Fédération Galactique d'Alliances Libres


Plus connue sous le nom d’Alliance Galactique, elle fut créée au cours de la Guerre des Yuuzhan Vong et ne fut renversée que par les Sith de Dark Krayt.

  Au terme de longues années de combat, les opposants à l'autorité de Palpatine parvinrent à instaurer une Nouvelle République. Cependant, celle-ci perdura à peine plus de deux décennies avant de succomber face aux redoutables Yuuzhan Vong. Conscient des faiblesses de ce gouvernement brisé à la tête duquel il avait été élu, Cal Omas rédigea une nouvelle constitution, pour un État qui allait durer un siècle : la Fédération Galactique d'Alliances Libres, ou Alliance Galactique.

I. Structure gouvernementale [haut]


  

A. Le Chef de l'État [haut]



  Au sein de l'Alliance Galactique, le pouvoir exécutif revenait, comme sous la Nouvelle République, à un Chef de l'État élu par le Sénat au suffrage universel. En tant que tel, il possédait l'autorité suprême sur les forces armées ainsi que les services de renseignements, bien qu'il ne puisse pas prendre toutes les décisions de manière unilatérale et doive obtenir l'accord du Sénat pour toute action de guerre. En l'absence du Chef de l'État, l'intérim était confié au Commandant Suprême de la Force de Défense.

  Il semble en revanche qu'aucune loi, à aucun moment, n'empêchait le dirigeant de l'Alliance Galactique de se désigner un ou plusieurs adjoints. Ainsi, à plusieurs reprises, le poste du Chef de l'État fut remplacé par un duumvirat ou un triumvirat. Au fil des décennies, cette dernière solution le remplaça et regroupa trois sénateurs, jusqu'à la bataille de Caamas. Autre particularisme lié à cette fonction, le Chef de l'État était également le gouverneur de Coruscant, la capitale. En tant que tel, il pouvait prendre des décisions concernant la politique planétaire sans en référer au Sénat, comme tout dirigeant local.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Cal Omas, le fondateur et premier Chef d'État de l'Alliance Galactique.
Image extraite de l'Essential Reader's Companion


Les Chefs d'État connus de l'Alliance Galactique :
• Cal Omas (27 à 40 apBY) ;
Jacen Solo et Cha Niathal (duumvirat, 40 à 41 apBY) ;
Natasi Daala (41 à 44 apBY) ;
Saba Sebatyne, Haydnar Treen et Merratt Jaxton (triumvirat, 44 apBY) ;
• Saba Sebatyne, Haydnar Treen et Wynn Dorvan (triumvirat, 44 apBY) ;
Padnel Ovin (44 apBY) ;
Rokari Kem/Abeloth (44 apBY) :
• Wynn Dorvan (à partir de 44 apBY) ;
Bail Antilles, Gial Gahan et Nu Toreena (triumvirat, jusqu'en 130 apBY)  ;
Gar Stazi (130 à 138 apBY).

  

B. Le Haut Conseil [haut]



  Comme tout décisionnaire, le Chef d'État de l'Alliance Galactique bénéficiait de son cercle de conseillers, dont l'un des plus prestigieux était également l'un des projets qui avaient permis l'élection de Cal Omas. Originellement destiné à être un nouveau conseil de Jedi, ce Haut Conseil était un organe purement consultatif qui regroupait six Maîtres Jedi et six membres influents du gouvernement. Le Sénat était représenté par un ou plusieurs de ses membres élus, tandis que le Chef de l'État et un de ses ministres participaient au nom de l'exécutif. Les chefs des armées et des services secrets y avaient également leur place.

  Le Haut Conseil se réunit régulièrement dans les premiers temps de l'Alliance Galactique, jusqu'à ce que la question d'utiliser Alpha Rouge contre les Yuuzhan Vong n'en divise les membres, atténuant la confiance mutuelle au sein du conseil. Par la suite, l'organisme devint vraisemblablement de moins en moins utilisé à mesure que les Jedi se détachaient de l'Alliance Galactique. Dans les derniers temps de la Guerre Impérialo-Sith, le triumvirat s'attachait toutefois à obtenir les avis de la Force de Défense comme des Jedi, attitude partagée par Gar Stazi lorsqu'il dirigea les Vestiges de l'Alliance Galactique.

  

C. Le Sénat [haut]



  Lors de sa réécriture de la constitution, Cal Omas fit notamment attention à restreindre les domaines d'expertise du Sénat, afin d'éviter une nouvelle catastrophe telle que la conduite de la guerre contre les Yuuzhan Vong. Il le renvoya donc à son activité initiale : représenter le pouvoir législatif. Ses milliers de membres, dont le nombre retrouva sa gloire après la guerre des Yuuzhan Vong, se cantonnèrent à légiférer, proposer des lois et amendements, superviser à distance l'Alliance Galactique sans prendre une part active à son administration.

  Le Sénat conservait certains pouvoirs qu'il possédait sous la Nouvelle République, parmi lesquels celui d'élire le Chef de l'État, ou vraisemblablement les membres du triumvirat dans les derniers temps du régime. Il devait également être consulté avant toute action militaire, d'autant plus s'il s'agissait d'un acte de guerre, à l'encontre d'un système appartenant à l'Alliance Galactique, sans toutefois prendre les décisions stratégiques liées à un état de guerre. Les Sénateurs avaient notamment pour rôle de voter toutes les décisions relatives à l'utilisation du budget de l'État. Il n'était cependant pas compétent pour les questions de politique locale, notamment pour les décisions prises au sujet de Coruscant seule.

  Le sentiment d'unification donné par les catastrophes et conflits ne durait généralement que peu de temps, laissant la place aux ambitions individuelles et à la corruption. Ce manque de rigueur au profit de l'égoïsme favorisa à plusieurs reprises des situations qui manquèrent de détruire l'Alliance Galactique. L'exemple le plus flagrant fut le coup d'État légal mené par Jacen Solo suite à un amendement passé inaperçu et sans en être empêché par les diverses commissions sénatoriales telles que le Conseil de Sécurité.

  

D. Les instances judiciaires [haut]



  Le pouvoir judiciaire était séparé des deux autres grands pouvoirs au sein de l'Alliance Galactique. Dans l'esprit de la constitution rédigée par Cal Omas, il était assuré par un système indépendant à la fois du gouvernement et du Sénat. Il était constitué des forces de l'ordre locales et d'une Cour de Justice à compétence interplanétaire, qui fut très active suite à la Seconde Guerre Civile Galactique. Ce système collaborait également avec le Sénat dans la mise en œuvre ou l'élaboration de certaines mesures et règlementations.

  Douze ans après la création de l'Alliance Galactique, le pouvoir judiciaire se renforça avec la création d'une police secrète - quoique très médiatisée - sur Coruscant : la Garde de l'Alliance Galactique. Initialement destinée à la lutte antiterroriste, elle vit son champ de compétence s'élargir à toute l'Alliance avec ses hommes empruntés aux services de renseignement aussi bien qu'aux forces de police.

II. Philosophie militaire [haut]


  

A. Les forces planétaires [haut]



  Contrairement à l'époque de la Nouvelle République, les autorités locales avaient la possibilité d'entretenir leurs propres forces armées, dans des limites n'étant pas sans rappeler les restrictions des Réformes de Ruusan. Chaque monde pouvait donc affréter une flotte dans une limite fixée par la loi de l'Alliance Galactique et contrôlée par ses agents ainsi que les Jedi. Cette limite fut modifiée après la Seconde Guerre Civile pour donner davantage de latitude aux membres.

  Initialement, les flottes des États membres devaient contribuer à la mise en place de la Force de Défense, plaçant leurs effectifs excédentaires sous l'autorité de l'Alliance Galactique. Néanmoins, cette règle avait un coût parfois lourd à porter et était applicable proportionnellement aux capacités des différents mondes. Au fil des années, cette contribution changea pour devenir une taxe par le biais de laquelle le gouvernement finançait sa propre armée. Les flottes locales ne furent plus limitées quoique toujours soumises à une loyauté envers Coruscant.

  

B. La Force de Défense [haut]



  Comme les gouvernements qui l'avaient précédé au cours des dernières décennies, l'Alliance Galactique mit sur pied sa propre Force de Défense. Sous la direction d'un Commandant Suprême, elle regroupait initialement les forces fournies par les membres de la fédération et certains de ses alliés dont le principal contributeur était le Consortium de Hapès. Néanmoins, si ce système permettait l'obtention d'une flotte vaste à moindre coût pour le pouvoir central, il représentait aussi sa plus grande faiblesse. En effet, ce mode de constitution de sa flotte sous-entendait que sa puissance était directement liée à la taille de l'Alliance Galactique.

  Ainsi, la perte de membres ou d'alliés dans un conflit impactait directement l'aptitude de la Force de Défense à riposter. Ce système de fonctionnement changea à la suite de la Seconde Guerre Civile au profit de la création d'une flotte centralisée, financée par le gouvernement de l'Alliance Galactique et non plus ses membres. Son organisation changea également, passant d'un ensemble de flottes en rotation permanente à des forces locales, affectées à des secteurs de patrouille.

Cliquer sur l'image pour consulter la fiche de la Force de Défense de l'Alliance Galactique.
Fédération Galactique d'Alliances Libres

Des soldats de la Force de Défense dans les derniers temps de l'Alliance Galactique.
Image extraite du Legacy Era Campaign Guide


  

C. Les services de renseignements [haut]



  Comme tous les régimes, l'Alliance Galactique comptait sur ses services de renseignement pour maintenir la paix, ou a minima son idée de la paix. Elle possédait pour cela deux organismes spécialisés. Les renseignements civils "descendaient" des Services Secrets de la Nouvelle République et leur directeur répondait directement devant le Chef de l'État. Ils furent sérieusement mis à contribution au cours des différents conflits mais perdirent une grande partie de leurs meilleurs éléments au cours de la Seconde Guerre Civile Galactique, avec le recrutement de ceux-ci par la Garde de l'Alliance Galactique.

  Le sort des renseignements militaires demeure plus mystérieux. Sous l'autorité de la Force de Défense, cet organisme était plus précis et souvent plus efficace que son homologue civil. S'il perdura de la Nouvelle République à l'Alliance Galactique, il se fit moins connaître et son dirigeant demeura dans l'ombre. Il semble également que leurs rangs furent moins ponctionnés par la Garde. Après la Seconde Guerre Civile Galactique, les Renseignements civils furent placés sous la bannière de la Sécurité de l'Alliance Galactique avec d'autres unités telles que l'escadron Spectre.

III. Membres et alliés [haut]


  

A. Les systèmes stellaires [haut]



  Les rangs de l'Alliance Galactique étaient ouverts à deux types d'entités : les États alliés et les États membres. La seconde catégorie représentait la fraction la plus importante, couvrant l'essentiel de la galaxie connue, avec certaines restrictions. En tant que fédération, l'Alliance Galactique laissa leur souveraineté à ses membres, qui pouvaient être des nations, comme les Alderaaniens, des secteurs, comme l'espace bothan, des systèmes, tels celui de Corellia, ou des planètes, à l'exemple de Kuat.

  Des conditions étaient à remplir obligatoirement, notamment en ce qui concernait le régime politique du membre potentiel. Il semble qu'aucun régime autoritaire n'était accepté, n'autorisant donc que les démocraties ou monarchies dans une immense majorité. Cependant, l'élection d'un président corrompu à la tête d'une démocratie pouvait déranger l'Alliance Galactique sans lui laisser la possibilité d'agir contre ce dirigeant. En tant que membres, les planètes ou systèmes pouvaient être représentés au Sénat, généralement par secteur, et pouvaient le quitter librement, conformément aux principes de la constitution.

  

B. Coruscant [haut]



  Plus que tout autre monde au sein de l'Alliance Galactique, Coruscant bénéficiait d'un statut particulier. Planète la plus peuplée de la galaxie, elle en était aussi la capitale et le symbole du pouvoir, ce qui lui apporta de nombreux troubles du fait de l'avantage psychologique que représentait sa possession. Contrairement aux autres mondes, Coruscant n'était pas représentée au Sénat et était sous l'autorité du Chef de l'État en personne. Sa population extraordinairement cosmopolite regroupait des milliers voire des millions de personnel administratif, ainsi que des ressortissants de la plupart des mondes connus.

  Le système était également le quartier général de la Flotte, et disposait d'une section entière de la Force de Défense pour se protéger, soulignant son importance sur le plan politique et stratégique. Le Temple Jedi s'y trouvait aussi, offert par le gouvernement lors de la reconstruction de la cité-planète, mais devint le centre de tant d'intrigues qu'il fut parfois abandonné par l'Ordre fondé par Luke Skywalker. Coruscant abritait les administrations de l'Alliance Galactique, les bureaux du Chef de l'État et le Sénat ainsi qu'une population allant jusqu'à mille milliards d'individus selon les estimations.

  

C. L'Empire [haut]



  Outre les mondes membres de sa fédération, l'Alliance Galactique étendait son influence à toute la galaxie au travers de ses alliés. Dès la fin de la guerre contre les Yuuzhan Vong, le plus puissant d'entre eux était le gouvernement des Vestiges de l'Empire, dirigés par Gilad Pellaeon. Avec sa flotte importante, enrichie de plusieurs cuirassés, il contribua à la victoire sur les extragalactiques et se rangea aux côtés du gouvernement lors de la guerre civile sans abandonner sa souveraineté.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Jagged Fel, fondateur de la dynastie Fel du Nouvel Empire Galactique.
Image extraite de l'Essential Reader's Companion


  Sous son couvert d'indépendance vis-à-vis de Coruscant, Bastion lui devait l'extension formidable de ses territoires à l'issue de la guerre des Yuuzhan Vong et lui prêta obligeamment assistance au cours des premières crises affrontées par son allié. Néanmoins les Moffs demeurèrent, au moins pour une partie d'entre eux, retors et ne cessèrent de manigancer pour accroître leur influence. S'ils suivirent souvent les ambitions d'un seul d'entre eux, comme Drikl Lecersen ou Nyna Calixte, ils restèrent sous le contrôle d'un Chef d'État ou équivalent jusqu'à l'effondrement de l'Alliance Galactique.

  Initialement un simple allié du gouvernement fédéral, l'Empire prit part aux Sommets d'Unification durant lesquels Jagged Fel négocia pour un statut de membre particulier. La demande fut refusée à cette époque mais, dans les années qui suivirent, Bastion rejoignit Coruscant, peut-être avec un statut spécial. L'Empire, sous l'impulsion des Moffs, finit cependant par se retourner contre l'Alliance Galactique en causant sa perte.

  

D. Le Consortium de Hapès [haut]



  Royaume de soixante-trois mondes riches, réputé pour sa culture et son aristocratie matriarcale, le Consortium était dirigé par la Reine-Mère et ancienne Jedi Tenel Ka au moment de la fondation de l'Alliance Galactique. Grâce à ses vieilles allégeances, la jeune souveraine fit de son royaume l'un des alliés de la première heure du gouvernement alors en première ligne face aux Yuuzhan Vong et cette volonté demeura longtemps intacte.

  Hapès était le principal soutien des Jedi, en dehors de l'Alliance Galactique, et se rangea à plusieurs reprises à leurs côtés plutôt qu'à celui de Coruscant. Ce changement d'allégeance était rendu possible par le statut d'allié et non de fédéré, qui ne soumettait pas le Consortium aux lois internes aux États membres. Il fut donc pendant plusieurs années le principal contributeur à la Force de Défense, en fournissant environ 20%, mais put les retirer sans grande difficulté en protestation contre les agissements de Dark Caedus. En dépit de ce dernier et des tentatives de rapprochement des deux États au cours des Sommets de Réunification, cette alliance persista jusqu'à la chute de l'Alliance Galactique dont les vestiges purent, selon les rumeurs, trouver refuge au sein du Consortium.

  

E. L'Ascendance Chiss [haut]



  Peuple très secret et habitué à l'isolationnisme, les Chiss n'appréciaient que très peu d'avoir des contacts avec les autres habitants de la galaxie, en particulier lorsqu'ils impliquaient une maîtrise incomplète des événements. Ils ne furent jamais à proprement parler des amis véritables du gouvernement de Coruscant et demeurèrent souvent distants, préférant s'occuper de leurs propres affaires dans les Régions Inconnues plutôt que de prendre part aux nombreux troubles qui secouèrent l'Alliance Galactique.

  Ils choisirent cependant de l'aider à plusieurs reprises, à des époques qui menaçaient rien moins que son existence, mais en refusèrent toujours la contrepartie. Les Chiss ne supportaient pas l'ingérence de Coruscant, ce qui conduisit parfois à des tensions diplomatiques à la limite du conflit militaire.

  

F. Le Nouvel Ordre Jedi [haut]



Initialement, les Jedi étaient les principaux et plus fidèles alliés de l'Alliance Galactique, ayant contribué à sa fondation et ses premières victoires. Le Haut Conseil fut créé en signe de confiance envers l'ordre millénaire, et le Chef de l'État communiquait souvent avec le Grand Maître. Les deux dirigeants pouvaient sans difficulté obtenir une entrevue avec leur homologue au sein de l'organisation alliée.

  Au fil des années, l'allégeance des Jedi envers Coruscant connut des fluctuations en fonction de leur tendance du moment à privilégier leur devoir vis-à-vis de la Force ou du gouvernement, passant alternativement de bras armé à contrepoids ou conscience morale. Pour cette raison, ainsi que les nombreux troubles causés directement ou indirectement par l'Ordre, la confiance du gouvernement à leur encontre souffrit plusieurs fois. Lors de certaines crises, les défenseurs de la Force prirent même les armes contre l'Alliance Galactique ou du moins son Chef de l'État, mais toujours dans l'optique de ramener la paix. Ils finirent néanmoins à chaque fois par revenir dans les bonnes grâces de Coruscant.

IV. Histoire [haut]


  

A. La Guerre des Yuuzhan Vong [haut]



  Vingt-sept ans après la Bataille de Yavin, la situation était catastrophique pour les défenseurs de la galaxie, acculés par les Yuuzhan Vong. Chassée de sa capitale au cours d'une bataille de dimension mythologique, réfugiée sur Mon Calamari avec les survivants de son corps politique tandis que sa flotte éparpillée tentait de se regrouper, la Nouvelle République était au plus mal. Privé de chef, le Sénat se réunit pour élire un nouveau dirigeant, un choix auquel se mêlèrent les Jedi et leurs amis pour obtenir la nomination de Cal Omas. Celui-ci créa rapidement le Haut Conseil, qui prit part à toutes les premières décisions de son mandat et entreprit de restaurer la confiance de son état-major.

  Avec le soutien des Jedi et la stratégie mise au point par l'Amiral Ackbar, la Nouvelle République put remporter une large victoire à Ebaq IX. Omas saisit ce symbole pour modifier la constitution et transformer le gouvernement en une structure plus apte à protéger et unifier la galaxie, qu'il baptisa Fédération Galactique d'Alliances Libres. Aussitôt, le nouvel État officialisa Mon Calamari comme étant sa capitale temporaire et s'attela à restaurer les communications à travers la galaxie. Ses diplomates et agents furent envoyés sur les mondes isolés depuis la chute de Coruscant. Motivés par la victoire, les Sénateurs recommencèrent à soutenir les Jedi et même à supporter leur décision de ne pas gagner la guerre à tout prix, Caamasis et Hégémonie de Tion en tête. L'enthousiasme refit surface, permettant de multiplier les recrutements et de restaurer un fonctionnement à peu près normal des administrations.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Les guerriers Yuuzhan Vong, redoutables ennemis de l'Alliance Galactique.
Image extraite de l'Essential Guide to Warfare


  Tandis que Luke Skywalker se lançait dans une quête pour trouver la "solution morale à la guerre", les Vestiges de l'Empire furent attaqués et s'allièrent avec Mon Calamari, ce qui permit à Omas et son état-major d'envisager des frappes contre leurs ennemis. En quelques affrontements soigneusement préparés, ils percèrent les lignes des Yuuzhan Vong jusqu'au Noyau, notamment à Fondor. La flotte subit ensuite un lourd revers à Bilbringi, perdant une trop large fraction de ses forces ainsi que la plupart des relais HoloNet. Après cette bataille, les deux camps se préparèrent à une ultime confrontation qui, après d'interminables manœuvres et analyses, eut lieu à Mon Calamari.

  Avec le gouvernement en déplacement permanent à bord du cuirassé Gardien, les amiraux Sien Sovv et Traest Kre'fey se permirent de n'utiliser que la moitié de leur puissance de feu pour se défendre et de prévoir une frappe sur Coruscant avec l'autre part. Ils subirent de lourds dommages, tout comme les guerriers du Maître de Guerre Nas Choka, et furent sauvés par l'irruption de Zonama Sekot dans le ciel de l'ancienne capitale. Les Yuuzhan Vong battirent en retraite pour se protéger de ce monde de funeste présage d'après leurs croyances, tandis que l'Alliance Galactique se regroupa pour se servir de cet avantage psychologique et remporter une victoire décisive autant que symbolique.

  Grâce aux Jedi, plus précisément à Luke Skywalker et Jacen Solo, les extragalactiques furent vaincus et la paix fut officiellement conclue à bord du Ralroost entre les dirigeants du gouvernement et Nas Choka. Sien Sovv démissionna de son poste de Commandant Suprême au profit de Traest Kre'fey bien que les combats ne cessèrent pas immédiatement. Le Maître de Guerre collabora un temps avec ses anciens adversaires pour soumettre les derniers Yuuzhan Vong désireux de se battre avant d'être exilé avec tout son peuple sur Zonama Sekot, dans les Régions Inconnues. En revanche, l'Alliance Galactique ne lança aucune campagne contre les traîtres et criminels de guerre, laissant à ses membres le soin de prendre leur décision à ce sujet.

  Gourmand de symboles, l'Alliance Galactique entreprit de restaurer la galaxie en commençant par le réseau HoloNet. Elle déplaça son siège provisoire sur Denon le temps de reconstruire Coruscant et bien d'autres mondes. Une structure dédiée fut créée pour mener cette entreprise à bien, l'Autorité de Reconstruction qui définit les travaux prioritaires et attribua les sommes colossales de crédits aux sociétés avec qui elle collaborait, telle RePlanetHab. Grâce à la Loi de Reconversion, de nombreux mondes vierges furent colonisés par les peuples dont la planète avait été détruite pendant la guerre, bien que les mégacorporations profitèrent largement de la loi pour s'enrichir sur leur dos.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

A quelques exceptions, l'Alliance Galactique unifie la galaxie autour d'un gouvernement à la fin de la guerre.
Image extraite de l'Essential Atlas


  En dépit des dysfonctionnements, au prix de lourds efforts, il fallut ainsi moins de cinq ans pour que le Sénat, les Jedi et les fonctionnaires puissent revenir vivre sur Coruscant qui redevint la capitale galactique. Mais les décisions prises furent souvent contestées. La corruption, stimulée par les sommes mises en jeu, émergea rapidement du sentiment d'unité galactique pour favoriser certaines entités aux dépens d'autres qui protestèrent de plus en plus fort.

  Pendant ce temps, les changements s'établirent dans la galaxie. Désireux de poursuivre leur guerre totale contre les Yuuzhan Vong, les Bothans menèrent plusieurs missions contrecarrées par les Jedi pour retrouver Zonama Sekot, ce qui contribua certainement à précipiter le départ de Traest Kre'fey au profit, encore une fois, de Sien Sovv. Le Sullustain endossa une nouvelle fois le rôle de Commandant Suprême et les Jedi se virent offrir deux nouveaux temples sur Coruscant et Ossus. Les gardiens de la Force comblèrent leurs pertes et tentèrent de s'isoler de la politique galactique, mais l'incompétence de l'Autorité de Reconstruction à maintenir la paix les obligea à se comporter en forces de l'ordre. Ils s'acharnèrent donc à faire appliquer les lois de l'Alliance Galactique pendant qu'elle asseyait sa position dominante devant les Vestiges de l'Empire et ses alliés.

  

B. La Guerre de l'Essaim [haut]



  Après cinq années de paix relative où la Force de Défense n'avait plus qu'à traquer les pirates et contrebandiers, une poignée de Jedi reçut un appel mystérieux qui les poussa à se joindre à l'antique civilisation des Killiks. La race insectoïde avait récemment incorporé Raynar Thul à son esprit collectif, gagnant ainsi la compréhension de concepts qui leur permirent de se développer. Cependant, leurs colonies se répandirent jusqu'aux portes de l'Ascendance Chiss qui en appela à l'Alliance Galactique pour faire rentrer les Jedi dans ses rangs. La crise provoqua quelques dissensions entre Cal Omas et l'Ordre, le Chef d'État tout comme les Chiss considérant les Jedi comme des unités de son gouvernement.

  La situation s'envenima quand Jacen Solo provoqua l'entrée en lice des Hapiens dans le conflit, du côté des Killiks. Pourtant, l'Alliance Galactique demeura officiellement en dehors de la crise étant donné que seuls ses alliés étaient impliqués. Les deux flottes s'affrontèrent violemment lors de la bataille de Kr au cours de laquelle les Jedi réussirent à supprimer le Nid Obscur, la colonie fondée par les Gorogs à l'instigation du conflit, et à tuer Welk, l'un des Jedi Noirs à l'origine de ce subconscient sombre.

  Pourtant, dans l'année qui suivit, l'influence du Nid Obscur refit surface et agita de nouveau les Killiks déplacés dans une nébuleuse difficile d'accès. Leur trafic de membrosie toucha les espèces insectoïdes de l'Alliance Galactique qui perdit patience lorsque des Vratix eurent un accident qui coûta la vie à Sien Sovv. Gilad Pellaeon reprit la charge de Commandant Suprême. Peu après, les Gorogs envoyèrent des assassins pour éliminer la famille royale de Hapès et reprirent leurs opérations d'expansion territoriale.

  Cal Omas envoya la Cinquième Flotte effectuer un blocus sur la nébuleuse Utegetu, nouveau refuge des Killiks, pour apaiser les esprits. Les Jedi tentèrent de le forcer pour secourir leur Grand Maître, retenu par Raynar Thul, mais leur effort ne fit qu'empirer leurs relations avec le gouvernement qui parvint à les diviser sur la réaction à adopter. En outre, Jacen Solo provoqua l'entrée en guerre des Chiss avec un raid sur leur base de Thrago, les attaquant avec d'autres Jedi également manipulés pour qu'ils agissent en dépit de leurs règles d'engagement.

  Parallèlement, accaparé par son différent avec les Jedi, l'Amiral Nek Bwua'tu ne put empêcher les Killiks de s'emparer de son vaisseau même s'il parvint à les immobiliser. Dès lors, la querelle de frontières dégénéra en guerre ouverte, d'une violence extrême entre l'Ascendance et la Colonie. L'implication de Jedi ayant échappé au contrôle de l'Ordre rendit furieux Cal Omas qui se retrouva dans une position délicate vis-à-vis de ces alliés susceptibles.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

La bataille de Qoribu, engagement majeur de la Guerre de l'Essaim.
Image extraite de l'Essential Reader's Companion


  L'Alliance Galactique se retrouva également menacée par la guerre lorsque les Killiks fomentèrent des complots pour renverser les gouvernements des espèces insectoïdes. Les Jedi parvinrent à les stopper partout excepté sur Thyferra, signifiant la perte du contrôle du bacta par l'Alliance Galactique qui s'impliqua dès lors dans le conflit. Gilad Pellaeon suivit donc un plan de Luke Skywalker pour mettre un terme aux combats tout en enseignant aux Chiss leur place dans le nouvel ordre galactique : il allait détruire le Nid Obscur et Unu, le nid principal, tout en plaçant l'Ascendance dans une situation vulnérable.

  La stratégie échoua, les chefs chiss ayant eu vent du plan du Grand Maître Jedi et les Jedi se mirent notamment à se démener pour empêcher la mise en action d'une opération d'extermination par les soldats de Csilla. Sur l'instigation de Luke Skywalker, la flotte menée par Gilad Pellaeon n'intervint qu'au dernier moment, se concentrant sur le vaisseau-amiral des Killiks plutôt que leur force stellaire. Avec les détails mis au point par Nek Bwua'tu, l'Alliance Galactique et les Jedi apparurent comme les grands vainqueurs du conflit.

  Tandis que les Chiss récupéraient de cette guerre et que les Killiks retournaient à un état primitif, la Force de Défense fut restructurée pour lui permettre de répondre efficacement aux prochaines crises de cette ampleur. Ses missions furent étendues et l'essentiel des ressources militaires des mondes membres passèrent sous le contrôle de la Force de Défense. L'année suivant la Guerre de l'Essaim, une loi fut votée pour limiter les forces locales tandis que les taxes pour financer la flotte se multiplièrent.

  

C. La Seconde Guerre Civile Galactique [haut]



  Dans les années qui suivirent, le Nouvel Ordre Jedi travailla dur pour servir les intérêts de l'Alliance Galactique, traquant sans relâche les contrevenants aux nouvelles lois concernant les restrictions des forces armées. Cependant, la grogne s'amplifia dans les rangs des membres du Sénat contre les exigences du gouvernement, portée par Corellia, monde connu pour sa volonté farouche d'indépendance. Les tensions grimpèrent rapidement, divisant les opinions. Les Jedi, Jacen Solo en tête, se retrouvèrent à faire la chasse aux industries d'armement ne respectant pas la loi.

  La division s'opéra même au sein de la célèbre famille Solo-Skywalker ce qui, une fois encore, eut un impact sur toute l'Alliance Galactique. Tandis que les rapports prédisant une rébellion se multipliaient, les Corelliens réactivèrent la station Centerpoint, poussant Cal Omas à agir, avec le soutien des Jedi. Les communications et personnalités corelliennes furent étroitement surveillées, voire arrêtées, ce qui attira notamment la rancune de Wedge Antilles envers le gouvernement qu'il avait défendu contre les Yuuzhan Vong. Jacen Solo et Ben Skywalker sabotèrent l'antique œuvre des Célestes tandis qu'une flotte réalisait une démonstration de force dans le système de Corellia. Elle fut cependant repoussée et occupa Tralus pour sauver la face, une manœuvre malhabile qui coûta cher à l'Alliance Galactique.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Face à la violence, la Garde de l'Alliance Galactique prend des mesures drastiques.
Image extraite de l'Essential Guide to Warfare


  La situation exigea une approche diplomatique qui échoua, en partie du fait des machinations de Lumiya qui fit assassiner le Premier Ministre de Corellia, Aidel Saxan. Alors que Jacen Solo enquêtait sur cet acte, et basculait du Côté Obscur de la Force en rejoignant les rangs des Sith, Corellia chassa les forces de l'Alliance Galactique de Tralus grâce à ses héros Wedge Antilles et Han Solo. Dès lors, les actes terroristes se multiplièrent. En conséquence, Cal Omas autorisa la création d'une police secrète confiée à Jacen Solo : la Garde de l'Alliance Galactique. Cette décision outra Gilad Pellaeon qui démissionna de son poste de Commandant Suprême au profit de Cha Niathal, une Mon Calamari connue pour sa froideur.

La spirale de la violence se déclencha alors. Déterminé à faire rentrer cette planète rebelle dans le rang, le Chef de l'État autorisa un véritable blocus tout en multipliant les actions à l'encontre des ressortissants corelliens de Coruscant. La Force de Défense intervint également dans le système de Hapès pour empêcher un coup d'État soutenu par la flotte secrète de Corellia. La haine monta progressivement avec les soutiens au système rebelle, et le blocus fut brisé par une alliance de Bothawui et Commenor. Les trois mondes s'unirent pour former une Confédération qui s'opposa à l'Alliance Galactique dans une guerre civile particulièrement violente.

  Le Sénat connut une véritable hémorragie de membres, coûtant autant de ressources militaires à la Force de Défense qui dut se battre sur de nombreux fronts. Résolu à trouver une solution diplomatique, Cal Omas orchestra une rencontre avec Dur Gejjen, le troisième dirigeant élu de Corellia depuis le début de la crise, lequel fut abattu par des agents de la Garde de l'Alliance Galactique. La négociation, bien qu'abrégée, donna suffisamment de preuves à Jacen Solo pour accuser le Chef de l'État de trahison et le faire mettre aux arrêts grâce à une loi qu'il avait lui-même fait voter légalement par les Sénateurs. L'intérim fut assuré conjointement par le Commandant Suprême Cha Niathal et le chef de la Garde, Jacen Solo.

  Ce coup d'État légal leur permis d'augmenter la pression dans le conflit, la responsabilité des théâtres d'opération les plus délicats échouant à l'Amiral Bwua'tu ou à Solo lui-même. Ce dernier vit son identité sith démasquée par Mara Jade Skywalker qui tenta de l'arrêter et périt dans la tentative. Luke Skywalker sombra dès lors dans un état proche de la dépression qui l'isola du cours de la guerre. Solo tenta d'en profiter pour contrôler pleinement les Jedi, prenant l'Académie d'Ossus en otage tout en affichant une bonne entente pour se rallier la reine-mère Tenel Ka, la mère de leur fille unique Allana.

  Il sembla réussir puisque les Jedi à ses côtés infligèrent un rude coup à la Confédération sur Balmorra avant de se préparer à remporter la guerre sur Kuat. Mais Cal Omas périt suite à d'autres manœuvres de Solo qui impliquèrent Ben Skywalker. Furieux, le Grand Maître Jedi quitta l'Alliance Galactique avec tous ses membres excepté Tahiri Veila, abandonnant la flotte en pleine bataille pour gagner Kashyyyk. Il y rallia les Wookies et Hapès, fondant une Coalition Jedi qui mena sa propre guerre contre Jacen Solo. Le gouvernement de Coruscant se retrouva donc à lutter sur deux fronts avec une Force de Défense sévèrement amputée par le retrait des vaisseaux de Hapès. Les talents de Nek Bwua'tu furent de plus en plus utilisés dans cette situation difficile, le Bothan demeurant loyal à Coruscant en dépit des atrocités commises.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

La bataille de Kashyyyk, symbole de la guerre civile opposant trois factions.
Image extraite de l'Essential Guide to Warfare


  Lorsqu'un tir de Centerpoint détruisit une flotte de l'Alliance Galactique, démontrant que la station était de nouveau opérationnelle, toutes les factions du conflit tournèrent leur attention sur Corellia. Une bataille spatiale majeure se déroula dans le système aux cinq planètes mais la Force de Défense ne put prendre le contrôle de cet artefact des Célestes qui fut détruit par un commando Jedi mené par Kyp Durron. Au cours de cet engagement, Allana, qui avait été enlevée par son père, fut récupérée par les Skywalker et confiée à Tenel Ka, ce qui déclencha la fureur de Solo qui tua une subordonnée sous l'effet de la colère.

  Ce énième dépassement des limites provoqua un nouveau schisme au sein de l'Alliance Galactique, dressant les co-Chefs d'État l'un contre l'autre. Au cours de la bataille de Fondor, la fracture fut irréversible et Niathal tenta de destituer son collègue. Ce dernier conserva l'avantage grâce à la grande fidélité de ses équipages et au soutien des Moffs des Vestiges de l'Empire. Ceux-ci demeurèrent ses alliés alors même que leur dirigeant, Gilad Pellaeon, ordonnait à ses troupes de soutenir l'Amirale Niathal avant de mourir des mains de Tahiri Veila. Solo, désormais ouvertement le Seigneur Sith Dark Caedus, garda le contrôle de Coruscant et donc du Sénat, tandis que sa rivale fondait un gouvernement en exil sur Fondor et rejoignait la Coalition Jedi.

  Les forces de Caedus furent considérées comme celles de l'Alliance Galactique légitime et poursuivirent la guerre avec le soutien des Vestiges de l'Empire, en dépit du ralliement de l'Amirale Daala et sa flotte aux Jedi. Ces derniers combattirent aux côtés des Mandaloriens de Boba Fett dans le système Roche, manquant de tuer le Seigneur Sith, avant de déplacer le combat à Shedu Maad, dans le Consortium de Hapès. Ce lieu vit l'ultime affrontement de la Seconde Guerre Civile Galactique qui se termina par la mort de Dark Caedus des mains de sa sœur jumelle, Jaina Solo. Vaincus par la Coalition Jedi, les Moffs furent contraints de coopérer pour restaurer la paix. Si la Confédération survécut au conflit, l'Alliance Galactique se reforma sous l'égide de l'Amirale Daala, sa nouvelle Chef d'État.

  

D. La menace Abeloth [haut]



  Pendant deux ans, l'ancienne militaire impériale établit son pouvoir, établissant de nombreux ex-impériaux à des postes haut placés tout en modifiant les lois régissant l'organisation des forces armées dans l'Alliance Galactique. Ses réformes visaient à apaiser les tensions à l'origine de la guerre civile en rendant à ses alliés le contrôle de leurs propres soldats tandis que la Force de Défense fut totalement centralisée. Tous les officiers qui avaient eu le pouvoir d'arrêter la folie de Jacen Solo furent poussés à la retraite et les unités spéciales furent dissoutes, comme l'escadron Spectre. Les services de renseignement civils furent retirés des mains de Belindi Kalenda et placés sous les ordres de Borath Maddeus, au sein de la Sécurité de l'Alliance Galactique.

  De nouvelles taxes permirent de financer une flotte appartenant totalement à l'Alliance Galactique et indépendante des flux et reflux politiques. Le calme revenant peu à peu, Daala et son gouvernement tentèrent de ramener les Jedi et les mondes rebelles sous leur aile… et leur supervision. Ainsi, une série de conférences, les Sommets d'Unification, fut lancée dans l'objectif de réunir l'Empire, la Confédération et Hapès sous la bannière de Coruscant.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Les tensions montent rapidement entre le Chef de l'État Daala et les Jedi, représentés par Luke Skywalker.
Image extraite de l'Essential Guide to Warfare


  Cependant, une nouvelle crise commença à secouer la galaxie, éclipsant ces tentatives de fédérer les grandes puissances. Alors que les procès se multipliaient pour désigner un coupable pour la Seconde Guerre Civile Galactique, plusieurs Jedi perdirent l'esprit, victime d'une sorte de folie qui ne touchait que les êtres sensibles à la Force. Cette situation fit dégénérer rapidement les relations entre la Chef d'État Daala et l'Ordre qui se vit privé de son meilleur élément. En effet, suite à sa passivité vis-à-vis de Jacen Solo puis son activisme face à Dark Caedus au cours de la guerre, Luke Skywalker fut jugé et exilé pour dix ans à moins de découvrir la raison de son basculement du Côté Obscur.

Les informations suivantes se basent sur des sources inédites en France (Spoiler)

  Sur Coruscant, les membres du Conseil Jedi durent faire face aux tentatives de Daala pour s'en assurer le contrôle. Le Grand Maître par intérim, Kenth Hamner, essaya d'apaiser la situation en obtempérant autant que possible, s'attirant la colère de ses pairs. Il accepta par exemple la décision du Chef de l'État de faire suivre les Chevaliers par des observateurs officiels le temps de trouver la solution légale pour faire annuler cet ordre. Menés par Jaina Solo et aidés par Jagged Fel, le nouveau dirigeant de l'Empire, les Jedi révoltés par l'attitude du Grand Maître s'opposèrent au gouvernement pour maîtriser et traiter les Jedi devenus fous. Les tensions étaient de plus attisées par les manœuvres du Moff Dirk Lecersen, à tel point que l'Ordre finit par faire quitter Coruscant à ses membres psychotiques pour les traiter loin de l'influence de Daala.

  Le chaos s'amplifia encore avec une augmentation des soulèvements d'esclave à travers la galaxie alors que la Chef de l'État se consacrait à un blocus du Temple Jedi avec ses mercenaires mandaloriens, provoquant des comparaisons peu flatteuses avec l'Empire Galactique. Politiquement acculée, Daala voulut négocier une trêve mais Lecersen lança une attaque sur les Solo qui y mit un terme. Peu après, une révolte des Klatooiniens se généralisa à tous les peuples dominés comme ils l'avaient été par les Hutts, déstabilisant davantage la paix. Sur Coruscant, le meurtre de l'assistant de Hamner par des Mandaloriens puis l'attaque de Nek Bwua'tu, intermédiaire entre le Grand Maître par intérim et le Chef de l'État, par de faux Jedi brisa toute tentative de réconciliation.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Les Jedi et Mandaloriens engagés par Daala en viennent aux combats.
Image extraite de l'Essential Reader's Companion


  Même l'apparente rémission des Jedi psychotiques suite à la défaite d'une mystérieuse créature nommée Abeloth face aux Skywalker dans la Gueule n'apaisa pas les tensions. Si la plupart furent libérés, Daala conserva Valin et Jysella Horn dans la carbonite, choix respecté par Kenth Hamner. Ses pairs perdirent patience face à sa ligne de conduite passive lorsque des Mandaloriens engagés par la Chef de l'État tuèrent des civils en réprimant un soulèvement d'esclaves. Les Jedi rebelles sabotèrent les défenses de Coruscant pour fuir avec les Horn et envoyer leurs FurtiX en renfort de Luke Skywalker, tandis qu'Hamner mourrait dans un duel avec Saba Sebatyne en tentant de les en empêcher.

  Rapidement, les Maîtres Jedi mirent Daala aux arrêts et établirent un triumvirat composé de Saba Sebatyne, du Sénateur Haydnar Treen et du Général Merratt Jaxton, qui prirent la tête de l'Alliance Galactique. Ils firent cesser les vagues de répressions des soulèvements par les Mandaloriens et suspendirent la peine de Luke Skywalker. Les conflits avec les esclaves rebelles commencèrent à trouver leur résolution par la diplomatie et Wynn Dorvan remplaça Jaxton au sein du triumvirat au fil des réformes. Lorsque le Grand Maître regagna Coruscant, il fit quitter la capitale à son Ordre, mettant fin au triumvirat. Les Sénateurs anti-Jedi élirent Padnel Ovin au poste de Chef d'État, laissant le rôle d'assistant à Dorvan, puis facilitèrent l'infiltration de membres de la Tribu Perdue des Sith sur leur monde.

  L'agitation politique ne s'apaisa pas longtemps et l'assassinat du nouveau Chef de l'État nécessita d'autres élections qui amenèrent Rokari Kem, en réalité Abeloth déguisée, au pouvoir. L'Empire eut également de nombreux problèmes internes avec les tentatives de Lecersen et Daala évadée pour s'emparer de la position de Jagged Fel. Tous les apprentis Jedi furent évacués vers Ossus avec l'aide de Hapès tandis que les membres expérimentés de l'Ordre traquaient les Sith à travers la cité-planète. Les combats furent particulièrement violents à l'intérieur même du Temple. Simultanément, les manœuvres d'Abeloth pour prendre également le contrôle de l'Empire échoua grâce à Fel qui fut remplacé par Vitor Reige au poste de Chef d'État.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Wynn Dorvan, assistant de Chef d'État devenu le dirigeant de l'Alliance Galactique.
Image extraite de l'Essential Reader's Companion


  Coruscant fut dévastée par une série d'éruptions et autres séismes déclenchés par Abeloth, qui se créa ensuite plusieurs avatars. Ceux-ci furent détruits les uns après les autres par des associations fortuites entre les Sith et les Jedi, mettant fin à sa menace. La capitale put être reconstruite une fois encore, sans l'Ordre qui fut accusé d'être la cause de cette vague de destruction. Dès lors, les Jedi opérèrent depuis Ossus tandis que Wynn Dorvan assumait le pouvoir à la tête de l'Alliance Galactique. Sous son autorité, plusieurs membres de son état-major furent démasqués en tant qu'agents doubles, à la solde notamment de Lecersen, et des unités d'élite dissoutes par Daala furent restaurées.

Fin de la section Spoiler


  

E. La Guerre Impérialo-Sith [haut]



  Dans les décennies suivantes, l'Alliance Galactique continua d'évoluer pour répondre à la réalité galactique. Les forces armées se répartirent de manière à former des flottes de secteur, telle que la fameuse Flotte du Noyau. Les Vestiges devinrent un Nouvel Empire qui intégra pleinement la fédération, probablement avec une certaine latitude comme négocié par Jagged Fel au commencement des Sommets d'Unification. Le poste de Chef d'État disparut au profit d'un triumvirat dont les derniers membres furent Bail Antilles, Gial Gahan et Nu Toreena. L'Ordre Jedi demeura sur Ossus, quoique toujours avec un Skywalker en chef de file et s'enrichi de plusieurs survivants de l'Ancienne République.

  Près de quatre-vingt ans plus tard, Kol Skywalker s'associa avec la Maîtresse Modeleuse Nei Rin pour élaborer le Projet Ossus. Avec l'accord et le soutien de l'Alliance Galactique, Yuuzhan Vong et Jedi travaillèrent à rendre hospitalier des mondes devenus inhabitables depuis l'invasion. Si l'opération fut un succès dans un premier temps, elle tourna court lorsque les Sith commencèrent leur sabotage, transformant les victimes de la Vongformation en monstres hybrides. Les Jedi tentèrent de protéger les Yuuzhan Vong et obtinrent l'appui de l'Alliance Galactique, ce que les Moffs impériaux considérèrent comme une violation du Traité d'Anaxes.

  Cent-vingt-sept ans après la Bataille de Yavin, contre l'avis de leur Empereur, les Moffs quittèrent le gouvernement fédéral et lui déclarèrent la guerre. Le conflit n'évolua guère pendant un an jusqu'à ce que les Sith s'allient à l'Empire, permettant aux forces de Roan Fel d'accumuler les succès pendant les deux années suivantes. Finalement, les deux camps engagèrent leurs flottes à Caamas, malgré le désaccord marqué de Kol Skywalker. La bataille fut une victoire incontestable pour les Impériaux qui reçurent la reddition du gouvernement de l'Alliance Galactique. Le triumvirat continua d'exister mais perdit tout véritable pouvoir, ne faisant de la survie de leur gouvernement qu'une théorie. Les véritables Vestiges de l'Alliance Galactique survécurent grâce aux actions de l'Amiral Gar Stazi qui fuit Caamas avec une partie de ses vaisseaux.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

Gar Stazi, figure emblématique de la résistance qui permit la survie de l'Alliance Galactique.
Image extraite de l'Essential Guide to Warfare


  Au cours des sept années suivantes, ces vestiges se déplacèrent sans cesse, cachés par leurs derniers alliés tels que Hapès ou Utapau, mais durent se passer du soutien des Jedi, en grande partie exterminés sur Ossus. De la même manière que Roan Fel, Stazi constitua une épine dans le flan de Dark Krayt, harcelant ses troupes. Les deux camps tentèrent de s'allier lors d'une rencontre sur la station de la Roue, un échec flagrant qui n'empêcha pas l'Alliance Galactique de réaliser un coup d'éclat notamment en s'emparant d'un Destroyer Stellaire dernier cri dans un piège Impérialo-Sith sur Mon Calamari. Mais la situation n'évolua réellement que lorsque Cade Skywalker rejoignit le combat contre les Sith, encore qu'il ne se rangea fermement dans aucun camp. Sous son impulsion, les Jedi se firent plus actifs et il réussit même à tuer Krayt… en apparence. Son successeur, Dark Wyyrlok, ordonna l'élimination de toute vie sur Mon Calamari à titre d'exemple.

  Cet acte provoqua l'association des Vestiges de l'Alliance Galactique ainsi que de l'Empire en exil pour sauver la population de Dac. Au terme des opérations et d'une bataille difficile, environ vingt pour cent des habitants furent sauvés. La base de Stazi, Utapau, évita de justesse le même sort contrairement à Da Soocha. Les forces de l'Alliance Galactique y gagnèrent de nombreuses recrues ainsi que le soutien des Hutts qui se retournèrent définitivement contre les Sith. Les combats gagnèrent en violence lorsque Dark Krayt refit surface avec une armée redoutable de soldats du Côté Obscur. Si Stazi et Skywalker réussirent à sauver Falleen, ils ne purent empêcher Roan Fel de perdre Agamar, Borosk et Vinsoth face à ces troupes de Sith.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

L'évacuation de Mon Calamari, point de ralliement de l'Alliance Galactique et l'Empire.
Image extraite de l'album Legacy, vol 9 : Le Destin de Cade


  Un affrontement d'une violence extrême eut lieu sur Taivas, refuge du Temple caché des Jedi. La première flotte envoyée par Krayt fut balayée par les forces de l'Alliance Galactique et de l'Empire de Roan Fel, mais celles-ci subirent d'immenses pertes face aux soldats Sith, partiellement compensées par le ralliement du Moff Rulf Yage et ses vaisseaux. Ils purent ainsi se lancer à l'assaut de Coruscant, pour une bataille qui fit rage jusque dans les cieux de la capitale. Les dégâts furent considérables, en particulier du fait du suicide des pilotes Sith après la mort de Dark Krayt des mains de Cade Skywalker.

  La guerre civile fut néanmoins terminée avec ce combat, sans effusion de joie en raison du prix qui avait été payé. L'Alliance Galactique disparut comme elle avait été créée : à partir d'une victoire. Après plus d'un siècle d'existence mouvementée, le gouvernement le plus durable depuis l'Ancienne République fut dissout. Elle fut remplacée par une Fédération Galactique dirigée par un triumvirat composé de l'Amiral Gar Stazi, de l'Impératrice Marasiah Fel et du Maître Jedi K'kruhk. Les Sith se dispersèrent tandis que la galaxie, de nouveau unie, se remit à la tâche pour panser ses plaies.

Fédération Galactique d'Alliances Libres

L'Alliance Galactique fait place à la Fédération Galactique lors des funérailles de Roan Fel.
Image extraite de Legacy, vol 10 : Guerre totale



En savoir plus

  En version originale, le choix du nom complet de l'Alliance Galactique n'est pas anodin et cache une référence à un acronyme prisé des fans : GFFA, pour Galactic Federation of Free Alliances, signifie également "Galaxy far, far away". Cette référence amusante ne survit toutefois pas à la traduction et reste réservée aux fans anglo-saxons.


Actualités en relation

Star Wars Resistance : Une vidéo officielle nous présente les différents héros!

Un premier trailer, un poster officiel : il n'y a pas de doute, Star Wars Resistance approche désormais à grands pas ! Disney et Lucasfilm en rajoutent aujourd'hui une couche en diffusant une vidéo de présentation des nouveaux personnages...


Des Mandaloriens et un budget à la Game of Thrones pour la série Star Wars

En cette période caniculaire à faire suer les Tuskens de Tatooine, voilà qu'il nous arrive quelques infos toutes fraîches concernant la série live-action Star Wars ! Tout d'abord, le New York Times a pu mettre la main...


Holonet : Chère communauté...

Chère communauté, chers fans de Star Wars. Je ne sais même pas comment commencer cette actualité tant le sujet me paraît complexe à aborder avec toi, mais aussi parce que je n'aurais jamais pensé un jour être l...


Solo : Le caméo de fin expliqué

Le nouveau spin-off de la saga Star Wars, Solo : A Star Wars Story vient tout juste de sortir en France, six mois à peine après la sortie des Derniers Jedi. Parmi les différentes questions que se posera le spectateur...


Solo : La presse française, entre curiosité et désenchantement

Dévoilé en avant-première au Festival de Cannes, mardi dernier, Solo : A Star Wars Story a vite eu droit à ses premières critiques et retours francophones, publiés tout le long de la semaine. Une fois n'est pas...


Informations encyclopédiques
Fédération Galactique d'Alliances Libres
Nom
Fédération Galactique d'Alliances Libres
Nom original
Galactic Federation of Free Alliances
Autre(s) nom(s)
Alliance Galactique
Type
Organisation gouvernementale
Origines
Fonctions
Assurer la paix et l'équilibre dans la galaxie
Production de Véhicules & Vaisseaux

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
04/01/2016

Nombre de lectures
35 018


Note de la fiche
6 membres ont noté la fiche "Fédération Galactique d'Alliances Libres" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • L'Héritage de la Force, Vol. 1 : Trahison
  • L'Héritage de la Force, Vol. 2 : Descendances
  • L'Héritage de la Force, Vol. 3 : Tempête
  • L'Héritage de la Force, Vol. 4 : Exil
  • L'Héritage de la Force, Vol. 5 : Sacrifice
  • L'Héritage de la Force, Vol. 6 : Enfer
  • L'Héritage de la Force, Vol. 7 : Fureur
  • L'Héritage de la Force, Vol. 8 : Révélation
  • L'Héritage de la Force, Vol. 9 : Invincible
  • Le Destin des Jedi Vol. 01 : Proscrit
  • Le Destin des Jedi Vol. 02 : Présage
  • Le Destin des Jedi Vol. 03 : Abysse
  • Le Destin des Jedi Vol. 04 : Revers
  • Le Destin des Jedi Vol. 05 : Alliés
  • Le Destin des Jedi Vol. 06 : Vortex
  • Le Destin des Jedi Vol. 07 : Jugement
  • Le Destin des Jedi Vol. 08 : Ascension
  • Le Destin des Jedi Vol. 09 : Apocalypse
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 14 : La Voie Du Destin
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 14,5 : Ylesia (ebook)
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 15 : L'Hérétique de la Force I : Les Vestiges de l'Empire
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 16 : L'Hérétique de la Force II : Les Réfugiés
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 16,5 : Or Die Trying
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 17 : L'Hérétique de la Force III : Réunion
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 18 : L'Ultime Prophétie
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 19 : La Force Unifiée
  • Legacy - War 01
  • Legacy - War 02
  • Legacy - War 03
  • Legacy - War 04
  • Legacy - War 05
  • Legacy - War 06
  • Legacy 08 : Allies
  • Legacy of the Force 07 : Fury
  • Legacy Vol. 01 : Anéanti
  • Legacy Vol. 02 : Question de Confiance
  • Legacy Vol. 03 : Les Griffes du dragon
  • Legacy Vol. 04 : Indomptable
  • Legacy Vol. 05 : Loyauté
  • Legacy Vol. 06 : Renégat
  • Legacy Vol. 07 : Tatooine
  • Legacy Vol. 08 : Monstre
  • Legacy Vol. 09 : Le Destin de Cade
  • Legacy Vol. 10 : Guerre Totale
  • Nid Obscur Vol. 1 : Le Roi des Affiliés
  • Nid Obscur Vol. 2 : La Reine Invisible
  • Nid Obscur Vol. 3 : La Guerre de l'Essaim
  • The Essential Atlas
  • The Essential Guide to Warfare
  • The Essential Reader's Companion
  • The New Essential Chronology
  • X-Wing Vol. 10 : Mercy Kill

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.