Bataille de Coruscant [-19]


Gigantesque bataille de la Guerre des Clones et tournant du conflit majeur

  Coruscant, la planète mégalopole recouverte d'une immense cité grisâtre, le cœur physique et politique de la galaxie, constitue à elle seule le symbole florissant de la galaxie et de son évolution; simple symbole du centre névralgique galactique pour les uns, symbole prestigieux de pouvoir et de puissance regroupés en un même lieu pour les autres, ce symbole a fait rêver bon nombre de leaders politiques, de chefs de guerre et de conquérants. De ce fait, la planète fut le fruit de nombreuses convoitises, aussi machiavéliques ou honnêtes soient-elles, et ne put qu'être le théâtre incontesté de diverses conflits au fil des interminables millénaires de son existence.

  Ainsi, Coruscant n'a donc pu échapper à la Guerre des Clones, comme tant d'autres mondes pris dans la tempête, et fut le témoin muet de l'une des dernières batailles titanesques et sanglantes de ce conflit ravageur, entre d'un côté l'Armée Clone républicaine, et de l'autre l'armée de droïdes séparatistes. Bien que ce ne fut que la deuxième bataille qui se déroula sur Coruscant durant ce conflit galactique, si l'on tient compte des autres combats, elle représente en réalité la sixième que la planète mégalopole ait connue au cours de son histoire.


I. Raisons de l'assaut séparatiste :

  Après trois longues années d'un rude conflit, la campagne militaire de la Confédération des Systèmes Indépendants manquait de plus en plus de fougue : ses armées droïdes perdaient du terrain face à la République alors que la percée en direction des Mondes du Noyau, rendue possible par l'Opération Lance de Durge, se révélait plus ou moins stoppée, notamment face au résultat de Kashyyyk, et q'une reprise de cette avancée miraculeuse semblait désormais inenvisageable. Plusieurs revers importants s'étaient malheureusement produits, et les défaites continuaient de s'accumuler, et ce malgré quelques vaines tentatives de la part du Général Grievous, véritable génie militaire, pour rétablir une stabilité de la situation. Le Conseil de la Confédération, rongé par d'indésirables divergences internes, restait indécis devant cette décadence de leur empire, lente, douloureuse et apparemment irrémédiable. Cette forte union de riches marchands, de banques renommées et de mégacorporations industrielles menaçait de se briser à tout moment, et les frictions entre membres devenaient de plus en plus fréquentes.

  Apparamment, le Seigneur Noir des Sith, Dark Sidious, comprit très vite le danger de ces symptômes et s'attela à trouver une idée afin de remédier à ce fâcheux problème. Il fomenta seul un audacieux projet, où la Confédération avait en réalité tout à perdre, mais aussi bien plus à gagner. Il fallait redonner un souffle au mouvement séparatiste, lui donner envie de continuer la lutte, lui redonner confiance en ses projets, et pour cela, il fallait prendre un important symbole républicain : il fallait prendre Coruscant, quel qu'en soit le prix. Dénichant de façon mystérieuse les plans des positions des champs de mines et des flottes républicaines du Noyau, qui avaient déjà servi antérieurement, il les confia au Comte Dooku et ordonna à Grievous de se préparer au combat. Aux mains de ces deux leaders, la flotte séparatiste la plus grande jamais vue fut rapidement rassemblée sous la bannière du vaisseau amiral légendaire de Grievous, la Main Invisible, et se dirigea vers la capitale galactique en évitant les différents barrages par des routes secrètes du Noyau Profond. Une force impressionnante constituée apparemment dans un seul et unique but : marcher sur Coruscant. Dans le même temps, une série d'attaques-leurres effectuées dans la Bordure Extérieure avaient permis d'attirer l'attention des Républicains et des Jedi loin de Coruscant.

Bataille de Coruscant [-19]


  Jouer sur plusieurs points serait primordial ; le simple fait de pouvoir s'attaquer à Coruscant permettrait déjà à la Confédération des Systèmes Indépendants de réduire à néant les convictions du gouvernement républicain et de blesser le moral de la population, se croyant parfaitement à l'abri loin derrière la ligne du front. Ceci, conjugué avec l'effet de surprise et la renommée du Général Grievous, déstabiliserait au mieux leurs ennemis, voire déclencherait des mouvements de panique et autres complications qui enrayeraient l'efficacité des défenseurs. De plus, le fameux réseau de communication HoloNet diffusait suffisamment de propagande pour les deux camps, en particulier que la République perdait la guerre, une affirmation capable de démoraliser les troupes et de briser l'envie de se battre. Les chances pour la victoire étaient ainsi de leur côté, mais les dés étaient depuis longtemps pipés au profit de Dark Sidious, alias Palpatine, et les enjeux beaucoup plus importants et différents qu'ils n'y paraissaient de prime abord…


II. Phase 1 : bataille terrestre :

1) Forces en présence au sol :

  La Grande Armée de la République, bien que prise au dépourvu, avait alors plusieurs excellents généraux Jedi de son côté, tels que Maître Windu et Maître Yoda, et comptait dans ses rangs des compagnies célèbres comme que la 501ème Légion, et des commandant clones réputés tels que Thire et Appo. Les simples soldats, quant à eux, étaient soutenus dans les airs par les nouveaux escadrons de chasseurs lourds ARC-170 appartenant à la défense aérienne, et par des intercepteurs Actis Eta-2 ou des chasseurs Delta-7 pilotés par les Jedi. Leur rôle était assez simple en perspective, puisqu'il consistait pour certains à protéger les civils apeurés, et pour d'autres à assurer la sécurité des sénateurs et autres personnalités importantes siégeant sur la planète. L'armée de la Confédération, équipée de droïdes de toutes sortes et de puissances de feu différentes, dont certains de conception toute récente, ainsi que de divers véhicules blindés et chasseurs stellaires dernier cri, était dirigée par le redoutable duelliste et stratège du nom de Grievous, héros séparatiste de la Guerre des Clones, alors que le Comte Dooku semblait n'être qu'un spectateur dans cette bataille.

Bataille de Coruscant [-19]


Forces républicaines (estimations) :
• 50 000 soldats clones
• 5000 motojets
• 4000 TR-TT clones
• 2000 canonnières TIO/BA
• 1000 NA-TT
• 1000 RT-TT
• 1000 canonnières TEHA-221
• 500 Juggernauts

Forces séparatistes (estimations) :
• 200 000 droïdes de combat
• 20 000 super droïdes de combat
• 10 000 droïdes araignées nains
• 5000 droïdes crabes
• 2000 droïdes destroyers
• 2000 canonnières droïdes
• 1000 droïdes Octuptarra
• 1000 tanks droïdes
• 1000 tri-droïdes
• 5000 TMT
• 2000 CAB
• 500 droïdes Hailfire

2) Débarquement des troupes et résistance républicaine :

  Une fois la flotte séparatiste en orbite autour de la capitale galactique, contrer les navires stellaires républicains ne fut pas si difficile, dans un premier temps. Le Chancelier Suprême, conseillé par le Sénat et le Haut Commandement, n'avait pas jugé raisonnable d'y stationner une force extrêmement importante, croyant Coruscant intouchable au vu des systèmes de protection disséminés dans toute la périphérie du Noyau, sans compter qu'une attaque, ici, dans les derniers mois de la guerre, semblait bien plus qu'improbable. Une grave erreur de leur part. Prise totalement par surprise, la flottille républicaine subit quelques pertes sans comprendre ce qui lui tombait dessus, et ne parvint pas à resserrer le maillage de sa défense avant que les contingents robotisés n'entrent dans l'atmosphère de la planète. Il faut dire que les vaisseaux de la Confédération des Systèmes Indépendants l'inquiétaient bien trop pour qu'elle se soucie de rattraper la multitude de navettes et les barges de débarquement en partance vers la surface de Coruscant. Bizarrement, le bouclier planétaire ne s'était pas levé avant le passage des premiers transports, et tout porte à croire qu'il constituait une cible prioritaire de la Confédération, et fut en conséquence neutralisé rapidement par un moyen quelconque. Sinon la flotte séparatiste aurait dû intervenir avec un bombardement en règle jusqu'à ce que le bouclier cède, soit une perte de temps et d'énergie beaucoup trop importante, et avec un obstacle de cet envergure, le plan d'invasion aurait été grandement compromis.

  Ainsi, lorsque la flotte séparatiste sortit de l'hyperespace et se plaça en orbite, une gigantesque armada de chasseurs stellaires et de petits navires hétéroclites se déploya hors des hangars des vaisseaux capitaux pour se poser sur le sol de la capitale républicaine, et la lutte spatiale commença, parallèlement au débarquement séparatiste. Le débarquement eut certes lieu en divers endroits, mais surtout dans le quartier législatif, entre le Sénat Galactique et le Temple Jedi. Apparemment, les forces républicaines stationnées dans ce secteur faisaient toutes partie de la 6ème Armée républicaine. Très tôt après le début des hostilités, le ciel de la mégalopole fut sensiblement assombri par des centaines d'escadrilles de chasseurs Vautour et de tri-chasseurs droïdes, escortant les lourdes barges de débarquement C-9979 et les canonnières droïdes, qui atterrirent à différents niveaux pour former des têtes de ponts et commencer le débarquement des troupes. L'arsenal entier de la Confédération s'y déversa, crachant des légions innombrables de droïdes de guerre de tous types : droïdekas, super droïdes de combat, droïdes Octuptarra, droïdes de la Fédération du Commerce, en plus des véhicules de combat tels que les Transports Multi-Troupes, les Chars d'Assaut Blindés fédérés, les droïdes Hailfire et bien d'autres encore. Des centaines de milliers de droïdes de guerre déambulaient dans les rues de la capitale républicaine, semant le désordre et la mort sur leur passage, ce pourquoi ils avaient été conçus.

Bataille de Coruscant [-19]


  Les soldats clones étaient littéralement débordés par cette véritable marée mécanique, et continuellement repoussés dans de nouveaux retranchements, continuellement obligés de céder du terrain, pendant que les escadrons d'ARC-170 et d'intercepteurs Jedi se débattaient farouchement dans les airs pour leur propre survie. De l'orbite basse de la planète, des flashs incessants localisés témoignaient de la violence inouïe des combats et des ravages qu'ils infligeaient à la planète capitale. Mais la résistance acharnée et courageuse des clones, soutenue par l'aide héroïque de nombreux Jedi, permit de bloquer petit à petit l'avancée des droïdes, jusqu'à renverser la situation à l'avantage de la République. Les Maîtres Yoda et Mace Windu s'illustrèrent notamment lors de cette bataille, dévastant des compagnies entières de guerriers mécaniques à eux seuls, grâce à leur parfaite maîtrise de la Force. Le vénérable Yoda détruisit des escouades entières de droïdekas ainsi que quelques barges de la Fédération de Commerce avec leurs troupes à bord, tandis que Windu s'occupait dans le ciel en surfant sur un chasseur droïde, après que son intercepteur ait sombré dans les abîmes obscures de Coruscant. Ils se rejoignirent au Secteur 4, vieux quartier assez proche du Sénat constitué d'immeubles et d'immenses ponts chiquement décorés, pour venir en aide au capitaine Fordo et à ses hommes. Ils réussirent à repousser une monumentale vague d'assaut et évitèrent ainsi aux soldats de choc de se replier encore une fois en direction d'une autre position.

  Au centre du District Législatif, le Sénat fut miraculeusement épargné par les incessantes attaques aériennes des chasseurs et des canonnières, mais ce furent les édifices voisins qui encaissèrent les dommages, en particulier l'Immeuble Mémorial des Aiguilleurs Contre-révolutionnaires de Nicandra. Déjà soupçonneux quant à l'étrange stratégie adoptée par les droïdes pour s'en prendre au bâtiment du Sénat et au Temple Jedi, Yoda et Mace Windu comprirent trop tard que le but premier de la Confédération n'était pas de s'emparer de Coruscant, mais avant tout de capturer le Chancelier Palpatine. En effet, l'assaut terrestre séparatiste n'était qu'une habile et immense diversion qui permettait de retenir toute l'attention des Jedi et des contingents clones par le raffut des combats, laissant ainsi carte blanche à Grievous pour partir en chasse. Bien que cette stratégie risquée comprenne le sacrifice immense de troupes droïdes selon le temps écoulé, elle fut acceptée par le vice-roi Nute Gunray et les autres membres du Conseil Séparatiste, qui espéraient de tout cœur que l'objectif principal soit rempli avec succès.

3) Capture du Chancelier :

  Le Chancelier Suprême de la République, dirigeant absolu disposant des pleins pouvoirs, constituait alors, dans le contexte de l'époque, une cible bien plus intéressante que la planète capitale, malgré le puissant symbole qu'elle représentait à elle seule. S'il était pris en otage, cela entraverait le rôle déjà affaibli du Sénat et laisserait le Conseil Jedi quasi indécis face à la marche à suivre ; mais bien plus avantageux que tout, cela accorderait également à la Confédération des Systèmes Indépendants un atout de pression pour mettre fin à cette guerre selon leur volonté et leurs conditions. Visiblement trop confiant dans le déroulement de la bataille, Palpatine était resté dans son bureau niché en plein cœur du 500 Republica, le bâtiment le plus ostentatoire de Coruscant, tout en profitant du spectacle qu'offraient les combats urbains. Lorsque son escorte fit mine de vouloir l'emmener pour le protéger, il refusa de façon catégorique de quitter son confortable bureau, et les supplications de Shaak Ti n'y changèrent rien, Palpatine prétextant qu'il était à l'abri et hors de danger.

Bataille de Coruscant [-19]


  Du moins, jusqu'à ce que des cliquetis métalliques ne se fassent entendre. Grievous, après être entré par la baie panoramique en la faisant exploser, tua sans avertissement les soldats clones et les gardes sénatoriaux lui faisant barrage, et se lança à la poursuite de sa proie, qui venait de s'enfuir sous son nez. S'engagea alors une longue poursuite à travers Coruscant, où les fugitifs, devant se débrouiller seuls faute d'une autre escorte, furent d'abord assaillis par un contingent entier de super droïdes de combat au bas de l'immeuble du Chancelier, bien que cela ne les retardât que quelques minutes. Même avec des manœuvres acrobatiques dignes des Jedi, ils furent constamment poursuivis par des droïdes ultra-modernes de type Magna Gardes, et par le général séparatiste en personne, des toits de plusieurs speeders jusqu'à une station de métro, où ils crurent avoir enfin semé Grievous. Mais ils étaient bien loin de la vérité, et des droïdes de combat envahirent rapidement les rames de Mag-Lev utilisées par les Jedi en vue d'atteindre le bunker du Chancelier.

  Heureusement pour les fuyards, Mace Windu et Kit Fisto les rejoignirent à temps pour les aider. Tandis que le Nautolan s'occupait des gardes du corps du général, le Koruun exerça son Vaapad contre le duelliste aux quatre sabres laser. Après un intense et fastidieux duel, Grievous fut expulsé du toit de la rame Mag-Lev malgré la magnétisation de ses serres, bien qu'il ait parfaitement géré sa chute libre en se réceptionnant sur une canonnière républicaine avant d'en prendre le contrôle, pendant que sa navette personnelle poursuivait sa proie à travers la ville. Quand les fugitifs arrivèrent à une sorte de turbo-élévateur qui mènerait au bunker secret de Palpatine, Shaak Ti fit preuve d'intelligence en restant en arrière avec Stass Allie pour bloquer le passage à d'éventuels poursuivants, en vain. Le petit vaisseau d'attaque capturé par le général séparatiste ouvrit le feu sur les deux Jedi, alors que des Gardes Magna investissaient les lieux. Shaak Ti dut combattre contre des douzaines d'adversaires, ce qui permis au général confédéré de lui fausser compagnie sans qu'elle ne s'aperçoive de la supercherie.

Bataille de Coruscant [-19]


  Au final, Grievous avait berné tout le monde en attendant Palpatine dans son bunker privé. Il tua les deux protecteurs surpris du Chancelier, Foul Moudama et Roron Corobb, puis désarma une Shaak Ti trop épuisée pour lui faire face, avant de la suspendre honteusement au plafond. Mace Windu, arrivé en hâte à bord d'une canonnière, ne put empêcher Grievous et son prisonnier de fuir de Coruscant à bord d'une navette, bien qu'il réussit à broyer les côtes du général séparatiste par un étau de Force. Ni le commandant Thire, ni le commandant Appo, dont la 501ème légion avait farouchement résisté à l'envahisseur en vue de protéger la population, n'ont pensé qu'un tel acte pouvait se produire et furent tous deux déçus de leur manque d'analyse et d'anticipation. Des pilotes Jedi, dont Agen Kolar, Saesee Tiin, et quelques autres, s'engagèrent à la suite de la navette de Grievous, mais la mort de Pablo-Jill et celle de L'lacielo Sageon, en marge du vaisseau amiral de la Confédération, marquèrent l'échec d'une tentative de sauvetage.

  Une grande partie du plan de la Confédération des Systèmes Indépendants s'était déroulée à terre, et la navette transportant le Chancelier de la République, autrement dit l'avenir de la galaxie, s'éloignait de plus en plus en direction du destroyer Providence Main Invisible, tandis que les combats faisaient rage dans l'espace. Les régiments de droïdes avaient rempli leur rôle ingrat et rejoignirent les barges pour être rapatriés sur leurs navires d'origine, et les retardataires furent abandonnés à un triste sort, se battant jusqu'à la fin. Cependant, même utilisés pour faire diversion, les troupes séparatistes avaient infligé bon nombre de dommages à la capitale galactique, dévastant plusieurs séries de gratte-ciel et tuant de nombreux militaires et Jedi, ainsi qu'une poignée des civils malchanceux, les victimes se dénombrant par milliers. Un simple "plus" pour la Confédération dans cette misérable hécatombe, qui eut un impact sans grandes conséquences. Pire que tout, une rumeur circula à la vitesse lumière, et l'HoloNet véhicula la terrible nouvelle aux quatre coins de la galaxie : le Chancelier Suprême Palpatine avait disparu, capturé par les Séparatistes et aux mains du monstre dénommé Grievous. La République semblait désormais perdue.


III. Phase 2 : bataille spatiale :

1) Forces en présence :

  Du côté de la République, on comptait plus d'un millier de destroyers Venator qui participèrent à la bataille, appartenant à la Flotte Home, ou encore à la 5ème Flotte Open Circle. Une puissance de  feu incommensurable soutenue par des vaisseaux de plus petit tonnage, comme les croiseurs de classe Carrack, les cuirassés Rendili, et quelques rares destroyers Acclamator. Quant à la chasse républicaine, elle se constituait de nombreux escadrons d'ARC-170, d'intercepteurs Actis Eta-2, et de nouveaux chasseurs Alpha-3 V-wings, aussi appelés Nimbus. Les officiers en charge de la flotte n'étaient autres que Saesee Tiin, Terrinald Screed, ou encore Lorth Needa. Du côté séparatiste, on dénombrait surtout une multitude de navires de soutien, comme les frégates stellaires Munificent, des destroyers légers Recusant, et des vaisseaux de contrôle ou des vaisseaux de bataille Lucrehulk. Par contre, on nota une certaine absence des meilleurs éléments de la flotte séparatiste, car trop peu de destroyers Providence, les seuls à être capable de contrer les destroyers Venator de la République, participèrent à l'assaut de la capitale galactique. En ce qui concerne leur chasse, elle restait bien supérieure en nombre à celle de la République, puisque composée de droïdes Vautour standards et des mortels tri-chasseurs droïdes, accompagnés de canonnières droïdes. Cette magnifique armada était sous l'autorité du Comte Dooku et du Général Grievous, alors que le capitaine Lushros Dofine se contentait du commandement de la Main Invisible.

Bataille de Coruscant [-19]


2) Attente de la flotte séparatiste :

  Depuis le commencement de la bataille, de nombreux vaisseaux et équipages avaient péri dans les flammes, que soit par une malheureuse collision lorsque les Confédérés sortirent de l'hyperespace, ou à cause des ravages causés par les rafales des batteries de turbolasers lourds. Sans compter les nouveaux armements déployés à l'occasion de cet affrontement, comme les missiles Driller et les droïdes Buzz, qui firent plus de dégâts, si ce n'est autant, que les armes conventionnelles. Le début de la bataille se solda donc par un bilan désastreux pour la République Galactique, les forces républicaines étant largement inférieures en nombre, et les quelques exploits de Maître Saesee Tiin, notamment la capture du destroyer Providence Prospère, ne permirent que de créer un semblant de résistance optimale alors que les renforts se faisaient de plus en plus désirer. La flotte séparatiste, de son côté, n'avait qu'à attendre patiemment le retour du Général Grievous et de son précieux colis. Mais très vite, des unités supplémentaires de la République affluèrent en orbite de Coruscant, et la Flotte Home, affectée à la défense de la planète et sous les ordres de Terrinald Screed, fut progressivement renforcée.

  Grievous, une fois revenu sur le pont de son navire de guerre, prit le commandement de la flotte séparatiste et laissa Palpatine au soin de son seigneur, le Comte Dooku. L'issue de la bataille restait encore incertaine, mais des renforts républicains étaient sans cesse injectés aux défenses de Coruscant, et les héros Jedi Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker, rappelés de Nelvaan dans la Bordure Extérieure par Mace Windu, firent leur apparition avec à leur suite la Flotte Open Circle et la 3ème Armée. Les forces républicaines alignèrent plus de mille Venator sur le champ de bataille, ce qui fit non seulement pencher la balance de la victoire en leur faveur, mais rétablit l'équilibre des forces. Même si les Séparatistes avaient parfaitement maîtrisé l'assaut lors du débarquement des troupes et réussi à contenir les attaques jusqu'à ce que Grievous revienne en orbite, l'effet de surprise s'était dissipé et le retournement de situation les mettait dans une situation instable, largement proche du débordement. Quoi que les Séparatistes aient envisagé, ils ne pourraient longtemps faire face à cette vague déferlante qui les avait heurtés de plein fouet.

Bataille de Coruscant [-19]


3) Encerclement de la Main Invisible et intervention Jedi :

  Après l'arrivée de la Flotte Open Circle, la sixième Bataille de Coruscant devint une véritable pagaille, en particulier pour les Séparatistes. Les combats redoublèrent de violence, et les vaisseaux de guerre se pilonnaient parfois à quelques mètres de distance seulement, engendrant toujours plus de carcasses et de débris qui ne manqueraient pas de s'écraser sur la surface de Coruscant. De plus, la Flotte Open Circle avait rompu la formation confédérée, créant d'une part une véritable mélasse de vaisseaux, et empêchant désormais leurs ennemis de faire un saut en hyperespace en direction du Noyau. Selon un plan élaboré par Maître Kenobi, celui-ci et le jeune Anakin Skywalker partirent à bord de leurs intercepteurs pour une mission de sauvetage extrêmement périlleuse. Grievous envoya tous ses chasseurs de réserve à leur rencontre, mais l'Escadron Sept d'ARC-170 commandé par Odd Ball avait pour objectif de protéger les deux Jedi coûte que coûte, même au prix du sacrifice des pilotes. Malgré l'envoi de droïdes Buzz, les Jedi passèrent le barrage de chasseurs et Anakin détruisit le générateur de bouclier du hangar principal sans ce soucier des défenses du destroyer. Les portes blindées n'eurent pas le temps de se refermer avant que les Jedi ne pénètrent à l'intérieur du vaisseau amiral. Bien que Kenobi se doutât d'un piège, il n'en connaissait pas les tenants, et la seule option qui s'offrait à lui de toute manière était de se jeter dans la gueule du loup.

  Pendant ce temps, Grievous avait de plus en plus de mal à gérer la situation, car la flotte subissaient de lourdes pertes et son propre navire était devenu la cible de vigoureux affrontements depuis que des Jedi l'avaient abordé. Les boucliers déflecteurs étaient à moins de 30 % du nominal, les batteries laser en surchauffe ou détruites, et les variations de gravité devenaient monnaie courante. Sa position était désespérée et incontrôlable, et s'ils ne quittaient pas au plus vite Coruscant, la bataille risquait de se transformer en un échec cuisant pour la Confédération. Mais Dooku restait formel : ils devaient encore attendre et le général n'avait pas envie de discuter des termes du plan avec Dark Sidious après la bataille. Après avoir localisé Palpatine, les Jedi se dirigèrent vers la plate-forme d'observation supérieure et durent se confronter au Comte Dooku, alias Dark Tyranus. Un féroce affrontement s'engagea, où Obi-Wan finit par sombrer dans l'inconscient suite à un choc infligé par le Comte. Fou de rage, Anakin utilisa sa colère et sa haine pour vaincre Dooku, et finit par le tuer lorsque Palpatine le lui ordonna. Au même moment, le Groupe d'Assaut Cinq de la Flotte Home, aidé par le destroyer Venator Guarlara, entreprit d'encercler la Main Invisible tandis que les survivants de l'Escadron Sept et les pilotes de l'Escadron Quatre s'occupaient des derniers chasseurs droïdes. Grievous refusa la reddition proposée par le commandant Lorth Needa, et menaça en retour d'étriper le Chancelier Suprême de la République en direct sur l'HoloNet s'il ne dégageait pas un de ses vaisseaux pour lui laisser un vecteur de saut en hyperespace. Mais il fut ensuite incapable de lui montrer Palpatine captif, et il ne put bénéficier que d'un bref cessez-le-feu.

Bataille de Coruscant [-19]


  Les fugitifs emprisonnés dans un bouclier radiant, le polémarque cyborg envoya des droïdekas et des Magna Gardes, dont IG-101 et IG-102, récupérer Palpatine et les sabre-lasers des vaincus. Une fois les prisonniers amenés sur la passerelle, ils se libérèrent à la surprise générale, et Grievous ne vit qu'un moyen de sauver la situation en se débarrassant des trois otages malgré ses ordres stricts. Brisant la baie panoramique alors que le Guarlara avait asséné un coup pratiquement fatal à la Main invisible quelques instants auparavant, le général rejoignit sa capsule de survie et largua les autres capsules du navire, condamnant son équipage et les trois Républicains à un sort funeste. Alors que la Main Invisible plongeait en direction de Coruscant, Anakin Skywalker déploya ses ailerons, espérant ainsi ralentir la descente de la carcasse de l'énorme destroyer de classe Providence. Malheureusement, la coque avait été trop fragilisée par les récents bombardements du Guarlara, et elle se scinda en deux parties. La partie arrière se désagrégea dans l'atmosphère de la planète, avec les survivants neimoidiens cloîtrés dedans, et la partie avant s'écrasa lourdement sur l'aire d'une ancienne zone industrielle, non sans causer d'important dégâts. Durant le crash, Yoda avait averti l'officier Needa pour qu'une escorte de speeders de lutte anti-incendie accompagne le reste du destroyer et tente d'éteindre les flammes causées par la friction de l'entrée dans l'atmosphère de l'appareil. Alors que tout le monde avait cru voir dans cette bataille la fin du Chancelier et de la République, Grievous y compris, le prodigieux Skywalker avait réussi une manœuvre totalement impossible, poser une moitié d'un vaisseau lors d'un atterrissage forcé.


IV. Conséquences de la bataille :

  La République avait échappé au pire : le Chancelier Palpatine était sain et sauf grâce au courage d'Obi-Wan Kenobi et d'Anakin Skywalker, le Héros sans Peur que l'HoloNet se plaisait à décrire. Mais les pertes en hommes et en matériel étaient exorbitantes, et Coruscant, bien que victorieuse, avait subi de lourds dommages à cause des troupes droïdes et surtout en raison des nombreux débris tombés du ciel tout au long de la bataille en orbite. Pendant plusieurs semaines après la fin de la bataille, des feux ravagèrent d'importantes parcelles de la planète mégalopole et de nombreux immeubles furent par la suite détruits. Le Sénat, abasourdi par une telle atteinte en plein cœur de la République, vota immédiatement un surplus de pouvoirs décisionnels pour le Chancelier dans l'optique de mettre un terme le plus rapidement possible au conflit galactique qui n'avait que trop duré. Ce dernier prit les dispositions attendues par les sénateurs, et la guerre s'amplifia rapidement dans les derniers jours du conflit. Mais le Conseil Jedi vit cette nouvelle passation de pouvoir d'un mauvaise oeil, tout comme il avait appris à douter de Palpatine tout au long de la guerre. Sans compter que le Sénat avait voté un texte plaçant le Temple Jedi sous la supervision du cabinet du Chancelier. C'est pourquoi ils demandèrent après cette bataille à Skywalker, très proche ami du Palpatine, de le surveiller étroitement, chose qu'il n'apprécia pas du tout.

  Du côté de la Confédération, la flotte s'était enfuie de Coruscant en bon ordre grâce aux talents de Grievous, évitant ainsi une misérable débâcle, alors que le cyborg se dirigeait vers le monde isolé d'Utapau, repaire temporaire en cas de repli stratégique. La mort du Comte Dooku laissa certes un vide dans la hiérarchie confédérée, mais les membres du Conseil Séparatiste n'osèrent pas calomnier le général cyborg pour sa défaite, par peur de représailles, même si cet échec leur avait énormément coûté. Pour eux, la guerre devenait de plus en plus délicate à oeuvrer, et sans Palpatine en otage pour menacer la République et avec Grievous désormais seul dirigeant de l'armée de la Confédération, ils n'étaient pas prêts de terminer cette guerre. D'ailleurs, le Conseil Séparatiste fut par la suite muté sur Mustafar pour garantir sa protection au cas où la République découvrirait le repaire d'Utapau.

1) La chasse au Seigneur Sith :

  Avant le début de l'assaut, et parallèlement à la bataille de Coruscant, des forces spéciales assistées par quelques adeptes de la Force participèrent à une enquête minutieuse pour retrouver la base secrète de Dark Sidious. Les Jedi se doutaient depuis quelques temps que le Seigneur Noir des Sith se dissimulait dans l'entourage de Palpatine et du Sénat. Suivant une piste depuis le quartier du 500 Republica qui menait à un ancien complexe industriel abandonné, ils découvrirent le repaire du Sith. Mais l'Équipe Aurek fut assaillie par de féroces gardes géonosiens, probablement après avoir découvert la véritable identité du Sith, et tous les membres sans exception furent retrouvés morts, dont le capitaine Dyne et le soldat ARC Valiant. Sidious, qui avait apparemment flairé le coup, n'en fut pas inquiété car cette enquête était prévue dans ses manigances, comme en témoigne sa capture par Grievous qui l'emmena loin des bas-fonds de Coruscant et des Jedi partis à sa recherche.

2) Secrets de la bataille :

  En réalité, la sixième Bataille de Coruscant avait été entièrement planifiée par Dark Sidious, et ce depuis des lustres. Le but ultime de cette bataille, ou plutôt de cet immense traquenard, était d'attirer le jeune adepte de la Force Anakin Skywalker, l'Élu de la prophétie Jedi, dans les griffes du Seigneur Sith. Bien que le plan ne se soit pas déroulé comme prévu, puisque le mentor de l'Élu, Obi-Wan Kenobi, avait survécu au duel sur la Main Invisible, Palpatine avait tout de même réussi à tourner Anakin vers le Côté Obscur en lui ordonnant d'exécuter Dooku, alors que le noble de Serenno était à la merci du Jedi et sans défense. Même s'il tenta d'apaiser Skywalker par des mensonges en lui avouant que la vengeance était une réaction normale et que Dooku était trop dangereux pour qu'on le laisse en vie, le Jedi savait qu'il venait d'enfreindre les règles. Mais la perte de son ancien élève Sith était de toute manière prévue dans les sombres desseins de Palpatine.

  De plus, il était maintenant certain que Skywalker ferait un disciple digne de ses attentes, et que son génie intellectuel pouvait fomenter des stratagèmes capables de berner le meilleur des Jedi. En faisant d'une pierre deux coups, Dark Sidious avait considérablement affaibli la Confédération des Systèmes Indépendants dans cette attaque inutile, alors que les pouvoirs politiques de son alter ego, Palpatine, s'étaient encore renforcés. Son heure de gloire ne tarderait pas à arriver, car bientôt il pourrait mettre fin à la guerre et se débarrasser définitivement des Jedi à l'aide de la directive connue sous le nom d'Ordre 66. Tandis qu'il utiliserait Grievous comme un appât durant la Bataille d'Utapau, Palpatine allait se servir des spéculations d'Anakin Skywalker et des décisions du Conseil Jedi pour le faire basculer sous sa coupe et entraîner la chute irréversible de l'Ordre Jedi. La sixième Bataille de Coruscant a ainsi marqué un tournant décisif de la Guerre des Clones : le piège que représentait le conflit se refermait petit à petit alors que la galaxie allait s'acheminer vers une ère de terreur et de totalétarisme avec l'effacement de l'Ancienne République et l'émergence de l'Empire Galactique.


Actualités en relation

Holonet : 6 fiches complètement réécrites !

En début de mois nous vous avions proposé un groupe de fiche spécial Star Wars Episode VIII pour bien commencer l'année scolaire, il était temps pour nous de revenir en cette fin de mois pour vous proposer...


Nouveau groupe de fiches : Les vaisseaux spatiaux

Après l’invasion criminelle qu’a subit l’encyclopédie avec le précédent groupe de fiches dédié aux Hutts, revenons à des choses plus saines, tel les vaisseaux spatiaux. Bon, bien sûr, avec Morgoth à la rédaction...


Star Wars VIII : Diffusion d'un nouveau clip centré sur Finn !

Vous reprendrez bien un nouveau clip pour les Derniers Jedi ? Pratiquement un mois après un premier clip centré sur Finn, le déserteur le plus recherché de la galaxie est une nouvelle fois à l'honneur dans le dernier spot TV...


Star Wars VIII : Le trailer et l'affiche chinoise dévoilés !

Si plus que 8 jours nous séparent de la sortie des Derniers Jedi en France - deux jours avant la sortie américaine - le public chinois, lui, doit encore patienter jusqu'au 5 janvier 2018 avant de pouvoir à son tour d...


Star Wars VIII : Un nouveau clip au montage dramatique dévoilé !

Bienvenue en décembre ! Douze jours nous séparent encore de la sortie des Derniers Jedi, c'est-à-dire encore une éternité. Cependant l'attente nous est aujourd'hui facilitée par Mark Hamill (Luke Skywalker) qui, de passage sur la...





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Bataille de Coruscant [-19]
Nom
Bataille de Coruscant [-19]
Classe
Bataille célèbre
Date
-19
Lieu
Acteurs
Conséquences
Victoire républicaine
Mort du Comte Dooku
Renforcement des pouvoirs décisionnels de Palpatine
Rapprochement d'Anakin Skywalker vers le Côté Obscur
Intensification momentanée de la guerre

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
70 711


Note de la fiche
2 membres ont noté la fiche "Bataille de Coruscant [-19]" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • Dessin Animé : Clone Wars
  • Épisode III : La Revanche des Sith (roman)
  • Incredible Cross-Sections : Revenge of the Sith
  • Star Wars Episode III : La Revanche des Sith

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.