Consortium de Zann


Le Consortium de Zann était une organisation criminelle mené par Tyber Zann qui atteint les sommets en quelques années avant de sombrer dans l'ombre ...

  I. Histoire et méthodes :

On ne sait pas quand le Consortium fut créé, mais il est sûr qu'il existait un peu avant la bataille de Yavin IV.  C'était d'ailleurs plus une association de malfaiteurs qu'autre chose. Puis Tyber Zann en prit le commandement. C'était un homme intelligent et ambitieux. Ses premières actions furent du renseignement précis sur des technologies et des positions politiques avantageuses. La première grande action du Consortium fut son association avec Jabba le Hutt pour rechercher un artefact. Mais étant donné que Zann voulut garder l'artefact à la fin de la mission, Jabba fit en sorte que ce premier se retrouve emprisonné sur Kessel par l'Empire Galactique. Mais malgré cette fin tragique de la mission, Jabba ne put jamais mettre la main sur l'artefact. Il crut pourtant que, sans son chef, le Consortium s'effondrerait, et malgré une prime sur la tête de Zann, il ne poussa pas ses recherches.
  Jabba se trompait largement. Le second de Tyber, Urai Fen, tint la direction tout en mettant un plan au point pour faire s'échapper son ami de Kessel. Leur base sur Ryloth n'ayant pas été découverte, la mission put être lancée. Et ce fut grâce à Han Solo, à Chewbacca et au Faucon Millenium qu'Urai libéra Zann du monde-prison.

  Alors que Zann était en prison, le Consortium s'était vu oublié par ses principaux associés, Jabba ayant tout fait pour qu'il n'en reste rien. Zann relança alors son réseau de corruption. Le Consortium disposait de plusieurs manières pour parvenir à ses fins. La plupart de ses actions étaient menées par des corrupteurs, des agents totalement dévoués à cette organisation.

Consortium de Zann

Un corrupteur
Image extraite du site officiel du jeu vidéo Empire at War - Force of Corruption


  Les missions principales consistaient à mettre en place la corruption et elles alliaient diverses actions qui allaient de la piraterie aux enlèvements d'agents gouvernementaux. Dans tous les cas, ces opérations du Consortium coûtaient des crédits, ces derniers permettant le financement de l'opération et la paye des mercenaires, ainsi que, bien souvent, de leurs équipements. Voici la liste des méthodes qui permettaient de mettre en place la corruption :

  L'intimidation : Planifiée par les chefs de l'organisation, elle consistait en une opération directe sur un dignitaire local. Ce dernier subissait des blessures physiques ou psychologiques qui le menaient à reconsidérer le Consortium de Zann d'une manière radicalement différente d'auparavant. Concrètement, le Consortium posait les bases de sa corruption. Cette action permettait à ses agents d'agir en toute impunité dans le secteur d'activité de la victime, que ce soit dans un domaine d'application technologique ou bien toute une planète. Ces actions étaient souvent menées par un leader important de l'organisation pour que le dignitaire sache à quoi il avait affaire.

  La piraterie : Mise en place par des chefs de l'organisation, elle était simple et efficace. Cette opération était une simple destruction des forces spatiales d'une autre organisation ou même d'un gouvernement planétaire. Souvent menée par un ou plusieurs leaders de l'organisation, elle nécessitait l'envoi de la flotte du Consortium. Cette dernière était constituée en vue d'une efficacité maximale avec un coût minimal. Le réseau de piraterie qui ressortait de cette opération permit souvent au Consortium d'utiliser les vaisseaux de l'adversaire pour sa flotte, quitte à en récupérer les plans pour le construire dans ses propres chantiers…

  L'enlèvement : Dernière action qui impliquait la présence d'un chef du Consortium, et c'était Urai Fen qui s'occupait le plus souvent de ce genre de tâche, l'enlèvement était, comme l'intimidation, une action de force contre un individu. Le remplacement de ce dernier par un corrupteur permettait au Consortium de percevoir d'importantes sommes de crédits. Là encore, la présence d'un leader de l'organisation facilitait l'insertion du corrupteur et permettait au Consortium d'obtenir de sérieuses informations sur le gouvernement ce qui permettait plus tard de le soudoyer.

  Une fois la corruption mise en place par ces méthodes plus ou moins expéditives, le Consortium pouvait mener des actions plus ciblées. En vue d'obtenir des crédits, des technologies illicites, de nouveaux vaisseaux, des esclaves ou tout simplement l'appui des populations autochtones par des privations. Ces actions étaient seulement dirigées par les corrupteurs, le terrain ayant déjà été préparé par une des trois méthodes de mise en place de la corruption. Elles étaient regroupées en cinq grands types:

  L'extorsion : Mise en place par un corrupteur et quelques mercenaires, cette dernière permettait au Consortium de toucher d'importants revenus venant de la planète. Ces derniers étaient gagnés grâce à l'implantation de casinos, de salles de paris et de tout ce qui touchait de près aux jeux d'argent. Parfois cela pouvait se traduire par des courses illégales ou des combats avec de gros parieurs, mais la plupart du temps ces réseaux étaient mis en place de façon légale, le terme légal ayant été auparavant redéfini lors de la mise en place de la corruption.

  Soudoyer : Cette fois le corrupteur agissait seul. Il arrivait sur place avec une somme conséquente de crédits et commençait à soudoyer les dignitaires de la planète cible. Cette action était souvent mise en place après un enlèvement. Concrètement, elle permettait au Consortium de disposer d'appuis au niveau politique et militaire sur la planète, et surtout d'obtenir de précieuses informations, ce qui était son but premier.

  Les milices corrompues : Du même principe que le fait de soudoyer, les milices corrompues étaient achetées par un corrupteur. Elles permettaient au Consortium de se mettre de côté le soutien d'une planète et de ses occupants. Et même lorsque la corruption était "éradiquée" par les autorités de la planète en question, les messages transités à travers ces milices avaient un impact de révolte, la population comprenant qu'elle n'avait pas été traitée "comme il se devait". Seule la neutralité de la planète pouvait résoudre ce conflit, et c'est alors une victoire du Consortium qui était sûr que personne d'autre ne pourra compter sur cette planète…

  Le marché noir : Summum même des fins du Consortium, la mise en place d'un marché noir par un corrupteur sur une planète permettait au Consortium d'obtenir des armes, de la contrebande, des technologies illicites, et même des vaisseaux. Souvent implanté après une action de piraterie, le marché noir était une part importante de son niveau de développement. Le Consortium disposait de plusieurs marchés noirs implantés sur des planètes de différentes factions ce qui lui permettait de s'assurer d'avoir toujours la bonne arme ou amélioration contre les autres factions. Le coût de ces "achats" étant souvent élevés et en constante fluctuation, et vu l'importance de l'achat c'est toujours un leader de l'organisation qui faisait le déplacement pour les effectuer. Les quatre principaux marchés noirs furent entretenus sur Coruscant, Hypori, Kamino, et dans la Gueule lorsque l'organisation eu découvert sa localisation.

  L'esclavage : Effectuées sur des planètes bien ciblées, les missions d'esclavages consistaient simplement en l'asservissement de la population locale par un corrupteur souvent aidé par des pirates implantés par le Consortium auparavant. Ce dernier pouvait alors disposer comme il le souhaitait de ses esclaves. Il pouvait les revendre sur d'autres mondes ou bien les utiliser au combat pour son propre compte. Quoi qu'il en soit ces derniers n'avaient souvent plus l'espoir de revenir à une vie normale…

Consortium de Zann

Consortium de Zann

Tyber Zann, seigneur du crime et son fidèle compagnon : Urai Fen.
Source : couverture du jeu vidéo Empire at War - Force of Corruption et site officiel du jeu


  La première mission menée par le Consortium à son retour sur la place criminelle fut une mission d'intimidation sur Honoghr, menée par Urai et qui fut un succès. Puis, pour pimenter la vie de Jabba, Tyber lança une mission d'extorsion sur Shola, alors dirigée par le Cartel des Hutts, pour "faire peur" à Jabba. Suivant un pressentiment, Tyber dirigea une mission de piraterie sur la flotte de Mandalore. Il espérait ainsi faire peur aux Mandaloriens en tuant un chef de guerre de l'époque. Ce qu'il fit à l'aide d'une flotte de réservistes triés sur le volet et suffisamment payés pour être toujours loyal au Consortium.

  Ce fut alors qu'il apprit la nature réelle de l'artefact qu'il avait volé à Jabba quand ce dernier tentait de le revendre aux impériaux. Urai l'identifia comme étant un artefact Sith datant de la Grande Guerre des Sith à l'époque de l'Ancienne République, il y a 4 000 ans de cela. Selon lui, beaucoup de seigneurs Sith l'auraient eu dans les mains. En tout cas, son prix était tel que si Jabba l'avait vendu comme il le prévoyait aux impériaux, cela aurait été leur faire un cadeau.

  Tyber, alors fier d'avoir eu la bonne intuition, se remémora les dires d'un officier impérial qui fut un "compagnon" de cellule. En effet, il lui avait "extorqué" que l'Empereur cachait un peu partout dans la galaxie des entrepôts secrets où ses découvertes technologiques y étaient jalousement gardées en attente d'un moment propice pour les utiliser. Tyber ne tarda pas alors à monter une flotte pour aller chercher des informations dans les débris de l'Étoile de la Mort, sa théorie étant que des capsules d'informations y seraient toujours présentes et qu'elles renfermeraient des indices sur ces entrepôts.

  Son soucis du moment fut d'amener sa flotte jusqu'à Yavin. Il envoya alors Urai capturer Tanda, le directeur Hutt d'un spatioport de Nal Hutta afin de contrôler les déplacements des vaisseaux dans ce secteur et de faire passer les siens sans soucis.
  Il mena ainsi une flotte autour de Yavin et il y découvrit un espace déchiré entre les patrouilles rebelles, les groupes éclaireurs de l'empire et des pirates venu chercher tout ce qui pouvait être récupéré. Tyber constata avec joie la défection de quatre croiseurs de patrouille de classe Tartan impériaux et les accueillit dans le Consortium, tout aide étant bonne à prendre.

  Avec quatre capsules d'informations en main, Tyber eut la certitude de l'existence des entrepôts de l'Empereur. De plus, il apprit que l'Empereur se faisait construire un vaisseau gigantesque pour diriger sa flotte. Selon les enregistrements, l'Empereur aurait déjà fait des visites sur ce navire en construction et il se pourrait bien que le Consortium puisse accéder à ses données personnelles via le pont du vaisseau. Tyber situa les chantiers de construction sur Kuat et y envoya un corrupteur y établir un marché noir. Une fois ce dernier établi, Tyber alla acheter les plans des disrupteurs, avec cela le niveau technologique du Consortium n'en serait que plus élevé. Il fit aussi une reconnaissance de la zone et y appris que le vaisseau amiral s'appelait Eclipse et que du fait de sa construction, la planète était lourdement protégée, que ce soit au sol comme dans l'espace.

  Entre temps, il s'interrogea sur le mutisme de Jabba. Peut-être que ce dernier préparait quelque chose de louche. Et le temps lui donna raison, beaucoup de casernes de recrutement du Consortium furent attaquées par des pirates à l'identité inconnu. Tyber identifia l'attaque comme ordonné par Jabba et fut surpris de tomber nez à nez avec ce dernier sur son canal de communication. Après quelques échanges plus ou moins polis, un technicien de Zann identifia la source du signal comme étant Saleucami. Là-bas, Jabba disposait d'une puissante station relais capable d'espionner presque tous les canaux du secteur.

  Tyber vit une faille dans ce système. Si cette dernière devenait sienne, ce sera lui qui espionnerait Jabba. Il envoya alors Urai capturer le gouverneur Koong Eeth de Saleucami pour le mutiler. Cette action "convint" ce dernier de rejoindre la cause du Consortium. La route était alors libre pour la destruction de la station. Une fois cette dernière sabotée, Tyber décida d'envoyer Urai établir une tête de pont en vue de prendre la planète pour montrer à Jabba ce qui se passe lorsqu'on écoute impunément les communications du Consortium.
  Une fois la planète sous contrôle, Zann éplucha les informations obtenues par la prise de la station relais. Il découvrit que Jabba avait remis en marche une usine de droïdes construite par les Géonosiens et abandonnée après la Guerre des Clones. Insoupçonnée par l'Ancienne République, elle était restée tel quel pendant plus de vingt ans. Urai émit l'hypothèse que cette information était un piège ourdi par Jabba pour faciliter la capture de Zann par les chasseurs de primes. Mais cela ne changea pas Tyber dans son idée d'aller y jeter un coup d'œil.

  En arrivant dans la base, Urai, qui venait de finir une reconnaissance alors que Tyber rassemblait les troupes, découvrit que la base avait ses sécurités en état d'alerte maximal. Il fallut que lui et Zann se servent de leurs champs de dissimulations portatifs pour aller les éteindre et permettre au gros de l'armée de prendre l'usine. Une fois les sécurités désactivées, Tyber se fit mettre en joue par Bossk. Il parvint néanmoins à se sortir de la situation en proposant un salaire du triple de sa prime à ce dernier, qui accepta sans sourciller. Puis, Jabba débarqua avec ses troupes pour reprendre l'usine à Tyber. Mais c'est alors qu'Urai prit le contrôle de tous les droïdes destroyers Mark 2 de l'usine et reconquit les sites d'atterrissage grâce à eux.
  Tyber, une fois vainqueur, se vit proposer un marché par Jabba. Mais il changea les termes selon ses plans : Jabba ne touchera plus au Consortium, enlèvera la prime sur sa tête et reconnaîtra Hypori et Saleucami comme propriété du Consortium, en échange de quoi, Tyber ne s'immiscera plus dans les affaires des Hutts, tant que Jabba sera en vie…

  Une fois cette histoire terminée, Urai prévint Tyber d'une baisse de moral des troupes, notamment d'une défection de la part de quelques corrupteurs. Mais il se chargera de faire en sorte que ça ne se reproduise plus. Tyber, quant à lui, cherchait un moyen pour entrer dans l'holocron Sith. Il ne connaissait que Dark Vador comme maître du côté obscur mais se doutait bien qu'il devait exister d'autres personnes ayant ce pouvoir. Et il préféra mettre sa recherche de l'Éclipse à plus tard, préférant se concentrer sur l'artefact.

  Une information importante arriva alors. Un chef guerrier sur Mandalore demandait un marché avec le Consortium : si Tyber faisait cesser les attaques pirates, il aurait accès à de nouveaux vaisseaux. Tyber accepta sur le champ, heureux de disposer de nouvelles forces. Et il obtenu une canonnière de classe Crusader, ce qui signifiait aussi les plans pour la mettre en production.

  Quelques jours plus tard, Urai fit une découverte. Des adeptes de la Force se trouvaient sur Dathomir, mais l'Empereur était au courant depuis longtemps et avait établi un blocus autour de la planète. Pour y accéder,  il fallait détruire le scanner orbital longue portée impérial. Ce qui ne fut pas long à être effectué. Mais, la taille de la flotte en orbite mit un doute à Tyber, l'Empereur y cachait quelque chose.
Malgré tout, la plus grosse surprise qui l'attendait une fois au sol fut la révélation d'Urai. En effet, ce dernier était sensible à la Force, comme toute son espèce, et il sentait que cette planète était un endroit où la Force était importante. Si cette dernière s'y déchaînait, les conséquences seraient terribles. Ceci expliquait la forte présence impériale. Et la présence de Zann en vue de recruter un adepte de la Force.

  La mission du Consortium sur Dathomir fut une des plus longues et des plus intéressantes pour Tyber Zann. En commençant ses recherches, il libéra une prison où étaient emprisonnées trois Sœurs de la nuit. Ces dernières lui apprirent qu'il détenait un holocron Sith, mais que seules les plus puissantes adeptes pouvaient percer son cryptage. Heureusement pour Tyber, Silri, une des plus puissantes Sœurs de la nuit, se trouvait sur Dathomir, malheureusement, elle était emprisonnée pour briser le moral des autres Sœurs de la nuit encore libres. Pourtant ces dernières ne pensaient qu'à une seule chose : la libérer.
  Une fois que cela fut fait, Silri passa un marché avec Tyber. Elle accepterait de déchiffrer l'holocron s'il l'aidait à sauver son peuple. De plus, elle voulait se venger de l'homme qui l'avait emprisonnée. Cela suffisait à Tyber qui l'accepta dans le Consortium (malgré les réticences d'Urai) après avoir tué le gouverneur de Dathomir. Tout se passait comme prévu, du moins comme Tyber l'entendait.

Consortium de Zann

Tyber Zann et Urai Fen, sur Dathomir
Image extraite du jeu vidéo Empire at War - Force of Corruption


  Une fois de retour dans l'espace, un mystérieux appel sur sa ligne privé vint le sortir de sa victoire. En effet, Thrawn, alors grand amiral, le contactait grâce à la station relais de Saleucami. Les deux hommes ne s'étaient pas parlé depuis longtemps. Et Thrawn reprocha à Tyber son audace envers l'Empire. Pour s'être connus à l'académie impériale, le grand amiral espérait trouver autre chose en Zann qu'un "malfrat". Pour terminer la discussion, il mit en garde ce dernier de ne pas se lancer sur une voie sans issue contre l'Empire.
  Quelques jours plus tard, Silri découvrit quelque chose au sujet de "l'artefact", mais elle ne put en tirer que des anciennes cartes et des vecteurs hyperspatiaux. Malheureusement, tous avaient été redécouverts depuis longtemps et Tyber décida alors de revendre l'artefact, puisqu'il ne lui plus était d'aucune utilité. En fait, cela était une diversion pour faire pression sur Silri, afin qu'elle ne lui cache rien.

  Plus tard, alors que Tyber faisait une recherche sur l'artefact, il reçut une communication privée du prince Xizor. Ce dernier devait faire l'intermédiaire entre Jabba et l'Empire sur la vente de l'holocron. Zann l'avait privé d'une belle somme d'argent en le volant. Malgré tout, Xizor proposa de travailler avec le Consortium pour la même affaire qu'il aurait effectué avec Jabba. En contrepartie, Tyber et son Consortium devraient aller récupérer une réserve de gaz Tibanna sur Bespin, en garderaient la moitié et disposerait alors d'un contact haut placé avec l'Empire.
  Mais Tyber n'était pas dupe. Ce plan sentait le piège à plein nez. Avec Urai, ils mirent au point un autre plan qui reposait sur une faille de celui de Xizor : Bespin était sous contrôle direct des forces de Dark Vador et ce dernier n'appréciait absolument pas le prince. Au lieu de ne  prendre que la moitié du gaz, Tyber le prit en entier. De plus, il fit passer ce vol comme étant perpétré par le Soleil Noir et il sema ainsi la zizanie entre Xizor et Vador. Cela lui laissa le temps de trouver, avec les informations du réseau impérial de la planète et les compétences informatiques d'IG-88, un contact à sa mesure. Vador arriva sur la planète juste à temps pour voir le Consortium filer et identifier les criminels comme appartenant au Soleil Noir.

  Avec la réussite de cette mission, Xizor céda. Il obtint alors un contact pour Zann. Quant à ce dernier, il revendit le surplus de gaz sur le marché noir et obtient une grosse somme de crédits pour son organisation. Avec le reste, plus des deux tiers de la réserve en fait, le consortium développa un tout nouveau vaisseau dont les armes marchaient avec le gaz Tibanna, une première dans le genre. Cela fut possible grâce aux plans dérobés sur l'épave de l'Etoile Noire et à des ingénieurs soudoyés par Zann en personne. Et c'est ainsi que sorti la frégate de classe Vengeance des chantiers navals du Consortium.

  Après l'obtention des plans publics des croiseur de classe Broadside kbd-1, Tyber Zann disposait donc de deux nouveaux vaisseaux pour sa flotte. Il put alors rencontrer le contact que Xizor venait de lui déniché sur Carida. Zann étant sûr que s'était encore un piège, et il décida de réunir une grosse flotte, histoire de ne pas se faire surprendre. Malgré tout, Silri s'opposait à la vente de l'artefact. Elle et Urai faillirent en venir aux mains, mais Tyber mit fin à leur dispute. Puis ce fut à Urai d'avoir des réticences sur la mission. En effet, ce dernier voyait d'un mauvaise œil le fait que la flotte soit accompagnée de Bossk. Et la suite lui donna plus ou moins raison.
  La mission sur Carida s'avéra être un piège, comme l'avait prédit Zann, mais il fut surpris quand il remarqua que c'était le grand amiral Thrawn en personne qui l'attendait. Ce dernier lui apprit la mort de Xizor et lui demanda la restitution de l'artefact. Tyber refusa et la bataille s'engagea. Et ce fut en plein milieu du combat que Bossk vola l'artefact et s'enfuit vers le destroyer Admonitor de Thrawn, qui partit aussitôt dans la sécurité de l'hyperespace.

  Simultanément des attaques impériales furent menées sur des bastions du Consortium, ce qui pressa Tyber à abréger le combat et à revenir bredouille. Du moins c'est ce que pensait Silri. En effet, lorsque Zann rentra, elle finit par lui avouer que l'holocron était plus important que ce qu'il n'y paraissait. Tyber s'énerva et la menaça, si elle lui cachait quelque chose, il ferait tuer toutes les Sœurs de la nuit et il anéantirait leur Rancors dans la foulée. Silri qu'il fallait une clé supplémentaire pour ouvrir l'holocron et obtenir les informations cachées. Ce n'est qu'une fois ces révélations effectuées que Zann demanda à Urai de rechercher le signal de l'artefact.

  Tyber aurait bien payé un million de crédits pour obtenir les informations personnelles du tableau de commande de l'Empereur Palpatine. Et il avait mis son artefact en jeu pour y accéder. Il espérait bien parvenir à l'Eclipse via des données récupérées lors de la recherche de l'holocron, car il se doutait que ce dernier devait être entreposé dans un endroit suffisamment secret pour que de telles informations s'y trouvent.

  C'est pendant la mise en place du plan de récupération de l'artefact qu'Urai l'informa d'une communication venant du chef de ses pirates sur Mandalore. Ces derniers venaient de faire un raid, non autorisé par Tyber, et avaient capturé un nouveau modèle de vaisseau : des cuirassés de classe Kedalbe. De plus, ces derniers transportaient des chars d'assaut de classe Canderous. Le Consortium atteint alors à l'apogée de sa puissance à ce moment-là. Zann fit tuer le chef des pirates et espéra pour son successeur qu'il ne ferait pas la même erreur, on ne désobéissait pas impunément au Consortium.

  Urai trouva quelques jours plus tard l'endroit présumé de dépôt de l'artefact : les Archives impériales de Coruscant. Cela eu de quoi l'angoisser quand Tyber lui déclara vouloir faire un raid là-bas, surtout qu'il emmenait en plus Silri, pour chercher le code de cryptage de l'Empereur. Urai se vit alors confier la mission de le protéger si jamais Silri déraillait.
  La mission sur Coruscant fut divisée en trois objectifs distincts. Tyber entra dans le Palais impérial pour mettre à mal les caméras, puis Urai s'introduisit dans le système d'énergie et détruisit les nœuds permettant à la tourelle de protection de marcher. Cela leur permit de fuir sans soucis. Mais alors qu'elle gardait leur transport, Silri sentit l'holocron. Et elle ne tarda pas à abandonner sa mission de garde de leur moyen de fuite pour partir à sa recherche. Après la victoire contre plusieurs Jedis noirs et des Gardes royaux, elle parvint à la remise où se trouvait l'artefact et le récupéra. Mais en essayant de fuir avec, elle se retrouva nez à nez avec des Dark Troopers réactivés par la Force. Pourtant ces derniers ne furent pas très dangereux étant donné que Silri avait pris la peine d'emmener son Rancor (Cuddles) avec elle. Une fois la menace littéralement écrasée, elle tomba sur Tyber et Urai qui cherchaient l'holocron. Elle tenta de s'expliquer face à un Tyber plutôt remonté, mais Urai mit fin à la conversation puisqu'ils étaient poursuivis et que comme l'artefact était en leur possession, ils n'avaient plus qu'à récupérer le code de cryptage de l'Empereur et s'en aller. C'est donc ce qu'ils firent, mais ils durent se frotter en chemin à un adepte de la Force particulièrement puissant étant donné qu'il maitrisait un pouvoir oublié et redoutable : la téléportation de Force. Mais ce dernier fut défais et la mission terminée par la fuite dans un Juggernaut HAVt B5.

  C'est à la fin de leur mission, pendant que Tyber fouillait les plans de l'Eclipse obtenus sur Coruscant, que Silri lui apprit un changement dans la Force. Le côté obscur était devenu moins puissant, ce qui signifiait la mort de puissant utilisateur du côté obscur. Urai corrobora cette information en regardant l'Holonet. Les Rebelles affirmaient en effet que l'Empereur et Vador étaient morts.
  C'était l'occasion rêvée pour rassembler la flotte et partir sur Kuat pour prendre d'assaut l'Eclipse. Tyber rassembla donc toutes ses forces spatiales et débarqua dans l'orbite de la planète. Là, il se retrouva face aux Rebelles qui chassaient les impériaux vaincus à la bataille d'Endor. Étant donné la situation, il fit une trêve avec eux afin de détruire les stations orbitales impériales qui réparaient les vaisseaux impériaux fraîchement endommagés de leur dernière bataille. Ce fut pendant cette attaque qu'une navette d'ingénieurs du Consortium se posa discrètement dans l'Eclipse et parvint à en devenir maître. Dès lors, le superlaser axial du super destroyer entra en action et effectua deux tirs. Il s'enraya presque aussitôt, les ingénieurs, ne connaissant pas toutes les fonctionnalités de l'armement, maîtrisaient difficilement ce dernier.
  Les rebelles voyant alors qu'ils étaient tout aussi menacés que l'empire décidèrent de mettre fin à la trêve et attaquèrent aussi bien l'Empire que le Consortium. Mais ils durent fuir devant la puissance de la flotte rassemblée par Tyber. L'empire, quant à lui, était décidé à reprendre son vaisseau et un super destroyer fit son apparition. L'Annihilateur attaqua donc la flotte de Zann et l'Eclipse, avec pour objectif la destruction du vaisseau s'il était impossible de le reprendre. Mais c'était sans compter la motivation des ingénieurs du Consortium qui parvinrent à réparer à temps le superlaser et qui, sous l'ordre direct de Zann depuis le Merciless, tirèrent un unique coup. La débâcle qui suivie fut rayée par plusieurs autres tirs qui eurent pour cibles des destroyers de classe Imperial ou Victoire ou des Acclamator. En fait, tout ce qui ne tombait pas sous les feux des Aggressor passait pour une cible potentielle pour l'Eclipse.

Consortium de Zann

La bataille de Kuat
Image extraite du jeu vidéo Empire at War - Force of Corruption


  Une fois le calme revenu, Tyber entra dans l'Eclipse pour charger les données secrètes de l'Empereur sur l'ordinateur de son vaisseau. Pendant ce temps, Silri intégra l'holocron dans un pupitre adapté dans la tour de commandement du vaisseau. Zann et Urai savourait leur victoire économique et politique. Préférant l'ombre au pouvoir visible, Tyber continua ses exactions mais à un niveau aussi important que celui de l'Empire Galactique. Avec les données de l'Empereur, le Consortium disposait d'une source presque illimité de technologies, d'informations et donc, de crédits. Une fois ces informations obtenues, il semblerait qu'ils quittèrent le vaisseau en le laissant aux impériaux puisqu'il réapparut à leur coté 6 ans plus tard sous les ordres de l'Empereur ressuscité.
  Silri laissa finalement tomber l'organisation après une découverte à la fin de la bataille. Elle suivit une carte affichée lors de son passage dans l'Eclipse et trouva, abandonné depuis longtemps, un entrepôt de guerriers Sith figés dans la carbonite devant lesquels elle promit de montrer à Zann ce que pouvait être le "vrai pouvoir"…

  Malgré ce flot d'informations, il est impossible de dire ce que furent les activités de Consortium après cette victoire autour de Kuat. Il est probable que son réseau s'intensifia et gagna en performance à un niveau peu imaginable. Les technologies de l'Empereur furent sûrement employées des façons les plus efficaces possibles et cela sûrement à moindre coût et pour un maximum de résultat. Et pourtant, Tyber Zann, Urai Fen et Silri disparurent tout simplement de la circulation, le peu de gens au courant de leurs identités ayant été tué ou sont décédés durant la période d'activité de cette organisation. Il est fort probablement que la Nouvelle République mis fin aux exactions du Consortium.

II. Armées et flottes :

  Le Consortium était parti d'une simple organisation de malfaiteur pour arriver à un statut d'armée privée interplanétaire lorsque Tyber fut à sa tête. Mais rien ne s'était fait en un jour et pour arriver à ce niveau, le recrutement de troupes et de vaisseaux fut plus que nécessaire. Ainsi, toutes nouvelles technologies ou recrues est un bien précieux pour l'organisation. Parfois, lorsque son leader en sentait le nécessaire, la capture de plans et de prototypes venait améliorer ses forces armées.
C'est ainsi que Tyber traita avec la corporation Mandals Hypernautics pour obtenir des vaisseaux à la pointe de la technologie militaire. Ayant lui aussi des ingénieurs dans son fonctionnement, le Consortium était apte à développer ses propres vaisseaux et ses propres technologies. Voici la liste des troupes, véhicules et vaisseaux utilisés par le Consortium :

Troupes terrestres :

Infanteries :
Mercenaires d'assaut
Grenadiers
• Corrupteurs
Vornskrs
Dresseurs d'Ewoks
• Sœurs de la nuit
• Esclaves

Droïdes :
• Droïdes destroyer Type 2

Véhicules :
Transport F9-TZ à dissimulation
Lanceur d'Assaut Mobile (LAM)
Canon à Impulsion Mobile MZ-8
• Char d'assaut Canderous
Unité de Défense Mobile (UDM)

Troupes spatiales :

Chasseurs :
Chasseur StarViper
Patrouilleur Skipray
Défenseur TIE*
A-wing*

Transports :
Transport RZ-52 Dekard
Transport TZ-86
Navette TZ-15

Vaisseaux de combat léger :
• Corvette de classe Crusader
Frégate Interceptor IV
• Frégate de classe Vengeance
• Croiseur de patrouille Tartan*
• Croiseur Porte-missiles Broadside*
Corvette Corellienne CR90*
Corvette Maraudeur*

Vaisseaux de combat lourd :
• Destroyer de classe Aggressor
• Cuirassé de classe Keldabe

(*Matériel volé à l'Empire Galactique ou à l'Alliance Rebelle qui fut simplement dupliqué, leur utilité et armement n'ayant pas été remis en cause par Tyber Zann et ses ingénieurs.)

  Le Consortium préférant toujours passer par la corruption, son armada ne fut jamais aussi importante que lors de sa mission sur Kuat. Le reste du temps, les unités étaient utilisées par petits groupes d'infiltration ou d'intimidation en utilisant au mieux leurs capacités. Certains pirates affiliés au Consortium bénéficiaient aussi de certains vaisseaux, mais il était extrêmement rare de tomber sur une flotte complète de cette organisation.

III. Conclusion :

  Le Consortium fut une des organisations criminelles les plus puissantes de la galaxie. Mais, étant donné que la plupart de ses actions étaient menées en secret, peu de personnes connaissaient la véritable identité des chefs de cette organisation. Après la mort de l'Empereur, il ne fut fait que très peu mention du Consortium. Pourtant, il était sûr qu'il officiait toujours dans la galaxie mais il semblerait qu'il ne fut plus aussi actif qu'avant. Quoiqu'il en soit, le Consortium a amené Tyber Zann au rang d'un des plus grands criminels de la galaxie.
Informations encyclopédiques
Consortium de Zann
Nom
Consortium de Zann
Type
Organisation criminelle
Origines
Association de malfaiteurs divers reprise par Tyber Zann
Fonctions
Renseignements
Trafics en tous genres
Corruption

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
13/01/2012

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
20 208


Note de la fiche
1 membre a noté la fiche "Consortium de Zann" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.