Vulkars Noirs


Les Vulkars Noirs qui furent dirigés par Brejik étaient un gang de fonceurs de Taris réputé pour sa violence et son opposition aux Beks Cachés de Gadon Thek.

  Gang de fonceurs le plus violent de Taris, les Vulkars Noirs étaient dirigés par Brejik et constitués l'ennemi naturel des Beks Cachés de Gadon Thek. Il n'était guère apprécié dans la Ville Basse et ces vauriens s'en prenaient à n'importe qui, même au chasseur de primes le plus célèbre de la galaxie, Calo Nord. Ils étaient sous le commandement de Brejik, un homme dans la cruauté n'avait d'égale que son ambition de contrôler toute la Ville Basse de Taris.


  I.-Histoire

  La création du gang des Vulkars Noirs remonte très certainement à l'époque où les courses de fonceurs commencèrent à se répandre dans toute la galaxie et à gagner en célébrité, c'est-à-dire vers l'an -4.000. Taris était le berceau de ce sport, grâce à l'implantation des Industries Lhosan, et quoi de plus naturel que de voir des bandes de voyous faire les malins sur leurs engins et commettre des crimes tout en se jouant des forces de police. La Ville Basse était leur terrain de jeu, comme pour la plupart des gangs d'ailleurs. Il s'agissait en quelque sorte d'une zone de non-droit, bien que la justice s'y appliquait, quoique difficilement.

  En plus des habituels rackets et vols, les Vulkars Noirs se distinguaient par leurs tendances pour la drogue (l'épice) et l'esclavage. On pensait même qu'ils avaient des liens avec l'Échange, le syndicat du Crime Intergalactique, ce qui était probablement logique vu la présence sur Taris du criminel  Davik Kang. Les Vulkars Noirs avaient déjà une assez mauvaise réputation, mais sortaient du lot des gangs de la Ville Basse. Toutefois, aussi important soient-ils, ils n'étaient pas le gang de fonceurs numéro un : Gadon Thek et ses courageux Beks Cachés occupaient le sommet de la hiérarchie. Les Beks étaient considérés comme des bandits aux grands cœurs et ils gagnaient le respect de la population. Les dirigeants Vulkars ne les aimaient pas beaucoup et il était certain que les différentes éditions de la Grande Course de fonceurs de Taris (qui ouvraient chaque saison du championnat galactique de fonceurs) n'arrangea pas les choses, les Beks ayant très certainement un nombre de victoires plus importants que les Vulkars.

Vulkars Noirs

Les Vulkars Noirs s'en prennent à tout le monde.
Image extraite du comics Chevaliers de l'Ancienne République Vol. 1 : Il y a bien longtemps…


  Le siège de Taris par les Néo-Croisés mandaloriens de Cassus Fett n'arrangea pas trop l'image du gang. En effet, il est connu qu'ils ne participèrent pas à l'effort de résistance face à l'invasion mandalorienne, au contraire des Beks qui s'allièrent avec les forces de police de la planète. Pire encore, on sait que plusieurs membres du gang rejoignirent les rangs des Mando'Ade, des membres comme Wargo et Frazznik. D'ailleurs, ces recrues connurent une fin tragique lorsque la planète où ils se trouvaient, Jebble, fut bombardée par Fett pour endiguer l'infection des rakghouls qui s'était répandue dans toute la base mandalorienne. Quelques mois plus tard, Taris fut reprise par les forces de la République, guidées par un Chevalier Jedi puissant et charismatique et les choses rentrèrent dans l'ordre au sein de la Ville Basse.

  Cependant, le rapport de force changea de manière brusque et rapide lorsque Brejik, le second de Gadon chez les Beks, claqua la porte de son gang. Thek avait eu un accident de fonceur et était devenu aveugle. Beaucoup de gens pensèrent que le chef des Beks allaient laisser les rênes du gang à son second  mais, dans sa grande sagesse, Gadon savait que Brejik n'était pas prêt pour assumer ce rôle, le trouvant trop violent et instable. Pour cette raison, il décida de continuer à diriger les Beks, malgré son handicap. Le jeune Brejik prit cela comme un affront et partit avec quelques-uns de ses fidèles. Ils trouvèrent refuge chez les Vulkars dont les dirigeants virent une opportunité de gagner un allié de poids. Brejik et ses sbires intégrèrent le gang et montèrent très rapidement dans la hiérarchie. En peu de temps, ils prirent la place des anciens dirigeants Vulkars qu'ils reléguèrent au simple statut de citoyens de seconde zone, de même que les membres les plus anciens.

  Le gang se transforma en une bande de loubards sanguinaires et Brejik se lança contre les Beks dans la fameuse guerre des gangs de Taris. Cette dernière transforma la Ville Basse en véritable coupe-gorge, les Vulkars ne se contentant pas de s'en prendre aux Beks. En effet, ils n'hésitaient pas à ouvrir le feu à vue sur les passants. Cette folie sanglante terrorisa la population dans cette zone de la planète, tandis que plusieurs petits gangs se joignirent aux Vulkars pour mener avec eux les pillages. Brejik se retrouva à la tête d'une force de combat assez importante qui mettait à mal la suprématie des Beks. Il voyait les choses en grand pour le contrôle total de la Ville Basse et ses hommes commencèrent à s'opposer à Davik et à l'Échange en refusant de lui donner l'argent qu'ils leur devaient. Le Seigneur du Crime fut d'ailleurs obligé d'envoyer ses mercenaires comme Canderous Ordo pour réclamer son bien.

  Les évènements galactiques touchèrent une nouvelle fois Taris qui vit une bataille spatiale de la Guerre Civile des Jedi dans son espace. Les vaisseaux du Seigneur Noir et chef suprême des Sith Dark Malak eurent raison de leurs homologues républicains qui furent détruits. Des capsules de sauvetage de la République s'écrasèrent alors un peu partout sur la planète et certaines s'arrêtèrent dans la Ville Souterraine qui était aux mains des rakghouls. Sentant qu'il y avait là un coup à jouer, Brejik envoya ses Vulkars fouiller les capsules. Ils arrivèrent bien avant les hommes de Davik et les Sith (qui, suite à leur victoire, occupaient à présent la planète), et capturèrent une jeune femme qu'ils prirent pour un officier important de la République. Les Vulkars ne montrèrent guère d'intérêt à essayer de repousser les Sith de Taris, contrairement à Gadon qui s'efforçait de rassembler du matériel sith en vue d'une insurrection de la planète face à l'occupant.

   Comme la Grande Course annuelle de fonceurs de Taris approchait, Brejik échafauda un plan. Afin de rallier à ses Vulkars les autres petits gangs et renverser les Beks une bonne fois pour toute, il fit voler un prototype d'accélérateur de fonceur dans la base ennemie. Avec un tel appareil, un pilote de fonceur serait quasiment imbattable sur la piste. Sûr de leur victoire, les Vulkars gagneraient alors la course et feraient leur nombre grandir jusqu'à écraser les Beks. Et en guise de prix pour le vainqueur, Brejik était prêt à offrir sa prisonnière qu'il gardait étroitement hors de la base principale vulkar. Mais ce que le jeune chef n'avait pas prévu, c'est que cette jeune femme était bien plus qu'une simple officier de la République : il s'agissait de Bastila Shan, un Chevalier Jedi. Deux soldats républicains, Carth Onasi et Revan, était à sa recherche. Ils s'allièrent aux Beks, ainsi qu'à Mission Vao et à son compagnon wookie Zaalbar, pour infiltrer la base principale des Vulkars pour récupérer le prototype d'accélérateurs de fonceurs. Revan participa à la course sous la bannière des Beks et, malgré les talents du pilote vulkar Redros, remporta la victoire. Brejik assista à cela le cœur lourd, se demandant comment faire pour sauver la face de son gang. Ainsi, lors de la remise de Bastila au vainqueur, le criminel refusa tout simplement de céder le prix à Revan en l'accusant de tricherie, préférant la vendre au marché des esclaves. La situation dégénéra complètement lorsque la jeune femme s'échappa, déclenchant une bagarre générale. Les Vulkars se jetèrent sur Bastila et Revan qui combattirent ensemble dos à dos leurs adversaires. Ces derniers trouvèrent la mort et Brejik fut tué.

  Sans leur chef, les Vulkars furent complètement désemparés et on imagine que les violences s'estompèrent rapidement. Le gang avait essuyé une défaite quasi-totale : les Beks étaient ressortis encore plus fort et il devenait inévitable que la guerre des gangs était terminée avec la mort de Brejik. Le coup fatal fut porté par les Sith lorsque Dark Malak décida de bombarder toute la planète pour tuer Bastila. Les vaisseaux Interdictor déversèrent le feu de leur canon sur toute la surface de Taris et firent d'innombrables victimes. Nul ne sait s'il y eut des Vulkars parmi les rares rescapés de cette démonstration de violence gratuite.


  II.-Être un Vulkar

  Il fallait avoir des épaules solides pour être un Vulkar. Les êtres violents et crapuleux affluaient vers le gang (comme des Twi'leks, des Duros et surtout des Kadas'sa'Nikto) et il n'est guère étonnant que Brejik se soit dirigé vers lui après avoir quitté les Beks, en plus de vouloir s'allier avec le pire ennemi de son ancien gang. Et une fois qu'on avait intégré les Vulkars Noirs, il était extrêmement difficile d'en sortir. Les sbires de Brejik traquaient quiconque voulait quitter le gang et comme leur jeune chef l'avait dit et répété, il n'existait qu'un seul châtiment pour les traîtres : la mort. Brejik n'était pas du tout aimé par les membres anciens qu'il avait volontairement mis à l'écart en les reliant à des rôles bien moindres de ce qu'ils remplissaient autrefois. Brejik savait bien que personne n'ayant un tant soit peu de caractère n'accepterait jamais de suivre un chef tel que lui et c'était pour cette raison qu'il avait en permanence recours à la violence et à la brutalité pour rester au pouvoir.

Vulkars Noirs

Des Vulkars en attente de leurs proies
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic



  III.-Quelques Vulkars célèbres

  Bien avant l'accession au pouvoir de Brejik, les Vulkars Noirs furent dirigés par une personne du nom de Benno. Bien qu'on ne sache pas grand-chose sur lui, on sait qu'il conduisit le gang peu de temps avant l'invasion mandalorienne de la planète. S'il survécut à la guerre contre les Néo-Croisés pour reprendre la planète, il fit sans doute partie des membres qui furent petit à petit écartés par Brejik et les siens lorsqu'ils s'emparèrent du gang. L'homme de confiance de l'ancien Bek était un Twi'lek du nom d'Arche Kandon. Brejik avait une grande confiance en lui aussi ce fut à lui qu'il confia la garde du prototype d'accélérateur volé aux Beks. Hélas, Kandon fut tué par Revan et ses compagnons lors de l'infiltration de la base vulkar. Le gang comptait de bons pilotes de fonceur autre que Redros. Ainsi, le Rodien Doba se défendit correctement sur le circuit lors de la Grande Course.

Vulkars Noirs

Arche Kandon répond aux ordres de Brejik, le chef des Vulkars Noirs.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic

Informations encyclopédiques
Vulkars Noirs
Nom
Vulkars Noirs
Type
Organisation criminelle
Origines
Fonctions

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
07/04/2011

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
4 952


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Chevaliers de l’Ancienne République Vol. 1 : Il y a bien longtemps...
  • Knights of the Old Republic (jeu vidéo)
  • Vector Vol. 1

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.