Droïde Mécanicien DUM


Droïde mécanicien utilisé sur les circuits de courses de podracers

  Produites en grand nombre pour un coût dérisoire en raison de leur conception simple mais fiable, bien que leur programmation ait été effectuée un peu à la va-vite, les unités mécaniciennes DUM, mieux connues sous le surnom de droïdes-mécanos, étaient un modèle de droïde conçu spécifiquement pour s'acquitter de tâches mécaniques, en particulier celles qui touchent aux moteurs et aux répulseurs; c'est d'ailleurs pour cette raison que les DUM sont souvent synonymes de courses de podracers, les stands de réparation étant un endroit où à coup sûr on est certain de croiser le chemin d'une de ces unités bipèdes en train de s'affairer à son travail comme si elle était en proie à une sorte de frénésie.

  Mesurant à peine 1, 19 mètre de haut lorsqu'ils sont dépliés, les droïdes-mécanos furent conçus et produits à la chaîne sur la planète manufacturière de Cyrillia afin d'être des utilitaires économiques capables d'assister des équipes de mécaniciens et d'ingénieurs organiques. Les DUM étaient, même au vu de leur petite taille, des machines aisément reconnaissables grâce à leurs grosses têtes hémisphériques en forme de dômes, ce qui était aux antipodes de leurs corps fuselés; ce contraste entre le corps et la tête était encore accentuée par l'énorme photorécepteur unique que les droïdes DUM arboraient.

  L'autre signe distinctif de ce modèle était sa capacité à se replier sur lui-même pour ne former qu'un petit paquet métallique dense lorsqu'il était désactivé, ce qui était idéal pour en stocker une grande quantité dans un espace réduit. Dans cette configuration inerte, les droïdes-mécanos DUM paraissaient inoffensifs, du moins jusqu'à ce qu'on les mette en route : ils se déployaient en une fraction de seconde en une forêt de bras et de jambes frénétiques quasi incontrôlables si l'on n'avait pas pris soin de les programmer correctement.
  Jar Jar Binks l'apprit à ses dépens en tapotant un de ces droïdes dans l'échoppe de Watto, mais grâce à Anakin, le Gungan put désactiver le droïde turbulent en le frappant sur son photorécepteur, qualifié de nez, le DUM retournant instantanément à son état d'immobilité.

  La programmation basique des droïdes DUM était dotée d'assez de processeurs d'intelligence artificielle pour que ces mécaniciens robotiques puissent accomplir leur tâche première de réparation de répulseurs avec efficacité, sans pour autant qu'ils soient sophistiqués au point d'être onéreux. En raison de cette programmation, les DUM ne craignaient pas les zones dangereuses où ils étaient censés travailler, mais le revers de la médaille en ce qui concerne ce programme élémentaire était que ces droïdes avaient la fâcheuse tendance à provoquer bon nombre d'accidents à cause de leur incapacité à analyser rapidement leur environnement, trop entraînés par leur excès de zèle et leur volonté d'accomplir leur tâche le plus vite possible.
  Ainsi, même si ce n'était pas compris dans leur conception, ce vice de fonctionnement rendait les DUM dangereux non seulement pour eux-mêmes, mais également pour les autres, et les petits mécanos devinrent très vite réputés pour leur manque d'organisation, de bon sens et de sécurité personnelle. C'est pourquoi les DUM travaillaient toujours, bien que cela ne soit pas toujours évident en raison de leur hyperactivité, sous la supervision d'un contremaître organique sous peine de voir se produire une cascade de catastrophes.

Droïde Mécanicien DUM


  Mais en dépit de ce comportement et de cette programmation douteuse, les droïdes DUM avaient des atouts non négligeables pour lesquels peu de droïdes étaient renommés : leur longévité et leur force. En effet, si la taille fut pensée pour que le droïde ne prenne pas trop de place à l'arrêt, cela ne se fit pas au détriment de ses capacités de levage, et le droïde DUM fut construit à l'aide de métaux légers renforcés en alliage durci, ce qui était l'idéal pour résister à une vie fonctionnelle très rude; et ce squelette à haute résistance était couplé à des moteurs à haute torsion afin de fournir au DUM une force de traction et de levage très étonnante, une paire de droïdes-mécanos assez décidés étant en général suffisante pour transporter une turbine de podracer dans leurs bras filiformes.

  Mais toujours à cause de leur programmation, la force immense des DUM était associée à leur conduite désordonnée, ce qui formait une combinaison dangereuse sur le terrain. Ainsi, de nombreux propriétaires de DUM apprirent par expérience qu'il ne fallait jamais laisser un droïde-mécano travailler sans s'être muni au préalable d'un blaster ionique afin de paralyser une unité trop hyperactive en cas de dérèglement, une situation qui n'est, hélas, que trop répandue dans la galaxie. Toutefois, si une décharge ionique n'était pas assez puissante pour paralyser un DUM et causait un dysfonctionnement plus sérieux, la désintégration était parfois la seule solution envisageable et sûre de se débarrasser d'une machine défectueuse, car un droïde erratique pouvait infliger, même involontairement, beaucoup de dégâts.
  Aujourd'hui, même s'ils furent très répandus au début de leur carrière, les droïdes mécaniciens DUM ne se retrouvent plus que sur les circuits de podracing, et rares sont les personnes qui osent encore employer ces unités au comportement trop imprévisible.

Sur les circuits de course tels celui de la Classique de la Boonta, les droïdes DUM travaillaient en collaboration avec des mécaniciens organiques, les droïdes étant peints aux couleurs de leur écurie, et leur tâche consistait simplement à, dans un laps de temps très court, effectuer des réparations sommaires en changeant un écrou ou un boulon; leurs servomoteurs très rapides leur permettaient ce genre de prouesse, les droïdes essayant alors, dans la mesure du possible, de travailler efficacement en communiquant entre eux dans un langage binaire constitué de trilles électroniques; pour cela, il se servaient de leurs deux antennes de communication en guise de récepteur binaire.
  Il faut bien avouer que sur un circuit de podracing, les droïdes DUM ont prouvé maintes fois leurs talents de mécaniciens, mais le pourcentage qu'un accident puisse se produire n'est pas nul, et les pilotes l'apprennent parfois à leurs dépens.

Au cours de la Classique de la Boonta, le pilote de podracer Ody Mandrell s'arrêta au stand de son équipe afin de réparer certains sous-systèmes de son véhicule. C'est à ce moment-là qu'un droïde DUM particulièrement étourdi, répondant au matricule de DUM-4, se trouva sur la route d'une des turbines encore allumées du podracer de Mandrell et fut tout bonnement aspiré par le réacteur.
  Toutefois, grâce à sa structure en alliages renforcés, l'unité DUM survécut à son passage dans la turbine, se retrouvant expulsé dans un état relativement intact tout en poussant un petit rire d'aliéné, comme pour se moquer du sort qu'avait subi le réacteur du podracer d'Ody Mandrell.
Pour le pilote furieux, la course s'acheva dans les stands de la Grande Arène de Mos Espa.


Actualités en relation

The Mandalorian : Jon Favreau nous montre un nouveau droïde

Quelques semaines après nous avoir dévoilé une première photo d'un fameux droïde, Jon Favreau, producteur et auteur de The Mandalorian, la première série live-action Star Wars, vient de mettre en ligne une seconde...


Battlefront II : Les droidekas dévoilés, Felucia annoncée !

Même si les projecteurs risquent d'être centrés cette semaine sur Jedi : Fallen Order, les équipes de DICE sont encore loin de s'avouer vaincus et viennent ainsi de lever quelque peu le voile sur les prochaines mises à jour...


The Mandalorian : Le compagnon droïde du Mandalorien s'appelle IG-11

Bien plus décevant que prévu, le panel de la Star Wars Celebration consacré à The Mandalorian, la première série live-action Star Wars, a néanmoins réservé quelques surprises pour le public présent à Chicago. L'une...


Galaxy of Adventures : Luke et R2-D2 à l'assaut de la flotte impériale !

Disney vient de mettre en ligne un nouvel épisode de Galaxy of Adventures, la nouvelle minisérie d'animation Star Wars. Ce nouvel épisode nous plonge au début de la bataille de Yavin IV, du point de vue du courageux...


Star Wars 9 : Rumeur sur les droïdes du film

Très exactement une semaine avant le panel de la Star Wars Celebration 2019 consacré à l'Episode IX, une nouvelle petite rumeur vient nous aider à patienter encore un peu ! Celle-ci nous provient une nouvelle fois de Makingstarwars, toujours aussi bien...


Informations encyclopédiques
Droïde Mécanicien DUM
Nom
Droïde Mécanicien DUM
Classe
Utilitaire
Constructeur
Type
Droïde mécanicien
Fonction
Réparation de moteurs de podracers
Taille
1.19 m
Armement
2 antennes de communication
Moteurs à haute torsion
1 photorécepteur
Structure en poly-alliages légers renforcés
Corps auto-repliant
Affiliation
Ody Mandrell
Pilotes de podracers

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
40 690


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
Aucune source répertoriée pour le moment ...

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.