Garde Magna IG-100


Célèbre série de droïdes de combat utilisés par le Général Grievous

  Fidèles gardes du corps du Général Grievous durant la Guerre des Clones, les droïdes IG-100 Magna étaient de formidables machines à tuer, dotées de performances bien supérieures à tous les droïdes utilisés par les Séparatistes durant le conflit. Fort heureusement pour la République et les Jedi, les Gardes Magna ne furent jamais déployés à grande échelle en raison de leur coût et de leur niveau technologique élevé. Il ne fait nul doute que la guerre aurait été bien plus difficile pour l'Armée Clone si la Confédération des Systèmes Indépendants avait pu déployer autant de droïdes Magna que de droïdes de combat.

  Dès le départ, les ingénieurs de la compagnie Holowan, chargés du programme IG-100, conçurent le Garde Magna dans une optique précise : servir de garde du corps pour les hautes personnalités de la Confédération, et pouvoir résister à tous les types d'attaquants, notamment les Chevaliers Jedi. C'est d'ailleurs l'un des seuls modèles de droïdes existant à être doté en série d'une arme capable de parer les coups d'un sabre laser. Les premiers gardes Magna qui furent produits étaient déjà des droïdes fort dangereux. Ils furent attribués à la protection personnelle du Général Grievous, alors que ce dernier était encore en phase de cybernétisation, à la suite d'un accident provoqué volontairement par le sinistre Comte Dooku pour faire du célèbre général kaleesh l'un de ses pions dans la guerre. Lorsqu'il réalisa ce qu'il était devenu - une machine plus qu'un être vivant - Grievous ne put contenir sa rage, et pulvérisa tous ses Gardes Magna dans un accès de folie destructrice. Confrontés à une situation inattendue - leur propre maître se retournant contre eux - les droïdes IG-100 se montrèrent parfaitement inaptes à réagir convenablement : leur cerveau droïde ne parvint même pas à comprendre que la survie du droïde était en jeu et qu'il fallait se défendre.

  Lorsqu'il fut calmé, Grievous ordonna qu'on lui procure des droïdes plus performants. Les ingénieurs développèrent alors un modèle légèrement amélioré, doté d'un processeur cognitif plus performant. Désormais, non seulement les Gardes Magna pouvaient réagir à des situations inédites, mais en plus, ils pouvaient apprendre de leurs expériences au combat, et ainsi améliorer leurs performances. Le Général Grievous, soucieux d'avoir à ses côtés les meilleures troupes possibles, entraîna un certain nombre de ses Gardes Magna, et leur apprit notamment à se battre contre un adversaire armé d'un sabre laser. Il ne faisait en effet aucun doute, et l'histoire le démontra, que Grievous et ses gardes du corps auraient à combattre des Jedi durant la guerre. Ainsi, l'armement le plus visible des Gardes Magna, et qui devint leur seule arme efficace contre les Jedi, consiste en un bâton électrique parcouru par un flux d'énergie pure. Même si ce système n'est qu'une pâle copie d'un sabre laser, il permet toutefois de résister à l'impact direct d'une lame énergétique grâce à son revêtement en phrik, un métal possédant la capacité de repousser les attaques de sabre laser. Ce bâton, combiné aux extraordinaires capacités réactives des Gardes Magna, en font des adversaires redoutables pour les Jedi les moins aguerris. Face à un Chevalier confirmé, ou un Maître, les IG-100 ne font toutefois pas le poids, et seul un grand nombre de ces machines, attaquant une proie isolée, pourrait parvenir à tuer un Jedi. Mais dans tous les cas, la menace n'est jamais à prendre à la légère.

  L'arme secondaire des Gardes Magna consiste en deux petits missiles autoguidés, cachés dans la structure dorsale des droïdes. Totalement invisibles avant leur déploiement, ces missiles peuvent s'avérer être une très mauvaise surprise quand on en est la cible. Face à un peloton de soldats clones par exemple, l'effet peut être dévastateur. Mais une fois ses deux missiles lancés, le droïde Magna se retrouve dépourvu d'arme à longue portée, ce qui peut considérablement le handicaper quand les clones sont tous équipés de blasters. Autre caractéristique particulière des Gardes Magna, qui contribue un peu plus à faire de ces machines de formidables combattants, la disposition de leurs photorécepteurs : ces "organes vitaux" pour la plupart des droïdes sophistiqués sont véritablement le cœur et le cerveau des machines. La destruction de son photorécepteur entraîne inévitablement la "mort" du droïde. Or, les Gardes Magna possèdent pas moins de trois de ces photorécepteurs : deux sur la tête, et un sur le torse. Reconnaissables à leur couleur rouge, ces photorécepteurs permettent aux droïdes IG-100 de continuer à sa battre même lorsqu'ils sont très endommagés, et même après avoir été décapités par un coup de sabre laser ou un tir bien placé.

  La compagnie Holowan construisit plusieurs modèles de Gardes Magna, reconnaissables à la couleur de leur armure : noir, blanc, bleu ou le plus rare, gris. Chaque modèle est équipé d'un bâton électrique, d'une arme particulière (lance-roquettes, lance-grenades, etc.) et est spécialisé dans une technique de combat propre, le plus souvent à l'instigation de Grievous lui-même, qui a entraîné la majorité de ses gardes. Diverses variantes furent ainsi mises en route, comme le IG-101 ou le IG-102. Leur seule caractéristique commune, outre leur arme primaire et leur apparence extérieure, était de revêtir une lourde cape frappée aux armes de Grievous, le symbole mumuu - celui-là même qui orne le casque du général séparatiste.

Garde Magna IG-100


  Au cours de la Guerre des Clones, les Gardes Magna devinrent de plus en plus célèbres, notamment par le fait qu'ils accompagnaient le Général Grievous dans tous ses déplacements. Le chef de l'armée séparatiste ne faisait en effet confiance à personne, mais il savait quand même que les IG-100 étaient les meilleurs droïdes de combat qu'il avait à sa disposition. Ils furent utilisés également pour garder les secteurs clés lors des déplacements de Grievous, ainsi que sur son vaisseau-amiral, la Main Invisible.

  C'est sur ce vaisseau que les deux Jedi Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker se frottèrent aux gardes du corps de Grievous, durant le sauvetage du Chancelier Palpatine, tout juste capturé par le Comte Dooku. Malgré leurs qualités, les Gardes Magna ne purent opposer qu'une résistance symbolique aux Jedi, même s'ils parvinrent à les ralentir suffisamment pour que le général droïde puisse s'enfuir. Quelques jours plus tard, Kenobi dut affronter à nouveaux les Gardes Magna, cette fois sur Utapau. Et là encore, malgré leur supériorité numérique, les gardes du corps de Grievous ne purent empêcher le Chevalier Jedi de se frayer un passage jusqu'à leur maître. Comble de l'ironie, c'est même grâce à un bâton électrique "emprunté" à l'un de ses adversaires que Kenobi parvint à asséner un coup critique à Grievous, endommageant sa plaque thoracique blindée, ce qui permit par la suite au Jedi de faire feu sur les organes vitaux du cyborg et de le tuer.

  A la fin de la guerre, la plupart des Gardes Magna avaient été détruits ou neutralisés dans les combats, notamment lors de l'assaut sur Utapau. Ceux qui restaient furent désactivés en même temps que le reste des droïdes de combat qui composaient l'armée séparatiste. On suppose que les IG-100 et leurs dérivés subirent le même sort que leurs confrères et partirent à la casse. Après l'avènement de l'Empire, il ne restait vraisemblablement aucun droïde Magna en activité dans la galaxie. La compagnie Holowan ne cessa pas pour autant ses activités, et continua de produire, à plus faible échelle et plus discrètement, des droïdes assassins, dont le plus fameux modèle, la série IG-88, se rendit célèbre en devenant un célèbre chasseur de primes.


Actualités en relation

Solo : L'avis (sans spoilers) d'Emilie

Une fois n'est pas coutume, et bien qu'il soit devenu plutôt périlleux de passer au travers, c'est vierge de toute information concernant le film, n'ayant vu aucun teaser, aucune bande annonce, ni lu le moindre...


Solo : Annonce des livres liés au film

Si l'année a été plutôt calme jusqu'à présent pour les annonces de romans, beaux livres, comics, livres pour enfant où tout autres joyeuseries, ces dernières 24h ont été l'occasion de voir fleurir tout plein de...


Des Mandaloriens et un budget à la Game of Thrones pour la série Star Wars

En cette période caniculaire à faire suer les Tuskens de Tatooine, voilà qu'il nous arrive quelques infos toutes fraîches concernant la série live-action Star Wars ! Tout d'abord, le New York Times a pu mettre la main...


Un CineSaga spécial Côté Obscur en kiosque

On ne parle pas souvent des magazines sur l'HoloNet, et pourtant ils sont pléthores à traiter de la saga Star Wars. A l'occasion de la sortie des films, bien sûr, mais aussi sur des sujets plus précis...


Panini Comics : Couverture des prochaines publications

Il fait beau, il fait chaud, quoi de mieux pour passer le temps qu'un peu de lecture ? C'est ce que nous propose Panini Comics pour cette suite de l'été avec 2 publications pour Août et une pour...


Informations encyclopédiques
Garde Magna IG-100
Nom
Garde Magna IG-100
Classe
Militaire
Constructeur
Type
Droïde garde du corps
Fonction
Protection du Général Grievous
Taille
1.95 m
Armement
Bâton électrique
2 missiles autoguidés
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
95 563


Note de la fiche
2 membres ont noté la fiche "Garde Magna IG-100" 4.5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - Databank
  • Dessin Animé : Clone Wars
  • General Grievous (comic)
  • Revenge of the Sith : The Visual Dictionary
  • Star Wars Episode III : La Revanche des Sith

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.