Vaisseau de Classe Aramadia


Vaisseau sphérique utilisé par les Yevethas.

  Connu sous l'étrange nom de code Type-T, le vaisseau de classe Aramadia est un pur concentré de l'incroyable savoir-faire Yevetha, race indigène et xénophobe originaire de l'Amas de Koornacht. A l'image de leur esprit créatif et de leurs prouesses techniques le vaisseau a reçu une structure sphéroïde d'allure brillante, ce pourquoi les pilotes Néo-Républicains qui ont eu à les affronter les surnommèrent de façon ironique " Gros Lards ".

  La spécificité la plus remarquable de ce navire reste sans nul doute ses 6 fameux propulseurs à impulsion d'Aradian, petits bijoux de technologie qui lui permettent d'effectuer de gracieux vols atmosphérique et des atterrissages à la verticale sans à-coups, même si en contre partie ils provoquent un vacarme assourdissant. De forme cylindrique, les moteurs sont positionnés en un triangle inversé à l'arrière du vaisseau, et lui offrent une excellente vitesse, puisqu'elle monte à des pointes de 950 km/h en atmosphère et de 60 MGLT dans l'espace sidéral. Ils sont d'ailleurs bordés d'une pléthore d'antennes com et de senseurs de très bonne facture. D'une autonomie complète de 3 mois standards et muni d'une hyperpropulsion de classe 2, le vaisseau dispose alors d'une grande marge de manœuvres, et n'a besoin que d'un équipage relatif de 6810 Yevethas, dont 49 artilleurs et peut encore transporter 1600 passagers ou soldats.

  Bien qu'au niveau de sa taille le Type-T ne soit pas réellement imposant avec ses 240 mètres de circonférence, cette vision est largement trompeuse puisque son châssis en forme de sphère lui accorde un espace libre plus important que ce que les gens ont tendance à penser, et tout simplement plus important que la plupart des vaisseaux galactiques aux configurations bien plus élaborées. Néanmoins, sa puissance de feu semble plutôt moyenne en comparaison de nouveaux bâtiments de guerre produit à la même époque telle que les Destroyers Stellaires Defender ou les Croiseurs Lourds Majestic, mais son atout réside dans la variété et la combinaison du système offensif. Il se compose effectivement de 14 pièces d'artilleries, soit huit turbolasers montés sur rails internes et 4 canons à ion, en plus de 11 lances-projectiles divers, dont 3 lance-torpilles protoniques, 4 lance-missiles à concussion et d'un lanceur de bombe à gravité quadritube monté en position centrale. De même, son armement est réparti de telle sorte tout autour de la coque qu'il ne laisse apparaître aucun angle mort, ni aucun point faible exploitable par l'ennemi. Ce placement méthodique des armes, conjugué avec la mobilité des turbolasers, permet à 4 batteries de concentrer en même temps leurs efforts sur une cible spécifique pour l'abattre le plus rapidement possible. Une capacité avantageuse qui sera largement employée par les Yevetha, et qui sonnera le glas de bon nombre de navires républicains trop hardis.

  Son second et principal atout réside dans sa résistance accrue. Les techniciens Yevethas l'ont équipé d'un blindage renforcé et d'écrans déflecteurs copié chez les impériaux et nettement améliorés, leur accordant un tiers de puissance supplémentaire par rapport aux normes galactiques. D'ailleurs, la surface lisse et arrondie de la structure permet une meilleure répartition de la puissance des écrans déflecteurs, c'est à dire un maximum de résistance avec un minimum d'énergie consommée, ce qui rend le bouclier supérieur à ceux équipant les croiseurs les plus performants de l'époque. Contrairement à d'autres navires qui demandent parfois de multiples générateurs pour couvrir toute leur surface, le Type-T lui n'en requiert qu'un seul. Cette caractéristique ajoute à l'efficacité du navire, et rends les attaques risqués autant pour des homologues que pour des escadrons de chasseurs adverses, qui doivent faire preuve de prudence et d'ingéniosité pour en venir à bout. En complément de son magnifique arsenal, il dispose d'une escorte de 40 exemplaires de chasseurs Type-D stockée dans une baie de lancement au sommet de la sphère. Donc, aux vues de ses mensurations qui pourraient lui valoir la modeste catégorie de frégate, le Type-T fait pourtant office de véritable petit croiseur de bataille, capable de s'en prendre à des navires de plus lourd tonnage que le sien, car il équivaux à priori à trois transports de fret ordinaires et sa puissance de feu égalise sans problème celle deux frégates d'assauts impériales réunies

Vaisseau de Classe Aramadia


  Cependant, il existe deux modèles différents de Types-T : une version conçue uniquement pour le combat, et une version de transport de troupes totalement désarmée. Cette dernière fait également office de vaisseau consulaire, de vaisseau cargo utilisant au mieux la soute de 10 000 tonnes métriques, et de vaisseau de colonisation. La ressemblance entre les deux modèles, similaires en tous points, a engendrée une confusion que les Yevetha ont mise à profit pour détourner l'attention, et plus particulièrement les tirs ennemis, pendants que les véritables vaisseaux de guerre répliquaient de toutes leurs armes. Une tactique induite par le Proctor Taal Fran et qui a porté ses fruits à plusieurs reprises, comme le prouve l'exemple du Blocus de Doornik-319. De plus, cette confusion a entraîné chez la Nouvelle République une surestimation des forces Yevethas au début de la Crise de la Flotte Noire, qui a complètement faussée les analyses stratégiques de ses généraux.

  Bien que les Yevethas bénéficièrent des vaisseaux restants de la Flotte du Sabre Noir, et qu'ils dupliquèrent même certaines unités, la Guilde Métallurgique de Nazfar se pencha avant tout sur la production de centaines de Type-T, au détriment de la conception de navires plus grands et plus puissants. D'ailleurs, avant que la technologie impériale des générateurs de gravité artificielle ne soit reproduite, les premiers vaisseaux de classe Aramadia possédaient dans leurs entrailles un système primitif de rotor interne, ce qui explique l'existence de ponts concentriques. Il semble même que la création de ces vaisseaux soit antérieure à l'occupation impériale, puisque leurs précurseurs voyageaient déjà lors la "Première Naissance".

  Durant la Crise de la Flotte Noire, les Type-T furent utilisés pour défendre les chantiers navals secrets face à la Cinquième Flotte envoyée par la Nouvelle République, celle-ci ayant comme objectif de protéger les non-Yevethas résidents à l'intérieur de l'Amas de Koornacht et éviter ainsi d'autres bains de sang inutiles. Ils participèrent également à des missions de patrouilles, convoyèrent des colons pendant les purges, et servirent d'escorteurs au sein de petites flottilles. Invaincus dans les premières phases de la crise, ils donnèrent beaucoup de fil à retorde à la Nouvelle République tout au long de la campagne militaire, et ce jusqu'à la bataille de N'zoth où 44 d'entre eux se sacrifièrent conformément aux ordres du Vice-roi Nil Spaar. Malgré l'absence de points faibles, les classes Aramadia sont, comme tous les vaisseaux, totalement dépourvus face à une supériorité numérique adverse écrasante.

  Avec le démantèlement des chantiers navals Yevethas la production des Type-T stoppa net, mais l'on peut penser qu'elle recommença lors de l'Invasion Yuuzhan Vong, puisque la Nouvelle République fut obligée se retirer hâtivement de Koornacht pour protéger des fronts plus prioritaires, laissant une fois de plus les Yevethas. De part son avancée technologique et son armement savamment élaboré, le vaisseau de classe Aramadia se trouve être, avec le Dragon Hapien, l'un des navires les plus dangereux de la galaxie en dehors des poids lourds présents au sein des Marines Impériale et Néo-Républicaine.


Actualités en relation

Battlefront II: Le bilan sur le jeu deux ans après sa sortie

Sorti le 17 novembre 2017, le jeu Star Wars Battlefront II fête aujourd'hui ses deux ans ! À l'occasion de ce cet anniversaire, Star Wars Holonet vous propose donc un petit bilan sur l'évolution du jeu depuis sa sortie...


[MAJ 3] Jedi Fallen Order : Quelques concept-arts pour le jeu

Mise à jour du 24/10/2019 À trois semaines de la sortie du jeu, c'est au tour de Lucasfilm de nous présenter de nouveaux concept-arts pour Jedi : Fallen Order ... et pour une fois on change enfin de décor...


HoloNet : Critique des 15 premiers romans du nouveau canon

La critique est facile, l'art est difficile. » Ce n'est pas faute de le savoir, c'est pourquoi nous tâchons sur HoloNet de critiquer de façon constructive. Aujourd'hui, c'est mon tour, et je vous propose une...


HoloNet : Un pack de fiches The Old Republic centré sur le Chevalier Jedi

Et nous voilà ce week-end pour vous parlez du premier chapitre d'une classe du jeu The Old Republic. Et non petits malins, ce n'est celui de l'agent impérial dont il était fait mention le week-end...


The Mandalorian : Une nouvelle image du héros à bord de son vaisseau

Le réveil marketing de The Mandalorian continue ! Après les deux nouveaux posters dévoilés pour la série, c'est cette fois, le site américain IGN qui régale, avec une nouvelle photo du Mandalorien éponyme. Comme...


Informations encyclopédiques
Vaisseau de Classe Aramadia
Nom
Vaisseau de Classe Aramadia
Classe
Vaisseau de Combat lourd
Constructeur
Taille
240 m
Equipage
6.810 Yevethas
49 artilleurs
Armement
Troupes
1.600 passagers
40 chasseurs Type-D
Soute
10.000 tonnes métriques
Hyperpropulsion
x2 (de secours x8)
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
10 637


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.