Kadann


Prophète Suprême du Côté Obscur, au service de Palpatine

Continuité : Legends


  Ceux qui voient le Côté Obscur comme une force brute se nourrissant d'émotions négatives oublient que sa nature est également subtile et parfois très difficile à mettre en évidence. Telle est la leçon que pourrait donner la déchéance du Jedi Kadann, qui ne se voua pas aux ténèbres par jalousie, peur, haine ou désir mais simplement parce qu'il voulait comprendre la Force.

  Lorsqu'il atteignit le rang de Chevalier Jedi, peu de temps avant la crise de Naboo, Kadann ne se distinguait de ses confrères humains que par sa morphologie exceptionnellement trapue, qui résultait probablement d'un hasardeux concours de circonstances dans son patrimoine génétique. Il faisait partie de ces Jedi qui préféraient l'étude et l'isolement aux inévitables interventions que leur rôle de protecteurs de la République les obligeaient à réaliser. Découvrant l'existence de la prophétie parlant de la venue de celui qui devrait restaurer l'équilibre de la Force, Kadann entreprit de confronter cet avenir potentiel à ses convictions. Comment les Jedi, serviteurs du Côté Lumineux, pouvaient-ils concilier leur idéologie avec cet "équilibre" qui impliquait clairement que le Côté Obscur doive à nouveau gagner en puissance ?
  Plutôt que de raisonner selon les traditions Jedi qui mettent en opposition ces deux aspects de la Force, Kadann, pensa qu'il fallait les dépasser. Que Lumière et Ténèbres pouvaient s'équilibrer en coexistant, puisqu'ils ne représentaient que deux aspects de la Force. L'équilibre devait être intérieur et non une opposition perpétuelle.

  Sa théorie était séduisante et logique. C'est ainsi qu'elle provoqua sa perte. Car Kadann oublia que cet équilibre intérieur existait déjà dans chaque être vivant à fortiori ceux sensibles à la Force. De la même manière que les Jedi devaient prendre conscience de leur part d'ombre pour mieux la contrôler sans jamais pouvoir l'éradiquer, leurs ennemis disparus, les Sith, avaient grâce à Dark Bane fini par comprendre que sans coopération, sans tolérance pour le pouvoir des autres, ils ne pourraient que se détruire mutuellement. La Lumière existait à travers son opposition à la nuit, comme une possibilité de transcendance. Et la Nuit existait dans l'ombre de la Lumière, mère de toutes les fausses promesses. Leur nature n'était pas de coexister mais bien de s'affronter car aucune ne pouvait exister sans se nourrir de ce qui la différenciait de son opposé. La Force dans son ensemble n'était pas à la portée de ceux qui la percevaient. Elle ne pouvait se manifester en eux qu'à travers leurs propres affrontements intérieurs et si elle pouvait promettre une forme d'harmonie, cette harmonie devait s'obtenir par l'épreuve, pas par la complaisance.

  Oubliant que l'équilibre, qu'il soit physique ou spirituel, n'est qu'un constant réajustement d'influences contraires, Kadann pensa qu'en cherchant à explorer à la fois la Lumière et les Ténèbres, il atteindrait un état de compréhension suprême de la Force. Il connaissait déjà la Lumière, il lui fallait donc s'intéresser aux Ténèbres. Kadann quitta les Jedi et entreprit sa longue quête. Il ne tua personne, ni n'aida aucun tyran. Il se contenta d'explorer d'anciennes ruines, de retrouver des textes perdus et de méditer. Tranquillement, paisiblement, il s'enfonça lentement dans la nuit de son propre cœur. Car la nature même de sa quête était égocentrique puisqu'elle l'amenait à penser qu'il pourrait réaliser l'impossible. Il ne s'isolait pas des autres pour mieux comprendre et ainsi trouver le moyen de mieux les aider mais pour mieux apprendre comment se servir de quelque chose qui était en opposition avec son ancienne voie : le Côté Obscur.

  Et le Côté Obscur lui donna tout ce qu'il cherchait, et plus encore. Kadann eut des visions du futur. Grisantes, enivrantes. Et il en vint à considérer qu'en affinant le pouvoir de prédiction que la Force conférait parfois aux Jedi, il pourrait mieux la comprendre. Au lieu d'attendre passivement qu'elle lui révèle des bribes du futur, il pourrait de lui-même parcourir les chemins de l'avenir. Et là encore, il ne comprit pas la nature foncièrement égoïste et égocentrique de ses actes. Il voulait se servir de la Force et non pas accepter sa nature fuyante et subtile. Il voulait comprendre, connaitre, pouvoir et pas seulement ressentir, recevoir, attendre. Les visions de l'avenir qu'il eut n'étaient pas toujours fondées mais en s'acharnant, en laissant le désir et l'ambition prendre le dessus, il finissait par obtenir de meilleurs résultats.

  Nul ne sait comment Dark Sidious eut vent de la quête de Kadann, ni comment ils se rencontrèrent. Mais l'homme qui dans l'ombre allait transformer la galaxie une fois pour toutes eut de nombreuses discussions avec Kadann peu avant la Guerre des Clones. Et le maître Sith décida sagement de ne pas faire de ce quêteur si particulier un de ses disciples, mais de le laisser explorer davantage encore le Côté Obscur à sa manière. Il persuada Kadann que lui, Sidious, était en fait le véritable destinataire, le creuset, l'aboutissement de toutes les révélations que le Jedi déchu recherchait. Que Kadann était l'oracle de la Force, le messager de ses volontés grâce auquel les ambitions de Sidious pourraient se concrétiser et perdurer, ce qui redonnerait leur grandeur aux Sith et restaurerait ainsi l'équilibre annoncé par la prophétie. En mettant côte à côte la lumière et l'ombre. "Dévoile moi les secrets de la Force et je les ferai vivre, je leur donnerai substance" fut la promesse du maître Sith.
  Et Kadann, déjà bien au delà des frontières du Côté Obscur, franchit ainsi le dernier pas qui le menait à l'abîme. Serein, calme, paisible et tellement sûr d'être dans le vrai...

  L'Empereur Palpatine lui fournit des disciples et Kadann les éduqua afin qu'ils le secondent. Il fonda ainsi l'ordre secret des Prophètes du Côté Obscur, chargé de dissiper les brumes du futur et de donner à l'Empereur les secrets arrachés à l'avenir. Après avoir servi les Jedi, Kadann délivrait ses prophéties à un Sith et ne voyait là dedans qu'une autre forme d'équilibre. Il était le Prophète Suprême, le seul être de la galaxie à comprendre vraiment les désirs et les attentes de la Force.
  Mais cette compréhension était imparfaite. La Force était toujours aussi fuyante et seuls la persévérance, l'acharnement, la passion permettaient de déchirer les voiles de l'avenir. Certaines des prophéties de Kadann ou de ses disciples permirent à l'Empereur de renforcer son pouvoir mais il y eut aussi des visions erronées, ou des pans entiers de l'avenir qui restèrent à jamais dissimulés. Kadann et ses disciples n'étaient connus que des proches conseillers de Palpatine mais son influence ne fit que croître et il en vint à mépriser tous ceux qui servaient l'Empereur sans comprendre ce qu'était la Force. C'est ainsi par exemple qu'il en vint à utiliser son pouvoir pour châtier douloureusement le Grand Amiral Afsheen Makati qui avait eu comme seul tort de laisser un de ses subordonnés faire un commentaire peu flatteur sur l'apparence des Prophètes.

  Lorsque parmi tous les avenirs possibles Kadann eut une vision révélant que le sort de l'Empire basculerait à Endor, il tenta de prévenir Palpatine. Mais celui-ci préféra les murmures séducteurs que le Côté Obscur lui délivrait directement et se souvint que les oracles des Prophètes étaient parfois bien éloignés de la vérité. Par orgueil, Palpatine préféra écouter ses propres intuitions. Elles étaient après tout tellement plus... appétissantes que les présages de malheur de son Prophète Suprême.

  Après la mort de l'Empereur, les Prophètes se réfugièrent un temps à l'écart sur la station Scardia. Kadann eut de nombreuses visions, souvent contradictoires. Il prophétisa que celui qui trouverait le gant de Dark Vador restaurerait l'Empire, ce qui provoqua des troubles au sein des hauts responsables impériaux encore vivants. D'autres visions et la déception de ne pouvoir trouver un homme à suivre comme il avait suivi l'Empereur incitèrent Kadann à tenter sa chance et il essaya de s'emparer de Coruscant mais dut prendre la fuite devant Ysanne Isard et retourner sur la station Scardia. La Force semblait l'avoir abandonné mais le coup de grâce restait à venir.

  L'orgueil avait mené Kadann à son insu jusqu'à sa perte. Cet orgueil qui l'avait poussé dans les ténèbres. Ce même orgueil qui s'était accompagné de mépris et l'avait incité à exercer parfois son pouvoir pour châtier ceux qu'il jugeait insolents le mena enfin jusqu'à la tombe. Le Grand Amiral Makati Afsheen n'avait pas oublié Kadann et un de ses propres disciples trahit le Prophète Suprême, révélant à son vieil ennemi ou il se trouvait. Kadann fut ainsi anéanti en même temps que son refuge, moins de deux ans après Endor. Après l'avoir totalement corrompu sans même qu'il s'en rende compte, le Coté Obscur l'avait trahi et abandonné au pire moment. Comme il avait abandonné Palpatine, Exar Kun, Naga Sadow et tous les autres avant lui. Kadann croyait qu'en dévoilant l'avenir, il parviendrait à comprendre la Force. Mais tout était sous ses yeux depuis le début. Il avait tout simplement oublié de tirer les leçons du passé.
Informations encyclopédiques

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
08/10/2019

Nombre de lectures
47 833


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.