Manteau-bouclier


Technologie destinée à rendre un vaisseau invisible aux scanners

  Le manteau-bouclier est une arme qui fut très utile entre les mains de l'Empereur Palpatine. En effet, celui-ci, lors de la construction de l'Etoile de la Mort, élabora avec l'aide de ses ingénieurs et scientifiques en matière de bouclier et d'occultation, un engin capable de rendre invisible tous les vaisseaux dans son rayon d'action. Après plusieurs tentatives infructueuses, les ingénieurs et scientifiques parvinrent enfin à fabriquer cette arme redoutable. Toutefois, cette technologie novatrice resta secrète, pour des raisons évidentes afin d'éviter des fuites suite à des missions d'espionnage menées par l'Alliance Rebelle.

  Mais ce manteau-bouclier possédait un énorme défaut qui faisait de lui une arme à utiliser s'il n'y avait plus aucune autre alternative. Il renvoyait dans des directions voulues, les faisceaux de lumières ou d'ondes radar qui arrivaient à lui. Ceci lui permettait de ne pas se faire repérer, ni visuellement, ni à l'aide de senseurs très performants. Les ondes ne détectaient rien car la technologie les détournait pour les faire enfin revenir sur leur trajectoire sans les faire traverser ou rebondir contre le vaisseau, ce qui aurait tout de suite révélé sa présence. Mais le bouclier fonctionnait dans les deux sens. Rien ne pouvait entrer dans la bulle créée par le bouclier mais rien ne pouvait en sortir non plus, ce qui privait le vaisseau de tous repérages ou de toutes liaisons radio avec l'extérieur, ce qui n'allait pas sans poser de problèmes de coordinations entre plusieurs vaisseaux par exemple. Des efforts furent évidemment faits pour développer une technologie capable de transmettre des informations à travers le bouclier, ou même d'anticiper les mouvements extérieurs pour toucher des cibles non occultées, mais les divers travaux qui furent menés à cette occasion ne débouchèrent sur aucune avancée probante...

  Ceci représentait donc une tare très lourde à porter et motiva l'Empereur à ne pas l'utiliser tout de suite. Toutefois, la Seconde Etoile de la Mort détruite, avec l'Empereur à son bord, le secret de cette technologie se perdit d'autant plus facilement que les scientifiques chargés du projet avaient l'ordre de ne dévoiler le secret que si l'Empereur le décidait. Fidèles, ils ne dévoilèrent rien de cette technologie.

  Mais heureusement pour l'Empire, des modèles de ces boucliers avaient été placés au préalable dans la forteresse de l'Empereur sur la planète Wayland, dans ses installations du Mont Tantiss. Ces prototypes ne furent retrouvés par l'Empire que lors du retour de Thrawn, qui découvrit la planète et ses installations. Celui-ci, émerveillé de tant de savoir, ne put résister à les utiliser. Mais il ne sut pas tout à fait quoi en faire. Ce n'est que plus tard, lorsqu'il mit sur pied le plan pour reprendre la capitale Coruscant, qu'il trouva une utilité à ces manteaux-boucliers. En effet, Thrawn savait que la capitale était protégée par un bouclier planétaire, il savait aussi que ses forces n'étaient pas suffisantes pour prendre d'assaut la planète avec un tel dispositif de défense mis en œuvre. De ce fait, il dissimula plusieurs astéroïdes sous les bulles créées par le manteau-bouclier et les envoya autour de la planète. Ainsi il coupait l'approvisionnement en nourriture et en matières de première nécessité, obligeant Coruscant à vivre sur ses réserves, et bloquant l'Etat-major sur place. Il espérait ainsi, après ce siège, que la capitale lui tomberait dans les bras sans affrontements ni destruction de bâtiments.
  
  L'existence des astéroïdes fut vite détectée car plusieurs vaisseaux s'écrasèrent contre du "vide" ... la Nouvelle République et son Etat-Major redoutant un piège, tous les convois et vaisseaux furent interdits de transit du reste de la Galaxie vers Coruscant. Toutefois, ce piège aurait pu réussir si le contrebandier Talon Karrde n'avait pas fourni le nombre exact d'astéroïdes lancés contre la capitale à la Nouvelle République. Avec cette précieuse information, la Nouvelle république dépêcha sur place une flotte chargée de détruire tous les astéroïdes en pilonnant l'espace autour du bouclier planétaire. Une fois le nombre total d'astéroïdes détruits, la Nouvelle République put baisser son bouclier défensif et reprendre son ravitaillement.

Manteau-Bouclier


  Devant cet échec, Thrawn n'utilisa plus cette technologie, d'une part parce qu'il l'avait trouvé inutile dans ce cas de figure, et d'autre part parce qu'il fut tué avant de pouvoir s'en servir de nouveau d'une façon plus mortelle. Toutefois, dix ans plus tard, le Moff Disra, "Chef d'Etat" des Vestiges de l'Empire, utilisa à nouveau cette technologie. Il donna trois de ces dispositifs à trois Destroyers Stellaires qui furent envoyés en direction de Bothawui pour la détruire, et ce dans le plus grand secret. En effet, une guerre civile venait d'éclater au sein de la Nouvelle République. Les Bothans furent accusés d'être responsables du massacre sur Caamas. Devant l'incapacité des dirigeants Bothans à donner le nom des criminels, certains peuples de la Galaxie s'allièrent pour attaquer la planète où se trouvait la capitale afin de les forcer à avouer.

  Deux flottes se retrouvèrent autour de la planète : celle des défenseurs des Bothans, qui ne voulaient pas de massacre gratuit et l'autre flotte, dirigée par les peuples réclamant justice, même au prix d'une guerre. Une bataille s'ensuivit car un des vaisseaux de la Flotte Ishori, la flotte des ennemis des Bothans, avait ouvert le feu sur Drev'starn, la capitale, dépourvue de défenses après avoir perdu son bouclier - suite à une opération des services secrets impériaux.

  C'est à ce moment là que les trois destroyers devaient jouer leur rôle. A la fin de la bataille, ils devaient annihiler les survivants et finir la destruction de la capitale. Toutefois, ils ne purent pas mettre en œuvre leurs plans car, bien qu'occultés par le manteau-bouclier, Han Solo et son ami Carib les découvrirent et en informèrent le commandement des deux flottes. Celles-ci réagirent promptement et redirigèrent leur attaque sur les trois vaisseaux qui furent obligés de fuir. Encore une fois, un plan utilisant le manteau-bouclier échoua. On n'entendit plus parler de cette technologie étant donnée le traité de paix signé entre les dirigeants de la Nouvelle République et des impériaux.
  
  A côté de ces dispositifs plutôt conséquents en taille et très gourmands en énergie, divers prototypes bien plus petits furent développés par l'Empire. On peut citer par exemple le manteau-bouclier qui équipait la Navette Lambda personnelle de l'Empereur, ou encore le mécanisme conçu spécialement pour le Chasseur TIE Fantôme. Malheureusement, malgré leurs qualités et leur potentiel tactique indéniable, tous ces prototypes furent à un moment ou à un autre perdus ou détruits, et n'eurent aucune suite à grande échelle.


Actualités en relation

Battlefront II : Les droidekas dévoilés, Felucia annoncée !

Même si les projecteurs risquent d'être centrés cette semaine sur Jedi : Fallen Order, les équipes de DICE sont encore loin de s'avouer vaincus et viennent ainsi de lever quelque peu le voile sur les prochaines mises à jour...


Informations encyclopédiques
Manteau-bouclier
Nom
Manteau-bouclier
Classe
Vaisseaux - Véhicules
Constructeur
Type
Bouclier furtif
Fonction
Occultage de vaisseau
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
08/10/2019

Nombre de lectures
14 729


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.