Bulle hydrostatique gungan


La bulle hydrostatique gungan est un système de protection utilisé dans l'élaboration des cités sous-marines gungans.

  Les bulles hydrostatiques créées par les Gungans pour bâtir leurs cités, comme Otoh Gunga, sont à la fois des prouesses d'ingénierie et des œuvres d'art. Que ce soit pour leurs véhicules ou leurs bâtiments, les Gungans se comportaient en véritables artistes, mêlant l'agréable à l'utile. Bien qu'ayant des tailles différentes, les bulles hydrostatiques gungans reposent sur le même principe, chaque bulle étant constituée d'une sorte de coquille naturelle, sculptée à partir d'une matière organique pour faire office de structure pour les bulles. En fait, la technologie qui permet de transformer une coquille vide sculptée en une bulle d'habitation repose sur une source naturelle de plasma.

  Il faut savoir que le plasma se trouve à l'état naturel et en quantité abondante sur la planète Naboo, à tel point que même la flore l'utilise. Les Gungans découvrirent comment utiliser au mieux cette source d'énergie partiellement traitée par les éléments végétaux. Des bongos spécialement modifiés pour des besoins agricoles servent à récolter deux plantes : le locap et les cosses-bulles. Le locap, qui est un végétal à la croissance lente et qui peut vivre des centaines d'années, plonge ses racines dans la roche poreuse de la planète pour y pomper le plasma, que le locap métabolise ensuite et rend ainsi plus stable qu'à l'état brut. Cette forme de plasma stable, partiellement traité par le locap, produit des bourgeons lumineux à la pointe de ses tiges, qui se referment au moindre contact et sont hérissés de piquants. C'est pourquoi la récolte de locap peut s'avérer parfois dangereuse. La cosse-bulle, qui est une sorte de champignon à la pousse rapide, libère régulièrement des petits flotteurs organiques contenant des semis baignant dans du plasma nutritif.

  Ainsi, une fois la première phase de récolte terminée, les bourgeons et les cosses-bulles subissent un traitement final dans des laboratoires de maturation pour enfin produire l'énergie plasmique nécessaire à la création des champs hydrostatiques. Cette source d'énergie renouvelable ne produit d'ailleurs que peu de déchets biodégradables au moment du traitement, et aussi très peu de gaz inertes lors de son utilisation. L'énergie est alors stockée et acheminée via un groupe de réacteurs de forme sphérique se trouvant à la base de la bulle. L'énergie électromagnétique créant les champs hydrostatiques est produite par une réaction complexe entre le plasma raffiné et un catalyseur. Le contrephaseur de racines utanodiques renvoie ensuite l'énergie du plasma dans les générateurs afin d'inverser la réaction et recharger le plasma, qui est de cette manière renouvelable jusqu'à épuisement. L'énergie des réacteurs passe par des amplificateurs de champs pour une plus grande résistance de la bulle, surtout si elle est grande, qui est émise depuis des utanodes qui constituent les extrémités de chaque branche émanant de la partie inférieure de la bulle.

  Ces branches formant la coquille de la bulle sont appelées des assemblages kernodiques, et on retrouve de tels assemblages au sommet de la majorité des bulles afin de préserver l'intégrité de leur champ hydrostatique. Toutefois, des assemblages kernodiques modifiés permettent aux individus de passer d'un milieu aquatique au milieu sec des bulles via des portails, ces derniers étant notamment équipés d'évaporateurs chimiques séchant les visiteurs venus de l'extérieur. Ainsi, le champ hydrostatique produit par les réacteurs des bulles gungans ressemble plus à une membre organique qui permet aux personnes de passer d'un milieu à un autre sans que l'eau ne s'infiltre pour autant à l'intérieur de la bulle. Par ailleurs, il est à noter que, étant donné que ces bulles hydrostatiques sont destinées à être occupées par des êtres vivants, des algues monocellulaires connues sous le nom de glie rouge s'assurent de la purification de l'air et de l'eau en se nourrissant des déchets. Aussi, il faut savoir que, en plus du fait d'alimenter les champs hydrostatiques, le plasma des réacteurs des docks à bongos est utilisé pour recharger les réservoirs des sous-marins lorsqu'ils sont à l'attache.


Actualités en relation

L'équipe vous souhaite un Joyeux Noël !

Et voilà, une nouvelle année est sur le point de se terminer. Et si la fin de l'année a été marquée par la sortie en salle de Star Wars : Les Derniers Jedi, qui a fait couler beaucoup...


Star Wars VIII : Nos avis sans spoilers

Bon et bien voila après des mois d'attente, de bandes-annonces et une montagne de clips vidéos, nous avons enfin pu voir Star Wars : Les Derniers Jedi, lors de la projection presse organisée sur Paris. C'est...


Star Wars VIII : Interview de Rian Johnson

Le Bristol, Paris. Cadre idyllique pour participer à cette interview un peu unique, il faut bien l’avouer, à laquelle le web français est invité. C'est accompagnée de Dark Mandalorien que je me rends à cette invitation. 15h15 tapantes, Rian...





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Bulle hydrostatique gungan
Nom
Bulle hydrostatique gungan
Classe
Autres Technologies
Constructeur
Type
Membrane énergétique étanche
Fonction
Protection contre l'infiltration de l'eau
Affiliation
Gungans

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
7 382


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
Aucune source répertoriée pour le moment ...

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.