LEGO Star Wars : découvrez notre minisite dédié

Réseau Action Justice


Le Réseau Action Justice était un puissant groupe anti-impérial mené par des fanatiques.

  Cette organisation qui vit le jour quatre ans après la fondation de l'Empire incarne parfaitement ce que la propagande impériale met sous l'étiquette "terrorisme rebelle". Les membres du Réseau sont des purs et durs qui considèrent que l'Alliance est trop "modérée" car elle ne s'en prend qu'à des cibles militaires.

  La doctrine du Réseau Action Justice est la suivante : l'Empire œuvre afin de persuader les masses qu'en lui obéissant elles seront en sécurité alors qu'en se rebellant elles risquent une répression féroce. Donc, la peur l'emporte sur la raison et les peuples de la galaxie ont échangé leur liberté contre "la sécurité" parce qu'ils redoutent que les choses puissent être pires.
  
  Le but du Réseau est donc de montrer que l'Empire malgré tous ses efforts ne peut pas garantir la sécurité dans la galaxie. Si ni les rafles, ni les purges, ni les bombardements ne peuvent empêcher des gens résolus de continuer à frapper l'Empire, alors les populations finiront par se rendre compte qu'en se laissant persécuter, elles n'obtiennent rien si ce n'est d'autres persécutions.
  
  La méthode d'action du Réseau est donc aussi radicale que son idéal : en semant la terreur, il espère amener les gens à ne plus redouter la puissance de l'Empire mais celle du Réseau qui peut continuer à frapper à sa guise malgré la répression. A choisir leur camp. Une fois qu'il sera devenu évident pour tout le monde que la répression ne fait qu'ajouter des victimes de plus et retarder l'inévitable révolte contre l'Empire, les populations finiront par agir dans l'espoir de mettre à bas le régime impérial, pour retrouver ainsi la paix et la liberté.
  
  Comme toute organisation terroriste qui se respecte, le Réseau est organisé en cellules compartimentées et possède de nombreuses caches d'armes et sympathisants. L'organisation a vu le jour dans les Colonies et possède donc des branches dans les régions centrales de la galaxie mais très peu de membres au delà de la Bordure Médiane. Sur certains mondes pro-impériaux, elle est même la seule véritable organisation rebelle et l'Empire n'hésite pas pour des raisons de propagande à attribuer ses méfaits à l'Alliance pour mieux démontrer que la Rébellion n'est bel et bien qu'un ramassis de tueurs impitoyables.
  
  Les membres du RAJ préfèrent agir de manière aussi violente et spectaculaire que possible et là où un commando de l'Alliance ciblerait un gouverneur ou une base militaire, ils n'hésitent pas à faire sauter des bâtiments publics ou à mitrailler des fonctionnaires impériaux. Les attentats-suicides dans les transports en commun sont également au nombre de leurs méthodes. Leur but est bel et bien d'inspirer aux populations une terreur encore plus grande que celle de l'Empire afin de montrer aux gens à quel point leur soumission est sans objet puisqu'elle ne leur garantit pas la sécurité.
  
  Comme on s'en doute, le RAJ n'a que peu de sympathisants sur les mondes ou il opère. Personne ne souhaite sauter en même temps que des soldats impériaux sous prétexte qu'on mange tous les jours dans le même restaurant. Les agents du Réseau sont de véritables forcenés, ultra-entrainés et motivés qui feraient des recrues de choix pour l'Alliance s'ils n'étaient pas aussi radicaux et fanatisés. Les rapports entre le Réseau et l'Alliance n'ont d'ailleurs jamais été bons et il est même arrivé occasionnellement que l'Alliance juge nécessaire de neutraliser un commande du RAJ plutôt que de le laisser commettre une atrocité que la propagande impériale pourrait récupérer à son compte.

  Le fondateur du RAJ, Earnst Kamiel, fut poursuivi par les autorités impériales pour plusieurs centaines d'attentats à la bombe dans toutes les Colonies et la Région d'Expansion. Condamné à la peine capitale dans cinquante quatre systèmes stellaires, il était accusé d'avoir provoqué personnellement la mort de plus de dix mille personnes dont une bonne partie constituait en fait des pertes collatérales. Il fut finalement arrêté dans le Secteur Elrood et fusillé quelques semaines avant la Bataille d'Endor.

Réseau Action Justice


  Après la mort de l'Empereur, le RAJ redoubla ses efforts et lorsque les mondes ou ses agents opéraient rejoignaient la Nouvelle République, ceux-ci n'hésitaient pas à émigrer vers d'autres systèmes impériaux afin de continuer leur combat et "d'aider d'autres peuples à se libérer de leurs chaînes". Il fallut des années pour que les activités du Réseau diminuent et que des efforts sur plusieurs fronts (négociateurs, agents secrets impériaux et républicains, opérations de police...) amènent enfin l'organisation à s'auto-dissoudre officiellement. Il reste une poignée de combattants du Réseau qui opèrent encore dans l'Espace Impérial au moment de la guerre contre les Vong mais ce ne sont que quelques fanatiques et l'Empire est en bonne voie pour les éradiquer dans un avenir très proche.

L'autre facette du Réseau Action Justice : certains responsables des services secrets de la Nouvelle République firent également une découverte intéressante une fois Coruscant libérée de l'occupation impériale. Il semble en effet que durant la Guerre Civile, plusieurs cellules locales du Réseau Action Justice aient été infiltrées et téléguidées par le Bureau de la Sécurité Impériale. Contrairement à ses habitudes, le BSI jugea en effet nécessaire de procéder ainsi dans des secteurs officiellement loyaux à l'Empereur comme le Secteur Tapani par exemple. En aidant et en encourageant le Réseau dans ces endroits, le BSI augmentait la pression sur les autorités locales en espérant les forcer à reconnaître qu'elles ne pouvaient pas régler le problème, ce qui permettait du coup à l'Empire de s'installer plus en force chez ses "alliés" sous prétexte qu'ils avaient besoin d'aide. Dans le Secteur Tapani, le BSI alla même jusqu'à tenter d'utiliser le Réseau pour détruire une des Sphères à Torpilles de la Marine Impériale, ce qui aurait permis de réduire au silence les Sept Maisons de Tapani en les forçant à accepter une occupation militaire en bonne et due forme.

  Fort heureusement, des agents de l'Alliance parvinrent à neutraliser le commando du RAJ avant qu'il ne fasse sauter la Sphère à Torpilles. Le commandement local de l'Alliance pensait à l'époque agir contre le Réseau uniquement mais il s'avéra par la suite que dans un accès de subtilité des plus exceptionnels le BSI avait en fait monté de toutes pièces un complot impliquant non seulement le RAJ mais aussi une des Sept Maisons du secteur (les Melantha) ainsi que la délégation locale de la puissante Guilde Minière. Les objectifs du BSI semblent donc avoir été non seulement de permettre l'occupation militaire accrue du Secteur Tapani mais également de briser une des maisons censément fidèles à l'Empire et de mettre en difficulté la Guilde Minière dans le même temps. En faisant bien évidemment porter le chapeau à l'Alliance par dessus le marché...

Les catégories suivantes peuvent vous intéresser




Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Réseau Action Justice
Nom
Réseau Action Justice
Type
Organisation criminelle
Origines
4 ans après l'Empire
Fonctions
Opérations terroristes anti-impériales

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
08/01/2011

Nombre de lectures
6 844


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Fiches en relation

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire