Prothèses mécaniques


Les prothèses mécaniques étaient une technologie courante dans la Galaxie pour remplacer un membre ou organe perdu.

  Dans une galaxie aussi avancée technologiquement, la médecine était généralement suffisamment au point pour guérir n'importe quelle maladie. Cependant, il arrivait qu'aucun remède ne puisse remédier à certains maux. En effet, aussi miraculeux que soit le bacta, cette substance était incapable de faire repousser un membre tranché ou de reconstruire un organe nécrosé. De plus, il pouvait arriver qu'un patient s'avère y être allergique.

  Plusieurs solutions existaient dans ce genre de cas, résultant généralement en une greffe mais un organe provenant d'un donneur ou un membre issu du clonage présentaient visiblement trop d'inconvénients, en termes de traitement médical ou de prix. Par conséquent, le système des prothèses mécaniques fut créé très tôt, approximativement en même temps que les droïdes, consistant en le remplacement d'un organe ou d'un membre par un équivalent artificiel.

Prothèses mécaniques

Le bras artificiel d'Anakin Skywalker dans les derniers temps de la Guerre des Clones.


  De nombreux dispositifs existaient sur le marché, de quoi remplacer semble-t-il n'importe quel organe à l'exception du cerveau, des yeux au cœur en passant par les poumons ou les membres. Le fonctionnement des prothèses étaient assez simple, combinant la solidité du duracier, le matériau le plus utilisé, aux rôles des véritables organes. Quelle que soit la fonction qu'elles devaient assurer, elles possédaient toutes une ou plusieurs cellules énergétiques, des câbles pour assurer le transfert de l'électricité et des sensations et surtout un module d'interface.

  Ce module était à la base de toute cette technologie : il s'agissait ni plus ni moins d'une matrice capable de faire le lien entre la prothèse et les nerfs encore intacts de l'individu, voire les fibres musculaires selon le type de jonction avec l'organisme. D'une sophistication variable selon l'organe remplacé et la qualité de la prothèse, elle transformait les messages des neurones en impulsions électriques qui permettaient la réaction de la prothèse : rotation d'un œil cybernétique, battement d'un cœur artificiel, préhension d'une main mécanique… Bien évidemment, l'interface était relativement basique pour un organe assez peu géré par le système nerveux, tel un poumon.

  Le modèle de prothèse le plus utilisé, ou à défaut le plus connu, était la main, ou le bras, artificiel. Ce genre d'appareil possédait une surface électrostatique capable de détecter les variations du champ électromagnétique et ainsi de conférer un certain sens du toucher par l'intermédiaire de l'interface et donc une certaine dextérité… variable selon le module d'interface. Grâce à cette propriété, l'utilisateur d'une prothèse pouvait également ressentir de la douleur en cas de lésion du membre, ou percevoir les reliefs du sol pour conserver son équilibre, même avec des jambes artificielles.

  Chose intéressante, bien que doté d'une mémoire très faible, un module sans remise à zéro devenait plus "intime" avec son propriétaire et donc plus efficace et précis, de la même manière qu'un droïde sans réinitialisation acquérait une personnalité qui le rendait unique. Le Grand Maître Jedi Luke Skywalker s'en aperçut après un duel au cours duquel il perdit sa main artificielle, devenant légèrement moins habile au combat après le remplacement de sa prothèse.

  En raison de l'existence de cette interface, la pose d'un organe ou d'un membre artificiel était très délicate et nécessitait une précision absolue. Par conséquent, la plupart des interventions étaient réalisées par des droïdes chirurgiens bien que quelques espèces aient les capacités d'accomplir ces opérations, tels les Arkaniens ou les Humains. Cette complexité rendait l'obtention de prothèses mécaniques de qualité trop onéreux pour beaucoup, tandis que les personnes fortunées n'hésitaient pas à s'en faire poser simplement pour allonger leur durée de vie ou corriger un défaut physique.

  Au cours de l'histoire de la Galaxie, les prothèses évoluèrent, tant au niveau de l'efficacité que de l'esthétique. A la base guère plus complexe que le bras d'un droïde, elles s'améliorèrent pour devenir plus résistantes, voire même blindées comme le fut le bras artificiel d'Anakin Skywalker à la fin de la Guerre des Clones. Dans les derniers temps de l'Ancienne République, la majorité des prothèses étaient recouvertes de synthépeau, un revêtement synthétique d'une texture identique à celle de la peau organique, et pouvaient même bénéficier de mécanismes simulant la température du corps et épargner à l'entourage du greffé la sensation de toucher un bloc de métal froid.

Prothèses mécaniques

Un droïde médical achève la pose de la main artificielle de Luke Skywalker.
Image extraite du DVD de l'Episode V : L'Empire contre-attaque


  Certaines pouvaient être personnalisées et modifiées afin d'accueillir des armes, telles des vibrolames, afin de conférer un avantage supplémentaire à leur propriétaire en plus d'une force physique surhumaine. Lors de son affrontement contre Obi-Wan Kenobi sur Mustafar, Dark Vador n'hésita pas à se servir de cet atout, bien que ça ne lui ait pas permis de remporter la victoire. Toutefois, la puissance d'une prothèse était semble-t-il réglable mais un grand nombre de greffés souhaitaient jouir de cette force supplémentaire.

  En dépit de leurs avantages, les prothèses n'étaient non plus dénuées de défauts, le principal étant l'aspect peu pratique de l'entretien. En effet, la plus petite demandait un grand nombre de pièces détachées et de fluides pour les moteurs. D'après Mara Jade Skywalker, son mari devait toujours avoir un kilo de pièces à disposition pour sa seule main artificielle. De plus, de nombreuses personnes considéraient qu'avoir une prothèse mécanique revenait tout simplement à perdre son humanité (pour les Humains). De plus, il semblerait qu'un Jedi ou un Sith ayant subi ce genre d'intervention avait une capacité moindre à exploiter la Force. Ce phénomène était probablement lié au fait que cette énergie circulait principalement dans le monde vivant.

  Les prothèses furent particulièrement usitées au cours des grands conflits galactiques. Ainsi, au cours des Guerres Mandaloriennes, nombreux furent les soldats Mandaloriens à bénéficier d'appareils pour remplacer un poumon, un œil ou un bras. La Guerre des Clones vit également une large utilisation des prothèses mécaniques, en dépit de la "facilité" avec laquelle les clones pouvaient être greffés entre eux. Elles furent d'ailleurs si souvent attribuées à des soldats ou des Jedi qu'il y eut rapidement une pénurie. Par exemple, le soldat clone Corr fut retiré un temps du service actif en raison de prothèses de mauvaise qualité, avant d'intégrer le cercle familial de Kal Skirata.

  Certaines personnes devinrent célèbres entre autres choses pour leurs prothèses. Ainsi, le Jedi Cay Qel-Droma fabriqua lui-même son bras artificiel à partir de celui d'un droïde. Anakin Skywalker fit de même des millénaires plus tard en concevant sa propre prothèse après son premier duel contre le Comte Dooku, l'améliorant sans cesse.

  D'autres en reçurent tant qu'ils devinrent davantage des machines que des êtres vivants, Dark Vador étant l'exemple le plus parlant et le plus connu. En effet, il reçut quatre membres mécaniques et certains de ses organes internes furent remplacés. Il fut toutefois dépassé par Lumiya qui, après un affrontement malheureux contre Luke Skywalker, devint presque entièrement artificielle avec des prothèses au niveau de la mâchoire, des membres, du tronc... Cette caractéristique la rendit difficile à battre pour Skywalker car un coup direct de sabre laser causait plus souvent des étincelles que des blessures.

Prothèses mécaniques

Des droïdes médicaux posent les prothèses mécaniques de Dark Vador grièvement blessé.
Image extraite du DVD de l'Épisode III : La Revanche des Sith


  L'un des héros de la Nouvelle République, Ton Phanan, possédait également de nombreuses prothèses en raison d'une allergie au bacta qui lui interdisait tout soin classique, ce qui provoqua chez lui une sensation croissante de perte de son humanité. Un autre héros de cette époque, le Jedi Empatojayos Brand, reçut de telles blessures que son corps devint une seule et même prothèse, si tant est que ce terme puisse être utilisé dans son cas.

  Il existait également un membre artificiel qui fut vraisemblablement unique dans l'histoire de la République Galactique, celui de Bao-Dur, un Zabrak et inventeur brillant qui combattit aux côtés de l'Exilée. Pour compenser la perte de son bras gauche, il s'en conçut un autre mais, en lieu et place d'une articulation classique, la main n'était raccordée à l'épaule que par un lien d'énergie, certainement dérivé du rayon tracteur. Bien que cette prothèse fut gourmande en énergie, nécessitant une recharge tous les deux jours, elle l'aida grandement pour affronter le Triumvirat Sith avec ses fonctionnalités diverses, dont celle de désactiver les déflecteurs. Toutefois, la puissance de ce membre équivalait à celle d'un bras normal.
Informations encyclopédiques
Prothèses mécaniques
Nom
Prothèses mécaniques
Classe
Médical - Industriel
Constructeur
Industries et particuliers
Type
Produit médical
Fonction
Remplacer un membre ou un organe
Prix
Variable
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
17/06/2010

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
31 685


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Dossiers Officiels Atlas
  • Incredible Cross-Sections : Attack of the Clones
  • Incredible Cross-Sections : Revenge of the Sith
  • Knights of the Old Republic II : The Sith Lords
  • L'Héritage de la Force, Vol. 4 : Exil
  • Les X-wings, Vol. 6 : Le Poing d'Acier
  • Republic Commando Vol. 2 : Triple Zero
  • The New Essential Guide to Weapons and Technology
  • WOTC - Knights of the Old Republic Campaign Guide

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.