Gial Ackbar


L’Amiral Gial Ackbar était l’une des figures militaires majeures de l’Alliance Rebelle et de la Nouvelle République ainsi que le fondateur de sa flotte.

  Dans une galaxie marquée par la guerre, certains chefs militaires entrèrent dans la légende. Parfois tristement célèbres, tels Xim le Despote ou Morlish Veed, quelques uns furent connus pour leur talent ou leur influence sur l'histoire, comme Thrawn ou le Mon Calamari que la galaxie connait en tant qu'Amiral Ackbar.

La Guerre des Clones [haut]



  Né Gial Ackbar, il vint au monde sur Dac dans les derniers temps de l'Ancienne République et grandit dans la cité de Foamwander. Renonçant à suivre la voie commerciale de sa famille, il y manifesta rapidement son sens du devoir en devenant l'un des officiers supérieurs de l'armée locale.

Note du rédacteur : à partir de cet endroit, les informations traitées dans cette fiche sont relativement à du contenu issu des romans The Clone Wars. La place de ces informations dans la continuité Legends (ex-Univers Etendu) est sujette à caution dans la mesure où Lucasfilm n'a explicité intégré que le contenu audiovisuel de The Clone Wars à son nouveau Canon. Au yeux de Star Wars Holonet, la série est distincte de l'univers Legends. Elle ne constitue donc pas un pan véritable de l'histoire Legends de Gial Ackbar et sera détaillée dans la version Canon de cette fiche.

  Au service de son roi et de son prince Lee-Char, il lutta bravement aux côtés notamment d'Anakin Skywalker, Kit Fisto ou Ahsoka Tano au cours de la Guerre des Clones. Capitaine au sein de la garde mon calamari, il contribua grandement à la victoire des Républicains sur les Séparatistes lors de la longue bataille de Mon Calamari.

Gial Ackbar

Le Capitaine Ackbar s'apprête à défendre le prince Lee-Char aux côtés des Républicains.
Image extraite de la série télévisée The Clone Wars: Water War


Note du rédacteur : fin de la section The Clone Wars/Legends.

Asservissement sous l'Empire [haut]



  Malheureusement pour lui, la fin du conflit ne tint pas ses promesses de paix et le tout nouvel Empire Galactique possédait sa propre définition de l'ordre. En effet, le Grand Moff Tarkin asservit la planète et ses chantiers navals de pointe - avec le concours de Quarrens - en détruisant pas moins de trois cités pour l'exemple. Ackbar, pour sa part, fut réduit à l'état de valet du "Conquérant de Mon Calamari", ce dernier le considérant comme un esclave stupide.

  Humilié et isolé, le Mon Calamari joua son rôle, engrangeant les informations sur l'Empire, Tarkin, l'Étoile de la Mort et ses ennemis plus généralement. Le Grand Moff, fidèle à sa réaction, le traitait plus bas que terre et prenait un malin plaisir à lui exposer ses stratégies pour mater ses ennemis, tout comme il pensait avoir rendu docile l'ancien officier. Pourtant, Ackbar ne faisait qu'attendre son heure et, malgré sa position, il parvint à prendre contact avec la Rébellion encore balbutiante.

Libération et engagement dans la Rébellion [haut]



  Alors qu'il devait conduire Tarkin sur Despayre, où se construisait l'Étoile de la Mort, il organisa une fausse tentative d'assassinat dans laquelle il annonça clairement sa responsabilité au Grand Moff. Celui-ci paniqua et quitta le vaisseau en catastrophe, croyant qu'il allait forcément être détruit, mais ne fit que rendre sa liberté à son esclave. Comme de juste, il s'engagea alors dans les forces rebelles où il prit la tête des exilés de Mon Calamari et le commandement de l'Indépendance, répondant aux ordres de Jan Dodonna.

  Il quitta toutefois ce rôle peu avant la bataille de Yavin pour libérer son monde, encore sous le contrôle de l'Empire, dans le cadre de l'Opération Domino. Il mena cette mission avec le concours de Bail Organa et Juno Eclipse, une ancienne pilote impériale. La jeune femme l'impressionna au cours de l'engagement, notamment en manœuvrant le célèbre 181ème Groupe de Chasse, et le respect qu'il eut pour elle en dépit de son passé l'incita à revoir son jugement sur les déserteurs impériaux. Un jugement qu'il partagea à sa nièce, Jesmin dans l'espoir de lui ouvrir les yeux à son tour.

Gial Ackbar

Ackbar en compagnie de ses officiers.
Image extraite du The Essential Guide to Warfare


  Ces évènements stimulèrent la population de Dac qui s'unit pour chasser l'Empire avec succès. Néanmoins, pour éviter des représailles sanglantes, le Conseil Représentatif de la planète se déclara neutre, une neutralité dissimulée derrière des voies hyperspatiales piégées. Ackbar demeura avec les siens, délaissant pour un temps la Rébellion au profit du rôle d'Amiral dans la flotte Mon Calamari.

  Il intervint cependant quelques années plus tard, alors que l'Empire prit en embuscade les Rebelles grâce aux informations arrachées à Jorin Sol. Il put ainsi empêcher la destruction totale de la flotte rebelle mais celle-ci fut très sévèrement atteinte. Ackbar revint alors dans le giron de l'Alliance Rebelle avec tous les vaisseaux de Dac qui en devinrent les atouts majeurs. De plus, avec le départ de Garm Bel Iblis et la capture de Jan Dodonna, la Rébellion se retrouvait sans chef militaire, rôle qu'endossa le Mon Calamari.

  Ackbar entama alors l'œuvre de sa vie, un travail qu'il mit plus de vingt ans à accomplir. Collaborant étroitement avec Mon Mothma, Commandant en chef des armées, il entreprit de réorganiser la flotte rebelle en une véritable armada coordonnée et disciplinée. L'unité de base devint la ligne de bataille, composée d'au moins deux croiseurs et leur escorte, lesquelles effectuaient une rotation pour participer aux opérations.

Gial Ackbar

Ackbar et Mon Mothma, préparant un plan contre l'Empire.
Image extraite du The Essential Guide to Warfare


  Il s'arrangea pour qu'aucune force trop importante ne soit envoyée au combat, un quart de l'armada, la principale force de la flotte résidant dans le symbole de son existence même. Il plaça les forces spéciales sous le commandement de Crix Madine et limita la marge de manœuvre du Commandement des Chasseurs Stellaires. En contrepartie, il en enrichit les rangs avec les tout nouveaux A-wings et il prit lui-même part au Projet Shantipole. Celui-ci fut réalisé en collaboration avec les Verpines de Roche pour aboutir à la création des redoutables B-wings.

  Face à ce renouveau, l'Empereur Palpatine organisa une fuite d'informations sur sa nouvelle Étoile de la Mort afin d'attirer ses ennemis sur Endor. Après de longs débats, les chefs de l'Alliance Rebelle décidèrent de s'y rendre et tombèrent ainsi dans le piège impérial. Menant les vaisseaux capitaux à bord du Home One, Ackbar voulut initialement battre en retraite mais fut convaincu par Lando Calrissian de poursuivre l'assaut. Bien lui en prit car sa flotte put ainsi causer de lourdes pertes à l'adversaire et capturer plusieurs destroyers au cours de la bataille.

Gial Ackbar

Ackbar commandant la flotte rebelle lors de la bataille d'Endor.
Image extraite du film Star Wars: Return of the Jedi


La Nouvelle République [haut]



  Cette victoire inattendue déclencha la dislocation de l'Empire et la proclamation de la Nouvelle République et le début d'une vaste campagne. Alors qu'Airen Cracken menait les Opérations Shadow pour attiser les luttes intestines, Ackbar et son état-major séparèrent leurs forces en quatre unités. Le Mon Calamari prit personnellement la tête de la Troisième Flotte, partant de Bothawui pour reconquérir Kashyyyk où il eut raison du Grand Amiral Peccati Syn.

  Après la libération de ce monde, il avança sur Brentaal où la Nouvelle République s'empara d'une planète supplémentaire ainsi que d'une icône impériale, le célèbre pilote Soontir Fel. Cependant, les autres flottes subirent parfois de lourds revers et Ackbar lui-même fut tenu en échec par Zsinj ou Rogriss. Cependant, il remporta toujours plus de victoires qui lui permirent d'avancer vers le Noyau où, avec l'aide de l'escadron Rogue, il s'empara personnellement de Coruscant à l'issue de trois années de combat.

  Cette étape symboliquement très forte permit à la Nouvelle République d'établir sa capitale et sa légitimité. Ackbar réaffecta alors les flottes à Coruscant, Elom, Kashyyyk et Bothawui tout en les restructurant. Il commença par disperser les unités venant des mêmes régions de la galaxie, ce qui déplut profondément aux Bothans et aux Corellien qui diminuèrent leur participation. Sans leur opposition, le Commandant Suprême harmonisa les tailles, règlements et puissance de feu des groupes de combat, diminuant progressivement l'utilisation de forces indépendantes comme celle de Han Solo face à Zsinj.

  Néanmoins, de tels groupes eurent leur utilité en aboutissant notamment à la mort de Zsinj. Parallèlement à sa grande restructuration des flottes, Ackbar mena lui-même un assaut à travers les anciens domaines du seigneur de guerre, où il affronta Teradoc et Rogriss et mit un terme à l'existence du Greater Maldrood. Dans le même élan, la Nouvelle République s'empara de Kuat, aux chantiers navals inestimables, concluant une brillante série de victoires.

  Ce fut également le début des ennuis pour le Mon Calamari. Il perdit tout d'abord sa nièce, Jesmin Ackbar, qui était pilote dans l'escadron Spectre, alors qu'il devait subir les attaques constantes de Borsk Fey'lya au sein même du gouvernement. Peu après, le Grand Amiral Thrawn revint des Régions Inconnues et déclencha une offensive complexe. En trafiquant des comptes, il parvint - pendant un temps et grâce à l'opportunisme de Fey'lya - à discréditer Ackbar qui fut mis aux arrêts pour trahison. Le Mon Calamari fut ainsi tenu à l'écart du conflit pendant longtemps, assez pour que la République vacille.

  Lorsqu'il reprit le commandement, il se donna corps et âme au cours d'un duel de stratèges de haut vol pour obtenir la victoire dont avait besoin le moral de son gouvernement. Lorsque Thrawn piégea Coruscant avec des astéroïdes sous manteau-bouclier, Ackbar et ses conseillers décidèrent de s'emparer d'un piège gravifique à cristaux. Afin de remplir cet objectif et de remporter la victoire qui faisait cruellement défaut à la Nouvelle République, il essaya de coincer Thrawn à son propre jeu en semant des indices subtils indiquant qu'il allait attaquer Tangrene alors qu'il comptait conquérir Bilbringi. Mais celui-ci connaissait trop bien la psyché du Mon Calamari, étant parvenu à mettre la main sur une œuvre d'art conçue personnellement par Ackbar dans ses jeunes années.

  Tout comme cinq ans plus tôt, à Endor, l'Amiral tomba dans un piège face à une force près de deux fois supérieure en nombre. Heureusement pour lui, le Chiss se fit assassiner par son garde du corps, laissant les forces impériales en pleine confusion. Les spécialistes débattirent  longuement sur le devenir du conflit sans cette mort, mais Ackbar soutint toute sa vie qu'il reprenait alors l'avantage. La Nouvelle République n'eut cependant pas le temps de récupérer car l'Empereur, tout juste ressuscité, réapparut et reprit notamment Coruscant dans une campagne dévastatrice.

  Ackbar conquit une nouvelle fois Coruscant après l'Opération Main de l'Ombre puis, peu après, suite à une erreur, il fit s'écraser son B-wing personnel sur la Cathédrale des Vents de Vortex, ce qui lui fit perdre toute confiance en lui. Il repartit sur son monde natal pour se consacrer à la réparation des maux infligés par les Dévastateurs de Monde de Palpatine. Il y assista à l'assaut soudain de l'Amirale Daala qui infligea de nouvelles pertes à Dac. Ces évènements le ramenèrent toutefois à la raison et il reprit son poste de Commandant Suprême qu'il remplit de nouveau avec brio bien qu'il fut personnellement battu à Gravlex Med dans un duel de personnalités.

  A cette époque, ses objectifs concernant sa flotte était atteints et il poursuivit sa réforme, confiant les engagements avec l'Empire à ses généraux. Il supprima l'Armée de la Nouvelle République et fonda la véritable Force de Défense. Il conçut des groupes de combat aux secteurs définis sous la supervision des quatre Flottes. Sa réussite s'accompagna cependant d'un sentiment grandissant de difficulté après la retraite de Mon Mothma, qu'il considérait comme celle qui le complétait pour une équipe parfaite. Il pouvait néanmoins compter sur le soutien indéfectible de ses amis parmi lesquels Han et Leia Solo dont il faisait partie des proches. Il appréciait particulièrement leur fils Anakin, notamment en raison de leur plaisir commun à s'amuser dans l'eau.

  Douze ans après Endor, il ajouta une Cinquième Flotte, consacrée aux interventions rapides. Sa création fut très controversée car considérée comme offensive mais il défendit ce projet. Celle-ci fut rapidement mise à contribution car, alors qu'il pensait s'en servir pour relayer des forces au front depuis longtemps, la flotte dut combattre un nouvel ennemi, les Yevethas. Alors qu'il devait soutenir Leia Organa Solo dans ses négociations avec Nil Spaar, il fut alerté de l'existence de la flotte du Sabre Noir par Ayddar Nylykerka, une information si importante que l'analyste tenta de s'introduire chez le vieil Amiral par effraction.

  Il put ainsi envoyer la Cinquième dans l'amas de Koornacht où la situation dégénéra rapidement. Il dut rester sur Coruscant pendant toute la crise où il défendit fidèlement la Chef d'Etat face aux manipulations de Nil Spaar. Il prit également sous son aile l'unique survivant de Polneye, Plat Mallar, à qui il donna une chance d'apprendre le pilotage pour s'engager. Malheureusement, le jeune homme périt dans la dernière bataille en orbite de N'zoth, coûtant un ami de plus à l'officier Mon Calamari.

  Il n'eut guère le temps de s'apitoyer car son homologue impérial, Gilad Pellaeon, ressurgit hors de ses frontières. Ackbar emmena contre lui deux flottes entières ainsi que le Gardien, un cuirassé Executor récemment capturé, et le repoussa au cœur de ses territoires. Là, sur Anx Minor, il affronta la Flotte Impériale contre laquelle il remporta une victoire à l'arrachée. Les Renseignements de la République l'informèrent d'un point faible du Rakehell, un prototype fonctionnant sur un réacteur à antimatière, qu'il put ainsi détruire. L'explosion anéantit plusieurs destroyers impériaux alentour et endommagea très sérieusement le Megador, équivalent du Gardien.

  Ce succès réduisit les Vestiges de l'Empire à seulement huit secteurs et offrit un répit bienvenu à la Nouvelle République dont Ackbar tira partie en envoyant les Forces de Défense en réparation après de longs combats. Cette décision le plaça dans une situation délicate lors de la première insurrection corellienne. En effet, il fut contraint à faire appel à ses alliés de Bakura, lesquels possédaient une technologie capable de franchir le champ d'interdiction de Centerpoint. Il ne parvint à réunir une force d'intervention qu'au dernier moment, juste à temps pour aider les Bakurans face à la Triade Sacorrienne.

  L'année suivante, une partie du Document de Caamas fut dévoilée, apprenant à la galaxie le rôle joué par les Bothans dans la dévastation du monde natal des Caamasis. De nombreuses planètes saisirent ce prétexte pour régler leurs propres conflits, amenant la République au bord de la guerre civile. Lorsqu'une émeute éclata sur Bothawui, le Chef d'Etat Ponc Gavrisom décida d'apaiser la situation en supprimant le prétexte de Caamas. Il choisit de prendre des risques militaires et non politiques et fit pour cela appel à Ackbar.

  Le Mon Calamari organisa des mouvements de vaisseaux autour de Kothlis pour leurrer les Impériaux, prétendant se préparer à intervenir si Bothawui subissait un assaut. Pendant ce temps, il confia la tâche à Garm Bel Iblis de récupérer une version complète du document sur une base de l'Ubiqtorate, sur Yaga Minor.

  Le plan fut éventé et seule l'intervention de l'Amiral Pellaeon put apaiser les esprits. Ces manœuvres furent les dernières réalisées par Ackbar à l'encontre de l'Empire car la paix fut ratifiée peu après entre Ponc Gavrisom, Chef de l'Etat de l'époque, et Pellaeon à bord du Chimaera. De plus, Luke Skywalker revint des Régions Inconnues avec un exemplaire du Document de Caamas, apaisant les esprits.

  Sa dernière campagne se déroula contre le Second Impérium dont il libéra les mondes puis il se retira suite à l'élection de Borsk Fey'lya à la tête de la Nouvelle République, vingt-cinq ans après la bataille de Yavin. Il céda son poste de Commandant Suprême à Sien Sovv, un Sullustéen qui s'était illustré au cours de la guerre, et quitta sa flotte qu'il définit comme la meilleure qu'il puisse imaginer et capable d'affronter n'importe quelle menace. Malheureusement, l'histoire lui donna tort car les Yuuzhan Vong déferlèrent sur la galaxie quelques temps plus tard.

Gial Ackbar

L'Amiral Ackbar à l'époque de la Nouvelle République.
Image extraite du film Star Wars: Return of the Jedi


Lutte contre les Yuuzhan Vong [haut]



  Bien que désormais âgé et nécessitant l'assistance presque constante de Winter Celchu, il s'installa sur Dac dont il dirigea les défenses, protégeant la population ainsi que les célèbres chantiers navals. Tout en se tenant aussi loin que possible de la guerre en cours et de la vie à l'air libre, il réunit de nombreuses informations sur l'ennemi. La troisième année du conflit vit la Nouvelle République s'effondrer. Irrésistiblement, les Yuuzhan Vong avancèrent vers le Noyau et s'emparèrent de Coruscant, chassant le gouvernement qui choisit Dac comme capitale provisoire.

  Peu après ces tristes évènements, Jacen Solo reparut, tout juste évadé des griffes des extragalactiques et apporta à l'ancien amiral de précieuses informations. Grâce au jeune homme, Ackbar avait dès lors tout ce qui lui fallait pour produire un plan susceptible de retourner le cours de la guerre. Estimant que les Yuuzhan Vong avaient perdu le tiers de leurs forces, il avait compris le principe de leur psychologie et identifié leurs faiblesses… tout comme celles de la Nouvelle République.

  Il mit donc au point l'une des stratégies les plus brillantes de sa carrière, requérant un chronométrage extrêmement précis afin de frapper avant que les extragalactiques ne reconstituent leurs forces mais assez tard pour former les soldats républicains. De plus, il insista sur le besoin de restreindre le déploiement des forces et de reprendre des tactiques imprévisibles. Il dévoila son plan quelques jours après l'élection du nouveau Chef d'Etat, Cal Omas, et la nouvelle de son retour sur le devant de la scène déclencha des réjouissances sur chaque vaisseau. Quelques mois plus tard, la stratégie entra dans sa phase finale et le piège se referma sur Ebaq IX.

  En dépit de son grand âge et de son corps faiblissant, Ackbar prouva alors que son intellect n'avait rien perdu de son acuité car le combat se solda par un large succès agrémenté de la mort de Tsavong Lah, le Maître de Guerre des Yuuzhan Vong. Cette victoire ressuscita l'espoir dans les rangs de ce qui devint l'Alliance Galactique, laquelle commença à obtenir des succès. Malheureusement, Gial Ackbar ne vit jamais la défaite des extragalactiques et rejoignit la Force à la veille de la reconquête de Coruscant, accompagné par Winter Celchu qui en informa la Flotte.

  Après la reddition de Nas Choka et le sommet à bord du Ralroost, le Commandant Suprême historique de la Nouvelle République reçut des funérailles galactiques retransmises à travers la galaxie par le réseau HoloNet restant. Cinq ans plus tard, son nom fut attribué à un destroyer de dernière génération sous le commandement de l'Amiral Nek Bwua'tu. Si le vaisseau connut un destin relativement funeste, l'exemple du Mon Calamari continua d'inspirer nombre d'officiers supérieurs dans les années qui suivirent.


Actualités en relation

Des figurines MicroPopz Star Wars à retrouver chez Leclerc

Comme les années précédentes avec Le Réveil de la Force puis avec Rogue One, les magasins E.Leclerc s'apprêtent à lancer une nouvelle opération Star Wars en lien avec la sortie prochaine des Derniers Jedi...





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Gial Ackbar
Nom
Gial Ackbar
Espèce
Lieu de naissance
Date de décès
An 29
Lieu de décès
Mon Calamari
Taille
1,80 m
Fonctions
Amiral de la Flotte de Dac
Commandant Suprême des Forces de Défense
Armes
Vaisseau
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
03/02/2017

Nombre de lectures
185 705


Note de la fiche
9 membres ont noté la fiche "Gial Ackbar" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - Databank
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 1 : La Tempête approche
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 2 : Le Bouclier Furtif
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 3 : Le Défi du Tyran
  • La Croisade Noire du Jedi Fou, Vol. 1 : L'Héritier de l'Empire
  • La Croisade Noire du Jedi Fou, Vol. 2 : La Bataille des Jedi
  • La Croisade Noire du Jedi Fou, Vol. 3 : L'Ultime Commandement
  • La Main de Thrawn, Vol. 1 : Le spectre du passé
  • La Main de Thrawn, Vol. 2 : Vision du futur
  • La Trilogie Corellienne, Vol. 1 : Traquenard sur Corellia
  • La Trilogie Corellienne, Vol. 2 : Assaut sur Selonia
  • La Trilogie Corellienne, Vol. 3 : Bras de Fer sur Centerpoint
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 14 : La Voie Du Destin
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 19 : La Force Unifiée
  • Le Sabre Noir
  • Les X-wings, Vol. 2 : Le Jeu de la Mort
  • Star Wars Episode VI : Le Retour du Jedi
  • The Clone Wars S04E01 - Water War
  • The Clone Wars S04E02 - Gungan Attack
  • The Clone Wars S04E03 - Prisoners
  • The Essential Atlas
  • The Essential Chronology
  • The Essential Guide to Characters
  • The Essential Guide to Warfare
  • The New Essential Chronology
  • The New Essential Guide to Characters

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.