Davik Kang


Seigneur du crime de Taris et membre de l'Echange, il y a 4000 ans.

  Trois mots correspondent au rêve tarisien: le pouvoir, la célébrité et les femmes. Ces idéaux n'étaient le plus souvent accessibles que pour les habitants de la Ville Haute de Taris. Pourtant, une personne de la Ville Basse avait fait de ce rêve une réalité : cet homme, c'était Davik Kang, le seigneur du crime de Taris. Appartenant au syndicat du crime intergalactique nommé l'Échange, Davik était ce genre de crapule dont la vie se résumait à un mot : profit.

  Il était armé d'un blaster lourd, d'une vibrolame et il portait une armure de grande qualité. L'origine de fabrication de celle-ci reste obscure.Une rumeur voudrait  que ce soit un artisan devant de l'argent à Davik ( et que celui-ci épargna pour l'occasion) qui lui ait construit cette protection. Davik l'aurait ensuite tué afin de garder l'authenticité de son bien. Une autre rumeur, plus vraisemblable cette fois, affirmerait que Kang aurait simplement commandé cette armure à une firme étrangère pour une forte somme d'argent.

  Davik possédait un grande propriété dans la Ville Haute de Taris. Cette grande demeure comportait de nombreuses pièces: une salle du trône qui servait de réceptions aux invités; un hangar où étaient entreposés les vaisseaux; un laboratoire qui permettait de travailler l'épice; des casernes pour les gardes; une chambre des plaisirs où des esclaves répondaient à tous les besoins des invités par le biais de "massages"; des chambres pour les invités; une chambre des "invités" où les traîtres avaient droit à un traitement de faveur. C'est dans sa demeure que Davik a réussi à recruter certaines personnes afin qu'elles travaillent pour l'Échange: Calo Nord, le célèbre des chasseurs de primes; Canderous Ordo, un redoutable mercenaire Mandalorien de la Bordure Extérieure.

  On sait très peu de choses sur l'enfance de Davik, ni comment il a rejoint l'Échange. Mais ce qui est sûr, c'est que son parcours "inspirait" le respect chez ses concitoyens tarisiens, devenant même un modèle de réussite pour certains d'entre eux. Ses activités étaient pour le moins diversifiées : contrebande, esclavage, extorsion.

Davik Kang Pour mener à bien ses affaires de contrebande, Davik possédait le vaisseau le plus rapide de toute la galaxie: l'Ebon Hawk. "La prunelle de mes yeux" comme il disait. On ignore cependant comment Kang l'a eu. Certainement que cette acquisition s'est faite dans la violence et le sang. Toujours est-il que Davik avait ce vaisseau et qu'il lui permettait de faire du "commerce" aux quatre coins de la galaxie: sur Tatooine pour la contrebande d'épice, avec Suvam (un rodien vivant seul dans une station spatiale en orbite autour de Yavin) pour la contrebande d'armes. Ses activités tournaient bien, d'autant plus qu'il achetait parfois d'anciens douaniers permettant ainsi à ses marchandises de passer quasiment inaperçues, les nouveaux engagés connaissant toutes les astuces pour coincer les contrebandiers.

  Comme tout seigneur du crime qui se respecte, Kang taxait la plupart des magasins rentables de la planète, assurant du même coup leur protection. De plus, il fournissait en équipements ces différents commerces. Tout ce qui rapportait l'intéressait. Sur Taris, la maladie des rakghouls était un fléau. L'Ancienne République avait trouvé un sérum, mais les Sith arrivèrent sur la planète et gardèrent tout le remède pour eux. Kang recherchait ce sérum: il n'aurait pas hésité à demander une forte somme d'argent à un malade en échange du remède. En ayant ce dernier, Davik l'aurait produit de tel sorte que personne à part lui ne puisse le dupliquer. Heureusement, il ne l'a jamais eu.

  La vie sur Taris était assez difficile. De nombreuses personnes, et même les gens fortunés, empruntaient de l'argent au seigneur du crime local. Hélas, ils ne connaissaient pas l'étendue de ce pacte faustien, à savoir améliorer sa vie en contractant une dette d'argent à Davik. La plupart des endettés ne pouvaient pas le rembourser, et Kang envoyait des chasseurs de primes ou des agents comme Canderous Ordo jusqu'à ce qu'ils payent leur dette: souvent les chasseurs réglaient le compte des malheureux. Les activités de Davik versant dans l'esclavagisme, les familles des défunts étaient la plupart de temps réduites en esclavage. Certaines étaient vendues aux gangs de Taris, tels les Vulkars comme ce fut le cas avec la malheureuse Ada, d'autres, et plus particulièrement les femmes, devenaient esclaves dans les chambres des plaisirs de la propriété du seigneur du crime, où on les forçaient à satisfaire les clients de Davik.

  Ces activités criminelles étaient florissantes jusqu'à l'arrivée des Sith et du blocus de Taris. Une bataille avait éclaté dans le ciel tarisien, opposant une flotte de la République menée par Bastila Shan, à bord de l'Endar Spire, à des vaisseaux Sith. Ces derniers firent sauter le vaisseau de la Jedi qui parvint avec d'autres membres d'équipages à fuir dans des capsules de sauvetage. La plupart de ces capsules s'écrasèrent dans la Ville Souterraine. Sachant cela, Davik envoya un groupe d'hommes mené par Canderous afin de piller les épaves. Mais les Vulkars étaient déjà passés par là, ce qui rendit Kang furieux.

  Il se faisait beaucoup de soucis pour son affaire de contrebande qui tournait à vide à cause de la quarantaine sith. Du coup, Davik travaillait à essayer de se procurer les codes de la flotte sith afin de pouvoir aller et venir à sa guise sans se faire transformer en poussière stellaire par les canons automatisés de l'armada..

  Quitte à rester bloqué sur Taris, autant tirer certains avantages de la situation. Ainsi, Davik ne se gêna pas pour mettre des têtes à prix aux bureaux des primes de Zax, un gros Hutt qui lui servait d'informateur. Ces contrats d'exécution étaient déguisés en primes, et ceci dans la plus grande illégalité. Ses contrats portaient sur un twi'lek nommé Matrik, ancien membre de l'Échange qui avait trahi en vendant des informations aux autorités tarisiennes; Largo, un homme qui devait de l'argent ; et Dia, une jeune femme qui s'était défendue en refusant les avances d'un de ses hommes de mains.

  Mais tout cela ne faisait pas rentrer l'argent dans les caisses, et il fut obliger de ne pas payer certains de ses employés, tel Canderous Ordo, ce qui poussa ce dernier à le trahir car il n'aimait pas qu'on se paye sa tête. Le Mandalorien avait décidé de quitter Taris à bord de l'Ebon Hawk, mais il ne pouvait pas mettre son plan à l'œuvre seul : il avait besoin d'une personne capable de s'infiltrer dans la base Sith afin de voler les codes. Cette personne fût le gagnant de la Grande Course de fonceurs de Taris. Par son audace et ses talents de combattants exprimés lors de la bagarre après la course, l'homme était parfait pour s'infiltrer dans la base militaire sith. Pour pouvoir entrer dans celle-ci, un droïde astromécano devait forcer le code d'entrée. Ce droïde se révéla être T3-M4 que Davik avait commandé à Janice Nall, une commerçante de Taris. Le pilote de fonceur acheta le droïde, et il récupéra les codes, tout ça sous le nez de Davik qui n'en sût rien. Le Mandalorien l'aurait bien fait lui même, mais en le faisant, les Sith auraient su immédiatement que c'était Davik et ils auraient investi la propriété du seigneur du crime, réduisant à zéro les chances de fuir la planète.

  Une fois les codes en leur possession, Canderous et le pilote se rendirent chez le seigneur du crime. En effet, Ordo fit croire à Kang que le jeune homme voulait faire parti de l'Échange. S'intéressant à la compétition et étant lui aussi pilote de fonceur, Davik avait déjà entendu parler de ses exploits pendant et après la course : c'était le genre de personne qu'il recherchait. Il l'invita dans sa résidence, lui faisant faire le tour du propriétaire et montrant ainsi ses activités. Ils arrivèrent devant l'Ebon Hawk, où il leur révéla qu'il était protégé par un code de sécurité dernier cri. Puis, il les mena dans leur quartier, leur donnant deux conseils: ne pas importuner les autres invités sous peine de représailles de la part des gardes; et aller faire un tour à la chambre des plaisirs. Pendant ce temps-là, il irait se renseigner sur l'identité du jeune homme, afin de voir si il n'y avait rien de suspect. On ne sait pas s'il découvrit la véritable identité de l'homme en question, car il s'agissait de Revan, que les Jedi avaient laissé en vie et qui était amnésique. Probablement que oui, vu que par la suite,  le chasseur de primes Calo Nord l'annonça à Dark Malak.

  Ce fut à ce moment que les Sith décidèrent de bombarder Taris afin de se débarrasser de Bastila Shan. Prenant leur jambes à leur cou, Davik et Calo se rendirent au hangar afin de s'échapper à bord de l'Ebon Hawk. A peine arrivèrent-ils dans la salle qu'ils virent Canderous et Revan venir pour voler le vaisseau. Une bagarre éclata alors, une bagarre dont le fruit de la victoire serait un ticket pour l'espace, une échappatoire à ce monde en pleine destruction. Malgré l'appui des blasters de Calo Nord, Davik Kang rendit l'âme, mourant ainsi en faisant mentir l'efficacité de son armure.
Informations encyclopédiques
Davik Kang
Nom
Davik Kang
Espèce
Lieu de naissance
Fonctions
Seigneur du crime
Armes
Vaisseau
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
11 075


Note de la fiche
1 membre a noté la fiche "Davik Kang" 4 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - Databank
  • Knights of the Old Republic (jeu vidéo)

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.