Console Holographique de Commandement


La console holographique de commandement, plus couramment appelée Holoconsole ou CHDC, est une machine permettant à un stratège de donner des ordres et voir ses troupes sur le terrain depuis l’orbite.

  Conçue pour les officiers stratèges, la console holographique de commandement (appelée plus communément Holoconsole) visait à gérer les unités présentes sur le champ de bataille en restant à bord d'un destroyer stellaire en orbite. L'holoconsole permettait de voir le terrain en trois dimensions avec une liberté de mouvement et d'angle de vue totale. Il était possible d'avoir de nombreuses informations sur les unités visibles, comme leur grade, leur classe, leur nom et même leur état de santé en temps réel. Elle permettait aussi de connaître les garnisons dans les bâtiments ou les véhicules de transports.
  Toutefois, les données s'avéraient limitées : il n'était - cela se comprend - pas possible de voir les activités de l'ennemi, cryptées. Il fallait que des troupes soient assez près pour les faire apparaître dans l'holoconsole. De plus, pour une raison quelconque, il n'était pas possible d'effectuer directement un scan orbital de la zone afin de voir la globalité du champ de bataille. Il fallait procéder à des missions de reconnaissance pour découvrir la planète ainsi que maintenir la surveillance des secteurs où les troupes alliées ne se trouvaient plus.

  Sous ses airs complexes et impressionnants, la console était simple d'utilisation. Elle se composait de plusieurs parties : une carte en deux dimensions du terrain scanné par le destroyer, une barre de présentation des unités, et enfin la vue holographique tridimensionnelle très précise de la situation immédiate au sol. L'officier s'installait sur le fauteuil pivotant au centre de la console et pouvait ainsi passer d'une fonction à l'autre sans perdre de temps, ce qui était primordial pour un stratège. D'ailleurs, un officier bien en adéquation avec elle et expert en la matière pouvait tout à fait se passer des deux autres fonctions pour ne se concentrer que sur la vue en trois dimensions à plus grande échelle.

  Dans les faits, les apparences étaient simples et compréhensibles : pour bien différencier et repérer les unités, l'holoconsole les marquait de certaines couleurs : les unités en bleu étaient par défaut les troupes impériales, les rouges étaient les soldats de l'Alliance ou toute autre forme de vie hostile envers l'Empire, et les jaunes montraient les individus neutres ou indigènes. Il arrivait de trouver d'autres couleurs comme des contacts oranges, verts ou même magentas, mais ces cas étaient rares et souvent peu belliqueux. Lorsque l'officier à la CHDC voulait sélectionner une unité, celle-ci était encadrée dans la couleur adéquate, et son déplacement était marqué par une flèche verte qui ne s'effaçait que lorsqu'elle l'atteignait.

  À la fois l'Empire et l'Alliance Rebelle disposaient d'holoconsoles, ce n'était pas une technologie inhérente à un camp. Généralement elles se trouvaient sur des vaisseaux de commandement - destroyers ou croiseurs en tous genres - mais l'Empire apporta une nouveauté. Entre la bataille de Hoth et celle d'Endor, il créa un nouveau véhicule : la Base Mobile Tout Terrain (ou BM-TT) ; il avait réussi à installer une console holographique dans un support mobile, ce qui permettait à l'officier commandant qui se trouvait à bord de pouvoir diriger ses troupes et appeler des renforts sans dépendre d'un destroyer et d'un centre de commandement. C'était un challenge difficile du fait de sa taille conséquente, non seulement pour elle-même mais aussi pour tout le reste du système : matériel pour assurer la communication, le transfert des ordres sans délai et l'alimentation de cette machine. Mais les techniciens impériaux finirent par créer cette variante qui, pourtant, tomba rapidement aux mains de l'Alliance Rebelle.

  L'usage de l'holoconsole n'était toutefois pas ouvert à tous les officiers souhaitant devenir stratèges : il fallait suivre une formation spécialisée et avoir obtenu une note supérieure à 6 lors des examens du Test Standard d'Intelligence des Officiers (TSIO). Les officiers souhaitant quand même manipuler la console holographique malgré leur échec pouvaient toutefois se représenter avec un Certificat d'Aptitude auprès de leur supérieur hiérarchique, ce qui les portait garants de leurs progrès.
  Mais l'école n'était pas l'unique moyen d'être promu à l'holoconsole ; on pouvait y parvenir après avoir fait ses preuves en tant que chef de troupes sur le terrain. Ce fut le cas par exemple de Brenn Tantor, qui avait commencé en tant que simple caporal dans les stormtroopers pour finir parmi les meilleurs généraux de l'Empire puis de l'Alliance, et maître dans l'art de la manipulation de la CHDC.

  Dans la loi militaire impériale, le règlement X7T-PLX interdisait l'utilisation de la console aux officiers sous l'emprise de drogues, d'alcool ou dans tout autre état (contrainte…) qui pouvait modifier leur jugement ou leur loyauté. Les mesures disciplinaires encourues, bien que leur détail soit inconnues, pouvaient être trouvées dans le Volume 6 du Guide de bienséance militaire de l'Empire, sous-section 8.2.1355.


Actualités en relation

Battlefront II : Le nouveau mode Suprématie Capitale présenté

DICE vient de lever le voile sur le nouveau mode de jeu qui sera ajouté dans la prochaine mise à jour gratuite de Battlefront II, prévue pour le 26 mars. Ce nouveau mode, baptisé Suprématie Capitale, opposera deux équipes de...


Informations encyclopédiques
Console Holographique de Commandement
Nom
Console Holographique de Commandement
Autre(s) nom(s)
Holoconsole, CHDC
Classe
Equipement individuel
Constructeur
Inconnu
Type
Commandement
Fonction
Organisation de troupes en temps réel
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
01/01/2017

Date de modification
01/01/2017

Nombre de lectures
1 800


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.