Vaapad


Le vaapad est à l’origine une créature tentaculaire de la planète volcanique Sarapin. Son nom inspira la septième forme de combat au sabre laser, créée par Mace Windu.

Continuité : Legends


  Les mondes volcaniques ne sont à l'origine pas propices au développement naturel de la vie : entre les coulées de laves, les retombées de cendre, de pierre ponce, le sol constamment brûlé et l'air pollué, rien en apparence ne permettait de vivre. Pourtant, la planète Sarapin possédait une faune visiblement endémique : les vaapads. Il en existait deux espèces, que rien ne différenciait dans le nom mais qui ne se ressemblaient pas du tout.

Le premier était une créature à l'apparence d'une pieuvre à quatre tentacules qui lui servaient de moyen de déplacement et deux yeux verts rapprochés, ce qui laisse penser qu'il avait la notion de la profondeur. Il rampait au sol avec une aisance remarquable, insensible à la chaleur et il arrivait même à monter sur des volcans en éruption, là où des créatures non originaires de Sarapin en étaient incapables, ou encore traverser des rivières de laves assez rapidement pour ne pas être affecté. Il possédait un ventre d'aspect gélatineux vert clair. Ils étaient cependant assez imposants : plus hauts qu'un Humain standard, ils pouvaient atteindre les deux mètres. Leur largeur pouvait équivaloir à celle de deux hommes et demi, sans compter les tentacules. Leur peau était dans les teintes de rouge, probablement brûlée en surface à cause du climat des plus inhospitaliers.
  C'était une race plutôt pacifique, bien qu'elle pût se défendre : le vaapad disposait d'un venin paralysant qui pouvait figer un prédateur pendant quelques instants. Mais en général, il restait calme et ne faisait pas preuve d'agressivité. Ce calme constant, ainsi qu'une faible vitesse de déplacement et son peu de résistance physiques aux attaques de laser, en faisait une proie facile même s'il est peu probable que sa chair n'était pas connue pour être comestible ; une expression, commune au sein de l'Alliance Rebelle, faisait référence à cette facilité de l'attaquer lorsqu'il s'agissait de mener un combat dont toutes les probabilités le portaient victorieux : Aussi simple que la chasse aux vaapads.

Vaapad
L'échelle d'un vaapad par rapport à un soldat aux proportions standards
Image extrait du jeu vidéo Force Commander

  Pourtant, cette expression pouvait aussi être une marque de sarcasme, car le second type de vaapad n'avait rien à voir avec son cousin. C'était une créature féroce, rapide et violente, un véritable prédateur qui attaquait toute proie potentielle passant à proximité. Il était également plus résistant et son apparence le différenciait totalement de l'autre race, au point de penser qu'il pouvait s'agir de deux espèces distinctes : celui-là, à la peau bleue-verte, reposait sur trois pieds et ne traînait pas au sol ; entre ses pieds - dont il se servait pour attaquer, probablement avec puissance étant donné sa musculature - se trouvait aussi un ventre gélatineux mais beaucoup plus proéminent et bleuâtre, légèrement translucide. Sur la partie supérieure, ce qui devait faire office de tête avec probablement des yeux pour surveiller son environnement. Ses attaques étaient la plupart du temps verticales, se servant de sa musculature pour frapper à la tête ; nul doute qu'il pouvait broyer des squelettes fragiles sans encombre.

Vaapad
Un soldat rebelle venant de tuer un vaapad dangereux sous le regard de ses collègues
Image extraite

  Au cours de la crise de Sarapin, pendant la Guerre Civile Galactique, les troupes de l'Alliance et de l'Empire croisèrent plusieurs vaapads qui ne leur causèrent pas d'ennuis. Peut-être était-ce de là que venait la formule qui n'était courante que dans les rangs rebelles, bien que ces créatures étaient déjà connues du temps de l'Ancienne République ; en effet, le Maître Jedi Mace Windu, qui inventa une nouvelle forme de combat particulièrement agressive et dangereuse au sabre laser avant la Guerre des Clones, la baptisa "Vaapad" en référence à l'espèce agressive et dangereuse, qui est restée évidemment la plus célèbre dans la galaxie.

  Le vaapad n'est pas connu pour être une espèce en danger.


En savoir plus

  Le vaapad est une créature qui a été créée dans le jeu vidéo Force Commander, publié en 2000. C'est la version inoffensive qui se promène paisiblement dans les deux parties de la mission Crise sur Sarapin ; il peut aussi apparaître dans les parties en multijoueur sur la carte La montagne de soufre si l'option "Vie indigène" est cochée. Il possède 50 points de vie et rapporte 25 points de commandement si on le tue.

  Il réapparaît dans un autre jeu de stratégie : Galactic Battlegrounds, plus exactement dans l'extension Clone Campaigns en 2002. Cette fois-ci, il est présent de manière imposée, en tant que prédateur sur la carte Sarapin et toute autre au terrain volcanique. Il possède 150 points de vie et ne rapporte pas de nourriture une fois tué.


Actualités en relation

HoloNet | Un pack de fiches et une critique rétro de Force Commander

Qui, parmi vous, a entendu parler de Force Commander ? Et parmi vous qui en avez entendu parler, combien y a joué au moins une fois ? Levez la main, parce qu'on n'est pas nombreux. Il est temps de...


Informations encyclopédiques
Vaapad
Nom
Vaapad
Origine
Habitat
Terres cendrées
Armes
Jambes, tentacules, venin

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
20/06/2020

Date de modification
20/06/2020

Nombre de lectures
173


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.