Landspeeder Robo-Hack Metrocab


Le landspeeder Robo-Hack Metrocab était un taxi automatisé très courant sur les mondes urbanisés du Secteur Corporatif.

  Les Metrocab de Go-Corp/Utilitech, des landspeeders de 6 mètres de long, rentraient dans la catégorie des Robo-Hacks c'est-à-dire des taxis automatisés dirigés par un cerveau-droide. Communément rencontré depuis des siècles sur les mondes denses et urbanisés, ce type de véhicule figurait parmi les moyens de transport privilégiés des classes laborieuses dans l'incapacité d'acquérir leur propre landspeeder. Arpentant aussi bien les rues, les grandes artères que les autoroutes et facilement reconnaissables à leurs couleurs criardes, les Robo-hack, bien que spartiates, étaient bon marché et à même d'emmener leurs passagers partout où les transports en commun ne le pouvaient pas. Ils étaient par ailleurs quasi insensibles aux dégradations grâce à leur blindage lourd, les industriels ayant intégré dans leur cahier des charges les dernières normes en vigueur après que les premières générations de Robo-Hacks aient été vandalisés par les gangs criminels locaux pour en récupérer les recettes voire même réduits à l'état de pièces détachées.

  Si le caractère spartiate du Metrocab concernait essentiellement le confort des passagers, il n'en était pas de même pour le cerveau-droide qui le dirigeait. Comme tous les autres Robo-Hacks, ce dernier possédait dans sa mémoire des cartes très complètes des zones dans lesquelles il circulait et disposait d'une puce CLC ( Central Learning Chip ) lui conférant la capacité d'apprendre de ses expériences passées et de les prendre en compte lors des prises de décision. Plus concrètement, cela se résumait plus prosaïquement à connaître les meilleurs raccourcis de la zone d'opération.

  Outre leurs puces et leurs cartes détaillées, le Metrocab et ses confrères pouvaient également compter sur d'autres paramètres pour prendre leurs décisions ; lorsqu'ils existaient, les Robo-Hacks pouvaient s'interfacer aux communications et au réseau informatique des transports de la ville pour accéder en direct aux conditions de circulation, aux conditions météorologiques ou bien avoir connaissance de potentiels dangers, des accidents en cours et d'autres d'événements particuliers.
  A partir de toutes ces informations, les Robo-Hacks pouvaient ainsi déterminer la meilleure attitude à adopter en matière de sécurité et de vitesse et à partir de là, déterminer la route la plus sûre et la plus rapide en temps et en distance. A noter que certains esprits chagrins ou bien informés, c'est selon, affirmèrent que certains Robo-Hacks avaient été reprogrammés pour détecter les étrangers peu familiers des lieux et leur tirer un maximum de crédits en faisant durer inutilement les trajets et ainsi leurs facturer quelques kilomètres supplémentaires… A l'instar de certains leurs homologues organiques en somme.
  Une fois lancé, le cerveau-droide construisait une image très précise de son environnement direct à partir de toute une série de capteurs afin d'en déduire s'il pouvait accélérer, changer de file ou bien freiner. A cet effet - et c'est d'autant plus utile sachant qu'il pouvait monter jusqu'à 300 km/h - le Metrocab disposait, lui, de deux paires de senseurs situées au-dessus de ses phares avants et d'un senseur panoramique monté à l'arrière ( Son rétroviseur pour ainsi dire ).

Landspeeder Robo-Hack Metrocab

Vue arrière du Landspeeder Robo-Hack Metrocab
Image tirée du fascicule The Star Wars Official Fact Files #85


  Les intérieurs du Metrocab, comme la plupart de Robo-hacks, étaient, on l'a déjà dit, rudimentaires. La cabine passager, à l'arrière et à laquelle on accédait par deux portes sécurisées, était dotée d'une simple banquette arrière pouvant accueillir jusqu'à 4 personnes. Pour le reste, de la musique locale était crachée par deux haut-parleurs bas de gamme, un cendrier était à disposition des fumeurs et parfois même un écran diffusait en boucle de la publicité. On s'en doute mais le temps et les dégradations se faisant, seuls les usagers les plus endurcis pouvaient finir par s'habituer à la crasse, à l'odeur de la cigarette froide et à la tapisserie déchirée…

  La cabine avant, dotée d'une large baie en transparacier et scellée au tout-venant, abritait le module cognitif et les principaux circuits du cerveau-droide ainsi que le système de paiement et sa caisse. Après avoir harangué un Robo-Hack que ce soit verbalement, gestuellement ou via un petit dispositif électronique standard, le passager montait à bord et indiquait sa destination via un microphone incrusté dans la cloison séparant les deux compartiments. Les touristes pouvaient même demander à ce que le véhicule choisisse le trajet en fonction des meilleurs spots.
  En cas d'imprécision dans la demande, le cerveau-droide pouvait demander en retour des éclaircissements au travers du vocodeur adjacent. C'était là généralement ce à quoi se limitaient les conversations entre le cerveau-droide et ses passagers mais dans certaines villes, des cerveaux-droides furent dotés d'un programme supplémentaire pour être capables de converser de tout et de rien pendant la durée du trajet. Il est à noter que la plupart comprenait autant de langues que les droides de protocole 3PO bien que leur vocabulaire fut bien plus limité.
  
  D'ailleurs, une autre rumeur, toujours invérifiable, fait état du fait que le cerveau-droide ne se contenterait pas d'enregistrer le point de destination mais enregistrerait également toutes les conversations tenues à bord entre les passagers. Analysées par la suite par de puissants ordinateurs, les compagnies de taxis tenteraient d'en extraire toute information propice à un chantage financier : secret industriel, compromission politique, etc.
  Une fois arrivés à destination, les passagers pouvaient régler leur course -suivant les systèmes disponibles- dans la monnaie locale, par carte de crédits ou par voucher ( En cas de réservation ). Pour parer aux resquilleurs et aux voleurs, certains Robo-Hacks sont équipés d'un système dit d'auto-défense qui inclut le blocage des portes et la redirection automatique du véhicule vers le poste de police le plus proche avec le contrevenant enfermé à l'intérieur…

  Comme tous les Robo-Hack de Go Corp/Utilitech, si le Metrocab dominait les parcs de taxis en circulation sur les mondes urbanisés du Secteur Corporatif, il était assez rare d'en rencontrer en dehors.

Landspeeder Robo-Hack Metrocab

Schémas techniques du Landspeeder Robo-Hack Metrocab
Image tirée du guide The Essential Guide to Droids



Note de l'auteur : Le modèle de Robo-hack illustré dans cette fiche est identifié au Metrocab dans le guide Arms and Equipment.


Actualités en relation

Holonet : 10 nouvelles fiches sur Solo !

Je vous le disais dans la dernière fois, il est grand temps de se mettre à jour sur Solo ! Après les 10 premières fiches publiées, Dark Sekot revient donc une nouvelle fois avec 10 nouvelles fiches, de...


Holonet : L'encyclopédie se complète sur Les Derniers Jedi

Qui a dit que le dimanche c'était jour de repos ? Parce que sur l'Holonet je vous assure qu'il n'y a jamais de répit pour les rédacteurs encyclo qui s'acharnent à vous fournir des fiches de...


Solo : Annonce des livres liés au film

Si l'année a été plutôt calme jusqu'à présent pour les annonces de romans, beaux livres, comics, livres pour enfant où tout autres joyeuseries, ces dernières 24h ont été l'occasion de voir fleurir tout plein de...


Solo : Mais où est donc passée la première bande-annonce ?

Vous connaissez le refrain, répété comme un mantra depuis le début de l'année : la première bande-annonce pour Solo : A Star Wars Story "ne devrait plus tarder", ainsi que l'avait confirmé, il y a...


LEGO Star Wars : Fuite de l'intégralité des visuels HD des sets Solo

Nous vous en parlions il y a quelques jours, des visuels issus d'un catalogue interne à LEGO concernant les nouveautés du printemps 2018, notamment les sets de Solo : A Star Wars Story, avaient fuité, avec assez peu de détails...





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Landspeeder Robo-Hack Metrocab
Nom
Landspeeder Robo-Hack Metrocab
Nom original
Metrocab Robo-Hack
Classe
Landspeeder
Constructeur
Taille
6 m
Equipage
1 cerveau-droide
Troupes
4 passagers
Soute
100 kilogrammes
Prix
Neuf : 20 000 crédits
Occasion : 7 000 crédits
Affiliation
Indépendants

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
28/05/2015

Date de modification
01/11/2015

Nombre de lectures
11 982


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
  • The Essential Guide to Droids
  • The Official Star Wars Fact File #70
  • The Official Star Wars Fact File #85
  • WEG - Han Solo and the Corporate Sector Sourcebook
  • WOTC - Arms and Equipment Guide

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.