Société de l'Oiseau de Feu


Ordre militaire pro-impérial composée uniquement de femmes

Continuité : Legends


  La civilisation ancienne et riche en traditions du Noyau abonde en sectes, coteries, fraternités, guildes et confréries de toutes sortes. Certaines de ces organisations sont relativement informelles alors que d'autres sont extrêmement structurées et tandis qu'un grand nombre existent depuis des siècles voire des millénaires à l'insu de la grande majorité de la population, d'autres ont eu par le passé un retentissement certain sur la politique d'une planète, d'un système ou d'un secteur tout entier.

  La Société de l'Oiseau de Feu eut une existence des plus brèves car son sort fut étroitement lié à celui de l'Empire. Ce groupe était en effet formé exclusivement de femmes officiers des forces armées impériales. Alors que certaines branches de l'Empire comme les Renseignements Impériaux ou le Service des Éclaireurs ainsi que le COMPORN permettaient aux femmes ambitieuses d'assouvir leurs désirs de puissance, l'Armée, la Marine ainsi que plusieurs services comme le Bureau de la Sécurité Impériale par exemple se montrèrent beaucoup plus machistes. A titre d'exemple, aucun des Grands Amiraux de l'Empire n'était de sexe féminin et la majorité des responsables du BSI ou des conseillers de l'Empereur étaient également des hommes. Non content d'être raciste, le régime de Palpatine était également des plus sexiste et si quelques femmes comme Ysanne Isard parvinrent à de très hautes responsabilités, elles durent pour ce faire déployer des efforts bien plus considérables que leurs rivaux de sexe masculin. L'Empereur Palpatine lui-même était connu pour le peu de respect qu'il éprouvait envers la gente féminine à de rares exceptions près. La fondatrice de la Société de l'Oiseau de Feu était Tessala Corvae, une femme ambitieuse qui comprit lorsqu'elle atteint le grade de Général des forces terrestres de l'Empire qu'on ne la laisserait pas aller plus loin dans les cercles du pouvoir.

  La Société de l'Oiseau de Feu vit ainsi le jour dans le Noyau et fut dés ses origines une sororité, une organisation exclusivement féminine dédiée à assister ses membres et leur permettre d'atteindre des postes clefs en écartant leurs concurrents masculins. De même, la Société souhaitait infléchir la politique de discrimination sexiste de l'Empire et se livra souvent à du lobbying actif. Pour ce faire, cette organisation semi-clandestine agit d'une manière des plus originales : afin de montrer à l'Empire que ses officiers féminins pouvaient être utiles, il fallait montrer que les femmes étaient égales aux hommes sur le plan de la guerre. La Société entraina donc discrètement ses membres les plus disponibles et leur confia diverses missions susceptibles à la fois d'aider l'Empire et de redorer le blason de la gent féminine aux yeux de l'Empereur. Les commandos de la Société de l'Oiseau de Feu se livrèrent ainsi à un grand nombre d'opérations contre l'Alliance Rebelle, divers groupes anti-impériaux et cartels criminels dans le Noyau et les Colonies.

Société de l'Oiseau de Feu


  Durant ces opérations, les sœurs de l'Oiseau de Feu avaient pour tâche de garder leur identité secrète tout en s'assurant que l'on puisse aisément les reconnaitre comme des femmes et elles utilisèrent des combinaisons de commando moulantes ainsi que des casques ou des masques pour dissimuler leurs traits tout en faisant en sorte que leur sexe ne fasse aucun doute. Certaines de ces opérations furent de francs succès mais d'autres génèrent des agents impériaux infiltrés ou provoquèrent la destruction prématurée d'une cellule rebelle que l'on surveillait afin de mieux mettre en évidence les réseaux d'insurgés. L'un dans l'autre, le BSI, les Renseignements Impériaux et diverses organisations de maintien de l'ordre locales finirent rapidement par considérer ces femmes entreprenantes comme un groupe aux motivations douteuses et aux méthodes pour le moins gênantes. Il y eut parfois des arrestations et plusieurs membres de la Société signèrent des aveux complets après être passées dans les mains des spécialistes impériaux mais l'organisation était trop dispersée et réduite pour être vraiment une gêne et si certains officiers féminins portant l'uniforme impérial furent étroitement surveillés, il y eut aussi des gouverneurs ou des moffs pour cautionner discrètement les actions de la Société afin qu'elle les aide à lutter contre les rebelles et les contestataires plutôt qu'ils aient à utiliser leurs propres ressources.

  Finalement, aucune politique d'ensemble ne fut mise en œuvre envers cette organisation et c'est probablement ce facteur qui fut le plus déterminant dans sa survie. Au sommet de sa puissance peu après la Bataille de Yavin, la Société ne comptait guère qu'une centaine de membres dispersées un peu partout dans les Colonies et le Noyau. Tessala Corvae avait été réaffectée dans le Secteur Tapani et les actifs de son organisation avaient en majorité suivi la générale. La Société ne fut jamais un groupe influent mais dans plusieurs secteurs du Noyau et des Colonies elle augmenta la confusion par ses opérations en freelance et ne produisit pas vraiment les résultats escomptés par sa fondatrice. A l'opposé, ses membres pouvaient souvent accéder à des informations secrètes et aider à la promotion de femmes plus jeunes dans les rangs intermédiaires de la hiérarchie impériale. L'un dans l'autre, la Société de l'Oiseau de Feu obtint bien plus pour ses membres grâce aux techniques de cooptation et d'entraide propres à de nombreux groupes d'influence que par ses activités plus militaires.

  Si le vide laissé par la mort de nombreux officiers impériaux talentueux à Yavin offrit des opportunités intéressantes à plusieurs adhérentes de l'Oiseau de Feu, ce groupe n'eut dans le fond aucun impact réel à grande échelle. Avec la mort de Palpatine à Endor, la Société de l'Oiseau de Feu se désagrégea de l'intérieur. Nombre de ses membres étaient vraiment des femmes ambitieuses et parmi les plus influentes, la majorité préféra tenter sa chance auprès d'un Seigneur de Guerre ou en créant leur propre faction impériale autonome plutôt que de continuer à œuvrer à travers l'organisation. En l'espace de quelques mois, les liens tissés à travers la Société n'étaient plus qu'un souvenir en dehors de quelques alliances ponctuelles.


Actualités en relation

Del Rey | Sortie de Thrawn Ascendancy: Chaos Rising

Premier tome d'une nouvelle trilogie de Timothy Zahn consacrée au plus illustre des Chiss, Thrawn Ascendancy: Chaos Rising parait aujourd'hui aux États-Unis, chez Del Rey. Ce nouveau récit forme le préquel de la trilogie pr...


HoloNet | Critique de Chevalier Errant

Cela faisait longtemps que Pocket n'avait pas édité un roman de l'univers Légendes (merci), et ce dernier a subi comme beaucoup de choses les affres du virus et du confinement. Après une sortie retardée, et un...


Asmodee annonce la sortie de Star Wars : Escape Game

Alors qu'une partie des joueurs est en effervésence suite à la bande annonce du prochain jeu vidéo Star Wars, l'éditeur français de jeux de société Asmodee vient d'annoncer la sortie en août prochain de...


[MAJ]Concours Huginn & Muninn | Tout l'Art de L'Ascension de Skywalker à gagner

Mise à jour du 20/06/2020 Et voila le concours s'est terminé et le tirage au sort a été effectué et c'est Jordan Girvy qui remporte l'exemplaire de Tout l'Art de Star Wars : L'Ascension de Skywalker...


HoloNet | Critique du roman Queen's Peril

Queen's Peril est un roman jeune adulte qui sort aujourd'hui aux États-Unis chez Disney Lucasfilm Press. Ce court roman (un peu moins de 300 pages) est écrit par E.K. Johnston (Ahsoka, Queen's Shadow) et il s...


Informations encyclopédiques
Société de l'Oiseau de Feu
Nom
Société de l'Oiseau de Feu
Type
Organisation militaire
Origines
Fonctions
Opérations spéciales

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
7 847


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.