Chariot d'éxécution géonosien


Le chariot d'éxécution géonosien est un moyen de transport géonosien servant au convoyage de condamnés.

  La société géonosienne est marquée essentiellement par le contraste, et cette caractéristique se retrouve jusque dans ce modeste véhicule qu'est le chariot de l'arène d'exécution. En effet, même si les Géonosiens sont capables de prouesses techniques tout à fait surprenantes et que leur société fonctionne sur les échanges commerciaux de matériel de haute technologie, ce peuple insectoïde vit néanmoins dans des ruches à l'architecture primitive, édifiées avec un mélange de salive et de roche concassée. Ainsi, même le chariot d'exécution géonosien n'échappe pas à ce mélange entre brut et sophistication, car si cet engin possédait des courbes élégantes et était équipé de répulseurs sophistiqués pour sa sustentation, il était néanmoins tracté par un Orray et était dédié à une sinistre tâche : conduire les prisonniers vers leur funeste destin.

  Évidemment, de prime abord, on a du mal à croire que les Géonosiens sont pour quelque chose dans la conception de ce véhicule au vu du caractère grossier de leurs ruches, mais les lignes gracieuses et les contours, incurvés et cannelés, se retrouvent même sur le canon sonique géonosien, ce qui tend à confirmer que les natifs de Géonosis sont beaucoup plus talentueux qu'il n'y paraît. La structure principale du chariot d'exécution était ovale, mais la proue s'inclinait lorsque l'on remontait vers l'arrière jusqu'à un espace ouvert central où étaient sis les prisonniers, la fluidité dans l'élargissement de la nacelle étant assurée par les courbes lisses de l'engin. Une des caractéristiques, qui pouvait d'abord paraître obscure, était une paire de sphères latérales qui, associées à l'allure générale du véhicule, lui conférait l'aspect d'une tête d'animal aux yeux exorbitants. En fait, ces sphères servaient de point d'attache aux rênes, ces dernières étant reliées aussi à la selle de l'Orray. Assez bizarrement, ces cordes de synthécuir constituaient le seul lien entre l'animal et l'engin, alors que sur d'autres mondes on aurait ajouté une ou plusieurs hampes solides pour garantir la stabilité lors des trajets. Ainsi, à cause de ces brides souples, le chariot avait tendance à se balancer à chaque virage ou à percuter l'Orray lorsqu'il s'arrêtait trop brusquement. C'est pourquoi, la conduite d'un tel véhicule nécessitait beaucoup de pratique.

  Pour diriger un chariot géonosien, un picador, de la caste des drones, était dévolu à cette tâche. Tandis que les prisonniers se tenaient debout à l'arrière, le cocher prenait place sur un petit siège fixé sur la partie inclinée avant du véhicule. Une fois installé, le drone disposait d'un repose-pied et de deux bras de pilotage, un de chaque côté de son torse. Pour changer de direction, le conducteur tirait sur l'un des bras de transmission, chacun d'eux étant relié à une de deux brides, et réduisait ainsi la longueur de ladite bride afin d'orienter la monture dans la bonne direction. Pour s'arrêter complètement, le drone tirait sur les deux manettes délicatement afin de laisser le temps à l'Orray, et donc au véhicule, de ralentir progressivement. Si le conducteur s'avisait de freiner brusquement, le chariot, toujours à cause de cette absence de hampe solide qui viendrait solidariser l'ensemble, viendrait percuter l'Orray, car entraîné par la force d'inertie, et le picador ferait un vol plané au-dessus de l'animal. Lorsque le véhicule s'avançait, on avait du mal à voir comment les passagers étaient montés à bord; en fait, deux portes arrières étaient savamment dissimulées dans les courbes du véhicule, les jointures étant indétectables une fois qu'elles étaient refermées, ce qui témoignait de la maîtrise des Géonosiens.

Chariot d'éxécution géonosien


  Malgré sa beauté, le chariot d'exécution géonosien n'était pas conçu pour les loisirs, comme le découvrirent Anakin Skywalker et Padmé Amidala, faits prisonniers par Dooku en tentant de sauver Obi-Wan Kenobi. Fixés aux anneaux installés sur la paroi intérieure de l'engin, Anakin et Padmé furent obligés, par la façon dont ils étaient enchaînés, de se tourner vers l'avant et sur les côtés afin d'être bien visibles par la foule, ce qui ne les empêcha pas toutefois de s'embrasser en s'avouant mutuellement leur amour. Ce bref instant d'intimité fut rompu lorsqu'ils furent emmenés au centre de l'arène, leur tension étant quelque peu compensée par un trajet sans anicroche jusqu'aux piliers d'exécution. Cette relative douceur était due aux répulseurs du chariot, installés surtout parce que le terrain ouvert de l'arène était inégal en certains endroits. Au cours de la bataille qui s'ensuivit lorsque les Jedi menés par Mace Windu débarquèrent, Padmé sauta sur le dos de l'Orray et l'utilisa pour charger les droïdes de combat des Séparatistes. Rejointe par Anakin qui s'installa dans la nacelle pour repousser les tirs ennemis avec son sabre laser, Amidala tira également sur les droïdes qui se présentaient sur son passage, augmentant ainsi le ratio de droïdes détruits par le chariot.

  En conduisant, avec une maîtrise exceptionnelle, ce véhicule au milieu des rangs adverses, Padmé retarda le moment où les Jedi seraient débordés par l'ennemi, la sénatrice et son compagnon Jedi dispersant sans cesse les formations de droïdes. Cette tactique permit aux Jedi de tenir un peu plus longtemps et même de creuser des brèches chez l'adversaire. Et même lorsque l'Orray fut abattu par un tir d'un droïdeka, le chariot eut encore son utilité : en effet, le chariot étant tombé à la renverse, ce dernier servit de protection à Padmé et Anakin, car ses parois, même si elles furent abîmées par de multiples tirs, s'avérèrent à l'épreuve des armes antipersonnel, et son champ répulseur fit même office de bouclier déflecteur primitif. Bien que conçu pour les conduire vers la mort, Padmé et Anakin retournèrent le chariot à leur avantage, aidant les Jedi, même s'il ne put empêcher le massacre en règle de ces derniers. Mais il contribua à retarder le point fort de l'assaut jusqu'à l'arrivée de Yoda et de l'Armée Clone.
Informations encyclopédiques
Chariot d'éxécution géonosien
Nom
Chariot d'éxécution géonosien
Classe
Airspeeder
Constructeur
Ruche Stalgasin
Taille
3.53 m
Equipage
1 conducteur
Armement
Répulseurs
Bras de transmission pour brides
Troupes
2 prisonniers
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
13 870


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
Aucune source répertoriée pour le moment ...

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.