Cuirassé stellaire de classe Executor


Le cuirassé stellaire de classe Executor, aussi connu sous le nom de Super destroyer stellaire, est un vaisseau de commandement conçu par Kuat Drive Yards durant la Guerre Civile Galactique, qui fut notamment utilisé par Dark Vador.

  Conçu par l'ingénieur Lira Wessex après la réussite de son projet précédent, le Destroyer Stellaire de classe Impériale-I, le Super Destroyer Stellaire est, à l'époque de sa sortie, le plus grand et le plus puissant des bâtiments de combat de la flotte impériale, atteignant la taille de 19.000 mètres (*). Un vaisseau si démesuré que l'Etat-Major de la Flotte dut mentir au Sénat Impérial sur sa taille et sa classe pour que le projet parvienne à son terme, et bien que sa dénomination réelle soit apparue par la suite au grand jour - Cuirassé Stellaire de classe Executor, ou Destroyer Stellaire de classe Super selon les sources - le terme initial et très générique de "Super Destroyer Stellaire" demeura couramment employé, y compris des années plus tard pour des vaisseaux aussi divers que le Destroyer de classe Sovereign, ou même le Destroyer de classe Eclipse. Cependant, la présente fiche ne traitera que des vaisseaux de la classe de l'Executor.

  En raison des contraintes techniques et des coûts de construction, l'Empire Galactique ne construisit pas énormément de Super Destroyers Stellaires, mais après la mise en service du premier et du plus illustre de ces vaisseaux - l'Executor, qui devint le navire amiral de la Flotte - on sait que les Chantiers Navals Kuat reçurent des commandes à un rythme de plus en plus important, si bien qu'à l'époque de la bataille d'Endor les Super Destroyers Stellaires étaient, sinon communs - ce qui serait certainement exagéré - du moins assez répandus au moins qu'il ne soit pas incongru d'en rencontrer dans les zones les plus importantes et les plus sécurisées de l'Empire. Selon les dernières estimations, il semblerait qu'une douzaine de ces titans stellaires furent construits durant la Guerre Civile Galactique, et que seulement trois - le Marteau du Chevalier, le Fil du Rasoir et le Megador - furent construits après cette date.

  Bien qu'ils aient été conçus sous l'Empire, les Super Destroyers survécurent au régime de Palpatine et l'on pouvait en rencontrer encore certains exemplaires quelques années plus tard dans la flotte loyaliste ou dans les armées de certains Seigneurs de Guerre Impériaux les plus puissants. La Nouvelle République, fidèle à sa politique beaucoup moins axée sur les démonstrations de force et les projets pharaoniques de l'ère impériale, ne construisit aucun Super Destroyer mais en possédait deux qu'elle avait capturé au combat, le Lusankya et le Gardien. Il est d'ailleurs à noter qu'après leur capture, l'une des seules actions militaires de ces vaisseaux se déroula plusieurs années plus tard, lors de l'invasion de la galaxie par les Yuuzhan Vong. Signe, s'il en était besoin, que les forces armées de la Nouvelle République n'étaient pas spécialement favorables à l'utilisation d'un vaisseau de cette classe dans une opération de grande envergure, probablement en raison de la connotation trop "impériale" du Super Destroyer Stellaire.

Cuirassé stellaire de classe Executor

L'Executor chute vers la Seconde Etoile de la Mort après que le A-wing d'Arvel Crynyd ait détruit la passerelle de commandement, durant la bataille d'Endor
Image extraite du DVD "Star Wars Episode VI - Le Retour du Jedi"


  (*) Note du rédacteur sur la taille du Super Destroyer : sans doute l'élément qui aura le plus bougé dans tout l'univers Star Wars... Il a existé par le passé plusieurs tailles officielles pour ce vaisseau, tantôt 8 kilomètres, tantôt 12.8 kilomètres. Et maintenant 19 kilomètres. Il est désormais considéré comme officiel que le Super Destroyer Stellaire fait bien 19.000 mètres. Toutes les anciennes sources (Jeu de Rôle, Essential Guide to Vehicles & vessels, New Essential Guide to Vehicles & Vessels, CCG, Lieux de l'Action, etc.) sont considérées comme fausses sur ce sujet. Je vous cite notamment le site wizards.com, dans son Jedi Counseling N°84 (Questions & Réponses sur le jeu de rôle et les Miniatures), que vous pouvez consulter ici en Anglais :

Q: In Starships of the Galaxy, the Executor (Vader's Super Star Destroyer) is listed with a length of 8,000 meters, but in the text it's described as being eight times the length of an Imperial-class Star Destroyer, which would be 12,800 meters. Which is correct?

A: Actually, they're both wrong because the official size of Super Star Destroyers has been revised. Thus, here's some official errata: The Executor is 19,000 meters long, as are all Super Star Destroyers of the same class.


  Traduction pour les anglophobes :

Q : Dans le guide "Starships of the Galaxy", l'Executor (le Super Destroyer Stellaire de Vador) est indiqué comme mesurant 8.000 mètres. Mais dans le texte, il est décrit comme mesurant l'équivalent de 8 Destroyers Stellaires de classe Impériale, ce qui devrait donner une taille de 12.800 mètres (1.600 x 8 = 12.800). Quel est le bon chiffre ?

R : Les deux chiffres sont faux car la taille officielle du Super Destroyer a été corrigée. Ainsi, il faut considérer ce qui suit comme un correctif officiel : l'Executor mesure 19.000 mètres, tout comme les autres Super Destroyers Stellaires de la même classe.


  Voila qui clôt (pour le moment) la polémique. Le Super Destroyer Stellaire mesure 19.000 mètres, de même pour tous les autres Super Destroyers. Ce qui inclut donc le Lusankya, pourtant répertorié sur wizards.com comme faisant 12.000 mètres (ancienne page non mise à jour depuis le correctif des 19.000 mètres).


I. Caractéristiques techniques principales


  a. Propulsion subluminique et hyperluminique

  Pour déplacer un vaisseau de presque vingt kilomètres de long, les ingénieurs de CNK ont une fois de plus repoussé les limites techniques de l'époque, en équipant le Super Destroyer Stellaire de treize (et non pas neuf comme le stipule l'Essential Guide to Vehicles & Vessels) moteurs ioniques assez gros pour accueillir chacun un appareil de la taille d'un Destroyer de classe Impériale (cinq de chaque côté et trois à la poupe). Protégés du feu ennemi par leur disposition sur la partie ventrale du vaisseau, ces moteurs donnent au Super Destroyer une vitesse subspatiale de 40 MGLT.

  Pour les voyages hyperspatiaux, le Super Destroyer est équipé d'un hypermoteur de classe 2, soit l'équivalent du matériel équipant les destroyers classiques. En cas d'urgence, un hyperpropulseur de secours de classe 10 a également été ajouté par les ingénieurs des Chantiers Navals Kuat.

Cuirassé stellaire de classe Executor

Vue d'une partie des propulseurs de l'Executor, peu avant la bataille de Hoth
Image extraite du DVD "Star Wars Episode V - L'Empire contre-attaque"



  b. Passerelle de commandement

  Afin de limiter au maximum les coûts de production et de rentabiliser leur département Recherche & Développpement, les Chantiers Navals Kuat ont pour coutume d'utiliser les mêmes composants standards sur plusieurs vaisseaux. Ainsi, la passerelle de commandement des Super Destroyers ressemble-t-elle trait pour trait à celle d'un Destroyer de classe Impériale, ses dimensions mises à part. Ses immenses baies vitrées, hautes de deux mètres et offrant aux officiers une vision parfaite du champ de bataille, sont ainsi parfaitement identiques sur les deux types de vaisseaux, de même que la disposition intérieure de la passerelle, un cercle coupé en son centre et regroupant dans deux zones situées en contrebas les principaux postes du vaisseau : communications, détecteurs, commandement chasseurs, etc.

  La conception grandiose, voire fastueuse, de la passerelle de commandement, est clairement le symbole de la toute-puissance et de la richesse de l'Empire. Ironiquement, c'est aussi l'un des facteurs qui facilitèrent la destruction de l'Executor : lors de la bataille d'Endor, lorsque le chasseur A-wing d'Arvel Crynyd percuta de plein fouet la passerelle, l'explosion et l'onde de choc se propagèrent instantanément par les immenses couloirs de la superstructure, avant même que les portes anti-explosion ne puissent faire effet. Ainsi, ce n'est pas simplement la passerelle et ses officiers - amiral Piett compris - qui furent vaporisés dans l'impact, mais toute la partie centrale de la superstructure ! A la suite de cette explosion, les postes auxiliaires, pour une raison encore inconnue, ne parvinrent pas à reprendre le contrôle du vaisseau tandis que celui-ci, qui se trouvait à proximité immédiate de l'Etoile de la Mort, était pris dans l'attraction de la station spatiale, conduisant à un crash inévitable et la destruction du vaisseau-amiral de la Flotte Impériale ...

Cuirassé stellaire de classe Executor

La passerelle de l'Executor, occupée par Dark Vador
Image extraite du DVD "Star Wars Episode VI - Le Retour du Jedi"


  c. Rayons tracteurs

  Tout comme le Destroyer Stellaire de classe Impériale, le Super Destroyer est équipé de rayons tracteurs de la société Phylon Transport. Disposés dans quarante tourelles réparties sur la coque du navire, ces rayons tracteurs sont assez puissants pour capturer dans leurs filets un vaisseau de la taille d'une Frégate. Etant donné qu'il est possible d'utiliser en conjonction plusieurs rayons tracteurs pour en cumuler les effets, il n'est pas impossible que le Super Destroyer puisse s'emparer ainsi de vaisseaux lourds bien plus grands, mais ce genre de manoeuvre demeure si rare qu'aucun exemple n'existe dans les archives militaires de l'époque impériale ou néo-républicaine.


  d. Ecrans déflecteurs

  Il s'agit là encore de systèmes standards, issus du projet Destroyer Stellaire et adaptés aux besoins du Super Destroyer. Situés sur la passerelle de commandement, les deux immenses dômes-générateurs d'écran déflecteurs fournissent au vaisseau une protection contre les objets physiques et les armes énergétiques. Avec une puissance le classant à 96.000 SBD, le Super Destroyer dispose de défenses quasiment impénétrables et d'un bouclier capable de résister à une collision avec trois destroyers stellaires, comme cela arriva pendant le blocus de Yavin IV, peu après la bataille de Yavin. A cette occasion, et bien que les trois vaisseaux suscités aient été pulvérisés à l'impact, l'Executor ne souffrit d'aucun dommage structurel.

  Ces boucliers, s'ils constituent les plus puissants que l'on trouve sur un vaisseau de guerre pendant le conflit entre l'Alliance et l'Empire, ne sont pas pourtant indestructibles. Lors de la bataille d'Endor, il fallut la concentration de toute la puissance de feu de la flotte rebelle pour parvenir à réduire ce bouclier suffisamment pour que deux A-wing ne puissent à leur tour donner le coup de grâce en détruisant l'un des dômes-générateurs avec une volée de missiles à concussion. Après cette ultime attaque, les boucliers de l'Executor finirent par rendre l'âme et le vaisseau amiral connut le sort que l'on sait.

  Au cours de la Guerre Civile Galactique, les Chantiers Navals Kuat développèrent une version améliorée du Super Destroyer Stellaire, en dotant l'Intimidant d'un troisième dôme-générateur d'écran déflecteur, placé entre les deux dômes de série, sur la passerelle. On ignore cependant le gain effectif de ce troisième générateur, même si on imagine aisément que l'Intimidant possédait ainsi des boucliers beaucoup plus résistants que les Super Destroyers "classiques".

Cuirassé stellaire de classe Executor

Vue détaillée d'un dôme-générateur d'écran déflecteur de l'Executor
Image extraite du DVD "Star Wars Episode VI - Le Retour du Jedi"



II. Systèmes offensifs

  Chaque Super Destroyer Stellaire emporte plusieurs milliers d'armes de puissance et taille variable. Au total, ces mastodontes disposent de pas moins de 2.000 Turbolasers lourds, 2.000 Turbolasers, 250 lance-missiles à concussion, 250 batteries ioniques, 500 canons laser, et 40 rayons tracteurs, répartis comme suivant :

  Arc de tir principal :
    - 800 turbolasers
    - 800 turbolasers lourds
    - 50 lance-missiles
    - 100 batteries ioniques
    - 20 rayons tracteurs

  Arc de tir babord :
    - 600 turbolasers
    - 400 turbolasers lourds
    - 75 lance-missiles
    - 50 batteries ioniques
    - 10 rayons tracteurs

  Arc de tir tribord :
    - 600 turbolasers
    - 400 turbolasers lourds
    - 75 lance-missiles
    - 50 batteries ioniques
    - 10 rayons tracteurs

  Arc de tir arrière :
    - 400 turbolasers lourds
    - 50 lance-missiles
    - 50 batteries ioniques

  Note : la répartition des canons laser de défense localisées n'est à ce jour pas connue.


  b. Batteries Turbolaser

  En tant que navire de combat destiné non seulement à opérer en tant que vaisseau-amiral, mais aussi et surtout à personnifier la toute-puissance de l'Empire, le Super Destroyer Stellaire dispose naturellement d'un armement aussi impressionnant que le reste de ses caractéristiques. Son armement principal se compose ainsi de pas moins de deux cent cinquante turbolasers lourds et autant de batteries turbolaser classiques, ce qui représente la puissance de feu combinée d'une bonne douzaine de Destroyers Stellaires !

  Comme ces derniers, le Super Destroyer Stellaire est avant tout destiné au combat de vaisseau à vaisseau, et ses batteries lourdes sont surtout efficaces contre d'autres bâtiments lourds à grande distance. A courte distance, le vaisseau doit compter sur d'autres armes comme les canons laser standards.


  c. Batteries ioniques

  Pensé avant tout comme une menace mortelle, le Super Destroyer ne dispose "que" de 250 batteries ioniques, capables cependant de neutraliser un vaisseau de grande taille. Mais les missions nécessitant la capture d'une cible intacte sont en général réservées à des appareils plus modestes et plus polyvalents que le Super Destroyer. Il n'est donc pas étonnant de trouver moins d'armes de ce type à bord d'un vaisseau destiné avant tout à semer la terreur et la mort...


  d. Canons laser

  Contrairement aux Destroyers Stellaires classiques, le Super Destroyer Stellaire dispose de canons laser de défense localisée, parfaitement adaptés à la lutte contre les cibles petites et très mobiles, comme les chasseurs stellaires. Au cours de la Guerre Civile Galactique, il apparut en effet très clairement que les forces de l'Alliance, principale opposition à l'Empire, utilisaient surtout des formations composées de chasseurs et de bombardiers très mobiles, et que leur flotte de vaisseaux lourds n'était pas assez importante pour que l'Etat-Major de l'Alliance se risque à la dévoiler en terrain découvert - du moins avant la bataille d'Endor, qui fut le premier engagement rassemblant la majeure partie de la Flotte rebelle. C'est pourquoi, face à la multiplication des attaques impliquant des chasseurs stellaires, les ingénieur de Kuat équipèrent le Super Destroyer d'armes capables de contrer ce genre de menace.

  Les 500 canons laser légers du Super Destroyer, répartis principalement sur la partie dorsale du vaisseau, ne sont efficaces qu'à courte portée et constituent l'ultime rideau de défense lorsque des appareils ennemis parviennent à se glisser à l'intérieur du périmètre des turbolasers. Ainsi, même s'ils ont réussi à approcher près de ce mastondonte, les pilotes de chasseurs ne sont pas pour autant en sécurité, comme le prouva l'Executor en pulvérisant la plupart des chasseurs X-wing et A-wing de l'Alliance - bien que, en dernier recours, Arvel Crynyd soit parvenu à jeter son appareil endommagé sur la passerelle du vaisseau, précipitant sa fin.

Cuirassé stellaire de classe Executor

Arvel Crynyd et son A-wing parviennent à passer le rideau défensif de l'Executor, durant la bataille d'Endor
Image extraite du DVD "Star Wars Episode VI - Le Retour du Jedi"



  e. Lances-missiles à concussion

  Tout comme son ancêtre le Destroyer de classe Victoire, le Super Destroyer dispose de lance-missiles à concussion. Ses 250 tubes, qui disposent chacun de trente missiles - soit 7.500 projectiles en tout - peuvent servir notamment à intercepter des torpilles à protons lancées par des chasseurs-bombardiers, à détruire des chasseurs stellaires, voire même contre des vaisseaux lourds. Dotés d'une grandé vélocité et d'une puissance bien supérieure à un laser, les missiles à concussion constituent une preuve supplémentaire, s'il en était besoin, de la dangerosité du Super Destroyer Stellaire.


III. Equipage & Troupes embarquées


  a. Equipage

  Pour fonctionner à plein régime, le Super Destroyer Stellaire requiert pas moins de 280.734 hommes d'équipage et officiers, dont 1.590 artilleurs. Cependant, ce chiffre ne vaut pas pour tous les super destroyers : par exemple, le Lusankya de la Nouvelle République, transformé en vaisseau scientifique, emportait un important contingent civil de scientifiques et laborantins.


  b. Vaisseaux embarqués

  C'est dans ce domaine que l'on constate de manière la plus évidente à quel point le Super Destroyer Stellaire est un appareil conçu avant tout pour le combat contre les vaisseaux lourds et pour représenter la puissance impériale. Car alors qu'il possède la puissance de feu de toute une flotte de Destroyers de classe Impériale, le Super Destroyer n'embarque que deux ailes de chasseurs stellaires, soit douze escadrilles, généralement composées de 72 Intercepteurs TIE, de 48 chasseurs TIE et de 24 bombardiers TIE/sa. On peut supposer que l'Etat-Major impérial, fidèle à sa politique consistant à commander des vaisseaux de plus en plus imposants, et accordant une place minime aux chasseurs stellaires, a délibérément mis l'accent sur la puissance brute et réduit le nombre d'appareils embarqués au minimum. En étant conçu de manière plus équilibrée, le Super Destroyer aurait pu embarquer des centaines de chasseurs sans aucun problème, mais les priorités de la Marine Impériale ne furent jamais de favoriser la Chasse, ce qui, si l'on regarde de près les divers engagements qui opposèrent des forces impériales à l'Alliance ou la Nouvelle République, s'avéra être une grave erreur stratégique.

  En plus de ses cent quarante-quatre chasseurs, chaque Super Destroyer Stellaire embarque dans ses hangars quelque deux cents vaisseaux d'assistance et de combat en tous genres, dont la composition exacte est inconnue (et probablement variable selon les vaisseaux). On peut aisément imaginer que ces engins disposaient d'un vaste assortiment de Navettes Lambda (vingt selon certaines sources), de navettes de classe Sentinelle (quinze selon certaines sources), de transports de troupes DX-9 et Gamma ATR-6, de Torpilleurs d'assaut, de patrouilleurs Skipray (dix selon certaines sources) et de divers autres appareils de transport et de débarquement.


  c. Troupes terrestres

  Le Super Destroyer, à l'image du Destroyer de classe Impériale, est également, en plus d'être un vaisseau de combat, un appareil capable de mener des invasions planétaires à grande échelle. Pour ce faire, il dispose de trente-huit mille soldats d'infanterie, d'une force mécanisée composée de vingt-cinq Transports Blindés Tout-Terrain, de cinquante Transports de Reconnaissance Tout-Terrain, et probablement de nombreux autres véhicules de transport et d'assaut. Pour les opérations nécessitant une présence permanente, chaque Super Destroyer Stellaire dispose dans ses soutes de deux ou trois (selon les vaisseaux) bases préfabriquées, déployables rapidement et totalement autonomes.


IV. Super Destroyers célèbres

  Fort heureusement pour l'Alliance Rebelle, la Marine Impériale ne disposa jamais d'une vaste flotte de Super Destroyers Stellaires, sans quoi on peut aisément imaginer que la Guerre Civile Galactique n'aurait pas connu le même tournant que lors de la bataille d'Endor. Du fait qu'il fut construit relativement peu d'exemplaires de ces gigantesques vaisseaux, on peut assez facilement en dresser une liste exhaustive.

  Executor : Construit dans les Chantiers Navals de Fondor, l'Executor est le premier vaisseau de la classe des Super Destroyers. Mis en service juste après la destruction de la première Etoile de la Mort, il servit sous les ordres de l'Amiral Griff au blocus de Yavin IV. Sous le commandement de l'Amiral Ozzel, l'Executor dirigea l'attaque impériale sur Hoth - et fut aussitôt placé sous le commandement du Capitaine Piett lorsque Vador tua Ozzel pour une erreur de trop. Devenu Amiral à son tour, Piett commanda l'Executor à la bataille d'Endor, où le Super Destroyer fut détruit par une attaque combinée de la flotte de l'Alliance.

Cuirassé stellaire de classe Executor

La fin de l'Executor, après la destruction d'un dôme-générateur d'écran déflecteur et le crash d'un A-wing rebelle sur la passerelle
Image extraite du DVD "Star Wars Episode VI - Le Retour du Jedi"


  Poing d'Acier (Iron Fist) : Commandé par le Seigneur de Guerre Zsinj, le Poing d'Acier fut pourchassé par les forces du Général Solo quatre années après la bataille d'Endor, et finalement détruit, malgré les efforts de son propriétaire pour simuler la perte du Super Destroyer Stellaire.

  Fil du Rasoir (Razor's Kiss) : Ce Super Destroyer Stellaire fut dérobé par Zsinj alors qu'il était en phase finale de construction dans les Chantiers Navals Kuat, quatre années après la bataille d'Endor. Le Fil du Rasoir était destiné à servir de leurre et à faire croire à la Nouvelle République que le Poing d'Acier avait été détruit. La ruse fonctionna un temps, mais finalement Zsinj fut tué et le Poing d'Acier détruit peu de temps après...

  Marteau de la Nuit (Night Hammer) / Marteau du Chevalier (Knight Hammer) : Construit huit années après la bataille d'Endor par le Seigneur de Guerre Delvardus, le Marteau de la Nuit fut récupéré par l'Amirale Daala et renommé Marteau du Chevalier, après qu'elle ait assassiné Delvardus et repris le contrôle des forces impériales. Lancé dans une attaque irréfléchie et stérile contre l'académie Jedi de Yavin IV, le Marteau du Chevalier fut saboté par Callista, qui y fit exploser les réserves de torpilles des bombardiers TIE. Une fois ses moteurs détruits par l'explosion, le Super Destroyer fut attiré par la gravité de Yavin et explosa en entrant dans l'atmosphère...

  Terreur (Terror) : Sous le commandement du Grand Amiral Martio Batch, le Terreur devint le centre du projet "TIE Fantôme" durant la Guerre Civile Galactique et fut équipé d'un bouclier occulteur très performant. Saboté par un commando de l'Alliance Rebelle, le Terreur fut détruit et le projet TIE fantôme abandonné...

  Vengeance : Commandé par l'Amiral Senn dans le Secteur Airam durant la Guerre Civile Galactique, le Vengeance fut la cible d'une attaque de la flotte rebelle menée par le croiseur Mon Calamari Liberté, et détruit lors de cet accrochage.

  Faucheur (Reaper) : Construit avant la bataille d'Endor, le Faucheur était le Super Destroyer personnel du Grand Moff Ardus Kaine, qui l'utilisa relativement peu à des fins militaires. Après la mort de Kaine, le Faucheur passa sous le commandement de Pellaeon et servit dans la flotte des Vestiges Impériaux, qui étaient toujours en conflit avec la Nouvelle République. Le Faucheur fut par la suite détruit dans l'un des nombreux engagements qui opposèrent les Vestiges aux forces néo-républicaines, avant que les deux gouvernements ne signent un traité de paix.

  Gardien (Guardian) : Vaisseau utilisé par le Seigneur de la Guerre Drommel, le Gardien participa à de nombreuses batailles contre la Nouvelle République mais tomba finalement entre les mains du nouveau gouvernement galactique lorsqu'un officier de Drommel assassina son supérieur et remit le vaisseau entre les mains de la Marine Néo-républicaine. Par la suite, le Gardien resta en service et participa au conflit contre les Yuuzhan Vong. Selon les informations qui ressortent des archives néo-républicaines, c'est le seul Super Destroyer Stellaire qui restait en activité dans la galaxie après la défaite des Vong.

  Lusankya : Construit à la même époque que l'Executor, le Lusankya connut un destin plutôt inhabituel pour un vaisseau spatial, puisqu'il fut enterré sous les immeuble de Coruscant et servit pendant plusieurs années de centre de détention ultra-secret, sous le commandement d'Ysanne Isard. Lorsque la Nouvelle République reprit le contrôle de Coruscant, le Lusankya s'envola et participa à la Guerre du Bacta contre l'escadron Rogue. Finalement capturé par la Nouvelle République, il fut transformé en vaisseau scientifique et passa les années suivantes relativement incognito. Lors de l'invasion Yuuzhan Vong, le Lusankya fut rendu au service actif et participa à la défense de Borleias, où il fut sacrifié dans une attaque kamikaze contre un vaisseau-monde Yuuzhan Vong. Les deux appareils furent détruits lors de la collision.

Cuirassé stellaire de classe Executor

Le Lusankya, armé aux couleurs de la Nouvelle République
Image extraite du comics "l'Empire Ecarlate"


  Intimidant (Intimidator) : Intégré à la flotte du Sabre Noir, l'Intimidant était un vaisseau moderne et une version améliorée de la classe des Super Destroyers Stellaires; capturé par les Yevethas, il fut renommé Fierté de Yevetha et servit de navire-amiral à la flotte nouvellement formée. Durant la guerre qui opposa la Nouvelle République aux Yevethas, l'ancien équipage de l'Intimidant, qui avait été réduit en escalavage par ces derniers, parvint à reprendre le contrôle du vaisseau et à passer en hyperespace. Par la suite, l'épave de l'Intimidant fut retrouvée, flottant dans l'espace près des Régions Inconnues, mais on ignore tout des évènements qui conduisirent à cette découverte étonnante.

  Agresseur (Aggressor) : Placé sous les ordres de l'Amiral Roek, l'Agresseur fut construit pendant la guerre civile galactique et survécut quelques années à la débâcle impériale à Endor. Passé sous contrôle du Grand Amiral Josef Grunger, il fut détruit lors de l'attaque contre la Sphère à Torpilles du Grand Amiral Danetta Pitta.

  Annihilateur (Annihilator) : Sous les ordres de l'amiral Gaarn, l'Annihilateur fut construit durant la Guerre civile Galactique, et fut envoyé à Kuat pour protéger la construction de l'Eclipse. Lors de l'opération menée par les forces de Tyber Zann pour s'emparer du nouveau vaisseau impérial, le Super Destroyer Stellaire de l'amiral Gaarn fut détruit par un tir de superlaser et l'on suppose que tout l'équipage périt dans l'explosion.

  Megador : Sous les ordres du Grand Amiral Pellaeon, le Megador fit son apparition durant le conflit avec les Killiks, et faisait à cette époque partie de l'Alliance Galactique. C'est a priori le seul Super Destroyer Stellaire qui ait été construit par une faction non-impériale, et qui n'aurait sans doute jamais vu le jour sans la collaboration des Vestiges Impériaux à l'Alliance Galactique. Avec seize moteurs, il semble que le Megador soit une version légèrement différente du Super Destroyer Stellaire originel.


Actualités en relation

HoloNet : On fête la nouvelle année avec les Derniers Jedi !

Pour commencer, tout le staff de Star Wars HoloNet se joint à moi pour vous souhaiter une belle année 2018, tout plein de belles et de bonnes choses et bien sur de bonnes aventures Starwarsiennes. J'en profite aussi, au nom...


Holonet : De nouvelles fiches pour les Derniers Jedi

Pas de repos pour les rédacteurs de Star Wars Holonet qui continue d'écrire des fiches. Aujourd'hui, nous continuons la publication de fiches sur Les Derniers Jedi avec 23 nouvelles fiches qui viennent s'ajouter au pack de fin...


HoloNet : 27 fiches sur Les Derniers Jedi

Après le pack de fiches dédié aux vaisseaux il y a deux semaines (voir l'actualité), il était temps de revenir un peu à l'actualité du moment avec des fiches concernant Les Derniers Jedi. Et si jusqu'à présent...


HoloNet : 20 nouvelles fiches vaisseaux rejoignent l'encyclopédie

Si vous avez un peu suivi ce qui a pu se dire sur les différents réseaux de l'HoloNet, ce nouveau pack de fiches ne vous surprendra pas. Pour les autres, le bruit courait qu'un pack sur les...


Solo : La presse française, entre curiosité et désenchantement

Dévoilé en avant-première au Festival de Cannes, mardi dernier, Solo : A Star Wars Story a vite eu droit à ses premières critiques et retours francophones, publiés tout le long de la semaine. Une fois n'est pas...


Informations encyclopédiques
Cuirassé stellaire de classe Executor
Nom
Cuirassé stellaire de classe Executor
Nom original
Executor-class Star Dreadnought
Classe
Vaisseau de Combat lourd
Constructeur
Taille
19 000 m
Equipage
279 144 hommes
1 590 artilleurs
Armement
Troupes
38 000 soldats
12 escadrilles de TIE
200 vaisseaux de support
25 TB-TT
50 TR-TT
Soute
250 000 tonnes
Hyperpropulsion
x2 (de secours x10)
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
04/12/2015

Nombre de lectures
200 262


Note de la fiche
4 membres ont noté la fiche "Cuirassé stellaire de classe Executor" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources
  • Starwars.com - Databank
  • Wizards of the Coast
  • Adventure Journal 03
  • Adventure Journal 15
  • Empire at War : Forces of Corruption
  • Épisode V : L'Empire Contre-Attaque (roman)
  • Épisode VI : Le Retour du Jedi (roman)
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 1 : La Tempête approche
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 2 : Le Bouclier Furtif
  • La Crise de la Flotte Noire, Vol. 3 : Le Défi du Tyran
  • Le Sabre Noir
  • Les Hauts-Lieux de l’Action
  • Les X-wings, Vol. 1 : L'Escadron Rogue
  • Les X-wings, Vol. 2 : Le Jeu de la Mort
  • Les X-wings, Vol. 3 : Un Piège nommé Krytos
  • Les X-wings, Vol. 4 : La Guerre du Bacta
  • Les X-wings, Vol. 5 : L'Escadron Spectre
  • Les X-wings, Vol. 6 : Le Poing d'Acier
  • Les X-wings, Vol. 7 : Aux commandes : Yan Solo !
  • Les X-wings, Vol. 8 : La vengeance d'Isard
  • Nid Obscur Vol. 3 : La Guerre de l'Essaim
  • Star Wars Episode V : L'Empire contre-attaque
  • Star Wars Episode VI : Le Retour du Jedi
  • The Essential Chronology
  • The Essential Guide to Vehicles and Vessels
  • The Essential Guide to Weapons and Technology
  • The New Essential Chronology
  • The New Essential Guide to Vehicles and Vessels
  • The New Essential Guide to Weapons and Technology
  • WEG - Wanted By Cracken
  • X-wing Alliance
  • X-wing vs. TIE Fighter : Balance of Power

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.