Droïde IC-M


Droïde utilisé sur Coruscant pour l'entretien et la voirie

  De nos jours, des planètes ont encore recours à des employés organiques pour assurer l'entretien des villes car, même s'il est vrai qu'ils reviennent plus chers qu'un droïde, on les préfère à ces derniers en raison de leur grande flexibilité, et ces employés municipaux s'occupent en général de l'entretien et la réparation des routes, des bâtiments, de récolter les ordures, même si en comparaison de la galaxie, ces planètes sont minoritaires… Toutefois, une planète au fort taux d'urbanisation telle que Coruscant ne peut pas se permettre d'employer des êtres vivants pour pouvoir opérer efficacement et de manière rentable sur tous les niveaux composant la ville-planète.

  En effet, même la Cité Impériale, qui s'étend sur une partie de la planète, est un microcosme en elle-même où des millions d'écosystèmes de poche se développent dans toutes les strates de la planète, chaque section ayant sa propre particularité climatique. De plus, des centaines d'animaux locaux, fruits de mutations dues au fil des générations à une existence dans les profondeurs ténébreuses de la ville-planète, ne se retrouvent nulle part ailleurs dans la galaxie.

  Pour faire face à ce problème, il paraissait évident que seul un droïde spécialisé dans l'entretien d'un tel dédale de permabéton et de duracier, et de cette multitude d'écosystèmes, pouvait faire l'affaire. La décision du constructeur Cybot Galactica de créer ce genre de droïde s'avéra judicieuse et très profitable, car motivée par l'appât du gain facile en découvrant ce marché immense. C'est ainsi que le droïde IC-M ("Imperial City Maintenance", ou Droïde d'Entretien de la Cité Impériale) sortit des chaînes de montage de la mégacorporation; mais contrairement à ce que l'on croit, l'histoire de l'IC-M est beaucoup plus ancienne qu'il n'y paraît, et n'était pas, au départ, dédié à l'entretien de la Cité Impériale de Palpatine, mais à la planète Coruscant toute entière, sous l'Ancienne République !

  En effet, le droïde IC-M fut officiellement lancé près d'un siècle avant la Guerre des Clones sous la dénomination de RC-M (Republic City Maintenance, ou Droïde d'Entretien de la Cité de la République), le terme "Impérial" n'ayant été appliqué au droïde qu'au moment du couronnement de Palpatine en tant qu'Empereur, mais, hormis ce changement de nom, le droïde est techniquement resté le même. À cette époque, lorsque les droïdes de la série RC-M étaient fraîchement sortis des usines de fabrication, les 10.000 unités qui avaient été produites à titre d'échantillon furent vendues au Département des Travaux Publics du gouvernement de l'Ancienne République. L'essai fut un succès, à tel point que les services municipaux de Coruscant commandèrent des centaines de milliers de ces robots pour pouvoir opérer sur chaque voie de communication et trottoir roulant majeurs.
  Si ces droïdes paraissaient de conception assez basique, ils étaient très polyvalents et une seule unité pouvait accomplir le travail de dix êtres vivants, ce dernier allant de l'entretien général aux réparations les plus élémentaires.

  Toutefois, par précaution, les techniciens des Travaux Publics, avant d'envoyer les droïdes à travers tout Coruscant, peignirent le logo du service municipal afin de bien signaler aux passants que le robot risquait de croiser que ce dernier était propriété de l'État, et qu'il était interdit de s'accaparer une de ces unités pour ses propres besoins; mais comme il y a toujours des voleurs et des récupérateurs de droïdes, surtout sur Coruscant, les Travaux Publics intégrèrent à son châssis un transpondeur à combinaison, qui pouvait, à la fois, faire office de balise de localisation, et également de dispositif de sécurité de mise hors-circuit en cas de perte, réduisant ainsi grandement la probabilité pour l'unité d'être perdue ou volée.

  S'il y eut plusieurs générations de droïdes RC-M/IC-M, ce dernier garda la même structure qui elle-même était basée sur un autre modèle de Cybot Galactica : le droïde passe-partout WED. Sept bras manipulateurs se déployaient à partir d'un module central en forme de fût constituant le corps du droïde, chacun de ces bras comportant une gamme d'outils très variés, que ce soient des nettoyeurs à rayon laser pour les déchets ou les animaux nuisibles, des pinces lourdes ou fines pour la manipulation et des pulvérisateurs pour les mauvaises herbes. Si toutefois les bras s'avéraient trop courts pour atteindre certains endroits élevés, une articulation en forme d'accordéon entre le corps et la base de locomotion, composé de quatre systèmes de traction par chenilles, se dépliait, faisant passer sa taille de 1.50 mètre à 1.80 mètre.
Le tronc quant à lui était creux et comportait un compartiment de stockage qui incluait des outils amovibles de rechange, des pièces détachées pour le droïde et ce qu'il réparait, un ou deux bras de rechange, et plusieurs réservoirs de liquide nettoyant ou de solvants.

Droïde IC-M


  L'IC-M standard, tel qu'on pouvait le rencontrer à l'époque de l'Empire, était doté de deux têtes partielles juxtaposées. L'une était équipée de senseurs visuels pour les déplacements du droïde, l'autre d'un écran qui affichait des ordres de mission constamment actualisés, des données géographiques, ainsi que les codes pour accéder et travailler dans des zones interdites au personnel non autorisé. Mais à l'origine, les tous premiers RC-M ne possédaient qu'une seule tête, et n'étaient pas pourvus de bras manipulateurs à articulations multiples, mais de simples sections métalliques rigides, et ne disposaient pas non plus de l'autonomie des modèles plus récents, obligés d'être raccordés par un câble d'alimentation à la source d'énergie la plus proche.
  Ces premiers modèles étaient originellement assignés à l'embellissement des niveaux supérieurs de Coruscant, s'occupant principalement de la taille des buissons aux quelques endroits qui en comportent, ainsi que de la réparation des cabines-com publiques; au fur et à mesure que ces machines atteignirent des degrés de perfectionnement de plus en plus élevés, leur nombre devint toujours croissant et pouvaient agir même dans les couches inférieures de la ville, et firent partie intégrante du mobilier urbain.

  Cependant, s'ils survécurent un temps à l'Ordre Nouveau de Palpatine en changeant simplement de nom, les droïdes IC-M furent très vite rattrapés par leur âge et devinrent de plus en plus obsolètes, et furent finalement relégués uniquement aux niveaux les plus sombres de la ville planète où ils rengainaient d'anciens conduits énergétiques et exterminaient les colonies de limaces du durabéton.
  Environ une décennie après l'accession au trône par Palpatine, Cybot Galactica stoppa la production de la série IC-M en raison de ventes de plus en plus décroissantes aux services gouvernementaux, et on alla même jusqu'à oublier que ces droïdes ont un jour existé.
  Pourtant, même s'ils ont été délaissés et abandonnés à leur sort dans les niveaux inférieurs, les IC-M, grâce à leur grande autonomie et suivant toujours leur programmation de base, continuent de préserver littéralement la base du gouvernement...

  Alors qu'ils s'étaient un jour perdus dans les entrailles lugubres de Coruscant, Jacen et Jaina Solo, les enfants jumeaux de Han Solo et de Leia Organa Solo, rencontrèrent un de ces antiques droïdes d'entretien. Il était surprenant de constater que l'unité oubliée en question, recouverte quasi intégralement de mousse végétale, était encore en train d'effectuer ses tâches de réparation, en essayant tant bien que mal, pour finalement échouer, de remplacer une corde brûlée.


Actualités en relation

Battlefront II : La nouvelle mise à jour est là, les Droidekas attaquent !

Vous l'attendiez, les développeurs de DICE l'ont fait : la nouvelle mise à jour gratuite de Battlefront II arrive aujourd'hui et apporte donc avec elle les fameux Droïdekas ! Dévoilées en détail au début du...


Battlefront II : Les droidekas dévoilés, Felucia annoncée !

Même si les projecteurs risquent d'être centrés cette semaine sur Jedi : Fallen Order, les équipes de DICE sont encore loin de s'avouer vaincus et viennent ainsi de lever quelque peu le voile sur les prochaines mises à jour...


The Mandalorian : Le compagnon droïde du Mandalorien s'appelle IG-11

Bien plus décevant que prévu, le panel de la Star Wars Celebration consacré à The Mandalorian, la première série live-action Star Wars, a néanmoins réservé quelques surprises pour le public présent à Chicago. L'une...


Star Wars 9 : Rumeur sur les droïdes du film

Très exactement une semaine avant le panel de la Star Wars Celebration 2019 consacré à l'Episode IX, une nouvelle petite rumeur vient nous aider à patienter encore un peu ! Celle-ci nous provient une nouvelle fois de Makingstarwars, toujours aussi bien...


The Mandalorian : Jon Favreau nous montre un nouveau droïde

Quelques semaines après nous avoir dévoilé une première photo d'un fameux droïde, Jon Favreau, producteur et auteur de The Mandalorian, la première série live-action Star Wars, vient de mettre en ligne une seconde...


Informations encyclopédiques
Droïde IC-M
Nom
Droïde IC-M
Classe
Utilitaire
Constructeur
Type
Droïde d'entretien
Fonction
Entretien de la Cité Impériale
Taille
1.50 m
Armement
Écran de diagnostic
Senseurs visuels
Embout pulvérisateur
Pince lourde
Nettoyeur à rayon laser
Bras manipulateurs de précision
4 chenilles de traction
Affiliation
Département des Travaux Publics de Coruscant

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
35 713


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
Aucune source répertoriée pour le moment ...

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.