Ylenic It’Kla


Chevalier Jedi caamasi qui survécut à la Grande Purge de l'Empereur

  Par deux fois, Ylenic It'kla survécut à un génocide orchestré par l'Empereur. Caamasi, il fit partie des survivants de sa planète dévastée. Chevalier Jedi, il échappa à la Purge. Mais l'Empire continua son œuvre de destruction et ce survivant ne put échapper à un nouveau génocide : la destruction d'Alderaan. Ylenic It'kla naquit au sein du clan Kla sur la pacifique Caamas quelques décennies avant l'avènement de l'Empereur. Les Caamasi donnaient rarement naissance à des Chevaliers Jedi - le seul autre Jedi caamasi que nous connaissions étant Allynic E'kles, dont le savoir fut stocké dans un holocron - mais ils avaient découvert que si un Caamasi avait côtoyé un Jedi et noué des liens avec lui, il pouvait lui transmettre un memni - sorte de souvenir - quelque soit son espèce. La famille Kla ressentit donc une immense fierté lorsque les talents d'Ylenic furent identifiés et aussi plus tard lorsqu'il devint un Chevalier Jedi.  

  Comme de nombreux enfants sensibles à la Force, Ylenic quitta certainement son foyer pour rejoindre le Temple Jedi, mais il garda néanmoins des contacts étroits avec sa famille tout en étant Chevalier Jedi, notamment avec sa sœur et le fils de celle-ci, Elegos A'kla. La peau d'Ylenic It'kla était recouverte d'un duvet doré et celle de son visage était marquée par des rayures pourpres qui formaient une sorte de loup autour de ses grands yeux couleur d'ambre, et ces rayures se prolongeaient sur son crâne. Ces marques pourpres étaient caractéristiques de la famille Kla. Comme le voulait la morphologie des Caamasi, le Jedi avait des muscles fins mais très puissants, puissance qu'il contrôlait sans mal. Quand il ne portait pas une bure Jedi couleur pourpre, Ylenic revêtait une sorte de kilt. Il était également doté de l'odorat extrêmement fin des Caamasi et préférait souvent penser aux gens en les associant à l'odeur qu'ils dégageaient. C'est ainsi qu'il surnommait Bois d'Epice son grand ami Nejaa Halcyon.

  Les Caamasi étaient célèbres dans toute la galaxie pour leur pacifisme et leur sagesse, ce qui en faisait de remarquables conseillers et négociateurs respectés de tous. Cela faisait également partie des devoirs de tout Jedi. Mais il était également un bon pilote et un redoutable duelliste avec son sabre laser à lame rouge/dorée lorsque les circonstances l'exigeaient. A ceux qui s'étonnaient qu'un Caamasi puisse être un guerrier, Ylenic It'kla répondait ceci : "Malgré notre grande estime de la paix et notre profond dégoût de la violence, nous savons que nous devons parfois en arriver à des positions extrêmes. Et nous plaçons alors nos vies entre celles des innocents et ceux qui les menacent. Il est alors facile de voir quand le pacifisme devient néfaste. Si des êtres sont capables de protéger les autres mais ne le font pas afin de préserver leur propre conception de la paix, alors ce sont des égoïstes. Ils placent leur personne et leur idéal de paix au-dessus du bien-être d'autres créatures. Ils défendent donc une philosophie et non des êtres. Et de cette manière, ils causent du tort à tout le monde. Voilà où est leur faute".

  Le Caamasi ne fit pas partie des Jedi qui combattirent lors de la Bataille de Géonosis, mais sept jours après celle-ci, Mace Windu envoya Aayla Secura et Ylenic It'kla effectuer une mission sur Corellia. Sous le couvert de l'extraction d'un scientifique et de famille, les Jedi devaient procurer de faux renseignements au Techno-Syndicat et amener, de façon détournée, les Jedi Corelliens à sortir de leur neutralité. Ils furent aidés dans leur tâche par le Maître Jedi Nejaa Halcyon. A une époque incertaine qui se situe sans doute peu avant l'Ordre 66, un général Jedi, peut-être Obi-Wan Kenobi, recruta Ylenic It'kla et Nejaa Halcyon pour une mission sur Susevfi où proliférait une enclave Sith. Ylenic It'kla parvint à battre son adversaire, une femme rousse qu'il avait surnommé Rose de Poussière, mais l'adversaire de Nejaa, le chef des Jedi Noirs, se révéla beaucoup plus fort que les trois Jedi. Pour sauver ses camarades d'une mort certaine, le Maître Jedi corellien sacrifia sa propre vie, entraînant avec lui Nikkos Tyris. Ylenic assista, totalement impuissant, à la mort héroïque de son ami et ce souvenir resta profondément ancré en lui.

  Après ces événements tragiques, le Jedi caamasi se rendit sur Corellia pour annoncer la triste nouvelle à la veuve et au fils de Nejaa. Il leur remit ses effets personnels et s'excusa auprès d'eux de ne pas avoir eu de corps à ramener, celui-ci s'étant évanoui dans la Force, preuve que Nejaa avait été un grand Jedi. Par la suite, Palpatine se proclama Empereur et donna le coup d'envoi à la Purge des Jedi en transmettant l'Ordre 66 à toutes les armées clones. Ylenic It'kla fit partie des rares Jedi à échapper à la Purge. Lorsque Caamas fut détruite peu après l'avènement de l'Empereur, le Chevalier Jedi se trouvait sur Alderaan, chez un de ses amis, sans doute Bail Organa. Ylenic convainquit ce dernier de recueillir dans le plus grands secret des survivants de son monde natal et une colonie secrète de Caamasi fut fondée sur les Iles du Sud de la planète. Durant les années suivantes, jusqu'à la destruction d'Alderaan, soit durant une période de quinze à vingt ans, Ylenic devint un des conseillers personnels de Bail Organa. Comme lui, Organa était un pacifiste convaincu mais il avait aussi conscience que l'Empire était mauvais et devait être combattu. Il est certain que le Chevalier Jedi devait partager la frustration du vice-roi Organa devant l'obstination des pacifiques Alderaaniens. En effet, contrairement aux Caamasi, la majorité du peuple d'Alderaan pensaient que Palpatine ne gagnerait vraiment que s'il les forçaient à se battre contre lui.

  Durant cette période, il demeura en contact avec son neveu Elegos A'kla et lui fit partager un de ses memnis, celui retraçant la mort de son ami Nejaa Halcyon, sans doute son souvenir le plus marquant. Par la suite, Elegos s'installa dans la colonie caamasi de Morymento sur Kerilt, où il devint une figure importante. Ce fut là que des années plus tard, son neveu fit la connaissance du petit-fils de Nejaa, Corran Horn, avec lequel il nouera une amitié durable et à qui il fera partager le memni d'Ylenic. Quelques années avant la Bataille de Yavin eut lieu une réunion des représentants de plusieurs groupes rebelles durant le tournoi de sabacc de Bespin. Ylenic faisait partie, avec Winter, de la délégation alderaanienne à ce prélude de la signature du Traité Corellien. Il y fit la connaissance de la représentante corellienne, Bria Tharen, à qui il ne se présenta que comme un conseiller du vice-roi Organa et qui fut émue par la tristesse qui émanait de lui.
  Malheureusement, après avoir survécu à deux exterminations majeures, la destruction de Caamas et la Grande Purge Jedi, Ylenic It'kla succomba à une nouvelle exaction de l'Empereur. En effet, Ylenic mourut lors de la destruction de sa planète d'adoption peu avant la Bataille de Yavin par la redoutable Etoile de la Mort, sur ordre du Grand Moff Tarkin.
Informations encyclopédiques
Ylenic It’Kla
Nom
Ylenic It'Kla
Espèce
Lieu de naissance
Fonctions
Chevalier Jedi
Armes
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
26 408


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Insider #066 (Who's Who : Imperial Grand Admirals...)
  • La Trilogie Han Solo, Vol. 3 : L'Aube de la Rébellion
  • Moi, Jedi

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.