A nous de créer Star Wars

Vous dessinez, écrivez ou faites des vidéos ? Présenter vos créations ici !
Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 29 juin 2015, 08:58

Alors Amber-star, ça avance ? Ma question n'est pas désintéressée, car j'aimerais poster le chapitre 5 après ton hors-série, et comme il ne lui manque plus qu'une relecture attentive, il sera bientôt fin prêt.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Amber-Star » 01 juillet 2015, 22:04

tout est bloqué suite à un crash de mon ordi!
mes fichiers sont intacts ( je l'espère, j'avais fait une sauvegarde), mais je n'ai rien pour lire mon disque dur d'archivage '(c'est un disque interne)
j'aurai du nouveau vendredi, mais de toutes façons je n'ai pas eu le temps de finir.
tu devrais publier le chap 5, je ne pense pas qu'il y aura des contradictions, mais si c'est le cas je m'adapterai!
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 02 juillet 2015, 19:31

Très bien, dans ce cas, j'annonce officiellement (roulez, tambours, sonnez, trompettes) que le chapitre 5 est disponible sur SWINV.

http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Aiden Skirata
Messages : 339
Enregistré le : 18 août 2014, 18:58
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Manaan
Affiliation : Mandalorien
Localisation : Sur un contrat

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Aiden Skirata » 02 juillet 2015, 19:59

C'est notre chapitre le plus long pour l'instant ^^
Image[url=steam://friends/add/76561198141786062]Image[/url]

"Un jour il faudra que je me bouge le shebs"
Moi

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 02 juillet 2015, 20:09

Oui, sans doute.

J'annonce aussi que l'acte 1 vient de se terminer. L'introduction est finie, place aux choses sérieuses. Et, comme vous le comprendrez sans doute en lisant le chapitre, on va commencer une intrigue centrée sur les Yuuzhan Vong.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 25 août 2015, 10:41

Je m'excuse pour le retard que la fiche a pris, d'autant que c'est entièrement ma faute. En attendant la suite, voici un petit récapitulatif des personnages, qui sera mis à jour au fur et à mesure.

http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 24 septembre 2015, 19:51

JE NE SUIS PAS MORT !!

Bonjour à tous. Je suis vraiment désolé du retard que 1000 ap.BY a pris, et je le redis, ceux qui coécrivent la fic avec moi ne sont pas en cause. Pas taper...

Voici malgré tout (et après presque trois mois de retard) le chapitre 6 de la fic. Il y a malheureusement peu de chance que mon rythme s'accélère beaucoup...
J'ai également mis à jour le récapitulatif des personnages, pensez à y jeter un œil :wink:

Tout d'abord, un petit résumé de l'arc un (pour éviter que vous soyez paumés, et parce que c'est le début de l'arc deux) :
Durant près d'un siècle, les troupes huttes ont déferlé sur la galaxie, poussant la Nouvelle République à l'exil et forçant le Nouvel Empire Galactique à s'enfoncer dans les Régions Inconnues.
Sur Dantooine, dans le Quartier Général des Vestiges de la République, les Impériaux et les Républicains se préparent à s'allier. En effet, le Chef d'État des Vestiges, emprisonné sur Coruscant depuis des années, a été libéré et il est bien décidé à montrer aux Hutts de quel bois il se chauffe. Une fois l'alliance avec les Impériaux conclue, il se rend en orbite de Dathomir pour rencontrer la Fédération Mandalorienne. Après une bataille contre les Hutts, les trois factions se retrouvent sur Dantooine et proclament la naissance de l'Union Galactique.
Comme d'habitude, le chapitre est disponible sur Star Wars Invention : http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Amber-Star » 24 septembre 2015, 20:59

Je voulais te signaler un problème:
Je viens d' essayer de télécharger le fichier (Tah II) sur SW Inv; il apparait bien, mais il ne s'ouvre pas quand on clique dessus :(
J'ai vérifié, les autres liens fonctionnent.
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 24 septembre 2015, 21:28

Je ne comprends pas. Pas le temps de chercher pour le moment, je le supprime.
En attendant de pouvoir le poster sur SWINV, voici le chapitre sur Holonet :
Chapitre 6 : Tah II

Localisation : Codia
Date : Datunda 22 Kelona 1003

Le Tueur d'Étoiles émergea de l'hyperespace et se dirigea rapidement vers le spatioport de Codia. À bord, Protane Olam donnait ses instructions.
- Il y a onze jours, les Yuuzhan Vong ont attaqué Codia. Nous devons les retrouver et les convaincre de rejoindre l'Union.
- Qu'ont-ils attaqué spécifiquement, monsieur ? demanda Startig.
- Ils ont volé huit corvettes huttes. Pourquoi ?
- Pour savoir. Comment allons-nous procéder, une fois sur Codia ?
- Nous sommes tous les deux recherchés par les Hutts. Toi pour avoir permis l'évasion de mon cousin, et moi pour avoir porté la République pendant que Ragia était sur Coruscant. Nous resterons donc à bord, ainsi que les Jedi. L'escouade du Chaos ira au sol. L'escadron Rogue patrouillera autour du vaisseau.

L'escouade du Chaos, ce groupe de soldats mythique, n'existait plus depuis l'an 960. Alors qu'ils défendaient vaillamment Arkania, les natifs se retournèrent contre eux et ils furent abattus par derrière. Néanmoins, huit jours après sa libération, Ragia Olam décida de recréer l'escouade. Pour la diriger, il choisit le caporal Gardel, qui monta en grade à l'occasion pour devenir capitaine, et le laissa composer lui-même son équipe. Gardel choisit donc pour l'accompagner son vieil ami Ragdil ainsi que six des prisonniers libérés sur Coruscant : Farbic Alfem, le Commando d'élite Aqualish ; Xarnim Kaltrir, le stratège Dévaronien ; Q'akiryu Gmath, le sniper Arcona ; Darfez Galminerh, le pilote Duro ; Vibn Faer, le soldat d'élite Cathar et Fytgurty Phfalmen, l'espion Defel.
À eux huit, ils avaient, durant la dernière semaine , repris deux planètes.

Une fois que Protane Olam eut fini de donner ses ordres, tout le monde se rendit à son poste. Deux minutes plus tard, un transport contenant l'escouade décollait, pendant que l'escadron Rogue commençait à patrouiller.

Une demi-heure plus tard, après que la petite équipe ait débarqué en rase campagne - ceci pour éviter les questions indiscrètes -, Gardel leur fit prendre la direction de la capitale.
Une fois sur place, ils se dirigèrent vers la cantina la plus proche et y pénétrèrent.

- Qu'est-ce que ça pue, par ici ! s'exclama le capitaine Gardel, dès qu'il eût pénétré dans le bâtiment.
Aussitôt, tous les regards se tournèrent vers le groupe des nouveaux arrivants.
- Qu'est-ce que je vous sert ? demanda le barman, un Balosar, d'un ton méfiant.
- Des renseignements, je vous prie.
- Ça va vous coûter cher, ça.
- J'ai de quoi payer tout de suite.
- Bien, que voulez-vous savoir ?
- Des Yuuzhan Vong sont venus ici il y a douze jours. Par où sont-ils partis ?
Le barman dévisagea l'escouade quelques secondes, avant de demander :
- Chasseurs de prime, hein ? Suivez-moi.
Le Balosar conduisit l'équipe jusqu'à une table située dans le fond de la salle. Un imposant Pantoran à la figure patibulaire les y attendait. Derrière lui se trouvait deux individus : un Noorien et un Shistavanéen.
- Bonjour, fit Gardel en s'asseyant.
Il fit signe à ses hommes de rester en arrière : les garder près de lui aurait été interprété comme un signe de faiblesse, et il pouvait gérer la situation seul.
- Alors comme ça, tu insultes ma cantina ? demanda le Pantoran, apparemment furieux.
- Eh bien... Avouez que cet endroit ne sent pas la rose, répondit Gardel, d'un ton affable. Alors vous vendez des renseignements ?
- Oui, et j'ai celui que tu recherches. Mais je ne te le donnerai pas.
- Et pourquoi ?
- Cet idiot de barman croit que vous êtes des chasseurs de primes, mais je sais reconnaître un soldat de la République quand j'en vois un. Et traiter avec les Vestiges est mal vu par les Hutts.
- Je suis démasqué ! s'exclama le capitaine, faussement terrifié. Quel dommage, moi qui pensais que nous pourrions conclure notre affaire tranquillement.
Il claqua des doigts.
- Q'akiryu ! lança-t-il au sniper. Si le Jarell près du comptoir fait encore mine de sortir son blaster, tu l'abats sur place.
- Vous en faites pas, cap'. Je l'ai à l'œil. De même que toi, ajouta-t-il à l'adresse d'un immense Gamorréen.
Les deux individus se le tinrent pour dit, et ne bougèrent plus.
- Comment osez-vous ? gronda le Shistavanéen. Vous vous trouvez en face de Frakm Hyth, le chef du gang des Pilleurs sanguinaires !
- J'ai bien peur que, s'il choisit de continuer à ne pas me répondre, monsieur Hyth ne doive cesser toute activité très prochainement.
- Cela suffit. Réglez son compte à ce rigolo, que je puisse finir mon repas, ordonna celui-ci à ses deux hommes de main, qui bondirent en direction de Gardel.
- Un loup et un chat. Franchement, les malfaiteurs ne sont plus ce qu'ils étaient.
Avant même qu'il ait fini sa phrase, il avait dégainé une paire de blasters et avait tiré deux coups de feu. Le Noorien et le Shistavanéen s'effondrèrent, le front troué. Gardel se leva brusquement et empoigna Hyth, avant de l'attirer violemment à lui. Il ne souriait plus.
- Maintenant, tu vas répondre à toutes mes questions, sale fils de murglak.
- Vous ne me tuerez pas, déclara le chef de gang d'un ton tranquille. Vous avez besoin de moi.
- Je ne te tuerais pas ? Tu en est sûr ? Pourtant, tu as commis le pire des crimes : tu me fais perdre du temps. Mon temps.
- Vous adoreriez me régler mon compte, je n'en doute pas, mais, sans moi, vous ne découvrirez jamais ce que vous voulez savoir.
- Regarde-moi dans les yeux, Hyth, et dis-moi si tu y aperçois le moindre signe indiquant que je suis incapable de te tuer.
Le criminel obtempéra. Il fallait admettre que le regard du soldat était dépourvu de la plus petite trace de pitié et de faiblesse. « Voilà à quoi ressemble quelqu'un qui vit avec la mort. », songea-t-il. Il comprit immédiatement que cet homme serait capable de l'assassiner sans le moindre scrupule. Rien ne l'en empêchait.
Rien, hormis le fait que l'individu avait besoin de lui. Vivant.
- Je suis persuadé que tu me tuerais volontiers, déclara-t-il d'un ton presque jovial. Mais tu ne le peux pas, n'est-ce pas ?
- Examinons la situation, veux-tu ? répliqua froidement Gardel. Selon toi, je ne peux pas te tuer parce qu'alors je n'aurais jamais la réponse à ma question. Dans le même temps, tu affirmes que tu refuses de me révéler quoi que ce soit...
- Ah, mais... on peut négocier, maintenant, interrompit Hyth.
- Par conséquent, reprit Gardel, si je te tue, je n'ai rien à perdre, pas vrai ? Et puis, une fois que tu seras mort, que se passera-t-il ? Je suis sûr que la majorité des clients de cet établissement font partie de ton gang. Est-tu certain qu'aucun n'a l'information que je veux ? Crois-tu que personne n'est désireux de me la révéler contre une petite récompense ? Pour conclure, je crois que j'ai très envie de me débarrasser de toi, Hyth. Tu es quelqu'un d'ennuyeux. Et, à bien y réfléchir, je suis même content que tu ne veuilles rien me confier, cela m'évitera d'avoir à épargner ta misérable vie.
- Écoute...
Hyth comprit qu'il était allé trop loin. Au même moment, il sentit l'un des blasters du soldat se poser sous son menton.
- Non ! C'est toi qui va m'écouter, rétorqua Gardel. Regarde autour de toi : qui dans cette cantina, est prêt à t'aider ? Si je décidais de te tuer, qui s'interposerait ?
- C'est bon, murmura le chef de gang, vaincu. Je vais te dire ce que tu veux.
- Non, non. C'est décidé, je vais te tuer. Comme ça, je n'aurais plus à sentir ton haleine.
- Pitié !
- Tu a demandé à tes hommes de main de me tuer. As-tu eu pitié ? Enfin... j'ai un trop grand cœur. Si tu réponds instantanément aux questions que je vais te poser, tu auras la vie sauve. Tu as compris ?
Hyth hocha la tête avec énergie.
- Bien. Comment connais-tu la destination des Vong ?
Voyant que Hyth ne pouvait pas parler à cause du blaster sous son menton, Gardel le retira et le positionna devant le nez du criminel. Celui-ci expliqua aussitôt :
- Les Yuuzhan Vong avaient besoin de quelqu'un pour désactiver le bouclier planétaire. Ils m'ont contacté pour que j'envoie des membres de mon gang le faire.
- C'est donc toi qui a permis leur attaque ?
- Oui.
- Continue.
- Après leur assaut, ils m'avaient donné rendez-vous sur la lune de Codia pour me payer. C'est là que j'ai surpris une conversation entre quelques guerriers. Ils disaient qu'ils allaient maintenant attaquer Dzragt. Je me suis renseigné, c'est un petit avant-poste de l'Imperium Ssi-ruuvi.
- Quand est-ce que tu as entendu ça ?
- Il y a onze jours. Je ne sais rien d'autre, je vous le jure.
- Je te crois, répondit Gardel en tirant dans la main de Hyth.
- Mais...
- Je t'ai laissé la vie sauve. Allez les gars, on dégage.

Dans un coin de la cantina, deux hommes observaient la scène avec attention. L’un en était à son deuxième lum, tandis que l’autre savourait son verre de brandi corellien
- Sacré Hyth, commença l’homme à la bière, toujours à se mettre dans le pétrin. On devrait lui donner des conseils pour qu’il les évite.
- Dommage, répondit l’autre, on est pas là pour ça.
- Ouais ouais, la formation attendra.
- T’arrives à entendre ce qu’ils se disent là bas ?
- À peu près. Ça parle de Yuuzhan Vong, apparemment ceux qui auraient attaqués Codia y a pas longtemps.
- Tu penses que cette soit-disant Union Galactique cherche à les rallier à sa cause ?
- Y a des chances Fil. Après tout, plus on est de fous plus on rit.
- Arrêtes avec tes expressions bidon.
Les deux hommes étaient en fait les mercenaires engagés par Droga.
- Je pense qu’on a ce qu’il nous faut, on devrait transmettre tout ça au Général.
- Bonne idée, la limace a eut un bon pressentiment pour cette planète.
Les deux hommes se levèrent, Nor paya l’addition alors que Fil remettait son manteau de cuir. Ils revêtirent leur capuches avant de sortir.

Cinq heures plus tard, le temps pour l'escouade du Chaos de quitter discrètement la planète, Ragia Olam écoutait le rapport de Gardel.
- ... et il a fini par avouer.
- C'est donc ce... Hyth... qui a permis aux Yuuzhan Vong d'attaquer Codia ?
- Oui monsieur.
- Mais qu'est-il exactement ?
- Un simple chef de gang. Monsieur, cela n'a peut-être aucun rapport avec ce qui nous préoccupe, mais, pendant que je l'interrogeais, j'ai crû... qu'on nous observait. Dans un coin de la cantina, deux individus nous jetaient fréquemment des regards.
- Eh bien ? Cela me parait normal. Après tout, vous étiez en train de ridiculiser le baron du crime local.
- Je sais monsieur. Néanmoins, leur réaction a été différente de celle des autres clients. Ils semblaient insouciants, comme si les événements ne les concernaient pas.
- Je pense que vous vous inquiétez pour rien, capitaine.
- C'est probable, monsieur, mais c'est mon travail.
- Et vous le faites très bien, capitaine.

***

Localisation : Lwhekk, palais du Shreeftut
Date : Idem

- Je crois que vous ne comprenez pas bien la situation, votre majesté.
- J'ai plutôt l'impression que vous êtes à côté de la plaque. Ce document...
- Signé par le Mogul Suprême Daqirst Desilijic Zarkix.
- Ce document, donc, vous présente comme étant le numéro deux d'un organisme non-officiel d'assassins aux ordres du Mogul.
- C'est exact. Vous pouvez m'appeler Tah II.
- Eh bien, Tah II, il se trouve que votre document vous autorise à réquisitionner mes soldats pour vous aider à attaquer les Yuuzhan Vong.
- Jusque-là, il me semble que nous sommes d'accord.
- Justement pas ! tempêta le Shreeftut. Ce sont les soldats de l'Imperium Ssi-ruuvi, et le traité signé par mon père durant la guerre...
- Oh, pitié ! s'exclama Tah II. Ne me dites pas que vous êtes assez bête pour ne pas avoir compris ce que ce traité voulait réellement dire !
- Ne m'insultez plus jamais, gronda le Ssi-Ruuk. Et, si vous êtes si intelligent, expliquez-moi donc ce qu'il signifie.
- Mais bien sûr. Ce texte signé par votre père signifie que, durant la guerre, les Hutts n'avaient pas d'énergie ni de temps à vous consacrer et ont donc décidé de s'allier à votre peuple. Seulement, la guerre est finie depuis trente ans, et l'Empire Hutt n'a plus besoin de vous. Alors soit vous exaucez le moindre de mes désirs, fût-ce vous mettre à danser tout nu et à me baiser les pieds, et vous pourrez conserver - pour le moment - un semblant d'autorité, soit vous mourrez dans la minute et votre empire brûlera avant qu'une semaine ne s'écoule.
- Mais... mais... bégaya le Shreeftut, vous avez besoin de moi ! Vous l'avez dit vous-même !
- Vraiment ? J'ai dit cela ? Moi ? En ce cas, je n'ai pas été très clair. Je voulais dire que j'atteindrai mon objectif, avec ou sans vous, mais que votre flotte est un moyen d'arriver plus vite à mes fins. Compris ?
Après un léger silence, le Shreeftut perdit son air terrifié et répondit :
- Ce que j'ai compris, c'est que vous allez vite baisser d'un ton, si vous ne voulez pas que mes gardes ne vous jettent au cachot. Vous êtes ici pour une mission totalement officieuse. Officiellement, vous ne m'avez jamais rendu visite. Si vous disparaissez, nul, hormis le Mogul, ne saura que j'ai quelque-chose à voir là-dedans. Et encore, il ne pourra même pas en être sûr. Après tout, il arrive qu'un hyperpropulseur vous lâche au plus mauvais moment. Il ne pourra pas exclure que vous ayez tragiquement disparu dans un soleil durant votre voyage. Alors taisez-vous, où vous mourrez dans d'atroces souffrances.
- Bien, déclara Tah II. Si vous pensez que vos soldats peuvent me faire du mal, allez-y, envoyez-les moi. Mais ne venez pas vous plaindre quand ils seront morts.
Le Shreeftut fit un geste, et une cinquantaine de Ssi-Ruuks rouges armés, menés par un reptilien noir, pénétrèrent dans la salle. Tah II sourit.
Le Yuuzhan Vong dégaina une vibrolame et embrocha l'homme le plus proche de lui. Il dégagea son arme et perfora le crâne d'un autre Ssi-Ruuk, avant de parer brusquement le coup qu'un troisième adversaire allait lui porter dans le dos, puis il le décapita proprement. Surpris par une telle résistance, les non-humains reculèrent.
- Tuez-le ! hurla le Shreeftut. Il est seul, et vous êtes cinquante !
Voyant les gardes hésiter, Tah II leur fonça dessus et tua encore quatre adversaires avant que sa lame ne se brisent. Se rendant compte que leur ennemi était désarmé, les Ssi-Ruuks lui sautèrent dessus. Le Yuuzhan Vong recula et esquiva les coups le temps de saisir le sabre-laser accroché à sa ceinture. Dès que la lame rouge se déploya, les gardes reculèrent à nouveau.
- Sith ! hurla l'un d'eux.
- Un Sith ? demanda rhétoriquement Tah II. Non, je ne suis pas un Sith. Je suis bien plus que cela ! s'exclama-t-il en essayant de sentir la Force.
Le rituel Asq'iu Phfkarz, plus communément nommé Déclin de la Force, avait été initié par Tah I près d'un siècle auparavant. La Force avait disparu de la Galaxie, permettant ainsi au Mogul de la conquérir sans que les Jedi ne posent un trop gros problème.
Malheureusement, pour que le Côté Obscur - et donc ses serviteurs - reste puissant, le Côté Lumineux ne pouvait être totalement annihilé, ce qui expliquait pourquoi certains Jedi ressentaient encore légèrement le champ d'énergie. Néanmoins, un Jedi n'aurait pas la moindre chance contre lui. Et ses adversaires étaient loin du niveau des Jedi.
Il ne fallut pas plus d'une seconde à Tah II pour rassembler assez de Force. Il hésita alors un petit instant. Devait-il tous les anéantir avec des éclairs, les faire sombrer dans la folie grâce à la Démence de Force ou les tuer au sabre-laser ? Une idée bien plus amusante lui traversa soudain l'esprit. Oui, ce serait parfait.
- Mon ami, baisse donc ton arme, déclara-t-il. Je suis pas ton ennemi. Tu le sais, n'est-ce pas ?
Qâzoi Kyantuska, ou Pensée dominée, était une technique du Côté Obscur s'apparentant à la Persuasion de Force, mais étant bien plus puissante. Seuls des maîtres dans l'utilisation de la Force pouvaient y résister, et, avec Asq'iu Phfkarz, Tah II ne craignait pas grand chose.
- Oui, répondirent chaque soldat, croyant que Tah II lui parlait spécifiquement.
- Tes ennemis sont tout autour de toi. Ils te veulent du mal ! Défends-toi, mon ami, avant qu'ils ne te tuent !
- Bien, ami, répondirent les Ssi-Ruuks, avant de commencer à s'entretuer.
Horrifié, le Shreeftut regardait ses hommes se massacrer entre eux. Il tenta bien de les ramener à la raison, mais il ne réussit qu'à s'en attirer l'ire. Tah II, qui l'observait, se résolut à cesser ce jeu, qu'il trouvait pourtant très amusant, pour sauver ce piètre Empereur. Après tout, il avait besoin d'une flotte.
- Suffit ! tonna-t-il, et tous se figèrent comme pétrifiés.
La Voix de commandement était une technique qu'il avait lui-même développé. Elle servait à imposer sa volonté par la peur. Une sourde terreur prenait possession de la - ou, en l'occurrence, des - victime, qui s'immobilisait immédiatement. Tah II étendit alors les bras, et déclencha une ancienne technique nommée Champ de mort. La vie des soldats Ssi-Ruuks les quitta instantanément pour venir renforcer la puissance du Yuuzhan Vong.
Alors qu'il avançait tranquillement vers le Shreeftut, celui-ci murmura :
- Vous ne travaillez pas vraiment pour le Mogul, n'est-ce pas ?
- En fait, moi et les membres de mon organisation le contrôlons dans l'ombre depuis... près de deux siècles.
- C'est impossible, s'étrangla le reptile. Nul ne peut vivre aussi longtemps.
- Mon maître le peut. Et grâce à certains rituels de sa connaissance, cela fait presque trois cents ans que je le sert fidèlement.
- Impossible, impossible, impossible, répétait le Ssi-Ruuk.
- Vraiment ? Pourtant, l'organisation à laquelle j'appartiens existe depuis deux mille ans, et ses chefs se sont succédés durant des décennies, jusqu'à ce que mon maître en prenne le contrôle, il y a cinq siècles. Depuis, il manipule discrètement la galaxie, de manière à attiser les conflits. Il y a deux cents ans, j'ai pris contact, en son nom, avec Daqirst Desilijic Zarkix et je l'ai aidé à prendre le contrôle de son Kajidic. Par la suite, et grâce à l'aide de mon organisation, il est devenu Mogul suprême. Puis nous l'avons poussé à entrer en guerre contre la galaxie toute entière, et maintenant, il la contrôle. Et nous le contrôlons.
- Si vous me racontez tout cela, c'est que vous allez me tuer, non ?
Tah allait répondre par la négative, quand il imagina soudain une solution lui permettant de régler son compte à cet être inférieur, tout en s’assurant avoir une flotte à sa disposition dans peu de temps. De toutes façons, il s’était emballé et en avait trop dit sur lui-même et son organisation. Si Tah I était au courant, nul doute qu’il le châtierait cruellement.
- Si, vous avez raison. Ce jour est votre dernier. J'en ai assez de vous entendre, déclara Tah II en enfonçant sa lame énergétique dans la poitrine du Shreeftut.
« Et maintenant, je n'ai plus qu'à attendre le retour de Tah VIII. »

Trois heures plus tard, un Ssi-Ruuk bleu pénétra dans la salle du trône. Apercevant les gardes et le Shreeftut morts, il serra les poings et de la foudre bleue en sortit.
- Qui que vous soyez, montrez-vous.
- Et alors, Tah VIII ? Est-ce ainsi que l'on accueille son ami et maître ?
- Cette voix... Tah II ? Ça alors, quelle surprise ! Ça remonte à quand, la dernière fois qu'on s'est vu ? Seize ans, c'est ça ? Depuis que tu m'as formé dans le Complexe Oméga. C'est toi qui as tué cet incapable ? demanda-t-il en montrant du doigt l'empereur ssi-ruuvi, sur un ton qu'il aurait pu utiliser pour parler de la pluie et du beau temps.
- C'est exact. Il parlait trop.
- Et les gardes ?
- Ils ont eu la très mauvaise idée de m'attaquer.
- Ces soldats faisaient partie de l'élite de l'armée ! Réalises-tu le temps qu'il faudra à Tah XXXXII pour en former de nouveau ?
- XXXXII... N'est-il pas devenu général, ou quelque-chose dans ce genre ?
- Général en chef. Tu n'étais pas loin.
- Et XXXXI ? Et toi-même ? J'espère que tu es toujours le conseiller et successeur de ce lézard visqueux ? Sinon, je l'aurais tué pour rien.
- Ne t'en fais pas. Mon père n'aurait pas renvoyé son meilleur conseiller.
- Ah oui, j'oubliais qu'il était ton père. Euh... Je crois qu'il faut s'excuser, lorsqu'on insulte la famille de quelqu'un ? Donc, bah, désolé. Je ne voulais pas le traiter de lézard visqueux.
- Pitié, Tah II ! Qu'essaies-tu de faire ? M'accuser de traîtrise ? Je suis fidèle à Tah I, et il est mon véritable père. Lui, ajouta-t-il en désignant le cadavre sur le trône, n'est que mon géniteur. Un simple mortel. Après tout, tous ceux qui, contrairement à toi et moi n'appartiennent pas aux Ther Gtyhu, aux Dix Élus, ne sont que des inférieurs. Quand à XXXXI, il est devenu mon garde du corps. Tu sais, ce garçon est très doué au sabre-laser. Il pourrait même te mettre en difficulté, je penses. Ça fait d'ailleurs des mois que je demande à Tah I de le faire monter en grade. Tu pourras lui en toucher deux mots la prochaine fois que tu le verras ?
- Bien sûr. Mais que fais-tu ici ? Lorsque je suis arrivé, on m'a dit que tu était en tournée d'inspection à l'autre bout de l'Imperium.
- C'était encore le cas il y a six heures, mais j'ai reçu un message de Tah III m'ordonnant de rentrer à Lwhekk pour te prêter main-forte et convaincre mon géniteur de t'aider. Mais on dirait que j'assisterais en fait à mon couronnement en temps que nouveau Shreeftut. Et toi ? Tu as glandé ou quoi ? Je te ferais remarquer que Dzragt n'est qu'à quelques heures d'hyperespace de Codia et qu'il t'a fallu neuf jours pour arriver ici.
- Tu m'aurais prévenu que les Vong avaient attaqué l'Imperium, je serais arrivé beaucoup plus vite. Le roi de Codia ne connaissait pas la prochaine étape des Vong, seulement la direction qu'ils avaient pris ; et j'ai dû vérifier toutes les planètes entre Codia et Dzragt. Je trouve, quant à moi, que j'ai fait plutôt vite.
- Sauf que comme j'ignorais que tu traquais les Vong, je n'ai pas songé à te mettre au courant. À vrai dire, reprit-il après une brève pause, j'ignorais même que tu avais fini de rechercher Tython. D'ailleurs, tu l'as trouvée, cette foutue planète ?
- En effet. Il m'aura fallu quinze longues années, mais j'y suis arrivé.
- Tant mieux. Cette découverte profitera à l’organisation.
- Évidemment. Bon, tu me la donnes, cette flotte ?
- Attends quelques heures, le temps d’avertir le peuple que son empereur est mort.

***

Localisation : Orbite de Dzragt
Date : Natunda 23 Kelona 1003

Le Tueur d’Étoiles sortit de l’hyperespace. Dans les hangars, Zardes Antilles, nom de code Rogue Leader, donnait ses instructions à l’escadron éponyme :
- Bon, maintenant écoutez-moi bien. Les Ssi-Ruuks ont une technologie qui nous dépasse, nommée la technition. En gros, ils se nourrissent de l’énergie de leurs prisonniers. Ne vous faites surtout pas attraper ! C’est compris ? Bien ! Tout le monde à son poste, décollage dans cinq minutes.
Aussitôt, Solal se précipita dans le Quickdeath et, au signal, décolla. Une fois dans l’espace, il se sentit immédiatement mieux, mais une boule d’angoisse se forma assez vite quand il vit les trois croiseurs lourds ssi-ruuvis qui les attendaient.

Depuis le pont du vaisseau, le Commandant Startig dirigeait la bataille. Peu de gens étaient aussi doués que lui quand il s'agissait d'envoyer ses troupes au bon endroit et au bon moment. Lors de la bataille de Dathomir, il n'avait pas pu faire montre de tous ses talents, car le déséquilibre des forces était trop grand. Aujourd'hui, cependant, la bataille ne se déroulait qu'à trois contre un, aussi était-il certain de gagner rapidement. Et la rapidité était essentielle, s'ils voulaient être partis avant l'arrivée de renforts.

Un quart d'heure plus tard, deux croiseurs, qui n'avaient pas pu résister aux assauts répétés du Tueur d'Étoiles, s'étaient abîmés sur la planète et le dernier vaisseau ssi-ruuvi envoyait une demande de reddition à Startig.
Après avoir atterri dans les hangars, Zardes réunit l'escadron pour un débriefing. Celui-ci fini, les Rogues commencèrent à se détendre.
- Qu'est-ce qu'on s'est amusé ! Ce soir, c'est la fête ! hurla Rogue 6.
- Jagged Solo ! s'exclama Rogue 2. Nous sommes en guerre ! Pas de fête ! Solal, c’est toi qui diriges le vol auquel il appartient, alors explique lui.
- Écoute Damian, Jag, répondit le Jedi, sans avoir la moindre idée de quoi ils parlaient ; il était occupé à revoir avec Han leurs meilleurs moments de la bataille.
- Solal ! l'appela Rogue 2
- Désolé, ô Grand Damian Celchu, descendant du grand Tycho Celchu et du grand Fablik Celchu et de la grande Serponi Celchu et de je ne sais plus qui d'autres...
- Solal ! se réecria Rogue 2. Han ! Ne me dis pas que tu as encore fait boire ton frère !
- Ne m'implique pas là-dedans, Dam, répliqua Han.
- C'est bon, j'arrive, intervint son petit frère. Détends-toi, Dam, on rigole.
- Justement non, et c'est ce que j'essayais de faire rentrer dans la tête de ton coéquipier.
- Tu veux apprendre de force quelque chose à un Solo ? C'est peine perdue. Ce sont les pires têtes de mule de la galaxie. Moi, j'ai abandonné depuis longtemps.
- Votre attention, s'il vous plaît ! cria Zardes Antilles pour se faire entendre dans le vacarme provoqué par son escadron. Le commandant Startig vient de me contacter. En échange de la vie sauve, le capitaine Ssi-Ruuk survivant nous a appris que les Yuuzhan Vong avaient attaqué Dzragt dès leur arrivée ici. Il nous a également communiqué la direction prise par les Vong après leur assaut. Aussi, considérez que la mission n'est pas finie : pas de fête, et surtout pas de boisson. Nous sommes un escadron d'élite, ce qui fait que nous représenterons la flotte de l'Union auprès des Vong ; j'attends donc de vous que vous soyez présentables. Retournez dans vos cabines, et en silence.
En grommelant, les membres de l'escadron sortirent de la salle de débriefing pour se diriger vers leurs quartiers.

Han était furieux. Zardes ne pouvait donc pas les laisser tranquille un moment ? L'escadron venait de frôler la mort, ils avaient bien le droit de se détendre autour d'un verre ou deux ! Il sursauta quand on toqua à la porte.
- Entrez, dit-il.
C'était Teruy. Depuis la bataille de Dathomir, elle et Han avaient entamé une relation amoureuse. L'affection que Teruy lui témoignait comblait un peu le vide laissé par la mort de son maître, le Rattataki Rhazsa Tmanzi ; il était loin de soupçonner qu'elle avait quelque chose à voir avec sa mort.
- Bonjour, Han, fit-elle en allant s'asseoir à côté de lui. Comment s'est passé la bataille ?
- Très bien. Startig est un stratège de génie, il nous a manœuvré à la perfection.
- Han, lui reprocha-t-elle, combien de fois t'ai-je dit de ne pas te diminuer ? Quels que soient les mérites de Startig, les tiens ne sont pas moins grands. C'est toi, et pas Startig, qui a abattu plus d'une vingtaine de pilotes ennemis.
- Je sais, Teruy ; c'est juste l’expression de la modestie des Jedi qu'on m'a enseigné, c'est tout. Si on passait à autre chose ? demanda-t-il en déposant un baiser sur les lèvres de la Pantorane.
- Avec joie, susurra-t-elle en se levant pour fermer la porte de la cabine.

Localisation : En orbite du Domaine Taav
Date : Atunda 24 Kelona 1003, trois heures plus tard

À bord de la passerelle du Drëihj Fhkioun, Tah II regardait avec délectation la planète s'embraser. Il sentait tous les Yuuzhan Vong, ces êtres méprisables qui l'avaient bannis, souffrir le martyr tandis que leur monde se faisait détruire.
Cinq cents ans plus tôt, alors qu'il n'était qu'un enfant, il avait été banni. Aujourd'hui il avait grandi.
Tah I n'aurait pas pu lui faire plus plaisir qu'en lui ordonnant de régler le problème des Vong. Le génocide lui semblait une bonne solution.
Tout autour de lui, les combats faisaient rage, mais peu lui importait. De toute façon, la flotte de défense du Domaine Taav ne tiendrait plus très longtemps. La victoire était à portée de main.

Brusquement, les alarmes de proximité se déclenchèrent dans un vacarme de tous les diables.
Voilà, désolé. Je verrais ce que je peux faire pour le publier sur SWINV ce week-end.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 26 septembre 2015, 21:24

Le chapitre 6 est désormais disponible sur SWINV. Bonne lecture à tous.
http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 08 octobre 2015, 19:08

Rebonjour, tout le monde ! Voici un autre hors-série (en attendant celui d'Amber, qui ne devrait plus tarder, et le chapitre 7, qui avance... doucement).

Il est disponible ici :
http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366

Bonne lecture !
J'ai aussi mis à jour le récapitulatif des personnages, si ça intéresse quelqu'un.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 749
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: A nous de créer Star Wars

Message par mat-vador » 09 octobre 2015, 18:56

le dernier hors série est très intéressant, je me demande si Solal va arpenter le même chemin que son père

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 09 octobre 2015, 19:01

Merci pour ton comm', mais tu peux avoir la réponse sur le document commun que je t'avais envoyé par mail.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 04 décembre 2015, 14:04

Salut à tous !

Voici le chapitre 7 de la fanfiction, en espérant qu'il vous plaira :
Chapitre VII : Zonama Sekot

- Que se passe-t-il, bon sang ! hurla Tah II, furieux.
- Un vaisseau vient de sortir de l'hyperespace, monsieur, répondit un technicien.
- Faîtes voir. Olam ! siffla-t-il rageusement après avoir jeté un œil à la console. Je ne l'attendais pas de sitôt. Détruisez ce vaisseau et faîtes donner toute la chasse. Exécution ! hurla-t-il en voyant que le technicien jetais des coups d'œil indécis au commandant de la flotte ssi-ruuvi.
Celui-ci regarda Tah II avec un air de chien battu et ordonna au Ssi-Ruuk de lui obéir.

Pendant ce temps, l'escadron Rogue avait décollé et se dirigeait droit vers la flotte ssi-ruuvi, qui était composée de quatre destroyers, autant de croiseurs et deux frégates.
- Escadron ! En formation Vaisseau 7 ! ordonna Rogue 1.
Aussitôt, les pilotes rassemblèrent leurs vaisseaux de manière à former un V qui se dirigea vers le croiseur le plus proche.
- Rogue Leader, la chasse ssi-ruuvi arrive, fit remarquer Rogue 6.
- OK, les gars. Bon, on a pas le temps de s'arrêter pour leur mettre la fessée, il va falloir passer en force. En avant toute, et maintenez la formation !
- Reçu, Rogue Leader, dirent en cœur les membres de l'escadron.
Et c'est dans un tourbillon de lasers que l'escadron se lança dans la bataille.

Dix minutes plus tard, sur le Tueur d'Étoiles, le Commandant Startig et ses aides tentaient de déterminer la conduite à tenir.
- Les derniers vaisseaux Vong ont bien compris que nous étions là pour les aider et ils essayent de ne pas nous gêner, commandant, lui dit un Sullustain. Le Tueur vient de détruire un croiseur ennemi, et l'escadron Rogue a détruit un destroyer...
- Bien.
- ... Mais nous rencontrons un problème.
- Expliquez-moi ça, répondit Startig d'un ton abrupt ; il n'avait pas besoin de problèmes.
- Vous voyez cette frégate ssi-ruuvi ? demanda le technicien en désignant un point d'une représentation holographique de la bataille.
- Évidemment, je ne suis pas aveugle. Qu'est-ce qui lui arrive ?
- Nous l'attaquons depuis cinq minutes, mais elle ne montre aucun signe que nos tirs l'affectent. Ses boucliers sont trop puissants pour nous.
Le Commandant réfléchit un moment à la manière de régler ce qui risquait de devenir une sérieuse complication.
- Il ne reste que trois vaisseaux à nos ennemis : cette frégate, un croiseur et un destroyer - apparemment le vaisseau de commandement. Cessez d'attaquer la frégate et concentrez les tirs sur le croiseur. Faîtes décoller deux bombardiers et ordonnez à l'escadron Rogue de les escorter jusqu'à la frégate. Quand au destroyer... envoyez l'escouade du Chaos les aborder. Exécution.
- Bien, monsieur, répondit le Sullustain. Rogue Leader, Rogue Leader, déclara-t-il dans le micro, voici vos nouveaux ordres...

- Escadron ! s'exclama Zardes Antilles après avoir écouté le message du Tueur d'Étoiles. Retour immédiat autour du vaisseau de commandement pour une mission d'escorte.
- Reçu, Rogue Leader, répondirent-ils.
Trente secondes plus tard, l'escadron rencontrait les deux bombardiers.
- Belles bêtes ! s'exclama Solal en les voyant.
Et de fait, les Brachynes étaient le dernier modèle de bombardier produit par les industries républicaines. Incroyablement maniables et rapides, ces petits vaisseaux ne pouvaient toutefois transporter qu'un explosif chacun, mais - dans le cas présent - leurs avantages compensaient largement ce défaut.
- Escadron, ordonna Zardes dans le micro, formation Escorte 3 !
Aussitôt, les douze FurtiX formèrent un globe plus ou moins régulier avec, en son centre, les bombardiers, et se dirigèrent vers leur cible.
- Boum 1, Boum 2, on arrive, prévint Solal au bout de quelques temps.
Les pilotes des bombardiers, entourés qu'ils étaient par les Rogue, étaient dans l'incapacité totale de voir où ils allaient par leurs propres yeux et devaient suivre les instructions de leurs compagnons - ainsi que celles de leurs instruments de mesure, bien sûr.
En quelques secondes, les dernières centaines de mètres séparant les quatorze vaisseaux de leur cible furent franchis et la formation changea : Zardes, Damian et Solal prirent la tête de la troupe, suivis de près par les Brachynes, eux-mêmes flanqués de Jagged, Ferzad et Deztig Vykas, connue comme Rogue 12. Les six autres chasseurs se dispersèrent aux alentours pour protéger le groupe de la chasse ennemie qui, les ayant remarqué, s'approchait dangereusement d'eux.
En à peine dix secondes, les bombardiers - ainsi que leurs protecteurs - arrivèrent au niveau du centre de commandement et lâchèrent leurs torpilles, qui pénétrèrent les boucliers de la frégate et fracassèrent la baie vitrée permettant au capitaine du vaisseau d'observer la bataille, provoquant l'aspiration de tous les Ssi-Ruuk à l'intérieur de la pièce dans l'espace.
- Youhou ! cria Solal. Prenez ça dans votre gu...
- Rogue 3, silence, coupa Zardes. Escadron, beau boulot, on retourne casser du chasseur.
- Reçu, répondirent les Rogue.
- Bien joué, Rogue Leader, déclara Startig sur son canal privé. De notre côté, nous avons bientôt fini de détruire le croiseur.
- Merci commandant. Et l'escouade du Chaos ? Vous savez où ils en sont ?
- On a plus de nouvelles depuis qu'ils ont abordé le destroyer ennemi.

Cinq minutes auparavant, Ragdil poussa un cri de joie.
- Accélère Darfez !
- Ça ne me parait pas très prudent, répondit le Duro d'un ton circonspect. C'est déjà bien assez dangereux, je trouve.
- M'en fous ! Accélère !
- Ragdil ! tonna Gardel, et celui-ci se calma instantanément. Deuxième avertissement.
- Désolé, capitaine, s'excusa le soldat d'un ton contrit. Ça ne se reproduira plus.
- Gardes ton énergie pour l'affrontement à venir. Soldats, s'exclama-t-il, vous avez tous étudié le plan du vaisseau que nous allons aborder ?
- Oui capitaine.
- Vous êtes prêts ?
- Oui capitaine.
- Parfait ! Darfez, on arrive quand ?
- À peu près... maintenant ! hurla le pilote en poussant les commandes à fond pour faire s'écraser la navette de transport dans un hangar d'où décollaient un escadron entier de chasseurs.
Secoués mais en un seul morceau, les membres de l'escouade s'extirpèrent tant bien que mal du vaisseau. Ils aperçurent alors les quelques cinquante personnes présentes dans le hangar - soldats comme techniciens - qui les regardaient avec des yeux ronds.
- Je peux faire les présentations ? demanda Ragdil d'un ton faussement innocent, tout en sortant son blaster.
- Je t'en prie, lui répondit Gardel.

Dans le centre de commandement, Tah II assistait à la lente progression de l'escouade ayant débarqué sur son vaisseau.
- Bon sang, vous ne pouvez donc pas les arrêter ? hurla-t-il. Ils ne sont que huit !
Sur le moniteur qu'il fixait, il vit l'humain qui semblait être le chef lancer une grenade. Cinq Ssi-Ruuk s'effondrèrent.
- C'est qu'ils sont très forts... tenta maladroitement de se justifier le commandant du vaisseau.
L'Arcona tira un coup avec son fusil sniper et atteignit une conduite de gaz à l'autre bout du couloir dans lequel il se trouvait, qui explosa. Trois Ssi-Ruuk tombèrent, pour ne pas se relever.
- Mauvaise excuse, siffla le Yuuzhan Vong. Vous n'avez leur envoyer les troupes d'élite.
Le Cathar laissa tomber ses blasters, apparemment déchargés, pour empoigner sa vibrolame. Son sourire carnassier n'augurait rien de bon pour les Ssi-Ruuk qui lui faisaient face.
- Bien, monseigneur, répondit servilement le reptiloïde.
Deux soldats s'effondrèrent, apparemment sans raison. Un Defel apparut soudainement à côté de leurs cadavre et alla rejoindre ses équipiers.

- Ça se gâte, on dirait, fit remarquer Xarnim en voyant s'avancer une douzaine de Ssi-Ruuk à la peau noire.
- Au fait, Farbic, c'est bien aujourd'hui ton anniversaire ? demanda Gardel.
- Ouais, c'est ça.
- Qu'est-ce que tu penses de ce cadeau ?
- Que je vais bien m'amuser.
- Eh bien... déclara Fytgurty, bon anniversaire, mon pote !
Brusquement, il se jeta sur le Ssi-Ruuk le plus proche de lui et lui mit un direct du droit dans la tête. Alors que son adversaire s'effondrait, il s'écarta et Q'akiryu tira un coup qui traversa l'œil de la victime, puis transperça le soldat se trouvant derrière.
Gardel et Ragdil agissaient en symbiose. Ils se trouvaient dos à dos et aucun ennemi ne pouvait les approcher sans le payer de sa vie. Soudain, ce dernier s'élança : Q'akiryu était coincé entre un mur et deux soldats armés de vibrolames. Et comme tous les snipers, il n'était pas très bon au corps à corps.
En un instant, Ragdil fut sur eux. Il tira une décharge à la base du cou de l'un de ses adversaires, qui s'effondra. Le républicain se prépara ensuite à abattre l'autre Ssi-Ruuk, mais celui-ci avait anticipé la manœuvre. Quand Ragdil lui fit face, le reptile noir lui tordit le poignet, le forçant à lâcher son arme. Sans se démonter, Ragdil lui lança un coup de pied dans le ventre, ce qui fit reculer le Ssi-Ruuk. Q'akiryu, qui avait récupéré, l'abattit alors par derrière.
Entre temps, le reste de l'escouade avait fini de s'occuper des reptiloïdes. Ils se rassemblèrent et reprirent leur progression.

- Stang, jura Tah II.

Dix minutes plus tard, l'escouade du Chaos avait fini de s'occuper des Ssi-Ruuk et se préparait à prendre d'assaut le pont de commandement.
- Tu es sûr de ton coup ? demanda Gardel à Xarnim.
- Certain. C'est derrière cette porte que le capitaine de ce vaisseau se cache.
- Alors entrons lui dire bonjour. Ragdil, ouvre-moi cette porte !
- C'est comme si c'était fait. Attention...
Deux secondes plus tard, une explosion retentit et l'escouade se précipita sur le pont, près à livrer un combat difficile et potentiellement mortel.

Sur le Tueur d'Étoiles, le technicien Sullustain s'adressa à Startig :
- Commandant, vous avez un appel du capitaine Gardel.
- Passez-le moi.
- Il dit qu'il ne veut parler qu'à vous.
- Alors basculez-le sur mon oreillette.
- Tout de suite, monsieur.
Le technicien obéit et le Barabel entendit Gardel dans son oreille.
-J'écoute, capitaine.
- ...
- Parlez moins vite, je ne comprends pas.
- ...
- Tous ? Sans exception ?
- ...
- Très bien. Faites exploser le vaisseau et revenez sur le Tueur d'Étoiles avec ce type, je veux lui parler. Startig, terminé.
Le commandant s'enferma alors dans un silence songeur, que le technicien brisa en lui demandant :
- Monsieur ? Que s'est-il passé ?
- Hein ? marmonna Startig, surpris. Ah, c'est vous. Ce qu'il s'est passé ? En pénétrant dans le centre de commandement, Gardel et son équipe s'attendaient à devoir se battre. Au lieu de cela, ils sont tombés sur un Yuuzhan Vong qui avait apparemment massacré tout le monde.
- Mais... Comment est-ce possible ? Et qui est cet individu ?
- C'est ce que j'espère découvrir en discutant avec lui, répondit-il. Où en est l'escadron Rogue ?
- Ils sont occupés à décimer les chasseurs ennemis.
- Et ?
- Ils ont bientôt fini.

À bord de son Quickdeath, Solal abattait tous ses ennemis, sans leur laisser le temps de riposter. Depuis la mission sur Coruscant et sa découverte du Côté Obscur, l'adolescent refusait de penser à la Force en dehors des moments qu'il passait avec son maître. Il cachait ses pensées à tous, même à son frère aîné. Han, qui avait trouvé le bonheur dans les bras de Teruy Chuchi, ne s'occupait de toute façon plus trop de son cadet.
L'amour avait éloigné son frère de lui et avait augmenté sa solitude, mais Solal, malgré l'envie qui le tenaillait, n'arrivait pas à se fermer à ce sentiment. Inconsciemment, il en était soulagé, car cela signifiait que le Côté Obscur ne l'avait encore corrompu. Et il se battrait pour éviter cette corruption et garder cette capacité d'aimer propre à la lumière.
Habité par cette conviction, il abattit deux chasseurs qui se rapprochaient de Rogue 6 et se mit à chercher d'autres adversaires, avant de s'aperçevoir qu'il n'y en avait plus : la bataille était finie.

***

Localisation : Une base hutte sur une planète perdue
Date : Idem

Tah XII, ou plutôt Sol Deti comme il se faisait désormais appeler, progressait lentement dans les couloirs de la base Hutt, son arme dressée, il observait chaque coins et recoins, tout ses sens aux aguets. Il était seul ; plus tôt il avait, anonymement, prévenu son “ami” chez les Hutts de l’arrivée d’un commando de saboteur Corelliens envoyés par son nouveau supérieur, l’Amiral Lance, il ne voulait surtout pas que ces idiots lui traînent dans les pattes. La mission : poser des explosifs aux endroits stratégique et insérer un logiciel espion dans l’ordinateur central afin de désactiver les défenses lors de l’assaut mené par la flotte Mandalorienne pour libérer la planète.
Sol se stoppa, deux patrouilleurs venaient d’apparaître dans l’angle. Ils ne l’avaient pas remarqué. L’un était humain, un mercenaire ou un sympathisant, qui sait ? L’autre, par contre, était un droïde de combat léger. Il avait plus de chance de se faire repérer par la machine que par l’être vivant. Il se mit à couvert près d’une porte.
- Eh ! D’après toi comment le capitaine a su pour l’escouade de saboteurs ?
Le robot marqua un temps.
- Zéro solution trouvée, je ne suis pas programmé pour cela, veuillez vous concentrer sur la patrouille.
- Pff, super pourquoi je me coltine toujours les boîtes de conserves, y en a ma….
Le soldat fut interrompu par les bruits métallique du droïde en train de s'écrouler.
- Hein ? fit le mercenaire surpris. Merde !
Ce fut son dernier mot, Tah XII venait de l’abattre, une balle dans la tête. Sol avait opté pour une arme primitive équipée d’un silencieux et de munitions perforantes, c’était toujours plus discret que de courir partout en tirant avec un blaster conventionnel. Il continua d’avancer, se dirigeant vers les baraquements pour poser les derniers explosifs ; il avait déjà nettoyé la salle de contrôle de ses occupants incapables et avait téléchargé le programme, juste après que ses “compagnons” se soient fait éliminés. Tout les autres explosifs avaient été posés. Il regarda le décompte affiché sur son poignet droit, il ne lui restait plus qu’une heure avant l’assaut, c’était plus qu’il ne lui fallait. Si tout se passait bien, il serait rapidement remarqué par son supérieur et se rapprocherait donc de sa cible.
Il s'arrêta soudain, deux secondes plus tard il secouait la tête et reprenait son chemin, voila pourquoi il préférait travailler “seul”, il était très bien comme cela, accompagné, ses équipiers ne lui feraient jamais confiance.

Dix minutes plus tard, il avait atteint les baraquements. Tout en éliminant les différentes patrouilles, il avait posé les charges dont il n’avait pas besoin à des endroits inutiles, il ne savait pas pourquoi l’Autre faisait cela, mais ce n’était pas la première fois et il le laissait faire, après tout malgré les agissements de celui-ci, Tah XII accomplissait toujours ses missions avec succès. Tout était calme dans les quartiers, les mercenaires et autres sympathisants dormaient sans se douter qu’il restait un saboteur. Sol posa deux charges de façon à faire le plus de victimes, puis se dirigea dans la deuxième partie des baraquements, le service robotique. Une caméra se situait juste au dessus de l’entrée, mais le saboteur ne s’inquiétait pas : plus personne ne surveillait les caméra, il s’en était chargé. Il posa le dernier explosif au niveau du générateur, puis repartit par le même chemin qu’à l’aller, en direction du hangar.
Il y eut peu de résistance, voire aucune. Il fut facile à Tah XII de rentrer dans le hangar, les techniciens vaquaient à leurs occupations. Le saboteur se dirigea vers le vaisseaux le moins entouré, un petit chasseur Hutt en parfait état, juste ce qu’il lui fallait. Il tira deux fois, deux balles pour chaque techniciens. Sol se faufila discrètement dans le cockpit après avoir caché les corps, il lui suffisait maintenant d’attendre le bon moment avant de décoller et d’enclencher les explosifs. Pensant ne pas pouvoir être surpris par qui que ce soit, il entra en méditation, le seul moyen pour lui de passer le temps.

Méditer lui permettait surtout de maintenir un lien avec les autres membres l’organisation, par un procédé dont seuls les trois membres les plus éminents connaissaient le fonctionnement. Mas surtout, la méditation permettait à Tah XII de se projeter dans son esprit, lui permettant ainsi de “converser” avec l’Autre.
- Encore un de tes cadeaux surprises?
Aucune réponse, il était entouré d’un espace infiniment sombre, et le silence était maître de ce “lieu”, jusqu’à ce qu’une silhouette se fasse deviner.
- Appelles ça comme tu veux, résonna une voix, je ne saurais jamais de quoi tu parles si tu ne me le dis pas directement.
- Tu sais très bien de quoi je parle.
La silhouette se fit plus distincte, et l’homme qui approchait était identique à Tah XII.
- Bien sûr que je le sais, après tout je suis toi...
- Malheureusement… Cesse de nous détourner du sujet de conversation.
Le silence s’imposa quelques instants, les deux “esprits” se regardaient.
- Tu verras quand le moment sera venu.
L’Autre avait un large sourire, comme à chaque fois que Tah XII discutait avec lui de ses actes.
- Encore une mission bien menée du coup, repris l’Autre, mains dans les poches, ce n’est pas étonnant après tout.
- Elle serait finie depuis bien longtemps si tu ne t’étais pas manifester autant, lui répondit Sol. On aur… j’aurais pus nettoyer cette bas tout seul.
Son “jumeau” partit en riant.
- Si tu le dis, on se revoit plus tard Monsieur JeMeCroisPlusFortQueMoiMême.
Il disparut dans l’ombre, Tah XII s’assit en tailleur, ferma les yeux et travailla son lien avec la Force, cette mission d’infiltration que lui avait donnée Tah I lui demandait de ne pas faire usage des ses pouvoirs, cela lui était toujours difficile, mais la méditation lui permettait de garder un certain niveau de connexion avec la Force. Mais surtout il attendait encore l’ordre de passer à l’action.

Sol sortit de méditation, la flotte Mandalo-correlienne n’allait pas tarder, il était temps de partir. Dans le hangar les quelques techniciens furent surpris par l’allumage des réacteurs du chasseur, mais surtout par son départ. Le chasseur se dirigea rapidement vers l’espace, le saboteur alluma son transpondeur afin d’éviter les tirs alliés. Quelques secondes après, la flotte de l’Amiral Lance sortit brusquement de l’hyperespace, et au même moment, Tah XII enclencha les explosifs. L’explosion fut si puissante que l’on pouvait la voir depuis l’espace.
« Voila la surprise de l’Autre », se dit Tah XII. « Placer les charges au niveau des points les plus inutiles, mais les plus explosifs : tout son style. »
La force armée engagea le combat, de son côté le combat était fini pour Sol, il rentra dans le hangar du vaisseau amiral, comme le lui demandait l’officier des comms. Lendrick Lance l’y attendait, mains dans le dos, posture droite et militaire comme à son habitude, Tah XII l’avait remarqué l’Amiral était fier de servir auprès des Mandaloriens, et Sol le comprenait, surtout au vue des ses faits d’armes, et des ses… relations. En voyant le regard de son supérieur il connaissait déjà toutes les questions, les remarques et compliments qu’il allait lui dire. Après être descendu du chasseur il se mit au garde à vous, mais Lendrick lui présenta sa main, le saboteur la serra avec un sourire.
- Les autres ne s’en sont pas sortis, engagea Sol, ils savaient qu’on venait, mais apparemment ils manquaient d’infos.
- C’était de bons soldats, mais la mission est un succès, venez nous devons discuter.

***

Rogue Leader ramena l'escadron à bord du Tueur d'Étoiles, en même temps qu'une navette Yuuzhan Vong et la canonnière de l'escouade du Chaos atterrissaient dans un autre hangar. Voyant cela, Zardes ordonna à l'escadron de se rendre en salle de débriefing et, accompagné de ses deux lieutenants Damian et Solal, se dirigea vers le pont.
Quand il poussa la porte, ils virent le chef d'État Olam discuter avec un Vong de haute stature à l'air fier - voire arrogant -, tandis que le capitaine Gardel et ses hommes encadraient un autre extragalactique et que Teruy Chuchi faisait les cent pas.
Dès qu'elle aperçut Solal, elle se précipita sur lui en demandant abruptement :
- Où est ton frère ?
- Euh... Dans la salle de débriefing. Teruy, qu'est-ce que...
- Est-il blessé ?
- Non, pas que je sache. Mais...
- Merci, Sol !
Et elle sortit. Peut-être n'était-ce qu'une impression, mais le cadet des Skywalker crut la voir jeter un coup d'œil à celui qui était entouré par l'escouade du Chaos.
« Probablement une erreur. Reprends-toi un peu ! » se morigéna-t-il en se tournant vers la délégation Vong qui était en pleine conversation avec Ragia Olam.
- Je vous remercie pour l'aide que vous nous avez apporté durant la bataille - nous n'aurions pas pu gagner sans vous -, exprima le commandant extragalactique, mais je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi l'un des miens est-il votre prisonnier.
- Il se trouve que mon unité l'a trouvé dans la salle de commande du vaisseau-amiral ennemi, avec tous les techniciens morts à ses pieds. J'ai donc pris la liberté de le faire venir ici. Et, Gardel, je vous ai demandé de veiller sur notre invité, pas de le surveiller comme cela. Laissez-le un peu respirer.
- À vos ordres, chef d'État, répondit le capitaine en s'éloignant du Yuuzhan Vong.
- Sur le destroyer ? dit le commandant Vong. Et qu'y faisiez-vous ? demanda-t-il.
- J'avais été capturé, monsieur, répondit le prisonnier en parlant pour la première fois.
- Comment vous appelez-vous ?
- Brytjer Garkin, monsieur.
- Dans quelles circonstances avez-vous été capturé ?
- C'est difficile à avouer à un représentant de l'armée, monsieur.
- Je n'ai que très peu de patience.
- Eh bien... Je suis un contrebandier. Les Ssi-Ruuk m'ont capturé en orbite et ils étaient occupés à m'interroger quand j'ai pu me libérer et profiter de leur surprise pour les tuer.
- Dans ce cas, je pense que je peux passer outre votre délit de contrebande, répondit le commandant Yuuzhan Vong avec un (léger) sourire. Maintenant, chef d'État Olam, j'ai un message du Seigneur Suprême Jkieezh Lah. Il veut vous rencontrer.
- Savez-vous s'il est réceptif à l'idée d'une alliance ?
- Je l'ignore. En tout cas, je vous soutiendrais.
- J'en suis heureux, commandant. Et quel est votre nom ?
- Kurto'g Choka. Voici les coordonnées de Zonama Sekot, ajouta-t-il en tendant un datapad à Olam. Rendez-y-vous au plus vite, la flotte de défense de la planète vous prendra en charge.
- Très bien, nous y allons.
- J'emmène le contrebandier avec moi.
- Évidemment.

Cinq minutes plus tard, les Vong avaient quitté le destroyer, qui mit le cap sur Zonama Sekot. Ils y furent une heure plus tard.
Quand le Tueur d'Étoiles émergea de l'hyperespace, ses passagers ne purent retenir une exclamation. L'astre qu'ils voyaient était splendide : des forêts gigantesques, parcourues de grands fleuves, s'étendaient partout où portait le regards et d'immenses montagnes aux sommets couverts de neige perçaient la couche nuageuse alors que de profondes crevasses sillonnaient la surface. Vraiment, jamais les occupants du destroyer n'avaient vu planète plus merveilleuse.
Soudain, deux croiseurs Yuuzhan Vong s'approchèrent du Tueur d'Étoiles, et un technicien s'exclama :
- Nous recevons une transmission, chef d'État.
- Passez-la moi, répondit l'intéressé en s'arrachant à regret à la contemplation de la planète.
Un holo apparut sur l'une des consoles.
- Chef d'État Olam ? Je suis Jkieezh Lah, Seigneur Suprême de Zonama Sekot. J'avais hâte de vous rencontrer. Mes vaisseaux vont vous escorter au sol. Nous avons beaucoup de choses à nous dire.
- Je le pense aussi, répondit l'humain.
Vous pouvez aussi le télécharger ici : http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366

Bonne lecture !
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 749
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: A nous de créer Star Wars

Message par mat-vador » 04 décembre 2015, 22:37

salut, je voulais savoir si pour la relation entre Solal et Han Skywalker, tu t'étais inspiré de la relation Jaina-Jacen Solo: une fratie d'abord soudée qui se divise avant de se déchirer tragiquement.

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 05 décembre 2015, 00:34

Euh... non. Je n'y avais même pas pensé, en fait, mais maintenant que tu le dis, c'est vrai qu'il y a des similitudes.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 10 décembre 2015, 20:12

Bonsoir tout le monde ! Voici le troisième hors-série de la fic : Raid sur Groth.
Vous pouvez le télécharger sur SWINV : http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366

ou le lire directement sur le site :
Hors-série 3 : Raid sur Groth : l'espoir renaît !

Localisation: Régions Inconnues, Defend
Date : 16 Telona 973

J-40

Dans sa salle d'état-major, l'empereur sans couronne Fel XII, entouré du dernier carré de fidèles écoutait les (mauvaises) nouvelles d'un air morose
- Nos agents l'ont confirmé, Majesté : la rencontre aura lieu sur Groth, en plein cœur des bootana Hutta, dans quarante jours.
- Je vous remercie, Varlin, de m'offrir cette marque de respect, mais ce titre n'est plus d'actualité. Général Fel devrait suffire.
- Comme vous voudrez, Majesté.
Maître Sebastin, le mentor du général cacha son approbation sous son habituel masque d'impassibilité, mais son regard croisa celui de Varlin et le message passa entre eux. Selon lui, le chevalier qu'il avait formé et aimait comme un fils méritait le titre. Mais l'empereur pensait qu'il devait le regagner par ses actes.
Dalagan Fel retint un sourire amer: sa survie politique et militaire ne tenait qu'à la fidélité de ces êtres rassemblés autour de lui. Certains moffs ne voyaient en lui qu'une commode figure de proue, un symbole à offrir en pâture à des militaires et fonctionnaires démoralisés. Mais ceux qui l'entouraient connaissaient son potentiel et misaient sur ses talents
Dajan Varlin, le chef des services de renseignement Impériaux depuis plus de deux décennies, n'en faisait qu'à sa tête, mais sa dévotion envers la dynastie était absolue. Il avait rassemblé les agents rescapés du désastre et c'était tout naturellement qu'il avait mis son réseau personnel d'alliés et de correspondants au service du tout jeune chevalier impérial.
- Donc les Hutts ont « invité » les factions encore « libres » à envoyer des délégués sur l'un de leurs mondes les plus prisés ? Celui où ils se rendent pour s'amuser ? Qui a répondu à cette aimable convocation ?
- Convocation est le mot! Elle n'avait rien d'aimable ni de diplomatique et la plupart ont préféré obtempérer : l'empire tétien, les Mandaloriens, l'Essaim, l'Union Corpo… Même le Collectif d'Émancipation des Intelligences Mécaniques a répondu ! Les Chiss ont décliné, mais ont accepté d'envoyer un observateur. Les vestiges de la République ont refusé, comme nous pouvions nous y attendre.
- Ils n’ont même pas daigné nous convoquer, fit maître Sebastin.
- Ils connaissaient déjà notre réponse ! fit le monarque un peu déçu d’être ainsi dédaigné.
- Si cela peut vous consoler, ils ont aussi méprisé les Jedi, l’informa Varlin.
Je pensais que les Mandaloriens pouvaient tenir tête aux Hutt, regretta le général.
- Depuis la mort de Mand’alor le Libérateur, les Mandaloriens ont perdu un peu de leur combativité.
Varlin semblait amer. Cette fois, le général Fel se permit un petit sourire
- Vous n'avez jamais réussi à infiltrer un agent chez eux, n'est-ce pas ? Peu importe : cette rencontre est une très mauvaise nouvelle : si ces organisations se rallient, c'en est fini de nous.
- Si elles se rallient, c'est qu'elles n'ont plus foi en nous ni en la République. Ce qu’il en reste ! intervint l'Amiral Demknot, silencieux jusque-là.
Le duro précisa sa pensée :
- Et elles n'ont pas tort, général : nous reculons sur tous les fronts, les escadres des hutts semblent invincibles, nos troupes sont démoralisées…
Le franc-parler de Demknot et ses origines l'avaient souvent desservi auprès de la hiérarchie militaire, mais ce tacticien hors pair avait prouvé sa valeur dans maints combats. Il avait réussi à transformer le désastre de Munnliist en retraite ordonnée et c'est à lui - et non aux moffs du conseil - que les équipages rescapés avaient prêté allégeance. Empereur ou non, c'est à ce chevalier qu'allait sa loyauté.
Après l'annexion de Duro, refusant la défaite il avait quitté la République et choisi d'accepter l'offre de Fel XI : continuer le combat au sein de la flotte impériale. Mal vu par ses pairs, il avait la totale confiance et l'amitié du défunt monarque qui n'avait pas hésité à lui confier l'éducation militaire du plus jeune et plus prometteur de ses fils, Dalagan.
Celui-ci prouva qu'il savait réfléchir :
- Si nous ne pouvons pas les battre sur notre terrain, nous pouvons les défier sur le leur. Nous savons où et quand... fit le monarque pensif. Dites-moi, Dajan: Groth a-t-elle de bonnes défenses ?
- Elle n'en a quasiment pas, ce serait inutile : toutes les routes y menant sont verrouillées. Si les Hutts protègent bien leurs trésors, Groth n'appartient à aucun clan : ils n'ont pas jugé bon de la fortifier.
- Mais nous avons les moyens de nous déplacer en déjouant toute surveillance, n'est-ce pas ? J'ai une idée…
Tous écoutèrent attentivement.
- Vous voulez détruire quelques bâtiments symboliques, majesté?Je crois que je peux trouver une meilleure cible, suggéra Varlin.
Il s'expliqua, prouvant une nouvelle fois l'efficacité de son réseau parallèle.
Demknot écouta puis commenta sans détour :
- Sacrément risqué, mais un succès vous vaudra le ralliement de toutes les escadres et vaisseaux « égarés » : la piraterie et les larcins ne sauraient les satisfaire longtemps. Tout ce dont ils ont besoin, c'est d'espoir. Et d'un chef capable de les inspirer. Serez vous ce chef, général ?
- Organisons ce raid et nous aurons bientôt la réponse. Mettons-nous au travail, Amiral !
- À vos ordres, majesté !

Localisation : Chantier mobile 125, localisation secrète
Date : 11 Nelona 973 (trente jours plus tard)

J-10

Le Camaas, destroyer de classe Antares Draco, sortait de la cale sèche où il avait été réparé en un temps record après avoir été gravement endommagé en défendant Munnliist. La mission confiée par le haut état-major avait surpris, puis ravi son Capitaine, avide de revanche. Il avait fallu deux jours pour se traîner jusqu’au chantier mobile 125, Les équipes du chantier n'avaient donc eu que 28 jours et ils avaient également installé les équipements spéciaux indispensables à la mission. Un véritable exploit !

De loin, le Camaas (baptisé en souvenir de la glorieuse victoire de 130 qui avait vu la déroute de l'Alliance galactique) pouvait passer pour un des fameux destroyers Pellaeon. À un détail près : il était beaucoup plus petit. La faute à des ressources financières déclinantes. Ses concepteurs avaient tout de même réussi la gageure de lui donner la moitié de la puissance de feu de son ancêtre dans un volume réduit au douzième. Rapide, endurant, manoeuvrable et très discret si nécessaire, il était l'outil idéal pour la mission, plus apte à se glisser entre les lignes ennemies qu’un lent et lourd transport de chasse. À un détail près : ses hangars ne pouvaient accueillir que très peu de chasseurs, par ailleurs dépourvus d'hyper-propulsion. Un handicap pour un raid reposant sur des bombardiers. La solution apparaissait sous sa partie ventrale : seize docks pour autant de bombardiers Hammerfall. Des docks, tous différents, construits en un temps record et placés au millimètre près sous la coque. Les Hammerfall, bombardiers tactiques à grand rayon d'action, étaient conçus à l'origine pour opérer à partir de bases planétaires ou de grandes stations. L'empire en avait acheté 20 à titre expérimental, mais avait perdu les bases d'où ils auraient pu attaquer l'espace Hutt : la commande de 2000 exemplaires avait capoté. Utiliser un destroyer de classe Draco pour leur lancement ? Impossible, auraient dit les experts. Il ne restait plus qu'à espérer que les Hutt fassent confiance aux experts.
- Tous les systèmes sont opérationnels, Maître Sebastin. Nous sommes prêts à sauter dans l'hyperespace.
Le chevalier impérial aux cheveux grisonnant acquiesça et répondit :
- Allons-y, dans ce cas, colonel Piett ! La passerelle est à vous !
- Avec joie ! Navigation, salle des machines, à mon signal : en avant toute !
Les étoiles s'étirèrent et laissèrent la place à l'hyperespace. Le Camaas n'était pas facile à repérer avec son bouclier de camouflage dernier cri mais pour cette mission, il avait un autre atout : la navigation était assurée par deux chevaliers impériaux. Déclin de la Force oblige, très peu de sensitifs maîtrisaient la Navigation de Force, mais dans ce domaine l'empire était plutôt chanceux : les flottes des Hutts ou du Soleil Noir pouvaient toujours patrouiller sur les voies connues, ils allaient voyager loin des sentiers battus.


Localisation : Groth, bootana Hutta, Stade de huttball, Tribune des délégués
Date : 20 Nelona 973 (neuf jours plus tard)

J-1

Dans l'arène, en bas, les deux équipes luttaient pour la possession de la balle. Les Hutt avaient organisé un match Empire/ Alliance avec des prisonniers de guerre qui faisaient preuve d'un fair-play étonnant : il n'y avait eu que deux morts violentes en un quart d'heure. Depuis qu'ils avaient conquis la galaxie, les Hutt avaient rajouté quelques raffinements sanglants à un jeu déjà violent.
Dans la “loge” des « invités », le spectacle n'avait guère de succès :
- Cela fait trois jours qu'ils nous promènent d'un spectacle violent à un autre encore plus sanglant, pesta le (trop ?) jeune Prince Iskander, chef officiel de la délégation Tétienne. Et regardez où ils nous ont placés ! Il y a pourtant une dizaine de loges vides !
La quinzaine de délégués qui avaient choisi d'accepter l'invitation occupait une portion de tribune tout en haut du stade, habituellement réservée aux basses castes : en guise de siège, de simples banquettes de plast posées à même les gradins. Un problème technique, avait prétendu le Twi’lek qui coachait les délégations avec ce qui ressemblait à un sourire narquois. Seule concession à leur statut, leur « escorte », des Weequay de la garde personnelle du Mogul, avait viré manu militari les quelques occupants et dégagé une bonne centaine de sièges. Le prince reprit :
- Daqirst est arrivé bien avant nous et toutes les délégations sont là : pourquoi nous faire attendre ?
- Pour nous promener, pour nous humilier, pour nous montrer qui commande, pour tester notre patience, rétorqua la Mandalorienne d'un ton neutre.
Elle s'était présentée sous le nom d'Edda Synia et n'avait jamais ôté son casque en public. Elle semblait avoir beaucoup d'influence dans le groupe de guerriers en Beskar'gan.
- Elle veut dire qu'il n'est pas recommandé à ce stade de montrer votre irritation, Prince, recommanda d'une voix apaisante Karel Doormin, un humain âgé au visage couvert de rides et aux courts cheveux blancs. Ce serait interprété comme un signe de faiblesse, termina-t-il.
Le numéro deux de la délégation de l'U.C était un diplomate accompli.
- Prenez exemple sur notre ami Chiss, suggéra son collègue Demer Hosan, l'Etti qui menait la délégation.
L’interpellé, un des rares à suivre le spectacle, tourna la tête et déclara :
- Je suis ici pour observer : j'observe. Vous devriez en faire autant.
- Et vous écoutez, aussi !
- il y a beaucoup de gens qui vous écoutent.
- Les données sont insuffisantes ; il est nécessaire d'obtenir plus d'information, renchérit Z3-èt62 (appelez-le Zed). Le droïde cylindrique représentant du C.E.I.M ressemblait à un astromech taille XXL
Trois siècles plus tôt, un virus informatique s'était propagé parmi les droïdes de la galaxie. Les machines contaminées refusaient d'obéir aux ordres de leurs maîtres. Certains avaient organisé des grèves massives, mais n'avaient fait preuve d'aucune violence. Dans la majorité des cas, un programme anti-viral suivi d'une reprogrammation avait réglé le problème, mais des millions de droïdes avaient fui à bord de vaisseaux volés ou contrôlés par des cerveaux droïdes. Ces droïdes avaient fondé le Collectif d'émancipation des Intelligences Mécaniques, devenu avec le temps une vraie force politique et financière, reconnue par les Puissances galactiques
Le Killik et le Verpine représentant l'Essaim ne manifestaient aucun intérêt visible pour la conversation.
Il y eut une immense clameur dans le stade : l'arbitre venait de faire exploser la balle ! Pas si grave, les nouvelles règles permettaient d'avoir beaucoup de remplaçants. Pendant qu'on évacuait les débris, la foule se précipita vers les distributeurs de boisson et les machines à parier.
- Ah, tout de même, il se décide enfin à faire le ménage ! Mais qui c'est qui a recruté des mollassons pareil ? C'est indigne d'un stade aussi prestigieux ! Allez les Bleus ! Secouez-vous ! Écrasez-les, ces minus d'impériaux !
Le jeune humain aux longs cheveux noirs, négligemment présenté comme le numéro 9 de la délégation corpo (qui comptait 17 membres) s'était passionné pour tous les spectacles auxquels les délégués avaient été « invités ». Ce qui eut pour effet d'irriter encore plus le prince :
- Vous pourriez nous faire part de votre opinion, au lieu de vous amuser !
L'autre ne détourna même pas la tête pour répondre :
- Mon opinion ? Pas sur le match, je suppose ? Edda a donné l'une des raisons : ils testent ta patience, Iskander ! Et tu vas finir par faire ce que leurs complices et collabos Tétiens attendent de toi : te faire tuer. Allez, sois sage et assieds-toi !
Si la mandalorienne ne sembla pas s'offusquer d'être appelée par son prénom, le jeune Iskander pâlit sous l'affront et porta la main là où aurait dû être...
- T'as plus ton arme, comme nous tous : assis, j'ai dit !
Sans même regarder son interlocuteur, l'autre avait changé de ton : sa voix était tranchante comme une vibro-lame et glaciale comme une tempête sur Hoth. La voix d'un humain accoutumé à être obéi.
Synia d'un côté, Doormin de l'autre saisirent un bras du prince et le conduisirent à son « fauteuil ».
- J'ai donné l'une des raisons… Allez-vous nous révéler l'autre ? souffla la guerrière.
- La deuxième partie du match s'annonce passionnante, claironna le fan de huttball, avant de poursuivre dans un murmure :
- Mais le jeu le plus passionnant se joue dans la loge du conseil, autour du Mogul. Il y a de quoi l'occuper à plein temps.
Tous fixèrent la vaste tribune où trônaient les dignitaires hutts : il n'était pas difficile de deviner qu'il y avait parmi eux des clans, des coteries, des inimitiés !
- La garde rapprochée du Mogul est très vigilante, fit remarquer le Chiss.
- Les loges qu'ils nous ont refusées sont occupées par ses agents. Une mesure de sécurité : ils ont probablement pensé que c'était la planque idéale pour un sniper, supposa le jeune corpo.
- Il a des ennemis au conseil, révéla le Verpine, muet jusque-là. Des ennemis mortels.

Comment le savait-il ? Que savait l'Essaim ? Mystère ! Les hutts avaient pris Roche, défendue par des milliers de droïdes de combat mais avaient trouvé les ruches vides : les Verpines s'étaient échappés. Comme nombre de peuples insectoïdes.
Certains doutaient que les hutts soient aussi unis qu'ils le prétendaient ; ils avaient peut-être bien raison. Un complot ? Une cabale? Contre le Mogul lui-même ?
- Mmmmm… C'est bizarre, on dirait que Daquirst parle à quelqu'un…
- Oui, mais quelqu'un d'invisible ? Un Defel ? supposa le Corpo aux cheveux noirs. Un garde du corps, peut-être ?
Un quart d’heure plus tard, la Mando’ad fit remarquer:
- Tiens, Daquirst n’est pas le seul à entendre des voix… ni à parler tout seul !
- Qui ? Ah, Galba Anjiliac Chora ! Je ne suis pas certain que ce soit pour les mêmes raisons, fit Doormin. C’est le doyen du conseil : il est très âgé, même pour un Hutt, certains le disent sénile. Il dort beaucoup!
- Mouais… prononcez certains mots ou expressions et vous constaterez que sa cervelle fonctionne toujours, fit le N°9 Corpo.
Comme d’autres délégués approuvaient, Iskander demanda:
- Ah bon, quels mots?
- Peggat, truggut, cristal Nova, aurodium… ce genre. Ah, et aussi: danseuse Twi’lek, il les collectionne !
L'empire perdit 17 de ses membres contre cinq pour l'Alliance, mais gagna la partie : le but était toujours de placer la balle au bon endroit. Mais dans la loge, personne n'avait quitté des yeux celle du conseil. Sauf un !
- Malgré les pertes et les revers, les impériaux ne lâchent jamais leur objectif, commenta le jeune corpo, satisfait.

Localisation : À l'est de Kessel, à bord du Camaas
Date : Idem

H-30

Le lieutenant Kelos attendit à trois pas la permission de son commandant pour annoncer :
- Monsieur, la navette d'assaut vient d'envoyer son rapport : le Cargo Volnyr XXIII, de la compagnie Indrexu est détruit, aucun survivant à bord.
Devant l'attitude impassible du Colonel Piett et de maître Sebastin, il crut bon de rappeler :
- Selon nos services de renseignements, la compagnie Indrexu appartient au Soleil Noir, Monsieur.
- Nous le savions, lieutenant, fit remarquer ironiquement le chevalier impérial. La question est : a-t-il pu envoyer un message d'alerte avant que nos chasseurs ne le détruisent ?
- D'après les données collectées, c'est… possible, Maître. Mais entre nos brouilleurs et les perturbations générées par la Gueule, il est peu probable qu'il soit capté.
- Peu probable… Merci, lieutenant. Autre chose ? Bien, vous pouvez disposer, ordonna le colonel Piett.
Restés seuls les deux hommes se concertèrent ;
- Peu probable, mais possible. Si l'alerte est donnée, ils vont se lancer à notre poursuite. Il reste trois sauts avant le largage, rappela le colonel.
- Je sais fort bien que le Camaas est trop précieux pour le risquer dans un combat perdu d'avance, mais… Où serons-nous après le prochain saut ?
Le colonel montra un point sur l'holocarte :
- Ici. Les bombardiers auront assez d'autonomie pour atteindre leur cible, mais ce sera juste pour rejoindre le point de rendez-vous de l'autre côté. Très juste ! Et la navigation sera difficile pour eux sur la première partie du trajet.
- Sauf si l'un de nos navigateurs les accompagne.
Le Colonel ne dit rien, mais montra quelques signes d'inquiétude : avec un seul chevalier pour guider son destroyer, les chances de le ramener au bercail étaient divisées par deux.
- Lieutenant ?
- Oui, Maître Sebastin ?
- Donnez l'ordre à l'escadron Hammer de se préparer : ils seront lancés dans… trois heures. Ah, et demandez à l'intendance de me trouver une combinaison de vol.
Devant la mine ébahie du colonel, il annonça :
- Moi aussi, je maîtrise la Navigation de Force. Inexplicablement, c'est un des talents les mieux préservés chez nos sensitifs.

Localisation : Groth, bootana Hutta, Tour des ambassadeurs.
Date : Idem

La résidence offrait tout le confort et le luxe requis, mais la nuit avait été agitée : des explosions et des tirs de turbo-laser avaient retenti environ quatre heures après le coucher du soleil. Les plus curieux, voulant accéder à la terrasse, s'étaient vus refouler par la Garde du Mogul ; leur officier avait argué de raisons de sécurité. Les Mandaloriens, pourtant en armure au milieu d'êtres en tenue de nuit (avaient-ils dormi avec ?), n'avaient même pas essayé de passer en force. Edda, la guerrière qui les commandait s'était contenté de regarder l'un de ses collègues et de demander :
- Aiden ?
L'interpellé avait hoché la tête avant de s'éclipser.
En retournant vers sa suite, elle constata sans surprise qu'un des délégués corpos avait lui aussi disparu.

Localisation : X124, un système inhabité et dangereux de l’Espace Hutt, à un saut de Groth
Date : Idem

Le spectacle était inhabituel : une immense langue de plasma se déroulait entre une étoile jaune et sa compagne, une naine blanche qui lui volait sa matière. Des conditions qui rendaient difficile un saut hyperspatial, obligeant les bombardiers à un prudent détour. Ils étaient sortis de l'hyperespace plus près que prévu. Un peu trop près ! En ces temps difficiles, la Navigation de Force n'était pas aussi précise que par le passé.
Maître Sebastin consulta l'horloge : malgré le contretemps, ils seraient à l'heure au rendez-vous. L'escadron n'aurait pas besoin de ses talents de navigateur pour le dernier saut. Les coordonnées enregistrées, tous plongèrent dans l'hyperespace il ferma les yeux et entra en transe, tentant de toucher l'esprit de son contact sur Groth. Une tâche difficile et frustrante : le contact était intermittent ; à certains moments, il lui semblait presque toucher l'esprit de l'autre, puis ils se perdaient, le lien s'évanouissait.
Sebastin, en nage, de grosses gouttes coulant sur son front, rouvrit les yeux. Il savait comment gagner en puissance, mais répugnait à de telles méthodes. Il s'y résigna pourtant : l'avenir de son protégé se jouait dans ce raid. Il invoqua les souvenirs d'innombrables batailles, des atrocités commises par les Hutts.
Il se souvint : sur Talos IV, ils avaient retrouvé tout un contingent de camarades, des chevaliers capturés par les Hutts. Il voyait encore les corps mutilés, profanés, ayant subi d'horribles tortures. Deux, surtout : des êtres chers. Les tortionnaires semblaient s'être particulièrement acharnés sur eux. Sebastin avait été mari et père, maintenant il ne lui restait plus que sa colère et sa haine.
Soudain, des flammes jaunes dans ses yeux. Le contact s'établit.


Localisation : Groth, bootana Hutta, Tour des ambassadeurs.
Date : 21 Nelona 973 (le lendemain)

Au matin, des délégués fatigués n'avaient constaté aucun dégât visible,
Otis, le mielleux et sournois Twi’lek des services diplomatiques minimisa l'incident avant de s'éloigner en hâte:
- De joyeux fêtards ont voulu célébrer dignement nos nouvelles conquêtes ! Ces jeunes fous ont investi une tourelle turbo laser de l'astroport et tiré quelques salves en l'air. Les jeunes Hutts sont parfois irréfléchis.
Des explications peu convaincantes : il y avait beaucoup d'agitation sur l'astroport. Plusieurs vaisseaux se préparaient au départ. Le yacht personnel du Mogul, l'Impérieux, s'éleva en premier.
- Comment, il s'en va ? Sans même nous accorder audience ! souffla un Iskander indigné.
Le pompeux vaisseau à la coque ornée de moulures tarabiscotées fut cependant stoppé dans son élan dans une série d'explosions internes qui détruisirent ses répulseurs. Il continua à monter un instant, la proue dressée vers le ciel, ses réacteurs ioniques poussés au maximum. Puis il ralentit, sembla s'immobiliser tandis qu'il était secoué par de nouvelles explosions qui éjectaient des nuages de débris. De loin, il donnait l'impression de s'enfoncer par la poupe, lentement, comme un de ces antiques bateaux s'enfonçant sous les flots. La chute s'accéléra et l'Impérieux s'écrasa dans un nuage de poussière. Une énorme explosion projeta des débris enflammés dans toutes les directions !
- Ah c'est bien dommage, murmura Edda Syria, déçue. Ce yacht me plaisait bien !
- Pas de capsule de sauvetage ! Il est mort ! Le Mogul est mort ! clama quelqu'un.
- Il a de puissant ennemis, rappela le Verpine.
- Il avait ! Il n'a pu survivre à une telle explosion, rappela Demer Hosan
Son collègue plus prudent ne dit rien, mais la Mandalorienne exprima son scepticisme :
- Nous ignorons s'il était à bord !
- Données insuffisantes, données insuffisantes, approuva le droïde.
- Joli feu d'artifice, n'est-ce pas ? D'habitude, on les tire la nuit, c'est plus spectaculaire.
La mandalorienne reconnut le jeune corpo aux cheveux noirs qui jusque-là brillait par son absence. Celui-ci reprit :
- T'as raison, Edda ! Le Mogul et le Conseil siègent depuis ce matin ! La limace grillée, c'est Jalla Desilijic Tiure, son plus proche conseiller et son suppléant au sein du Kajidic Desilijic. Un descendant du célèbre Jabba, à ce qu'on dit !
- Comment le sais-tu, riposta Synia, se mettant au diapason.
- Ah, on se tutoie, maintenant ? fit l'autre avec un grand sourire. C'est le début d'une grande amitié ?
Celle-ci ne répondit pas, se contentant de fixer le malotru en prenant une posture menaçante. Pas impressionné, il abandonna le registre léger pour préciser :
- Je suis allé aux nouvelles après l'incident de cette nuit. Je ne sais pas qui a descendu Jalla, mais je doute que cet attentat ait visé le Mogul. Et si c'est une vengeance pour le meurtre de cette nuit, elle est bien trop rapide, fit-il perplexe.
Il expliqua:
- Cette nuit, Karna Vosadil Ure a reçu une convocation urgente du Conseil. Comme elle était présentée par Jalla et une légion entière de Gardes du Mogul, et que des rumeurs malveillantes parlaient d'un contrat sur sa tête, il a cru sa vie menacée et a fait donner sa propre garde. La situation a dégénéré, d'où le chambard que nous avons entendu. Tout ça à cause d'un malentendu ! La convocation concernait des incidents sur Fondor et Sullust. Toujours est-il le Kajidic Vosadil n'a plus de chef !
- Nous le savions déjà, remarqua le dénommé Aiden
- Moi pas ! Qui est… qui était ce Karna, demanda le prince ?
Le corpo sembla retrouver sa malice :
- Ah, les jeunes : ils veulent tout savoir ! Je vais t'expliquer, Isky : ce fut le concurrent malheureux de Daquirst au poste de Mogul. Une grande gueule qui s'opposait ouvertement aux décisions du glorieux empereur Hutt et un ennemi intime de Jalla !
Le jeune humain décida de laisser son orgueil de côté, sourit et adapta son style :
- Bon, si tu dois me tutoyer, tu pourrais déjà te présenter : t'es qui, toi ?
- Ah, on est copains, alors ? Mon petit nom, c'est Artus.
- Artus ? Mais alors vous êtes…
- … ça vient de mon grand-père, c'est un prénom qui ressort une génération sur deux dans ma famille.
- … Le président des Cartels Industriels V-H, des chantiers Toolkar...
- Il détient 25 % des votes au directoire de l'Union Corpo, précisa le Verpine.
- Un tiers, depuis que les Fel m'ont cédé leurs parts, précisa l'humain en haussant les épaules, avant de reprendre
- Bah, riche et puissant un jour, vagabond sans le sou le suivant. Tout est dans les mains de Dame Chance !
La mandalorienne savait que ce fatalisme de façade cachait une profonde contrariété.
Le Chiss, jusque-là silencieux et impassible sembla victime d'un malaise. Ses yeux rouges s'étrécirent jusqu'à ne former qu'une mince fente, puis il fit une grimace de dégoût avant de retrouver son impassibilité. Une impassibilité diplomatique pour l’œil exercé de ses collègues.
Doormin intervint et demanda à son jeune collègue :
- Qu’est-ce qui a motivé la réunion du conseil ?
- Officiellement ? Un incident sur Fondor : des mandaloriens, des impériaux, des soldats de l'alliance ont évacué des civils de Fondor au mufle et à la bave de la flotte hutte. Des mandaloriens, comme ça, en plein milieu d'une négociation !
La mandalorienne riposta :
- Les Hutts ont bien attaqué Sullust, comme ça, alors qu'ils nous ont invités pour négocier!
- Peuh ! Tous des tricheurs ! Et toi, Corwn, t'as rien à ajouter ? demanda-t-il au Chiss qui semblait aller mieux
Celui-ci sortit de son mutisme pour répondre énigmatiquement :
- Toute cette confusion pourrait se révéler très utile.
- Je ne te le fais pas dire ! Ils arrivent quand, tes copains ?
- Comment le saurais-je ? mentit le Chiss.
On entendit des alarmes retentir dans toute la cité. Il corrigea :
- Disons… Maintenant ?

- Voulez vous dire, Artus, que nous serons bientôt au milieu d'un champ de bataille ? demanda son collègue.
Avant de répondre, l'interpellé dévisagea suspicieusement l'Etti. Puis il retrouva sa nonchalance :
- Noon, c'est juste un p'tit raid à ce que j'ai compris. C'est bien ça, Corwn ? Un défi lancé par Dalagan. Il promet, ce p'tit gars ! Mais ce qui m'inquiète, c'est que les limaces n'aiment pas avoir de témoins gênants quand ils se disputent ou quand ils subissent un revers humiliant.
- Données collectées suffisantes ! Analyse en cours ! Analyse 50 %… Analyse 80 % Analyse complétée… Détermination d'une stratégie … Beeep ! Conclusion : lancer l'insurrection ! Suggestion : quittons cette planète !
C'est en imitant une voix de droïde que le dénommé Artus répondit :
- Beep ! Analyse pertinente ! Beeep ! Bravo, Zed ! Ces combats entre droïdes, c'est une honte !
Il reprit plus sérieusement :
- Bon, si on se tirait, Edda ? J'ai l'impression que les droïdes gladiateurs de Groth ont décidé de reprendre leur indépendance, autant tirer parti de l'aubaine !
- Se tirer ? Le problème, c'est que notre moyen de transport vient de se crasher au milieu de l'astroport. Voler un autre vaisseau possédant les cartes de navigation des bootana hutta ne sera pas facile.
Iskander intervint :
- Ah, parce que tu…
Il s'interrompit, intimidé : casque ou pas, le regard de Synia avait de quoi refroidir toutes les ardeurs.
- Parce que vous étiez au courant, vous aussi ?
Elle répondit patiemment :
- Non, mais je sais par expérience qu'il faut toujours avoir une porte de sortie quand on traite avec les Hutts. Une idée… Artus ?
- Moi, ça me gêne pas que tu me tutoies, Isky. Cette nuit, une frégate s'est posée dans les jardins du palais du Mogul. Elle dispose des cartes de navigation adéquates et je me fais fort de la faire décoller.
- Comment pouvez vous affirmer…
- Elle a été construite dans MES chantiers. Il n'existe que cinq exemplaires du modèle…
Un silence, puis il murmura :
- Je connais personnellement tous les propriétaires… De la famille ou des amis.
Il n'en dit pas plus, mais Edda Synia devina : le conseil Hutt avait des visiteurs et un vent de trahison soufflait sur l'Union Corpo. Jusque-là, celle-ci s'était cantonnée dans une neutralité bienveillante pour les ennemis des Hutts. Principalement grâce à Artus.
- Il sera difficile d'y accéder, fit remarquer Corwn. Les portes ne s'ouvrent que de l'intérieur et le palais est bien gardé.
- Bien gardé ? Le Mogul siège au Conseil, presque tous ses gardes l'ont accompagné. Les autres ? Résisteront-ils à cinq mando'ade , une horde de droïdes et tous ces prisonniers que vous pouvez libérer en chemin ?
- Et les armes, Artus, demanda Doormin ?
L'autre le regarda avec défiance : ami ou ennemi ?
Iskander, triomphant, sortit deux mini-blasters de sa tunique :
- Même un bleu comme moi sait qu'il vaut mieux emporter une arme là où on est censé venir sans !
- Comment ouvrir les portes du jardin ?
- Je m'en occupe, fit le dénommé Artus en enlevant sa tunique.
En dessous, il portait une combinaison moulante dont il rabattit la capuche avant de… disparaître.
- Daquirst a son Defel, moi j'ai ma combinaison, entendit-on. Pas si mal, la technologie corpo, hein ? J'ai bien fait de la cacher à mes… humm… amis. On se retrouve là-bas ?
Edda Synia prit les choses en main.
- Il a raison : le piège pourrait bien se refermer sur nous ! Doormin, trouvez un prétexte pour faire venir l'officier et ses gardes : nous aurons besoin d'un équipement plus conséquent que des mini-blasters.
- Je les convaincrais plus facilement de venir avec leurs outils de travail si vous pouviez provoquer un peu de désordre.
- Iskander va s'en charger ! Ensuite, tu restes en retrait, compris ?
Devant la mine déconfite du jeune humain, elle ajouta.
- Si tu parviens à rester en vie jusqu'à ce qu'on… ahemm... « se tire d'ici », tu pourras m'appeler Edda !
Des coups de blaster, un appel à l'aide angoissé suffirent à convaincre les gardes qui débarquèrent en force.
Dehors, un Iskander déchaîné tirait des coups en l'air en réclamant une entrevue avec le nouveau Mogul.
- Cet humain a grillé son motivateur, expliqua Zed à l'officier, escorté d'un sergent
Celui-ci constata que tous les délégués avaient eut la présence d'esprit de se cacher à l'abri. Un détail le surprit :
- Eh, attendez ! Où sont les Mand.. rrrrrrraaaah !
Il y en avait justement une derrière lui, de Mando'ad, mais ce n'était pas pour qu'il la voie qu'elle venait de lui tourner la tête d'un geste aussi expert que brutal : cervicales brisées, il s'effondra.
- Et de un !
Son sergent n'eut guère plus de temps pour comprendre : Un poing ganté de Beskar lui brisa quelques côtes, puis sa tête rencontra brutalement un pilier de l'entrée. Un pilier en marbre de Carrair irrémédiablement tâché, quel gâchis !
Un guerrier Mandalorien n'a pas besoin d'arme : il est une arme à lui seul. Mais une fois équipé de blasters, il est cent fois plus dangereux.

Dix étages plus bas, les soldats restés dans la salle de garde l'apprirent à leurs dépens : quelques tirs bien placés suffirent. Ils furent d'autant plus surpris que les écrans montraient toujours les délégués discutant avec leur chef sur la terrasse.
- C'est vous, Zed ? demanda Edda, tout aussi surprise.
- J'ai pris le contrôle des caméras, confirma le droïde, mais cette simulation est inattendue. Correction : c'est un enregistrement. Beeep ! Hypothèse : Artus est venu ici. Bip !
- Non, c'est moi, affirma Corwn. Ou plutôt, mes agents : nous avons implanté un programme pirate dans tous les systèmes planétaires.
- Alors, les alarmes…
- Elles vont attirer les défenses au mauvais endroit. Venez, l'armurerie est par ici !
Je ne vous met que la moitié sur ce poste car le texte est trop long.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 10 décembre 2015, 20:13

Et voici l'autre moitié :
Localisation : Espace péri-planétaire
Date : Idem

J-0

Avec trois jours de retard sur le planning, le Sabre Vert assisté d'une nuée de remorqueurs, se frayait péniblement un chemin vers l'orbite de Groth. Sa couleur, probablement agréable à l'oeil d'un hutt était d'un vert laiteux qui évoquait plus un marais putride que la lame brillante d'un chevalier Jedi. L'immense station mobile qui rappelait plus ou moins le manche d'un sabre laser - 30 km de long pour 6 de diamètre - était destinée à devenir le symbole de la toute puissance du Mogul et de son conseil, à la fois palais, centre gouvernemental, prison et arme de destruction massive. Les Hutt avaient retrouvé les plans du super-laser des antiques super-destroyers Eclipse.
Les pilotes et techniciens de la passerelle qui s'affairaient fébrilement, penchés sur leurs consoles, touchaient nerveusement leur collier de contrôle tout en jetant un œil inquiet vers la plate-forme de commandement où trônait le premier officier, la Hutt Garruda.
Lors de ce voyage maudit, marqué par des pannes et dysfonctionnements à répétition, onze membres d'équipage – dont le premier navigateur- avaient payé de leur vie l'irritation de leur maîtresse. Sans compter les malheureux qu'elle avait fait punir par ses droïdes de torture. Depuis peu, cependant, Garruda semblait avoir retrouvé sa bonne humeur. Elle fumait son narguilé en croquant quelques friandises. Ce n'était pas forcément un bon présage pour les malheureux placés sous ses ordres. Ils ignoraient qu'elle venait d'apprendre sa promotion au rang de capitaine, consécutive à la mort brutale de Jalla.
- * Notre objectif est en vue, Maîtresse. Nous serons en position de tir dans trois minutes, dix-sept secondes et 15 centièmes * , annonça craintivement le (nouveau) Premier Navigateur.
La Hutt ne daigna pas répondre, mais interrogea par réseau com le chef Artilleur:
- * Tant pis pour les cérémonies et les visites officielles Nous sommes arrivés à temps pour la démonstration. Le générateur principal est-il en charge ? *
- * Oui, Maîtresse, mais il n'est qu'à 4 % de sa puissance nominale et la température est déjà 25 % au-dessus de la valeur optimale. Il serait imprudent de… *
Il s'interrompit, anticipant la douloureuse décharge qui ne manquerait pas de punir ses propos défaitistes.
Malgré l'adjonction d'un troisième puits de refroidissement, le super-laser chauffait énormément et souffrait d'un rendement très médiocre.
La sanction ne vint pas. Rien ne pourrait entamer l'euphorie et les rêves de pouvoir de Garruda qui se voyait déjà à la tête du Kajidic Desilijic et qui sait un jour, Grand Mogul à la place du Grand Mogul.
* - Cela suffira pour nos trois tirs d'essai. *
Elle n'ajouta pas que les destroyers désarmés sélectionnés pour servir de cible - des prises de guerre - avaient été spécialement préparés pour offrir une explosion spectaculaire aux nombreux témoins.
Ni le conseil, ni les sujets, ni les ennemis de la nation Hutt ne devaient savoir qu'après vingt ans de travaux et des dépenses pharaoniques, l'arme censée établir la suprématie des Desilijic sur la galaxie et les autres Kajidics n'était toujours pas opérationnelle.
Avec un rayon en réalité à peine plus puissant que ceux de quelques batteries de turbo laser lourds, le Sabre Vert allait pulvériser des vaisseaux qui avaient fait l'orgueil de l'Empire ou de l'Alliance et prouver à une galaxie terrifiée que le règne des Hutts allait durer dix mille ans !
Anticipant son triomphe, Garruda chantonnait sur sa plate-forme, refoulant au plus profond de son esprit une vague inquiétude :
* « Ces puits de refroidissement conduisent directement au cœur du générateur. Si jamais…. Mais non, aucun risque ! Et d'ailleurs, qui oserait… » *
* - Maîtresse, des intrus surgissent de l'hyperespace ! Des bombardiers lourds ! Ils envoient leurs identifiants ! Des impériaux ! *
* - Ordonnez aux tourelles quad-laser de... *
Avec tous ces retards, seulement cinq tourelles avaient été installées. Moins d'une sur vingt ! Quant au système point-défense, il n'avait toujours pas été livré par les chantiers Toolkar. Une histoire de facture perdue. Les corpos attendaient probablement de savoir d'où venait le vent avant de prendre parti.
L'Empire n'avait jamais eu l'intention de bombarder la planète : aucun objectif stratégique ou même symbolique n'en valait la peine. Mais cette pompeuse station était présentée comme le summum de la technologie Hutte ! Les remarquables réseaux de renseignement de Varlin savaient qu'elle n'était pour l'instant qu'une coquille creuse, une belle cible assez vulnérable.
Les Hammerfall, sitôt sortis de l'hyperespace, se divisèrent en deux groupes : l'un entreprit de réduire les défenses au silence, l'autre recherchant le puits. Les pilotes en trouvèrent trois : les « remarquables » réseaux de renseignement de Varlin ne savaient pas tout !

Localisation : Groth, les jardins du Mogul
Date : Idem

Dans les Jardins, la couleur dominante était identique à celle du Sabre Vert, l'odeur en prime : un Hutt devait s'y sentir comme à la maison !
- Génial, un marécage putride ! Je déteste me battre dans un marécage, râla Aiden, qui pataugeait dans l'eau trouble .
Un gigantesque ver surgit de l'eau stagnante, presque à ses pieds, et il ouvrit le feu. La bouche circulaire de la bête était munie de dents acérées et son épiderme coriace semblait insensible aux tirs de blaster.
- Tes champs de bataille favoris se trouvent dans les cantinas les plus sordides ! Elles puent autant que cet endroit, plaisanta Edda en interceptant un vol d'insectes munis de dards aussi gros que des poignards. Aiden, fais gaffe !
Trop tard ! Les dents acérées du ver s'étaient refermés autour de l'avant-bras d'Aiden. Le bras portant le blaster. On entendit deux grondements sourds et l'animal soudain flasque, retomba au sol.
- T'inquiètes, il n'a même pas rayé mon beskar, ce bestiau ! Je me suis dit que le dedans était p't'être moins coriace que le dehors : il a fait une indigestion de blaster, je crois ! Tiens, c'est pas la frégate, là ?
Approcher les jardins avait été facile, car le Chiss connaissait des passages souterrains. La petite troupe avait balayé les quelques gardes des portes, déjà aux prises avec des machines trafiquées. Des droïdes de protocole dont les bras avaient été remplacés par des pinces coupantes, des astromechs dont les outils avaient été remplacés par des armes, s'étaient vaillamment battus aux côtés de leurs « collègues » plus spécialisés.

Mais personne n'avait prévu que la faune des jardins ferait partie des défenses !
- Par ici, la voie est libre !
Une silhouette se tenait sur un ponton en faisant de grands signes.
- Pourquoi vous pataugez, comme ça ? Vous n'avez pas vu la passerelle ?
- C'est vrai, ça ! Pourquoi on n'a pas emprunté la passerelle, comme les autres, hé ? Regarde, mon armure est toute crottée ! Ah, j'crois bien qu'il y a une fuite, gémit Aiden.
Edda Sinya renonça à lui expliquer ce qu'il savait déjà : il fallait bien que quelqu'un couvre les flancs et protège les civils. Aiden râlait toujours au combat, ça faisait partie de son charme. C'est quand on ne l'entendait plus qu'il fallait s'inquiéter.
La frégate était munie d'un cerveau droïde qui ne fit aucune difficulté pour gagner l'espace, bien que son propriétaire ne fut pas à bord .
- J'ai un code prioritaire, fit remarquer le Corpo, mais il sera plus difficile de la convaincre de quitter l'espace Hutt ! Ah, Marquillis, quel sale tour es-tu en train de me jouer ?


Localisation : Autour du Sabre Vert
Date : Idem

- Non seulement il y en a trois, mais ces puits font bien 15 mètres de diamètre, constata le chevalier.
Il donna des ordres à son escadron, puis annonça :
- Pilote, bombardier aux commandes !
- Bombardier aux commandes ! confirma le pilote.
Maître Sebastin engagea le lourd appareil dans sa trajectoire de largage. Nul besoin de la Force pour placer deux torpilles dans l'ouverture béante !

Un Neimodien s'inclina devant Garruda :
*- Capitaine, nous avons analysé le plan d'attaque ennemi. Il y a un risque. Dois-je faire préparer votre navette ?
- Ma navette ? Pas le temps ! Montez sur ma plate-forme, Gunray, et vite ! *
Le Neimodien était trop précieux et utile pour l'abandonner. Il y avait une capsule de sauvetage juste derrière la passerelle.

- Torpille 1 et 2 lancées ! Pilote, vous reprenez les commandes.
- Le pilote aux commandes !
Sebastin savait déjà que ses projectiles iraient droit au but.
- Escadron, repli immédiat, ordonna-t-il.
Hammer 5 avait également fait mouche ! Quelque chose, une intuition, lui fit ordonner.
- Pilote, naviguez au 153-15 !
- 153-15 ! Que cherchons-nous ?
Son écran tactique lui donna la réponse :
- Un objet s'éloigne de l'objectif ! Formes de vie à bord.
- Détruisez-la, pilote.
- Cible engagée !
Les lasers lourds éventrèrent la fragile capsule et son contenu jaillit dans le vide.
Sebastin vérifia que le plus gros « débris » n'était plus une forme de vie, puis ordonna le repli.
- Un Hutt de moins !

À bord de la frégate, l'explosion spectaculaire de la « super-arme » déclencha des démonstrations de joie, mais Artus avait trop à faire pour admirer le spectacle : la console de navigation restait désespérément obscure. Son écran affichait une question du cerveau droïde :
« Mais Maître Marquillis est toujours sur Groth ! Comment va-t-il rentrer ? »
Il répondit d'un ton amer :
- Ne t'inquiètes pas pour lui : il est avec ses bons amis Hutt ! Si tu ne peux revenir le chercher à temps, ils lui fourniront un moyen de transport ! Lui n'est pas en danger de mort !
« Artus n'est pas content ? »
- Les Hutt ont essayé de me tuer, Philly ! Non, je ne suis pas très content !
Le cerveau ne répondit rien, Son IA avait une personnalité un peu enfantine, mais il pouvait faire tout seul ses déductions. Des pages de données envahirent les écrans : il étudiait le manifeste de la frégate, qui finit par se figer sur le contenu du compartiment 47-3b, tandis que la console de navigation s'activait, affichant :
« Marquillis n'est plus mon ami »

Moins d'une minute plus tard, Artus avait programmé un saut. Curieux, Iskander jeta un œil sur la page du manifeste et fit la grimace.
Aiden, tout aussi curieux, lui demanda :
- Alors, y a quoi ?
- Des sarcophages : 17 ! Pile poil le nombre de corpos de la délégation ! Dont un en cristal d'Adamium ! De quoi se payer une frégate ! Pour toi, Artus ?
- De l'Adamium, rien que ça ! Cousin Marquilis voulait m'offrir des obsèques de première classe ! Il va être déçu ! Je me demande ce qu'il va pouvoir trouver comme excuse pour s'accaparer mes voix au directoire.

Localisation : Groth, salle du conseil
Date : 22 Nelona 973 (le lendemain)

Tous écoutaient l'éloge funèbre prononcé par Galba, le doyen du conseil. En général, on feignait d’écouter avec respect le Vénérable Ancien, mais sans trop tenir compte de ses opinions. Il était si vieux ! Il n’était plus dans le coup et dormait souvent, même au conseil. En son temps, il avait été l’un des plus fervents soutiens de la politique d’expansion et avait favorisé l’élection de Daquirst à la tête du Conseil. Un soutien non exempt de critiques, d’ailleurs. Il n’appartenait à aucune des coteries ou des cabales et privilégiait l'intérêt général du peuple Hutt.
Une attitude altruiste si peu conforme à la mentalité Hutt qu’elle aurait inquiété ses collègues s’ils ne l’avaient su très réceptif aux sollicitations accompagnées de petits cadeaux et autres gratifications.
Mais cette fois, tout le monde l’écoutait. Son éloge se teintait habilement d'une critique voilée du Mogûl, mais attribuait implicitement les tensions au sein du conseil à la rivalité entre Jalla Desilijic Tiure et Karna Vosadil Ure.
Sur sa plate-forme, le Grand Mogul observait les réactions des conseillers : nombre d'entre eux montraient des signes d'approbation, mais aucun n'était dupe. Galba avait été payé, mais par qui ?
Daquirst guettait surtout les réactions de Radda, son véritable ennemi, l'instigateur secret de tous les complots, de toutes les cabales. Un ennemi qu'il ne pouvait pas se permettre d'abattre. Pas maintenant, pas encore !
Daquirst voulait proclamer l'Imperium Hutt, et il avait besoin d'un conseil uni. Et pour les unir, il avait consenti de gros sacrifices. Le conseiller invisible murmura à l'oreille du Hutt :
* - Mauvaise nouvelle : les secours n'ont trouvé aucun membre des délégations étrangères sous les décombres de la Tour des Ambassadeurs.
- Nous savions déjà que certains avaient réussi à s'enfuir. C'est ennuyeux, mais cela n'affecte que modérément notre plan. Nous pourrions même en tirer profit .
- Radda va jouer le jeu, c'est dans son intérêt. *
Dans la confusion de l'attaque, l'une des gigantesques forteresses mobiles des Forces de défense avait « malencontreusement » percuté la tour des ambassadeurs. Le pilote, décidément très maladroit, avait fait plusieurs passages qui n'avaient laissé qu'un tas de gravats.
Les éloges terminés, chacun des conseillers prit la parole.
Plusieurs membres de la cabale insistèrent sur les énormes sommes investies en pure perte dans la construction du Sabre Vert. Radda, leur chef occulte - mais démasqué depuis longtemps par le Mogul -, était le plus attendu. Il prit hypocritement le contre-pied de ses complices:
* - Karma Vosadil Ure était un membre estimé de ce conseil et un ami personnel; il me manquera, il nous manquera. Mais au final, c'est le malheureux clan Desilijic qui a subi les plus grosses pertes. C'est à lui que nous devrions exprimer notre solidarité. *
Il avait eu raison de suivre les conseils du doyen : avec ces ennemis qui relevaient la tête, le moment n’était pas propice à la destitution du Mogul. Pas encore. Galba avait beaucoup aimé les jumelles Twi’lek qu’il lui avait offertes.
Il fit un signe de tête en direction du Mogul, qui répondit :
* - Le clan assumera - et il assumera seul - toutes les pertes découlant de ce gaspillage. Le clan avait pensé le Sabre Vert comme un cadeau au peuple Hutt, un moyen de l'unir face à tous ses ennemis, dont nous avons pu constater qu'ils n'étaient pas encore vaincus ! Mais ce cadeau, loin de nous unir, a été une source de dissension, je m'en rends compte aujourd'hui. *
Contrit en apparence, Daquirst était très satisfait de la réaction de Radda: Galba s’était montré à la hauteur de ses espérance ! Il l’avait payé assez cher !
Radda répliqua :
* - Une source de conflits, un facteur de défiance. Mais cette perte est peut-être l'occasion idéale pour resserrer les liens qui se sont distendus. Comme notre estimé Mogul l'a si bien dit, nous avons encore des ennemis extérieurs, nous devons nous montrer unis aux yeux de la galaxie. Et notre premier devoir est de châtier ces étrangers qui ont osé assassiner trois des nôtres ! *
Cette peu subtile mais commode proposition déclencha un concert d'approbations.
* - Ils seront châtiés pour leurs abominables crimes ! J'ai ordonné à toutes nos forces de traquer et de capturer les équipages de ces bombardiers impériaux, où qu'ils aillent dans la galaxie. Hélas, leurs alliés Mandaloriens et leur complice, ce traître d'Artus Hervyn, ont momentanément échappé au juste courroux du peuple Hutt. Ce n'est que partie remise ! *
* - L'union Corporatiste échappe toujours à notre domination. Ne serait-il point temps de remédier à cela ? *
* - Les négociations que j'ai entamées avec le Conseil Élargi de l'Union sont sur le point de porter leur fruit, malgré la tentative ignoble et désespérée d'un traître. L'occupation de leurs domaines nous rapporterait moins que leur pleine et entière coopération. D'ailleurs, une autre délégation attend depuis hier notre bon vouloir dans la Salle de Réception. *
Plusieurs heures plus tard, ayant rétabli une unité de façade au sein de son conseil et obtenu son approbation, le Grand Mogul alla retrouver les corpos. En s'y rendant, il conversait avec son conseiller secret :
* - Cela m'a coûté cher, mais j'ai réussi à les calmer pour un temps. *
* - Vous avez mis fin à un projet qui était devenu un gouffre et menaçait la santé financière de votre clan. Vous avez transformé un échec technique en un triomphe politique. *
* - Les Impériaux ont réagi comme je l'espérais, mais ils en sortiront renforcés. *
* - Vous avez les moyens de les écraser sous votre queue au moment que vous jugerez opportun. *
* - Sans difficulté : n'ont-ils pas cru mes espions apprivoisés ? Je m'inquiète plus des réactions des Mandaloriens... *
* - Ce sont les meilleurs guerriers de la galaxie, mais ils ne contrôlent que quelques secteurs enclavés, isolés. Laissons les tranquilles et un jour leurs guerriers accepteront vos offres d'embauche. Ce sont des mercenaires avant tout ! Par contre, il vous faudra tôt ou tard vous débarrasser de Radda. *
* - Et de quelques autres, mais j'ai encore besoin d'eux. *
Le conseiller invisible ne put s'empêcher de penser :
« Vous êtes bien plus habile que je ne le pensais. Trop habile. Mais nous avons encore besoin de vous. »

Dans les locaux qui leur avaient été attribués, les représentants de l'union Corpo ne s'ennuyaient pas.
Une holo et des écrans affichaient des plans et des données techniques que Marquillis et ses techs étudiaient et commentaient. Il était tellement absorbé par sa tâche qu'il ne vit pas le Mogul entrer.
- Fascinant ! Il ne faudra pas grand-chose pour rendre opérationnel ce super-laser: des chambres d'excitation à double cristaux, des tubulures de refroidissement plus grandes. Il faudrait aussi remplacer…
Le général Roben, commandant en chef des forces de défense de l'Union lui donna un coup de coude ;
- Quoi ? Ah, Grand Mogul, vous avez fait vite !
Le corpo était un scientifique passionné et, absorbé par l'étude des données, il n'avait pas vu le temps passer. Par ailleurs, il ne s’embarrassait pas de cérémonies.
Non seulement le Hutt ne se formalisa pas de cette apostrophe mais, honneur suprême, il condescendit à s'exprimer en Basic pour déclarer :
- Bienvenue sur Groth, Président Marquillis !
- Pas encore, mais cela ne saurait tarder. Merci pour ce petit cadeau, répondit-il en désignant les affichages
Le Mogul continua en huttese, relayé par un droïde de protocole :
* - En dépit des menées subversives de votre parent Artus Herryn, le conseil m'a mandaté pour négocier le traité avec les nouveaux dirigeants de l’Union des Corporations.*
Le général Roben s'inclina et rappela :
- Les opposants à cet accord étaient peu nombreux quoique très influents et leur politique était une aberration : par le passé, l'Union s'est toujours efforcée de collaborer avec ses puissants voisins. Et l'Impérium Hutt est maintenant la seule véritable puissance dans cette galaxie.
* - J'approuve votre attitude pragmatique. Néanmoins, ces opposants existent toujours. Leur activisme anti-Hutts aurait pu être considérés comme un acte de guerre. J'ai pu convaincre le conseil qu'il ne s'agissait que du coup de folie d'un individu isolé. *
- Cousin Artus n'aurait jamais dû accepter de vendre aux impériaux ces bombardiers Hammerfall, s'indigna Marquillis. Il n'avait pas encore les autorisations nécessaires ! Je les avais conçus pour défendre l'Union, pas pour les brader au premier venu !
- Il est regrettable qu'il n'ait pas périt dans un accident, comme prévu. Cependant, lui et ses amis ne sont plus un souci, affirma le général. Sur mon ordre et avec l'assentiment du conseil de l'Union réuni sur Bonadan, les forces de défense et de sécurité ont pris le contrôle des entreprises récalcitrantes et ont procédé à l'arrestation de leurs dirigeants. Vous pourrez compter à l'avenir sur leur pleine coopération .
- Des armes, des équipements, des vaisseaux de guerre, des transports, nous pouvons tout concevoir, tout construire pour vous, et à un prix raisonnable : il suffit de demander, s'enthousiasma Marquillis.
* - Un prix raisonnable ? Cela reste à discuter *
- Je suis certain que vous trouverez en nous…
Pour l'essentiel, la rédaction du traité se résumerait à un grand marchandage. Le Hutt savait qu'il tirerait plus des Corpos en leur concédant de raisonnables bénéfices qu'en les soumettant par la force.

Dans son palais, Tah VI admirait ses deux nouvelles Twi’leks danser sur une scène circulaire, tout en conversant avec Tah V
- Je vous avais bien dit que Daquirst était un petit malin, disait-il à son supérieur
- Trop peut-être, mais vous aviez raison : le remplacer par Radda aurait été un désastre.
- Il est malin, mais il sous-estime mon influence auprès de mes collègues. Ne vous inquiétez pas : ils ne se doutent pas que je les manipule grâce à mes pouvoirs.
- Votre numéro de vieillard sénile est très convainquant.
- Ils n’ont pas besoin de savoir que nous sommes immortels, n’est-ce pas?
- Il n’empêche: malgré ses paroles, notre bien aimé Mogul ne va pas renoncer à son arme suprême.
- Il a déjà confié le projet à ses corpos apprivoisés. Il va falloir garder un oeil sur eux. Puis-je vous suggérer…
- De placer un espion dans leurs rangs ? C’est déjà fait. J’y pense: ce n’est pas prudent de parler ainsi devant vos esclaves!
- Pourquoi donc ? Elles ne risquent pas de le répéter. Voulez-vous admirer le travail de mes nouveaux petits favoris ?
Un cylindre en transpacier tomba brusquement, emprisonnant les danseuses surprises, mais qui s’efforcèrent de continuer leurs show. Elle ne virent tout de suite arriver les arthropodes aux nombreuses petites pattes jusqu’à ce que l’une d’eux commence à escalader la jambe de la danseuse de gauche. Elle la rejeta à terre avec horreur. mais les créatures étaient bien trop nombreuses pour qu’elles les repoussent toutes.
- Des Kouhun d’Induomodo, vous connaissez ? Un dard à la piqûre extrêmement douloureuse, des mandibules injectant un venin mortel. Et carnivores, bien entendu ! Dans le temps, c’était l’arme favorite de certains tueurs à gages. Ceux là ont été génétiquement modifiés, puis dressés...
Un premier hurlement de douleur, bientôt suivi par d’autres. Beaucoup d’autres !
- … Dressés à piquer de leurs dards avant de mordre…
Un long moment plus tard :
- Intéressant ! Leur venin dissout les chairs ?
- Modification génétique. ils ont deux poches à venin : avec l’original, une seule morsure peut tuer un humain. Mes petits chéris peuvent servir pour un assassinat, mais aussi pour exécuter les esclaves rebelles. Un exemple édifiant, n’est-ce pas ?
- Édifiant, en effet!
- Et puis, ce sont des espionnes de Radda. Cela faisait longtemps qu’il essaye d’en introduire dans mon palais. Encore raté !

Localisation : Une station en piteux état dans un système oublié
Date : Idem

Plusieurs vaisseaux s'étaient donné rendez-vous près de cette station théoriquement désaffectée à proximité de l'espace Bothan. Trois bombardiers Hammerfall à court de carburant s'y étaient réfugiés et se ravitaillaient auprès de la frégate Philly. Une corvette Chiss et un croiseur mandalorien étaient venus récupérer les délégués.
Dans le hangar de la frégate, l'heure était aux adieux. La dernière navette attendait sa passagère. Pour une fois, elle avait ôté son casque.
- Viens avec nous, Artus ! Tu ne peux plus retourner dans l'Union Corpo, le conseil a lancé un ordre d'arrestation pour trahison, les Hutt te tiennent pour responsables de ce qui est arrivé et ont mis ta tête à prix ! Une jolie somme d'ailleurs, sourit Edda Synia.
- Serais-tu tentée par la prime, lui sourit en retour l'ex-dirigeant corpo ?
La guerrière fit une grimace puis reprit une attitude plus solennelle pour déclarer :
- Par ma voix, la Fédération Mandalorienne vous offre l'asile, Artus Hervyn !
Edda garda un visage impassible, mais ses yeux la trahissaient. Ils menaient avec ceux d’Artus, une toute autre conversation. . Celui-ci répondit en Mando'a :
* - J'apprécie ton offre à sa juste valeur, Edda ! Je saurai m'en souvenir si par aventure je passe près de l'un de vos secteurs mais pour l'instant, je dois ramener Zed, ses amis droïdes et les délégués de l'Essaim chez eux. *
* - Et ensuite ? L'Union va s'engager auprès des Hutt en échange de quelques menus privilèges et d'une indépendance de pacotille ! *
* - Comme elle l'a toujours fait ! Je fus stupide d'essayer de changer la donne. J'ai joué, j'ai perdu. Je l'ai mérité : un idéaliste comme moi faisait un piètre dirigeant pour un consortium à but commercial ! *
* - Tu as tout perdu : rejoins-nous ! Avec un peu d’entraînement, tu ferais un très bon Mando'ad et j'en connais une qui aimerait te voir plus souvent. *
La façade de nonchalance du corpo se fissura un instant quand il répliqua:
* - Non, je n'ai pas tout perdu : je vous ai toutes les deux et je suis enfin libre.
Il se maîtrisa suffisamment pour ajouter:
- Il me reste mes fidèles frégates et quelques atouts bien cachés. Guerrier, c'est pas mal, mais tu sais bien que j'ai toujours rêvé d'être pirate. Les Hutt et mes anciens amis vont en faire les frais. Tiens, vous pourriez en profiter en m'accordant une lettre de marque ? *
Les yeux de la guerrière passèrent de l’irritation à la tendresse, puis se détournèrent avant que son interlocuteur ne voie les larmes prêtes à couler.
* - Tu ne changeras jamais! Une lettre de marque? On verra ! Porte-toi bien, et reste sur tes gardes. *
La guerrière replaça son casque sur la tête et se détourna brutalement. Elle détestait les adieux.
Artus ne put rester impassible après son départ. Il avait été tenté d'accepter. Très tenté. Mais il avait beaucoup à faire et devait le faire seul.
En attendant, il suivit le conseil : les navettes parties, la frégate passa rapidement en hyperespace.


Zed, le gros droïde cylindrique approcha avec les insectoïdes et commenta :
- Constatation : les Impériaux ont retrouvé leur combativité ; hypothèse : les Mandaloriens repartiront bientôt en guerre !
- Le Collectif d'Émancipation des Intelligences Mécaniques également : les Hutt ne pardonneront pas cette révolte.
- Probabilité faible ! Le Collectif a protesté cinq fois contre cette utilisation non conforme d'intelligences artificielles. Une action ayant valeur d'avertissement était inévitable. Pour les Hutts, deux options. Option un, ils déclarent la guerre aux machines et doivent désactiver tous les droïdes de la galaxie.
- Y compris leurs propres droïdes gardes ou combattants ?
- Affirmatif ! Option deux : incident mineur donnant lieu à négociations. Correction, il existe une option trois.
- Laquelle ?
- Les Hutt attribuent la révolte à l'action subversive d'Artus Hervyn. Calcul en cours… Probabilité 97,7 %
- Merci, me voila avec un nouveau crime sur le dos ! Pas de guerre, donc ?
- Probabilité : 0,002 %
- Et c'est bien ainsi, Ruffi ! Mais pourrez-vous rester éternellement neutre? Les Hutt sont une plaie, mais ceux qui les manipulent sont bien plus dangereux. J'aimerais en savoir plus sur ce conseiller invisible du Mogul ! Est-il un Defel, comme je l'ai cru, ou est-il d'une race inconnue ? D'autres extra-galactiques? Ou une race des régions inconnues?
Le Verpine commenta :
- Toutes nos observations depuis presqu’un siècle le confirment : le Déclin n'est pas un phénomène naturel. Le déséquilibre qui en découle finira en catastrophe si l'on n'y met pas bon ordre. L'Essaim déteste le désordre. L'hypothèse d'une race inconnue doit être explorée. Les Vongs, bien qu’absents dans la Force, s’étaient infiltrés dans toute la société galactique bien avant leur assaut.

L'astromech vibra puis le dôme s'ouvrit, libérant un petit droïde au corps pentagonal muni de cinq tentacules.
- Le Collectif doit continuer à agir de manière pacifique, Artus ! S'il se montre agressif, les organiques qui le soutiennent l'abandonneront et toute la galaxie se coalisera contre lui. Quant au Silentium, il ne souhaitait pas s'impliquer dans vos affaires, mais le danger est trop grand !
- Vous êtes impliqués dans nos affaires depuis que vous avez accepté d'aider les droïdes émancipés, Ruffi !
- C'est exact : que nous le voulions ou non, cette galaxie est aussi la nôtre, nous devons la préserver. Mais nous devons rester très discrets. Avant d'attribuer les événements à une race inconnue, il faudrait en savoir plus sur ce groupe qui agit dans l'ombre et sur ses objectifs.
L'ex-corpo et futur pirate rassura ses alliés :
- Ils sont ma priorité. Comme je l'ai dit à Edda, je n'ai pas encore joué toutes mes cartes !
Il s'adressa aux insectoïdes :
- D'abord je vous ramène à la Colonie. Et toi, Ruffi, où dois-je te déposer ?
- Me déposer quelque part ? Pourquoi donc ? Je n'ai encore aucune donnée sur les pirates : ce sera l'occasion d'en collecter ! Et puis si je ne suis pas là, qui te tirera du pétrin la prochaine fois ?
- D'accord, tu peux rester, mais tu dois me promettre de refaire le droïde astromech pour moi, hein ? Ce déguisement te va si bien !
- Bip, affirmatif, beep !
Bonne lecture à tous !
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 749
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: A nous de créer Star Wars

Message par mat-vador » 11 décembre 2015, 23:07

j'attends la suite avec impatience: surtout Zed et sa corpo de droïdes beep :lol: !

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 12 décembre 2015, 00:48

La suite, c'est Aiden qui l'a écrite, et elle sera postée la semaine prochaine.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
Aiden Skirata
Messages : 339
Enregistré le : 18 août 2014, 18:58
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Manaan
Affiliation : Mandalorien
Localisation : Sur un contrat

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Aiden Skirata » 12 décembre 2015, 11:13

Même si c'est pas trop une suite, on garde un peu de mystère ;)
Image[url=steam://friends/add/76561198141786062]Image[/url]

"Un jour il faudra que je me bouge le shebs"
Moi

Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Amber-Star » 12 décembre 2015, 22:58

Aiden, j'espère que tu as aimé ton homonyme! :lol:
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 19 décembre 2015, 14:10

Et voici le quatrième hors-série !

Sur SWINV : http://swinv.com/v2/fanfics/?p=viewfanf ... legacy#366

Sur le site :
Hors Série 4 : Fondor, Opération SPARTAN

Localisation : Fondor, cachette des rebelles
Date : 20 Nelona 973

L'idée d'Idrid était d'occuper les forces Hutts pendant que les civils fuyait la planète en direction de l'espace Mandalorien. Un plan simple et compréhensible par tous, mais pas des plus faciles à exécuter. Le Mogul savait que la plus grosse partie de la population allait partir, il allait donc envoyer des forces conséquentes contre ce cortège fragile, il avait besoin de toute la main d'oeuvre pour sa production. Pour assurer la protection du convoi, les plus courageux civils ainsi que les anciens soldats et sous officiers de factions diverses, Vestiges de la République, Empire et déserteurs des forces de défense de la planète, avaient pris possession de diverses armes et vaisseaux. En entendant parler de ces rumeurs d'exilés, Edda Synia, une mandalorienne temporairement à leur tête, envoya cinq guerriers en armure pour enquêter. Idrid Snev, leader du petit groupe, prit rapidement contact avec le groupe de résistants qui devenait de plus en plus important. Après deux ans dans l'ombre à planifier l'extraction, Idrid avait échafaudée un plan malgré le nombre croissant de participants chaque mois. Tous faisaient confiance aux Mandaloriens et les ex-soldats avaient mis leur rancunes de côté. L'opération allait se passer alors qu’Edda représentait les Mandaloriens lors d'une rencontre "diplomatique", en même temps que l'assaut organisé sur Corellia pour sa libération, les forces Hutts seraient divisées.
Tout était calculés, le moment de partir était venu, les civils avaient embarqués dans les transports. En tout la forces de défense se résumait en trois cents soldats, pilotes, etc si l'on comptait les cinq Mandaloriens.
Les vaisseaux quittèrent l'atmosphère de Fondor, ceux armés en première ligne.
- Tout le monde reste concentrés, ce n'est que la première partie du plan et la plus facile, engagea Idrid.
- Oui, bien sûr, la plus facile, rétorqua ironiquement un ancien officier de l'Empire. On s'attaque tout de même à une station spatiale remplie de sympathisants Hutts, armés jusqu’aux dents.
La tache n'allait pas être aisée : le tiers des résistants devaient foncer droit sur la station et lancer l'assaut dans les coursives de celle-ci. Le groupe serait mené par deux Mandaloriens. La station serait alors occupé et quand les Hutts débarqueraient, le reste des soldats aborderaient leur vaisseaux. Les leurs n'ayant pas la puissance de feu nécessaire, les rebelles auraient l'avantage en combat terrestre. Idrid s'inspirait des méthodes de combats de Sev Oss, grand guerrier réputé pour ses tactiques efficaces, mais mort lors de la bataille d’Abregado-Rae.
Jon et Mélène, les deux Mandaloriens chargés de l'assaut de la station, lancèrent leur groupe, droit dans les hangars où stationnaient les intercepteurs. Les occupants furent pris au dépourvus : ils ne s'attendaient pas à ce que l'on aborde une station de cette envergure. Les deux guerriers étaient en premières lignes, ils faisaient reculer l'ennemi. Tout ce passait étrangement bien, malgré les quelques vaisseaux qui n'avaient pas réussis à passer. Cette atout fût de courte durée, les monte-charges faisaient monter des chars pour renforcer la défense. Alors que les rangs des assaillants commençaient petit à petit à rétrécir, la flotte envoyée par le Mogul sortie d'hyperespace. La phase deux de l'opération fût enclenchée, et comme prévue la flotte était réduite à cause de la bataille qui avait débutée dans le secteur Corellien: seulement deux destroyers et un croiseur de bataille Xersès étaient présents.
- Trois bâtiments, commenta Idrid, Ça tombe bien, allez ner'vod un dans chaque groupe d'attaque.
- Compris, lança Mendez, heureusement qu'ils sont sortie proches de nous, ou on aurait sûrement perdu la majeur partie de nos troupes.
- Le plus difficile va être de rentrer par les hangars, prévint Seph.
- Je sais, je sais ori'vod, mais on a pas de corvettes d'abordages sous la main, va falloir faire avec.
Comme pour l'assaut de la station, les assaillants firent leur entrée par les hangars. Ils y rencontrèrent moins de résistance que le premier groupe et repoussèrent rapidement les combats dans les larges couloirs des destroyers et dans les plus petites coursives du croiseur, coursives préalablement dessinées pour des Neimodiens. Pendant ce temps, les civils commençaient à atteindre les positions pour passer en hyperespace.
Dans les hangars de la station les tirs continuaient à s'échanger ardemment, les pertes étaient égales dans les deux camps, mais les attaquants n'arrivaient pas à progresser jusqu’à ce qu’un ancien Lieutenant des forces Impériales n’intervienne :
- Monsieur, j'ai peut être une idée pour nous débarrasser de ces foutus char!
- Tout idées est bonne à prendre, verd, commenta Jon. Haar'chak on est en train de perdre le flan droit !
Une explosion se fit entendre sur la droite, ainsi des cris. Mélène restait silencieux comme à son habitude.
- Si je pouvais avoir au moins trois hommes pour m'accompagner je vous assure que l'on pourra progresser.
- Je viens avec toi, se désigna Mélène. Je compte pour deux, ça suffira.
Le Lieutenant accepta, mais un jeune soldat de la Nouvelle République avait entendu la discussion et proposa son aide, que l'Impérial accepta sans hésiter. Les trois progressèrent alors de couvertures en couvertures, les autres assaillants avaient reçu l'ordre de concentrer leurs tirs sur les viseurs optiques des chars et sur les fusils mitrailleurs des défenseurs. Après qu'ils se soient concertés, Mélène se dirigea en courant de toutes ses forces vers le char de droite, les balles et les lasers ricochant sur sa beskar tandis que les deux autres menaient l'assaut sur le deuxième char, à gauche, en faisant plus attention que le Mandalorien. De son côté le guerrier était arrivé au niveau du char, les défenseurs essayaient de l'abattre mais il s'était mis à couvert et avec son armure il était difficiles de lui faire manger la terre. Il grimpa sur l'avant du char, détruisit le guidage optique, ouvrit l'écoutille et tua l'équipage du char. De leur côté l'Impérial et le Républicain avaient fait de même mais avec plus de difficultés bien sûr. Quelques secondes après leur entrée dans le char celui-ci se mit à tirer sur la ligne de défense, au même moment les assaillants chargèrent l'ennemi. Mais le char de droite explosa, Mélène venait de le détruire, avec lui à l’intérieur, car il était débordé. Jon ne s’arrêta pas, mais lorsqu'il chargea il cria de toutes ses forces :
- Pour toi, ner'vod !
Idrid et les autres avaient entendus son cri, ce qui ne les démoralisa pas pour autant mais eu l'effet totalement contraire. Entre temps les premiers vaisseaux civils commençaient leur départ. L'un des destroyers commença brusquement une descente vers la planète, ses moteurs et son système de gravité artificielle avaient lâché à cause d'une explosion provoquée par le sacrifice d'une petite escouade, on ne pouvait plus rien pour eux.
Le groupe de Jon avait subis de trop lourdes pertes pour s'attaquer à la salle de contrôle, le plan avait changé et la nouvelle cible était le générateur. Après en avoir informé Idrid et coupé la communication, le groupe mena un assaut éclair dans les couloirs pour atteindre le centre de la station, certains restaient derrière pour procurer plus de temps au Mandalorien. Arrivé à destination, le guerrier barricada la porte et enleva son casque.
- Nous y voila.
Il le laissa tomber sur le sol tout en avançant vers la console de contrôle et commença son sabotage.
Quand la station explosa, le dernier vaisseau de réfugié venait de s'enfuir. L'opération était une réussite, Idrid finie par atteindre le générateur du croiseur.
- La mission est finie. Si quelqu'un veut partir, c'est maintenant : le générateur va exploser et emporter les derniers survivants. Une fois que vous serez arrivés sur Sullust, vous serez en lieu sûr, il y a juste u message que je veux faire passer au Commandant Brok, défenseur de Sullsut et de son secteur: ça a été un honneur...
Après ces mots survint une énorme explosion qui emporta toute la flotte, même le destroyer chutant vers Fondor. Il ne restait plus rien pour témoigner d'une bataille, à part des débris.


Les derniers réfugiés avaient captés le dernier messages et l'avaient enregistré. Le voyage vers Sullust allait durer encore quelque temps, et ils choisirent de faire passer le message aux autres civils.
Quand le vaisseau de tête sortie d'hyperespace, la flotte de défense Sullustaine les attendait, enfin c'est ce que l'on pouvait penser, car celle-ci se démenait contre une force Hutt. On pouvait constater la puissance des limaces mais aussi le génie stratégique et la combativité des guerriers et de leurs alliés.
Une voie grave se fit entendre dans la liaison comm.
- On vous envoie de quoi vous protéger jusqu'à la surface, terminé. Je vous y rejoindrait après la bataille, Commandant Brok terminé.
Ce fût le seul message à destination des civils.
Voilà !
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Avatar du membre
CC-5052
Messages : 22
Enregistré le : 17 décembre 2015, 19:47
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Kalee
Affiliation : Empire Galactique

Re: A nous de créer Star Wars

Message par CC-5052 » 21 décembre 2015, 16:01

bonjour, bonjour si j'ai bien tout compris ici on créé une histoire de star wars en a peu prés 1000 ap Yavin? et on l'invente?

Avatar du membre
Aiden Skirata
Messages : 339
Enregistré le : 18 août 2014, 18:58
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Manaan
Affiliation : Mandalorien
Localisation : Sur un contrat

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Aiden Skirata » 21 décembre 2015, 17:35

La on la continue plutôt ^^
Image[url=steam://friends/add/76561198141786062]Image[/url]

"Un jour il faudra que je me bouge le shebs"
Moi

Avatar du membre
CC-5052
Messages : 22
Enregistré le : 17 décembre 2015, 19:47
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Kalee
Affiliation : Empire Galactique

Re: A nous de créer Star Wars

Message par CC-5052 » 22 décembre 2015, 15:33

ah! parce que j'en avait une bien.... :(
s'il vous plait ou je peux l'écrire? :o

Avatar du membre
Zèd-3 Èt
Messages : 780
Enregistré le : 30 mars 2015, 17:50
Sexe : Masculin
Espèce : Céleste
Planète natale : Koros
Affiliation : Indépendant
Localisation : 92220, Bagneux

Re: A nous de créer Star Wars

Message par Zèd-3 Èt » 22 décembre 2015, 16:11

Si tu veux nous aider à la rédaction, tu peux m'envoyer tes idées par MP et je t'expliquerai le plan qu'on s'est fixé - et on verra comment y intégrer tes idées.
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo

Répondre