Char à répulsion de classe Impérial


Le char à répulsion de classe Impérial est un char de nouvelle génération qui fut utilisé par l’Empire Galactique.

  Si les TB-TT ou encore les Juggernauts comptent parmi les véhicules les plus impressionnants de l'Armée Impériale, il n'en reste pas moins que leur réputation occulte, assez injustement d'ailleurs, l'existence d'une multitude d'engins certes plus classiques mais tout aussi efficaces et utilisés en grand nombre par l'Empire Galactique. On peut citer les chars à répulsion de classe Impérial, tout droit sortis des usines d'Ubrikkian. Si son apparence est tout ce qu'il y a de plus ordinaire, il n'en reste pas moins qu'il affiche des performances très correctes. Destiné à remplacer le vieux FireHawke S-1, le char de classe Impérial fut principalement utilisé par une formation d'élite de l'Empire, les Marteaux de l'Enfer (Hell's Hammers) du haut colonel Zel Johans dit "le Rancor". Long de 20,50 mètres, le char fut décliné en trois versions distinctes, le 1-H (Heavy), le 1-M (Medium) et le 1-L (Light). Et bien que ce type de classification implique habituellement des différences en terme de vitesse, de blindage et d'armement, dans le cas du char de classe Impérial, elles se limitent strictement à l'armement, les trois modèles ayant été bâtis sur le même châssis de taille moyenne.

I. Modèle 1-H [haut]



  Si les deux autres versions du véhicule sont plus anecdotiques, le char à répulsion de classe Impérial 1-H est le modèle standard de la série, mais en est également le fer de lance puisqu'il est le plus puissamment armé et qu'il fut produit à une bien plus grande échelle que les autres. L'histoire du char de classe Impérial reste pour le moins un peu une exception dans l'Armée Impériale : en effet, depuis son avènement, l'Empire s'est toujours employé à standardiser à l'extrême tous ses moyens militaires, que ce soit les TIE, les destroyers stellaires, les TB-TT ou les escouades de stormtroopers et ce dans l'idée que toute unité prise au hasard dans ses rangs devait être statistiquement capable de remplir n'importe quel type de mission. Pourtant, étrangement, les chars à répulsion furent pendant longtemps exclus de cette frénésie normalisatrice et considérés sacrifiables et aisément remplaçables. De même, le Haut Commandement n'avait que peu de considération pour les différents de type de modèles qu'il avait alors à sa disposition, considérant que tous se valaient et qu'ils étaient interchangeables et ce malgré les écarts de performances qu'ils pouvaient afficher. Il a fallu attendre la défaite des Marteaux de l'Enfer à la Bataille de Turak IV dans les montagnes d'Hitak quelques temps avant la Bataille de Yavin, puis leur série de victoires éclairs, pour que l'état-major prenne conscience de l'extraordinaire potentiel de destruction de ces véhicules et consente enfin à faire des efforts pour que l'Armée Impériale dispose enfin d'un char à répulsion digne de ce nom. Pour ce, le nouveau véhicule put compter sur la ferveur de Johans qui, en train de revoir en profondeur l'organisation de son régiment après les événements de Turak IV, poussa beaucoup en ce sens.

Char à répulsion de classe Impérial

Un Char de classe Impérial 1-H et son équipage
Image tirée de "Repulsortank Battelfield" de Timothy O'Brien (Star Wars Adventure Journal n°9, Février 1996)
Il est à noter que l'image est en contradiction avec le texte de la même source : Les deux canons latéraux sont en effet absents du listing de l'armement de ce char.


  Conçu à partir des conseils nombreux et avisés de Johans donc, le 1-H ne souffre d'aucun défaut apparent et compte parmi les chars à répulsion les plus aboutis de la galaxie à cette époque. Ubrikkian, fabriquant le châssis du char et déjà célèbre pour sa forteresse flottante HAVr A9, parvint à intégrer toutes ses recommandations à l'exception d'un bouclier déflecteur en raison d'impossibilités en terme de science physique. Pour ce qui est de son arsenal offensif, le 1-H est équipé d'un impressionnant canon laser lourd à longue portée qui fut classé parmi les plus précis et puissants modèles du genre à l'époque, le Mark 4e/S. Pour l'occasion, la fabrication de cette arme sur mesure, conçue selon les spécifications techniques voulues par Johans, fut confiée par Ubrikkian aux bons soins d'une compagnie spécialiste en la matière, les armements Merr-Sonn. Le 1-H ne saurait pour autant être réduit à cette prouesse technique ou à une simple plate-forme de tir longue portée, car il dispose également d'un canon blaster moyen, un Mark 3/S et de deux canons laser latéraux pour les combats à courte portée qui lui permettent de balayer le champ de bataille et de faire face à presque tous les types de situation. Considéré comme une escouade à part entière, le 1-H ne nécessite en outre qu'un équipage de cinq personnes dont un pilote, deux artilleurs, le sergent faisant office de chef de char, plus un passager.

  Le char à répulsion de classe Impérial fut technologiquement parlant une véritable réussite : cinq fois plus rapide qu'un TB-TT, bénéficiant du tiers de son blindage, extrêmement manœuvrable, il bénéficie d'une puissance moyenne et est extrêmement efficace en groupe pour submerger l'adversaire, même s'il reste néanmoins dépendant de l'infanterie au sol pour sa protection rapprochée. Il est d'ailleurs admis par la plupart des stratèges et des historiens, et ce quelles que soient leurs affiliations politiques, que de tels véhicules auraient été bien plus efficaces que les quadripodes du général Veers lors de la Bataille de Hoth. En effet, les analystes estiment que ces véhicules, grâce à leur vitesse supérieure, 300 km/h, auraient non seulement pu atteindre leurs objectifs en seulement le tiers du temps nécessaire aux TB-TT, mais auraient également été totalement insensibles aux attaques et tactiques employées par les Rebelles ce jour-là. La présence de ces véhicules aurait donc signifié la destruction totale de l'Alliance. Mais heureusement pour les Rebelles, les Marteaux de l'Enfer en complète réorganisation à cette époque, ne purent participer à la bataille.

  La production des chars de classe Impérial et leur déploiement dans l'Armée Impériale furent, par contre, pour le moins chaotiques, la destruction de la première Étoile de la Mort à Yavin n'arrangeant pas les choses. En effet, sur les 1500 premiers exemplaires qui sortirent des usines, 1420 furent immédiatement transférés à bord de la station de combat tandis que les autres furent affectés aux Marteaux de l'Enfer. Malgré la perte d'une bonne partie de ces chars lors de la Bataille de Yavin, la production se poursuivit par la suite mais à une cadence réduite, les véhicules remplissant lentement les vides laissés par les blindés perdus lors de combats ou d'opérations de maintien de l'ordre. D'autre part, il faut savoir que le système de production d'Ubrikkian est extrêmement décentralisé ; ainsi, les armées sectorielles qui souhaitent acquérir ce nouveau type de char font appels à des constructeurs locaux qui se chargent de produire le véhicule sous la supervision d'Ubrikkian. D'autres encore s'en procurent via des transferts d'unités ou en passant commande aux centres de réapprovisionnement de l'Empire. La vérité néanmoins est que la plupart des états-majors sectoriels restèrent insensibles aux charmes de ce nouveau véhicule de combat faute de pression politique suffisante, ce qui fait que la répartition des chars de classe Impérial dans la galaxie était très irrégulière, et que bien souvent la composition des divisions blindés était très hétérogène.

  Ainsi, il n'était pas rare de rencontrer dans celles-ci, outre des chars de classe Impérial, des modèles plus anciens ou récents fabriqués par d'autres constructeurs. Ubrikkian continua également à produire son véhicule à la commande. Ainsi, il est à noter que les usines centrales d'Ubrikkian produisaient un surplus de 5% de ces véhicules qui, officiellement, était envoyé dans les zones de stockage de la firme. Pourtant, il semble impossible de savoir où se situent ces fameux entrepôts, et de la même manière, aucun ordre de transfert ou de transport ne semble avoir été passé pour acheminer ce surplus vers les dites zones de stockage. On est alors en droit de se demander où tous ces véhicules sont effectivement passés, le mystère restant à ce jour impénétrable…

Caractéristiques :
Équipage : 5
Longueur : 20, 50 mètres
Passagers : 1
Soute : 250 kg de fret
Altitude : 2 mètres
Armement :
  • Canon laser lourd Mark 4e/S (arc de tir à 360°)
  • Canon blaster moyen Mark 3/S (arc de tir à 180° : avant, droite et gauche)
  • 2 canons laser latéraux
Vitesse : 300 km/h
Prix : 50 000 crédits

II. Modèle 1-M [haut]



Char à répulsion de classe Impérial

Un Char de classe Impérial 1-M et son équipage
Image tirée de "Repulsortank Battelfield" de Timothy O'Brien (Star Wars Adventure Journal n°9, Février 1996)


  Variante du 1-H, le 1-M est en réalité un véhicule de commandement produit en quantité limitée et utilisé par les officiers de sections pour surveiller l'évolution de leurs troupes sur le champ de bataille et éventuellement les y accompagner. Bien qu'il ait été conçu à partir du même châssis que le 1-H, ce char à répulsion est bien moins armé que son homologue ; équipé du canon blaster moyen Mark 3/S, le 1-M dispose comme arme secondaire d'un canon blaster à répétition suffisant contre l'infanterie, mais qui ne ferait pas long feu dans des engagements plus intenses, notamment contre d'autres blindés. L'armement ayant été réduit, le 1-M dispose de plus de place que le 1-H et le 1-L : il peut ainsi accueillir le conducteur, l'artilleur, un lieutenant et un sergent-major, l'espace restant ayant été aménagé pour accueillir les systèmes de communications nécessaires pour la bonne conduite d'une unité de blindés sur le champ de bataille.

Caractéristiques :
Équipage : 3
Longueur : 20, 50 mètres
Passagers : 3
Soute : 250 kg de fret
Altitude : 2 mètres
Armement :
  • Canon blaster moyen Mark 3/S (arc de tir à 360°)
  • Canon blaster à répétition lourd (arc de tir à 180° : avant, droite et gauche)
Vitesse : 300 km/h
Prix : 45 000 crédits

III. Modèle 1-L [haut]



Char à répulsion de classe Impérial

Un Char de classe Impérial 1-L et son équipage
Image tirée de "Repulsortank Battelfield" de Timothy O'Brien (Star Wars Adventure Journal n°9, Février 1996)


  Pour finir, le 1-L est pour ainsi dire la version économique du modèle 1-H, puisque hormis sa vitesse de pointe, également de 300 km/h, il est moins bien loti en terme de puissance de feu : en effet, s'il dispose toujours d'un canon blaster moyen Mark 3/S, le fameux Merr-Sonn 4e/S est ici absent. Ne nécessitant que deux hommes d'équipage, généralement de simples fantassins de l'armée, ces derniers communiquent à distance avec leur sergent par le biais d'un comlink. Le 1-L dispose toujours néanmoins d'un siège pour le sergent de section ou le sergent-major de la compagnie qui ont généralement pour habitude de changer régulièrement de véhicule au fil des jours.

Caractéristiques :
Équipage : 2
Longueur : 20, 50 mètres
Passagers : 2
Soute : 300 kg de fret
Altitude : 2 mètres
Armement : canon blaster moyen Mark 3/S (arc de tir à 360°)
Vitesse : 300 km/h
Prix : 40 000 crédits

IV. Char à répulsion de classe Impérial Mark II [haut]



  Il semble que dans les années qui suivirent son introduction, fut développé son évolution, le char à répulsion de classe Impérial Mark II. Visiblement imaginé et produit par une équipe d'ingénieurs à la solde du désormais seigneur de guerre Johans sur Brintooin, on ignore tout de ses caractéristiques techniques ou de ses états de service, si ce n'est qu'il semble davantage inspiré du FireHawke S-1 que de son prédécesseur.

Char à répulsion de classe Impérial

Vue latérale et du dessus d'un char de classe Impérial Mark II
Image tirée de "Special Military Unit Intelligence Update" de Timothy O'Brien (Star Wars Adventure Journal n°15, Novembre 1997)



Actualités en relation

Resistance : De nouveaux héros présentés en vidéo !

Lucasfilm vient de mettre en ligne une nouvelle vidéo de présentation des différents héros de Star Wars Resistance, sa prochaine série d'animation. La vidéo en question arrive deux semaines après un premier tour...


Solo : Une nouvelle scène coupée nous fait découvrir Han en cadet impérial !

Disney et Lucasfilm continuent de faire la promotion du DVD / Blu-Ray de Solo : A Star Wars Story ! Après nous avoir fait découvrir une première scène coupée la semaine dernière, voilà qu'une seconde sc...


Star Wars : X-Wing, la version 2.0 prête au décollage

A quelques jours de la sortie de la seconde édition du jeu Star Wars : X-Wing, on s'est dit qu'il serait bon de faire une petite présentation de cette seconde édition. Pour ceux qui ne connaîtraient pas...


Solo : Le caméo de fin expliqué

Le nouveau spin-off de la saga Star Wars, Solo : A Star Wars Story vient tout juste de sortir en France, six mois à peine après la sortie des Derniers Jedi. Parmi les différentes questions que se posera le spectateur...


Holonet : L'encyclopédie se complète sur Les Derniers Jedi

Qui a dit que le dimanche c'était jour de repos ? Parce que sur l'Holonet je vous assure qu'il n'y a jamais de répit pour les rédacteurs encyclo qui s'acharnent à vous fournir des fiches de...


Informations encyclopédiques
Char à répulsion de classe Impérial
Nom
Char à répulsion de classe Impérial
Nom original
Imperial-class repulsor tank
Classe
Landspeeder
Constructeur
Taille
20.50
Equipage
Variable
Armement
Variable
Troupes
Variable
Soute
Variable
Prix
Variable
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
01/02/2015

Nombre de lectures
26 904


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • Adventure Journal 09
  • Adventure Journal 15
  • WEG - Imperial Sourcebook
  • WEG - Rebel Alliance Sourcebook

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.