Mungo Baobab


Héritier des Transports Baobab et aventurier en quête des légendaires pierres de Roon

  Héritier d'une puissante famille de marchands de la planète Manda et de leur compagnie, les Transports Baobab, Mungo Baobab, à l'inverse de ses aïeuls, se désintéressait complètement du monde des affaires et de la finance, préférant passer le plus clair de son temps à rêver d'aventures et de découvertes. Désespérée par son comportement, sa famille décida de l'envoyer sur la planète Biitu pour qu'il y supervise l'établissement d'une installation minière, d'un comptoir de commerce et surtout dans l'espoir que cette nouvelle expérience aurait raison de ses rêves d'exotisme. Comble d'être un échec, cette idée allait au contraire devenir pour le jeune homme le point de départ d'une longue et périlleuse quête.

  Une fois arrivé sur Biitu, Mungo accomplit du mieux qu'il put la mission qu'on lui avait confiée, avec un certain succès il faut le dire. L'entrepreneur avait tissé des liens de confiance avec les natifs, les Biituians : par un échange de bons procédés, il leur fournissait du travail tandis qu'il était autorisé à exploiter les ressources de la planète. Mais c'était sans compter sur l'Empire Galactique qui, dans les années qui précédèrent la Bataille de Yavin, avait considérablement accru son emprise sur la galaxie aussi bien militairement qu'économiquement ; sous le commandement de l'amiral Terrinald Screed, les Impériaux décidèrent d'exploiter pour leur propre compte la planète en y construisant un vaste complexe minier entièrement piloté par un cerveau droïde de dernière génération, le Grand Heep. Malheureusement, contrairement à Mungo, les Impériaux n'avaient que faire des conséquences environnementales de leurs actes et rapidement l'écosystème de Biitu se détériora.

  Révolté, Mungo ne put se résoudre à un tel massacre et parvint à saboter le Grand Heep, entraînant de ce fait la destruction de toutes les installations impériales ; et ce avec l'aide de ses deux droïdes qui n'étaient autres que C-3PO et R2-D2, balancés à cette époque de maîtres en maîtres. Par la suite, et ne pouvant décemment pas rester sur Biitu sous peine d'être capturé par les sbires de l'Empire, Mungo se mit en tête de partir à la recherche des légendaires pierres de la planète Roon, convoitées depuis toujours par nombre d'aventuriers et dont on dit que leurs structures cristallines très particulières sont capables d'emmagasiner un nombre considérable d'informations. En mettant la main sur un tel trésor, Mungo espérait bien renflouer rapidement les caisses de sa compagnie, mais rapidement, cette odyssée devint plus dangereuse que prévue.

Mungo Baobab


  La première difficulté rencontrée par Mungo vint tout bêtement du fait qu'il ne savait pas comment faire pour traverser le Voile des Sith, zone de l'espace entourant Roon et réputée impraticable pour la navigation spatiale. Le comble résidait sans doute dans le fait que bien que Mungo ait découvert l'existence des pierres de Roon en furetant dans les archives des Transports Baobab, ces dernières mentionnaient également l'existence d'une ancienne route entre Manda et Roon, mais malheureusement rien de plus, les détails semblant avoir été perdus dans les méandres du temps. Qu'à cela ne tienne, l'aventurier traça sa propre route en suivant avec son vaisseau, la Caravelle, la Comète de l'Arc-en-ciel, corps stellaire traversant périodiquement le nuage. L'expérience fut en soi un succès, mais au moment où elle s'y attendait le moins, la petite expédition fut arraisonnée par l'une des rares stations relais balisant cette zone, la station relais Umboo. A son bord, Mungo fut reçu avec les honneurs par le tyran local, le gouverneur Koong, ce dernier l'ayant pris à tort pour l'émissaire impérial qu'il attendait tant. Le gouverneur de Roon était en effet très désireux de s'attirer les faveurs de l'Empire et d'obtenir des troupes pour, par voie de conséquence, resserrer son joug sur la planète.

  Toutefois, le malentendu ne dura pas, puisque peu après l'arrivée de Mungo, ce fut au tour du véritable plénipotentiaire impérial de faire son entrée en scène : Screed lui-même. La supercherie découverte, Koong, pour faire bonne mesure, tenta de mettre aux arrêts Mungo et ses compagnons. Fort heureusement, avec l'aide d'un autre prisonnier, Noop Yeldarb, le trio parvint à s'échapper à bord d'une navette, Koong ayant en hâte usé de la Caravelle pour rejoindre la surface de Roon : en effet, dans leur évasion, les fugitifs avaient saboté la station, la condamnant à s'écraser sur un astéroïde. Ceci fait, Mungo parvint à achever son voyage à travers le Voile des Sith, mais pris pour cible par les vaisseaux de Koong, il fut forcé de se poser en catastrophe à la surface de Roon. Quoiqu'il aurait pu se passer par la suite, le voyage de Mungo n'avait pas été vain puisqu'il avait ouvert une nouvelle voie entre Manda et Roon, route qui continuerait à être utilisée bien des années plus tard.

  Heureusement pour lui, Mungo avait atterri dans la province dissidente d'Umboo, espérant accéder à l'indépendance et s'affranchir du despotisme de Koong. Rapidement, Mungo et ses deux droïdes prirent contact avec les locaux et firent amitié avec un scientifique de renom de la région, Nilz Yomm, et sa fille Auren. Ces derniers étaient alors en plein dans les préparatifs des Jeux Coloniaux de Roon, une compétition sportive annuelle lourde d'enjeux politiques. En remportant ces jeux, Nilz Yomm espérait affirmer un peu plus l'indépendance de sa province tandis que Koong l'entendait lui d'une autre oreille. Quoiqu'il en soit, le fair-play n'était pas le fort du dictateur, qui s'empressa de faire empoisonner les athlètes de la province sécessionniste. Une fois encore, Mungo Baobab allait être propulsé au devant de la scène.

Mungo Baobab


  Remarqué par Auren pour son endurance physique, celle-ci le supplia de prendre la relève et de porter les couleurs d'Umboo lors des épreuves. Mungo accepta de relever le défi et avec son équipier, C-3PO, remporta haut la main la compétition. Une relation durable aurait pu naître entre Auren et Mungo, mais ce dernier, malgré ce contretemps, n'avait pas perdu de vue son objectif premier, les pierres de Roon. La surprise vint alors une fois de plus d'Auren qui, pour le remercier, lui offrit l'une de ces pierres. Apprenant qu'elle l'avait trouvée dans le Cimetière des Banthas, Mungo décida d'y aller lui-même pour en avoir le cœur net. Quelle ne fut pas sa surprise quand il y rencontra un ermite qui n'était autre que Ogger Baobab, un grand-oncle disparu il y a près de soixante années. Devenu une véritable légende, il était, comme Mungo, parti à la recherche des pierres de Roon, mais nul ne l'avait revu depuis. Toutefois, les retrouvailles furent de courte durée, car le vieil homme rendit son dernier soupir, léguant à Mungo six sacs de cristaux, mais surtout de précieux conseils sur les dangers de la cupidité.

  Reprenant sa route, Mungo se mit un temps sur les traces de la mer de Roon, mais pris en chasse par un navire de Koong, Mungo, pour lui échapper et sauver ses compagnons, fut forcé de jeter ses pierres à la mer. Devant ces échecs à répétition, Koong décida de jouer le tout pour le tout en propageant le germe de Rooze sur Umboo. Mais comble du ridicule, il se l'inocula lui-même par accident et fut donc forcé d'emprisonner Auren et son père dans sa forteresse dans la province de Tawntoom pour que ce dernier lui développe un antidote. C'est à cette occasion que Mungo Baobab fit sa plus formidable découverte. Alors qu'il s'était infiltré dans la forteresse du tyran nichée au cœur du cratère d'un ancien volcan pour subtiliser l'antidote, Mungo découvrit un gisement entier de pierres de Roon sous la base même. Bien décidé à sauver ses amis, l'aventurier proposa un alléchant marché à Koong : si ce dernier acceptait de lui restituer son vaisseau personnel et de libérer Auren et Nilz, il lui restituerait l'antidote et en prime lui révélerait même l'emplacement du gisement. Cette offre, Koong n'eut jamais l'occasion d'en peser le pour et le contre. Car, au même moment, l'amiral Screed, las des péripéties du tyran, abattit son jeu et prit le contrôle du gisement par la force avec ses troupes. Furieux d'avoir été ainsi trahi, Koong retourna l'une des plates-formes de forage du gisement, le condamnant à être englouti dans la lave.

  Malgré ces événements, la mort de Koong et la déroute des Impériaux, Mungo Baobab était parvenu tant bien que mal à sauver une unique pierre de Roon du désastre mais pas n'importe quelle pierre : dans sa structure cristalline avait été encodé il y a fort longtemps l'intégralité des textes du Dha Werda Verda, un poème épique contant les premières batailles de Coruscant. D'une valeur historique inestimable, Mungo avait là mis la main sur une manne bien plus importante qu'il avait jamais espéré. Quittant Roon pour de nouvelles aventures en laissant R2-D2 et C-3PO, mais surtout Auren derrière lui, Mungo Baobab avait, avec cette découverte, assuré un bel avenir aux Transports Baobab, sans compter la nouvelle voie commerciale qu'il avait ouverte.



Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Mungo Baobab
Nom
Mungo Baobab
Espèce
Lieu de naissance
Fonctions
Aventurier
Héritier des Transports Baobab
Armes
-
Vaisseau
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
50 474


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - Databank
  • Wizards of the Coast
  • Dessin Animé : Droids

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.