Bouclier déflecteur


Le bouclier déflecteur est un système défensif des vaisseaux, conférant un niveau de protection élevé.

  À l'instar des turbolasers, des canons ioniques et des torpilles protoniques, la technologie des boucliers déflecteurs a toujours été un composant essentiel dans le domaine militaire. Au fil des millénaires, la technologie des boucliers n'a cessé de se perfectionner pour atteindre un degré de développement inégalé durant la période de la Guerre Civile Galactique. Pour ainsi dire, les boucliers déflecteurs fournissent la première ligne de défense des vaisseaux spatiaux, en produisant des champs de force capables de dévier, repousser ou même absorber les effets des attaques de projectiles solides ou énergétiques.

  Selon le type et la configuration du bouclier, celui-ci peut envelopper de façon partielle ou totale les objets qu'il est censé protéger dans une sorte de toile énergétique protectrice, qui peut être soit projetée à quelques centimètres, voire quelques microns, au-dessus de la coque d'un vaisseau, soit à plusieurs mètres de distance pour former une bulle. Mais il ne faut pas croire que les boucliers sont une technologie uniquement réservée aux vaisseaux de guerre : qu'ils soient d'une puissance colossale ou mineure, les boucliers déflecteurs sont également indispensables aux transports civils, à vrai dire même à tout appareil voyageant dans le vide intersidéral.
  En effet, tous les transports spatiaux se doivent d'être équipés de boucliers déflecteurs, même modestes, pour se mettre à l'abri des incidents cosmiques tels des collisions d'astéroïdes ou des pluies de micrométéorites. Accessoirement, sur des routes hyperspatiales peu sûres, cette technologie peut permettre de survivre suffisamment longtemps à une échauffourée avec des pirates pour pouvoir s'enfuir.

  Techniquement parlant, la technologie des boucliers déflecteurs peut s'appliquer à n'importe quel objet doté d'un générateur d'énergie suffisamment puissant pour créer ces champs invisibles. En cela, on peut aisément comprendre pourquoi cette technologie ne se retrouve que sur des vaisseaux spatiaux, obligatoirement équipés de générateurs suffisamment puissants pour voyager d'un bout de la galaxie à l'autre. C'est également pour cela que ce type de technologie peut se retrouver sur des installations planétaires, les centrales d'énergie fournissant suffisamment de puissance pour alimenter une version monumentale des boucliers déflecteurs : les boucliers planétaires.

  Mais en général, que cette technologie s'applique à des chasseurs ou à de gros bâtiments, le besoin en énergie est si important qu'il est impossible de maintenir un bouclier à puissance maximale de façon permanente, les boucliers étant relevés en général à un seuil de puissance suffisant pour faire face aux phénomènes cosmiques. Toutefois, il est un point auquel il faut apporter une précision : lorsque l'on parle de boucliers déflecteurs, on fait référence à deux types de boucliers. Les boucliers à particules et les boucliers énergétiques, dits à rayons, que les vaisseaux et les infrastructures militaires combinent généralement pour une défense optimale.

  Les boucliers à particules, qui sont l'équipement standard monté sur les vaisseaux de toutes catégories, sont conçus pour absorber l'énergie cinétique des impacts physiques, protégeant les engins à la fois des impacts de météorites, et de projectiles tels les torpilles à protoniques et les missiles à concussion. Lorsqu'un projectile vient frapper ces boucliers, les photons les constituants ont la particularité de se concentrer sur la zone de l'impact pour mieux le repousser. Le drainage énergétique de ces boucliers est faible lorsqu'ils sont à leur puissance nominale, ce qui leur permet de rester en place de façon quasi permanente sans peser, ou presque, sur l'alimentation générale d'un engin.

  L'inconvénient avec ce type de bouclier est qu'il faut les abaisser pour les manœuvres d'accostage : si le chronométrage précis par ordinateur compense cette vulnérabilité temporaire en réduisant la fenêtre d'ouverture à quelques microsecondes, les gros bâtiments doivent désactiver leurs boucliers à particules pour permettre à des chasseurs et à des navettes d'atterrir dans leurs hangars. C'est pour cela qu'en général les bâtiments de guerre sont dotés de plusieurs générateurs de boucliers à particules, chacun couvrant une portion du vaisseau, afin de ne baisser que celui qui protège le hangar, le reste de l'appareil restant en relative sécurité.

  Outre cet inconvénient, les boucliers à particules possèdent un autre défaut, et pas des moindres : ils n'offrent aucun type de protection contre les armes à énergie tels les canons laser. Les appareils ne possédant que des boucliers à particules se trouvent à la merci du premier tir de laser bien placé. Pour remédier à ce problème, on couple les boucliers à particules avec un second type de protection, les boucliers à rayons. Ce sont les systèmes les plus puissants et, par conséquent, les plus consommateurs d'énergie qui existent. Ils utilisent des tampons projecteurs de rayons pour absorber ou disperser les décharges de batteries ioniques, de canons laser et de turbolasers. S'il est vrai que ces boucliers exigent un apport considérable en énergie à puissance maximale, ils garantissent une défense impressionnante durant toute leur mise en fonction.

  À l'inverse des boucliers à particules, leur consommation en énergie, même à puissance nominale, est si impressionnante qu'ils ne sont levés que lorsqu'un affrontement semble imminent. Le puits d'évacuation thermique du réacteur de la première Étoile de la Mort fut équipé de ce type de bouclier, mais son concepteur, Bevel Lemelisk, ne vit pas l'utilité d'équiper cet exhausteur d'un bouclier à particules pour le prémunir contre des attaques de projectiles, un coup au but pour lui ne pouvant relever que d'un pur coup de chance. Le chanceux en question s'avéra être Luke Skywalker, qui réussit, avec l'aide de la Force, à loger une paire de torpilles en plein dans l'exhausteur thermique, causant ainsi la destruction de la station.

Bouclier déflecteur


  Mais même lorsque deux systèmes défensifs tels que les boucliers à particules et à rayons sont couplés, ils ne peuvent pas faire face à tous les imprévus. Exemple type, une collision entre vaisseaux d'une même classe. Si en effet deux appareils de même catégorie, et par conséquent dotés du même type de boucliers, viennent à se rencontrer, les systèmes défensifs respectifs de ces engins s'annulent mutuellement, rendant alors vulnérable la superstructure des deux vaisseaux qui risquent de se déchiqueter comme du simple papier. Un accident de ce genre fut évité de justesse entre trois destroyers stellaires qui poursuivaient le Faucon Millenium aux abords de la ceinture d'astéroïdes de Hoth.

  De plus, même s'ils sont dotés d'un générateur assez puissant pour soutenir un feu ennemi pendant un certain temps, les boucliers n'ont pas une longévité infinie, qui est proportionnelle aux nombres d'impacts encaissés pendant un laps de temps calculé : si un bouclier venait à être saturé par un trop grand nombre de décharges reçues, la matrice du projecteur ne supporterait pas un trop-plein d'énergie et brûlerait, engendrant un effondrement total des boucliers. En général, une équipe de techniciens rompus à ce genre de situation peut remplacer les composants d'une matrice en quelques minutes afin que le bouclier puisse recouvrer toute sa puissance, mais ce sont ces quelques minutes où un vaisseau peut être désintégré. C'est pourquoi, les vaisseaux de guerre comportent plusieurs générateurs de boucliers, tels les croiseurs MC80 de l'Alliance Rebelle qui en possèdent trois paires.

  Dans tous les cas, les boucliers à rayons et à particules se retrouvent couplés entre eux sur pratiquement tous les appareils militaires. Cela va du chasseur Y-wing, doté de multiples projecteurs d'écrans déflecteurs alimentés par un unique générateur Chempat, pour lui assurer une certaine sécurité au cours de combats spatiaux, aux redoutables bâtiments de guerre que sont les destroyers stellaires. D'ailleurs, la plus brillante conception technologique en matière de bouclier déflecteur est sans doute celle mise au point sur ces derniers vaisseaux : en accord avec leur taille et leur puissance de feu, les destroyers de l'Empire employaient un système de dômes jumeaux ISD-72X mis au point par les Chantiers Navals de Kuat, également concepteurs des destroyers stellaires.
  Ces globes polyédriques étaient montés au sommet de la tour de commandement d'un destroyer et projetaient un écran défensif assez puissant pour faire ricocher les tirs d'un barrage de turbolasers.

  Toutefois, cette avancée qui, sous l'Empire, porta la technologie des boucliers à un degré de perfection inégalé, ne fut pas vraiment d'un grand secours pour les Impériaux : la puissance remarquable de ces générateurs en forme de dôme fut minée par un défaut de conception lié aux vaisseaux sur lesquels ils devaient être mis en place. En effet, le point faible de ces dispositifs était sans doute leur position trop exposée aux tirs adverses, les globes, perchés aux sommets des destroyers, faisant des cibles faciles pour les Rebelles, dont la tactique consistait à viser les dômes pour couper totalement les défenses d'un destroyer. À cause de cela, même un escadron de chasseurs stellaires était capable de mettre à bas un titan tel qu'un destroyer, simplement en se concentrant sur une zone de chaque dôme.

  Pourtant, ce système défensif des destroyers impériaux semblait prometteur, le système le plus perfectionné et le plus puissant ayant été utilisé à bord de l'Exécutor, le super destroyer de Vador. Avant la Bataille de Hoth, ses boucliers le protégèrent d'une collision avec trois autres destroyers stellaires, qui avaient effectué un mauvais saut en hyperespace : les trois furent détruits en heurtant les boucliers de l'Exécutor qui, lui, ne subit aucun dégât. Toutefois, couplés à une mauvaise position stratégique, les dômes de protection n'offraient pas une sécurité absolue, et cela fut prouvé par un trio d'A-wings qui réussit à réduire le monstre impérial à l'impuissance lors de la Bataille d'Endor.


Actualités en relation

HoloNet : On fête la nouvelle année avec les Derniers Jedi !

Pour commencer, tout le staff de Star Wars HoloNet se joint à moi pour vous souhaiter une belle année 2018, tout plein de belles et de bonnes choses et bien sur de bonnes aventures Starwarsiennes. J'en profite aussi, au nom...


Informations encyclopédiques
Bouclier déflecteur
Nom
Bouclier déflecteur
Classe
Vaisseaux - Véhicules
Constructeur
Type
Système de protection des vaisseaux
Fonction
Génération de champ de force
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
33 808


Note de la fiche
1 membre a noté la fiche "Bouclier déflecteur" 4 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
Aucune source répertoriée pour le moment ...

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.