Sadic


Le Seigneur Sadic était un apprenti de Dark Angral qui fut chargé de s’emparer du projet Super Garde et qui affronta le futur Héros de Tython.

Continuité : Legends


  Le Seigneur Sadic était l'un des apprentis les plus puissants et les plus avides de puissance de Dark Angral, Seigneur Sith renommé au sein du Second Empire Sith, plus de 3 600 ans avant la bataille de Yavin. Né de parents issus des classes inférieures de la société hiérarchique stricte de l'Empire, appartenant presque à la catégorie des esclaves,  il démontra très vite une forte volonté, une ambition insatiable et une sensibilité à la Force qui lui permirent de sortir de sa condition précaire.

  Tout être sensible à la Force était en effet susceptible d'atteindre les plus hautes positions de la pyramide impériale, à condition de parvenir à réussir les épreuves dangereuses de l'Académie Sith, de nouveau installée sur Korriban après sa reconquête par l'Empire au début de la Grande Guerre Galactique.

  Sadic fut le seul acolyte de son groupe de candidats au titre de Sith à survivre les épreuves de l'Académie. Il courut le bruit que ce n'était pas dû qu'à la chance. Une série de meurtres inexpliqués à l'Académie Sith cessa ainsi soudainement lorsque Sadic quitta enfin Korriban. Il devint alors l'apprenti du Seigneur Umbriss.

  Celui-ci l'employa pendant plusieurs années comme son assassin personnel, et Sadic s'acquitta toujours de ses missions. Mais avant qu'il n'ait pu aspirer à de nouvelles ambitions, son apprentissage prit fin le jour même où Umbriss croisa la route de Dark Angral, qui associa à sa sphère d'influence les possessions du seigneur défunt, y compris Sadic.

Sadic

Sadic prend part aux plans de son maître en travaillant avec Nefarid et Tarnis.
Source: Star Wars The Old Republic


  Le nouveau serviteur d'Angral jura une loyauté éternelle à son maître, mais ce dernier, s'il l'éleva au titre de Seigneur Sith, le surveilla aussi de près. Le puissant Sith reconnaissait publiquement que de tous ses affiliés, Sadic était le plus susceptible de vouloir le tuer. Cependant, il l'intégra au même titre que les Seigneur Praven et Nefarid dans son plan d'espionnage et de manipulation pour faire tomber définitivement la République après le Traité de Coruscant .

  On ignore quels sentiments, outre ceux de rivalités, Sadic entretenait vis-à-vis de ses pairs, mais Nefarid ne l'appréciait guère. Peut-être pour rappeler sa fonction originelle d'assassin mystérieux, Sadic portait un casque Sith ne laissant voir aucun de ses traits, et une bure légère pour conserver sa liberté de mouvement. Il maniait par ailleurs un simple sabre laser rouge, mais n'hésitait sans doute pas à faire appel à tous les atouts à sa disposition.

  En -3 640, alors que le plan de Dark Angral atteignait sa phase finale avec le vol des plans des super armes de la République par son fils Tarnis, infiltré au sein même de Coruscant, le Seigneur Sadic fut présent lorsque Angral débuta une holocommunication avec son fils qui s'apprêtait à plonger dans le chaos la capitale galactique .

  Visiblement, Sadic ne tenait pas le fils de son maître dans son cœur, puisqu'il se moqua de lui lorsqu'un Chevalier Jedi arriva pour arrêter le Sith. Que Tarnis ait laissé un imprévu gripper son plan semblait combler d'aise l'ancien apprenti d'Umbriss, mais il dissimula son éventuelle satisfaction lorsque le Chevalier Jedi abattit Tarnis sous les yeux de son maître. Angral jura vengeance pour la perte de son fils, et décida de retourner immédiatement les armes dérobées à la République contre elle.

  Le Seigneur Sadic fut ainsi chargé de se rendre sur Nar Shaddaa, où il devait s'emparer du projet Super Garde. Ce projet d'armement visait à créer des guerriers améliorés par la cybernétique et dotés d'équipements de pointe, et serait un atout de taille pour construire une armée contre la République. Sadic, secondé par le commandant Graul, s'installa sur la Lune des Contrebandiers, où à l'aide des fichiers dérobés par Tarnis, il put capturer et torturer à mort l'agent de la République responsable du projet, récupérer ses dossier et apprendre la position du laboratoire central des super gardes.

  Après avoir envoyé ses hommes s'emparer du centre de recrutement dans le Secteur Nikto, il captura l'usine des super gardes dans le Quartier Rouge, et s'empara des super gardes déjà finis, les prototypes de première et de deuxième génération, ainsi que les projets en cours sur ceux de troisième génération. Alors que les scientifiques républicains avaient laissé leur libre arbitre aux super gardes, Sadic utilisa la technologie du projet pour leur faire un lavage de cerveau et les soumettre à ses ordres. A quoi servirait une arme dont on ne peut se servir à volonté?

Sadic

Sadic s'empare du projet Super Garde.
Source: Star Wars The Old Republic


  Il fit transférer la technologie et le laboratoire dans la Ville de l'Ombre, où il comptait piocher parmi les criminels les plus endurcis pour former ses futurs super gardes, et installa le matériel nécessaire aux opérations dans une réserve d'une usine impériale dans le secteur industriel de la Lune des Contrebandiers. Il comptait fabriquer en masse les derniers modèles de super garde, les types III, hautement améliorés et équipés d'armes de pointe pour conquérir Nar Shaddaa pour Angral, en forme de test grandeur nature des super gardes peut-être, et au mépris des accords de neutralité avec les Hutts.

  Mais il fut bientôt informé de l'arrivée d'un agent, Galen, envoyé par le général Var Suthra pour protéger le projet. Les hommes du Sith capturèrent le républicain dans le centre de recrutement, et l'amenèrent vivant à Sadic, qui avait des projets pour lui. Galen lui servit en effet de cobaye pour tester des protocoles particuliers, comme celui de laisser à l'agent sa conscience, sans lui donner l'occasion de résister à ses ordres par le biais d'un piratage de neurone. Le Seigneur Sith put ainsi apprendre tout du réseau du SIS, le Service d'Information Stratégique de la République, sur la lune, et agit en conséquence, éliminant un agent après l'autre, à la grande horreur de Galen, impuissant à le stopper.

  Toutefois, un nouvel adversaire se présenta bientôt sur Nar Shaddaa, et il ne s'agissait de nul autre que le Chevalier Jedi qui avait terrassé Tarnis. Sadic avait été informé par son maître que le Jedi avait vaincu l'Inquisiteur Ferav et Observateur 1, deux redoutables adversaires, et il prit donc ses précautions vis-à-vis de son ennemi. Lorsque celui-ci parvint à libérer les prisonniers du centre de recrutement, le Sith comprit qu'il ne tarderait pas à gagner l'ancien laboratoire, et il y envoya Graul en compagnie de super gardes de Type I, des produits bon marchés comparés à ses dernières unités, mais suffisant en nombre pour se défaire du Jedi.

  Il assista via hologramme à l'arrivée de leur cible, et après avoir fait l'apologie de ses nouvelles créations, il ordonna à son second d'éliminer le Jedi, Graul étant avide de venger ses hommes tués par le Chevalier. Mais ce dernier l'emporta, et récupéra même un bloc de données cryptées concernant l'usine du secteur industriel. Excédé, Sadic jeta ses super gardes de type II sur le QG du SIS sur la promenade, causant ainsi la mort du chef Rieekan, allié de l'ancien élève d'Orgus Din. Le Sith envoya aussi par mesure de sécurité « son » agent Galen dans le secteur industriel, pour être averti de la venue éventuelle du Jedi.

  L'apprenti de Dark Angral fut bientôt satisfait lorsque le Jedi se présenta face à son ancien ami. En dépit des tentatives de résistance de l'agent du SIS, son maître ne lui donna pas le choix et le força à tuer le Chevalier. Mais là encore, cette tentative fut un échec, et Galen, pour un moment maître de lui, put révéler la position de son tourmenteur. Désormais, plus rien ne pouvait empêcher la confrontation finale.

  Pour mettre toutes les chances de son côté, le Seigneur Sadic se soumit lui-même au processus d'amélioration synthétique, devenant «  bien plus qu'un Sith. ». Désormais équipé d'implants cybernétiques multipliant ses capacités physiques comme intellectuelles et portant des armes intégrées dans son corps, il se sentait invincible, calculant en quelque secondes dix-sept manières différentes de tuer son futur adversaire. Avec en plus les super gardes de type III à ses côtés, toutes les statistiques jouaient en sa faveur.

Sadic

Le nouveau Seigneur Sadic.
Source: Star Wars The Old Republic


  Le Chevalier vint finalement avec un compagnon, et secondé par la Force. Pour le Sith, la Force n'était désormais rien face au vrai pouvoir, et lorsqu'il aura battu le Jedi, il lui en donnera un écho, en l'ajoutant à son armé de super gardes, tout en lui conservant son esprit, pour faire plaisir à Dark Angral. Sûr de lui, il engagea le duel avec ses super gardes.

  Quelques minutes plus tard, Sadic gisait à terre, mort, et même ses implants régénérateurs ne pouvaient plus le sauver. En dépit de tous ses atouts, il avait perdu le duel, et sa défaite entraîna la perte partielle du projet Super Garde pour Angral. Si la chute du Seigneur Sadic interrompit ainsi de manière brutale son ascension, elle fit au moins un heureux, en la personne du Seigneur Nefarid, qui envoya même un message pour féliciter le Jedi, et lui dire que lui ne commettrait pas la même erreur de le défier en face à face.
Informations encyclopédiques
Sadic
Nom
Sadic
Espèce
Date de décès
3 640 Av. BY
Lieu de décès
Fonctions
Seigneur Sith
Apprenti de Dark Angral
Armes
Sabre laser
Blaster intégré
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
03/04/2014

Date de modification
12/12/2015

Nombre de lectures
30 009


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.