Flotte de l'Alliance Rebelle


les forces navales des opposants à l'Empire

  Avant la Bataille de Yavin, le Haut Commandement de l'Alliance avait peu de navires capables d'affronter les bâtiments impériaux et la plupart étaient en fait des vaisseaux déclassés, des navires civils reconvertis ou dans quelques cas des vaisseaux affiliés à des forces spatiales de défense locales. La plupart de ces derniers provenaient de mondes qui avaient eu le tort de proclamer leur soutien à l'Alliance lorsque celle-ci rendit publique sa Déclaration Formelle de Rébellion. Les planètes natales de leurs équipages avaient été écrasées par les forces impériales et ceux qui avaient pu rejoindre l'Alliance avaient rarement eu la possibilité d'emmener avec eux du ravitaillement, des armes ou des pièces de rechange en quantité utile.

  Cette "marine" était bien dotée d'un commandement central mais sa structure était dispersée dans la multitudes de réseaux locaux qui formaient l'Alliance et si à l'échelon local les bâtiments ou la chasse rebelles accomplirent bien des exploits, leur impact au niveau galactique était quasiment nul. Et la disproportion des forces était par trop gigantesque pour permettre autre chose que des coups d'éclats suivis de fuites éperdues. A titre d'exemple, au cœur  de la Guerre Civile Galactique, la "marine rebelle" du Secteur Brak comptait en tout et pour tout une poignée de cargos, deux escadrilles de chasseurs et trois corvettes corelliennes CR-90, face à un Groupe Sectoriel complet et ses 25 destroyers de classe impériale !!

  Les commandements sectoriels des Secteurs Tierfon ou Tapani étaient encore plus mal lotis et devaient se contenter de quelques escadrilles de chasseurs et de cargos à peine capables de tenir le feu d'une patrouille de TIE. Dans la Bordure Extérieurel'Empire déployait encore ses forces de manière inégale, la situation était parfois moins critique mais n'avait rien de bien réjouissant dans le meilleur des cas.

  Le Haut Commandement disposait bien de quelques unités lourdes mais il s'agissait en fait de Croiseurs de Fret reconvertis pour la plupart et de quelques unités vestiges de la Guerre des Clones. Au mieux, la Rébellion pouvait espérer aligner quelques Frégates d'Escorte Nebulon-B impériales et une poignée de corvettes des douanes volées à leurs ennemis ou dont les équipages s'étaient mutinés.

  Cependant, la révolte réussie des habitants de Mon Calamari changea sensiblement la donne et peu avant Yavin, l'Alliance eut un nouveau problème sur les bras. Elle disposait désormais de chantiers navals en orbite de la planète récemment libérée qui pouvaient lui fournir des bâtiments ou réparer ceux qu'elle possédait mais ces mêmes chantiers devaient être protégés avec des forces conséquentes car l'Empire ferait son possible pour écraser Mon Calamari au plus vite. On apprit d'ailleurs par la suite que cette planète faisait partie des cibles prioritaires de la première Etoile de la Mort.

  Pourtant, la destruction de la station spatiale à Yavin eut des effets extraordinaires sur le moral des opposants à l'Empire. Pour la première fois, l'Alliance venait de remporter avec éclat une bataille navale contre un ennemi d'une puissance à peine imaginable, détruisant avec de simples chasseurs la station spatiale la plus puissante de la galaxie. Dans le même temps, l'Empire se retrouva d'un seul coup privé de nombreux officiers capables, démoralisé et surtout obligé de combattre avec acharnement la rumeur qui se répandait dans toute la galaxie : la plus puissante station de combat de l'Empire, capable d'anéantir une planète en quelques instants ou de vaincre une escadre de navires lourds sans difficultés, avait été détruite par une poignée de chasseurs stellaires et un garçon de ferme dont le nom n'était pas encore célèbre.

Flotte de l'Alliance Rebelle

Les chasseurs de l'Alliance en route pour l'Etoile de la Mort depuis Yavin.
Image tirée du DVD de l'Episode IV : Un Nouvel Espoir


  A la suite de Yavin, la multiplication des activités rebelles de la part de mouvements qui n'étaient pas toujours membres de l'Alliance obligea celle-ci à mener une politique sur deux axes : renforcer ses réseaux d'approvisionnement et se doter de véritables forces spatiales. Un audacieux programme visant à l'emploi de corsaires fut initié, en commençant par la frégate de mutins Orbite Lointaine qui captura des cargaisons d'importance non négligeable mais porta également plusieurs coups sérieux à l'ennemi au cœur même de l'espace impérial, dans les parages de la Coquille de Ringali. Dans le même temps, le Mon Calamari Ackbar très apprécié de son peuple et dont le génie stratégique était reconnu fut chargé de rassembler dans le système Telaris tous les bâtiments rebelles capables de s'y rendre dans un court délai. C'est ce rassemblement et les premiers vaisseaux sortis des chantiers du monde natal d'Ackbar qui formèrent le noyau de la véritable marine rebelle. A ces forces s'ajoutaient les unités de ligne et groupes de chasse locaux qui n'avaient pu rejoindre le point de rendez-vous ou demeuraient sous la tutelle d'un commandement local. La structure des alliés  qui s'appuyait déjà considérablement sur les groupes rebelles locaux prit une nouvelle dimension et l'on réorganisa les rapports et les procédures reliant le Haut Commandement avec les Commandements Sectoriels. Cette réorganisation concerna autant les forces navales nouvellement créées que les forces terrestres et le génie des dirigeants rebelles fut de parvenir à harmoniser dans la plupart des cas les habitudes et les exigences de leurs partenaires sectoriels avec les impératifs de l'Alliance elle-même.

  Durant les quatre années qui séparent Yavin de la Bataille d'Endor, Ackbar accomplit des miracles en ce qui concerne à la fois l'organisation de la flotte mais aussi ses tactiques. Bien évidemment, celles-ci étaient essentiellement élaborées dans la perspective de harceler un ennemi possédant une supériorité numérique et technologique écrasante, tout en préservant au mieux les vaisseaux rebelles. Les batailles rangées étaient évitées autant que possible car, comme pour les conflits terrestres, chaque perte infligée par l'ennemi comptait de manière cruciale alors que l'Empire pouvait quant à lui se permettre de sacrifier des quantités colossales d'hommes et de matériel pour obtenir la victoire.

Flotte de l'Alliance Rebelle

L'Amiral Ackbar à bord de son vaisseau personnel : le Home One.
Image tirée du DVD de l'Episode VI : Le Retour du Jedi


  A l'encontre de la Marine Impériale qui pouvait déployer de véritables flottes, les forces navales de l'Alliance durent s'organiser autour de l'unité de base des déploiements spatiaux, la Ligne. En théorie, une Ligne rebelle comptait de deux à dix navires lourds (croiseurs Mon Calamari, vieux cuirassés républicains ou destroyers datant de la Guerre des Clones…) accompagnés de navires éclaireurs, de vaisseaux de soutien (frégates, corvettes…), d'un écran de chasseurs destinés à sa protection et à la surveillance de l'espace proche et d'un autre groupe de chasse prévu pour les missions offensives.

  Comme on s'en doute, si la flotte de l'Alliance elle-même put effectivement constituer plusieurs Lignes en mouvement constant et qui se regroupaient parfois pour une opération ponctuelle de grande envergure, les forces sectorielles rebelles quant à elles demeuraient très en deçà de ces effectifs théoriques. Le Haut Commandement considéra qu'en dehors de Mon Calamari, il était peu judicieux de regrouper de manière permanente des forces navales conséquentes dans une zone spatiale définie. Non seulement les unités ainsi rassemblées seraient de toute manière toujours en infériorité numérique importante vis-à-vis des forces impériales mais elles constitueraient une cible pour les amiraux impériaux.

  Objectivement, l'Alliance savait que sa flotte pouvait s'emparer sans guère de difficultés de secteurs délaissés par l'Empire comme l'Amas de Minos par exemple. Cependant, le destin funeste qui frappa les Mondes Sécessionnistes (ceux qui se déclarèrent en faveur de l'Alliance lorsque parut son Manifeste deux ans avant Yavin) parlait pour lui-même : tout territoire qui serait pris à l'Empire amènerait celui-ci à frapper de toutes ses forces pour neutraliser ce nouveau foyer de sédition. Comme on l'a déjà laissé entendre, les chantiers navals de Mon Calamari constituaient un atout précieux pour les rebelles mais cet atout était également un danger majeur pour l'avenir de leurs forces spatiales : le Haut Commandement savait que tôt ou tard, l'Empire finirait par briser Mon Calamari et que l'Alliance perdrait à la fois ses chantiers navals et la majeure partie des forces mobilisées pour leur défense sans parler du sérieux coup au moral des rebelles que cela provoquerait. Tant que Mon Calamari parvenait à demeurer libre et à produire de nouveaux navires, tout allait pour le mieux mais il était inévitable qu'un jour ou l'autre, ce bastion rebelle soit écrasé par les suivants de Palpatine. A ce moment là, il faudrait tenter de sauver un maximum d'hommes et de matériel tout en faisant de considérables sacrifices pour retarder les forces impériales. Ackbar savait que lorsqu'elle viendrait, la bataille pour la défense de son monde natal ne pourrait que se conclure par une défaite rebelle.

Flotte de l'Alliance Rebelle

Ackbar songeur quant à l'avenir de la Rébellion.
Image tirée du DVD de l'Episode VI : Le Retour du Jedi


  Ainsi, bien que la tentation soit forte pour le haut commandement rebelle de se réfugier sur Mon Calamari après Yavin et d'y regrouper également sa flotte, même un stratège moins doué qu'Ackbar aurait aisément pu expliquer que cela serait le meilleur moyen de provoquer la perte de la rébellion. Même en rassemblant toutes ses forces, celle-ci ne pouvait en effet espérer survivre à un affrontement direct avec la machine de guerre impériale. Au lieu de concentrer ses navires autour d'un monde d'importance stratégique, l'Alliance devait entretenir le doute chez l'adversaire et le forcer à disperser ses forces. C'est pour cette raison essentiellement que l'on décida de ne pas déplacer le Haut Commandement sur Mon Calamari mais également de faire de la flotte de l'alliance une force en mouvement permanent. Ainsi, les dirigeants rebelles pensaient, avec raison, que l'Empire ne pourrait parvenir à décapiter ses opposants d'un seul coup. Si Mon Calamari tombait, la flotte et le haut commandement continueraient à mener le combat. Si la flotte était anéantie, certains de ses bâtiments en réchapperaient certainement et les chantiers calamariens pourraient en fournir de nouveaux tandis que le Haut Commandement continuerait à diriger les opérations. Et si par malheur le Haut Commandement lui-même était anéanti, à défaut d'une direction centrale les rebelles disposeraient toujours de forces navales et de chantiers spatiaux. Tout le monde au sein du Haut Commandement savait pertinemment que ces mesures étaient désespérées mais il n'y avait pas grand-chose de plus à faire. L'Empire avait l'avantage mais chaque jour gagné permettait à l'Alliance de renforcer un peu ses propres forces. Il devenait encore plus crucial que par le passé de porter le feu chez l'ennemi : saboter ses moyens de production, détourner une partie de ses ressources afin de freiner la gigantesque machine de guerre impériale avaient toujours été des tactiques de l'Alliance mais elles prenaient une dimension encore plus cruciale alors qu'elle se dotait de véritables forces militaires. Des forces qui tôt ou tard devraient se résoudre à livrer de véritables batailles contre un ennemi bien plus puissant qu'elles.

Flotte de l'Alliance Rebelle

La Flotte de l'Alliance rebelle, continuellement en déplacement.
Image tirée du DVD de l'Episode VI : Le Retour du Jedi


  La Flotte détacha certains de ses éléments qui eurent en charge la protection du Haut Commandement et la transmission des ordres provenant de celui-ci mais pour l'essentiel, ses bâtiments continuèrent à opérer seuls, de même que les chantiers calamariens. L'Alliance veilla à ne pas dévoiler la localisation de ses dirigeants et lorsqu'ils finirent par s'installer sur Hoth, ils avaient déjà parfaitement rodé les procédures qui leur permettaient de rester en contact avec le reste de la rébellion tout en demeurant aussi discrets que possible. Comme on le sait, la découverte du QG de l'Alliance sur Hoth résulte d'ailleurs d'un concours de circonstances fortuit : si le seigneur Dark Vador n'avait pas correctement (ou intuitivement ?) interprété les informations parcellaires transmises par un certain droïd sonde, ses subordonnés n'auraient jamais ordonné d'eux-mêmes à l'Escadron de la Mort de se rendre sur place…

  La Bataille de Hoth montra clairement que les stratèges de l'Alliance avaient eu raison. Bien qu'elle ait été une défaite rebelle du point de vue strictement militaire, elle s'avéra en fait être une victoire des plus pitoyables pour la machine de guerre impériale. Une escadre de destroyers impériaux accompagnée d'un superdestroyer n'avaient pas été capables de capturer un ennemi assiégé qui ne lui avait rien opposé de plus sérieux que des fantassins, des chasseurs légers, des airspeeders et de vieux transporteurs poussifs…

  Une fois encore, la puissance de la marine impériale s'était révélée insuffisante face aux tactiques ingénieuses des rebelles et à leurs improvisations audacieuses.
Pourtant, le Haut Commandement rebelle comprit qu'il n'avait gagné qu'un sursis et que d'une manière ou d'une autre, le conflit ne tarderait pas à prendre un tour radicalement différent, très probablement à l'avantage de l'Empire. Les leaders de la rébellion rejoignirent leur flotte itinérante et commencèrent à envisager des actions militaires plus offensives. Quand quelques mois plus tard les agents secrets bothans purent informer l'Alliance de l'existence d'une seconde Etoile de la Mort à Endor et de la prochaine visite de l'Empereur sur place, le choix que firent les rebelles s'imposait pratiquement de lui-même.

  Le Haut Commandement rebelle ordonna donc que sa flotte et les bâtiments des forces sectorielles disponibles se rassemblent dans le système de Sullust pour préparer une attaque en règle de l'Etoile de la Mort encore en construction. D'autres mouvements indépendants de l'Alliance mais en bons termes avec elle furent également conviés à participer dans la mesure de leurs moyens à cette bataille décisive. On peut citer par exemple les combattants du système virgillien ainsi que le gouvernement de Dornea, qui envoyèrent respectivement à Sullust deux Croiseurs de classe Quasar Fire modifiés et deux Cannonières de classe Braha'tok.

Flotte de l'Alliance Rebelle

La Flotte de l'Alliance s'apprête à sauter en Hyperespace vers Endor.
Image tirée du DVD de l'Episode VI : Le Retour du Jedi


  Du point de vue rebelle, une victoire à Endor avait en fait trois intérêts : elle permettrait d'éliminer ou de capturer l'Empereur, elle anéantirait la seconde Etoile de la Mort et elle assurerait également la réputation de la flotte dans son premier engagement naval majeur, ce qui représenterait un atout de poids dans la poursuite de la lutte contre les forces armées de l'Empire.

  Bien que la Bataille d'Endor se soit déroulée sensiblement différemment de ce qui était prévu, ces trois objectifs furent pour l'essentiel atteints : Palpatine fut tué, l'Etoile de la Mort détruite et malgré les pertes, l'Alliance parvint même à capturer plusieurs bâtiments impériaux, se dotant ainsi de destroyers modernes. Quelques jours plus tard, l'Alliance Rebelle laissait la place pour quatre semaines à l'Alliance des Planètes Libres à laquelle succéderait la Nouvelle République. Mais déjà, les rescapés d'Endor assemblaient une force de combat pour foncer au secours d'un monde isolé attaqué par des étrangers inconnus, la planète Bakura.

  Techniquement, la Flotte de l'Alliance Rebelle cessa donc d'exister quelques heures après la victoire d'Endor. Cependant, le Haut Commandement dut réaliser de nouveaux miracles avant que la Marine de la Nouvelle République soit une entité bien réelle. Si les insignes du nouveau gouvernement furent rapidement apposés sur les coques des appareils, il fallut attendre plusieurs années avant que la réorganisation des forces rebelles en forces gouvernementales soit effective. En effet, il fallait compter avec l'arrivée incessante de soldats et de navires appartenant aux mondes qui rejoignaient la Nouvelle République et à leur intégration au sein de structures déjà rodées par des habitudes découlant d'une lutte longtemps menée sans bases arrières ni soutien logistique effectif. Il fallait également affecter les officiers les plus expérimentés à de nouvelles missions ou sur de nouveaux théâtres d'opérations. Les missions de la flotte incluaient désormais la défense active des mesures légales que le gouvernement civil mettait en place et il était nécessaire de repenser la plupart des stratégies et des procédures. La flotte n'était plus un ensemble d'unités rebelles harcelant un ennemi supérieur mais une force militaire légale qui devait à la fois libérer des territoires bien défendus mais aussi empêcher l'ennemi de les reprendre tout en protégeant les populations de la piraterie et des renégats impériaux en fuite dans un volume d'espace sans cesse croissant.

Flotte de l'Alliance Rebelle

Le Faucon Millenium, un cas à part de la Flotte de l'Alliance Rebelle.
Image tirée du DVD de l'Episode VI : Le Retour du Jedi


  C'est durant les quelques années qui séparent la bataille d'Endor des premiers affrontements avec le Grand Amiral Thrawn que le Haut Commandement et Ackbar eurent paradoxalement la tâche la plus difficile. Auparavant, il fallait harceler l'ennemi et préserver chaque vie et chaque équipement du mieux possible. Désormais, il fallait agir comme une force légitime qui devait défendre son espace et en même temps affronter ses adversaires sur une multitude de fronts différents. C'est la nature même de ces activités qui finit par transformer la flotte, bien plus que les insignes et les uniformes. Cependant, dans les systèmes les plus reculés de la galaxie, plusieurs années s'écoulèrent pendant lesquelles des forces officiellement néo-républicaines durent continuer à livrer des opérations de harcèlement avec des moyens réduits contre un ennemi qui conservait localement l'avantage. Pour ces combattants, le fait de savoir que très loin de là le gouvernement pour lequel ils combattaient désormais étendait son influence et grandissait en puissance demeura longtemps sans conséquences réelles sur leur quotidien. On peut estimer qu'il fallut attendre la fin des campagnes de l'Empereur Ressuscité avant que les dernières unités isolées des forces militaires de l'Alliance soient effectivement intégrées aux forces de la Nouvelle République autrement que sur le papier.


Actualités en relation

Disney annonce une nouvelle série centrée sur Cassian Andor !

Voilà une info qu'on avait pas du tout vu venir : Bob Iger, le président de Disney, vient d'annoncer qu'une deuxième série live-action Star Wars va voir le jour, et qu'elle sera centrée...


Panini Comics : Sortie de Star Wars Absolute Tome 1

Sortie aujourd'hui même de Star Wars Absolute Tome 1, une parution de la rubrique Comic. La date prévue est donc le 03/10/2018. Description officielle : Luke Skywalker et les rebelles luttant contre l'Empire galactique viennent de...


Star Wars : X-Wing, la version 2.0 prête au décollage

A quelques jours de la sortie de la seconde édition du jeu Star Wars : X-Wing, on s'est dit qu'il serait bon de faire une petite présentation de cette seconde édition. Pour ceux qui ne connaîtraient pas...


Hachette : Sortie de Les archives secretes des rebelles

Sortie aujourd'hui même de Les archives secretes des rebelles, une parution de la rubrique Beau Livre. La date prévue est donc le 22/08/2018. Le descriptif officiel ne nous a pas encore été communiqué, ou n'a...


Bibliothèque Verte : Sortie de Aventures dans un monde rebelle 06 - Le Froid

Sortie aujourd'hui même de Aventures dans un monde rebelle 06 - Le Froid, une parution de la rubrique Roman Jeunesse. La date prévue est donc le 16/08/2018. Le descriptif officiel ne nous a pas encore été communiqu...


Informations encyclopédiques
Flotte de l'Alliance Rebelle
Nom
Flotte de l'Alliance Rebelle
Type
Organisation militaire
Origines
Guerre Civile Galactique

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
28 068


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • WEG - Flashpoint! Brak Sector
  • WEG - Lords of the Expanse
  • WEG - Pirates & Privateers
  • WEG - Rebel Alliance Sourcebook
  • WEG - Starfall
  • WOTC - Rebellion Era Sourcebook

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.