Netus


Netus était un ancien militaire qui devint Sénateur, puis Ministre de la Défense de la République peu de temps avant la Révolte Naddiste. Il occupait toujours ce poste durant la Grande Guerre des Sith.

Continuité : Legends


  Après avoir servi durant cinq ans dans le corps d'élite des parachutistes de la République, les soldats-fusées, années au cours desquelles il récolta probablement la cicatrice qui lui barrait le visage, Netus se tourna vers la politique. Au bout de vingt-quatre ans, le Sénateur Netus fut nommé Ministre de la Défense de la République et espérait résoudre tous les problèmes qui, selon lui, avaient été crées par ses prédécesseurs. En tant que Ministre de la Défense de la République, Netus passait le plus clair de son temps à être submergé de demandes d'intervention militaire, d'augmentation de la présence militaire, de plus gros budgets pour la conception et le développement de nouvelles armes et de systèmes de défense, et d'autres demandes du même genre. Dans le même temps, il devait superviser les questions de sécurité de la République, l'entretien des forces de l'Armée et de la Marine, et devait également se tenir informé du statut de chaque engagement militaire en cours.

  Netus avait tendance à aborder la plupart de ces questions avec prudence, mais il estimait qu'il fallait parfois prendre rapidement des décisions pour l'emporter, une opinion que ne partageait absolument pas les précédents Ministres de la Défense et la plupart des Sénateurs avec lesquels travaillait Netus. Ce qui faisait que celui-ci perdait des heures, voire des jours, à parlementer avec ses collègues pour obtenir leur approbation pour des actions militaires, tout en espérant que, lorsque le Conseil de la Défense aurait finalement atteint un consensus, le conflit n'ait pas encore été remporté par leurs adversaires…

  Il occupait depuis peu de temps la fonction de Ministre de la Défense lorsque le Soulèvement Naddiste éclata sur Ondéron et que l'on sollicita l'aide de la République (-3.998). Bien  que certains membres du Conseil auraient préféré laisser les Jedi gérer seuls cette affaire impliquant le Côté Obscur, Netus obtint assez rapidement l'autorisation d'envoyer la flotte sur place. Les forces de la République, parmi lesquelles se trouvaient l'ancien corps de Netus, et les Jedi remportèrent la victoire et chassèrent le Côté Obscur de la planète.

Netus

Netus doit souvent faire face aux interminables discussions du Conseil de Défense
Image extraite du comics La Légende des Jedi Vol.3 : Le Sacre de Freedon Nadd


  Malheureusement, la menace représentée par le Côté Obscur s'était seulement déplacée dans le Système de l'Impératrice Téta en la personne des Krath qui s'emparèrent l'année suivante du système suite à un sanglant coup d'Etat (-3.997). La République réagit rapidement en envoyant une flotte à laquelle se joignirent plusieurs Jedi mais ils subirent de lourdes pertes au cours de la Bataille de Koros Major et durent battre en retraite. Par la suite, les Jedi furent pris directement pour cibles par les Krath et les affrontèrent à plusieurs reprises.

  En -3.996, plusieurs avant-postes et chantiers navals de la République furent prit pour cibles par de mystérieux assaillants que la République prit à tort pour des pirates. Peu après l'attaque du chantier naval de Foerost, Netus et le Chancelier accueillirent le Maître Jedi Vodo-Siosk Baas et plusieurs Chevaliers qui étaient venus sur Coruscant suite aux rumeurs faisant état qu'un Jedi menait ces attaques et pour tenter de convaincre le Sénat de laisser l'Ordre se charger de ce renégat, quel qu'il soit. Peu après l'arrivée des Jedi, Netus reçut un message du Capitaine Vanicus l'informant que le Jedi en question était Ulic Qel-Droma et que la flotte se dirigeait vers ce qu'elle pensait être sa prochaine cible : la station de saut de Kemplex IX.

Netus

Netus se fraye un chemin vers la salle de guerre
Image extraite de la bande dessinée La Légende des Jedi Vol.5 : La Guerre des Sith


  Mais Netus et ses compagnons découvrirent rapidement qu'il s'agissait d'une ruse pour éloigner la flotte de Coruscant car le monde-capitale fut bientôt attaqué par les forces de Qel-Droma. Netus donna l'ordre aux militaires de rassembler ce qu'il restait des défenses, puis rejoignit la salle de guerre, où se jouerait l'issue de la bataille, avec le Chancelier et escorté par les Jedi et plusieurs soldats. Durant leur progression, Netus n'hésita pas à donner de sa personne et à se joindre aux combats, mais Ulic Qel-Droma arriva à la salle de guerre avant eux. Heureusement pour les Républicains, le Seigneur Sith fut alors trahi par sa maîtresse Aleema Keto qui ordonna le retrait des troupes krath et mandaloriennes. Les Jedi capturèrent Qel-Droma en créant un mur de lumière, et le remirent à la justice à la demande du Chancelier qui désirait qu'il soit jugé pour ses crimes.

  On ne sait pas avec certitude si Netus assista au procès d'Ulic Qel-Droma au cours duquel Exar Kun libéra sa Main de l'Ombre après avoir publiquement assassiné le Chancelier et Vodo-Siosk Baas, mais c'est fort probable étant donné qu'il était à la fois Sénateur et Ministre de la Défense de la République.
Informations encyclopédiques
Netus
Nom
Netus
Fonctions
Sénateur
Ministre de la Défense de la République
Armes
Blaster
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
25/06/2010

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
3 453


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.