Bannis de Taris


Les Bannis de Taris étaient des exilés de la Ville Haute tarisienne. Ils furent les seuls survivants du bombardement de la planète par Dark Malak.

  Au lendemain de la Guerre Civile Tarisienne, qui se déroula vers l'an -4.100, les autorités tarisiennes victorieuses prirent la décision de bannir les hommes et les femmes qui s'étaient rebellés contre les castes riches de la Ville Haute, suite à la période de grande famine qui avait frappé la planète ; les personnes fortunées qui avaient eu le temps d'effectuer des réserves de nourriture avaient refusé de les partager avec les pauvres affamés, un refus qui déboucha sur un conflit sanglant et un désastre pour les révoltés. Ces derniers ainsi que leur famille furent jetés dans la Ville Souterraine, un endroit sombre et lugubre de la planète où vivaient des abominations qu'on appelait rakghouls. Bien que les premiers mois furent difficiles du fait des conditions hostiles, les Bannis finirent par se regrouper et formèrent des sortes de bidonville pour mieux survivre face à cet environnement inhospitalier. Comme toute remontée dans la Ville Haute était impossible et interdite, la plupart des personnes qui y vivaient étaient des descendants des rebelles qui avaient défié le pouvoir tarisien. Ils étaient de temps en temps rejoints par des criminels qu'on exilait là et par de simples personnes condamnées souvent pour des peccadilles.

  Le village des Bannis dont il est question ici est celui que dirigea Gendar et ses ancêtres. L'homme était un bon chef, respecté par ses pairs, et il faisait tout pour rendre les conditions de vie au village moins difficiles. La différence de mode de vie avec le monde d'En Haut était souvent très mal vécu par les nouveaux arrivants : passer de jolis vêtements à des haillons et d'un beau lit à un matelas de terre était traumatisant. On se doute que les autres Bannis essayaient d'intégrer au mieux ces nouveaux membres à leur communauté. Il n'y avait aucun endroit où cultiver de quoi manger : la grande cité de Taris couvrait toute la surface de la planète, telle Coruscant, et empêchait donc le soleil d'atteindre le sol de Taris. La récolte de varech et les créatures marines étaient leurs seules sources de nourriture

Bannis de Taris

Gendar, le chef des Bannis
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic


  Si la quête de nourriture était probablement l'une des principales activité du village, certains Bannis se spécialisèrent dans d'autres tâches visant à améliorer la vie au sein de la communauté. On peut parler des quelques courageux qui se lançaient dans l'exploration de la Ville Souterrain à la recherche d'objets utiles mais aussi de la guérisseuse Esala qui essayait tant bien que mal de soigner les maux de ses compagnons. Elle recevait même des médicaments, envoyés depuis la Ville Haute par le médecin Zelka Forn qui était outré du traitement qui leur était réservé. Forn descendait même parfois au village pour les soigner. Mais même lui ne pouvait rien faire face au fléau qui rôdait autour du village : les rakghouls, d'horribles créatures qui, par leur simple morsure, transformaient leur victime en l'une de ces abominations cannibales. Les Bannis étaient protégés de cette maladie des rakghouls par de solides remparts en métal et Trewin montait la garde devant la porte principale. Ce gardien effectuait sa tâche avec beaucoup de précaution : si jamais un des villageois voulait rentrer alors qu'un rakghoul se trouvait à proximité, il refusait catégoriquement d'ouvrir la porte pour éviter tout danger. Et lorsque des Bannis revenaient au village infectés, ceux-ci étaient placés en quarantaine, une sorte de prison dans laquelle on attendait qu'ils se transforment et s'entre-dévorent avant d'abattre les derniers survivants. Esala et Zelka assistaient à cela avec un regard rempli d'impuissance et de tristesse.

  Si les explorations de la Ville Souterraine étaient dangereuses, elles portaient souvent leurs fruits : pièces d'armures, pistolets, fusils, améliorations, épées, certaines de ses choses valaient bien quelques crédits. Pour essayer de rentabiliser ses trouvailles, Igear décida d'ouvrir un petit commerce grâce auquel il revendait aux personnes d'En Haut de passage. Il faut dire aussi qu'un ascenseur reliant la Ville Basse à la Ville Souterraine donnait directement sur le village, garantissant à Igear une certaine clientèle, la plupart du temps des mercenaires. Mais les relations entre Igear et Gendar étaient tendues : Gendar estimait que le commerçant devait partager ses bénéfices avec la communauté mais Igear refusait sous prétexte qu'il s'agissait là du fruit de son travail. Pire, il voyait dans cette forme de résistance un moyen d'affaiblir Gendar pour pouvoir un jour prendre sa place.

  Il était difficile d'entrevoir un espoir en un avenir et un monde meilleur dans ce lieu jamais atteint pour les rayons du soleil. Ce n'était pourtant pas l'avis de Rukil, le doyen du village. Aimé de tous, notamment par les enfants et la jeune Shaleena, Rukil croyait en la Terre Promise : une sorte de colonie auto-suffisante fondée durant la guerre civile tarisienne gérée par des droïdes serviteurs. Son père et son grand-père (qui avait participé aux conflits) avaient été également en quête de cette Terre Promise et consignaient leurs recherches dans des journaux. Hélas, ils périrent chacun dans les égouts et leurs découvertes furent perdues. Ayant un grand âge, Rukil forma une apprentie, Malya, afin qu'elle poursuive cette quête et retrouve les fameux journaux. Mais la jeune femme disparut au cours de cette recherche de la Terre Promise, tombant au cours d'une de ses expéditions dans la Ville Souterraine sur une bande de rakghouls qui la dévorèrent. La quête de la Terre Promise était sur le point de connaître une fin tragique, menaçant d'enfermer définitivement les Bannis dans une vie de misère mais l'arrivée de Revan, à la recherche de la Chevalier Jedi Bastila Shan, raviva la flamme de l'espoir.

  Rukil sut immédiatement en le voyant qu'il pouvait changer leur destin à tous. Il préféra cependant jouer la prudence et lui demanda de découvrir le destin de son apprentie Malya, avant de lui révéler l'histoire de son peuple et de la Terre Promise. Revan, accompagné de Carth Onasi, explora la Ville Souterraine et trouva les restes de l'apprentie de Rukil, ainsi que son journal qu'il s'empressa d'amener au doyen des Bannis. Si la nouvelle de la mort de Malya l'attristait, Rukil comprit que Revan, par son acte, était leur sauveur : il lui conta l'origine des Bannis ainsi que l'histoire de la Terre Promise qui pouvait changer à jamais la vie de son peuple. Rukil avait déjà rassemblé beaucoup d'indices qui faisaient allusion à l'emplacement de cette colonie mais, même avec le journal de Malya qui contenait des informations importantes, il manquait encore trop de pièces pour la localiser. Avec les journaux de son père et de son grand-père, Rukil était certain qu'il parviendrait à trouver la Terre Promise et Revan partit explorer les égouts, à la recherche de ces fameux journaux. L'opération fut un succès et l'ancien Seigneur Noir des Sith donna au doyen les dernières pièces de puzzle qui donnèrent enfin la localisation de la Terre Promise.

Bannis de Taris

Rukil et les Bannis reçoivent l'aide de Revan pour trouver la fameuse Terre Promise.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic


  Rukil montra sa découverte à Gendar et, sous l'impulsion du chef et avec le sérum contre la maladie des rakghouls que Revan leur avait miraculeusement transmis, tous les habitants du village entamèrent un long périple à travers la Ville Souterraine pour atteindre la Terre Promise. Mais les événements galactiques - la Guerre Civile des Jedi pour la nommer - frappèrent Taris : sur l'ordre du Seigneur Noir Dark Malak, les Sith bombardèrent massivement la planète pour essayer d'éliminer Bastila Shan, pièce maîtresse de la stratégie de la République et des Jedi ; les Ville Haute et Basse de Taris furent pulvérisées par l'attaque, tuant des millions de personnes.

  Les Bannis furent les seuls survivants et arrivèrent sains et saufs à la Terre Promise qui était en fait le premier camp de colons établi sur Taris. Si elle fut à l'abri des bombardements, les ondes de choc de l'attaque avaient détruit ce qui restait des infrastructures et des générateurs. Les Bannis s'estimaient malgré tout heureux d'être encore en vie et d'avoir atteint la Terre Promise, même si celle-ci n'était plus que ruines ; il fallait à présent tout reconstruire. Les Bannis se renommèrent Êtres Promis et un village émergea sur les restes de la Terre Promise. Rukil mort, ils nommèrent un Gardien du Souvenir qui avait la lourde tâche de transmettre et de protéger la mémoire et le patrimoine de la tribu. Autrefois, ils avaient été exilés et jetés dans l'obscurité, à présent, ils étaient Taris. Miséricordieux, ils envoyèrent quelques éclaireurs à la surface en quête de survivants pour leur apporter de l'aide, mais ces patrouilles furent sans succès. Les éclaireurs constatèrent cependant que les rakghouls étaient toujours présents, occupés à se nourrir des cadavres de la surface.

  Les années s'écoulèrent depuis le cataclysme provoqué par Dark Malak et les rakghouls se multiplièrent à nouveau. Le vaccin que Revan - surnommé l'Être d'En Haut -  leur avait donné fonctionnait toujours et garantissait une immunité au parasite que transmettait les morsures de ces horribles créatures. Hélas, les réserves s'amenuisèrent jusqu'à ce qu'il n'en reste plus une goutte. Les Êtres Promis avaient pris pour habitude d'immuniser les nouveaux-nés mais, avec la perte du vaccin, ils devinrent vulnérables à toute morsure. La tribu n'avait que lances et arcs pour se défendre contre les crocs et les griffes des rakghouls. Les attaques augmentèrent et emportèrent bon nombre de membres de la tribu. A l'époque où Ku Ki était la Gardienne du Souvenir, il ne restait plus que cinquante-trois adultes et vingt-et-un enfants.

  La nature commença à reprendre ses droits sur Taris et les plantes envahirent peu à peu la Terre Promise, forçant les Êtres Promis à rechercher de nouvelles terres plus hautes, malgré le danger des rakghouls. A la surface, la tribu comprit rapidement l'erreur qu'elle venait de commettre : des radiations toxiques recouvraient une bonne partie de la planète. Les maladies se multiplièrent et décimèrent la communauté. Les quelques membres qui survécurent n'eurent plus d'enfants et ce fut ainsi que, sous les assauts des rakghouls, de la faim et des radiations, les Êtres Promis, ex-Bannis de Taris, disparurent. Ils laissèrent derrière eux une collection d'holo-enregistrements créés par les différents Gardiens du Souvenir, retraçant leur courageuse lutte pour survivre.

Bannis de Taris

Lurr, la dernière Gardienne du Souvenir
Image extraite du jeu vidéo Star Wars : The Old Republic


  Il fallut environ 300 ans pour que leur funeste destin soit enfin révélé. Intéressé par Revan et ses récits, l'historien Hacken Berge se rendit sur Taris en pleine Guerre Froide entre la République Galactique et le Second Empire Sith, intrigué par les écrits du Général Jedi racontant sa rencontre avec les Bannis de Taris ainsi que l'aide qu'il leur apporta en les guidant vers la Terre Promise. L'historien ignorait s'ils avaient survécu au bombardement de la planète : si cela était le cas, ils avaient probablement laissé des archives. Grâce à une aide inattendue, il put mettre la main sur les fameux holo-enregistrements des Gardiens du Souvenir de Rukil, Baral, Ku Ki et Lurr contant le destin des Êtres Promis et put ainsi résoudre enfin l'un des plus grands mystères du passé de la République.


Actualités en relation

Le kendô de maître Obi-Wan

On a tendance à parler beaucoup des romans de science-fiction qui parle de Star Wars, et pourtant, il y a de nombreux livres qui parle de notre saga, plus ou moins sérieusement, et avec des sujets divers et variés...





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Bannis de Taris
Nom
Bannis de Taris
Type
Autre organisation
Origines
Taris
Fonctions
Survivre
Trouver la Terre Promise

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
26/03/2014

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
3 594


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Knights of the Old Republic (jeu vidéo)
  • The Old Republic

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.