Freerunner


Véhicule d’assaut terrestre très courant dans les rangs de l’Alliance Rebelle

  Ce véhicule d'assaut de combat (VAC) est typiquement le véhicule d'assaut équipé d'armes lourdes qui plait tant à l'état-major de l'Armée Impériale qui a pour habitude de classer ce genre de véhicules dans la catégorie des Véhicules d'Assaut Terrestres (VAT). Le freerunner, engin à répulsion d'une longueur de 14, 60 mètres, aurait donc pu avoir un avenir radieux au sein des forces armées impériales, mais le destin en décida autrement puisque, au bout du compte, il devint l'un des principaux véhicules de guerre de l'Alliance Rebelle durant la Guerre Civile Galactique. Conçu à l'origine par la firme KAAC, Kelliak Arms and Armor Company (en français, la compagnie d'armement et de blindage Kelliak), le freerunner a hérité son nom des plates-formes de tir rotatives montées sur la partie supérieure de son châssis et qui ont la particularité de pouvoir accueillir différents modèles et types d'armes, tout cela selon les désirs et besoins de son propriétaire. D'ailleurs, pour souligner cette spécificité du freerunner, ses concepteurs, durant la campagne publicitaire pour le lancement du véhicule, adoptèrent les slogans suivants : "une vitesse exceptionnelle et une puissance de feu flexible" suivi de "la possibilité de faire face à n'importe quel type de situation de combat avec les contre-mesures appropriées".

  Que cela ne tienne néanmoins, le freerunner aussi bien que cette réclame firent un bide monumental et ne touchèrent pas le moins du monde l'état-major impérial. Au bout du compte, KAAC, faute d'avoir pu décrocher cet important contrat en armement, dut déposer le bilan. Le freerunner entama alors une seconde vie qui s'avèrerait bien plus clémente. Lors de la liquidation de KAAC, les innombrables stocks de freerunner furent vendus dans leur intégralité et au plus offrant à de petits marchands d'armes sans grande envergure, mais également à des agents de l'Alliance Rebelle, et ce bien sûr à l'insu de KAAC et des Impériaux. Ce coup de force permit ainsi à l'Alliance et à de nombreuses petites armées privées comme celle du général Garm Bel Iblis de doper sensiblement la puissance de feu de leurs troupes ; si dopées d'ailleurs que le freerunner est devenu le second véhicule utilisé par les Rebelles en terme de puissance de feu devant le Véhicule d'Assaut Ultra- Léger (VAUL), bien qu'il reste inférieur à ce dernier au niveau de la vitesse - 300 kilomètres par heures.

Freerunner  Équipé à l'origine de trois plates-formes de tir, la version rebelle dispose la plupart du temps de l'armement suivant, même si cela n'est pas immuable et que cette configuration peut changer au gré des circonstances et des profils de mission : tandis que sur les plates-formes avant et arrière sont montés des batteries blasters anti-infanterie bénéficiant chacune d'un angle de tir de 180°, sur la plate-forme centrale, on trouve deux canons laser couplés anti-véhicule. Bien sûr, même si en temps normal chaque plate-forme nécessite un artilleur, il existe la possibilité de coupler et d'asservir toutes ces armes au seul contrôle du pilote ou du copilote et ainsi d'économiser du personnel, ce qui n'est pas du luxe quand on sait les faibles effectifs de l'Alliance. À noter que parfois, les Rebelles, au lieu de cela, équipent le freerunner exclusivement d'armes anti-véhicules comme suit : deux canons blasters lourds Mark 2/S, l'un à l'avant et l'autre au centre, et un canon laser Mark 3e/S à l'arrière.

  À l'origine, le cockpit de pilotage du freerunner était complètement découvert afin d'améliorer la visibilité du pilote. Mais cet aspect fut considéré, à juste titre, comme un sérieux point faible par nombre de pilotes de véhicules d'assaut terrestres et par le Haut Commandement de l'Alliance : non seulement, cette caractéristique limitait l'utilisation du véhicule à certains environnements atmosphériques mais cela faisait également du pilote une cible de choix pour les adversaires du freerunner lors des combats. Dans ces conditions, les techniciens rebelles recouvrèrent, autant que faire se peut, les cockpits de leurs véhicules. Bien sûr, les Rebelles ajoutèrent des kyrielles d'autres modifications toutes différentes d'un véhicule à l'autre et les exemples sont nombreux : par exemple, pour assurer la protection de Mon Mothma lors de ses déplacements sur des mondes ou dans des zones potentiellement hostiles, un freerunner fut spécialement revêtu de plaques de blindage lourd et d'un puissant bouclier déflecteur. D'autres par exemple comme le freerunner FM (Full Modification) sont capables de s'élever dans les airs jusqu'à six mètres d'altitude contre deux mètres pour les autres. Le freerunner fut donc l'un des véhicules les plus populaires dans les rangs de l'Alliance Rebelle, tellement d'ailleurs que ce type de véhicule continua à être utilisé pendant encore plusieurs années jusque lors de l'offensive du Grand Amiral Thrawn contre la Nouvelle République.



Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Freerunner
Nom
Freerunner
Classe
Landspeeder
Constructeur
Taille
14.60 mètres
Equipage
2 hommes d'équipage
3 artilleurs
Armement
2 batteries blasters anti-infanterie
2 canons laser antivéhicules
Soute
250 kg de fret
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
11 236


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.