Silood


Silood était l'assistant rodien du Sénateur Onaconda Farr durant la Guerre des clones.

  Silood était un Rodien qui vécut à l'époque de l'avènement de l'Empire Galactique. Contrairement à beaucoup de ses congénères, il était dévoué et loyal avec les gens qu'il aimait. Sa tête était verte émeraude, à l'exception de la partie entourant ses larges yeux bleus, plus claire. Son groin était particulièrement long ; il était relativement mince ; enfin, il était par nature calme et réfléchi, ce qui lui permit d'éviter les emportements caractéristiques de plusieurs dignitaires contemporains.  

  Il devint très vite un Républicain enthousiaste, même s'il reconnaissait à l'évidence la corruption qui régnait dans les rangs de l'institution qui la représentait. Afin de servir au mieux son peuple, il décida de pénétrer le domaine politique. Le Sénateur Onaconda Farr, réputé notamment pour son intégrité, s'intéressa à Silood et ce sans doute parce que celui-ci, à la différence de nombre d'individus au cours de l'ère du déclin du gouvernement, accordait une importance toute particulière aux traditions rodiennes et on lui reconnaissait une étonnante probité.

  Ainsi, il eut pour tâche d'accompagner Farr dans la plupart de ses déplacements et de le servir au mieux, non comme un esclave docile, mais comme un assistant zélé. Il portait des vêtements relativement simples qui contrastaient, sûrement volontairement, avec la splendeur criante de ceux de son supérieur : en général, en effet, il exhibait une sorte de robe bleue courte que venait compléter une veste blanche, ainsi qu'un pantalon et des chaussures simples. Bien que, évidemment, il préférât parler dans sa langue natale, il daignait prononcer à l'occasion quelques mots de basic, en particulier lorsqu'il était chargé d'accueillir les diplomates venus négocier avec son maître.

C'était d'ailleurs là sa fonction principale, outre celle, déjà évoquée, de protection et d'information du Sénateur. Mais, alors que, d'ordinaire, les auxiliaires des hommes politiques étaient considérés comme de vulgaires laquais, Silood noua une relation différente avec Farr en ce qu'il devint, peu à peu, son confident, pour ne pas dire son ami. Du fait de son rôle, assurément, il devait respecter Onaconda en toute circonstance, mais cela n'empêchait pas ce dernier de demander conseil à son assistant quand des sujets essentiels le préoccupaient ou lorsqu'il estimait que l'intérêt de son peuple était gravement menacé.

  Et, en effet, avec la crise séparatiste, la planète Rodia était en péril car, même si Farr était un démocrate, la conjoncture exigea des mesures idoines. La Guerre des Clones éclata brusquement ; le Sénateur ne s'y attendait pas, mais le chaos qui régna pendant cette période le fit comprendre qu'il fallait prendre des décisions. Car des attaques de pirates de l'espace frappèrent son environnement natal et empêchèrent plusieurs convois de marchandises de s'y rendre, de sorte que la population cria bientôt famine.

  Farr, qui vivait à l'époque dans sa magnifique citadelle, au milieu de marécages, avec Silood, choisit donc de faire appel à la République. Le Chancelier Suprême Palpatine, néanmoins, était plus préoccupé par le conflit et par la prolongation de son mandat que par les Rodiens ; par conséquent, les supplications d'Onaconda furent vaines. Étant un ancien ami de la famille Naberrie, il jugea opportun de joindre la représentante de Naboo. Mais, là encore, il se heurta à un échec, puisque son assistant lui rapporta qu'il était impossible d'établir un contact avec elle.

Silood

Silood accueille Padmé sur Rodia.
(Star Wars: The Clone Wars: Bombad Jedi)


  Reclus dans sa demeure, tandis que son peuple se mourait, et ne sachant plus que faire, Farr était affligé, tout comme Silood d'ailleurs. Heureusement, si l'on peut dire, la Confédération des Systèmes Indépendants, et tout spécialement le vice-roi de la Fédération du Commerce, Nute Gunray, leur proposa de fournir les vivres et les vaisseaux dont les natifs avaient besoin en échange du ralliement de Rodia aux Séparatistes. Même s'il était fidèle à la République, le sort de ses congénères dépendait de son choix ; de ce fait, il accepta l'offre du cupide Neimoidien.

  Peu après, cependant, Padmé Amidala, qui n'avait pas l'intention d'abandonner un ami de sa famille qu'elle surnommait affectueusement "oncle Ono", se rendit sur Rodia afin de s'assurer de sa loyauté et, par la même occasion, de remédier à la situation désastreuse de l'économie locale. Quand elle atterrit, avec C-3PO et Jar Jar Binks, dans un hangar de sa citadelle, elle ne savait pas que le Sénateur s'était uni à l'ennemi.  

Silood

Silood (au milieu) conduit Padmé devant Farr.
(Star Wars: The Clone Wars: Bombad Jedi)


  Dès qu'elle fut sortie de son yacht spatial, Silood, seul, la salua et l'accueillit chaleureusement. Dans un basic plus qu'incertain, il l'invita à le suivre pour s'entretenir avec son maître, Farr. Padmé le retrouva dans une cour du bâtiment ; l'assistant du Sénateur n'était pas présent lors de la discussion pour des raisons de confidentialité évidentes. Alors qu'il s'était retiré, Onaconda avait révélé à Amidala sa trahison : il était désormais sous les ordres de Gunray et de son organisation ; Padmé devait être enfermée dans une cellule de la citadelle en dépit des liens qui l'unissaient à Farr.

  Plus tard, Silood informa son supérieur que le vice-roi était sur le point d'arriver pour s'assurer que sa rivale, Amidala, avait été capturée. Farr s'en réjouit, car il savait que son peuple pourrait enfin manger à sa faim. Le Sénateur interrogea ensuite son assistant sur la question de savoir ce qu'il était advenu des compagnons de Padmé, 3PO et Binks. Il lui répondit, en rodese, qu'il n'y avait absolument aucune trace d'eux, ce qui rassura Onaconda qui pensa immédiatement qu'ils s'étaient enfuis dans la jungle. En effet, il ne voulait pas qu'on suspectât quelque activité dans sa demeure, d'autant que la survie des citoyens constituaient sa première préoccupation.

Silood

Face à Farr, Silood affirme qu'il n'y a aucune trace des compagnons de Padmé.
(Star Wars: The Clone Wars: Bombad Jedi)


  Gunray arriva et, en sortant de son vaisseau, fut reçu non pas seulement par Silood, mais par Farr en personne et une escouade de ses droïdes de combat. Les Rodiens le saluèrent selon la coutume locale, mais Nute n'en avait en réalité que faire : il n'était intéressé que par Padmé, qu'il voulait voir dans sa cellule. Onaconda et les autres le conduisirent alors dans la tour où elle était détenue ; mais en chemin, ils furent suivis par Binks et 3PO qui avaient décidé de porter secours à Amidala. Tandis que le Gungan fut pris en chasse, le chef séparatiste ordonna à Silood et au Sénateur de l'emmener sans plus attendre auprès de son ennemie.

  Avant d'atteindre les prisons, Gunray avoua qu'il avait l'intention d'exécuter Padmé. À ces mots, Farr fut effrayé, car ce n'était pas ce qui était prévu dans le contrat. Mais le vice-roi ne désirait pas discuter à ce propos ; il avait tranché, et cela se passerait comme il le souhaitait. Onaconda se mit à l'écart et engagea une conversation avec Silood comme souvent ; il confia à ce dernier qu'il avait fait une grave erreur en rejoignant la Confédération. Son assistant approuva et conseilla à son maître de faire preuve de prudence : selon lui, il ne fallait pas qu'il apparût à Nute comme un opposant, sans quoi il le tuerait probablement. Farr était de cet avis ; il estima que son seul espoir était celui qu'il pensait être un Jedi à cause de la toge qu'il avait revêtu, Jar Jar.

Silood

Silood, à gauche, discute avec Farr à propos des décisions de Gunray.
(Star Wars: The Clone Wars: Bombad Jedi)


  Quelques minutes plus tard, Gunray et les Rodiens s'aperçurent que Padmé s'était échappée de sa cellule. Ils la pourchassèrent par conséquent, le vice-roi ordonnant à ses droïdes, par la même occasion, de tuer Binks qui avait tenté de s'interposer. Finalement, Nute retrouva Amidala et prépara son exécution par des robots destroyers. Silood n'était pas présent, mais il apprit un peu plus tard que l'assassinat avait en définitive était évité grâce à l'intervention de Jar Jar et de Boogie, le kwazel maw qu'il avait apprivoisé.

  Gunray fut capturé. Les soldats clones arrivèrent sur Rodia et le mirent en état d'arrestation. Palpatine, de son côté, avait accepté de venir en aide à la population en leur fournissant toute la nourriture dont elle avait besoin. Farr était comblé ; avec Silood, il assista au départ de Padmé et la remercia chaleureusement. Dans la suite de la guerre, l'auxiliaire du Sénateur rodien continua probablement de servir son maître ; mais il n'était qu'un adjoint parmi d'autres, puisque Pa Dua et Tox Don servaient déjà Farr depuis le blocus de Naboo.

Silood

Silood, à droite, assiste à la victoire républicaine et à la capture de Gunray.
(Star Wars: The Clone Wars: Bombad Jedi)


  Plus tard dans la guerre, Silood fut parfois remplacé, en tant qu'assistant, par Lolo Purs, une autre Rodienne. Grâce à elle, et sans se douter qu'il s'agissait de l'assassin, il apprit la mort de son maître Onaconda Farr, et en fut fort chagriné : celui-ci avait été empoisonné par quelque substance mystérieuse injectée dans son verre.

  Or, ce meurtre était survenu après qu'Onaconda eut manifesté son opposition à un projet de création de soldats clones supplémentaires. Des funérailles furent rapidement organisées ; et Silood fut naturellement désigné comme le maître de la triste cérémonie, qui aurait lieu sur une plate-forme d'atterrissage, sur Coruscant.

Silood

Silood dirige la cérémonie funèbre organisée après la mort de Farr.
(Star Wars: The Clone Wars: Senate Murders)


  Non sans émotion, Silood commença à discourir solennellement devant une assemblée de sénateurs, parmi lesquels Padmé Amidala, Palpatine lui-même, Bail Organa, Mon Mothma ou Lolo Purs. Le Rodien, vêtu de blanc, était placé derrière le cercueil volant de Farr et entouré de gardes, traditionnellement mandatés pour rendre hommage aux hommes politiques décédés.

  Silood, affligé, rappela que Farr était un individu remarquable ; conscient de ses erreurs, il ne s'était jamais compromis, jamais trahi ; ses actions étaient motivées uniquement par la volonté de son peuple, et son intérêt passait avant les siens propres. À ces mots, et devant les figures hébétées, éplorées - comme celle de Padmé - ou artificielles des sénateurs et des Jedi, le cercueil dissimula automatiquement la dépouille verte du Rodien en le recouvrant d'une sorte de voile virtuel.

  Silood observa ensuite le cercueil de son ancien mentor se diriger, sans qu'on le manipulât, vers le conduit d'un vaisseau spatial. Les gardes du Sénat, en ligne, exécutaient quant à eux leurs mouvements rituels pour saluer la mémoire du défunt. Farr disparut dans la soute de l'appareil, où il serait emmené, probablement, jusqu'à Rodia, sa planète natale. Il y reposerait sous la bienveillance de Silood.

Silood

Silood et les Sénateurs ont rendu hommage à Onaconda Farr.
(Star Wars: The Clone Wars: Senate Murders)

Informations encyclopédiques
Silood
Nom
Silood
Espèce
Lieu de naissance
Taille
1,68 m
Fonctions
Assistant d'Onaconda Farr
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
08/01/2009

Date de modification
22/05/2019

Nombre de lectures
4 960


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - The Clone Wars Episode Guides
  • Starwars.com - Web Comics "The Clone Wars"
  • The Clone Wars : The Visual Guide
  • The Clone Wars Character Encyclopedia
  • The Clone Wars S01E08 - Bombad Jedi
  • The Clone Wars S02E15 - Senate Murders

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.