Recrutement Star Wars HoloNet

Riyo Chuchi


Riyo Chuchi était une sénatrice pantoran qui conclut la paix avec les Talz et fut prise en otage par Cad Bane.

  Jeune Pantoran à l'époque de la Guerre des clones, Riyo Chuchi était la représentante de son monde natal, Pantora, peu après la bataille de Géonosis. Douce, idéaliste, profondément bonne, cette fée au visage gracieux mesurait un mètre soixante-cinq. Elle ne sut jamais s'imposer, prendre la parole, craignant à chaque fois qu'on le lui reprochât ; elle préférait se taire, écouter les autres et suivre leurs conseils.

La Sénatrice de Pantora [haut]



  En dépit de ce que l'on pouvait croire, elle n'était pas naïve. Ses convictions étaient claires et affirmées : la démocratie était selon elle le régime politique le plus stable qui fût. Elle ne considérait pas son rôle au Sénat galactique comme quelque moyen d'assouvir sa passion de pouvoir : elle n'agissait que pour l'intérêt de son peuple, ce qu'elle croyait être juste pour la volonté générale. Elle ne désirait que le bien, la paix et l'harmonie, même si elle avait conscience que, dans un univers belliqueux, la quiétude n'était pas éternelle.

  Quoiqu'elle fût jeune en -22, Riyo exerçait un certain ascendant sur les siens, simplement parce que ceux-ci savaient qu'elle prendrait toujours des décisions raisonnées. Les plus sceptiques raillèrent son âge, estimant qu'elle ignorait tout de la politique, ou du moins l'idée qu'en avaient ces sénateurs fourbes, c'est-à-dire le seul métier qui pût satisfaire leur goût du pouvoir et leur cupidité ; le seul qui pût les corrompre au point de négliger complètement l'intérêt de leur patrie.

  Ces périls ne menaçaient pas la jeune Riyo, qui avait pleinement conscience de ses responsabilités. En tant que sénatrice, elle était parée de ses plus beaux atours. Sur son harmonieux visage bleu, un nez parfait se dessinait, au-dessous duquel une bouche, aux lèvres délicates et presque blanches, semblait teintée de nacre. Deux fins sourcils dominaient de grands yeux jaunes tirant sur l'or, tandis que ses longs cheveux, légèrement roses, présentaient des reflets blancs.

Chuchi, Riyo

Riyo Chuchi, sénatrice de Pantora.
(Site officiel)


  Son maquillage rendait son regard encore plus captivant ; et deux paires de marques jaunes, situées sur chacune de ses joues, témoignaient de sa dignité, comme d'autres gouvernants de sa lune. Le plus souvent, elle gardait, en particulier lorsqu'elle avait à se prémunir contre le froid, une sorte de long bandeau qui cachait une partie de son menton ainsi que de ses cheveux. De riches bijoux, dignes des plus grandes reines de Naboo, complétaient sa coiffure.

  Elle avait en effet pour habitude de rassemblait ses cheveux des deux côtés de son visage, de les enrouler de façon qu'ils fussent moins embarrassants, puis de les couvrir de bijoux dorés particulièrement précieux. Ceux-ci se composaient d'un ensemble de trois plaques, ornées de quelque motif somptueux, et de quatre joyaux en forme de couteau qui pendaient, pour deux d'entre eux, à côté des oreilles et, pour les deux autres, jusqu'au cou.

  Sa tenue était tout aussi soignée. Elle consistait en un vêtement bleu simple et un pantalon de même couleur - plus sombre cependant - plutôt ample, surtout au bas des jambes, et retroussé  dans les chaussures qui s'étendaient jusqu'aux genoux. Ces dernières étaient blanches et légèrement rehaussées par un talon ; au-dessus, une sorte de protection solide - sur laquelle des motifs d'arabesque, de vagues et des points, semblables à des boutons d'or, étaient gravés -, était apparente.

Chuchi, Riyo

Chuchi et le Président Cho gouvernent Pantora.
(Star Wars: The Clone Wars: Trespass)


  Une simple ceinture brune était assortie d'une espèce de médaillon, aussi décoré par quelques formes sinueuses. Quatre bandes d'étoffe, d'un bleu plus clair, et un bijou, qui semblait une lame, s'y attachaient, donnant à l'ensemble des vêtements un aspect luxueux. Des gants trop larges dissimulaient les bras minces de Chuchi, laissant apparaître des doigts délicats. Enfin, une cape, partiellement blanche, richement décorée, couvrait son cou, ses épaules et une partie de sa poitrine.

  Elle était agrémentée d'une rangée de boutons dorés. Plus haut, des dessins d'arabesque bleus, représentant courbes, feuilles et autres motifs végétaux des plus gracieux, paraissaient répondre à la couleur des gants et du pantalon. La partie de la cape qui protégeait son cou était, de même, ornée de boutons, disposés de telle sorte qu'ils pussent s'apparenter à des bourgeons près d'éclore. Cette tenue d'apparat ravissait les interlocuteurs de Chuchi.

  Riyo pénétra le domaine politique dès son plus jeune âge. Alors que la Guerre des clones avait effectivement commencé, ce qui ne la réjouissait pas, elle devint la Sénatrice de sa lune natale, Pantora, le seul monde civilisé dans ce système solaire. Elle s'efforça à représenter la population qu'elle chérissait, mais peina pour faire entendra sa voix dans une assemblée largement corrompue, et comme fascinée par l'autorité naturelle du Chancelier suprême Palpatine.

  Cela était d'autant plus difficile pour Riyo que, depuis peu, elle avait approché les plus hauts dignitaires de sa lune, et même le Président lui-même, Chi Cho. Cet individu était bien plus revêche que la douce Chuchi ; il était presque perpétuellement désagréable ; il entendait participer à la guerre et dominer autant de territoires que cela était possible.  

  Souvent, il manifestait sa colère et, en se servant de sa grande taille - il mesurait près de deux mètres -, n'avait aucun mal à faire taire la jeune et fragile Riyo, qui n'osait dès lors plus rien dire. Elle se contentait ordinairement d'acquiescer, y compris lorsque le Président envisageait des mesures belliqueuses. Elle se résignait à chaque fois, si bien que Cho n'avait qu'à arguer de sa supériorité hiérarchique pour obtenir ce qu'il voulait.

  En dépit de ce qu'elle subit avec lui, Riyo appréciait beaucoup son Président ; elle n'entreprit jamais de lui manquer de respect, non pas seulement parce qu'elle répugnait à se quereller, mais encore parce qu'elle savait qu'elle serait immédiatement contrainte de se taire. Au début du conflit, le gouvernement pantoran se crut menacé par la Confédération des systèmes indépendants, officiellement menée par Dooku. Par conséquent, il demanda à la République, par l'intermédiaire de Chuchi, de construire une base sur l'une des planètes placées sous sa souveraineté, un protectorat, Orto Plutonia.

Chuchi, Riyo

Riyo arrive sur Orto Plutonia avec les Républicains.
(Star Wars: The Clone Wars: Trespass)



Conflit sur Orto Plutonia [haut]



  Le Sénat accepta, car, de toute évidence, ce monde enneigé était inhabité. Des éclaireurs de Pantora avaient parcouru les plaines glacées sans trouver quelque signe de vie. De ce fait, des soldats clones furent envoyés là-bas ; une station, baptisée Glid, fut creusée dans une tour rocheuse. Mais Riyo, comme ses semblables, s'étaient mépris : Orto Plutonia été peuplée d'habitants, les Talz, qui ne souhaitaient pas qu'on vînt troubler leur quiétude.

  La station Glid fut attaquée par ces mystérieuses créatures ; tous les clones furent tués. Cela alerta Riyo et son Président, qui contactèrent sur-le-champ l'Ordre Jedi pour enquêter sur ces disparitions. Aussitôt, Obi-Wan Kenobi, Anakin Skywalker, le Capitaine Rex et de nombreux soldats des neiges, à bord d'une canonnière, atterrirent, en compagnie de la Sénatrice de Pantora et de Chi Cho, sur Orto Plutonia.

  Celui-ci avait décidé d'emmener Riyo pour une seule raison : comme elle était une sénatrice, elle serait susceptible d'exercer quelque influence sur les Jedi. En arrivant à la surface de la planète, Kenobi conseilla aux deux dignitaires de rester près des transports jusqu'à ce que la zone soit entièrement mise en sécurité. Tandis que Chuchi était prête à obéir, son Président exprima son irritation : Orto Plutonia était un territoire pantoran, et, par conséquent, il était le plus à même pour décider de ce qu'il devait faire ou ne pas faire.

Chuchi, Riyo

Devant l'intransigeance du Président Cho, Riyo ne peut rien faire.
(Star Wars: The Clone Wars: Trespass)


  Les Jedi répliquèrent ; Cho laissa alors la parole à Riyo. Calmement, comme à son habitude, elle fit savoir que la lune de Pantora continuerait de protéger Orto Plutonia, car c'était son protectorat. Obi-Wan, qui devait obéir aux ordres du Sénat, fut contraint d'acquiescer. Chuchi resta à l'extérieur de la base, cependant que Kenobi cherchait un indice qui pût révéler l'identité de l'agresseur des clones. Rex l'interrompit : ses éclaireurs avaient repéré un bâtiment de la Confédération, ce qui signifiait apparemment que c'était cette organisation qui était à l'origine du massacre des soldats républicains.

  Aussi les Jedi, avec des clones, partirent explorer la base séparatiste. Pendant ce temps, Chuchi et Cho restèrent dans la station Glid. Perplexe quant à la situation, la jeune Pantoran regardait, à travers une vitre, la neige tomber. Elle interpella son Président, qui donnait des ordres à ses soldats, car elle voulait savoir pourquoi il était persuadé que c'était la Confédération qui avait perpétré le massacre. Pour le chef de Pantora, il suffisait de regarder autour de lui - des cadavres de recrues gisaient - pour comprendre qu'il s'agit d'un assaut séparatiste.  

  Chuchi était cependant intriguée par plusieurs constations importantes : il n'y avait aucun droïde détruit dans la station, aucun dégât qui indiquerait l'éclatement d'une rixe. Cho lui coupa la parole pour lui rappeler qu'elle n'était pas experte dans l'art de la guerre, et qu'elle devait, en conséquence, ne pas se prononcer à ce sujet. La jeune Pantoran n'osa pas contrarier le Président, qui continuait de parler. Il affirma qu'il avait dirigé le monde dont il était originaire depuis fort longtemps ; il avait vu une centaine de planètes ployer face à l'ennemi, ou triompher dans un conflit par les armes.  

Chuchi, Riyo

Riyo est entièrement soumise à Cho.
(Star Wars: The Clone Wars: Trespass)


  Quand bien même la Confédération ne fut-elle pas à l'origine du massacre ; il demeurait que c'était quelqu'un avait commis un acte malveillant et violent qui menaçait la sécurité du peuple pantoran. Chuchi, se plaçant devant son Président, lui rappela néanmoins que, si les Jedi découvraient que la Confédération ne fût pas impliquée dans l'attaque de la station Glid, une issue pacifique pourrait être trouvée. Cho ne prit pas en considération les paroles de la Sénatrice ; il préféra lui dire qu'il doutait de son dévouement pour la population qu'elle représentait. Riyo fut quelque peu bouleversée par cette remarque.

  Plus tard, Obi-Wan et Anakin, qui avaient rencontré les Talz, rentrèrent, grâces à leurs motos CK-6, dans le hangar de la station Glid. Ils discutèrent avec Cho et Chuchi et leur apprirent qu'il y avait bien, contre toute attente, des habitants sur Orto Plutonia. Cho s'indigna : les Talz ne pouvaient être que des intrus. Kenobi, qui s'efforce à rester poli, le réfuta ; puis, enfin, la Sénatrice Riyo intervint.

  Toujours soucieuse du sort de son peuple, elle estimait que, Orto Plutonia étant finalement peuplée, elle devait être assujettie aux règles de la République. Mais Cho, intraitable, voulut qu'on se préparât pour la bataille ; il fallait, selon lui, chasser les Talz à tout prix. Les Jedi protestèrent, mais le Président de Pantora était intransigeant : d'après lui, ces habitants étaient presque des animaux, auxquels l'on ne pouvait faire confiance.

  À cet instant, calmement, Riyo essaya de s'opposer à son supérieur ; mais Cho ne lui en laissa pas l'occasion. Il était convaincu que les Talz n'étaient que des sauvages et qu'en outre, le Conseil Jedi ne devait pas se prononcer sur cette affaire-là. La sage Chuchi insista, pour une fois, et osa dire qu'Obi-Wan et Anakin étaient peut-être les plus à même de communiquer avec les "sauvages". Pour le Président, l'objection de la jeune Pantoran était un affront ; et Riyo de se taire et d'obéir une nouvelle fois. Tous devaient désormais partir pour négocier avec les Talz et tenter de trouver un compromis.

  Les Républicains prirent des motos CK-6, y compris Chuchi, car, à cause de la tempête de neige, les canonnières ne pouvaient être déployées.  En arrivant sur les lieux des discussions - des transports séparatistes -, le Président manifesta de nouveau sa colère. Ils engagèrent ensuite la conversation avec les Talz, plus précisément le chef d'une tribu, Thi-Sen. D'emblée, Cho proféra des menaces et désira que l'interprète, C-3PO, traduisît ses paroles.

  La Sénatrice Chuchi voulut calmer son supérieur : elle lui proposa même de représenter Pantora à sa place pendant les négociations. Cho refusa et affirma qu'il n'y aurait nul besoin de diplomatie. Il s'adressa à Thi-Sen pour lui dire que, en tant qu'administrateur suprême de son monde, il ne pouvait tolérer qu'on exigeât de lui qu'il quittât sa propriété ou quelque chose d'autre. Républicains comme Talz étaient interloqués.

  Chuchi, comprenant que les discussions allaient tourner court, s'interposa. Toutefois, Cho ne voulut rien entendre et la repoussa, ordonnant à 3PO de répéter ce qu'il vient de dire dans la langue de ces "sauvages". Le Talz, à ces mots, s'irrita ; les Jedi essayèrent de calmer Cho, mais, pour lui, il s'agissait dorénavant d'un conflit interne à Pantora.

  3PO traduisit les paroles de Thi-Sen : celui-ci insista pour que la République abandonnât son territoire, sans quoi la guerre serait déclarée. En effet, le Président déclara la guerre. Chuchi, qui n'était pas parvenue à raisonner son supérieur, est consterné, tout comme les Jedi. Si la jeune Pantora eût parlé avec les Talz, il eût été plus aisé de trouver une issue pacifique pour tous les habitants. Mais, avec Cho, il en allait autrement.

  En sortant, Cho rassembla ses troupes et partit. Skywalker et Kenobi, de leur côté, commencèrent une conversation avec la Sénatrice Chuchi. Le jeune Jedi lui demanda si elle pouvait agir contre les décisions du chef pantoran, car ce qu'il voulait - c'est-à-dire attaquer les Talz innocents - était illégal. Riyo assura qu'elle n'y pouvait rien, puisque Cho avait considéré que c'était un conflit interne à la lune qu'il gouvernait. Elle ne pouvait donc s'interposer. Obi-Wan lui proposa de présenter une pétition au Conseil Jedi afin qu'il intervînt dans le conflit.

  La Sénatrice était pourtant réservée : devrait-elle agir sans l'autorisation de son Président ? Sans doute non : Riyo se souvint que l'orateur de l'assemblée de Pantora détenait le pouvoir ; il pourrait permettre qu'une telle requête fût transmise au Conseil. Ainsi, les ordres de Cho pourraient être négligés. En attendant, les Jedi et la Sénatrice, ainsi que 3PO, devaient rentrer à la base, car la tempête se levait ; dans leur station, ils pourraient peut-être contacter leurs alliés en vue de trouver une issue favorable à la guerre sur Orto Plutonia.

Chuchi, Riyo

Riyo et les Jedi discutent avec l'orateur de l'assemblée de Pantora.
(Star Wars: The Clone Wars: Trespass)


  Alors que Chi Cho, Rex et des clones luttaient déjà contre les Talz après une embuscade de ceux-ci, près de la station Glid, dans une canonnière,  Obi-Wan, Anakin, et la Sénatrice Chuchi, notamment, discutaient avec le représentant de l'assemblée par hologramme. Cet homme politique annonça à la jeune Riyo que les décisions de Cho étaient effectivement illégales et que, par conséquent, elle était autorisée à négocier un règlement pacifique du conflit entre les Talz et la lune de Pantora. Tous étaient satisfaits. Pendant le trajet, Kenobi demande à la Sénatrice comment elle entendait faire cesser la guerre.

  La Pantoran avoua qu'elle espérait que les Jedi, compte tenu de leur expérience et parce qu'ils étaient au service du Sénat, pussent négocier à sa place. Obi-Wan et son confrère furent surpris ; le premier exclut d'emblée cette possibilité. En effet, c'était le peuple que représentait Chuchi qui participait à ce conflit, et si les violences devaient être empêchées, c'était à Riyo d'agir, qu'elle le voulût ou non. À ce moment, la jeune femme prit conscience de ses responsabilités.

  Peu après, Chuchi, Obi-Wan et Anakin arrivèrent sur les lieux de la bataille entre les Talz et leurs clones des neiges. En sortant de la canonnière, Riyo regarda autour d'elle : des cadavres de clones, dont l'armure avait été transpercée par les lances ennemies, gisaient partout. Elle constata que le Président Cho, complètement essoufflé, avait lui aussi été blessé par une sagaie ; il parla avec la Sénatrice une dernière fois ; son ultime commandement était simple : il fallait que les "sauvages" fussent punis et qu'il fût vengé ; les Talz devaient être exterminés.

Chuchi, Riyo

Riyo plante une lance au sol en signe d'amitié.
(Star Wars: The Clone Wars: Trespass)


  La Sénatrice, pour la première fois, ose refuser : l'assemblée de Pantora avait déclaré que le Président avait agi de manière illégale ; en outre, on avait permis à Chuchi de négocier la paix. À ces mots, Cho mourut. Riyo en fut attristé ; mais, courageuse, elle se releva. Obi-Wan avertit la jeune diplomate pour lui signifier qu'il était temps de tenter de discuter avec les Talz. Chuchi prit la coiffure du gouvernant défunt de sa planète natale ; elle saisit une sagaie lancée quelques minutes plus tôt par les habitants d'Orto Plutonia.

  Elle appela C-3PO pour qu'il traduisît ce qu'elle dit, puis s'approcha, avec le droïde, des nombreux Talz, toujours prêts à combattre. Elle s'adressa à Thi-Sen qui accepta de descendre de sa monture. Chuchi commença par planter la lance au sol devant le chef de tribu, comme un signe d'amitié ; elle y posa le casque de son Président mort. Solennellement, elle entreprit de discourir : d'après elle, mourir pour un peuple était un grand sacrifice, mais vivre pour un peuple en était un plus grand encore. Elle avait choisi de vivre pour son peuple. Qu'est-ce que les Talz choisissaient ? Thi-Sen répondit en plantant à son tour sa sagaie dans le sol enneigé.

Chuchi, Riyo

Grâce à Chuchi, la paix entre les Talz et les Pantoran est conclue.
(Star Wars: The Clone Wars: Trespass)


  La Sénatrice comprit que les Talz avaient choisi la paix. Elle s'en réjouit et, par conséquent, annonça que les Républicains allaient quitter Orto Plutonia et les laisser vivre sereinement. La souveraineté de ce peuple, ainsi que la liberté et l'égalité de tous les membres de cette espèce, seraient désormais expressément reconnus par Pantora. Thi-Sen et Chuchi se saluèrent. La guerre était achevée. Afin de montrer leur loyauté, les narglatchs s'inclinèrent et les Talz regagnèrent leur village.

  Obi-Wan et Anakin félicitèrent Riyo Chuchi parce qu'elle avait réussi à trouver une issue favorable à tous. Kenobi donna un dernier conseil à la jeune Pantoran, alors qu'ils montaient dans une canonnière : il fallait toujours s'efforcer d'être un exemple pour les autres dans un conflit, quoi qu'il pût arriver. Riyo promit qu'elle se souviendrait du conseil du Jedi. Ensemble, ils retournèrent dans la station Glid puis vaquèrent à leurs occupations respectives.

  Cette mission diplomatique sur Orto Plutonia fut importante pour Chuchi. À son terme, elle avait pris quelque assurance ; débarrassée de son Président belliqueux, elle était plus libre pour décider de ce qu'elle voulait. En concluant la paix avec les Talz et en reconnaissant leur souveraineté sur la planète enneigée, elle avait accompli une grande prouesse pour son jeune âge. Toutefois, la Guerre des clones n'était, elle, pas achevée.

Chuchi, Riyo

Riyo (derrière Bail, à gauche) et les sénateurs sont retenus par Cad Bane.
(Star Wars: The Clone Wars: Hostage Crisis)



Prise d'otages sur Coruscant [haut]



  Quelques semaines plus tard, Chuchi s'opposa à une loi d'invasion voulue par le Chancelier suprême. Un politique, Philo, décida de réunir, sur Coruscant, tous les représentants qui contestaient l'autorité de Palpatine. Bientôt rejoints par Padmé Amidala et Bail Organa, de nombreux sénateurs, parmi lesquels Riyo Chuchi, qui avait, pour l'occasion, enlevé sa cape, se rassemblèrent dans l'atrium des bâtiments situés à l'est. Malheureusement, ce jour-là, un certain Cad Bane avait décidé de mettre en œuvre ses desseins machiavéliques.

  Il s'était entouré des meilleurs chasseurs de primes de la galaxie pour mener un assaut audacieux contre les sénateurs, afin de négocier et obtenir la libération de Ziro le Hutt, enfermé dans le Centre de détention judiciaire de Coruscant. Après avoir dupé les gardes, les malfrats entrèrent dans l'atrium et surprirent les sénateurs qui discutaient.

  Bane recommanda aussitôt au groupe de ne pas résister pour qu'il fût bientôt libéré. Quoi qu'il en soit, les Républicains ne pouvaient rien faire : ils étaient encerclés par Aurra Sing, Shahan Alam et d'autres automates armés. Philo tenta de résister, mais, sous les yeux des politiques, se fit tuer par Cad.  Le Duro voulait montrer que, si les sénateurs n'obéissaient pas à ses ordres, ils subiraient le même sort que Philo. Padmé, quoique bouleversée, entendait cependant échapper à ce traquenard, tandis que Chuchi s'inquiétait.

Chuchi, Riyo

Riyo et les autres sénateurs sont bloqués par des rayons laser.
(Star Wars: The Clone Wars: Hostage Crisis)


  Cad communiqua avec Palpatine pour lui révéler qu'il avait pris les sénateurs en otages et que, désormais, c'était lui qui commandait. Riyo et les autres furent promptement fouillés par les chasseurs de primes ; ils rendirent aux malfrats tous leurs moyens de communication. Soudain, Bane aperçut Anakin Skywalker, qui était lui aussi dans le bâtiment. Le Duro somma ses collègues de le pourchasser ; avec l'aide de Robonino, qui était à l'origine de la coupure de courant dans l'édifice, le jeune Jedi fut capturé.

  Anakin, attaché, inconscient, fut jeté au sol près des sénateurs, dans l'atrium où tous attendaient qu'on vînt les sauver. Padmé s'assura qu'il était vivant, puis ce fut Riyo Chuchi qui veilla sur lui. Elle se souvenait en effet que c'était en partie grâce à lui que Pantora n'était plus en guerre contre les Talz. Alors que, plus loin dans la ville, Ziro avait été libéré par 3D, Bane et les autres chasseurs se préparèrent à partir. Mais avant, ils installèrent des dispositifs pour empêcher les sénateurs de bouger.

Chuchi, Riyo

Avec l'aide d'Anakin, Chuchi et les sénateurs ont évité l'explosion.
(Star Wars: The Clone Wars: Hostage Crisis)


  Ils étaient entourés de rayons laser ; s'ils les touchaient, les politiques seraient tués, et le bâtiment exploserait. Riyo et Padmé espérèrent qu'Anakin se réveillerait pour qu'il les aidât ; et, effectivement, le jeune Jedi finit par se relever. Il décida de réagir. Avec son sabre laser, il coupa une partie du sol pour atteindre le niveau inférieur ; ainsi, il évitait la détonation provoquée par Bane alors en fuite.  

  Les Sénateurs chutèrent violemment, mais tous, y compris la jeune Riyo, étaient saufs. Ils remercièrent Anakin pour son aide, bien que la situation fût grave : Ziro, un criminel, avait été libéré, et Cad Bane fuyait Coruscant avec ses camarades. Riyo, elle, continua de représenter le peuple pantoran durant la Guerre des clones.


Affaires mineures au Sénat [haut]



  Chuchi apparut notamment dans les couloirs du Sénat, à côté de l'une de ses consœurs, Kin Robb, le jour où Anakin Skywalker tenta de convaincre sa femme, Padmé Amidala, que l'homme politique nommé Rush Clovis conspirait avec les Séparatistes.

Chuchi, Riyo

Chuchi (en arrière-plan, à droite) parcourt les couloirs du Sénat.
(Star Wars: The Clone Wars: Senate Spy)


  Chuchi fut sollicitée au Sénat lorsque Mandalore fut le centre de tous les débats. En effet, la gouvernante de cette planète, la Duchesse Satine Kryze, était menacée par des terroristes de l'organisation Death Watch, qui, alliés aux Séparatistes, projetaient de prendre le pouvoir de la planète. Afin, soi-disant, de protéger la souveraine et ses alliés, le Chancelier Palpatine souhaitait faire intervenir la Grande Armée sur Mandalore.

  Satine s'y opposait fermement, conformément à ses idéaux pacifiques ; elle estimait que, si sa planète était occupée, les habitants ne le tolèreraient pas et se rebelleraient contre le gouvernement, soutenant, probablement, les Death Watch. Chuchi était présente dans l'assemblée lors du débat et du vote autorisant la République à intervenir sur Mandalore.

  Assistée par deux Pantorans, elle assista aussi, dans sa nacelle, à la séance au cours de laquelle le véritable enregistrement holographique de Jerec fut diffusé dans les allées du Sénat. Dans son discours, ce dernier affirmait la volonté de Mandalore de rester neutre durant la guerre et de refuser toute intervention de la Grande Armée. Chuchi, comme Padmé Amidala, était satisfaite que Satine pût ainsi maintenir la paix sur son monde.

Chuchi, Riyo

Dantum écoute le discours enregistré par Jerec peu avant sa mort.
(Star Wars: The Clone Wars: Duchess of Mandalore)



L'affaire Papanoida [haut]

(à venir)

Les catégories suivantes peuvent vous intéresser




Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Chuchi, Riyo
Nom
Chuchi, Riyo
Espèce
Lieu de naissance
Taille
1,65 m
Fonctions
Sénatrice
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
03/04/2009

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
12 546


Note de la fiche
1 membre a noté la fiche "Chuchi, Riyo" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Fiches en relation

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire