Force 06 - Les autres concepts de la Force


D'autres concepts, d'autres défintions de la Force existaient dans la galaxie que ceux fournis par l'Ordre Jedi et formaient la base de cultures entières.

  Parmi les nombreux mystères de la galaxie, certains firent l'objet de siècles voire de millénaires d'étude, à l'instar de la station Centerpoint ou des pyramides des Sharu. Pourtant, bien peu furent analysés aussi profondément et aussi longtemps que la Force, ce champ d'énergie qui relie toute vie. Pourtant, si le concept porté par les Ordres Jedi et Sith, et leurs écoles parallèles, était communément admis, d'autres groupements proposèrent leur propre définition. Ces philosophies étaient parfois considérées comme une autre manière d'expliquer la Force par leurs adeptes, ou plus rarement comme une entité différente bien qu'il fut généralement démontré par les Jedi qu'il s'agissait en réalité de la Force comprise de façon alternative. Ce qui suit est un panorama non exhaustif des principales philosophies alternatives de la Force en excluant les cultures qui se sont contentées de lui donner un autre nom.

I. Ashla et Bogan, les ancêtres. [haut]



  Dans les premiers temps de l'Ancienne République, environ vingt-cinq millénaires avant l'avènement de l'Empire de Palpatine, les prophètes de Tython découvrirent l'existence d'un mystérieux champ d'énergie. Ils la nommèrent Ashla et devinrent une sorte d'ordre de mages qui étudièrent cette énergie et les capacités qu'il était possible d'obtenir en l'utilisant.

  Pour ces êtres, Ashla était une source d'énergie exclusivement positive présente sur Tython, qui nourrissait la sagesse et le corps. En s'enrichissant des adeptes d'autres cultes similaires, les sages de Tython découvrirent l'omniprésence d'Ashla à travers la galaxie et enrichirent leur connaissance à son sujet. Ils établirent l'existence d'un champ négatif équivalent, appelé Bogan, qui incarnait le chaos et la destruction à l'opposé de la vie et l'harmonie d'Ashla. A l'époque de Xendor, les tenants du Bogan pensaient que cette puissance symbolisait la vitalité, les réactions instinctives, et pouvait donc conduire à l'amour aussi facilement qu'à la haine.

  Au fil des générations, les adeptes d'Ashla et Bogan affinèrent leur connaissance de ces champs d'énergie. Ce savoir conduisit à la définition moderne de la Force, du Côté Lumineux et du Côté Obscur, bien que certains aspects tels que la Force Vivante ou la Force Unifiée furent largement débattues au fil des millénaires. Ces débats amenèrent parfois à de véritables conflits, comme les Guerres de la Force, et conduisirent à la création de l'Ordre Jedi qui popularisa sa vision de ce champ d'énergie.

Force 06 - Les autres concepts de la Force

Qui-Ko, l'un des premiers prophètes d'Ashla.
Image extraire du Manuel du Jedi


II. L'Obscurité des Sorciers de Rhand. [haut]



  Les Sorciers de Rhand constituaient une tradition relativement secrète et recluse, retirée au sein des Régions Inconnues. Sinistres, ils considéraient le concept de la Force comme inepte et vain. A leurs yeux, la seule réalité de l'existence résidait dans sa vocation à disparaître. Par conséquent, la vie n'est que provisoire et le pouvoir est issu de la destruction.

  Les Sorciers de Rhand appelaient cette source de puissance l'Obscurité. Cette énergie néfaste leur permettait de connaître l'avenir, dans une certaine mesure, en déterminant l'impact de leurs actions sur le futur. Elle pouvait également être canalisée pour mener à la destruction, en accélérant le vieillissement des ennemis par exemple, ou manipuler des esprits en combinant le pouvoir de l'Obscurité avec des pierres spécifiques.

  Selon cette philosophie, le concept même d'un Côté Lumineux et d'un Côté Obscur confine à l'absurde et l'Obscurité, liée à l'entropie, ne possède aucun point commun avec la Force créée par les êtres vivants. Les enseignements des Sorciers de Rhand furent toutefois attractifs pour les tenants du Côté Obscur et s'avérèrent être une compréhension particulièrement sombre de la Force.

Force 06 - Les autres concepts de la Force

L'un des sinistres Sorciers de Rhand.
Image extraite du Livre des Sith


III. Le Courant Blanc des Fallanassis. [haut]



  Découvertes par Luke Skywalker à l'époque de la crise opposant la Nouvelle République aux Yevethas, les Fallanassis se considéraient comme les adeptes du Courant Blanc. Ce fameux courant, s'il était une émanation de la Force comme le comprit le fondateur du Nouvel Ordre Jedi, ne nécessitait pas une sensibilité à la Force telle celle répandue ordinairement parmi les Jedi.

  Selon les Fallanassis, le Courant Blanc devait être suivi et non manipulé, ce qui nécessitait de demeurer dans la lumière et s'agrémentait d'une philosophie pacifiste. Elles pouvaient toutefois s'en servir pour influencer les esprits voire la matière dans certaines limites. Là où beaucoup considérait la Force comme une source de pouvoir, le Courant Blanc avait vocation à mener vers la paix. Mais il permettait notamment de créer des illusions particulièrement réalistes ainsi que d'écrire, faute de terme plus approprié, au cœur de la matière afin de laisser des messages visibles uniquement par les adeptes.

  Selon les Fallanassis, le Courant Blanc devait les guider vers leur destin à la seule condition le laisser les immerger, sans chercher à interroger ce flux d'énergie comme le faisaient les Jedi en pouvant toutefois être lu. Plus précisément, le Courant les menait là où leur intervention était nécessaire pour soulager les maux, nullement pour combattre mais pour aider, comme elles le firent sur J't'p'tan lors de la Purge des Yevethas. Il semblait, d'une manière générale, que la philosophie des Fallanassis ôtait toute notion de volonté à leur définition de la Force

  Cependant, la nature positive du Courant pouvait être perturbée par le chaos et la mort, brouillant ce qui avait été réalisé grâce à lui, ce qui fut probablement à l'origine du pacifisme des Fallanassis. Dans de telles circonstances, l'immersion en son sein devenait difficile voire impossible. De manière plus brutale, les êtres vivants étaient également repérables dans le Courant par les remous qu'ils y formaient, alors que les Jedi se concentraient sur la recherche d'une étincelle de conscience. A l'inverse, un abandon total au Courant permettait de s'y effacer complètement, de disparaître physiquement à volonté.

Force 06 - Les autres concepts de la Force

Une Fallanassi utilisant ses pouvoirs pour disparaître.


IV. La magie des Sorcières de Dathomir. [haut]



  Après l'éradication des Jedi par Palpatine, l'une des cultures d'utilisateurs de la Force les plus importantes était celle des Sorcières de Dathomir. Bien que descendantes d'une Jedi, Allya, elles avaient oublié ce qu'était la Force et considéraient leurs pouvoirs comme de la magie. L'utilisation de cette magie s'effectuait par le biais d'incantations et devait se conformer au Livre de la Loi rédigé par Allya. Les Sorcières se devaient d'user de leur puissance avec discernement, pour le bien commun.

  Selon leur croyance, la magie n'était la source d'un pouvoir accessible qu'aux femmes à l'exception des "Jai", déformation du mot Jedi désignant des guerriers invincibles protégés de la mort par la nature elle-même. Cependant, quel que soit le sexe de son utilisateur, la magie nécessitait de connaître les mots appropriés pour manier sa puissance. Par ailleurs, la mauvaise magie était proscrite et considérée comme un fléau, en particulier avec l'essor des Sœurs de la Nuit, bien qu'elles se mirent jamais d'accord sur la définition du mal avant l'arrivée de Luke Skywalker sur leur monde.

Force 06 - Les autres concepts de la Force

La sorcière Teneniel Djo lors de sa rencontre avec Luke Skywalker.
Image extraite du guide The Essential Reader's Companion


V. Le chamanisme des Sœurs de la Nuit. [haut]



  Originaires de la même planète et descendantes d'Allya également, les Sœurs de la Nuit avaient un regard différent sur leur magie dont les aspects furent retranscrits par Talzin. Ses témoignages permirent d'accumuler une connaissance précise de leur culture et notamment de leur chamanisme. En effet, ces adeptes du Côté Obscur, bien qu'elles ne se considèrent pas comme telles, usait non seulement de leurs incantations mais également d'un pouvoir chamanique, c'est-à-dire obtenu grâce aux esprits.

  Ces esprits étaient pour elles les hôtes du corps auquel ils survivaient dans un autre plan et leurs pouvoirs pouvaient être utilisés afin de lancer des sorts, améliorer ses aptitudes physiques ou créer des armes et talismans puissants. Avertie du concept de la Force, elles trouvaient cette dichotomie de la lumière contre l'obscurité erronée et pensaient que leurs pouvoirs provenaient des Divinités Jumelles du Royaume de l'Esprit.

  Ces esprits divins étaient incarnés par la Déesse Ailée et le Dieu Vorace, respectivement un aigle blanc et une gargouille noire, équivalents du Côté Lumineux et du Côté Obscur. Selon la tradition des Sœurs de la Nuit, la Déesse Ailée permet d'utiliser les sorts ou même d'exercer des pouvoirs rares comme la divination, la guérison ou la manipulation des totems, technique similaire au vaudou d'une galaxie distante. La fonction de cette divinité était de maîtriser la fertilité et la croissance, tandis que son homologue présidait à la virilité et la chasse.

  Le Dieu Vorace était associé au monde animal, et aux signes de violence en tête desquels le sang par lequel s'effectuait la communion avec cette entité au cours des repas et combats. La tradition le considérait comme détenteur d'une puissance énorme à l'origine des stigmates des Sœurs de la Nuit. En tant que dieu de la chasse, toutes les capacités découlant de cette activité étaient censées provenir du Dieu Vorace, telles que la piste de sang.

Force 06 - Les autres concepts de la Force

Une chamane des Soeurs de la Nuit.
Image extraite du Livre des Sith


VI. L'inattendu panthéon des Yuuzhan Vong. [haut]



  Bien qu'absents au sein de la Force ou du moins de la Force telle que la connaissaient les Jedi, les Yuuzhan Vong y avaient été présents à une époque. Suite à un conflit avec une civilisation artificielle, ils devinrent la race de guerriers qui déferla sur la galaxie et furent coupés de la Force par Yuuzhan'tar, leur monde originel.

  Les éclaircissements apportés par Harrar, Sekot et Luke Skywalker sur leur passé démontrèrent qu'ils inventèrent leur Panthéon dans l'espoir de remplacer ce qu'ils avaient perdu. Ainsi, leurs différentes divinités représentaient autant de facettes de la personnalité de leur planète et nombreux furent ceux qui postulèrent que l'âme de Yun-Yuuzhan, le créateur, n'était autre que la Force omniprésente dont se servaient les Jedi. Ironiquement, l'athée Nom Anor s'approcha de cette vérité lorsqu'il manipula les hérétiques sous l'identité de Yu'shaa pour renverser Shimrra.

  Par le biais de leur panthéon sanguinaire, agrémenté tardivement de Yun-Yammka le Massacreur, et de la douleur provoquée par leurs rituels, ils cherchaient à retrouver la symbiose originelle dont les avait privé Yuuzhan'tar. Au fil du conflit, l'idée se répandit dans les castes les plus modestes que les Jedi étaient les rédempteurs des Yuuzhan Vong et leur panthéon s'enrichit par la suite d'un géant chargé d'empêcher les morts de troubler les vivants, le Ganner.

VII. L'approche des Moines Aing-tiis. [haut]



  Ordre religieux extrêmement mystérieux, les Moines Aing-tiis vivaient au cœur de la Faille de Kathol, une région de la galaxie dangereuse et inexplorée où ils vouaient un culte à Ceux qui habitent derrière le voile et étudiaient leur version de la Force. Accessible à un individu insensible à l'énergie exploitée par les Jedi, leur philosophie éliminait toute notion de bon ou mauvais côté, au profit d'une vision décrite par Jorj Car'das comme un arc-en-ciel.

  Aux yeux de ces créatures étranges, ce champ généralement décrit comme la Force était un simple élément de la nature qu'il convenait de respecter et ne pas utiliser. Ils se considéraient comme guidés par cette puissance, non par une volonté qui aurait un plan, mais plutôt à l'image d'un fleuve. Selon cette idée, ils étaient comme des troncs flottants, suivant le courant sans savoir où le voyage devait précisément aller. Le futur était par conséquent fluctuant, décourageant le concept même de prophétie au sein de leur peuple. Pour la même raison, ils pensaient impossible de modifier le temps, que les choses reprendraient leur place d'une manière ou d'une autre, comme l'eau finit un jour par s'affranchir des barrages pour couler.

  L'un des aspects les plus importants de leur définition de la Force demeurait le fait que les Aing-tiis rejetaient l'idée des Côtés Obscur et Lumineux, considérant que ce vaste champ d'énergie était composé d'une large palette de nuance, résumée en un arc-en-ciel. Selon eux, cette puissance, qu'ils en virent à appeler la Force pour converser avec les autres peuples, appartenait à leurs divinités, Ceux qui habitent derrière le voile. Pour cette raison, il ne leur revenait pas de l'employer avec la même liberté que les Jedi.

  Une autre particularité séparait leur vision de celle, plus classique, de la Force. Non contente d'embrasser toutes les nuances entre le Bien et le Mal, cette énergie englobait, selon eux, l'ensemble de la matière de manière variable. Ainsi, des objets pouvaient être créés à partir de ce pouvoir, pas uniquement des êtres vivants, et des individus non sensibles à la Force standard pouvaient le manipuler.

Force 06 - Les autres concepts de la Force

L'un des mystérieux Moines Aing-tiis.
Image extraite du Manuel du Jedi


VIII. Le Pelekotan selon les Korunnais. [haut]



  Descendants de Jedi, à l'instar de plusieurs autres peuples comme les Dathomiriennes ou les Jensaarais, les Korunnais étaient les natifs d'Haruun Kal. Vivant dans une jungle extrêmement dangereuse, ils présentaient la particularité d'être sensibles à la Force, même s'ils ne se l'expliquaient pas de cette manière. Conscients d'être entourés par une énergie puissante et mystérieuse, très présente dans la jungle et sa faune, les Korunnais la baptisèrent pelekotan. Ce terme de leur langage signifiait "esprit de jungle" en Basique.

  Selon leur croyance, cet esprit possédait sa propre volonté et utilisait les individus sans être exploité lui-même. Pour autant, la jungle n'avait pas de personnalité propre, plus proche d'une puissance omniprésente que d'une divinité consciente. Cette puissance était particulièrement présente chez les lor pelek, des sortes de chamans qui étaient parfois considérés comme des émanations du pelekotan.

  Légende ou pas, les descriptions de ces individus s'accordaient à les dire aussi prévisibles que la jungle qu'ils étaient censés personnifier. Il apparait qu'ils étaient également habilité à condamner au tan pel'trokal, la justice de la jungle, un exil dans la forêt redoutable qui déciderait de la vie ou de la mort du condamné. D'après Kar Vastor, l'un des lor pelek les plus puissants qui furent, le pelekotan pouvait créer des rêves ou visions en fonction des désirs et des peurs de chacun avec un réalisme surprenant. Selon lui, la réalité était un "rêve du pelekotan", une forme passagère dont l'existence reposait entièrement sur cet esprit de la jungle.

Force 06 - Les autres concepts de la Force

Quelques Korunnais.
Image extraite du guide The Essential Reader's Companion


IX. Des visions variées. [haut]



  Outre ces quelques cultures, plusieurs peuples découvrirent la Force et formulèrent leurs propres hypothèses quant à sa nature. La plupart d'entre eux la considérèrent comme une forme de magie. Les Sorciers de Tund entouraient leurs pouvoirs d'une aura mystique, refusant les invitations des Jedi à étudier leur magie.

  A l'inverse, les Kashi Mer croyaient en une puissance appelée le Souffle Kashi dont ils étaient les gardiens et nombre d'entre eux rejoignirent les Jedi. De leur rang fut notamment originaire Xendor. Leur tradition perdura, malgré ou grâce à l'éparpillement de ses adeptes. Il semble que les Gardiens du Souffle prêtaient une attention particulière à la vie, leurs pouvoirs étant souvent liés aux différentes formes de vie, en influant sur la croissance des plantes par exemple.

  Enfin, les Ewoks possédaient une culture shamanique et certains de leurs représentants étaient même capables d'utiliser la Force. Ils se l'expliquaient comme une énergie liée à la nature, un pouvoir capable de les guider et d'alimenter, d'une certaine manière, la forêt. Malheureusement, le détail des croyances de ces divers peuples est encore méconnu, bien que leur existence prouve l'immense complexité qu'il réside à définir la Force.



Actualités en relation

Forces of Destiny : Diffusion d'un nouvel épisode centré sur Qi'ra

Disney vient de mettre en ligne un nouvel épisode de la saison 2 de Forces of Destiny (Forces du Destin, en VF), la minisérie d'animation de Lucasfilm ! La vidéo en question est centrée sur Qi'ra, le...


Forces of Destiny : Sept nouveaux épisodes de la saison 2 en ligne !

Forces of Destiny (Forces du Destin, en VF), la minisérie d'animation de Lucasfilm est de retour ! Disney vient de mettre en ligne sept nouveaux épisodes de la saison 2 à l'occasion du Star Wars Day ; de quoi patienter un...


Force for Change : Lucasfilm et Chewbacca s'engagent pour l'UNICEF !

Comme chaque année, Lucasfilm, à travers son association caritative Star Wars: Force for Change, profite de l'attention procurée par le prochain film Star Wars afin de récolter des sous pour l'UNICEF, l'agence de l'ONU venant...


Forces of Destiny : La minisérie est de retour avec huit nouveaux épisodes !

Sitôt la série Star Wars Rebels définitivement achevée, voilà que Lucasfilm nous propose aujourd'hui d'enchainer avec le retour de Forces of Destiny (Forces du Destin, en VF), la minisérie d'animation de Lucasfilm ! Et...


Panini Comics : Review de Windu

Tiens, et si on regardait un petit peu les dernières sorties chez Panini Comics ? On a quoi... Alors, on a..... Windu ! Ha, en voilà un personnage chouette, un personnage fort, bien connu, qui impose le respect. Et si on en...


Informations encyclopédiques
Force 06 - Les autres concepts de la Force
Nom
Force 06 - Les autres concepts de la Force
Classe
La Force - Concepts Généraux
Fonction
Expliquer différemment la nature de la Force

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
24/12/2013

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
12 275


Note de la fiche
1 membre a noté la fiche "Force 06 - Les autres concepts de la Force" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 1 : La Tempête approche
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 2 : Le Bouclier Furtif
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 3 : Le Défi du Tyran
  • La Guerre des Clones : Point de Rupture
  • Le Destin des Jedi Vol. 01 : Proscrit
  • Le Destin des Jedi Vol. 02 : Présage
  • Le Livre des Sith
  • Le Manuel du Jedi
  • Le Mariage de la Princesse Leia
  • Nid Obscur Vol. 1 : Le Roi des Affiliés
  • The Essential Guide to the Force (Jedi VS.Sith)
  • The Essential Guide to Warfare
  • The New Essential Guide to Alien Species
  • WOTC - The Unknown Regions (SAGA Edition)

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.