Puits de Gravité


Technologie utilisée pour bloquer un moteur d'hyperpropulsion

  Pour utiliser son moteur d'hyperpropulsion et ainsi voyager entre systèmes stellaires, tout vaisseau doit d'abord d'affranchir du puits de gravité généré par la planète qu'il quitte. La présence du puits de gravité gêne considérablement le calcul des coordonnées hyperspatiales, et les systèmes de sécurité empêchent toute activation de l'hyperpropulsion en présence d'une telle masse.

  Cet état de fait, depuis longtemps admis dans le domaine du voyage spatial, fut exploité militairement par l'Empire Galactique, qui profita de cette faille et développa les générateurs artificiels de puits de gravité. Ces appareils sophistiqués sont capables de simuler la présence d'un corps stellaire massif, tel qu'un astéroïde ou une planète. La présence dans l'espace normal d'une telle masse à pour effet d'une part de faire sortir tout appareil circulant en hyperespace dans la zone concernée, et d'autre part d'empêcher les appareils se trouvant dans l'espace normal d'engager leur hyperpropulsion, tant qu'ils se trouvent dans la zone d'effet du puits de gravité.

  La société Sienar développa le générateur de puits de gravité G-7x, qui devint l'arme principale de son croiseur Interdicteur Immobilizer 418, le premier de la lignée des croiseurs lourds interdicteurs de la flotte impériale. L'Empire continua à développer des améliorations dans ce domaine, réduisant sans cesse la taille des générateurs, et accroissant leur puissance. Kuat développa également son propre modèle d'interdicteur, le Destroyer Stellaire de classe Dominator, basé sur le concept des classiques mais puissants Destroyers Stellaires de classe Impériale. La dernière génération de Super Destroyers Stellaires, les vaisseaux de classe Eclipse et Souverain, sont eux aussi équipés de leurs propres générateurs de puits de gravité.

  Dans des circonstances optimales, les générateurs de puits de gravité constituent des armes formidables pour piéger un adversaire, mais comme toute arme, celles-ci possèdent leurs points faibles. L'alimentation en énergie d'un générateur est en effet très longue, et il faut 30 secondes pour activer l'appareil et créer une masse gravitationnelle suffisante. Un délai encore plus long, de 40 secondes, est nécessaire pour couper complètement l'énergie lorsque le générateur est stoppé.
  Autre inconvénient, le puits de gravité subit les lois de l'inertie comme tout corps gravitationnel, et une fois créé il est très difficile de le bouger rapidement et efficacement. Avant d'activer le générateur, il faut donc être sûr de l'endroit auquel le puits sera le plus efficace.
  Dernier inconvénient, et pas des moindres, l'énergie requise pour faire fonctionner les générateurs de puits de gravité est si grande qu'elle ampute les capacités de propulsion et de mouvement du croiseur interdicteur, ce qui peut s'avérer désastreux en plein milieu d'un combat, et nécessite de protéger le vaisseau contre les attaques ennemies.

  Peu avant la bataille de Yavin les ingénieurs impériaux développèrent un prototype révolutionnaire de générateur de puits de gravité, stationné à bord de la première Etoile de la Mort. Ce générateur, malgré sa puissance phénoménale, avait été assez miniaturisé pour pouvoir être porté par deux hommes, et requérait une source d'énergie dix fois supérieure à celle d'un rayon tracteur de Destroyer Stellaire Impérial. Le puits de gravité généré par ce prototype était incomparablement plus grand que celui des "modestes" G-7x.
  Lorsque la station spatiale fut détruite, des milliards de morceaux de la structure furent dispersés dans l'espace, plus ou moins endommagés. Contre toute attente, le prototype de générateur de puits de gravité survécut à l'explosion, et dériva dans l'espace, entouré de nombreux débris de toute sorte. Ces débris devinrent le cœur du dépotoir d'Ugor, dans le système Paradise. Le générateur se réactiva pour une raison inconnue, et devint le centre d'un champ d'astéroïdes et de débris spatiaux.
  Les Ugors, habitants du secteur et véritables adorateurs de déchets et de débris, donnèrent un nouveau nom au générateur de puits de gravité - devenu le centre de leur système -, qui devint pour eux le Saint des Saints. Le projecteur fut finalement repéré et désactivé par un commando de l'Alliance lors d'une mission dans le secteur destinée à stopper les activités criminelles des Ugors. Sans le générateur pour rassembler les débris, le champ d'astéroïdes se dispersa rapidement.

  Durant la campagne militaire de l'Empereur ressuscité contre la Nouvelle République, la zone contrôlée par l'Empire, dans le Noyau Profond, était parsemée d'un vaste réseau de générateurs de puits de gravité, dont le rôle était de réguler le trafic spatial dans une des zones les plus risquées de la galaxie. Ces générateurs formaient la colonne vertébrale du RDHI, le Réseau de Défense Hyperspatiale Impériale.

  Quatorze années après la bataille d'Endor, un groupe de révolutionnaires - la Triade Sacorienne - utilisa l'ancienne station Centerpoint, véritable artefact datant de l'époque pré-républicaine, pour créer un immense champ d'interdiction couvrant l'intégralité du système corellien. De ce fait, la station Centerpoint peut être considérée comme le plus grand générateur de puits de gravité jamais construit dans toute l'histoire galactique.
  Durant cette crise majeure, les alliés bakuriens de la Nouvelle République utilisèrent une technologie inédite : un "générateur de moment d'inertie", qui fut la première contre-mesure efficace contre un champ d'interdiction. Le générateur bakurien utilise des détecteurs gravifiques pour stopper les moteurs d'hyperpropulsion du navire avant que ceux-ci ne soient endommagés par le puits de gravité. Simultanément, il génère une bulle d'hyperespace statique autour du vaisseau, qui permet à ce dernier de rester un peu plus longtemps dans l'hyperespace, et ainsi parcourir une grande distance en peu de temps. Ce système est toutefois expérimental, et son utilisation requiert une grande précision. Sur les quatre croiseurs bakuriens qui utilisèrent ces bulles d'hyperespace durant la crise corélienne, un fut gravement endommagé, tandis que les trois autres souffrirent de dommages mineurs.


Actualités en relation

Star Wars 9 : Grosse rumeur sur le combat final du film !

Continuant sa livraison régulière de rumeurs au sujet de l'Episode IX, le site américain Makingstarwars - dont la fiabilité n'est plus à prouver - vient de mettre en ligne un nouvel article portant sur les coulisses de L'Ascension...


Informations encyclopédiques
Puits de Gravité
Nom
Puits de Gravité
Classe
Vaisseaux - Véhicules
Constructeur
Type
Interdiction
Fonction
Blocage des hyperpropulseurs
Affiliation
Empire Galactique
Variable

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
19 886


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - Databank
  • The Essential Guide to Vehicles and Vessels
  • The Essential Guide to Weapons and Technology
  • WEG - Dark Empire Sourcebook
  • WEG - The Thrawn Trilogy Sourcebook

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.