Aérotransport TC9


L'aérotransport TC9 était un transport de troupes sur répulseurs très répandu au cours de l’ère impériale et utilisé par l’Alliance Rebelle ainsi que par des groupes indépendants, comme les Disciples de Ragnos.

  Le TC9 a été fabriqué au cours ou un peu avant la Guerre Civile galactique par la société Loratus, la même qui avait créé le brouilleur.

  Rapide et relativement peu onéreux, le TC9 fut très vite adopté par l'Alliance Rebelle pour s'en servir comme transport de troupes sur les champs de bataille. Il était doté d'un blindage correct et d'un bouclier déflecteur léger, ce qui lui permettait d'approcher l'infanterie des lignes ennemies tout en la préservant des tirs d'artillerie. Il disposait également d'un armement honorable contre les blindages, ce qui lui permettait de se défendre. Il était néanmoins inefficace en cas de défenses lourdes et sa résistance pouvait être mise à mal par un simple TR-TT.
  Le TC9 pouvait toujours, à l'aide d'un centre technologique, d'améliorer son blindage (jusqu'à 130%) et son bouclier (216%), ainsi que sa vitesse de déplacement. Sa cadence de tir, quant à elle, n'avait qu'une amélioration minime. Il était déployé sur le terrain par un cargo Gallofree et, du fait de ses dimensions, il ne pouvait y en avoir que deux maximum par cargo.

Aérotransport TC9
Un TC9 rebelle qui traverse la ville de Sayan en secret, sur Abridon
Image extraite du jeu vidéo Force Commander


  L'Alliance se servit de l'aérotransport sur presque tous ses champs de bataille. Le fait qu'il pouvait voler s'avérait être un atout de taille, car il permettait de traverser les rivières contrairement à la plupart des transports impériaux. Ce fut notamment le cas lors de la crise de Sarapin, qui avait eu lieu en même temps que la bataille de Yavin : la planète était striée de rivières de lave que l'Empire ne pouvait franchir avec ses véhicules sur roues ou sur jambes. Il était obligé de faire des détours pour atteindre la base rebelle tandis que ces derniers pouvaient attaquer celle des Impériaux de front. Elle utilisa également le TC9 lors de la seconde bataille d'Abridon, au cours du siège de la ville de Sayan : les Rebelles devaient traverser la ville en pleine guerre entre l'Empire et les nationalistes d'Abridon sans se faire repérer afin de récupérer les chantiers navals où se trouvaient des prototypes de chasseurs A-Wings. Les TC9 servirent à transporter en sécurité des pilotes spécialement entraînés pour ces types d'appareils.

Aérotransport TC9
Une tenue de pilote du TC9
Image extraite du jeu vidéo Force Commander


  Après la guerre, l'aérotransport TC9 ne fut pas mis au placard, loin de là. Il s'était passablement démocratisé et la Nouvelle République l'utilisa encore, dans une version améliorée : il était capable de voler à haute altitude et ainsi accéder plus facilement à des zones délicates.
  Dix ans après la chute de l'Empire, l'agent de la République Kyle Katarn fut envoyé avec son équipière Jan Ors sur la planète minière Artus Prime, où la République avait découvert que les Vestiges de l'Empire détenaient des prisonniers. Il parvint à les libérer et dut détruire le TR-TT qui gardait le secteur pour permettre au transport d'approcher de la zone.
  Plus tard, lorsque Kyle détruisit le vaisseau de Galak Fyyar, le Doomgiver, alors en train d'assiéger la lune de Yavin 4, il s'enfuit avec une capsule de sauvetage et dut se frayer un chemin dans la jungle pour rejoindre l'Académie Jedi ; en se rapprochant, il trouva des TC9 avec des troupes républicaines qui tenaient une position contre les Impériaux.

Aérotransport TC9
Kyle Katarn (droite) et Jaden Korr trouvent des TC9 sur Tatooine.
Image extraite du jeu vidéo Jedi Knight: Jedi Academy


  Un an plus tard, au cours de la crise des Disciples de Ragnos, ces derniers ont acheté en grand nombre de TC9 dont certains furent entreposés à Mos Eisley. Un fut utilisé sur Corellia, lorsque le Culte attaqua un tram-cargo. Le transport avait déployé ses mercenaires qui ont bien vite pris le contrôle du tram avant d'être arrêtés par Katarn et son apprenti : Jaden Korr.


En savoir plus

  L'aérotransport TC9 apparaît pour la première fois dans le jeu vidéo Force Commander en 2000. Nommé simplement "aérotransport", il coûte 200 points de commandement, a 300 points de vie et 100 de bouclier ; il peut transporter jusqu'à 6 personnes. Dans ce jeu, c'est un véhicule terrestre : il ne peut pas voler.

  Il réapparaît plus tard, en 2002 et 2003, dans le jeu vidéo Jedi Knight II: Jedi Outcast et sa suite Jedi Knight: Jedi Academy. Cette fois, c'est un vaisseau ; néanmoins, n'étant vu qu'en situation atmosphérique, on ne sait pas s'il peut aller dans l'espace. On ne peut pas entrer à l'intérieur du véhicule, il est donc impossible de déterminer quelle capacité de transport il possède mais d'après l'échelle, il peut avoir largement plus que 6 passagers.


Actualités en relation

HoloNet : Le cap des 11 000 fiches est passé !

Nous y voilà ! Après de nombreuses heures à martyriser nos claviers pendant des années, après le passage de nombreux rédacteurs qui sont, chacun, venus apporter leur pierre à l'édifice, nous venons de passer le cap des 11 000...


Informations encyclopédiques
Aérotransport TC9
Nom
Aérotransport TC9
Classe
Navette & Transporteur
Constructeur
Loratus
Equipage
1 pilote
Armement
Canons laser
Générateur de bouclier
Affiliation

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
02/02/2019

Date de modification
04/02/2019

Nombre de lectures
605


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
Aucune source répertoriée pour le moment ...

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.