Gilad Pellaeon


Gilad Pellaeon était l’une des grandes figures de l’Empire Galactique, disciple de Thrawn et Grand Amiral des Vestiges, qui se battit toute sa vie au service de son gouvernement et de l’ordre jusqu’à être reconnu par ses adversaires.

  Au sein de la Flotte Impériale, bien peu d'officiers suscitèrent le respect à la fois dans son camp et parmi ses adversaires. Reconnu pour son dévouement et son intégrité tout autant que pour ses capacités militaires, Gilad Pellaeon servit sans faille de nombreux régimes pendant plus de soixante-dix ans, sans jamais se laisser corrompre par une quelconque ambition personnelle mais fidèle à des idéaux et un fort sens du devoir.

I. Au temps de l'Ancienne République. [haut]



« Voyons… selon votre logique, il est acceptable d'utiliser ces clones et de dépenser leurs vies sans compter, parce qu'ils n'ont été créés que pour la guerre et qu'autrement ils n'existeraient pas. Le problème que j'ai avec cette conception, Lieutenant, est qu'ils existent bel et bien, donc ils savent combien la vie est précieuse - même avec leur expérience limitée - et par conséquent leur vie vaut autant pour eux que la nôtre pour nous. Donc je suis sûr que vous ne verrez pas d'objection à accompagner les hommes sur le terrain, lors du prochain assaut au sol. N'est-ce pas ? »
- Capitaine Gilad Pellaeon, au cours de la Guerre des Clones.

  Pellaeon vit le jour sur Corellia, plus de cinquante-et-un ans avant la Bataille de Yavin, à une époque où l'agitation au sein de l'Ancienne République allait croissante et où un jeune politicien issu d'un secteur reculé commençait à se faire connaître : un certain Palpatine de Naboo. Il ne vécut pas longtemps sur son monde natal et le quitta rapidement pour vivre sur la capitale galactique, Coruscant. S'il y résida la majeure partie de son enfance, il n'apprécia jamais cette cité à l'échelle planétaire que la perspective de quitter rendait toujours heureux.

  À l'âge de quinze ans, le jeune Pellaeon avait décidé de ce que serait sa vie et, avec une volonté typiquement corellienne, il n'hésita pas à mentir sur son âge pour entrer dans la prestigieuse Académie militaire de Raithal. Il en sortit avec le grade d'enseigne et rejoignit la Flotte de la République, alors guère développée et principalement vouée à la lutte contre les pirates.

  Il démontra très rapidement ses dons pour la vie militaire en s'illustrant alors qu'il escortait un convoi près de Gavryn. En effet, il eut l'idée d'employer le champ magnétique de la planète contre les pirates qui les attaquèrent, ce qui lui permit de remporter une brillante victoire. Il débuta ainsi une carrière sans tache et connut une ascension relativement rapide. Pourtant, Pellaeon n'envisageait pas de se cantonner à une vie morne d'officier et souhaitait tirer pleinement parti de la vie. Il connut ainsi plusieurs relations avec des femmes plus proches de l'aventurière que de la fonctionnaire de la Flotte, ce qui déplut à sa hiérarchie et ralentit sa montée dans celle-ci.

Note du rédacteur : à partir de cet endroit, les informations traitées dans cette fiche sont relativement à du contenu issu des romans The Clone Wars. La place de ces informations dans la continuité Legends (ex-Univers Etendu) est sujette à caution dans la mesure où Lucasfilm n'a explicité intégré que le contenu audiovisuel de The Clone Wars à son nouveau Canon. Au yeux de Star Wars Holonet, cette partie reste liée à la série et ne constitue donc pas un pan véritable de l'histoire Legends de Gilad Pellaeon.

  Lorsque la Guerre des Clones éclata, il était devenu le Capitaine Pellaeon, commandant du Leveler, l'un des vaisseaux de la Grande Armée de la République, et arborait déjà sa fameuse moustache qu'il conserverait toute sa vie. Grâce à ses talents tactiques et ses qualités humaines, il fut parmi les rares officiers non-clones à être estimés et même appréciés par les clones.

  En effet, bien qu'il n'ait guère fait preuve d'une volonté débordante d'être directement au front, il prenait attention à entretenir le moral, le bien-être et l'efficacité de ses hommes, quelles que soient leurs origines pourvu qu'ils soient compétents. En outre, il faisait partie des rares à ne pas considérer les clones comme de simples droïdes organiques, sacrifiables et sans âme. Il refusait même de songer à eux ainsi, comme des êtres sans lien émotionnel avec quiconque, et les préférait parfois même à ses autres subordonnés.

  De plus, il ne semblait jamais perdre son sang-froid et sa lucidité, même en cas de danger. Il parcourait souvent son bâtiment pour connaître par lui-même l'état de son foyer du moment, et ne voulait pas se contenter de simples rapports. Il ne souhaitait pas non plus user de ses privilèges, ne serait-ce que pour aménager ses quartiers ou améliorer son quotidien alimentaire, et préférait rester au contact de ses hommes, ce qu'il considérait comme la meilleure façon de maintenir la discipline et leur loyauté.

  Peu après le début du conflit, Pellaeon eut la joie (apparemment courante) de voir son vaisseau équipé de technologies expérimentales : des missiles à concussions nouveau modèle. Simultanément, il devait recevoir à son bord le Capitaine Rex de la 501ème Légion et Ahsoka Tano, l'apprentie du célèbre Anakin Skywalker. Il fit immédiatement forte impression en ordonnant à la jeune Togruta rebelle de se vêtir de la tenue règlementaire sur son vaisseau, avec une attitude stricte qu'il démentit peu après en plaisantant avec Rex et faisant fi du protocole.

  Malheureusement pour lui, les Séparatistes arrivèrent en masse dans son secteur alors que le Leveler était encore en phase de tests. Il décida de surveiller la planète concernée, JanFathal, et découvrit qu'un appareil ami se trouvait également dans la zone. Le vaisseau appartenait au Jedi Djinn Altis, qui avait capté une transmission de la planète, un message de détresse d'un agent des Renseignements de la République, Hallena Devis qui était accessoirement la petite amie de Pellaeon. Sachant cela, il se prépara à aller à son secours, non sans avoir prévenu les officiers et Jedi présents de la nature de sa relation avec Devis et leur avoir demandé de l'aider à garder son jugement intact.

  Après une séance d'analyse et de réflexion tactique, il débarqua la 501ème et les Jedi au sol pour qu'ils secourent l'agent Devis, ce qu'ils réussirent à faire rapidement. La situation dégénéra tout aussi vite et ils ne purent regagner le Leveler qu'après un combat intense quoique bref. Malheureusement pour eux, leur voyage permit aux Séparatistes de repérer le vaisseau républicain qui dut sauter en hyperespace pour éviter d'être capturé alors que l'équipe de sauvetage n'était pas encore à bord. Celle-ci retourna donc sur la planète.

  Après son saut, Pellaeon découvrit que même les hyperpropulseurs et les systèmes de tir fonctionnaient mal sur son navire mais il fut retrouvé par des Jedi d'Altis qui, en se servant de la Force, réussirent à le ramener à son point de départ après que l'équipage ait repris le contrôle de l'armement. Il parvint ensuite à récupérer Devis, les clones et les Jedi, tout récemment rejoint par Anakin Skywalker, au prix d'un dangereux coup de bluff face à un croiseur séparatiste qui valut quelques dommages au Leveler. Ces avaries les laissaient toutefois dans une mauvaise posture face au reste des forces ennemies et ils ne durent leur salut qu'à l'intervention de la Jedi Callista Masana qui se servit d'un pouvoir particulier pour utiliser l'armement expérimental embarqué et détruire sept de leurs adversaires.

  A l'issue du combat, Pellaeon put retrouver sa compagne, encore sous le choc des derniers évènements. Sachant que leur relation n'était plus secrète et connaissant la profondeur de ses sentiments pour elle, il proposa à Hallena de l'épouser, mais elle refusa en lui expliquant qu'elle voulait quitter les Renseignements et devait donc disparaître. Ce qu'elle fit à son insu un peu plus tard, en lui laissant une simple lettre d'explications avant de rejoindre la communauté de Djinn Altis.

Note du rédacteur : fin de la section The Clone Wars/Legends.

Gilad Pellaeon

Le Capitaine Pellaeon sous le feu ennemi, au cours de la bataille de Merson.
Image extraite du Comic Republic #64 : Bloodlines.


  A la suite de cet incident, il conserva le commandement du Leveler qu'il mena certainement à travers de nombreux combats, gagnant la confiance des soldats clones, lesquels n'aimaient guère les officiers non-clones qu'ils surnommaient les bâtards. Il participa notamment à la bataille de Merson où il assista le Général Jedi Ronhar Kim. Malheureusement pour eux, leurs ennemis étaient bien trop nombreux pour que Pellaeon puisse venir au secours des troupes au sol, elles-mêmes dans une situation délicate.

  Considérant que son devoir était de préserver sa flotte plutôt que d'obéir à des Jedi pour voir ses soldats mourir, il refusa catégoriquement de suivre les consignes du Padawan Tap-Nar-Pal et ordonna la retraite. Quelques temps plus tard, il conduisit une troupe sur Gaftikar où se trouvait l'escouade Omega et coordonna l'attaque au cours de laquelle fut blessé le Commando de la République Fi. Après cette bataille, il continua à se battre pour la République, mais on ignore si son vaisseau fit partie de ceux qui luttèrent à Coruscant, peu avant la fin de la guerre.

II. Au service de l'Ordre Nouveau et de l'Empire Galactique. [haut]



« Vous n'avez nul besoin de me croire, capitaine. Mais attendez-vous à reconnaître vos erreurs. »
- Grand Amiral Thrawn, à Gilad Pellaeon, peu avant la Bataille de Bilbringi.

  Dix-neuf ans avant la Bataille de Yavin, tout bascula. Le Chancelier Palpatine s'autoproclama Empereur du Premier Empire Galactique et la Galaxie connut le joug de l'Ordre Nouveau. Cette doctrine, pour sa plus grande part, conquit Pellaeon qui devint un Impérial convaincu, attaché à ses valeurs et ses idéaux. Plus que tout, il apprécia l'efficacité et la discipline de la toute nouvelle machine de guerre. Il ne semble pas qu'il ait été impliqué dans l'un des massacres perpétrés par l'Empire à cette époque ni qu'il participa à aucun engagement de grande envergure. Ce fut vraisemblablement à cette période qu'il eut un fils, Mynar Devis.

  Dix ans après la Guerre des Clones, le Capitaine se rendit sur Alderaan pour la Grande Réunion annuelle et fit à cette occasion la connaissance de la princesse Leia. Ce souvenir marqua la jeune fille, d'autant plus que Bail Organa présenta Gilad Pellaeon comme "l'un des officiers les plus prometteurs de la Flotte", bien qu'ils ne durent plus se recroiser avant la fin de la Guerre Civile Galactique.

  Après diverses affectations, Pellaeon devint membre de l'équipage d'un Destroyer stellaire Imperial-II, le Chimaera, qui devint ce qui serait le plus proche d'un foyer pour de longues années. Bien qu'étant toujours capitaine, il en était le Commandant en second et ce fut ainsi qu'il participa à la bataille d'Endor, qui fut une débâcle pour l'Empire. Son supérieur fut tué au cours du combat contre les forces rebelles et, face au désastre, il décida de prendre le commandant et fit battre en retraite le reste de la flotte impériale jusqu'à Annaj, bien que certains refusèrent de le suivre et partirent fonder leurs propres empires.

  Dans les années de confusion qui suivirent, Pellaeon regretta bien des fois cette bataille, non pour la perte de son Empereur et de l'Étoile de la Mort, mais pour celle de l'Exécutor. En effet, il n'ignorait pas que le vaisseau amiral de Dark Vador, aussi mortel que fut le Sith, abritait les meilleurs éléments de la Flotte grâce à sa façon toute personnelle de gérer les promotions et affectations du personnel. En outre, les pertes et défections au sein de l'Empire devenaient telles que la plupart de ses subordonnés étaient totalement inexpérimentés lorsqu'ils arrivaient sur le Chimaera.

  En dépit de tous ces problèmes, Pellaeon décida de rester au service de l'Empire plutôt que d'en prendre les rênes et obéit dès lors à Ysanne Isard, du moins jusqu'à sa mort apparente lors de la Guerre du Bacta. Il fut alors choisi par le Grand Amiral Thrawn pour devenir son second et disciple alors que le Chimaera devenait le navire amiral de la Flotte, ce qui fit renaître en lui l'espoir de vaincre ce qu'il appelait toujours la Rébellion. Ils passèrent plusieurs mois à réunifier l'Empire, excepté les territoires des Seigneurs de Guerre du Noyau Profond, avant de passer à l'offensive, des mois durant lesquels Pellaeon apprit énormément de son nouveau mentor bien qu'il fut souvent déconcerté ou en opposition avec ses plans.

  Il ne cessait d'essayer de comprendre les tactiques de son supérieur, lequel le mettait au courant de ses secrets à coup de devinettes, tel un enseignant patient avec une jeune recrue. La mise en œuvre des idées de Thrawn commencèrent sur Myrkr, où Pellaeon fit connaissance avec Talon Karrde, chef d'un réseau de contrebandier basé sur la planète, et Wayland, où il rencontra Joruus C'baoth, gardien fou du Mont Tantiss. Après que le Jedi dément ait tenté sans succès de tuer les Impériaux, Thrawn le recruta pour se servir de ses pouvoirs afin de coordonner ses forces, ainsi que le faisait Palpatine selon lui - théorie dont le Capitaine refusait d'admettre la véracité.

  Lorsque ce fut fait, en échange de la promesse de livrer Luke Skywalker et Leia Organa Solo à C'baoth, ils purent s'emparer des trésors du Mont Tantiss dont des cylindres de clonage spaarti, aux inconvénients palliés par de nombreux ysalamiri, et un prototype de manteau-bouclier. Grâce à ces technologies et au génie du Grand Amiral, Pellaeon eut rapidement la satisfaction de voir l'Empire triompher face à la Nouvelle République, bien qu'il eut plusieurs fois à se retrouver au cœur d'un duel de volonté entre C'baoth et Thrawn. Toutefois, un certain malaise le gagna en constatant les pouvoirs du Jedi dément et à quel point son supérieur avait raison à propos de la bataille d'Endor.

  Pellaeon participa ensuite à une opération pour capturer Skywalker alors que le Chevalier Jedi allait à la rencontre de C'baoth, suivant des rumeurs infiltrées par l'Empire. Néanmoins, il parvint à s'enfuir, ce qui permit au Capitaine du Chimaera d'assister à une nouvelle leçon de Thrawn, avant d'être trouvé par Karrde et amené sur Myrkr où les Impériaux purent, un peu plus tard, assister à sa fuite. Mais Pellaeon ne put connaître directement la fin de cette cavale car il dut prendre part à un assaut sur Sluis Van.

  Après quelques ultimes tests sur les manteaux-boucliers et une énième discussion sur la stratégie du Grand Amiral, le commandant du Chimaera lança l'attaque. Malheureusement pour ses forces, Lando Calrissian et ses amis se trouvaient dans le système à ce moment, ce qui leur permit de déjouer leur plan qui s'appuyait sur des engins volés sur Nkllon à Calrissian lui-même. En conséquence, bien que Thrawn insista sur le fait qu'il ne s'agissait en aucun cas d'une défaite mais d'un contretemps, Pellaeon dut une nouvelle fois transmettre un ordre de retraite.

  Il coordonna cependant une autre attaque peu après, sur Myrkr cette fois-ci, lors de représailles sur le fief de Karrde qui avait pris parti de façon évidente en aidant Skywalker. Grâce au génie du Grand Amiral et à cause du lien avec la Force du bras droit du contrebandier, ils manquèrent même de le capturer en orbite. Dans les semaines qui suivirent, Pellaeon participa à d'autres batailles importantes pour la stratégie de Thrawn, tout en l'aidant à gérer la réorganisation de la Flotte Impériale.

  Le Commandant du Chimaera se rendit également sur Honoghr, où il assista à l'interrogatoire de Khabarakh, un commando noghri qui avait eu la charge de capturer Leia Solo sur Kashyyyk, et avait échoué avant de disparaître un moment. A l'insu des Impériaux, son arrivée se fit en compagnie de sa cible, laquelle révéla aux Noghris l'imposture de l'Empire qui les tenait en esclavage. Pourtant, s'ils découvrirent que le jeune guerrier mentait, ils ne purent connaître toute la vérité avant de partir pour Endor où ils retrouvèrent Mara Jade, qui leur offrit de leur livrer les coordonnées de la Flotte Katana en échange de la sécurité de Karrde, son employeur.

  Toutefois, le Grand Amiral Chiss n'avait aucune confiance en elle et, grâce aux indices laissés involontairement par l'ancienne Main de l'Empereur, ils entreprirent de rechercher la Flotte Katana par leurs propres moyens. Ils engagèrent donc le trafiquant Niles Ferrier pour retrouver les vaisseaux et suivirent la jeune femme jusqu'à sa base où ils capturèrent Karrde. Mais ils honorèrent une partie de leur engagement et Pellaeon eut à s'occuper de supprimer toutes les récompenses offertes pour les collaborateurs du chef contrebandier.

  Loyale à son nouvel employeur, Jade alla chercher de l'aide auprès de Luke Skywalker et, ensemble, ils délivrèrent Karrde et s'enfuirent avec le Faucon Millenium, trouvé par les Impériaux en orbite d'Endor, et ce en dépit des mesures prises par Thrawn et Pellaeon pour les bloquer dans le Chimaera. Malgré leurs efforts pour prévenir la fuite du trio, ces derniers purent s'échapper et gagner Coruscant où le contrebandier allait négocier la Flotte Katana avec la Nouvelle République, ce qui prit beaucoup de temps.

  Dans l'intervalle, Pellaeon conduisit le Chimaera sur Pantolomin où se trouvait le seul autre individu connaissant les coordonnées de la flotte tant convoitée. Après un bombardement du casino Coral Vanda et ses environs, les Impériaux obtinrent ce qu'ils étaient venus chercher, malgré la présence sur les lieux de Han Solo et ses amis. Ils entreprirent donc immédiatement de récupérer les vieux vaisseaux de l'Ancienne République.

  Néanmoins, leurs adversaires agirent plus vite que prévu et une bataille serrée eut lieu à l'endroit où stationnait la Flotte Katana, une troupe républicaine ayant maille à partir avec les équipes d'abordage de l'Empire qui terminaient leur tâche. Et, dans une certaine mesure, la chance sourit alors à Pellaeon : tandis qu'il s'apprêtait à partir en renfort des troupes sur place, le Jedi dément C'baoth exigea de parler au Grand Amiral, retardant le Chimaera qui dut être remplacé par un autre destroyer. Celui-ci, le Péremptoire, arriva devant une situation bloquée à cause de l'irruption de renforts inattendus au profit des républicains : Garm Bel Iblis et ses cuirassés.

  Le rapport de force se retrouva subitement en faveur de l'Empire mais la Nouvelle République parvint à détruire le Péremptoire au prix d'un cuirassé Katana, un sort peu enviable qu'avait donc failli subir le Chimaera. Malgré cet acte audacieux, Pellaeon pouvait être satisfait de la situation de l'Empire : fort d'un apport inépuisable de clones du Mont Tantiss et de 182 cuirassés Katana récupérés avant l'intervention de la Nouvelle République, le Capitaine du Chimaera pouvait plus que jamais croire à la victoire.

Gilad Pellaeon

Gilad Pellaeon, Capitaine du Chimaera, au côté du Grand Amiral Thrawn.
Image extraite du guide The Essential Atlas.


  Grâce à ces vaisseaux et aux pouvoirs de Joruus C'baoth, Thrawn put planifier de nouvelles attaques contre la République, remportant de nombreuses victoires et l'ascendant psychologique. De sa position privilégiée, Pellaeon apprit énormément, notamment au sujet des tactiques de combat, et participa à certains engagements tels que le quadruple engagement à Ando, Filve, Condre et Ord Pardron.

  Toutefois, au fil de la campagne, le Capitaine du Chimaera était de plus en plus soupçonneux à l'encontre du clone Jedi dément et le désapprouvait assez peu discrètement. Pourtant, en dépit de ses efforts, il se fit manipuler par C'baoth qui lui fit donner l'ordre de créer un clone avant d'effacer cet évènement de sa mémoire. Il garda néanmoins l'impression qu'il avait un avertissement à donner à son supérieur concernant les motivations du clone fou, sans savoir de quoi il ressortait. Pellaeon assista également de nombreuses fois à des confrontations de volonté entre Thrawn et le Jedi vieillissant.

  Avec la Flotte Katana en la possession de l'Empire, les missions s'accélérèrent. Le second du Grand Amiral participa ainsi à une nouvelle tentative de capture de Luke Skywalker, qui échoua une nouvelle fois mais il put constater que son supérieur était décidément très différent de Dark Vador. En effet, il récompensa le responsable de l'échec qui, à la différence de son prédécesseur, avait su faire preuve d'initiative. Ceci révéla à Pellaeon le changement au sein de l'Empire de Thrawn, ce qui jeta certainement les bases des futurs Vestiges.

  Il prit également des leçons de stratégie en préparant la suite de l'offensive impériale. Alors qu'il parvenait de mieux en mieux à suivre les raisonnements de son supérieur, celui-ci lui révéla qu'il avait lancé un raid sur Nkllon quelques minutes avant que Pellaeon ne la recommande, mettant à mal la fierté du militaire soixantenaire. Peu après, à Bilbringi, il assista à une démonstration terrifiante des pouvoirs de C'baoth qui s'empara du contrôle total du Chimaera au cours de l'une de ses crises de démence.

  Fort heureusement, l'éventualité d'une récidive leur fut épargnée car, peu de temps après, le Jedi fou exigea de se rendre sur Wayland, vœu qui fut rapidement exaucé afin de pouvoir mener à bien un assaut sur Coruscant. La bataille se déroula exactement comme prévu, permettant aux Impériaux de larguer plusieurs astéroïdes sous manteau-bouclier en orbite de la cité-planète et de repartir sans trop de dommages, en dépit de l'arrivée de Bel Iblis à la tête des défenseurs.

  Les dirigeants de la Nouvelle République bloqués par leur piège sur Coruscant, les Impériaux poussèrent leur avantage en s'emparant de toujours plus de mondes, tels que Generis ou Ithor. A bord du Chimaera, Pellaeon supervisa même une autre bataille majeure qui leur permit, après plus d'une journée de combat, de s'emparer de Xa Fel. Pourtant, cela n'empêcha pas leurs adversaires de prévoir une riposte : ayant besoin d'un Piège Gravifique à Cristaux pour localiser les astéroïdes qui menaçaient la capitale, ils mirent au point une stratégie risquée pour en voler un à l'Empire.

  A cette occasion et en dépit de la perte récente de la Source Delta, une précieuse source d'information, Thrawn surprit une nouvelle fois son disciple en comprenant que, malgré tous les indices intelligemment semés, les "Rebelles" ne visaient pas Tangrene mais Bilbringi. En effet, contre toute attente, la flotte de l'Amiral Ackbar arriva dans le système de Bilbringi où elle fut piégée par les forces impériales.

  Il y eut toutefois un imprévu : l'intervention de l'Alliance des Contrebandiers, qui permit à la République de créer un deuxième front, plus proche des chantiers navals. A cet instant, le Capitaine du Chimaera reçut un rapport selon lequel le Mont Tantiss était attaqué, notamment par des Noghris. Il fut alors paralysé par Rukh, le garde du corps noghri du Grand Amiral, qui poignarda ensuite le Chiss en plein cœur, une vengeance pour ce qu'avait subi son peuple. La situation était catastrophique pour l'Empire, même si Rukh fut rattrapé et tué, et Pellaeon savait que seul le talent de Thrawn aurait pu leur permettre de remporter la victoire. La mort dans l'âme, il déclara encore la retraite.

  Il recula avec ses forces au cœur des territoires impériaux, laissant la Nouvelle République se confronter à d'autres adversaires, tels que Ysanne Isard qui opéra son grand et bref retour. Pourtant, moins d'un an plus tard, l'espoir ressurgit chez Pellaeon avec la réapparition de l'Empereur qui, si le vétéran ne l'avait jamais aimé, présentait l'avantage d'être un meneur déterminé et charismatique. L'Opération Main de l'Ombre coûta très cher au Corellien qui échappa de justesse à la mort lors de la bataille de Duro où il dut abandonner le Chimaera et où la plupart de ses hommes perdirent la vie. Lorsque survint la mort définitive de Palpatine, Pellaeon se retira du commandement des forces impériales et se réfugia dans le Noyau Profond.

III. Des Seigneurs de Guerre aux Vestiges de l'Empire. [haut]



« Absurde, vice-amiral Pellaeon. Il faut que vous soyez fort. Que vous suiviez vos convictions propres. Il nous faut toutes les chances de nous remettre de cette débâcle. Vous êtes désormais au commandement de l'Empire. »
- Amirale Natasi Daala à Gilad Pellaeon, après la défaite impériale à Yavin IV.

  Là, au cœur de la Galaxie, il rejoignit les forces de Teradoc, Grand Amiral autoproclamé. Celui-ci désirait contrôler une flotte de vaisseaux de tonnage modeste pour utiliser leur habileté au combat et instaurer sa version de l'Empire. Sous ses ordres, Pellaeon obtint le grade de vice-amiral ainsi que le commandement d'une petite force de Destroyer de classe Victoire, qu'il menait en particulier contre Harrsk, grand rival de Teradoc.

  Au bout de deux ans, il eut à affronter une force de Harssk menée par un nouvel Amiral : Natasi Daala, dont il avait suivi les exploits. Celle-ci trahit son prétendu supérieur et demanda à discuter avec Pellaeon, ce que ce dernier accepta en dépit de la fureur de Teradoc. Tous deux avaient une vision des choses très similaire, en particulier concernant leur fidélité à l'idéal impérial et leur mépris des Seigneurs de Guerre autoproclamés. Ensembles, ils décidèrent de réunifier l'Empire, sans volonté de le diriger toutefois, et mirent au point une réunion des divers chefs impériaux.

  Pellaeon se chargea de réunir treize des plus influents pour un sommet sur Tsoss où Daala tenta de les convaincre de s'unir contre ce qu'ils appelaient toujours la Rébellion. Toutefois, l'orgueil ne laissa pas place à la raison et elle dut boucler la salle de réunion lorsque le Général Delvardus essaya de sortir. La tentative de réunification se poursuivit encore un peu, jusqu'à ce que Teradoc et Harssk en viennent aux mains et que Pellaeon soit contraint de les séparer lui-même.

  Furieuse, Daala déclara qu'elle ne laisserait pas l'Empire entre leurs mains et fit gazer la pièce. Les Seigneurs de Guerre périrent tous, ne laissant que Pellaeon et Daala en vie grâce à des masques respirateurs qu'ils avaient apportés avec eux. Ils entreprirent ensuite de rassembler les troupes impériales, en commençant par celles de Delvardus et son Superdestroyer qui fut rebaptisé le Marteau du Chevalier.

  Ce fut le début d'une nouvelle ère pour ce qu'il restait de l'Empire, l'enthousiasme revenant dans les cœurs et en particulier dans celui de Pellaeon, satisfait de voir une flotte puissante unie dans un même but. Le duo dirigeant étant à la recherche d'une cible symbolique, susceptible de motiver leurs alliés et choquer leurs ennemis, le Vice-amiral suggéra une attaque en force sur l'Académie Jedi après la création de plusieurs fronts pour distraire la Nouvelle République.

  Toutefois, leurs plans furent perturbés par l'irruption de deux Jedi, Kyp Durron et Dorsk 81, alors qu'ils effectuaient le briefing de leurs troupes avant de passer à l'action. Durron se trahit en laissant éclater sa colère lors de l'apparition de Daala, puis les Chevaliers s'enfuirent en direction de Khomm pour prévenir leur camp de la menace imminente. À peine une heure plus tard, une force d'intervention alla bombarder Khomm tandis que Pellaeon prenait la tête d'une flotte de dix-sept Destroyers de classe Imperial à destination de Yavin IV.

Gilad Pellaeon

La flotte de Pellaeon est repoussée en orbite de Yavin IV.


  Incapables de repousser les vagues d'assaut au fur et à mesure de leurs arrivées, malgré l'avertissement donné par Kyp et son compère, arrivés peu avant, les Jedi mirent au point une tactique de la dernière chance en décidant d'unir leurs pouvoirs pour neutraliser les Destroyers. L'effort fut immense et Dorsk 81, qui avait proposé le plan et s'était porté volontaire pour canaliser la Force, fut littéralement brûlé de l'intérieur en repoussant les vaisseaux.

  Pellaeon lui-même fut rudement secoué par cette Vague de Force qui endommagea les systèmes d'hypernavigation des destroyers. Le temps qu'il regagne Yavin IV, il manqua la suite de la bataille qui vit l'affrontement de Daala, avec son superdestroyer, et la force de Khomm contre une troupe de secours menée par l'Amiral Ackbar. Il ne put voir le Marteau du Chevalier être gravement endommagé par Callista, au point d'être happé et broyé par la gravité de la géante gazeuse Yavin.

  La flottille de Pellaeon resta à distance des navires républicains le temps de récupérer les capsules de sauvetage, notamment celle de l'Amirale Daala qui lui confia les rênes de l'Empire et lui attribua le grade d'Amiral avant de se retirer. Le nouveau dirigeant des forces impériale réunit alors ses troupes et se retira dans la Bordure Extérieure où, à partir de l'Alignement de Pentastar, il bâtit ce qui fut considéré comme l'Empire.

  Il rassembla derrière lui les survivants des Moffs qui lui apportèrent un soutien politique, économique et logistique, notamment sous la forme du Reaper, le dernier Superdestroyer de l'Empire. Conscient de la faiblesse de son gouvernement, il entreprit de le fortifier avant de passer à l'action et une capitale fut choisie : Sartinaynian, qui fut dès lors connue sous le nom de Bastion.

  Après six mois de commandement, Pellaeon, devenu le Suprême Commandeur des Forces Impériales, passa à l'action. Avec le Reaper, son nouveau vaisseau-amiral, il attaqua Orinda dont il s'empara en infligeant une sévère défaite à la Nouvelle République. Il poussa son avantage vers le Noyau et, sur son flanc, à Barison et Lucazec. La Nouvelle République le repoussa  jusqu'à Orinda et tenta de récupérer la planète mais, au cours de cette seconde bataille, il contraignit Wedge Antilles à battre en retraite avec le Lusankya et détruisit l'Endurance, un transporteur de chasseurs qui devint tristement célèbre pour avoir retenu ses appareils à son bord trop longtemps.

  Malheureusement pour lui, la Nouvelle République avait encore du répondant et commença par s'emparer d'Adumar, grâce à Antilles, avant de contre-attaquer de l'autre côté des territoires impériaux. Pellaeon jeta toutes ses forces dans cette campagne, et un affrontement colossal eut lieu à Celanon. Là, le Reaper fut détruit avec une partie de la Flotte Impériale mais la République choisit de laisser ses adversaires en l'état.

  Les années qui suivirent furent plus paisibles, se limitant pour l'essentiel à des escarmouches alors que les mondes situés le long de la Voie Hydienne commençaient à chercher la paix. Toutefois, à une date indéterminée, l'Amiral remporta une grande victoire personnelle face à Ackbar en récupérant le Chimaera sur Gravlex Med, dont il fit de nouveau son vaisseau-amiral. Il fit également d'autres acquisitions, dont le prototype EX-F, survivant de la Crise de la Flotte Noire mené par d'anciens prisonniers des Yevethas.

Gilad Pellaeon

L'Empire de Pellaeon et ses campagnes.
Image extraite du guide The Essential Atlas.


  Pellaeon, pensant d'abord au bien de l'Empire, tint ses forces à distance des troubles qui secouèrent la Nouvelle République, jusqu'à ce que les Moffs prennent contact avec Daala, dix-sept ans après la Bataille de Yavin. Celle-ci avait une nouvelle fois unifié les territoires du Noyau Profond et ils proposèrent aux deux officiers une autre offensive. Pellaeon accepta, espérant les convaincre de signer la paix après quelques victoires.

  Les forces de Daala furent repoussées rapidement par Garm Bel Iblis qui triompha sur Columus, dans le Noyau, tandis que Pellaeon menait une campagne victorieuse. En effet, quelques attaques-surprises lui permirent de remporter la victoire sur Adumar, Taris et Champala. La défaite des forces du Noyau Profond fut lourde de conséquence : sans distraction, la Nouvelle République put envoyer ses Troisième et Cinquième Flottes, menées par Bel Iblis et Ackbar, ainsi que le récemment acquis Gardien, contre les forces de l'Empire.

  Pellaeon fut repoussé de plus en plus loin dans ses frontières : Champala, Taris, Tangrene, Ketaris, jusqu'à Anx Minor, au cœur de ses territoires. Là, une idée de dernière minute d'Ackbar lui fit détruire l'EX-F dont le réacteur à antimatière explosa, détruisant les Destroyers alentour. Après cette bataille, l'Empire n'était plus réduit qu'à un millier de systèmes et deux centaines de Destroyers Stellaires, hors d'état de combattre, ce qui permit à la République de réparer ses vaisseaux et la plongea dans un énorme problème lors de l'Insurrection Corellienne.

  Au cours des années suivantes, Pellaeon tenta de trouver une ultime stratégie capable de servir à l'Empire, expérimentant des tactiques basées sur l'utilisation du manteau-bouclier et de l'ordinateur de combat Predictor, qui furent toutes des échecs. Ce fut pour lui la dernière preuve qu'il fallait faire la paix, une paix ferme et définitive, avec la Nouvelle République. Il convoqua donc les huit derniers Moffs pour leur expliquer la situation et, en dépit de leur répugnance, il finit par les convaincre.

  Il résolut de se rendre à Bel Iblis, l'officier républicain qu'il estimait le plus, et lui envoya un émissaire avant d'effectuer un tour des forces impériales pour informer ses officiers supérieurs de sa décision. Néanmoins, sa tournée d'inspection le tint à l'écart des manœuvres du Moff Disra, gouverneur de Bastion, qui tenta de mettre à profit la polémique liée au Document de Caamas qui ébranlait la République et d'usurper ainsi l'autorité du Suprême Commandeur. Il fit notamment capturer le Colonel Meizh Vermel, chargé de transmettre l'offre de paix, afin d'empêcher la rencontre avec Bel Iblis, ce qui fut un succès partiel car des bribes de communication furent captées par la République.

  Ignorant de ces évènements, Pellaeon poursuivit sa tournée, parvenant à convaincre les mondes impériaux les uns après les autres en dépit que ses propres doutes, de ses cauchemars dans lesquels Thrawn l'accusait d'anéantir le fruit de ses efforts et de la probabilité plus importante que jamais que la Nouvelle République s'effondre enfin à cause du Document de Caamas. Il restait toutefois persuadé qu'il s'agissait de la seule manière de préserver l'Ordre Nouveau.

  Trois semaines après l'envoi de Vermel, le Suprême Commandeur emmena le Chimaera dans le système de Pesitiin pour y rencontrer Bel Iblis dans l'espoir qu'il ait bien reçu l'offre de paix. Mais il patienta en pure perte, jusqu'à ce qu'une flotte aux couleurs de Corellia attaque le Destroyer isolé. Pellaeon les regarda agir un petit moment, le temps de les analyser avec le Predictor, puis les neutralisa avec une variante de la Gifle de l'Aile-A. La tactique ayant été mise au point par Bel Iblis, il comprit qu'il avait affaire à des imposteurs et demeura sur place un peu plus longtemps.

  Pendant ce temps, diverses informations inquiétantes lui parvinrent, concernant un retour apparent du Grand Amiral Thrawn et le fait que les pirates aient été arrivés de Bastion, fief du Moff Disra, celui que Pellaeon appréciait le moins. Du côté de la République, l'analyste Zakarisz Ghent réussit à reconstituer le message de Vermel mais, ne pouvant joindre Bel Iblis occupé à préparer un assaut sur Yaga Minor, il contacta Elegos A'Kla et Leia Organa Solo qui se rendirent donc au rendez-vous.

  La rencontre ne se déroula pas sous les meilleurs auspices, le Suprême Commandeur des Forces Impériales devant négocier avec des individus dont les mondes avaient été dévastés par l'Empire. De plus, les gardes du corps noghris de Solo insistèrent pour que la réunion se déroule à bord du Faucon Millenium. Il énonça ses conditions et rassura ses interlocuteurs sur son autorité en dépit du retour apparent de Thrawn, proposant même d'aider la Nouvelle République en lui fournissant une copie du Document de Caamas contenue dans les archives impériales.

  Ils se séparèrent pour informer leurs camps respectifs mais Ghent fut envoyé sur Yaga Minor pour chercher le Document tandis que Pellaeon se rendit sur Bastion pour obtenir des explications de Disra. Le Moff tenta de nier les résultats d'enquêtes menées à son encontre par des soldats loyaux à leur Amiral, le Commandant Dreyf notamment, mais divers incidents perturbèrent ses plans et le forcèrent à quitter son bureau en hâte, laissant Pellaeon et Dreyf libres d'y chercher des preuves. Après avoir découvert l'emprisonnement de Vermel, le Suprême Commandeur emporta toutes les données du Moff et disparut de Bastion avant son retour.

  Il délivra Vermel sans difficulté mais son retour à la capitale de l'Empire fut compliqué par les manœuvres de Disra qui avait disparu avec le Grand Amiral Thrawn, à propos duquel Pellaeon émettait encore des réserves. Devinant la destination du Moff, il le suivit à Yaga Minor, non sans avoir embarqué Talon Karrde et Shada D'ukal tout droit revenus de chez Jorj Car'das. Avec l'aide du contrebandier, le Suprême Commandeur infiltra la bataille qui faisait rage à Yaga Minor, Bel Iblis se heurtant au faux Thrawn, et put arriver discrètement dans le Destroyer qui abritait le Moff.

  Avec un calme déstabilisant, il dévoila le complot de Disra ainsi que la vérité sur son assistant, le Major Grodin Tierce, qui n'était en réalité qu'un clone modifié de l'ancien Garde Royal du même nom. Celui-ci devint dément et s'attaqua à Pellaeon, sans succès car il fut confronté à Shada et y perdit la vie. La vérité révélée, il put ordonner la fin des combats et rencontrer Bel Iblis pour - enfin - parler de la paix.

Gilad Pellaeon

L'Amiral Pellaeon et le Président Gavrisom concluent la paix entre les Vestiges de l'Empire et la Nouvelle République.
Image extraite du guide The Essential Atlas.


  Les négociations et mises au point prirent deux semaines au cours desquelles les deux camps se mirent d'accord sur les dispositions de l'accord. Ils décidèrent de permettre à leurs systèmes membres de quitter ou rejoindre l'un de leurs gouvernements selon leur choix. L'une des principales difficultés résidait dans le manque de confiance réciproque, difficulté qui fut surmontée par la proposition de Talon Karrde de reconvertir son réseau d'informateur en réseau de renseignement neutre qui assurerait la bonne transmission des informations. Finalement, le traité de paix fut conclu entre le Chef de l'État Ponc Gavrisom et l'Amiral Gilad Pellaeon à bord du Chimaera. Cet évènement marqua la fin définitive de la Guerre Civile Galactique et l'Empire reconnu enfin sa défaite en acceptant son statut de Vestiges de l'Empire.

IV. Des Yuuzhan Vong à l'avènement de l'Alliance Galactique. [haut]



« J'avise le Conseil des Moffs que nous devons passer un accord avec l'Alliance Galactique pour chasser les Yuuzhan Vong de cette galaxie. De plus, je précise que ce pacte continuera d'être effectif quand la menace aura été éliminée. Notre seule façon de survivre, à l'avenir, sera de nous détourner du passé. Même si vous n'appréciez pas ce que je dis, il est temps de faire la paix. »
- Grand Amiral Gilad Pellaeon, au Conseil des Moffs, suite à la bataille de Borosk.

  La paix fut profitable à l'Empire qui se renforça et s'enrichit, faisant même l'acquisition d'un Superdestroyer à une époque indéterminée. Cependant, au bout de six ans de calme relatif, les Yuuzhan Vong déferlèrent sur la Galaxie en suivant un corridor d'invasion qui longeait la frontière des Vestiges. Néanmoins, seule la Nouvelle République souffrit de cette attaque, à un point tel qu'une demande d'assistance fut envoyée à l'Amiral Pellaeon.

  Celui-ci convoqua par conséquent les Moffs pour leur faire part de ces développements et de ses décisions, étant dans les faits comme dans les titres le dirigeant des Vestiges. Il put toutefois bénéficier du soutien sans faille d'Ephin Sarreti, Moff de Bastion et cadet de l'assemblée. Pellaeon décréta que la Flotte Impériale soutiendrait celle de la République, lançant un ordre de mobilisation qui s'adressait à toutes ses forces : des réservistes, des vaisseaux, des unités secrètes et, à sa grande surprise, des forces de l'Empire de la Main qui se manifestèrent à la suite de cet ordre.

  Sa première action fut de coordonner une force avec les troupes de l'Amiral Traest Kre'fey qui devait secourir une mission sur Garqi. Sous le nom de code Groupe Marteau, le Chimaera, le Destroyer Moisson Rouge et des escadrons chiss menés par Jagged Fel arrivèrent à temps pour  sauver les Républicains et leur permettre de partir en vainqueurs. En tant que sauveur, il participa au compte-rendu de la mission avec Kre'fey, Luke Skywalker et Corran Horn qui avait découvert que les arbres bafforr issus d'Ithor étaient mortels pour les armures des Yuuzhan Vong.

  Ensemble, ils comprirent qu'un tournant de la guerre s'y jouerait et les Amiraux mirent au point une défense coordonnée, ce qui déplut souverainement aux politiciens de chaque gouvernement. Pellaeon réunit une douzaine de destroyers de classe Impérial ou Victoire en vue de la bataille et se vit chargé de la responsabilité de mener la défense d'Ithor. Logiquement, le Chef d'Etat de la Nouvelle République Borsk Fey'lya tenta d'empêcher qu'un Impérial commande sur l'un de ses mondes mais dut renoncer lorsque l'Amiral des Vestiges menaça de repartir avec ses forces s'il était démis de ce poste provisoire.

  La bataille fut globalement favorable aux défenseurs qui, grâce à une tactique de tir imaginée par Kre'fey, parvint à détruire plusieurs bâtiments extragalactiques. La situation permit à Corran Horn d'obtenir une trêve ainsi qu'un duel avec le commandant adverse avec le sort d'Ithor comme enjeu. Le Jedi remporta le combat mais les Yuuzhan Vong ne tinrent pas leur engagement et ils ruinèrent la planète qui fut dévastée par une arme bactériologique avant d'être incinérée suite à la chute du vaisseau-amiral ennemi.

  La destruction d'Ithor traumatisa la Galaxie et contraignit Pellaeon à mettre un terme à sa collaboration avec la Nouvelle République pour protéger les Vestiges de l'Empire et sa population. Pendant trois longues années de conflit, il se tint à l'écart, ce qui valut à l'Empire d'être épargné. Dans ce laps de temps, il semble que même le modèle d'officier impérial qu'il était s'endormit sur ses lauriers. Il obtint le grade de Grand Amiral, ce qu'aucun autre n'eut sans le règne d'un Empereur.

  En dépit de cette distinction, il ne parvint pas à convaincre les Moffs de rejoindre le conflit et ne put que défendre leur position devant des ambassadeurs. Il s'empâta d'une dizaine de kilos et s'adonna davantage au jardinage - version Ordre Nouveau, sélectionné et ordonné - qu'aux arts de la guerre, à l'exception de la préparation de sa Flotte à une éventuelle invasion. Ainsi, lorsque Leia et Han Solo le rencontrèrent sur Bastion après la chute de Coruscant, il se montra très prudent et usa d'un discours digne des Moffs. Il fut toutefois d'un grand secours pour le couple en leur rapportant la nouvelle de la survie de leur fils ainé Jacen, information délivrée peu avant par la Flotte de la Nouvelle République.

  Sur un plan plus pratique, Pellaeon se révéla des plus sceptiques quant aux chances de l'emporter de la République et montra une certaine réticence à s'engager aux côtés de ceux qui pourraient les entraîner dans la ruine. Il n'était également que peu enjoué à l'idée de leur offrir les cartes du Noyau Profond. Il s'avéra cependant intéressé par la perspective de se voir offrir les secrets de communication des Yuuzhan Vong et insinua que seule la promesse de planètes pouvait attirer l'Empire dans ce conflit, bien qu'il ait fait pour l'occasion étalage de la puissance de sa flotte pour montrer l'allié précieux qu'il représentait avec son Superdestroyer notamment.

  Il céda finalement les cartes du Noyau Profond à la Nouvelle République, ce qui lui permit de mettre au point la bataille d'Ebaq IX, mais n'envoya pas de forces en renfort. Quelques mois plus tard, une flotte Yuuzhan Vong menée par B'shith Vorrik attaqua Bastion, prenant les Impériaux par surprise à l'exception de l'équipage du Chimaera. Ils résistèrent vaillamment mais, grâce à des nuées de grutchins, les extragalactiques décimèrent les défenseurs avant de bombarder leur capitale. Le Chimaera réagit efficacement mais subit de très lourds dégâts, à tel point qu'il fut présumé détruit après la bataille, et sa passerelle fut éperonnée par un corail skipper, blessant très grièvement le Grand Amiral.

  Il fut sauvé par un lieutenant extrêmement loyal envers lui, Vitor Reige, que Pellaeon soupçonnait d'être son fils bien qu'il n'en eut jamais la moindre preuve et qui fut lui-même blessé. Toutefois, son état était critique et il manqua de mourir si ça avait été sans l'intervention d'un groupe de Jedi de passage avant une mission pour les Régions Inconnues. Fidèle à sa nature, le Grand Amiral se battit et survécut, récupérant suffisamment vite pour aider les Jedi à convaincre les dirigeants impériaux à attirer Vorrik dans un piège sur Borosk, où il dirigea lui-même le combat depuis sa cuve bacta.

  Grâce aux Jedi et à la rapidité d'action de sa Flotte, Pellaeon remporta une large victoire et se fit un ennemi farouche en la personne de Vorrik qu'il appréciait d'humilier et énerver. Les Vestiges sauvés, le Grand Amiral convoqua ses officiers supérieurs et les derniers Moffs pour leur exposer la situation. Fort de son autorité de dirigeant de l'Empire, il leur apprit leur entrée en guerre et le début de leur intégration à la toute jeune Fédération Galactique d'Alliances Libres. Il fit ensuite du Destroyer Droit de Gouverner son vaisseau-amiral qu'il mena au front avec ses forces, ne laissant qu'une flotte de protection à sa population. Il confia également une escorte aux Jedi qui l'avaient aidé afin de mener à bien leur mission.

  Pellaeon se lança alors à la poursuite des restes des forces de Vorrik, qu'il rattrapa à Esfandia où des vaisseaux de l'Alliance Galactique tentaient de protéger la station de communication essentielle située sur la planète. Grâce à l'intervention des Solo à la surface ainsi qu'à un coup d'éclat de Jag Fel en orbite, Vorrik fut finalement battu et les deux camps s'allièrent enfin officiellement. Toutefois, l'Empire ne s'intégra dans aucune stratégie d'ampleur avant la tentative de l'Alliance de récupérer Bilbringi.

  Dirigeant la deuxième et plus importante flotte de cette opération - l'Opération Trinité qui faisait aussi appel aux troupes de l'Amiral Kre'fey, il stationna ses forces non loin de Bilbringi. Prévoyant, il plaça des Interdicteurs sur les voies d'accès à sa position. L'un d'eux était le Varech, dirigé par son fils, Mynar Devis. Il était censé être prévenu de toute approche ennemie et arriver en renfort au moindre signal de Wedge Antilles, responsable de l'assaut initial. Mais une panne généralisée de l'HoloNet empêcha toute communication.

  Les Solo furent chargés de rétablir les communications et rencontrèrent Devis qui préféra aller lui-même au combat et envoyer un ailier prévenir son père que rester en arrière. Pellaeon reçut cependant l'information trop tard pour intervenir et fut rejoint par les survivants de la flotte d'Antilles. Il ne participa donc pas à la bataille qui pourtant lui coûta très cher, son fils ayant périt en attaquant un interdicteur Yuuzhan Vong. Han Solo lui retransmit ses dernières paroles, disant que le jeune homme avait fait ce qu'il croyait être son devoir.

  Il n'eut cependant guère le loisir de ressasser sa peine car la guerre arriva à son terme et un conflit décisif se profila sur Mon Calamari, la capitale de l'Alliance Galactique. Il y amena la Flotte Impériale et commanda le Droit de Gouverner au cœur de l'action, bien qu'une partie de ses forces se furent certainement trouvées au sein du deuxième groupe de combat des alliés, paré à attaquer Coruscant. La défaite semblait inévitable quand les Yuuzhan Vong fuirent, retournant auprès de leur Seigneur Suprême car Zonama Sekot avait fait irruption dans le ciel de leur nouvelle Yuuzhan'tar.

  Le Grand Amiral participa à l'ultime réunion avant l'assaut de l'Alliance Galactique sur son ancienne capitale et, au cours de la bataille, il contribua à permettre à l'escadron des Soleils Jumeaux de franchir les défenses orbitales de la planète. Le combat fut l'un des plus intenses du conflit, engendrant des millions de victimes, probablement la plus dévastatrices depuis la précédente bataille pour le contrôle de Coruscant. L'affrontement vit la défaite finale des extragalactiques, qui fut suivit de la reddition officielle de Nas Choka, Maître de Guerre des Yuuzhan Vong. Il fut par ailleurs l'un des officiers présents sur le Ralroost lors de cet événement historique.

Gilad Pellaeon

Le Grand Amiral Pellaeon à la fin de la Guerre des Yuuzhan Vong.


  La Guerre des Yuuzhan Vong, en dépit du nombre de vies anéanties, fut très profitable pour les Vestiges de l'Empire qui grandirent de façon impressionnante en récupérant la totalité de l'ancien territoire de l'Alignement de Pentastar et bien d'autres mondes. Ainsi, Pellaeon devint la plus haute autorité d'un gouvernement allant d'Ansion à Agamar et de Bastion aux portes de Bilbringi dans la Bordure Intérieure. Ceci lui fournit un poids politique très important au sein de l'Alliance Galactique qu'il servit pendant la reconstruction. Sur un plan plus personnel, il eut des rapports globalement amicaux avec les Solo et offrit notamment à Leia le célèbre tableau "Le Crépuscule des Killik" retrouvé dans les trésors de Thrawn.

  Après cinq ans de paix, les Chiss se retrouvèrent en conflit ouvert avec les Killik, entraînant avec eux les Jedi qui parvinrent à trouver un semblant d'accord qui fut rapidement brisé. Les Killik se mirent à trafiquer de la membrosie noire, aux effets dévastateurs sur les espèces insectoïdes. À cause de cette substance, le Commandant Suprême Sien Sovv eut un accident mortel avec des Vratix.

  Pellaeon fut l'officier choisi pour le remplacer et il devint le nouveau Commandant Suprême de la Flotte de l'Alliance Galactique. Il semble toutefois que son influence au cours de cette crise fut minime, l'implication des Jedi nécessitant celle de leur interlocuteur privilégié, le Chef d'État, Cal Omas. Il ne rentra véritablement dans ses fonctions qu'au bout d'un an, lorsque les Killik entrèrent vraiment en guerre avec les Chiss et s'emparèrent d'un vaisseau de l'Alliance Galactique.

  Il utilisa les services de renseignement militaires pour découvrir les intentions de ses ennemis et ainsi convaincre les Chiss de la bonne foi de son camp. Ainsi, il découvrit que les Killik allaient déclencher des coups d'État sur les divers mondes à population insectoïde et se rendit lui-même dans le système Roche à bord du Superdestroyer Megador, son nouveau vaisseau-amiral. Il put ainsi sauver les Verpines, avec l'aide des Jedi, mais ne put éviter que les Killik ne s'emparent de Thyferra et de sa production de bacta.

  Devant cette situation, il planifia la suite des évènements avec notamment Omas et Skywalker, lequel présenta un plan pour mettre fin à la Colonie et ramener les Jedi dans le giron de l'Alliance Galactique, ce qui plut grandement au Commandant Suprême. Les Jedi se rendirent dans l'espace maîtrisé par les Killik pour y cerner le vaisseau Gorog, source de leur malveillance, que le Megador allait ensuite l'isoler pour permettre à Skywalker de neutraliser leurs utilisateurs de la Force.

  Ceux-ci parvinrent à s'enfuir, forçant Pellaeon et ses amiraux à concevoir une nouvelle stratégie pour un ultime affrontement sur Tenupe. Néanmoins, il dut changer de plan au dernier moment, sur l'instigation de Luke Skywalker qui souhaitait également prouver aux Chiss qu'ils ne pouvaient composer sans l'Alliance Galactique. La bataille se termina sur une défaite des Killik et la disparition de leurs meneurs, les ramenant à un état presque sauvage. Par la suite, Pellaeon fut investi de l'autorité nécessaire pour négocier un traité entre l'Ascendance Chiss et l'Alliance Galactique.

  La Guerre de l'Essaim terminée, il conserva son poste de Commandant Suprême pendant quatre ans jusqu'à ce qu'une nouvelle crise secoue la Galaxie avec la Seconde Insurrection Corellienne. Corellia refusait d'observer les conditions inhérentes au statut de membre de l'Alliance Galactique, de plus en plus violemment. Bien que né sur cette planète, Pellaeon demeura fidèle au gouvernement légitime et autorisa une mission visant à la fois à intimider les rebelles et désactiver la station Centerpoint récemment réactivée. Ce dernier objectif fut brillamment rempli par Jacen Solo et Ben Skywalker, tandis que le premier fut un échec, l'Amiral en charge de la mission ayant fini par occuper Tralus.

  Suite à cette affaire, il fut convenu d'une rencontre diplomatique entre les deux factions sur la Station Toryaz, dans le système de Kuat. Corellia fut représentée par son Premier Ministre, Aidel Saxan, tandis que Pellaeon, Commandant Suprême et Corellien également, négociait au nom de l'Alliance Galactique. Il fit assurer sa sécurité par Tycho Celchu et bien lui en prit. En effet, bien que les entretiens se déroulèrent dans une atmosphère détendue, l'ancien pilote lui conseilla d'utiliser des chambres censées être vides ainsi qu'un sosie ce qui lui sauva la vie lorsqu'une tentative d'assassinat fut perpétrée par Lumiya. Saxan perdit la vie, tout comme le sosie du Grand Amiral.

  Les négociations furent tout naturellement annulées et Pellaeon regagna Coruscant pour gérer la dimension militaire de la crise. Pourtant, les choses empirèrent, ce qui profita particulièrement à Jacen Solo qui gagna de plus en plus de poids dans les hautes sphères de l'État. Il parvint à convaincre Cal Omas de créer une police secrète, la Garde de l'Alliance Galactique, pour lutter contre les ennemis de l'État, ce qui outra l'ancien Impérial. Furieux, il protesta vivement à distance des médias avant de démissionner de ses fonctions pour être remplacé par l'Amirale Cha Niathal. L'évènement fit le tour des chaînes d'information, et il se retira sur Bastion, à distance de la crise.

  Là, il devint gouverneur de la capitale des Vestiges de l'Empire et, dans les faits, demeura le dirigeant de ce territoire. Loin de la Seconde Guerre Civile Galactique, il demeurait très bien informé grâce à un réseau personnel développé au cours de sa longue carrière et prit Vitor Reige, le pilote qui l'avait sauvé douze ans plus tôt et son fils présumé, sous son aile en tant qu'aide de camp.

  Presque un an après son départ, il fut informé de l'éventualité d'une offre d'alliance avec ce qui était devenu le gouvernement de Jacen Solo, que Pellaeon n'appréciait pas du tout en raison de sa ressemblance croissante avec Palpatine et ses techniques de gestion du personnel de plus en plus proches de celles de Dark Vador. L'éventualité se confirma peu après quand il reçut une offre officielle : la session de Borleias et Bilbringi aux Vestiges de l'Empire contre leur assistance sur Fondor pour écraser un monde essentiel de la Confédération.

  Finalement, il décida de prêter main-forte à l'Alliance Galactique mais prit quelques précautions : grâce à un code faisant référence à la légende irmenu de Darakaer, il fit savoir à l'Amirale Daala qu'il aurait bientôt besoin d'elle. Il la rencontra en personne et se mirent d'accord pour conserver un lien de communication permanent entre eux, sachant qu'elle serait capable d'intervenir en quelques minutes en cas de coup dur. Ses précautions prises, Pellaeon mena la Flotte Impériale sur Fondor à bord de son nouveau croiseur de classe Turbulent, l'Aileron Sanguinaire (Bloodfin en VO).

  Il y accueillit les co-Chefs d'État de l'Alliance Galactique à son bord avant la bataille, tentant pour l'occasion de faire comprendre à Solo le risque qu'il encourait à sacrifier ses troupes en lui expliquant l'origine du nom de son vaisseau. Ils se mirent d'accord sur un plan d'action et le Grand Amiral hérita d'un hôte imprévu en la personne de Tahiri Veila, l'apprentie de Jacen et son officier de liaison.

  La bataille qui s'ensuivit fut extrêmement violente, à l'image du conflit ambiant. Fondor lutta vaillamment jusqu'à ce que Solo parvienne à réduire à néant leur bouclier planétaire et bombarder la capitale. Devant une telle situation, Shas Vadde, le président fondorien, annonça sa reddition à Niathal qui l'accepta. Dès qu'il le sut, Pellaeon ordonna à ses appareils de cesser le feu. Seul Jacen refusa de rompre le combat, envahi par sa haine et désireux de faire un exemple de la planète. Il appela alors toutes les forces de l'Alliance Galactique à l'assister alors que Niathal, en tant que supérieur militaire, tentait de le démettre de ses fonctions.

  Le Grand Amiral ordonna à sa flotte de se retirer et de prendre ses ordres de Niathal, d'autant qu'il avait lui-même à composer avec certains Moffs pro-Solo. Estimant qu'il n'était pas de son ressort de départager les dirigeants de l'Alliance, il se retira dans ses quartiers où il fut suivi par Tahiri, que Pellaeon comparait intérieurement à un villip de Jacen, ou plutôt Dark Caedus. Il s'essaya donc à la tester, jusqu'à ce qu'il apprenne que le conflit d'autorité avait dérapé et que l'Anakin Solo, vaisseau de Solo, tirait sur les Fondoriens, l'ex-Commandant Suprême choisit d'honorer la reddition et d'affronter le Sith.

  Tahiri le supplia de changer d'avis, d'aider son Maître, d'annuler ses ordres. Il répondit que Jacen détruisait tout ce qui importait pour lui, tout comme les Yuuzhan Vong contre lesquels était mort son fils, puis il confirma ses ordres : « A toute la flotte, ici l'amiral Pellaeon. Je vous ordonne de mettre vos navires à la totale disposition de l'amirale Niathal et d'abattre Jacen Solo, pour l'honneur de l'Empire... ». Mais il ne put finir sa phrase car il reçut un tir de blaster en pleine poitrine. Tahiri lui proposa de le sauver, ce qu'il refusa en la traitant de villip, et elle le laissa mourir de ses blessures sous les yeux de quelques Moffs venus vérifier son agonie.

  Il trouva cependant la force de prononcer le nom des traîtres à l'intention de Daala et de lui envoyer le signal convenu pour qu'elle vienne en renfort. Après quoi Gilad Pellaeon s'éteignit enfin, à l'âge de quatre-vingt-douze ans. Il avait passé environ vingt-huit ans à la tête de l'Empire, le règne le plus long de ce gouvernement bien qu'il eut toujours refusé de se considérer comme un Empereur alors qu'il en possédait les pouvoirs.

V. Héritage. [haut]



« A Gil Pellaeon. Le dernier authentique gentleman de l'Empire. »
- Amirale Natasi Daala, en hommage au Grand Amiral Pellaeon, pendant la bataille de Fondor.

  Daala arriva dans le système de Fondor peu après, à la tête de la Flotte Irrégulière de la Gueule et lutta contre Caedus qui fut rejoint par quelques vaisseaux des Vestiges. Reige déclencha une mutinerie contre les Moffs dans l'Aileron Sanguinaire notamment pour récupérer le corps de Pellaeon. Il fut enterré peu après sur Corellia sur l'avis de Reige, plutôt que sur Bastion, tandis que Tahiri Veila fut arrêté pour son meurtre deux ans plus tard, donnant lieu à un procès de grande ampleur.

  Il apparut qu'une grande partie des Moffs opposés à sa vision de l'Empire se trouvaient à bord de l'Aileron Sanguinaire et furent tués au cours de la bataille de Fondor. Son successeur à la tête de l'Empire, et du Conseil des Moffs, fut Jagged Fel, fondateur d'une nouvelle lignée impériale. Celui-ci avait une réelle admiration pour le vieil officier dont il donna le nom à son vaisseau-amiral, le Gilad Pellaeon, un Destroyer de classe Imperial.

  Des décennies plus tard, Pellaeon demeurait apparemment toujours un modèle, au minimum au sein du Nouvel Empire Galactique. En hommage, une ligne de Destroyer lui fut dédiée : le Superdestroyer Stellaire de classe Pellaeon, qui constituait l'essentiel de la Flotte Impériale à l'époque de la Guerre Impérialo-Sith. De plus, les Jardins Impériaux, créés sous le règne du Grand Amiral et très certainement par lui-même, étant passionné de jardinage, furent renommés les Jardins Pellaeon, une curiosité de Bastion qui fut le théâtre d'un affrontement entre Dark Kruhl et Roan Fel.



Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Gilad Pellaeon
Nom
Gilad Pellaeon
Surnom
Gil Pellaeon
Espèce
Date de naissance
- 51 avBY
Lieu de naissance
Date de décès
An 41 apBY
Lieu de décès
Système de Fondor
Taille
1,70 mètre
Fonctions
Armes
Blaster
Intelligence tactique
Vaisseau
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
03/02/2017

Nombre de lectures
47 600


Note de la fiche
1 membre a noté la fiche "Gilad Pellaeon" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.