Droïdeka


Droïde de combat évolué utilisé par la Fédération du Commerce

  Plus connu sous le nom de droïde destroyer, le droïdeka est une redoutable arme entre les mains des Neimoidiens. Pour pallier les lacunes des droïdes de combat standards, un appel d'offre fut lancé pour la création d'une arme autrement redoutable. Sur une planète éloignée du cœur de la République, une espèce chitineuse nommée les Colicoïdes créa un droïde de combat à sa propre image. Les Colicoïdes sont réputés pour leur insensibilité, et le système de Colla IV a connu maints ennuis, suite à la disparition d'hôtes de passage dévorés. Le droïde destroyer a comblé les attentes des officiers de la Fédération du Commerce : c'est une formidable machine à tuer.

  Le droïdeka est en effet redoutable grâce notamment à ses deux paires de canons blasters. Situés sur deux bras rétractables, ils font feu chacun à leur tour, séparés de quelques dixième de secondes. Des câbles d'alimentation parcourent les bras et se rejoignent dans la "colonne vertébrale" du droïde. L'énergie de ces terribles blasters provient du réacteur qu'emporte le droïdeka. Il est protégé par un bulbe ultradur en brozium et sa position, sous le droïde, est une cible difficile à atteindre. Son déploiement est aussi un atout pour ce tueur. Grâce à des microrépulseurs internes, le droïde destroyer se déplace sous la forme d'une roue, ce qui en fait une cible rapide et fuyante. Il ne reprend sa silhouette de combattant qu'au tout dernier instant. Et c'est en combinant vitesse et répulseurs que le droïdeka passe en quelques secondes de sa forme circulaire à la position debout, prêt à l'attaque. Sa métamorphose, qui évoque le schéma d'attaque du Colicoïde adulte, prend l'adversaire en défaut, ce pour quoi il a été conçu. Il est rare qu'on ait le temps de lui riposter.
  
  Le premier mouvement qu'il exécute pour se déplier est de repousser sa jambe métallique arrière. Il s'appuie ensuite sur les deux jambes antérieures qui ne sont pas encore dépliées. Il abaisse ensuite le bulbe en brozium tout en dépliant complètement sa jambe arrière. Ses deux jambes avant se déplient enfin et relèvent le droïde. Enfin, il déploie ses canons blasters et génère son bouclier déflecteur s'il en possède un. En effet, tous les droïdekas ne possèdent pas de projecteurs de champ de force, qu'un Humain ne pourrait pas porter sur lui du fait des radiations qui s'en dégagent. C'est également dans cette position qu'il était stocké dans les Porte-droidekas.

  Enfin, sa posture de combat est également difficilement égalable. Lorsque le droïdeka est sur le point d'attaquer, il se dresse sur ses trois jambes métalliques. Ses bras pneumatiques se déplient et sa tête effrayante apparaît, dardée de ses senseurs de traque rougeoyants. Ces senseurs sont capables de détecter des émissions de radiations non visibles. Dédié au combat et spécialisé dans la destruction, il ne possède pas, comme le droïde de combat, une conception légère, car chacun de ses éléments est en alliage lourd ou blindé. C'est pour cela que les droïdes destroyer valent deux cent fois plus cher que le droïde de combat. Ce prix empêche la Fédération du Commerce de produire une grande armée de ces fabuleuses armes.
  
Droïdeka

  
  Face à son adversaire, un droïdeka oppose ses armes, son aspect terrifiant et une surface de cible réduite. Si un ennemi attaque le droïde destroyer par l'arrière, il découvre une armure très efficace et ses membres difficiles à atteindre. La seule partie vraiment fragile chez ce droïde est sa jambe, qui ne bénéficie pas de protection suffisante ni de blindage assez résistant pour ne pas fondre au contact d'un rayon laser. Cependant, le droïde destroyer peut bénéficier d'un champ de force qui le rend quasiment invincible aux lasers conventionnels et aux sabres laser. Ses canons blasters sortent à peine de ce champ de force pour pouvoir tirer puis reviennent dans l'espace protégé tout aussi rapidement.
  
  C'est ce qu'apprendront à leurs dépends Qui Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi lorsqu'ils essayeront de forcer la porte de la passerelle principale du vaisseau de contrôle droïde de Daultay Dofine. Ils peuvent tenir tête aux droïdes de combat, mais face à ce type de droïde, la fuite est la seule chose raisonnable à faire. Comme les droïdes de combat, les droïdes destroyers n'ont pas de processeurs logiques, et sont gérés par l'ordinateur central de contrôle droïde. Désapprouvant ce choix, les Colicoïdes ont créé des droïdes spéciaux, dotés d'un cerveau informatique. Droïde qui posa de gros problèmes à la Fédération du Commerce car il ne voulait plus obéir aux ordres du vice-roi et furent désactivés aussitôt.

Droïdeka


  Les droïdes destroyer sont utilisés dans l'armée d'invasion que lança Nute Gunray sur Naboo, mais participa aussi à la bataille de Géonosis et à bien d'autres durant la Guerre des Clones. Ils seront en service jusqu'à ce que la République décide d'interdire l'utilisation de droïdes pour assurer la prétendue sécurité des membres d'une organisation commerciale ou autre.
Informations encyclopédiques
Droïdeka
Nom
Droïdeka
Classe
Militaire
Constructeur
Type
Droïde de combat
Fonction
Destruction
Taille
1.83 m
Armement
2 paires de canons blasters
Bouclier individuel
Vaisseau
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
85 608


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - Databank
  • Attack of the Clones : The Visual Dictionary
  • Episode I : The Visual Dictionary
  • Star Wars Episode I : La Menace Fantôme

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.