Bataille de Bilbringi [+9]


La bataille de Bilbringi de l'an 9 est le dernier affrontement de la campagne militaire de Thrawn.

  Une demi-décennie après la Bataille d'Endor, le Grand Amiral Thrawn revenait des Régions Inconnues. Il récupéra le commandement d'une importante force impériale pour poursuivre l'Ordre Nouveau de Palpatine, érigé des années auparavant. La Nouvelle République, récemment constituée, n'avait pas le poids qu'avait son ancêtre, l'Ancienne République. Peu à peu, la Nouvelle République reculait face au talent du Chiss et à ses audaces. Même lorsque les forces républicaines pouvaient vaincre, Thrawn s'arrangeait pour empêcher une victoire totale, comme lors de la Bataille de Sluis Van.

  Grâce à sa pugnacité, Thrawn mit la main sur la flotte Katana, composée d'environ deux cents cuirassés. La puissance du Grand Amiral fut augmentée : Thrawn avait une puissance équivalente à toutes les forces républicaines réunies grâce également à ses équipages de Clones : Et il comptait bien montrer ses talents de stratège lors de la Bataille de Bilbringi, qui devait signer le glas de la flotte républicaine et le début de la fin pour le tout jeune gouvernement.

  Les dirigeants admirent vite la menace réelle que représentait le Grand Amiral Thrawn. Sachant qu'un affrontement militaire serait trop dangereux, ils menèrent une campagne de désinformation afin de fausser les rapports des espions du Chiss. La Nouvelle République laissa fuir quelques "renseignements vitaux" comme les plans d'un assaut sur Tangrene, site majeur de l'Ubiqtorat. Coruscant étant à l'époque cernée de débris spatiaux invisibles dont les orbites étaient imprévisibles et menaçaient la population, les amiraux républicains justifièrent un assaut sur Tangrene en avançant la présence d'un Piège Gravifique à Cristaux, un appareil permettant de détecter les masses invisibles, et dont seuls les Impériaux possédaient quelques modèles.
  Or le gouvernement galactique savait que Tangrene en possédait un exemplaire, ce qui crédibilisait l'intention de Leia Organa Solo d'attaquer cette base. Elle voulait attirer les forces Impériales vers Tangrene pour libérer Coruscant mais en réalité la Nouvelle République visait Bilbringi. Le piège était tendu, mais c'était compter sans l'incroyable génie militaire de Thrawn.
  
  Bilbringi, connue pour ses chantiers spatiaux, était à l'époque sous contrôle Impérial. Détruire ces installations aurait été bénéfique au gouvernement galactique et handicaperait à moyen terme le potentiel de frappe impérial. De plus, Bilbringi possédait également un PGC ! Mais les défenses locales étaient à la hauteur de ce qu'elles défendaient : plusieurs plate-formes Golan II et un grand nombre de croiseurs lourds protégeaient en permanence les docks. Face au génie de Thrawn, la Nouvelle République tenta un coup de poker audacieux.

  Mais Thrawn n'avait pas été promu Grand Amiral par hasard : il avait prévu un plan qui permettrait de contrer un assaut quelconque sur Bilbringi. Sa flotte stationna dans les environs pour pouvoir assaillir l'ennemi de différents endroits en même temps. Peu avant l'assaut, alors que le point de non-retour avait été atteint et que la flotte républicaine avançait dans l'hyperespace, Thrawn ramena sa propre flotte à Bilbringi et organisa la défense de la zone.

Bataille de Bilbringi [+9]


  Le Grand Amiral forma une ellipse avec ses vaisseaux avec aux extrémités deux Interdicteurs qui arracheraient tout vaisseau voyageant dans l'hyperespace. Quiconque tomberait près de l'ellipse de Destroyers Stellaires serait automatiquement détruit. Lorsque la République arriva, elle fut cisaillée par un mur de turbolasers, de canons à ion et de missiles. La flotte de l'ancienne Alliance Rebelle se reforma et lâcha ses chasseurs contre les TIE, alors que l'avant-garde de la flotte venait d'être littéralement pulvérisée avant d'avoir compris ce qui se passait.

  Grâce à l'effet de surprise, les Impériaux avaient un avantage considérable : la Nouvelle République était quasiment encerclée et réduite à se défendre pour sa survie. Elle tenta de créer une diversion par le biais de l'Escadron Rogue pour sectionner les troupes du Grand Amiral en deux. L'Escadron fut également appuyé par deux frégates d'assaut, le Fléau des Tyrans et l'Etoile de la Liberté, et le groupe s'attaqua non pas à la flotte mais aux stations de défense des chantiers navals.

  Près de Bilbringi, où combattaient les Rogues et les deux frégates, les contrebandiers menés par Avès participèrent aux combats mais de manière fortuite. En effet, les contrebandiers voulaient au départ voler le PGC de Bilbringi et le vendre à la République ; mais ce conflit inattendu avait contrarié les plans d'Aves. Reconnaissant Wedge Antilles et ses hommes, Aves proposa son aide, et plusieurs vaisseaux lourdement modifiés s'allièrent aux forces de la Nouvelle République pour attaquer une station de défense Golan II.  
  
  Pendant ce temps, sur le Chimaera, Thrawn entrevoyait la victoire : bien que ses pertes fussent conséquentes, la flotte républicaine perdait bien plus de vaisseaux et ne tiendrait pas encore longtemps. Mais Rukh, son garde du corps noghri, profita de sa situation privilégiée pour assommer le capitaine Gilad Pellaeon et pour venger tous les crimes qu'avait commis l'Empire contre lui et son peuple : il planta son couteau en pleine poitrine du Grand Amiral.

Bataille de Bilbringi [+9]


  Pellaeon reprit vite ses esprits, et fut profondément choqué de voir Thrawn étendu dans son fauteuil de commandement, baignant dans son sang. Trop habitué à suivre les ordres du Grand Amiral sans trop réfléchir, il fut plongé directement dans le cours de la bataille et ne sut pas répondre aux ordres demandés par les autres capitaines. Alors que la bataille était pour ainsi dire gagnée d'avance, l'absence de Thrawn se fit cruellement sentir quand il s'agit de refermer la nasse sur la flotte républicaine. Désemparé et doutant trop de ses propres capacités, Pellaeon refit ce qu'il avait fait lors de la bataille d'Endor : il prit le commandement de la flotte et ordonna un repli général.
  
  Les pilotes de la République furent les premiers surpris à voir les Destroyers se désengager et sauter dans l'hyperespace, abandonnant derrière eux les chantiers navals en parfait état et tous les vaisseaux en cours de construction. Très bientôt la nouvelle de la mort de Thrawn se répandit et les éléments impériaux se disloquèrent à nouveau, se repliant sans cesse devant les troupes républicaines. La bataille de Bilbringi fut le dernier engagement majeur de la Flotte Impériale contre la Nouvelle République après la bataille d'Endor.

Bataille de Bilbringi [+9]

  
Forces en présence - Empire Galactique
  

  - Stations de défense Golan II
  - Destroyer Stellaire Chimaera, Grand Amiral Thrawn
  - Destroyer Stellaire Judicator, capitaine Brandei
  - Destroyer Stellaire Bellicose, capitaine Aban
  - Destroyer Stellaire Tête de Mort, captaine Harbid
  - Destroyer Stellaire Relentless, capitaine Dorja
  - Destroyer Stellaire Inexorable
  - Destroyer Stellaire Nemesis
  - Destroyer Stellaire Stormhawk
  - Croiseur Interdicteur Sentinelle
  - Croiseur Interdicteur #2
  - Destroyer Stellaire Victoire Adamant
  
Forces en présence - Nouvelle République

  - Destroyer Stellaire Freedom (anciennement Avarice), capitaine Sair Yonka
  - Escadron Rogue, commandant Wedge Antilles
  - Frégate d'assaut Fléau des Tyrans
  - Frégate d'assaut Etoile de la Liberté
  
Forces en présence - Contrebandiers

  - Etherway


Actualités en relation

Star Wars VIII : Diffusion d'un nouveau clip centré sur Finn !

Vous reprendrez bien un nouveau clip pour les Derniers Jedi ? Pratiquement un mois après un premier clip centré sur Finn, le déserteur le plus recherché de la galaxie est une nouvelle fois à l'honneur dans le dernier spot TV...


Star Wars VIII : Le trailer et l'affiche chinoise dévoilés !

Si plus que 8 jours nous séparent de la sortie des Derniers Jedi en France - deux jours avant la sortie américaine - le public chinois, lui, doit encore patienter jusqu'au 5 janvier 2018 avant de pouvoir à son tour d...


Star Wars VIII : Un nouveau clip au montage dramatique dévoilé !

Bienvenue en décembre ! Douze jours nous séparent encore de la sortie des Derniers Jedi, c'est-à-dire encore une éternité. Cependant l'attente nous est aujourd'hui facilitée par Mark Hamill (Luke Skywalker) qui, de passage sur la...


Le kendô de maître Obi-Wan

On a tendance à parler beaucoup des romans de science-fiction qui parle de Star Wars, et pourtant, il y a de nombreux livres qui parle de notre saga, plus ou moins sérieusement, et avec des sujets divers et variés...


LEGO Star Wars : Présentation du Sandspeeder

Les visuels officiels du set 75204 - Sandspeeder ont été mis en ligne, et cela nous permet de vous le présenter, et d'en discuter un peu le contenu... Les données de la boîte nous orientent d'emblée...





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Bataille de Bilbringi [+9]
Nom
Bataille de Bilbringi [+9]
Classe
Bataille célèbre
Date
An 9 Ap.BY
Lieu
Acteurs
Conséquences
Défaite impériale
Mort du Grand Amiral Thrawn

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
21 611


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • La Croisade Noire du Jedi Fou, Vol. 3 : L'Ultime Commandement
  • Les X-wings, Vol. 8 : La vengeance d'Isard
  • The Essential Chronology
  • The New Essential Chronology

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.