Industrial Automaton


Une des plus célèbres et gigantesques sociétés de construction de droïdes

  Dans une galaxie où les droïdes sont omniprésents, il est tout à fait normal de constater que ce secteur de l'économie galactique a prospéré de belle manière depuis des millénaires. Et que cette prospérité a entraîné le développement phénoménal d'entreprises spécialisées dans la fabrication de ces droïdes. Certaines ont atteint un degré de développement tel que leur influence se fait sentir partout et qu'elles ont un impact considérable pour la vie de nombreux secteurs d'activité ou de systèmes planétaires. La firme Industrial Automaton fait partie de ces quelques mégacorporations, qui dominent la vie économique galactique depuis des siècles. Elle est apparue environ 900 ans avant la Bataille de Yavin, d'une fusion entre deux autres sociétés, Industrial Intelligence et Automata Galactica.

  Après une longue période de consolidation, la nouvelle entreprise a pris son envol et a très vite acquis une part substantielle du marché des droïdes. Aujourd'hui, beaucoup d'analystes la placent devant sa rivale de toujours, Cybot Galactica. Acteur économique clé, Industrial Automaton a été l'une des premières entreprises à participer à la naissance de ce qui deviendra ensuite le Secteur Corporatif. Si sa taille et sa richesse lui évitèrent d'être nationalisée par l'Empire, elle n'en dut pas moins sacrifier à quelques arrangements pour éviter les ennuis avec le nouveau régime. On pense, sans avoir de preuves certaines, que le droïde d'entretien MN-2E, spécialement conçu pour servir dans le Palais Impérial,  fut une des conséquences de cet accord. Après la Bataille d'Endor, Industrial Automaton tenta de se rapprocher de la Nouvelle République et en reçut de nombreux contrats. En contrepartie, la firme fournit aux escadrons de la Flotte Néo-républicaine le droïde astromécano R7, qui fut installé sur les nouveaux chasseurs E-wings.

  La production de l'entreprise est très diversifiée, ce qui lui a valu de en pas subir le sort de nombreuses autres entreprises, trop dépendantes de quelques produits, comme Serv-O-Droïd. Aussi, il est difficile de déterminer quel secteur la société privilégie.
Industrial Automaton est très présente dans le vaste secteur des droïdes dits utilitaires. On peut citer notamment comme faisant partie des grands succès de l'entreprise, le droïde serviteur SE-4, resté 800 ans en catalogue, les droïdes ouvriers de type ASP ou plus récemment le droïde énergétique GNK qui vient concurrencer la série EG de Veril Line Systems. Deux types de droïdes constituent la vitrine de la firme : les droïdes médicaux et les astromécanos. Les droïdes astromécanos ont bouleversé le marché et la navigation spatiale. Industrial Automaton a vendu des milliards de ces droïdes, profitant des crises et de la militarisation de l'Ancienne République puis de l'Empire. Si les droïdes R5 ont été un cuisant échec, la société a triomphé avec les unités R2 et R6. Les ventes de ces droïdes ont aussi profité de la notoriété du légendaire R2-D2 et des prouesses des pilotes de la Nouvelle République, dont bon nombre de chasseurs fonctionnent avec des astromécanos.

  Les droïdes médicaux sont une autre spécialité d'Industrial Automaton. Ces droïdes ont rapporté de gros bénéfices à l'entreprise, qui a pu ainsi élargir sa sphère d'activité, via le biais notamment de partenariats avec des entreprises médicales, comme la défunte Geentech, ce qui donna naissance au célèbre 2-1B. Les séries MD se sont aussi très bien vendues et Industrial Automaton en préparerait une onzième version. En revanche, un seul secteur a totalement échappé à la firme, et ce malgré les efforts de l'entreprise. Jamais Industrial Automaton n'a pu investir le lucratif marché des droïdes de protocole, quasi-monopole de Cybot Galactica. L'échec cuisant de la série LOM a contribué à ce fait et a profondément nui à la réputation de l'entreprise. Avec la fin du conflit contre les Yuuzhan Vong, grands ennemis des droïdes, Industrial Automaton put espérer entrevoir une nouvelle période de prospérité. Une bonne partie de la galaxie était à rebâtir à cette époque et son outil de production n'a pas trop souffert au contraire d'une firme comme Veril Line Systems, qui était très implantée sur Coruscant.
Informations encyclopédiques

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
24 021


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.