Vaisseau Bélier


Bâtiment offensif utilisé pour éperonner d'autres vaisseaux

  À l'époque des voyages hyperspatiaux et des gigantesques vaisseaux de guerre aux armes sophistiquées telles que les canons laser et les torpilles protoniques, il est surprenant de constater que les vaisseaux béliers sont encore en activité. En effet, ces engins ne sont plus de la première jeunesse, leur rôle dans les conflits spatiaux remontant aux environs de fondation de l'Ancienne République, et leur rôle principal, outre la fonction d'oblitération de l'ennemi, était d'instiller la peur dans le coeur des commandants de cette époque révolue.
  Les vaisseaux béliers, s'ils furent des innovations au potentiel de destruction prouvé dans les annales de l'histoire, sont jugés aujourd'hui comme déshonorants pour la quasi-totalité des militaires et des constructeurs de vaisseaux. Toutefois, il est encore possible d'en retrouver chez des groupuscules sans scrupule tels les pirates de l'espace.

  Aucun fabricant légitime ne s'amuserait à construire des vaisseaux béliers, et il est impossible de trouver sur le réseau HoloNet, dans la section des affaires ou de la publicité, des vendeurs faisant la promotion pour de tels engins. C'est pourquoi ces vaisseaux entièrement automatisés sont plutôt assemblés par des entreprises illégales et des techniciens hors-la-loi plus que suspects, qui possèdent en général leur base dans la Bordure Extérieure afin de ne pas trop attirer l'attention, à partir de ferraille et d'épaves de vaisseaux, le modèle le plus courant s'appuyant sur la superstructure d'un engin de la Corporation Technique Corellienne, et d'un cerveau-droïde pour le pilotage, contrairement à tous les autres vaisseaux de guerre en service à l'époque de la Nouvelle République, tout comme les barges drones, car les cerveaux-droïdes ne connaissent absolument pas le sentiment de peur au combat, ce qui en fait des outils parfaits pour mener une charge avec un vaisseau bélier.

  On peut toutefois dénoter deux différences clés entre les cerveaux-droïdes des barges et ceux des vaisseaux béliers : les banques de données du bélier contiennent des gammes de tactiques militaires étendues, mais aucune notion en ce qui concerne l'autoprotection, ce dernier cas n'étant pas requis sur un champ de bataille spatial. Ainsi, sans équipage organique, le vaisseau bélier et son cerveau-droïde sont capables d'accomplir des tâches similaires, voire supérieure.

  Si les structures servant à leur fabrication sont diverses, tous les vaisseaux béliers sans exception suivent une même conception, à savoir un nez bombé renforcé de plusieurs couches de duracier, pour être le plus massif possible, ainsi que des moteurs à forte accélération qui permettent à l'engin de gagner très rapidement la vitesse d'éperonnage dès qu'il a sélectionné sa cible. Mais en raison du volume titanesque de carburant brûlé lors de cette phase d'accélération, le vaisseau bélier ne peut effectuer qu'un seul passage sous peine de voir ses moteurs tomber en panne; mais le cerveau-droïde du vaisseau n'enclenche les boosters que s'il est sûr de ne pas rater sa cible quel que soit son vecteur d'attaque. Afin de leurrer l'adversaire jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour lui, les coques des vaisseaux béliers sont souvent peintes pour faire croire qu'il s'agit de vaisseaux de ligne normaux, et non pas de tas de ferraille prêt à finir en poussière, des hublots d'observation factices donnant l'impression qu'un équipage d'êtres vivants le compose.

  Ils sont également équipés d'une demi-douzaine de canons laser légers pour faire croire aux capitaines ennemis qu'ils subissent une attaque conventionnelle, afin de permettre aux béliers de se rapprocher le plus possible de leur cible sans éveiller les soupçons. Le vaisseau qui en résulte est d'assez bonne conception pour donner l'illusion d'un combat à l'adversaire et le percuter à la première occasion, entraînant ainsi, et du même coup, la destruction du bâtiment ennemi et celle du vaisseau bélier.

  En général, la collision n'est pas le moyen le plus pratique pour détruire efficacement un adversaire, mais il suffit d'un impact bien placé, que plusieurs vaisseaux béliers opèrent ensemble, ou qu'un bélier transporte avec lui des charges explosives pour garantir l'annihilation totale de la cible.
  La conception des vaisseaux béliers y joue pour beaucoup également : non seulement son nez est renforcé au duracier, mais sa superstructure contient plusieurs soutes qui sont lestées avec du duracier additionnel ou d'autres métaux lourds pour augmenter sa masse déjà considérable, car plus la masse critique d'un projectile sera dense, couplée à la force cinétique emmagasinée durant le trajet, et plus l'explosion et la déflagration qui en résulteront seront destructrices. Mais cette surcharge peut rendre parfois difficiles les manœuvres du vaisseau.
  Néanmoins, lorsque le vaisseau bélier percute la coque ennemie, qu'il soit ou non lesté, l'énergie cinétique est libérée et peut vaporiser des vaisseaux presque aussi grands que des croiseurs MC80, le souffle de l'explosion ayant une force de plusieurs mégatonnes, ce qui correspond à peu près à une microbombe nucléaire.

  Que ce soient les commandants inexpérimentés ou les vétérans, les deux ont du mal à se rendre compte de la vraie nature de leur attaquant; lorsque cela est fait, il est déjà trop tard. Une fois la nature d'un vaisseau bélier déterminée, la première réaction de l'adversaire est de pilonner le vaisseau d'éperonnage de tous leurs turbolasers; mais même si ces engins sont dépourvus de boucliers, étant donné qu'ils finiront en particules, les couches de duracier suffisent à absorber l'énergie des armes pendant un certain temps. Et puis, même s'il perd l'intégrité de sa coque, dérivant sous forme de débris, ces derniers conservent la poussée initiale et la trajectoire du bélier et peuvent néanmoins causer des dégâts, certes moindres, mais non négligeables.
  Ainsi, les capitaines doivent avoir recours à des manoeuvres de fuite, la meilleure solution possible, face à ces engins, et prier pour leur salut.

Vaisseau Bélier


  Récemment, ces engins reprirent du service au sein de la flotte de la Triade Sacorrienne et furent utilisés, avec beaucoup de succès, aux alentours de la station Centerpoint. En effet, lorsque la flotte fut envoyée dans le système Corellien pour protéger les intérêts de la Triade, elle rencontra une vive résistance, malgré ses 80 vaisseaux, en la personne de l'amiral Hortel Ossilege, commandant de la flotte de Bakura venue épauler la Nouvelle République.

  La flotte de la Triade comprenait dans ses rangs un quatuor de frégates modifiées à nez bombés, ses vaisseaux béliers, et lorsque la Bataille de Centerpoint débuta entre les deux flottes, les Sacorriens envoyèrent leurs béliers sur des vecteurs d'interceptions disparates afin de liquider le vaisseau amiral bakurien d'Ossilege : l'Intrus. Ce dernier ouvrit le feu sur ses attaquants et tenta de les faire dévier, mais sans succès. L'amiral Ossilege réalisa alors que le barrage de feu qu'opposait l'ennemi n'était pas assez conséquent pour infliger de gros dommages, que ce n'était qu'une diversion, et comprit trop tard que ces vaisseaux voulaient tout simplement l'éperonner, et ne put, malgré une manoeuvre d'évasion totalement dilatoire, empêcher la collision.

  Le vaisseau bélier de tête oblitéra l'Intrus juste à l'avant de sa passerelle de commandement, suivi quelques secondes plus tard par un deuxième et un troisième. Le quatrième allait asséner le coup de grâce au croiseur bakurien, mais rata sa cible et, avec ses réserves de carburant épuisées, ne put faire demi-tour pour effectuer un autre passage. Ossilege mit ce répit à profit.
  Si l'Intrus était condamné et la majorité de son équipage mort, quelques survivants dont Belindi Kalenda, un agent des SSNR (Services Secrets de la Nouvelle République) réussirent à s'enfuir, alors qu'Ossilege et Gaeriel Captison, représentante de Bakura dans le système, tous les deux gravement blessés, déclenchèrent le mécanisme d'autodestruction du vaisseau. Le sacrifice des Bakuriens éclaircit les rangs de la flotte sacorrienne, dont les vestiges eurent à faire face à des renforts néo-républicains menés par Ackbar.


Actualités en relation

HoloNet : Retour sur Star Wars Episode IV

Parce que le sigle "Canon" ne concerne pas seulement la Postlogie ou la série Résistance, je vous propose aujourd’hui un petit retour aux sources avec un pack de 10 fiches (dont une en double version Legends/Canon) centr...


Galaxy of Adventures : Les héros contre Jabba le Hutt !

Disney vient de mettre en ligne un nouvel épisode de Galaxy of Adventures, la nouvelle minisérie d'animation Star Wars. Ce nouvel épisode nous montre comment est-ce que le brave Luke Skywalker, sur le point d'être exécut...


May The 4th Be With You

Pour ce 4 mai, 7 rédacteurs de l’équipe encyclopédique vous proposent des fiches variées sur les univers Legends et Canon, de quoi plaire à tout le monde. Whiterevan, Dark Reivilo, Ravaak et Dark Mandalorien ont ainsi prépar...


Pocket : Avis sur l'Escouade Inferno

Il y a des romans qui, lorsque vous les fermez, ne vous laissent pas indifférent. Ce genre de roman que vous prenez un peu par hasard, parce que la quatrième de couverture vous intrigue ou parce que la...


HoloNet : Rebel Assault II à l'honneur du nouveau pack de fiches

Si vous avez apprécié de suivre le jeu TIE Fighter sur Twitch, le sujet du jour devrait vous plaire. Une nouvelle fois, notre spécialiste en jeu vidéo rétro - ou vieux -, Ravaak, vous propose de vous plonger dans...


Informations encyclopédiques
Vaisseau Bélier
Nom
Vaisseau Bélier
Classe
Vaisseau de Combat lourd
Constructeur
Variable (modèle de la Corporation Technique Corellienne)
Taille
150 à 250 m
Equipage
Cerveau-droïde
Armement
Nez renforcé en duracier
Quadrimoteurs à forte accélération
6 canons laser légers
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
16 260


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
Aucune source répertoriée pour le moment ...

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.