Bao-Dur


Bao-Dur était un technicien de la République qui rejoignit l'Ordre Jedi grâce à l'Exilée Meetra Surik.

  Peut-on échapper à sa propre culpabilité en tentant de se racheter de ses actes ? Difficile question à laquelle Bao-Dur tenta de répondre. Zabrak hyper doué en mécanique, il se reprochait le cataclysme qu'avait été la Bataille de Malachor V, en l'an -3.960, cataclysme créé par une de ses inventions : le générateur de masse antigravifique. Malgré cela, même les actes guidés par la haine pouvaient trouver un pardon, comme il le découvrit au cours d'un voyage initiatique qu'il fit avec l'une des Jedi les plus puissantes de l'époque des Chevaliers de l'Ancienne République : Meetra Surik, l'Exilée.

  

I.- Un Zabrak dans les Guerres Mandaloriennes. [haut]


  Bao-Dur naquit sur Iridonia. Tout jeune, il commença à montrer des facilités en mécanique. La preuve en est quand il construisit, alors qu'il était un enfant, un petit droïde télécommandé en forme de sphère. Depuis, le droïde le suivait partout où il allait et il l'aidait dans ses réparations. Bao-Dur l'équipa par la suite d'un laser de découpage et d'autres outils, ce qui était très utile pour les réparations délicates. Et il avait aussi une méthode infaillible pour débarrasser le Zabrak des techniciens qui l'énervaient.

  Les Guerres Mandaloriennes touchèrent le peuple zabrak quand les quelques colonies qu'Iridonia avait établies dans toute la Bordure Extérieure furent les premières à tomber sous les assauts des Néo-Croisés de Mandalore l'Ultime. Poussé par le désir brûlant de se venger, d'écraser les Mandaloriens et de les renvoyer là d'où ils venaient, Bao-Dur s'engagea dans l'armée de la République et il intégra le corps des mécaniciens iridoniens. En raison de ses immenses capacités en électronique, ses supérieurs lui accordèrent une totale autonomie au sein de ce corps de l'armée.

  Cela dit, son poste ne l'empêcha pas de participer aux combats contre les Mandaloriens. Le Zabrak ne s'était pas seulement engagé pour protéger ce qui pouvait encore l'être : il les haïssait et il voulait les détruire et leur faire connaître le sort qu'ils réservaient aux vaincus. Il éprouvait du plaisir en massacrant chaque Mandalorien dont la mort était dignement fêtée dans l'armée. Une envie irrésistible de se battre s'était emparée de lui et, malgré les nombreuses défaites qu'essuyaient la République, la détermination du Zabrak resta intacte. Avec l'entrée en guerre de Revan et de ses Croisés Jedi qui avaient désobéi à l'Ordre en participant au conflit, la République se mit enfin à enchaîner les victoires et à repousser les guerriers en armure. On imagine très bien Bao-Dur fabriquer armes, boucliers et armures pour le compte de l'armée républicaine et de ses généraux. Beaucoup de personnes au sein de l'armée disaient, sur un ton moqueur, qu'il était plus une machine qu'un Zabrak, ce qui faisait sourire le technicien. Bao-Dur se retrouva par la suite sous le commandement de Meetra Surik, alors Général Jedi aux ordres de Revan.

  La Bataille de Malachor V, conclusion des Guerres Mandaloriennes, marqua un tournant important de la vie de Bao-Dur. Malachor V était une planète dotée d'anomalies gravitationnelles et le chef des Croisés Jedi décida d'utiliser cette particularité à son avantage en faisant construire le générateur de masse antigravifique et ce fut Bao-Dur qui le réalisa avec tous ses talents et toute sa haine pour les Mandaloriens. L'arme fatale fut placée sous le commandement du Général Surik à bord d'un croiseur Centurion et la bataille contre les Mandaloriens débuta. Une bataille où la fureur et la violence atteignirent leur paroxysme. A bord d'un vaisseau avec son Général, Bao-Dur se déchaîna sur ses ennemis qui avaient pris pied dans le vaisseau mais il reçut une terrible blessure quand un Mandalorien lui sectionna le bras gauche.

Bao-Dur

A Malachor V, Bao-Dur affronte les Néo-Croisés Mandaloriens aux côtés des Jedi et d'autres soldats de la République.
Image réalisée à partir du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Le plan de Revan consistait tout d'abord à attirer les Mandaloriens près de la planète. Ces derniers arrivèrent et leur attaque fut tellement sauvage qu'elle eut raison de bons nombres de vaisseaux républicains. Revan avait été retenu à l'extérieur du système par des vaisseaux mandaloriens, aussi ne put-il pas arriver en renfort. Bao-Dur se tenait là, sur le pont, aux côtés de son Général, contemplant la fin inéluctable de la République en voyant les Néo-Croisés se battre avec acharnement et détruire leurs vaisseaux. La jeune femme regarda le Zabrak mutilé et se contenta juste de hocher la tête. Ce regard, Bao-Dur ne l'oublierait jamais : Meetra venait de prendre la décision d'activer le générateur de masse antigravifique, conformément aux ordres de Revan. Une véritable apocalypse se déclencha, la grande faucheuse emportant avec elle la plupart des Mandaloriens mais aussi une grande partie de l'armée républicaine.

  Ce fut en observant le cataclysme que Bao-Dur reçut sa seconde blessure en cours de la bataille, et sans doute la plus profonde : voir les vaisseaux alliés et ennemis en flammes s'écraser avec tout leur équipage provoqua en lui un terrible choc. Le Général Surik s'affaissa sur le sol du pont du vaisseau, comme foudroyée. Son regard se porta sur elle, évanouie, avant de revenir vers la baie en transparacier d'où on pouvait voir des milliers d'explosions. Bao-Dur ressentit toute la souffrance qui l'entourait comme si c'était la sienne. Il venait, avec son invention, de tuer des milliers de personnes et par la même occasion, d'éliminer les Mandaloriens, un acte commis dans la haine la plus sauvage...

  

II.- Bao-Dur et le Projet de Restauration de Télos. [haut]


  La guerre contre les Mandaloriens était enfin finie et Bao-Dur était incapable de trouver la paix, toujours hanté par ses actes. Le poids de toutes ces morts commença à le ronger : cette perte de contrôle l'avait aveuglé et rendu dangereux. Suite à cela, il quitta l'armée et commença pour lui une ère d'errance. Il eut une vie assez agitée pendant quelques années et on ignore s'il prit part à la Guerre Civile des Jedi qui opposa l'Empire Sith de Dark Revan, puis de Dark Malak, à la République et à l'Ordre Jedi. On sait que Bao-Dur fut mécano à bord d'un vaisseau stellaire et que le technicien n'était pas prêt à se poser, préférant une sorte d'exil forcé. Il devait s'occuper l'esprit pour ne pas avoir à réfléchir à ce qui s'était passé, la vérité étant trop dure à accepter. S'il avait pu utiliser la Force, peut-être aurait-il pu trouver la solution, encore que la Force n'avait pas vraiment aidé les autres, vu la guerre qui déchirait la galaxie.

Bao-Dur

Bao-Dur et sa prothèse mécanique
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Son bras perdu à Malachor V fut remplacé par une prothèse de la conception du Zabrak. Ce nouveau bras mécanique, doté d'une force humaine normale, était assez spécial : déjà qu'il utilisait une énergie de liaison en lieu et place du coude pour lier bras et main, la prothèse était capable de perturber les boucliers personnels et autre champs de force grâce à cette même énergie de liaison. La cellule d'énergie de la prothèse devait être rechargée toutes les 48 heures, aussi le Zabrak s'assura qu'il pouvait utiliser diverses sources d'urgence pour cet effet à l'aide de petites modifications.

  Bao-Dur décida finalement de faire quelque chose de constructif. Il voulait se faire pardonner de ce qu'il avait fait pendant les Guerres Mandaloriennes. Il désirait concevoir des boucliers planétaires, un noble objectif, mais il n'y avait pas beaucoup de systèmes solaires capables de financer de telles dépenses, surtout qu'après la victoire républicaine dans la guerre contre les Sith grâce au changement de camp de Revan, la priorité était à la reconstruction plus qu'à la défense. Heureusement, le technicien zabrak apprit que le projet de reconstruction de Télos IV allait devenir une priorité pour la République. Il trouva cela intéressant, d'autant plus qu'il avait vu cette planète avant que les Sith et Saul Karath sous les ordres de Dark Malak ne la rasent. Elle méritait mieux que ça.

  La République comptait beaucoup sur ce Projet de Restauration et, si ce dernier se révélait concluant pour Télos, elle était prête à le généraliser pour la plupart des mondes qui avaient souffert de la guerre. Si la République pansait ses plaies, l'Ordre Jedi faisait de même. Hélas, lors du Conclave de Katarr en l'an -3.954, la plupart des Jedi périrent de manière mystérieuse. S'il y eut des survivants, ceux-ci décidèrent de raccrocher leur sabre laser et de se cacher. Les Sith étaient sûrement derrière tout cela, mais ils agissaient dans l'ombre. Sans ses fidèles protecteurs, la République était presque sans défense, malgré les quelques vaisseaux de guerre qui patrouillaient la galaxie. Ce fut dans ce contexte que le technicien iridonien arriva à la Station Citadelle qui recouvrait en grande partie Télos IV.

Bao-Dur

Bao-Dur rencontre Chodo Habat, Ithorien pacifiste voulant redonner à Télos IV sa splendeur d'antan.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Là, Bao-Dur rencontra Chodo Habat, et devant l'enthousiasme et le caractère pacifique de ce dernier, un accord fut conclu entre Bao-Dur et l'Ithorien pour élaborer un système de bouclier afin de protéger les Zones des Restauration. Son travail avec les Ithoriens consistait à concevoir et à superviser l'installation des éléments planétaires du bouclier. Sa connaissance de la surface de Télos et du maillage du bouclier était sans égal. Quand il arpentait les surfaces restaurées de la planète, le Zabrak ressentait toujours une grande sérénité, preuve que les Ithoriens faisaient parfaitement leur travail.

Bao-Dur

Bao-Dur retrouve de la sérénité en voyant le travail des Ithoriens sur Télos.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Avec ce bouclier, la vie pouvait de nouveau se développer : après avoir fait venir des herbivores, Chodo Habat fit importer des cannoks, des prédateurs particulièrement agressifs,  afin de réguler leur population et de créer un équilibre. Toutefois, les cannoks dévorèrent tous les herbivores et se mirent à attaquer les équipes de restauration. Sans les Ithoriens qui faisaient tout pour maintenir l'équilibre de l'écosystème, tout serait parti à vau-l'eau sur Télos, d'autant plus que la Corporation Czerka manigançait pour obtenir des Zones de Restauration dans le but secret d'exploiter les ultimes ressources de la planète qui n'avaient pas été détruites lors du bombardement.

  Bao-Dur, agacé de voir la Czerka mettre des bâtons dans les roues des Ithoriens, tenta à de nombreuses reprises de faire échouer leur entreprise en demandant au gouvernement télosien de l'exclure du projet. Mais le Zabrak ne trouva pas d'oreille à l'écoute (il faut dire que la Czerka avait souvent recours aux pots-de-vin) et, lassé par tout cela, il décida de se rendre lui-même à la surface de Télos à la rencontre de la corporation, sans doute pour trouver des preuves de leurs méfaits sur la planète. Ainsi, malgré les conseils d'Habat qui préconisaient la patience, Bao prit une navette en direction de la zone RZ-0031 contrôlée par la Czerka.

  Aussitôt posa-t-il son vaisseau qu'il fut fait prisonnier par des ferrailleurs affiliés à la corporation. On l'amena alors à une ancienne station de recherche ithorienne transformée en camp de base par des ferrailleurs et il fut enfermé dans une cage d'énergie. Quelques temps après sa capture, un problème se produisit dans les souterrains de la base. Les ruines de la station faisaient autrefois partie d'un complexe militaire, un centre de recherche dont, apparemment quelqu'un avait réactivé les défenses puisque deux équipes de ferrailleurs y étaient restées en l'explorant. Afin de régler ce problème, les ferrailleurs firent appel au service de la Czerka qui envoya une unité de mercenaires. L'un d'eux en ressortit, poursuivi par des droïdes militaires et les tirs de lasers commencèrent à fuser.

  Bao-Dur ne savait pas trop ce qui se passait, vu qu'il était enfermé. Cependant, il put entendre depuis sa cage que les ferrailleurs avaient activé quelque chose accidentellement. Voilà qui semblait un peu gros : il devait y avoir autre chose de plus secret encore. Mais, là n'était pas le problème, il devait sortir de sa prison s'il ne voulait pas se faire griller par les droïdes. Heureusement, le courant fut coupé au cours du combat entre les mercenaires et les droïdes fous et Bao-Dur en profita pour s'enfuir grâce à son poing répulseur qui perça le bouclier de sa cage déjà affaibli. Sa fuite fut remarquée et plusieurs mercenaires de la Czerka se lancèrent à sa poursuite, mais la plupart étaient trop occupés à reprendre le contrôle du complexe.

  Alors qu'il courait à toutes jambes avec son droïde pour échapper à ses poursuivants, le Zabrak vit une navette de classe Ministry s'écraser non loin de lui. N'écoutant que son courage, il se dirigea à vive allure vers elle afin de voir s'il y avait des survivants. Les flammes commencèrent à dévorer le vaisseau et Bao-Dur parvint à extirper trois personnes inconscientes : une vieille femme, un jeune homme et une jeune femme. Cette dernière attira son attention et il reconnut en elle le Général !

  Meetra Surik fut la première à retrouver ses esprits. Le Zabrak lui expliqua que c'était grâce à lui si elle et ses compagnons étaient encore en vie et il l'appela "Général", ce qui déconcerta la jeune femme. Visiblement, elle devait être en état de choc suite au crash et il n'était guère étonnant qu'elle ait perdu en partie la mémoire. Tout le monde n'avait pas autant de chance qu'un droïde comme il le fit remarquer à sa petite sphère droïde qui flottait à côté de lui. Bao-Dur se présenta comme étant un ancien membre des mécaniciens iridoniens à Malachor V. Surik ne semblait pas trop se souvenir de lui, mais cet oubli pouvait être compréhensible, vu que c'était il y a longtemps et lors d'un moment particulièrement traumatisant. Mais le simple fait de parler de la guerre ravivait de douloureux souvenirs, aussi les deux interlocuteurs décidèrent-ils de ne plus en parler.

Bao-Dur

Bao-Dur retrouve son Général, Meetra Surik.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Jamais il n'aurait cru revoir la jeune femme un jour. La galaxie était extrêmement vaste et Télos IV était bien le dernier endroit où il aurait pensé la rencontrer, aussi lui demanda-t-il ce qu'elle faisait ici. Meetra lui répondit qu'elle cherchait son vaisseau. Si le vaisseau de la jeune femme était en aussi mauvais état que la navette Ministry, le retrouver serait difficile. Atton Rand, l'homme qui était avec le Général, retrouva ses esprits et ironisa sur la situation : cela lui rappela son dernier séjour sur Télos où il avait perdu une navette, non pas dans un crash, mais au pazaak. La veille femme, Kreia, reprit aussi connaissance et les trois survivants de la navette cherchèrent à savoir ce qui les avait abattus.

  En fait, ils avaient été pris pour cible pour une tour de défense anti-aérienne, ce qui était assez étrange quand on sait qu'elle se trouvait dans une station de recherche. Il y avait certainement des magouilles derrière tout ça, mais le Général, Atton et Kreia étaient résolus à retrouver leur vaisseau perdu ; aussi Bao-Dur proposa-t-il son aide vu qu'il avait accès au réseau de boucliers. Il leur expliqua la raison pour laquelle il était sur Télos IV, sa capture par les ferrailleurs et sa fuite. Malgré les mercenaires à sa poursuite, il leur conseilla de retourner à l'ancienne station d'où il s'était échappé. Surik donna son accord et tous partirent pour le complexe.

  En plus des cannoks, ils rencontrèrent bien sûr des mercenaires qui avaient avec eux des droïdes de patrouille Mark I. Souvent, ces derniers les repéraient et s'en allaient prévenir les patrouilles qui essayaient de les localiser. Atton proposa, sur un ton ironique, qu'il pourrait leur refiler Bao-Dur en guise de monnaie d'échange, mais le Zabrak lui demanda qui, à son avis, avait tiré sur leur navette, ce qui remit l'homme à sa place. Leur chemin les mena à suivre le bord d'une plage. Ici, Bao-Dur leur fit part la grande sérénité qu'il ressentait chaque fois qu'il marchait sur la planète. Atton ironisa de nouveau en parlent des gaspillages des deniers de la République avant de ressentir la même chose que le Zabrak. Kreia semblait être sensible à la Force comme le Général, puisqu'elle sentit une rare intensité de la Force à cet endroit, une intensité peut-être due à Chodo Habat et à son peuple. La jeune femme ressentit aussi cette douce brise de la Force. Cependant, le temps n'était pas trop à rêvasser, une patrouille n'étant pas loin. Après avoir réglé le compte de cette dernière, le petit groupe continua sa route et arriva enfin à la station. Hélas, les craintes de Bao-Dur se confirmèrent : elle était tombée aux mains des mercenaires de la Czerka. Une violente échauffourée eut lieu et elle vit la victoire du Général et de ses compagnons.

  Ils atteignirent un terminal qui se trouvait sur la plate-forme d'atterrissage de la station. Avec un peu de chance, Bao-Dur devait pouvoir accéder au réseau de boucliers depuis cette console si ses mots de passe fonctionnaient toujours et, à sa grande joie, il y arriva. Le Général lui raconta alors que les Forces de Sécurité Télosiennes (FST) avaient déclaré que l'Ebon Hawk, son vaisseau, ne se trouvait sur aucun des lieux d'atterrissage autorisés, cependant il n'était pas impossible de le retrouver. En effet, comme le Zabrak l'expliqua, les FST pensaient probablement que le vaisseau s'était posé sur des terres désolées mais elles ne connaissaient pas Télos aussi bien que lui. Il faut savoir que l'atmosphère de la planète s'était transformée en vapeur acide suite au bombardement de Saul Karath et de Dark Malak : en gros, faire atterrir un vaisseau sur ces terres reviendrait quasiment à l'enfermer dans un hangar grouillant de mynocks affamés. Il devait donc y avoir une piste d'atterrissage clandestine quelque part, certainement protégée par des boucliers et cette piste non répertoriée ne devait pas se trouver dans une zone de restauration. C'est pour cela que le Zabrak avait besoin d'accéder au réseau de bouclier. Il constata qu'il y avait une petite anomalie dans l'alimentation du réseau. C'était un phénomène très subtil : cela ressemblait plus à un problème de flux aléatoire qu'à une manipulation intentionnelle, sans doute la raison pour laquelle les FST ne l'avaient pas remarquée.

  L'énergie était acheminée pour créer un bouclier au-dessus d'un secteur limité situé dans la zone polaire nord. Un rapide coup d'œil de Bao-Dur grâce aux caméras orbitales lui indiquèrent qu'il n'y avait rien à cet endroit, mis à part un plateau vide, ce qui était étrange. Mais le Général désirait se rendre là-bas (c'était sa meilleure chance de trouver l'Ebon Hawk) et le Zabrak lui trouva, d'après un vieux rapport, une navette qui était à l'amarrage dans le centre de recherche. Impossible de savoir si elle était toujours là-bas ou du moins en état de marche, mais Bao-Dur était bien décidé à aider la jeune femme, eut-il à retourner à Citadelle pour construire un nouveau vaisseau de ses mains. Devant cet enthousiasme, le petit groupe choisit donc d'entrer dans l'ancienne station, malgré le fait que les équipes de la Czerka qui y avaient été envoyées n'en étaient pas ressorties.

  Ils découvrirent que des droïdes militaires télosiens avaient pris possession des lieux. De plus, les systèmes de défenses de la base, à savoir les tourelles et les émissions de gaz empoisonnées, étaient activés mais cela ne fit que ralentir le petit groupe. Souvent, ils rencontrèrent des champs de force qui bloquaient l'accès à certains passages de la base, aussi Bao-Dur montra-t-il les capacités de son bras mécanique. Finalement, ils parvinrent au hangar de la base où ils trouvèrent une navette orbital mais celle-ci ne servait plus à rien. La porte du hangar était fermée, empêchant le vaisseau de décoller. En plus de ce problème, il fallait aussi les codes d'allumage de la navette pour pouvoir décoller. Le Général et ses compagnons s'enfoncèrent donc un peu plus dans l'ancienne base et ils durent remettre le courant qui avait été coupé afin d'ouvrir les portes du hangar. Ils ne manquaient plus qu'à dégoter les codes d'allumage, ces derniers se trouvant dans un bloc de données caché dans le complexe. Après avoir détruit un droïde tank (ce dernier avait été activé suite au retour du courant), le quatuor monta à bord de la navette et Bao-Dur la fit décoller, direction la zone polaire de Télos.

  La navette Ministry arriva au dessus du plateau recouvert de glace. Bao-Dur allait certainement se poser dessus quand le vaisseau fut touché par un tir. Le Zabrak tenta le tout pour le tout, un atterrissage en catastrophe sur le plateau. Il réussit dans son entreprise, mais le choc fut tellement violent qu'il perdit connaissance. Le Zabrak se réveilla un long moment après dans une cage de force. Il était prisonnier et il n'était pas le seul : Kreia était présente, tout comme Atton Rand, même si celui-ci était inconscient. Le Général arriva ensuite pour les libérer. Après avoir discuté avec Kreia et coupé les champs de force, Bao-Dur s'empressa de s'excuser d'avoir perdu connaissance, mais la jeune femme ne lui en tint pas rigueur, lui demandant s'il allait bien. Et c'était le cas : ayant récupéré, le technicien voulut savoir où il se trouvait. Il était en fait dans une académie Jedi, cachée au pôle nord de Télos. Cela expliquait pas mal de choses : les signaux énergétiques qu'il avait captés devaient provenir de cet endroit. Tout l'édifice faisait partie d'un vaste système d'irrigation polaire, probablement d'échelle planétaire, similaire à celui de Coruscant. Cela était étrange car, d'après les informations de la République, tout le système n'était plus en service. L'académie Jedi était gérée par le Maître Jedi Atris, aidée de six servantes échanis. C'était ces dernières qui avaient sauvé le Zabrak du froid et l'avait mis dans la cage énergétique. Un endroit était bien mystérieux mais il se trouvait que le vaisseau du Général était présent ici et Bao-Dur était toujours prêt à suivre la jeune femme. Ses compagnons libérés, tous retournèrent à l'Ebon Hawk. Le Général retrouva au passage une unité T3 du nom de T3-M4 qui faisait partie de l'équipage du vaisseau.

Bao-Dur

Bao-Dur est libéré par Meetra Surik et découvre l'Académie Jedi de Télos.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  

III.- Bao-Dur et la quête des derniers Maîtres Jedi. [haut]


  Une fois que l'Hawk se retrouva dans l'espace, T3-M4 signala à la jeune femme qu'il avait découvert un hologramme la concernant, quand Atris avait téléchargé la mémoire du droïde au sein de l'académie. Il s'agissait au fait d'un enregistrement où on voyait le Conseil des Jedi exiler le Général puis discuter après le départ de cette dernière. Meetra, après l'annonce de son exil, remit son sabre laser au Conseil en le plantant dans une pierre au centre de la salle. Bao-Dur trouva la conversation entre les Maîtres suite au départ de l'Exilée forte intéressante : après avoir discuté sur la qualité de leurs enseignements qui avaient conduis bon nombre de jeunes élèves à suivre Revan, ils avaient senti l'Exilée comme absente, tel un écho. Ils n'avaient pas senti le Côté Obcur en elle mais un vide comme la mort. Bao-Dur constata que le Maître Atris, qui était présente lors de la session du Conseil, était la plus virulente vis-à-vis du Général. Cela dit, tous les Maîtres estimaient que Surik avait encore un rôle à jouer et que, un jour peut-être, ils lui diraient ce qu'il lui était arrivé suite à la Bataille de Malachor V.

  A la fin de l'enregistrement, T3-M4 diffusa une liste des Maîtres Jedi survivants et des planètes sur lesquelles ils se cachaient : Vrook Lamar se trouvait sur Dantooine, Maître Zez-Kai Ell sur Nar Shaddaa, Kavar sur Ondéron, Atris sur Télos IV et enfin Lonna Vash sur Korriban. Bao-Dur vit le Général prendre la décision de retrouver ces Maîtres afin d'obtenir des éclaircissements sur son état vis-à-vis de la Force. La jeune femme ne cherchait pas la vengeance, bien au contraire, car elle était prête à tendre la main à ceux qui l'avaient exilée afin de les aider dans leur lutte contre les mystérieux Sith qui étaient responsables de la quasi-extinction des Jedi. Décidé à rester aux côtés du Général, Bao-Dur suivit Meetra Surik, prêt à l'aider dans sa quête contre ces Sith de l'ombre.

Bao-Dur

Bao-Dur améliore le droïde astromécano T3-M4 pour...
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Alors que l'Ebon Hawk était en destination de la première planète où se trouvait un Maître Jedi, Bao-Dur et son petit droïde se mirent au travail : le vaisseau avait encore besoin de maintenance et tous deux s'installèrent dans le garage du vaisseau. Le Zabrak ne tarda pas à s'intéresser à T3-M4 qui l'aidait à réparer le vaisseau au niveau des moteurs. Cela faisait longtemps que sa mémoire n'avait pas été effacée, et, dans cette situation, la plupart des droïdes commençaient à avoir un comportement bizarre. Vu qu'il réparait tout sur le vaisseau, il était prêt à ouvrir le petit astromécano pour essayer d'améliorer ses fonctionnalités. T3 refusa et Bao-Dur trouva justement là la justification de ce qu'il disait : ce n'était pas du tout une réaction normale de droïde. Le Général arriva et T3 chercha auprès d'elle un peu d'aide. Le technicien se défendit en expliquant à la jeune femme qu'il voulait juste voir s'il était possible d'améliorer les fonctions du droïde astromécano. Une explication qui trouva écho chez le Général et qui convainquit T3 et qui permit donc à Bao-Dur de se pencher sur les circuits du petit droïde. Apparemment, ça n'avait pas été facile tous les jours chez ce dernier au vu de la fatigue des pièces à l'intérieur de la machine. Finalement, grâce à ses réparations, le Zabrak offrit un surplus en solidité chez T3-M4 qui le remercia de quelques joyeux bips.

  Peu après cela, Bao-Dur alla voir le Général et lui demanda la raison pour laquelle elle n'avait plus de sabre laser. Meetra lui répondit qu'Atris et le Conseil des Jedi le lui avait pris, mais le technicien affirma que ce n'était là plus son sabre laser. Cette arme était celle de la personne qui avait servi Revan pendant la guerre et non celle de la personne qu'elle était aujourd'hui. Elle pouvait s'en fabriquer un autre si elle le souhaitait car elle en avait la connaissance et un sabre laser serait fort utile si elle venait à affronter des Seigneurs Sith. De plus, Bao-Dur le savait, le sabre laser du Général faisait partie d'elle et sans lui, elle n'était plus elle-même. La jeune femme avait besoin de certaines pièces et Bao-Dur savait lesquelles : il avait passé beaucoup de temps avec des Jedi pendant la guerre et même si aucun ne l'avait laissé démonter son sabre laser (et ce n'était pas l'envie qui lui manquait), il avait appris comment les fabriquer : il fallait une cellule à énergie, une matrice d'émission, une lentille et un cristal à focalisation. Bao-Dur admettait toutefois que la manière de tailler le cristal le dépassait, il n'avait jamais réussi à comprendre comment il fonctionnait. Les pièces d'un sabre laser étaient assez courantes, mais un Jedi lui avait dit un jour qu'il valait mieux qu'un sabre laser soit fabriqué à partir d'éléments qui reflétaient la personnalité de son propriétaire. Le Général n'avait donc plus qu'à lui apporter les pièces afin qu'il puisse s'assurer qu'elles étaient bien utilisables avant qu'elle ne commence la construction de l'arme.

Bao-Dur

...l'aider à rafistoler l'Ebon Hawk.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  L'Ebon Hawk se rendit sur les planètes qu'avaient mentionnées T3-M4 : Nar Shaddaa, Dantooine, Ondéron via sa lune Dxun, et Korriban. Un voyage qui vit le groupe du Général s'étoffer avec l'arrivée de nouveaux membres comme Visas Marr, une Miraluka survivante de la destruction de Katarr. Cette dernière avait été envoyée par son maître, un puissant Seigneur Sith, afin de tuer l'Exilée, mais Meetra parvint à vaincre son ennemie sans toutefois la tuer, bien au contraire, puisqu'elle lui proposa de la rejoindre, chose que la Miraluka accepta.

  Nar Shaddaa était un monde dangereux car le Général avait sa tête mise à prix, comme d'ailleurs tous les Jedi de cette époque. Cependant, aucun chasseur de primes ne s'attaqua à elle et pour cause, une trêve avait été décrétée pour éviter que les chasseurs ne se battent entre eux. Voulant savoir pourquoi la tête des Jedi était mise à prix, il fallut tout d'abord à la jeune femme attirer l'attention de l'Echange et de son chef G0-T0. Elle y parvint quand elle aida les malheureux réfugiés contre les bandits originaires de Serroco et contre Saquesh de l'Echange. Bao-Dur vit souvent Surik accomplir des actes d'une grande bonté envers les réfugiés. C'était bon de voir que certaines personnes connaissaient encore le sens du mot compassion, même après la guerre. Finalement, un représentant de l'Echange, Visquis, proposa au Général une rencontre au Jekk'Jekk Tarr, un bar de la planète. La jeune femme accepta, même si cela sentait le traquenard. Ses compagnons la virent s'éloigner et Atton décida d'aller boire un verre de jus de juma en essayant de se relaxer pendant que son amie allait voir Visquis. Bao-Dur resta à bord du vaisseau avec le reste du groupe et tous furent surpris de voir Rand revenir et leur annoncer que les chasseurs de primes venaient de mettre un terme à leur trêve et qu'ils allaient s'en prendre au Général. Kreia déclara qu'ils ne pouvaient pas intervenir tant que le Quarren n'avait pas révélé toutes les informations qu'il avait en sa possession.

  Mais l'Exilée n'était pas la seule cible : ses compagnons l'étaient également et ils virent débarquer un groupe de chasseurs de primes commandé par Azanti Zhug. Celui-ci désirait savoir où était leur chef et il les prévint qu'il n'était pas très patient. "Je crois qu'il voulait qu'on remette le Général à sa bande de chasseurs de primes mal entraînés", affirma Bao-Dur. L'Anzati avait choisi de les menacer au lieu de les abattre quand il en avait l'occasion, et Bao-Dur se chargea de lui. Le groupe parvint à vaincre les chasseurs de primes Duros et tous se rendirent alors au Jekk'Jekk Tarr à la rescousse de Meetra Surik. Ils firent là la connaissance de Mira, une chasseuse de primes qui avait tenté de venir au secours du Général et qui connaissait le Maître Jedi Zez-Kai Ell. Le Général était tombée dans un piège et était retenue captive sur le yacht de G0-T0, le Visionnaire. On ignore si le Zabrak fit partie de l'équipe qui porta secours à la jeune femme. Au final, elle fut sauvée et le yacht de chef de l'Echange explosa juste après le départ du groupe de sauvetage. Alors qu'il regagnait Nar Shaddaa, l'équipage de l'Ebon Hawk découvrit que G0-T0 leur avait offert un de ces droïdes à l'Exilée : il désirait qu'elle aide la République à se reconstruire et ce droïde allait lui servir d'assistant. Après avoir discuté avec Maître Ell et lui avoir donné rendez-vous sur Dantooine, l'Exilée intégra Mira dans le groupe qui partit ensuite à la recherche des autres Maîtres Jedi.

  Dantooine avait beaucoup changé depuis la fin de la Guerre Civile des Jedi : l'assaut de Dark Malak contre l'Enclave Jedi avait laissé des traces sur la planète et dans la mémoire des colons. Ce fut dans ce contexte que l'Exilée et ses compagnons débarquèrent sur la planète. Dantooine était régie par le gouvernement de Khoonda et son administratrice, Terena Adare. Cette dernière savait que Vrook, un de ses amis, était présent sur Dantooine. Mais, malheureusement, il avait disparu depuis peu alors qu'il explorait les ruines de l'Enclave. Le Général décida de le retrouver et Bao-Dur l'accompagna. Le Zabrak apporta son assistance à Saedhe, un des miliciens de Khoonda qui menait une enquête sur la mort d'un fermier qui apportait des capteurs atmosphériques à Khoonda. Pour Bao-Dur le simple fait d'utiliser des capteurs sur cette planète était inutile, vu que Dantooine jouissait d'un climat tempéré. A part pour recueillir des données saisonnières, il avait du mal à voir à quoi un tel équipement pouvait servir ici.

Bao-Dur

Bao-Dur affronte moult dangers aux côtés du Général.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  En fouillant les restes de l'Enclave, le Général découvrit que Vrook avait été enlevé par des mercenaires à la solde d'Azkul, leur chef cruel, et qu'ils avaient amené le Maître Jedi dans une caverne. La jeune femme s'y rendit ainsi que quelques-uns de ses compagnons pour libérer Lamar. Et les capteurs atmosphériques se trouvaient justement dans cet endroit sombre où les kinrath pullulaient. Bao-Dur les trouva et, avant de les amener à Saedhe contre une jolie somme de crédits, il voulut savoir pourquoi le milicien accordait autant d'importance à cet équipement. Sur les conseils de Meetra, il en examina un en l'ouvrant et y découvrit un appareil de surveillance. Ce dernier avait certainement servi à observer les faits et gestes des mercenaires présents sur la planète : il est vrai qu'ils se montraient de plus en plus violents vis-à-vis des colons. Et ce fut en sauvant Vrook prisonnier de ces mercenaires dans une cage énergétique que le Général et Bao-Dur comprirent la menace que représentaient les hommes d'Azkul : ils désiraient conquérir Khoonda. Peu de temps après la libération du Maître Jedi, une bataille eut lieu entre la milice de Khoonda et les mercenaires. Heureusement, le Général, Vrook et Zherron, le chef de la milice, avaient eu le temps de préparer convenablement les défenses et ils remportèrent la victoire. Leur mission terminée, l'équipage décolla vers leur prochaine destination, avec un nouveau membre, Mical qui se faisait appeler le Disciple, rencontré lors de l'exploration des ruines de l'Enclave.

  L'accueil que l'Ebon Hawk reçut lors de son arrivée en orbite autour d'Ondéron fut tout sauf cordial : le colonel Tobin ordonna à ses vaisseaux de tirer sur eux, ce qui déclencha une bataille dans l'espace ondéronien. L'Ebon Hawk parvint tant bien que mal à échapper aux chasseurs Aurek lancés à sa poursuite. Cependant, le vaisseau fut assez gravement touché et fut obligé de se poser sur Dxun, la lune d'Ondéron. Le vaisseau ayant besoin d'être réparé, Atton s'en chargea et laissa le loisir à l'Exilée d'explorer les environs. Ce fut là que Bao-Dur et ses compagnons découvrirent un camp d'entraînement mandalorien dirigé par le nouveau Mandalore. Les Mandaloriens ne les attaquèrent pas et proposèrent au Général de l'aider à rejoindre Ondéron. Seulement voilà, cette aide ne serait offerte que si la jeune femme parvenait à gagner l'estime des guerriers en armure. Cela passa par le sauvetage d'un Mandalorien du nom de Kumus ou par l'aide apportée à Zuka pour réparer l'antenne de la base.

  Bao-Dur aida ce Mandalorien pour ces réparations. La jungle et l'humidité avait eu raison des différents systèmes informatiques et de certains câbles, dans la plus grande majorité datait d'il y a plus de dix ans. Ainsi, plusieurs composants de l'antenne relais étaient endommagés et il fallait les réparer. Zuka indiqua au Zabrak et à la jeune femme les câbles sectionnés et la structure de maintenance du relais. Le Mandalorien avait besoin d'un nouveau convertisseur d'impulsion de phase pour l'ordinateur de pistage. Cette pièce était déjà rare dans la plupart des spatioports alors la trouver ici ne sera pas facile, comme le fit remarquer Bao-Dur. Pourtant, les Mandaloriens en avaient trouvé un dans une vieille cache d'armes, mais des cannoks l'avaient grignoté. La solution était donc d'explorer la jungle à la recherche de cannoks et de les éventrer pour trouver les pièces. Le Zabrak et le Général se lancèrent donc dans la jungle et ils trouvèrent enfin différentes pièces en assez bon état qu'ils purent assembler en un convertisseur d'impulsion. Le Mandalorien fut heureux de l'aide que lui apportèrent Meetra Surik et Bao-Dur : il allait enfin pouvoir mettre en marche l'ordinateur de télémétrie en deux temps trois mouvements. Bao-Dur aida aussi à la réparation des fils d'alimentation de l'antenne. Ainsi, les câbles et l'ordinateur de télémétrie fonctionnaient à nouveau.

Bao-Dur

Sur Dxun, Bao-Dur aide le Mandalorien Zuka à réparer l'antenne de la base.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Le Général et Mandalore se rendirent ensuite sur Ondéron où ils rencontrèrent l'ancien Maître de la jeune femme, Kavar. Hélas, les retrouvailles furent de courtes durées car Tobin tenta de capturer les deux Jedi. Kavar promit à son ancienne apprentie qu'il la recontacterait. Il faut savoir que le Colonel Tobin était allié au général Vaklu qui tentait depuis quelques temps de prendre le pouvoir à la Reine Talia avec qui Kavar était allié. Le Général revint sur Dxun et l'Ebon Hawk fut de nouveau opérationnel et accueillit Mandalore qui se lança à la recherche des derniers groupes mandaloriens pour les unir sous la bannière du clan Ordo. On se doute qu'Atton parvint à réparer le vaisseau grâce au savoir-faire précieux de Bao-Dur car il est vrai que le Zabrak s'y connaissait quand même mieux en mécanique que lui. Kavar envoya plus tard un message à Surik qui retourna sur Ondéron pour retrouver le Maître Jedi et déjouer avec lui le complot visant à renverser la Reine. Bao-Dur s'illustra au cours de ce fait d'arme en stoppant les Sith sur Dxun qui désiraient récupérer l'énergie obscure du tombeau de Freedon Nadd, preuve que Vaklu s'était allié aux Sith.

  Sa présence fut très utile car il permit à ses compagnons de prendre leurs adversaires par surprise grâce à la vétusté du matériel ennemi. En effet, ils avaient installé, tout près du tombeau, un détecteur de mouvement de type 2, modèle qui souffrait de plusieurs défauts comme son incapacité à repérer un champ de camouflage. Bao-Dur l'annonça à ses amis et leur dit aussi qu'il connaissait le code permettant de prendre le contrôle du détecteur. Xarga, un Mandalorien qui les accompagnait, répondit qu'il fallait avant tout franchir le périmètre qui était protégé par des mines. Et donc, les compagnons du Général durent d'abord désactiver les mines avant que Bao-Dur ne s'occupent du détecteur. Arrivant aux pieds du tombeau, le Zabrak et son groupe y affrontèrent pour la première fois de leur vie des Seigneurs Sith, suppléés par des soldats et des commandos. Des adversaires redoutables qu'ils parvinrent heureusement à vaincre. D'autres Sith étaient présents au sein de l'édifice, désirant récupérer l'énergie obscure des lieux. Ils furent stoppés après ce qu'on appellera plus tard l'assaut sur le tombeau de Freedon Nadd, évènement qui se déroula en même temps que la bataille d'Ondéron.

  Lonna Vash se trouvait sur Korriban. Hélas, le Général n'y trouva que sa dépouille au sein de l'ancienne académie Sith de la planète. Meetra Surik et ses compagnons affrontèrent bon nombre d'assassins sith qui utilisaient des générateurs de camouflage. Alors qu'ils étaient sur le point de sortir de l'ancienne académie, ils tombèrent sur un Seigneur Sith du nom de Dark Sion. Visiblement, l'Exilée l'avait déjà rencontré, comme le vit Bao-Dur. Le combat entre elle et le Sith fut violent, mais le serviteur du Côté Obscur avait la capacité de se régénérer, aussi la seule solution fut de fuir et de retourner à l'Ebon Hawk.

  

IV - De nouvelles relations. [haut]


  La quête des Maîtres Jedi se révéla donc être un véritable parcours du combattant. Heureusement, Bao-Dur apporta tout son soutien à son Général. Dès le tout début de la quête, elle trouva les pièces pour son sabre laser. Le Zabrak les inspecta et trouva qu'elles étaient de bonne qualité, et Surik n'eut plus alors qu'à se mettre à l'établi pour se forger sa nouvelle arme. Bao-Dur était heureux d'avoir retrouvé le Général, cette femme courageuse avec qui il avait combattu au cours des Guerres Mandaloriennes. S'il était avec elle, c'était parce qu'elle l'avait trouvé sur Télos et qu'il avait décidé de l'accompagner. Il faut dire aussi qu'il n'avait pas trop eu le choix. Au cours d'une conversation avec la jeune femme, Bao-Dur le lui déclara, ce qui intrigua le Général : pourquoi était-il donc toujours avec elle ? Il avait ressenti une immense frustration quand il voyait les Ithoriens se faire malmener par la Czerka. Il pensait pouvoir se rendre utile, mais on ne l'avait pas laissé faire sur Citadelle. Si une planète lui convenait, pourquoi pas la galaxie tout entière? Il désirait réparer les choses, même si celle-ci ne pouvait point l'être à première vue. Pour lui, il suffisait de savoir à quoi ressemblait les circuits pour pouvoir effectuer les réparations. C'était ainsi qu'il voyait les choses, depuis toujours et, depuis qu'il suivait le Général dans sa quête, il savait qu'il y avait autre chose dans l'univers. Mais cela le dépassait alors il laissait Meetra s'en charger. Bien qu'elle ne cessait de répéter qu'elle n'appartenait plus à l'Ordre Jedi, Bao-Dur en était sûr, elle était toujours une Jedi, même si on ne lui donnait plus ce nom-là. Elle restera une Jedi toute sa vie.

  Le fait que le technicien se trouver aux côtés de la Jedi eut donc un effet sur lui, même s'il ne s'en était pas rendu compte par le passé, sans doute parce qu'il était trop préoccupé. A son contact, il se sentait calme, comme s'il contrôlait mieux la situation. Sa colère envers lui-même était toujours présente, mais elle se dissipait peu à peu. Les dernières années de sa vie se résumaient aux Mandaloriens, à la Czerka, à Revan et, plus que tout, à lui-même à cause de ce qu'il avait fait à Malachor V. Meetra tenta de le réconforter en affirmant que c'était pourtant elle qui avait donné l'ordre d'activer le générateur de masse antigravifique. Bien qu'il fallait le faire pour sauver les vies, Bao-Dur se sentait toujours responsable de la mort de tant de Mandaloriens, un acte impardonnable. Cependant, Surik ne voyait en lui aucune raison de culpabilité : si Ulic Qel-Droma avait pu être pardonné pour avoir fait la guerre à la République il y a près de cinquante ans, lui pouvait bien l'être pour l'avoir sauvée. Mais Bao-Dur ne pouvait tout de même pas ignorer tout le sang qu'il avait sur les mains. Il est vrai qu'il vivait dans le passé depuis trop longtemps, un passé qu'on ne pouvait plus réécrire. En revanche, l'avenir n'existait pas encore et il pouvait l'écrire, le contrôler. L'ancien technicien de la République sentait qu'il devait faire quelque chose pour essayer de se faire pardonner. Bien qu'il l'ignorait, Bao-Dur était sensible à la Force, chose qui n'échappa pas à l'Exilée. "Je pourrai vous apprendre à faire usage de la Force, mais vous devez lâcher prise pour ce qui est de votre colère. Ne la laissez pas vous détruire, ou elle provoquera votre chute." Oui, grâce aux conseils du Général, il avait le pouvoir de contrôler sa colère. Et Bao-Dur s'ouvrit à la Force et devint un apprenti Jedi gardien.

Bao-Dur

Bao-Dur accepte de s'ouvrir à la Force et de devenir un Jedi Gardien.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Il ne fut pas le seul membre du groupe à devenir un apprenti Jedi : Atton Rand, Mira et le Disciple Mical firent de même. Les relations de Bao-Dur avec l'équipage de l'Ebon Hawk furent bonnes. Une fois, alors qu'il était encore occupé à réparer le vaisseau, Atton vint le voir, désireux connaître ce qu'il savait sur le Général. Comme c'était le tout début de la quête des Maîtres Jedi, Bao-Dur ne la connaissait pas vraiment mais il voyait où Atton voulait en venir : à vrai dire, il en pinçait pour la jeune femme. Comprenant cela, le Zabrak commença à esquisser un sourire, ce qui agaça un peu Rand qui lui fit promettre de ne pas rire. Il désirait juste savoir si, à son avis, elle et lui avait une chance d'être ensemble. Mais c'est qu'il était sérieux, constata Bao-Dur et, honnêtement, il ne savait pas quoi lui répondre (après tout, elle était Général et lui technicien à l'époque de la guerre). Finalement, le Zabrak ne répondit pas aux interrogations de Rand et préféra retourner au travail. T3-M4 arriva et lança un bip ironique au malheureux Atton qui jura alors qu'il mettrait un jour à la ferraille ce fichu droïde.

  Quelques membres du groupe étaient bien sûr des droïdes. On pouvait compter T3-M4, HK-47, G0-T0 et, bien sûr, la petite boule droïde qui accompagnait Bao-Dur depuis sa tendre enfance. Le technicien trouva le temps d'améliorer ce dernier notamment en modifiant le laser de maintenance afin de faciliter les réparations. Le petit droïde n'appréciait guère cette grosse métallique qu'était G0-T0, ce dernier ne perdant pas une occasion de railler son homologue miniature qui pourrait enfin, selon lui, participer pleinement aux combats avec ses améliorations. Comme le Général était plutôt du côté de la petite sphère, le droïde du Zabrak était heureux de savoir que G0-T0 faisait une bien plus grosse cible que lui. Les talents de Bao-Dur lui permirent d'effectuer des réparations sur les autres droïdes du groupe, au cas où ceux-ci seraient endommagés au cours d'une escarmouche. Quelques jours plus tard, Bao-Dur se pencha à nouveau sur sa petite boule, désirant donner plus de puissance à son laser de découpage. Déjà qu'il était suffisant pour les réparations, le technicien savait que lui et ses compagnons étaient exposés à de grands dangers et il pourrait donc avoir besoin de l'aide de son droïde au combat. Le droïde téléguidé ne désirait pas prendre un mauvais coup, mais son constructeur le rassura : il veillerait à ce que leurs adversaires ne le prennent pas pour cible ; de plus, avec un laser amélioré, G0-T0 allait se tenir à carreau.

Bao-Dur

Bao-Dur améliore les capacités de G0-T0.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  La jalousie de G0-T0 le poussa à aller voir l'Iridonien afin qu'il l'améliore lui aussi. Bao-Dur écouta la grosse sphère lui dire qu'il était plus impressionné par son travail que par l'unité elle-même car elle n'utilisait pas ses ressources à bon escient et qu'elle gaspillait son énergie dans des frivolités. Il désirait donc profiter des talents du technicien pour que ce dernier puisse voir ce qu'il pouvait améliorer chez lui. L'Iridonien trouva le temps de se pencher sur G0-T0, avec son assistant miniature bien sûr, et permit au chef de l'Echange de gagner un surplus en dextérité, pratique pour les tirs de blaster. Force fut au Zabrak et à son compagnon de constater l'excellent assemblage de G0-T0 qui alliait ergonomie et rationalité.

  Si la petite sphère ne s'entendait pas bien avec G0-T0, son concepteur, lui, était en froid avec Mandalore le Sauveur qui rejoignit le groupe après le passage de l'Ebon Hawk sur Dxun. Mandalore vint le voir dans les quartiers tribords du vaisseau afin de discuter des Guerres Mandaloriennes et de lui parler de l'honneur d'être en première ligne au cours d'une bataille. Bao-Dur lui dit ce qu'il pensait de l'honneur mandalorien : après avoir terrorisé la galaxie, les Mandaloriens ne valaient pas mieux à présent qu'une bande de mercenaires. Où était l'honneur dans tout ça? Tout ce qui les intéressait, c'étaient les crédits. Le Sauveur n'appréciait guère ses paroles, aussi Meetra se dépêcha-t-elle de s'interposer avant que la discussion ne dégénèrent. Mais Bao-Dur ne s'arrêta pas là, disant à voix haute et devant Mandalore ce qu'il pensait de ses guerriers. Il se souvenait de ce que les Néo-Croisés avaient fait aux colonies iridoniennes : leur seule cause était de faire souffrir les peuples qui tombaient sous leur joug et d'assassiner des innocents. En fin de compte, il pensait que les Mandaloriens n'avaient eu que ce qu'ils méritaient à Malachor V. Mais il put voir que ces propos n'avaient pas beaucoup d'effet sur Mandalore : ça ne le dérangeait pas que son peuple ait failli être anéanti. Devant la faible considération apparente que le chef des Mandaloriens éprouvait pour la vie, Bao-Dur ne se sentit pas trop rassuré de le savoir à ses côtés au cours d'un combat. Qui sait s'il n'allait pas lui porter secours s'il était en danger ?

  Mandalore vint plus tard le revoir : il avait appris que le Zabrak figurait parmi les responsables de la défaite de Malachor V. Les Mandaloriens auraient pu gagner la bataille, mais la République et Revan leur avait tendus un piège. Mandalore lui déclara qu'il pouvait être fier d'avoir failli anéantir les Mandaloriens. Bao-Dur, conscient de la haine qu'il éprouvait pour ces derniers, regretta son geste devant un ancien ennemi, mais le chef des guerriers en armure ne lui en tenait pas rancune, bien au contraire car son peuple respectait la force et la puissance. Les Mandaloriens avaient visiblement retenu la leçon et, le Zabrak en était sûr en écoutant la vision des choses de Mandalore, plus jamais les Mando'Ade ne se lanceraient dans cette folie que furent les Guerres Mandaloriennes. Preuve tout de même que les Mandaloriens manifestaient un certain respect pour la vie de leurs membres, ce qui changea sans doute le regard que portait Bao-Dur sur eux et lui permit de gagner un peu plus de paix intérieure.

Bao-Dur

Les relations avec Mandalore le Sauveur ne sont pas au beau fixe.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  

V.- Où comment tous les chemins mènent à Malachor V. [haut]


  Mais les démons de Malachor V venaient le hanter régulièrement dans ses rêves et, n'arrivant pas à trouver le sommeil, il arpentait la nuit les coursives de l'Hawk. Les vaisseaux plein de flammes, les vies amies, ennemies, inconnues en train de s'éteindre, de vives lumières, des explosions, le cauchemar était le même chaque nuit. Et maintenant qu'il était un apprenti Jedi, il pouvait sentir un écho persistant et c'était toujours celui-ci que le réveillait. Le Général le trouva une nuit et Bao-Dur lui fit part de ses mauvais rêves qui étaient aussi ses souvenirs. Surik se souvenait également de ce moment, où elle avait activé le générateur de masse anti-gravifique. Certes, la flotte et la République auraient été condamnées sans le geste de la jeune femme, mais personne n'aurait pu prévoir la violence de ce qu'ils avaient libéré. Cependant, cet écho dans la Force en provenance de Malachor avait de quoi intriguer, et, au fur et à mesure que ses capacités de Jedi augmentées, Bao-Dur devait sentir ce même vide en provenance de la jeune femme.

  Car, au cours de la bataille qui conclut les Guerres Mandaloriennes, le Général s'était en réalité coupée de la Force face à l'intensité du choc du massacre et c'était pour cette raison qu'elle s'était évanouie. Elle représentait en fait une blessure dans la Force, un vide qui menaçait même l'existence de cette dernière car elle avait la capacité innée de créer des liens avec les autres. Alors, certes, elle avait renoué avec la Force, mais elle se nourrissait aussi d'elle en créant des liens. Tout cela, les Maîtres Jedi Zez-Kai Ell, Vrook Lamar et Kavar le révélèrent au Général quand cette dernière les retrouva sur Dantooine dans une Enclave Jedi partiellement reconstruite, dévoilant ainsi les raisons qui les poussèrent à l'exiler. Les maîtres lui proposèrent alors de la couper définitivement de la Force, comme ce fut le cas pour Ulic Qel-Droma, un sort que la jeune femme accepta courageusement. Hélas, lors du rituel qui paralysa l'Exilée, Kreia tomba son masque pour montrer sa véritable identité, Dark Traya, et tua les Maîtres Jedi en absorbant leur vie, une technique obscure. Les Servantes d'Atris vinrent ensuite trouver Traya, alors que le Général était toujours inconsciente, et les Echanis la guidèrent à l'académie de Télos où Atris allait lui faire subir le châtiment réservé aux Sith : la mort. Mais l'Exilée était liée à Kreia : si la vieille femme mourait, il en serait de même pour elle. Ils devaient donc se rendre immédiatement sur Télos qui, le Général le savait, allait être la cible du Seigneur Sith responsable de la destruction du monde de Visas Marr : Dark Nihilus.

  Au cours du voyage vers Télos, l'Exilée s'isola du reste de l'équipage. Visiblement, les révélations des Maîtres Jedi l'avaient atteinte. Et ce fut le Disciple qui vint la voir et qui parvint à trouver les mots pour lui redonner espoir et lui montrer qu'elle n'était pas la pestiférée que les Maîtres considéraient.

  Arrivée à l'académie télosienne, Meetra combattit au cours d'un duel au sabre laser épique la Sith qu'était devenue Atris, sous l'influence de Traya. Après l'avoir défaite et lui avoir laissé la vie sauve, il fut temps de se concentrer sur la défense de Télos attaquée par la flotte sith de Nihilus composée de son Ravageur et de quelques vaisseaux de guerre Interdictor. On ne connaît pas bien le rôle que Bao-Dur joua dans cette bataille, mais on peut se douter qu'il mit ses capacités et sa nouvelle maîtrise de la Force au service des Forces de Sécurité Télosiennes. Le Général, aidée de Visas Marr, de Mandalore et des guerriers de ce dernier, put aborder le Ravageur pour défier Dark Nihilus et détruire son vaisseau, ce qu'elle réussit d'ailleurs.

  La menace du Seigneur de la Faim écartée, il fallait maintenant focaliser les efforts sur Dark Traya qui était retournée à Malachor V, car c'était depuis cette planète que ces Sith de l'ombre frappaient. Sans doute avec un sentiment d'appréhension, Bao-Dur voyagea avec ses compagnons jusqu'à la planète qui l'avait tant marqué. Elle n'était plus qu'une grosse boule rocheuse frappée par des éclairs et balayée par des vents d'une extrême violence, rendant le pilotage difficile. Atton fit tout son possible pour que le vaisseau ne se transforme pas en une tâche noirâtre, mais il ne put éviter un pic rocheux et l'Hawk effectua un terrible atterrissage sur Malachor V qui l'endommagea assez sérieusement. Le vaisseau était juste au dessus d'une crevasse, coincé entre deux parois qui l'empêchaient de tomber. Le Général quitta l'appareil afin de retrouver Traya et on se doute qu'en attendant le retour de la jeune femme, Bao-Dur s'activa pour réparer l'Hawk afin qu'il puisse leur faire quitter ce monde une fois les Sith vaincus. Il sentit la terrible puissance maléfique de Malachor V et cet écho qu'il avait lui-même provoqué en créant le générateur de masse antigravifique.

  Les Sith frappaient donc bel et bien depuis le cimetière de Malachor. Bao-Dur s'en était douté quand il avait reconnu le vaisseau du Seigneur Sith comme étant un des appareils qui avait participé à la bataille finale. Cependant, un problème préoccupait le Zabrak car le générateur de masse antigravifique était toujours opérationnel, malgré son délabrement. Ce fut alors qu'il eut une brillante idée : Malachor V étant la planète qui abritait la base de ces Sith de l'ombre, il suffisait d'activer le générateur antigravifique pour que celui-ci pulvérise la planète maléfique et leur base, hauts-lieux du Côté Obscur. Une réactivation de l'arme qu'il avait inventée il y a environ 10 ans était donc nécessaire à condition qu'il y ait suffisamment de vaisseaux intacts au milieu des débris orbitaux ou enterrés sous la surface.

  Il programma donc, à l'aide d'un message enregistré, son petit droïde pour que celui-ci réactive le générateur de masse antigravifique. La petite unité devait utiliser des codes stockés dans sa mémoire sur le bloc moteur de tous les vaisseaux qu'elle rencontrait durant son périple sur Malachor. D'après les calculs du Zabrak, quatre vaisseaux devaient suffire à faire fonctionner le générateur de masse antigravifique. Une fois que le processus serait lancé, il serait alors impossible de l'arrêter, et donc Bao-Dur conjura son droïde de bien faire attention à ne pas déclencher l'arme tant que le Général n'aurait pas quitté la planète. L'apprenti Jedi savait qu'il pouvait compter sur sa petite sphère sur ce coup et il savait aussi que le moment était venu de se séparer de sa création miniature : cette dernière devait rester pour veiller à ce que le processus se déroule normalement quand le Général donnerait l'ordre d'activation.

Bao-Dur

Bao-Dur donne les dernières instructions à son petit droïde pour que celui-ci réactive le générateur de masse antigravifique.
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords


  Plusieurs membres du groupe n'étaient plus présents comme Mira, G0-T0, HK-47 ou encore T3-M4. Bao-Dur ne savait pas trop où ils étaient, mais il fallait à tout prix qu'ils reviennent avant l'activation du générateur. Sa petite sphère parvint finalement à activer l'arme à l'aide de quatre blocs moteurs actifs qu'elle avait trouvés. Un violent séisme secoua le vaisseau qui bascula alors dans le vide. Comment l'Ebon Hawk fit-il pour s'en sortir? Nul ne le sait, mais les talents de pilote d'Atton ne doivent pas y être étrangers. De nouveau opérationnel, le vaisseau parvint à s'extraire de sa situation périlleuse, slalomant jusqu'au cœur de Malachor V, là où se trouvait justement le Général qui venait de vaincre Dark Traya. Mira, HK-47 et T3-M4 avaient aussi réussi à retrouver la jeune femme et tous montèrent à bord de l'Hawk qui mit les gaz : le générateur de masse antigravifique venait d'être activé. Seul G0-T0 manquait à l'appel : le droïde avait dû être détruit sur Malachor et Bao-Dur ne se soucia pas trop de lui.  La seconde activation de l'arme créée par Bao-Dur transforma Malachor V en astéroïdes. Le Zabrak dit merci et adieu à son petit droïde : il avait fait tout ce qu'il lui avait demandé et tout ce pourquoi il l'avait fabriqué.

  Cette fois-ci, le Zabrak n'avait pas hésité à utiliser une dernière fois son arme : les Sith devaient être détruits pour protéger la République, c'était une nécessité. Son action n'avait pas été guidée par la haine et la vengeance, mais pour le bien de tous. Le Triumvirat Sith avait été vaincu et les Jedi comme Bastila Shan et Deesra Luur Jada pouvaient à présent sortir de leur cachette pour refonder un nouvel Ordre Jedi. Ils pouvaient compter sur Atton Rand, Mira et Mical, des élèves que Meetra Surik avait commencés à guider dans les voies de la Force.

  Bao-Dur participa-t-il à cette reconstruction? La réponse à cette question reste encore mystérieuse. Alors qu'elle était sur le point de mourir et désireuse de révéler l'avenir de ses proches à sa meilleure élève, Kreia avait affirmé à Surik qu'elle ignorait le destin du Zabrak. Il est certain qu'il ne se joignit pas au périple de son Général dans les Régions Inconnues, car Meetra Surik partit peu de temps après sa victoire face aux Sith là-bas. En effet, elle avait appris de la bouche de son mentor agonisant qu'un mystérieux et puissant Empire Sith était à l'origine des Guerres Mandaloriennes et de la Guerre Civile des Jedi et que c'était pour pouvoir le combattre et protéger la République affaiblie que le Maître Jedi Revan était parti seul. Elle n'avertit pas ses compagnons de cette terrible menace, et, après une entrevue avec Bastila, s'en alla avec T3-M4 à bord de l'Ebon Hawk, comme le fit Revan courageusement il y avait quatre ans. Il y a de très fortes chances que Bao-Dur demeura avec ses compagnons et travailla sans relâche à la résurrection des Jedi, protecteurs éternels de la galaxie et des personnes qui y vivaient. Son voyage avec Meetra Surik lui permit de s'arracher à sa propre culpabilité, celle d'avoir massacré des vies pour pure haine, et lui permit enfin de sauver des vies par pure compassion. Car telle était la voie des Jedi.

Bao-Dur

Bao-Dur, Gardien Jedi
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic II - The Sith Lords




Note : Le visage de l'Exilée qui apparaît dans cette fiche n'est pas officiel. Les images concernées ne sont fournies qu'à but illustratif.


Actualités en relation

Star Wars VIII : Nos avis sans spoilers

Bon et bien voila après des mois d'attente, de bandes-annonces et une montagne de clips vidéos, nous avons enfin pu voir Star Wars : Les Derniers Jedi, lors de la projection presse organisée sur Paris. C'est...


Star Wars VIII : Des détails sur les mystérieux renards de la bande-annonce

Découverts dans la deuxième bande-annonce des Derniers Jedi, les mystérieux renards cristallins ont immédiatement intrigué, notamment à cause de leur design pour le moins étonnant. Heureusement, nous en savons maintenant beaucoup plus grâce au numéro...


Holonet : 12 nouvelles fiches inspirées des comics

Décidément on ne l'arrête plus ! Après le mois spécial JDR, proposé le mois dernier, Boba Hett revient à la charge avec 12 nouvelles fiches sur le thème des comics avec un peu d'Empire des...


Star Wars VIII : Interview de Rian Johnson

Le Bristol, Paris. Cadre idyllique pour participer à cette interview un peu unique, il faut bien l’avouer, à laquelle le web français est invité. C'est accompagnée de Dark Mandalorien que je me rends à cette invitation. 15h15 tapantes, Rian...


Battlefront II : Une sortie bien perturbée !

Star Wars Battlefront II fait sa sortie officielle aujourd'hui ! Après une importante campagne publicitaire et une phase de bêta ouverte permettant de voir les différences avec le volet précédant, l'heure est aujourd’hui à la...





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Bao-Dur
Nom
Bao-Dur
Espèce
Lieu de naissance
Fonctions
Technicien de la République
Chevalier Jedi
Armes
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
18/08/2012

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
65 854


Note de la fiche
2 membres ont noté la fiche "Bao-Dur" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • Knights of the Old Republic II : The Sith Lord Prima Official Game Guide
  • Knights of the Old Republic II : The Sith Lords
  • WOTC - Knights of the Old Republic Campaign Guide

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.