Spores Coomb


Les spores Coomb étaient un poison mortel inventé par l’Exécuteur Nom Anor et qui faillit avoir raison de Mara Jade Skywalker.

  Dans tous les aspects de leur vie, les Yuuzhan Vong se reposaient uniquement sur leur technologie organique, en particulier lorsqu'il s'agissait pour eux de combattre ou de s'infiltrer. Toute une caste, celle des Modeleurs, était dédiée à la création et l'élevage de ces biotechnologies mais quelques unes de leurs inventions les plus redoutables n'étaient pas de leur fait.

  En effet, il était un Yuuzhan Vong qui sortait des sentiers battus : Nom Anor. Théoriquement membre de la caste des Intendants, il était passionné par cette biologie unique et les expériences qui y étaient liées. Fort de ses expériences, il prétendit à ses supérieurs qu'il pouvait concevoir une arme à même de tuer les Jedi, ces guerriers ultimes de la Nouvelle République. Dans cette optique, il inventa une quinzaine de poisons différents parmi lesquels les spores Brollup, Tegnest et les plus redoutables : les spores Coomb.

  Ce poison était basé sur l'aliment favori d'un reptile nommé le Shlecho Newt, lequel montrait alors des signes d'excitations visibles lorsque l'infection était effective et que l'odeur des spores transparaissait dans l'haleine de l'hôte. Son principe était quant à lui létal, quelle que soit l'espèce ou l'état de santé de sa victime. En effet, une fois un individu empoisonné, sa structure moléculaire était dégradée pour mener à une mort certaine en un délai très bref allant de quelques jours à quelques semaines.

  Nom Anor testa ces redoutables spores Coomb sur Monor II où se déroulait un sommet diplomatique auquel participait notamment le Maître Jedi Mara Jade Skywalker. Tous les convives furent empoisonnés et succombèrent en très peu de temps en dépit de toute la science médicale, à l'exception de Mara qui s'aida de la Force pour tenir la maladie en respect. Fort heureusement pour la Galaxie, les spores Coomb n'étaient toutefois pas contagieuses, bien qu'elles sapent les forces de sa victime.

  Il semblerait qu'il n'existe que deux remèdes capables de soigner plus ou moins complètement une infection aux spores de Nom Anor, notamment les larmes de Vergere, une Fosh qui se servait de ses pouvoirs liés à la Force pour altérer la structure moléculaire de ses larmes et leur donner les propriétés qu'elle désirait. Ainsi, Mara put tenir la maladie en respect et obtenir une rémission qui dura jusqu'à sa grossesse où elle fit une rechute, les larmes menaçant le fœtus.

  Ce ne fut qu'avec l'aide de son mari Luke et de son enfant déjà puissant dans la Force qu'elle fut définitivement guérie, découvrant la seule façon de définitivement se remettre de la maladie. Il semblerait qu'après avoir constaté sa résistance aux spores puis sa guérison quasi miraculeuse, Nom Anor ne se servit plus de cette redoutable invention, bien qu'une variante ait été utilisée par Elan, une Prêtresse chargée d'infiltrer le Nouvel Ordre Jedi.



Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Spores Coomb
Nom
Spores Coomb
Classe
Autres Technologies
Constructeur
Type
Poison
Fonction
Infecter et tuer
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
16/04/2010

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
4 229


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Le Nouvel Ordre Jedi, Vol. 01 : Vecteur Prime

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.