blade Runner est également un must. En ce qui concerne Star Wars , il fut le dessinateur choisi pour l'adaptation des Épisodes V et VI en BD, et quelques épisodes de la série Marvel. Il a été également pendant plusieurs années le dessinateur du strip quotidien Star Wars, scénarisé par Archie Goodwin(1). Son trait élégant, ses univers foisonnants, ses princesses de l'espace sublimes, faisaient de lui l'un des artistes les plus incroyables qui ont mis leur talent au service de la saga des étoiles. Chapeau Monsieur Williamson.

SWH : Un grand merci pour le temps consacré à répondre à nos questions.
TM : Merci à vous.

(1) Restés inédits pendant des décennies, ces strips seront en l'occurrence enfin publiés en français dans quelques temps, dans le cadre de la collection Atlas Star Wars Comics Collector.

Note de l'auteur : Toute l'équipe remercie Thierry Mornet pour le temps qu'il nous a consacré, et lui souhaite de continuer sa carrière, pour son et notre plus grand plaisir.




Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Thierry Mornet
Nom
Thierry Mornet
Nationalité
Français
Métier(s)
Directeur des publications comics au édition Guy Delcourt
Rédacteur en chef des magazines La Saga en BD, The Clone Wars et Star Wars Comics Magazine

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
01/07/2010

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
7 770


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • La Saga en BD
  • Reportage HoloNet

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.