Division Sécurité


Branche de l'Autorité du Secteur Corporatif gérant la sécurité

  La Charte qui définit les objectifs et les attributs de l'Autorité du Secteur Corporatif inclut la notion qu'en tant qu'entité souveraine, elle possède ses propres forces de défense et de maintien de l'ordre. C'est ce point particulier qui incita nombre de personnes dans l'entourage de l'Empereur à se gausser de la Ligue Corporatiste Pan Galactique lorsqu'elle vint pétitionner le souverain récemment couronné et qui causa encore plus de surprise lorsque Palpatine donna son accord. Pour l'Empereur ainsi que pour la Ligue, il était évident que cette décision était des plus intéressées : la Ligue pouvait policer son propre espace sans avoir à craindre que n'importe quel fonctionnaire brandisse au moindre prétexte la menace des escadres impériales, et l'Empereur, quant à lui pouvait ainsi redéployer ses forces colossales vers les territoires à soumettre ou les mondes sous son contrôle qui risquaient davantage de poser problème. Il était également évident que l'Autorité devrait se montrer extrêmement pointilleuse afin qu'aucun rapport adressé à l'Empereur ne l'incite à remettre en question cet accord sous prétexte de laxisme ou d'incompétence trop flagrants.

  Le résultat était aussi évident que prévisible : l'Autorité du Secteur Corporatif exerça une répression féroce sur les populations dont elle avait la charge, autant pour des raisons qui lui étaient propres que pour éviter d'attirer l'attention de l'Empereur. Après sa mort, l'Autorité ne renonça pas pour autant à ses "bonnes habitudes" si ce n'est qu'elle procéda désormais ainsi à son seul avantage. Les deux principales branches de la Division Sécurité sont la Police de Sécurité et la Flotte de Contrôle.

  1. La Police de Sécurité : la Police de Sécurité est la seule agence de maintien de l'ordre qui opère sur l'ensemble du Secteur Corporatif. Ses véhicules ainsi que ses agents de terrain vêtus d'un uniforme brun et protégés par des armures partielles sont omniprésents sur la plupart des mondes contrôlés par l'Autorité. Dans le langage courant du Secteur Corporatif, le terme courant d'Espo (la prononciation phonétique de S.PO = Sécurity Police) est tellement utilisée qu'on la retrouve jusque dans les mémos de l'Autorité. De même, on dit couramment "les Espos" et non pas "les agents de la Police de Sécurité".
  
  Ce terme argotique est le plus souvent employé avec colère ou avec crainte car la Police de Sécurité est bel est bien le bras armé de l'Autorité et veille attentivement à ses intérêts. L'Espo ne cherche pas tant à protéger les Consommateurs, bien que cela fasse partie de sa charte, mais surtout les actifs (personnels, bâtiments, navires...) de l'Autorité du Secteur Corporatif.
  Cette mission définit par elle même les priorités de l'Espo que l'on peut résumer comme suit :
  - lutter contre la contrebande, la criminalité en col blanc et autres activités qui privent l'Autorité d'une partie de l'argent qui devrait lui revenir
  - lutter contre les perturbateurs et saboteurs qui freinent la productivité
  - lutter contre les pirates et terroristes qui détruisent ou volent les richesses de l'Autorité
  
  Pour être encore plus clair, la Police de Sécurité veille à ce que rien n'entrave l'augmentation constante des bénéfices qui doivent revenir à l'Autorité et dans une moindre mesure à ses corporations membres. Le droit de grève n'existe pas dans le Secteur Corporatif et parmi ses opérations les plus communes, la Police de Sécurité veille à réprimer violemment et sauvagement tout semblant de revendication ou d'arrêt de travail au sein des Consommateurs.

  Sur le terrain, les activités de l'Espo sont orientées selon deux axes croisés :
  - L'Axe Locationnel : chaque division géographique administrative de l'espace du Secteur Corporatif possède une agence qui inclut un contingent de locaux, de véhicules, d'employés et d'agents de l'Espo. Ceux ci sont organisés de manière pyramidale classique (le directeur d'une branche territoriale a toute autorité sur les agences de l'Espo qui se partagent son territoire). Selon ce que les décideurs au sommet de la Division Sécurité de l'ASC jugent nécessaire, certaines agences sont bien évidemment surdotées si elles couvrent une zone géographique dans laquelle se trouve un actif stratégique de l'Autorité ou des locaux sensibles d'une corporation avec le statut d'Investisseur.
  - L'Axe Situationnel : l'Espo est également divisée en branches spécialisées : Contrebande, Maintien de l'Ordre, Surveillance, Piraterie etc. les contingents d'agents spécialisés sont affectés selon les spécificités territoriales ou les événements ponctuels.

  La Police de Sécurité au quotidien : les hommes de terrain de l'Espo sont presque aussi haïs et craints que les stormtroopers de l'Empire bien qu'ils aient des origines et des procédures très différentes. L'Autorité a veillé à recruter des gens dépourvus de scrupules moraux et ayant tendance à abuser de leur uniforme au détriment des populations. Un des objectifs essentiels de la PoSec est après tout de réprimer les consommateurs afin qu'ils ne freinent pas la productivité ni n'incitent l'Empire à regarder plus attentivement ce qui se passe dans le Secteur Corporatif. A la fois policiers et force paramilitaire, l'Espo est donc une agence au sein de laquelle on trouve un grand nombre de gens qui sont bien plus intéressés par leurs privilèges et les abus de pouvoir qu'ils peuvent commettre qu'autre chose. Il est dans leur intérêt bien compris de veiller à la perpétuation de l'Autorité car leurs salaires, leurs primes et leurs carrières sont liées à son sort.
  
  Dans la pratique, la plupart des Consommateurs du Secteur Corporatif ne font désormais même plus semblant de croire à toute la propagande qui vise à présenter l'Espo sous un éclairage plus flatteur. Les gens font leur possible pour se tenir à l'écart des humains et non-humains en uniforme brun qui veillent au maintien de l'ordre. Arrestations arbitraires, sévices, mesures discriminatoires, nuisances administratives et pressions en tous genres sont des activités qui n'ont rien d'exceptionnel de la part des Espos. Les simples travailleurs et les libres entrepreneurs sont les plus vulnérables face à ces abus de pouvoir alors que les élites peuvent souvent, à l'opposé, compter sur la complaisance des responsables locaux de la Police de Sécurité.
  
  Une anecdote qui en dit long sur l'Espo concerne ses fusils blasters. Ceux-ci sont des modèles copiés à partir du célèbre E-11 de chez BlasTech qui équipe en partie les forces impériales. La version ASC du E-11, destinée à l'usage exclusif de la PoSec, possède un réglage de puissance supplémentaire couramment surnommé "la Brûlure" et officiellement dénommé de manière pudique "réglage sécurité". Ce réglage intermédiaire n'occasionne en général que des blessures légères mais permet de causer des lacérations et des cicatrices très douloureuses qui provoquent souvent une perte de conscience temporaire suivie généralement de quelques applications de bacta ou d'un séjour en milieu hospitalier... l'Espo se sert couramment du réglage "Brûlure" en plus de l'arsenal habituel des unités anti-émeutes ainsi que dans ses rapports quotidiens avec les Consommateurs…

  2. La Flotte de Contrôle : le plus gigantesque investissement que dut consentir l'Autorité au moment même de sa création fut réalisé pour qu'elle se dote d'une marine spatiale capable de protéger ses planètes et ses voies commerciales. Recruter des équipages et des officiers qualifiés était déjà en soi une tâche des plus difficiles. Les vétérans de la Guerre des Clones ne manquaient pas mais l'Empire oeuvrait à tour de bras pour constituer ses propres armées. Le seul recours de la toute jeune Autorité du Secteur Corporatif fut donc l'argent. Elle se mit à offrir systématiquement des salaires et des avantages plus intéressants que l'Empire sans jamais aborder ouvertement la question. L'Empereur, quant à lui, ferma les yeux, puisqu'il avait l'assurance de par son propre pouvoir de parvenir sans bourse délier à recruter bien plus de soldats grâce à la propagande ; de plus, à l'époque, les mondes de la défunte République accordaient encore massivement leur confiance à l'ancien Chancelier Suprême, qui préparait son coup depuis des années.
  
  Au final, l'Autorité dut se contenter le plus souvent d'officiers vieillissants, retraités ou marginalement compétents pour créer l'ossature de sa flotte. En rassemblant les gens les plus prometteurs, elle parvint quelques années avant Yavin à fonder sa propre Académie qui se mit à produire enfin un encadrement compétent.
  
  Les investissements initiaux pour recruter les officiers et les dirigeants de sa flotte amenèrent l'Autorité à revoir également à la baisse ses objectifs en matière de bâtiments de guerre. Les usines de ses propres actionnaires tournaient déjà à plein régime pour satisfaire l'Empire et elle ne pouvait donc espérer avant quelques temps disposer de ses propres appareils et moyens de production. Dans un premier temps, le Direx décida donc de parer au plus pressé et fit sortir de la naphtaline de vieux cuirassés de classe Invincible âgés de plus de trente siècles. Bien que réarmés et rénovés, les gigantesques navires étaient peu nombreux et surtout dépassés en termes de puissance et de performances. Les vieux cuirassés Invincible étaient bien plus un outil de propagande et de dissuasion qu'autre chose car ils étaient trop vétustes pour contrer des bâtiments lourds modernes et trop massifs et lents contre les pirates et les contrebandiers.
  
  Un heureux coup du sort permit cependant à l'Autorité de renforcer ses escadres lorsqu'elle obtint le monopole quasi-exclusif de la série Maraudeur, des corvettes de combat produites par Sienar Astronautique. Ces navires étaient bien plus aptes aux missions de surveillance et de lutte contre les pirates que les vieux cuirassés et répondaient bien mieux aux attentes de l'Autorité.
  Enfin, lorsque l'Empire commença à remplacer ses vieux destroyers Victoire par les nouveaux bâtiments de classe Impérial I, l'Autorité décida de se porter acquéreuse d'une partie des destroyers mis au rebut et parvint à en acquérir environ 250 qui lui donnèrent enfin une véritable capacité militaire.
  Elle produisit par la suite, afin de compléter ses escadres, divers appareils, dont les chasseurs IRD réservés à son usage exclusif.

  Comme sa dénomination le suggère, la Flotte de Contrôle fonctionne pour l'essentiel dans l'optique de protéger l'Autorité contre les criminels plutôt que contre un gouvernement hostile (le seul gouvernement puissant à l'époque de sa création étant l'Empire, il était également politiquement judicieux d'éviter certaines allusions...). Les trois principales activités de la Flotte sont : protéger les mondes stratégiques du Secteur Corporatif, lutter contre la piraterie sur les voies commerciales et enfin lutter contre les contrebandiers, c'est à dire tous les transporteurs qui ne sont pas accrédités par l'Autorité, quelles que soient leurs cargaisons. Bien qu'elle comprenne plus de 250 destroyers de classe Victoire, il n'est quasiment jamais fait mention d'activités avec une connotation militaire. L'ASC ne voulait pas froisser l'Empire et ne veut pas davantage apparaître comme une puissance militaire, ce qui pourrait gêner ses investisseurs et clients.
  
  Sur un plan opérationnel, la Flotte de Contrôle agit donc surtout comme une flotte douanière et il n'y a que dans les parages de l'espace Trianii ou durant l'invasion yuuzhan vong qu'elle eut effectivement à se comporter comme une marine militaire.


Actualités en relation

HoloNet : De nouvelles fiches canon pour l'encyclopédie !

En ce lendemain de fête et en ce début de nouvelle semaine qui s'annonce bien chaude on s'est dit qu'on allait vous proposer un peu de lecture sur l'univers Canon histoire de reparler un petit...


Solo : Lucasfilm dévoile un teaser spécial en réalité virtuelle !

Pour ce Star Wars Day précédant la sortie de Solo : A Star Wars Story, Lucasfilm a vu les choses en grand ... et même à 360° ! La compagnie vient en effet de mettre un ligne un teaser un peu sp...


Delcourt : Sortie de X-Wing Rogue Squadron - Intégrale Tome 3

Sortie aujourd'hui même de X-Wing Rogue Squadron - Intégrale Tome 3, une parution de la rubrique Comic. La date prévue est donc le 18/04/2018. Description officielle : Wedge Antilles, l'as des pilotes de l'Alliance...


Informations encyclopédiques
Division Sécurité
Nom
Division Sécurité
Type
Organisation gouvernementale
Origines
Fonctions
Gestion de la Sécurité

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
9 547


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • WEG - Han Solo and the Corporate Sector Sourcebook

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.