Titus Klev


Commandant des forces impériales lors de la seconde Bataille de Mon Calamari

Continuité : Legends


  Titus Klev avait tous les atouts pour monter dans la hiérarchie militaire impériale, et quand bien même il n'en aurait pas eu le talent, ses privilèges auraient eu tôt fait de combler ce manque. La providence avait en effet été très généreuse avec lui : sa mère étant issue d'une riche famille marchande d'Alsakan - en imaginant toute l'influence politique que l'on peut dégager d'une telle fortune -, Klev, pour assouvir ses ambitions, put également compter sur le prestigieux passé militaire de son père, officier de haut rang durant la Guerre des Clones. Pourtant, durant sa jeunesse, Titus ne désirait et n'aspirait à rien de particulier. Mais c'était sans compter sur le fait que le jeune garçon ferait partie de la première génération à grandir totalement sous l'influence de l'Empire et à adopter le mode de vie voulu par les idéologues de l'Ordre Nouveau pour leurs citoyens.

  Très tôt donc, Klev tendit à ressembler au modèle mis en avant par la propagande impériale : brillant, athlétique et toujours impeccablement présenté, Klev devint rapidement la vedette de son école en devenant la figure de proue de l'équipe de wegsphère de l'école et des simulacres de combats pratiqués dans la cour de récréation. Si le mimétisme du jeune Klev sur l'Ordre Nouveau s'était limité au sport, cela n'aurait sans doute pas prêté à conséquence. Mais cela ne fut pas le cas : comptant parmi les premiers enfants à s'enrôler dans les toutes nouvelles organisations de jeunesse créées par le COMPORN sur son monde natal, les groupes SA - littéralement les groupes sous adultes -, Klev ne tarda pas non plus à en adopter les pratiques les plus viles et nauséabondes. Il faut dire que les activités de son groupe n'étaient pas toujours très populaires au sein de son école puisqu'elles comprenaient, entre autre, la dénonciation des professeurs soupçonnés de subversion anti-impériale ou encore les brimades et les brutalités contre ses camarades non-humains. Les gens qui le côtoyèrent à cette époque s'accordent néanmoins à dire que Klev avait tout pour aller loin au sein de l'Empire, si l'on fait exception desdites activités… ou non.

  À l'âge de treize ans, Klev fut recommandé par son chef de section pour intégrer un camp spécial de survie et d'entraînement sur Ibanjii. Là encore, Klev se distingua en survivant à l'environnement hostile de la planète et s'offrit également le luxe de sauver son instructeur d'une meute enragée de varns. Cet acte de bravoure lui valut alors de rejoindre la COMPFORCE, la branche armée du COMPORN, bien qu'il lui manquât quatre ans par rapport à l'âge minimum réglementaire. Désireux de glorieux combats comme savaient si bien les mettre en valeurs les holovidéos de l'Empire, Klev postula pour la branche Assaut; mais ses parents, sans doute plus au fait des dures réalités de la guerre, s'arrangèrent pour qu'il n'en soit rien et finalement Klev fut intégré à la branche Observation et envoyé à leur plus grand soulagement sur un vaisseau des douanes pour un stage d'observation justement - à comprendre comme surveillance politique des membres d'équipage. L'aspirant impérial, après être finalement devenu moniteur idéologique en chef, ne put se résoudre à s'arrêter là; plutôt que de continuer à évoluer au sein du COMPORN, Klev choisit finalement d'embrasser une carrière militaire en s'inscrivant à l'académie navale. Et bien que ses résultats scolaires ne fussent pas assez bons, Klev put compter sur l'amitié de l'un des membres du jury d'admission, un ancien camarade de son groupe SA qui fit abstraction de quelques règles pour faire accepter son ami.

  Son rêve désormais à portée de main, Klev pouvait déjà s'enorgueillir d'être la trente-sixième génération des Klev à entrer à l'académie. Bien qu'il passât le plus clair de son temps à la wegsphère plutôt qu'à étudier, Klev ne prenait pas moins ses responsabilités au sérieux. De même, personne n'aurait pu lui reprocher ses accointances avec certains cadres du campus du COMPORN, l'image que Klev dégageait plaisait tellement aux propagandistes impériaux, à tel point que jamais il ne fut inquiété et devint même rapidement le major de sa promotion. À l'issue de sa formation, Klev fut assigné au centre des opérations des stations de combat, département prestigieux, puisque cela lui aurait permis, à terme, de compter parmi les futurs membres d'équipage de la seconde Étoile de la Mort, station de combat destinée à devenir la fine fleur de la Marine Impériale.

  Il n'en fut néanmoins jamais ainsi puisque la seconde Étoile de la Mort fut détruite lors de la Bataille d'Endor, et Klev en fut alors réduit à servir sur une série de plates-formes de siège et de bases spatiales sans aucun cachet et prestige. La carrière de Klev semblait bien compromise. En effet, dans un Empire décadent et en pleine déconfiture, l'heure n'était plus aux projets technologiques de grande envergure ou aux plans de carrière tout tracés; c'était désormais le temps de l'urgence, de la fuite, des trahisons de tout bord et des règlements de compte. L'officier impérial prit néanmoins son mal en patience, certain que son quart d'heure de gloire finirait par arriver. Jusqu'au jour où, pendant le siège de Wann Tsir, il parvint à arrêter un Rebelle qui tentait de saboter les boucliers de la station de siège.

  Ce fait d'armes combiné avec la stabilité momentanée de l'Empire due au retour du Grand Amiral Thrawn et de l'Empereur Palpatine permit à Klev de monter rapidement dans les échelons du centre des opérations des stations de combat. Pressenti pour devenir Moff, c'est avec fierté que Klev accepta le commandement d'une force expéditionnaire contre la planète Mon Calamari lors de l'Opération Main de l'Ombre. Si son escorte, un croiseur de bataille de classe Allegiance et une poignée d'autres vaisseaux, fut rapidement mise hors d'état de nuire par les forces néo-républicaines, Klev, à la tête des dernières superarmes de l'Empire, les Dévastateurs de Mondes, se livra à un véritable carnage en anéantissant l'Emancipateur puis en écrasant toute résistance à la surface de la planète. Devant cette victoire assurée, Klev a pu penser à cet instant que son avenir était assuré… Mais c'était sans compter sur l'opiniâtreté des Rebelles et d'un droïde nommé R2-D2, qui parvint à détourner le signal de commande des Dévastateurs de Mondes et à leur ordonner de s'attaquer mutuellement. Au terme de la bataille, les vaisseaux impériaux avaient été totalement anéantis, Titus Klev et ses ambitions de carrière avec.
Informations encyclopédiques
Titus Klev
Nom
Titus Klev
Espèce
Lieu de naissance
Fonctions
Commandant impérial
Armes
Vaisseau
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
04/05/2019

Nombre de lectures
8 311


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.